Navigation – Plan du site
Articles

Un secret bien partagé. La place du directeur de conscience dans les négociations de mariage d'une famille noble (seconde partie du XIXe siècle)

Spiritual advising, secrecy and matrimony in a noble family (second half of the nineteenth century)
Caroline Muller

Résumés

Dans les milieux élitaires de la seconde moitié du XIXe siècle, la recherche d'un.e conjoint.e pour les enfants est un moment clef pour la situation économique des familles. Il s'agit de trouver une personne qui répond à des critères de fortune, d'honorabilité mais aussi de santé et de vertu. Toutes ces informations sont difficiles à obtenir dans un contexte ou la vie intime des familles est soigneusement protégée. Dans cette perspective, certaines familles des élites catholiques ont recours au directeur de conscience, guide moral et/ou spirituel, pour préparer les unions. En effet, le directeur détient des informations confidentielles sur les autres familles qu'il peut choisir de révéler. De même, il peut user de son influence pour défendre les intérêts d'une famille ou peser dans les décisions des jeunes gens ou de leur entourage. Cet article étudie le rôle donné à Monseigneur Dupanloup dans le déroulement des négociations de mariage de la famille Menthon. Le prélat joue un rôle ambigu : on attend de lui qu'il soit capable de sélectionner les informations à diffuser ou à protéger : le direction de conscience apparaît prise entre les exigences mondaines et sociales et le secret spirituel. Le directeur est au centre d'un réseau de transmission des informations touchant au marché matrimonial. Ce réseau est animé par des femmes qui sont les principales chargées d'affaires des familles pour tout ce qui concerne les mariages.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Jacques Mulliez, Droit et morale conjugale : Essai sur l’histoire des relations personnelles entre (...)
  • 2 Francis Ronsin, Les divorciaires : affrontements politiques et conceptions du mariage dans la Franc (...)
  • 3 Gabrielle Houbre, La discipline de l’amour : l’éducation sentimentale des filles et des garçons à l (...)
  • 4 Georges Duby, Philippe Ariès et Michelle Perrot (dir.), Histoire de la vie privée, 4 : De la Révolu (...)
  • 5 Anne-Marie Sohn, Chrysalides : femmes dans la vie privée : XIXe-XXe siècles, Paris, Publications de (...)
  • 6 Agnès Walch, La spiritualité conjugale dans le catholicisme français (XVIe-XXsiècle), Paris, Cerf (...)
  • 7 Cécile Dauphin et Danièle Poublan, « De l’amour et du mariage. Une correspondance familiale au XIXe(...)
  • 8 Adeline Daumard insiste sur la difficulté à distinguer nettement « mariage arrangé » et « mariage d (...)
  • 9 Yvonne Knibiehler, Histoire des mères et de la maternité en Occident, Paris, Presses universitaires (...)
  • 10 Adeline Daumard, « Affaire, amour, affection : le mariage dans la société bourgeoise au XIXe siècle (...)
  • 11 On trouve des indications dans Bertrand Goujon, Entre cosmopolitisme, insertions nationales et ancr (...)
  • 12 Patricia Mainardi, Husbands, wives, and lovers : marriage and its discontents in nineteenth-century (...)
  • 13 Signalons un article à paraître, qui traite la question des négociations de mariage à l’époque révo (...)

1Le mariage a retenu l’attention d’historien.nes issu.es de différentes traditions historiographiques, qui ont produit un corpus de connaissances fragmenté et diffracté. Une première série de travaux émane de l’histoire des institutions et du droit et concerne la dimension juridique et contractuelle des unions conjugales1. Les conceptions politiques du mariage ont aussi été explorées2. Les historien.nes de la vie privée, puis des femmes et du genre, ont décrit l’éducation qui préparait les jeunes gens au mariage3, les conditions matérielles dans lesquelles s’inscrivaient la conjugalité4, les évolutions des mœurs dans les chambres conjugales5 et de la spiritualité des plus catholiques6. La place de l’amour et de l’intérêt dans l’arrangement des unions a été questionnée7 sans que l’on puisse encore dessiner nettement la chronologie de la construction du « mariage d’inclination8 ». L’histoire des femmes et de la maternité a dépeint la manière dont les hommes et les femmes investissaient de façon différenciée la parentalité, avenir incontournable de tout mariage9. L’histoire sociale s’est aussi intéressée au mariage, à ses effets socio-économiques et à la place des intérêts financiers dans les choix des partenaires10. Cette étude s’intéresse à ce dernier aspect. Malgré la richesse des connaissances disséminées dans les travaux évoqués jusqu’ici, nous avons bien peu d’éléments sur les négociations et discussions qui précèdent le mariage dans les élites françaises du XIXe siècle11. Si l’histoire des représentations littéraires et artistiques offre des pistes d’analyse12, il manque encore une étude plus complète des usages et des logiques qui président à l’union des couples13.

  • 14 Pierre Bourdieu, « Les stratégies matrimoniales dans le système de reproduction », Annales. Histoir (...)

2Pourtant, au sein de la bourgeoisie et de l’aristocratie du XIXe siècle, le choix du conjoint est l’affaire financière d’une vie14. C’est l’avenir économique et social d’une famille qui est engagé par le jeu de la transmission des patrimoines : le nom et la fortune. Aussi l’influence et le pouvoir d’une famille aristocrate dépendent-ils étroitement du mariage des enfants. Le choix de la personne répond à plusieurs exigences : une fortune au moins équivalente à celle de l’enfant que l’on marie, une position sociale similaire ou supérieure (titres et prestige), une bonne santé et, en dernier ressort, l’apparence physique :

  • 15 Elizabeth C. MacKnight, Aristocratic Families in Republican France, 1870-1940, Manchester-New York, (...)

« Pour les familles aristocrates, le lien marital constitue la clef de la consolidation et de la transmission des capitaux sous toutes leurs formes, au bénéfice des générations suivantes. C’est la raison pour laquelle le choix du conjoint ne relève pas d’un choix individuel mais engage l’entourage familial et les parents, jugés plus à même de choisir les partis adéquats. Ce sont à nouveau les parents ou la famille qui mènent le processus de négociation et ont le dernier mot au sujet de la décision finale.15 »

  • 16 Gérard Beaur, « Le contrat de mariage dans les sociétés européennes. Enjeux familiaux et pratiques (...)

3Etudier les négociations de mariage, c’est observer la façon dont ces familles cherchent à conforter leur position sociale ou à en gagner de nouvelles dans un contexte où les prétendant.es correspondant à tous ces critères sont rares. Cela permet de mettre au jour les stratégies élaborées par les élites pour s’adapter et maintenir leur influence dans le nouvel ordre socio-politique issu de la fin de l’Ancien Régime. Plusieurs types de sources peuvent être mobilisés pour cela : les contrats de mariage et les inventaires après décès ont été jusqu’alors privilégiés16. Notre réflexion s’adosse à des sources moins exploitées, à savoir les écrits du for privé, en particulier les sources épistolaires. Les correspondances offrent la possibilité d’étudier les projets de mariage non advenus qui n’apparaissent pas dans les contrats (les échecs) mais aussi de replacer le regard au niveau des individus et de leurs logiques d’action : qui choisit-on et pourquoi ? Quel est le processus qui précède l’établissement d’un contrat de mariage ? Ce travail vise à décrire le rôle d’un type d’intermédiaire dans le mariage des élites catholiques : le directeur de conscience.

  • 17 C’est le sujet de ma thèse en préparation à l’université Lumière Lyon 2 depuis 2012 : « Les formes (...)
  • 18 Carol E. Harrison, The Bourgeois Citizen in Nineteenth-Century France : Gender, Sociability, and th (...)

4La direction de conscience est une relation qui unit deux catholiques : le premier, ecclésiastique, est chargé de guider le deuxième sur la voie du progrès spirituel. Les conseils donnés portent sur la spiritualité et les pratiques religieuses mais plus largement sur tous les aspects de la vie quotidienne, familiale et intime. Cette pratique, qui concerne d’abord les élites, a connu un grand succès au XVIIe siècle, une certaine éclipse au XVIIIe et connaît un retour en grâce à partir des années 1820 en France17. Ce nouvel intérêt pour cette pratique est corrélé au renouveau plus global du catholicisme qui se poursuit jusqu’à la première décennie du Second Empire18. Le directeur de conscience peut être sollicité dans la préparation des mariages aristocrates. Pourquoi ? Quel est son rôle exact ? Au cœur d’un réseau féminin de conseil spirituel, il a accès à l’intimité des familles de ses dirigé.es.

  • 19 Pour une mise au point sur la manière dont il est possible d’exploiter le cas particulier en histoi (...)

5Nous entrerons dans le secret de l’organisation du mariage de deux jeunes nobles vers 1850 en prenant l’exemple de la famille de Menthon et du mariage de deux jeunes personnes, René et Marie. Chaque famille est une civilisation en soi : ce travail se propose de faire des projets matrimoniaux un terrain d’expérimentation d’hypothèses et non un exemple représentatif19. Si le souci de la transmission du patronyme et du patrimoine est commun aux familles aristocrates, la situation des Menthon est relativement spécifique : René est le dernier enfant mâle de la famille et le seul qui peut transmettre le nom. Cette spécificité se double d’une exceptionnalité archivistique : le mariage de René et Marie de Menthon est documenté, alors que ce type de correspondance est généralement détruit.

Marier Marie, marier René : récit des négociations matrimoniales

  • 20 « Dupanloup, Félix Antoine Philibert, 1802-1878 » in Jean Marie Mayeur, Alain Corbin et Arlette Sch (...)
  • 21 Cette correspondance est conservée aux archives du séminaire Saint-Sulpice rue du Regard à Paris. N (...)

6C’est la correspondance échangée entre la comtesse Arthémine de Menthon (1821-1871) et Félix Dupanloup (1802-1878) qui a permis de construire ce travail. Félix Antoine Dupanloup est évêque d’Orléans depuis 1840. Il est né en 1802 d’une mère paysanne et d’un père aristocrate qui ne l’avait pas reconnu. Cette origine aristocratique a pesé dans la protection dont il a bénéficié après l’installation de sa mère Anne Dechosal à Paris en 180920. Dupanloup est devenu le directeur de conscience d’Arthémine de Menthon à la faveur d’une rencontre à Orléans en 1850. Ils échangent ensuite une longue et dense correspondance qui se poursuit jusqu’à la mort de la comtesse en 187121. Celle-ci est mariée depuis 1841 au comte Alexandre de Menthon. Le couple partage son temps entre le château de Menthon en Savoie et la résidence du père de la comtesse à Saint-Loup dans le Rhône.

  • 22 Lettre du 3 janvier 1856. Nous ne savons pas exactement dans quels établissements : il est fort pro (...)

7La sœur d’Arthémine, Valérie de Klinglin (1813-1839) s’était mariée au frère du comte Alexandre, Bernard de Menthon. Valérie avait donné naissance à deux enfants, René (1833) et Marie (1839). Elle meurt en 1839, peut-être de la suite de ses couches. Arthémine s’occupe ensuite de l’éducation de son neveu et de sa nièce, qui deviennent, dans la correspondance, ses « enfants », bien avant son mariage avec le comte Alexandre de Menthon en 1841. René et Marie sont ensuite envoyés à Lyon : Marie est encore pensionnaire en 185622. Les Menthon sont issus d’une lignée de nobles savoyards qui remonte au XIIe siècle. Leur assise territoriale s’est maintenue autour du lac d’Annecy où ils possèdent le château de Menthon-Saint-Bernard et des terres agricoles. Le mariage du comte Alexandre avec Arthémine a permis d’associer une autre famille, les Klinglin. Ils possèdent des terres et une propriété à Saint-Loup ainsi qu’une entreprise de verrerie. Le mariage d’Arthémine et d’Alexandre n’a pas donné d’enfants : René est le dernier héritier du nom des Menthon.

Marier Marie

  • 23 D’après Elizabeth Macknight, l’âge au mariage des aristocrates est de vingt-deux ans pour les fille (...)
  • 24 Lettre de la Toussaint 1858.
  • 25 Lettre du 10 juillet 1859.
  • 26 Lettre du 5 février 1860.
  • 27 La correspondance ne permet pas d’en savoir plus mais il semblerait que les difficultés viennent de (...)
  • 28 Voir Carol Harrison, « Zouave Stories : Gender, Catholic Spirituality, and French Responses to the (...)

8À partir de 1858, le mariage des enfants commence à préoccuper la comtesse : René a vingt-cinq ans et Marie dix-neuf ans23. On en trouve une première mention dans une lettre du 3 février 1858 : « La position de fortune de René peut beaucoup gagner en attendant une année ou deux et ce serait en perdre le bénéfice de le presser trop. D’un autre côté l’attente est aussi pénible quand tout l’avenir d’une famille repose sur une seule tête les années sont précieuses. ». La même année, il est question du mariage de Marie : une demande en mariage parvient de la famille du comte de Lallemand24. C’est sans doute à ce moment aussi que la famille Maistre commence à s’intéresser à la jeune femme. Cette possibilité est examinée avec attention par les Menthon. Eux aussi nobles de Savoie, les Maistre jouissent d’un très grand prestige lié à l’influence de Joseph de Maistre (1754-1821) dans l’animation de la pensée contre-révolutionnaire et ultramontaine catholique. C’est son petit-fils, Eugène de Maistre (1834-1908), qui retient l’attention des Menthon pour Marie. D’emblée, Monseigneur Dupanloup est invité à soutenir la famille dans les décisions à prendre. Arthémine lui demande de soumettre des propositions : « Elle [Marie] a un attrait particulier pour les personnes que vous connaissez ceux qui sont vos enfans [sic]. Je vous la recommande peut-être indiscrètement, mais avec la persuasion que c’est fort utile de le faire maintenant surtout que vous êtes au centre de nos relations25. » Six mois plus tard, l’inquiétude monte encore d’un cran : « Mon Père, ne m’aiderez-vous pas à marier ma pauvre petite Marie ? Je commence à avoir de grandes inquiétudes à cet égard d’autant que son père commence à l’encourager dans l’espoir qu’il n’en sera plus question et qu’elle lui restera26. » Cette inquiétude est d’autant plus vive que la famille vient d’essuyer un échec dans ses affaires27. Si la nouvelle de cet insuccès se répandait, la situation de fortune de Marie pourrait être mal perçue. Cet épisode ne semble pas décourager la famille de Maistre qui s’intéresse à la jeune femme. Le mariage est finalement conclu en février 1861 : Marie épouse Eugène de Maistre et commence à partager sa vie entre la Savoie et Rome où son mari est alors officier au sein de l’armée pontificale28.

« Que son bonheur est chose introuvable ! »

  • 29 L’orthographe de la comtesse a été respectée.
  • 30 Lettre du 8 février 1861.
  • 31 Famille de l’ancienne noblesse de l’Ouest, les Autichamps sont légitimistes. Le grand-père d’Emma d (...)
  • 32 Lettre du 24 juin 1861 : « Dites-nous un seul mot qui éclaircira notre horizon ».
  • 33 Il est notamment question d’une famille de Genève, les Marescalchi, ainsi que d’une famille de Plom (...)
  • 34 En dernière instance, les jeunes femmes ont la possibilité de refuser une demande en mariage ; cela (...)
  • 35 Lettre du 17 septembre 1861.
  • 36 Geneviève est alors âgée de dix-neuf ans. Les Acres de L’Aigle sont une famille de l’ancienne noble (...)
  • 37 Lettre du 31 janvier 1862.
  • 38 Lettre du 2 octobre 1862.

9L’attention de la comtesse de Menthon se reporte alors sur René. Elle écrit à son sujet : « Il ne passera que huit jours à Paris il n’y a donc pas le temps de chercher une bonne femme si tant est qu’elle soit à Paris. Mais s’il pouvait voir quelqu’un qui put une fois lui convenir, il prendrait l’été pour y penser, et ns29 tâcherions de l’embarquer de gré ou de force l’automne prochain, quitte, le pauvre garçon, à faire une traversée ennuyeuse ou agitée, courte ou longue, selon les desseins de la Providence30. » À partir de juin 1861, toute la famille s’emploie à étudier les opportunités matrimoniales de René. Ils pensent à EmmadAutichamps31 et demandent à Monseigneur Dupanloup d’obtenir des renseignements complémentaires sur cette famille32. René rencontre la jeune femme et s’en éprend. D’autres pistes sont explorées en parallèle33. À l’automne, René fait sa demande auprès de la famille d’Autichamps. Mais la jeune femme le repousse34. La comtesse de Menthon demande à Monseigneur Dupanloup d’intercéder : « Ne pourriez-vous pas, mon Père, jetter [sic] dans l’âme de cette jeune fille quelques points d’interrogations qui lui donnent lieu de revenir sur sa décision ? Votre empire sur elle est si grand qu’avec du temps vous pouvez tourner toutes choses à mieux en supposant toutefois que le bon Dieu consente35. » L’année s’achève sur l’échec provisoire du projet et le retrait de René qui ne souhaite plus s’engager dans de nouvelles négociations, signe que l’influence de l’évêque ne suffit pas toujours à lever les réticences des protagonistes. Au cours des mois qui suivent, il oppose une vive résistance à toutes les tentatives de son entourage, ce qui suscite à nouveau une vive inquiétude quant à sa situation. Un espoir naît autour de la fille de Charles Montalembert, Elisabeth (1837-1913) ; mais c’est une nouvelle désillusion pour René car la jeune femme est déjà engagée auprès d’une autre famille. Lorsque que la comtesse de Menthon noue le projet d’un mariage avec Geneviève des Acres de L’Aigle36, René refuse catégoriquement de la rencontrer : « Mon bon Père, je reviens encore à vous ce soir, ne sachant ou reposer mon cœur, dans le chagrin que René nous cause à tous, par son incroyable résistance à ce qui nous paraît l’ordre, la raison, le devoir ! […] Je vous supplie de le mander près de vous, car il faut obtenir de lui une explication franche ! Peut être a-t-il de très bonnes raisons pour devoir ne pas songer à se marier ?37 » Sa résistance se poursuit pendant de longs mois. Plus personne n’ose aborder le sujet avec lui38.

  • 39 Lettre du 11 février 1863.

10La situation se dénoue quelques mois plus tard : René s’intéresse à nouveau à Geneviève des Acres de L’Aigle, projet d’union qui avait été abandonné un an plus tôt. Il hésite, tergiverse et place toutes les parties dans une situation inconfortable : « Mon Père, j’ai reçu hier une lettre assez triste de René, son goût pour Mlle de L. était loin de se prononcer chaque jour elle perdait beaucoup dans son esprit : il disait vouloir encore pousser sa courageuse expérience plus loin, mais si comme je le pense, cela ne prend point, il faut qu’il s’arrête dans la recherche de cette demoiselle, et vous prie de dire à la mère ce qu’il conviendra le mieux pour la laisser sans aigreur !39 » Mais, face aux pressions qui s’exercent de toutes parts sur lui, il cède. Le mariage de René avec Geneviève des Acres de L’Aigle est célébré à Paris le 30 avril 1863.

Le réseau de Monseigneur Dupanloup, une ressource au service de stratégies matrimoniales

11Au fil des négociations, les différentes familles cherchent à mobiliser Monseigneur Dupanloup. Leurs sollicitations répétées révèlent que l’évêque et son réseau offrent des ressources pour mener à bien les stratégies matrimoniales. Le directeur de conscience relaie et filtre les informations ; son autorité et son influence garantissent, auprès des acteurs, la valeur et la validité de ces informations ; et cette même autorité permet d’exercer des pressions sur les différentes parties engagées dans la recherche d’un mariage.

Un secret bien partagé. Monseigneur Dupanloup et sa correspondance.

  • 40 Monseigneur Dupanloup « dirige » toute une série de femmes de l’aristocratie. On peut par exemple c (...)
  • 41 Anne Martin-Fugier, La vie élégante ou La formation du Tout-Paris : 1815-1848, Paris Fayard, 1990.

12Monseigneur Dupanloup est au centre d’un réseau de direction de conscience étendu : c’est un directeur recherché et apprécié par les élites40, au centre d’un réseau de femmes pieuses. Il incarne le « directeur mondain », parfaitement inséré dans les réseaux de sociabilité des élites et en maîtrisant les codes. Il est donc tout à la fois intégré à la société des apparences que constitue le monde de l’aristocratie des années 1840-5041 mais aussi observateur et acteur de ses secrets grâce à la pratique de la direction de conscience.

  • 42 Il est au centre des cercles du catholicisme libéral : voir à ce sujet Georges Weill, Histoire du c (...)
  • 43 Lettre du 10 juillet 1859.

13À l’intérieur de ce réseau, chacun sait que Dupanloup possède un accès privilégié à l’intimité des familles par le biais de son autorité spirituelle et de la pratique de la direction42. Par ailleurs, les relations de proximité des uns et des autres sont également connues de tous : on sait qui solliciter pour transmettre une information à une autre personne. Dans cet univers d’interconnaissance, monseigneur Dupanloup est précieux pour les Menthon car il apparaît « au centre de [leurs] relations43 ». Cette capacité à toucher de larges cercles des élites, combinée avec un accès privilégié aux informations privées des familles, font de lui un interlocuteur de choix pour mener à bien les mariages de Marie et de René.

  • 44 Lettre du 5 février 1860.
  • 45 Monseigneur Dupanloup correspond aussi avec René, Bernard et Alexandre de Menthon.

14Les sollicitations des Menthon prennent plusieurs formes. Tout d’abord, la comtesse lui demande de proposer des noms de jeunes personnes qui conviendraient à Marie et René : « Mon Père, ne m’aiderez vous pas à marier ma pauvre petite Marie ?44 » Cette demande suggère que Dupanloup possède une vision d’ensemble de l’état du marché matrimonial tandis que les informations des Menthon seraient partielles et dépendraient étroitement de leurs connaissances et parents. Le rôle du directeur est ici de compenser cette connaissance imparfaite des projets matrimoniaux des familles avec lesquelles une union serait envisageable : ont-ils déjà engagé des négociations ailleurs ? Cette confiance dans les noms que Dupanloup pourrait proposer s’appuie sur la connaissance qu’il a des autres familles mais aussi sur sa compréhension du contexte familial des Menthon et de leurs critères de choix, connus grâce à ses échanges avec la comtesse et d’autres membres de la famille45. Ce cumul de savoirs légitime sa compétence d’intermédiaire.

15Il est également mobilisé pour obtenir des renseignements lorsque les Menthon ont une idée précise d’union. Lorsque la famille des Acres de L’Aigle prend contact avec eux, la comtesse écrit à Dupanloup :

  • 46 Lettre du 16 janvier 1862.

« Mais je vous prie surtout, mon Père, de mettre quelqu’un de très habile, à rechercher s’il n’y a pas des points essentiels qui soient faibles. Soit sur la fortune soit sur la jeune fille, l’infirmité, la santé, etc. A-t-elle aussi de l’énergie ? C’est une chose que vous jugeriez facilement si on vous la faisait voir […]. J’attire spécialement mon Père votre attention sur ce point quelle raison a pu retarder le mariage de cette jeune fille jusqu’à 22 ans ? Ayant une fortune fort belle je ne m’explique guère le retard. Je vois que sa sœur a épousé un étranger ce qui me fait encore plus désirer que l’autre point soit éclairci. Je préfère infiniment la personne qui a écrit la première lettre à celle qui a écrit la seconde. Veuillez, mon Père, ne pas prendre la peine de me répondre à tout cela, mais vous en faire rendre compte par quelqu’un qui ait un bon jugement l’œil de l’esprit bien avisé. Si par hasard on vous remettait une notte [sic] la [sic] dessus et que vous jugiez à propos de me l’envoyer, je la recevrais avec beaucoup de reconnaissance46. »

  • 47 Lettre non datée, probablement de juin 1861.
  • 48 Georges Duby, Philippe Ariès et Michelle Perrot (dir.), Histoire de la vie privée, 4..., op. cit.

16Elle adresse la même requête à son directeur quelques mois auparavant au sujet de la fortune de Mlle d’Autichamps47. Sa mission est d’identifier les « faiblesses » de la candidature, faiblesses cachées : la question de la santé, particulièrement, préoccupe beaucoup les familles et n’est pas aisée à juger de l’extérieur dans un contexte ou les secrets du corps font l’objet d’une discrétion absolue48. La comtesse juge nécessaire d’examiner la situation de la jeune femme au-delà de ce qui en est dit et juge que son directeur de conscience peut avoir accès à des savoirs cachés. Cet accès peut être soit direct, soit – dans ce cas précis – à nouveau médiatisé par une tierce personne du réseau de Dupanloup. Cette recherche d’informations apparaît suffisamment cruciale pour que la comtesse aille jusqu’à demander à son directeur une trace écrite (« une notte ») synthétisant le fruit de ses investigations.

17Le prélat a également pour mission de faciliter la tâche de la famille lorsque la piste est jugée sérieuse :

  • 49 Il est possible qu’il s’agisse d’une autre figure intellectuelle du catholicisme, le père Gratry, d (...)
  • 50 Lettre du 17 janvier 1862.

« J’aurais besoin de l’adresse de Mr Gratry49 qui pourra m’aider, ayant entrée dans la maison […] Si Madame de Laigle [sic] et sa fille étaient à Paris j’aimerais bien les voir, en gardant moi le plus strict incognito car je ne veux et ne peux engager René ni de près ni de loin ! Mais enfin si véritablement vous venez à Paris le 20 et que je me trouve dans le même salon avec elles il me sera facile de les regarder et à elles impossible de me reconnaître50. »

18La comtesse sollicite directement son intervention afin d’entrer plus facilement dans un salon dans lequel elle pourrait rencontrer Geneviève des Acres de L’Aigle et juger elle-même de la situation.

  • 51 Lettre du 16 janvier 1862.
  • 52 Lettre du 2 octobre 1862.

19La mise à contribution du directeur de conscience ne s’arrête pas à la prise de renseignements : la famille de Menthon, par la voix de la comtesse, compte aussi sur Monseigneur Dupanloup pour orienter l’opinion des familles envisagées, transmettre des informations favorables au sujet de Marie et René, voire pour susciter des demandes. Ils cherchent à mettre l’aura et l’influence spirituelle et sociale de Dupanloup au service des intérêts de René et Marie. Il s’agit par exemple de faire patienter la famille des Acres de L’Aigle : « D’ici la, mon Père, entretenez Madame de L. dans de bonnes dispositions. Dites lui que pour le présent René est quelque peu moins riche que sa fille, et que pour l’avenir il le sera d’avantage51. » Ou encore de susciter l’intérêt de la famille Montalembert : « Si vous voyez les Montalembert et que cela soit naturel de remettre quelque chose en question, et que vous le jugiez à propos, il faudrait peut être jetter quelques jallons [sic] pour tâter le terrain52. »

  • 53 Plusieurs lettres témoignent de difficultés financières début 1862 ; il est aussi question d’une di (...)

20À l’inverse, la famille compte certainement sur la discrétion de Dupanloup au moment où elle connaît des revers financiers53. Il joue donc un rôle de relais et de filtre de l’information liée aux stratégies matrimoniales de la famille de Menthon. Entre 1858 et 1862, il est impliqué dans sept des huit pistes de mariage suivies par la famille pour René. Il suggère au minimum trois noms. Une « personne de Plombière », la « nièce de madame de Camaran », mais peut-être aussi mademoiselle de Carné, bien qu’on ne soit pas en mesure de comprendre qui a soumis ce nom. Il prend des renseignements au sujet de Mlles d’Autichamps, des Acres de L’Aigle et de Montalembert. Il participe aux échanges concernant sept personnes sur les huit envisagées. Dans un contexte dans lequel le mariage de René est crucial pour la survie de la famille, pourquoi l’intervention de Monseigneur Dupanloup est-elle jugée si indispensable ?

Protéger ou découvrir le secret

  • 54 Michel Foucault, Du gouvernement des vivants : cours au Collège de France (1979-1980), Paris, EHESS (...)

21L’évêque détient des savoirs sur les familles qui sont extrêmement précieux pour éviter de perdre du temps ou de se hasarder dans des entreprises périlleuses : il connaît l’état des fortunes et des corps au-delà des mises en scène qui construisent la société des apparences. Par ailleurs, les informations qu’il détient sont considérées car elles ont été acquises dans un cadre qui ne laisse pas, en théorie, de place à la tromperie. En effet, les échanges qui s’inscrivent dans la direction de conscience sont en principe soumis à une exigence de transparence des hommes et des femmes dirigés vis-à-vis des directeurs : la parole qui naît de l’aveu et/ou de l’examen de conscience est sacralisée54. C’est cela qui donne un tel crédit aux informations transmises par Dupanloup. Cette parole est protégée par le secret. La logique à l’œuvre ici est donc paradoxale : la confiance que l’on place en Dupanloup repose, dans une certaine mesure, sur sa capacité à discerner les informations qu’il peut faire circuler et extraire du cadre de l’échange verrouillé par le secret.

  • 55 Lettre non datée, probablement de 1861.

22Car c’est bien cette notion de secret qui est essentielle dans la compréhension du fonctionnement du marché matrimonial dans lequel s’inscrivent les Menthon. Au fil des démarches, il est nécessaire d’avancer masqué. Cette nécessité est rappelée à plusieurs reprises : « Dites-nous un seul mot qui éclaircira notre horizon, le rapproche même et nous rende à l’avance reconnaissance. Écrivez-moi le mot de votre main, l’insu de tous les du Boys, car il n’y a point d’innocens [sic] quand vous êtes en cause55. »

  • 56 Lettre du 9 janvier 1862.

23Il s’agit d’éviter que les jeunes gens – et surtout les jeunes femmes – ne soient mis au courant des démarches de leurs familles : au cas où le projet n’aboutirait pas, c’est un moyen de les préserver de la violence d’un rejet ou de rêveries trop hâtives. Par ailleurs, de lourds intérêts économiques sont en jeu ; une union est une négociation financière dans laquelle chaque partie cherche à défendre ses intérêts. Il convient donc de ne pas risquer de fausser la négociation en laissant trop entrevoir ce que chacun est prêt à avancer. Le secret est d’autant plus de mise qu’un échec des discussions est toujours possible : s’il vient à être connu, celui-ci peut compromettre le succès des projets suivants. Les familles peuvent s’interroger sur les motifs cachés de l’échec initial et en tirer des conséquences pour leurs propres projets d’union. C’est la raison pour laquelle les intermédiaires sont absolument indispensables sur ce marché matrimonial. Le recours à Monseigneur Dupanloup s’explique par toutes ces raisons. Il est d’ailleurs à noter qu’il ne restreint pas ce rôle d’intermédiaire discret aux seuls Menthon : il relaie aussi auprès d’eux des informations qui lui viennent d’autres familles. Par exemple, l’intérêt que les Acres de L’Aigle portent à René est transmis aux Menthon par le prélat56.

  • 57 Une investigation plus poussée permettrait sans doute de trouver des lettres de Dupanloup dans les (...)

24Il convient assurément de s’interroger sur la marge de manœuvre de l’évêque dans ce dispositif. Quelles sont les informations qu’il transmet et celles qu’il choisit de taire ? Comment opère-t-il ses arbitrages quand il a un parti à prendre en faveur d’une famille ? Faute de sources57, on ne peut guère qu’avancer quelques hypothèses. Il n’est en effet pas possible de deviner, dans la correspondance, quelles initiatives sont réellement les siennes ; il est cependant peu probable que Dupanloup prenne le risque de glisser un nom aux Menthon sans consultation préalable de l’autre famille. On ne sait pas non plus ce que deviennent les consignes de la comtesse de Menthon dans les négociations telles qu’elles sont effectivement menées : selon ses propres opinions et sa lecture des situations, Monseigneur Dupanloup a certainement adapté son discours.

Et Dieu entre dans la négociation

  • 58 Lettre du 20 mars 1861.
  • 59 Sur le régime affectif qui prévaut dans les mariages arrangés, voir Eva Illouz et Frédéric Joly, (...)
  • 60 Lettre du 6 février 1862.

25Intermédiaire essentiel avec les interlocuteurs extérieurs, le directeur est aussi sollicité dans le cadre des relations internes à la famille. Dans un contexte où « les intérêts qui sont en jeu priment sur toutes les préoccupations personnelles58 », la comtesse lui demande à plusieurs reprises d’intervenir directement auprès de Marie et de René, et d’exercer des pressions sur eux pour qu’ils se conforment aux choix de leurs parents. Dans la noblesse et la bourgeoisie, la question de « l’inclination » et de la naissance de l’amour est conditionnée à de nombreux critères préalables59 et, en dépit des critiques multiples qui se développent à l’encontre des mariages arrangés, ceux-ci restent la norme. Une fois les conditions matérielles remplies, « [l]’important dans un mariage est que l’amour soit possible et l’estime bien assurée », explique la comtesse60. Si les parents n’entendent pas forcer leurs enfants à se marier, ils cherchent cependant à influencer leurs choix.

  • 61 Lettre du 2 octobre 1862.

26Pour cela, la parole de Monseigneur Dupanloup est un atout considérable. Ce dernier est également le directeur de conscience de René61 ; il est aussi très proche de Marie qu’il dirige après son mariage avec Eugène de Maistre. La comtesse de Menthon lui demande d’influencer René et Marie dans le sens des désirs familiaux. À propos de la proposition du comte de Lallemand reçue par Marie en 1858, elle écrit à Dupanloup :

  • 62 Lettre de la Toussaint 1858.

« Je me permets de vous écrire pour vous mettre au courant, et vous prier d’agir quand l’occasion vous en sera donnée. Je mets en vous pour cette pauvre enfant ma plus grande espérance, car non seulement elle se décidera très facilement au premier conseil que vous lui donnerez, mais encore le conseil si vous lui dites votre vocation est là lui servira en quelque sorte de passeport et d’excuse près de son Père pour accepter tout simplement62. »

  • 63 Lettre du 31 janvier 1862.
  • 64 Lettre du 6 février 1862.

27Elle formule la même demande répétée au sujet de René. Après l’échec de son mariage avec Mlle d’Autichamps, ce dernier refuse de participer à de nouvelles démarches. La comtesse presse Dupanloup d’intervenir : « Je vous supplie de le mander près de vous, car il faut obtenir de lui une explication franche ! Peut-être a-t-il de très bonnes raisons pour devoir ne pas songer à se marier ? Qu’il vous confie ses raisons, et vous nous direz une fois pour toutes : Mes amis laissez cela à Dieu et ne vous en occupez absolument plus !63 » Un peu plus tard, quand s’ouvre la possibilité d’un mariage avec Geneviève des Acres de L’Aigle, la scène se reproduit : « Je vous supplie donc, mon Père, et Mr de Menthon le fait avec moi, de ne pas pousser René à demi, mais de le pousser sans mesure ! Ce ne sera jamais trop pour être assez ! Combattez aussi je vous prie ses instincts sauvages et défiants64. »

  • 65 Dans un article à paraître en 2017 dans le volume Écrire le mariage de la Révolution à la Belle Épo (...)
  • 66 Gabrielle Houbre, La discipline de l’amour : l’éducation sentimentale des filles et des garçons à l (...)
  • 67 Lettre du 9 novembre 1862.

28L’attitude de la famille montre à quel point les jeunes gens peuvent également faire l’objet de pressions65. Gabrielle Houbre écrit : « C’est toute l’ambiguïté qui caractérise le mariage des demoiselles dans cette première moitié du XIXe siècle : certes elles ne sont plus contraintes, comme encore parfois durant l’Ancien Régime, à épouser qui leur répugne, mais elles se trouvent néanmoins irrésistiblement entraînées dans la spirale du mariage, lequel sanctionne ‘naturellement’ leur destinée66. » Son propos peut ici être élargi aux jeunes hommes. L’intensité de ces pressions dépend de la position du jeune homme dans sa famille. Dans le cas de René, « malheureusement il est l’unique tige sur laquelle on peut fonder l’avenir de la famille, et l’intérêt que nous mettons à son mariage est le plus puissant, entre tous les intérêts mondains qui puisse justement préoccuper des parents67. » Alexandre de Menthon et la comtesse n’ayant pas eu d’enfants, c’est la transmission et la pérennité du nom et du patrimoine qui sont en jeu.

  • 68 Lettre du 22 janvier 1863.

29Afin de rendre ce dispositif encore plus efficace, Arthémine de Menthon écrit elle-même une lettre à René que Dupanloup doit faire passer pour sienne ; elle lui expédie certaines lettres qu’elle reçoit de son neveu pour qu’il puisse ajuster son discours. Le directeur de conscience est mobilisé pour dénouer le conflit qui oppose René au reste de sa famille au sujet de son mariage. La situation se résout finalement quand René consent à rencontrer Geneviève, malgré sa « boiterie de jambe », peut-être sur les instances de Dupanloup. L’évêque est alors à nouveau sollicité, cette fois-ci pour peser sur la jeune femme : « Mon Père, nous sommes très contents de ce que René ns écrit sur Melle de Laigle [sic] et ns désirons que vous l’encouragiez ds cette voie et que vous animiez et souteniez la bonne volonté de Mme de Laigle et que vs fassiez naître celle de Mademoiselle68. » Quel est le sens de ce recours à Dupanloup ?

  • 69 Chanoine Beaudenom, Pratique progressive de la confession et de la direction d’après la méthode de (...)
  • 70 Caroline Muller, « Ce que confessent les journaux intimes  : un nouveau regard sur la confession (F (...)
  • 71 Voir Bertrand Goujon, «  Gender, Family Life and Religious Identity. Faith in 19th Century Ultramon (...)

30L’évêque incarne un autre type d’autorité que l’autorité parentale ou familiale. Solliciter Dupanloup revient à faire entrer Dieu dans les négociations. En effet, le rôle d’un directeur de conscience est de discerner le plan de Dieu pour son dirigé en suivant l’inspiration de l’Esprit Saint69. Ses avis sont cruciaux au moment des choix qui engagent l’orientation de la vie d’une personne dirigée. Demander à Dupanloup d’influencer Marie ou René, c’est en réalité lui demander de prendre en considération les désirs de la famille dans la pratique du discernement. Cette ingérence dans les affaires spirituelles des enfants semble être un usage courant et critiqué par une partie du clergé70. Cette attitude produit certainement des situations inconfortables pour directeurs et confesseurs. Le discernement ne doit pas, en théorie, être soumis à des projets humains et familiaux ; pas plus que les relations de confiance qui lient directeurs et dirigé.es. Cela révèle cependant que la comtesse de Menthon, comme d’autres, prête une grande attention aux ressources pédagogiques et spirituelles de Dupanloup. Cela indique aussi que, pour certaines familles, les frontières entre pratiques spirituelles et relations sociales sont brouillées, l’intégration de membres du clergé dans les cercles de sociabilité des élites participant de ce brouillage71.

Un réseau féminin

  • 72 Lettre de la Toussaint 1858.
  • 73 Lettre du 20 mars 1861.
  • 74 Gabrielle Houbre, La discipline de l’amour..., op. cit.

31Ces stratégies matrimoniales sont menées en priorité par les femmes : ce sont elles qui demandent les renseignements, gèrent les premières prises de contact, essaient de peser sur les jeunes gens. Autour de Mme de Menthon, l’intégralité de ces étapes est prise en charge par un réseau féminin. Les demandes pour René et Marie sont transmises à Arthémine par le biais de femmes ; les maillons intermédiaires sont aussi des femmes : ainsi, Mme d’Avenas transmet à Arthémine la demande d’une « dame de Franche-Comté » qui souhaite marier son fils à Marie72. Toute une galerie de personnages féminins gravite autour de la comtesse : Mme de Forbin, chargée de décider René ; Mme de Virieu ; Mme de Gontaut, qui ouvre son salon à René pour l’aider à trouver une jeune femme ; Mme de Castellane. Entre voisinage, sociabilité mondaine et parenté, tous les réseaux sont mobilisés. Lorsque les négociations s’achèvent autour du contrat de mariage, elles ont aussi leur place. Ainsi, c’est la duchesse de Montmorency qui est chargée de défendre les intérêts des Maistre et qui discute du contrat de mariagede Marie avec Eugène de Maistre, au grand dam d’Arthémine de Menthon73. Si on connaît l’importance des mères dans l’éducation sentimentale des jeunes femmes des élites74, on mesure moins leur implication dans l’arrangement des unions. Comment expliquer que ce rôle soit tenu par Arthémine de Menthon et non par son beau-frère Bernard ou son mari Alexandre ?

  • 75 Idem, p. 81.

32Cette répartition genrée des rôles dans les stratégies matrimoniales renvoie à l’organisation de la place de chacun dans la famille noble. Les femmes sont les confidentes des jeunes filles mais aussi des jeunes gens. La proximité d’Arthémine avec son neveu est soulignée à de multiples reprises par différents correspondants, et son époux manifeste même des signes de jalousie à l’égard de la relation privilégiée qu’ils entretiennent. Ce lien de proximité résulte des soins et de l’attention dont les enfants et jeunes personnes font l’objet de la part des femmes : dans le cas présent, la comtesse s’est substituée à la mère de René et Marie, Valérie de Klinglin, après son décès en 1839. Cette confiance mutuelle et la possibilité d’échanger sur des sujets intimes sont nécessaires lorsqu’il s’agit d’aborder les délicates questions de mariage. Le rôle d’interlocutrice occupé par les femmes s’inscrit plus généralement dans la « perception morale et sociale de la fonction maternelle75 ».

  • 76 Il s’agit plus précisément des réseaux du catholicisme « libéral » autour des familles Du Boÿs ou V (...)
  • 77 Étienne Fouilloux, « Femmes et catholicisme dans la France contemporaine », Clio. Histoire‚ femmes (...)

33Une autre hypothèse d’explication est à chercher du côté des contours du réseau mobilisé. Dans ses recherches, Arthémine de Menthon choisit de s’appuyer sur Félix Dupanloup qui est au centre d’un réseau de femmes catholiques pieuses dont il est souvent le directeur de conscience76. L’entourage des ecclésiastiques tend à se féminiser : au XIXe siècle, l’écart de pratiques religieuses entre les hommes et les femmes continue de se creuser77. Dans la famille de Menthon, Alexandre de Menthon apparaît méfiant à l’égard de la relation qu’elle entretient avec Monseigneur Dupanloup et beaucoup moins investi qu’elle dans la pratique religieuse. Pour la comtesse, le choix de s’appuyer sur le réseau de son directeur a pour conséquence d’inscrire ses recherches matrimoniales dans un réseau féminin. Cela ne signifie pas qu’il n’existe pas d’autres canaux de circulation des informations. Les réseaux de sociabilité féminins et catholiques ont ainsi pu constituer des ressources primordiales pour assortir des unions. Ces réseaux peuvent être exclusivement épistolaires. On voit se superposer deux rôles d’épistolière : la dirigée dans la direction de conscience, l’écrivaine quotidienne chargée de la correspondance familiale. Le premier rôle est alors mis au service du second.

Conclusion

  • 78 Plusieurs autres correspondances de mon corpus de thèse montrent des dispositifs similaires.

34Étudier les négociations de mariage à l’aide des sources privées ouvre des possibilités nouvelles pour les historien.nes : comprendre ce qui se joue avant les unions, qui laissent ensuite des traces dans des sources plus étudiées, comme les fonds notariaux. Repérer les logiques de choix des familles et les arbitrages qu’elles opèrent selon leurs préoccupations immédiates. Au niveau individuel, cela révèle aussi la façon dont sont vécues ces recherches matrimoniales par les différentes parties, la contrainte qui s’exerce sur chacun et la marge de liberté possible pour les jeunes gens. Ce type de source offre aussi des informations précieuses sur les intermédiaires, rouages indispensables à la préparation d’une union. L’échange entre Arthémine de Menthon et Félix Dupanloup révèle ainsi l’existence de canaux de circulation de l’information peu visibles à travers d’autres sources. La correspondance de direction de conscience semble jouer le rôle de circuit parallèle sur lequel circulent des informations inaccessibles par d’autres biais. L’existence de ces échanges contribue à faire économiser du temps et de l’énergie aux acteurs en rendant les processus de négociation plus sécurisés. On lit ainsi la manière dont s’imbriquent les pratiques mondaines, familiales et religieuses. S’il n’est pas possible d’étendre la réflexion à toutes les familles de la noblesse, il semblerait cependant que le cas des Menthon ne soit pas isolé78.

  • 79 Un travail déjà ancien sur le sujet est celui de Bonnie Smith, Les Bourgeoises du Nord : 1850-1914, (...)

35Par ailleurs, cette source peut contribuer à une réflexion sur le genre de la négociation de mariage dans la noblesse. Les femmes nobles sont des courroies de transmission des informations et les garantes de la cohésion de la famille et de la fluidité des relations avec l’extérieur. Plusieurs travaux d’histoire des femmes ont montré l’exclusion progressive des femmes des élites de la vie économique à partir de 178979. Or, si le mariage est l’affaire économique d’une vie, alors les épouses sont parfois les principales femmes d’affaires de certaines familles. Loin des formes visibles de pouvoir économique, elles déplacent leur participation dans d’autres espaces plus discrets tel que le marché matrimonial. La correspondance devient alors un moyen de s’insérer dans ce marché au-delà des contraintes géographiques qui pèsent sur elles, et en premier lieu l’obligation de se plier aux décisions du mari, de construire une sphère d’influence dont aucune famille ayant des enfants à marier ne saurait se passer.

Haut de page

Notes

1 Jacques Mulliez, Droit et morale conjugale : Essai sur l’histoire des relations personnelles entre époux, Paris, France, Presses universitaires de France, 1987.

2 Francis Ronsin, Les divorciaires : affrontements politiques et conceptions du mariage dans la France du XIXe siècle, Paris, Aubier, 1992.

3 Gabrielle Houbre, La discipline de l’amour : l’éducation sentimentale des filles et des garçons à l’âge du romantisme, Paris, Plon, 1997. Michèle Hecquet, L’éducation des filles à l’époque de George Sand, Arras, Artois Presse Universités, 1998.

4 Georges Duby, Philippe Ariès et Michelle Perrot (dir.), Histoire de la vie privée, 4 : De la Révolution à la Grande guerre, Paris, Seuil, 1987 ; Martine Segalen, Mari et femme dans la société paysanne, Paris, Flammarion, 1980.

5 Anne-Marie Sohn, Chrysalides : femmes dans la vie privée : XIXe-XXe siècles, Paris, Publications de la Sorbonne, 1996 ; Michelle Perrot, Histoire de chambres, Paris, Seuil, 2009.

6 Agnès Walch, La spiritualité conjugale dans le catholicisme français (XVIe-XXsiècle), Paris, Cerf, 2002.

7 Cécile Dauphin et Danièle Poublan, « De l’amour et du mariage. Une correspondance familiale au XIXe siècle », Clio. Femmes, Genre, Histoire, no 34, décembre 2011. Jean Claude Bologne, Histoire du mariage en Occident, Paris, Hachette Littératures, 1995.

8 Adeline Daumard insiste sur la difficulté à distinguer nettement « mariage arrangé » et « mariage d’inclination ». La question du choix ne se résume pas à la dialectique liberté/contrainte car toute une gamme de motivations et de pressions rend l’analyse plus complexe : l’obéissance, le devoir filial, la position sociale, etc. Adeline Daumard, « Affaire, amour, affection : le mariage dans la société bourgeoise au XIXe siècle », Romantisme, tome 20, no 68, 1990, p. 33‑47.

9 Yvonne Knibiehler, Histoire des mères et de la maternité en Occident, Paris, Presses universitaires de France, 2000.

10 Adeline Daumard, « Affaire, amour, affection : le mariage dans la société bourgeoise au XIXe siècle », op.cit.

11 On trouve des indications dans Bertrand Goujon, Entre cosmopolitisme, insertions nationales et ancrages locaux, l’aristocratie au XIXe siècle : la Maison d’Arenberg (1820-1919), thèse dirigée par Claude-Isabelle Brelot à l’université Lyon 2, soutenue en 2006 (à paraître).

12 Patricia Mainardi, Husbands, wives, and lovers : marriage and its discontents in nineteenth-century France, New Haven, Yale University Press, 2003.

13 Signalons un article à paraître, qui traite la question des négociations de mariage à l’époque révolutionnaire : Anne Verjus, « Combien les demoiselles sont difficiles à marier... » dans Écrire le mariage de la Révolution à la Belle Époque (à paraître aux Publications de l’Université de Saint-Etienne en 2017).

14 Pierre Bourdieu, « Les stratégies matrimoniales dans le système de reproduction », Annales. Histoire, Sciences Sociales, tome 27, no 4/5, 1972.

15 Elizabeth C. MacKnight, Aristocratic Families in Republican France, 1870-1940, Manchester-New York, Manchester University Press, 2012, p. 43 : « The marital bond was key to an aristocratic family’s ability to consolidate and transmit capital of all forms for the benefit of future generations. For this reason the selection of a spouse was not a matter of individual concern but rather a process of negotiation managed by senior relatives who had the authority to make a final decision. »

16 Gérard Beaur, « Le contrat de mariage dans les sociétés européennes. Enjeux familiaux et pratiques des acteurs », Annales de démographie historique, no 1, 2011, p. 5‑22. Sylvain Turc, « Les alliances matrimoniales dans la haute société grenobloise lors du premier XIXe siècle (1790-1850)   : conservatismes et changement social dans un contexte révolutionnaire », Annales historiques de la Révolution française, n° 366, no 4, février 2012.

17 C’est le sujet de ma thèse en préparation à l’université Lumière Lyon 2 depuis 2012 : « Les formes de la direction de conscience au XIXe siècle » (titre provisoire), sous la direction de Bruno Dumons.

18 Carol E. Harrison, The Bourgeois Citizen in Nineteenth-Century France : Gender, Sociability, and the Uses of Emulation, Oxford-New York, Oxford University Press, 1999. Pour une synthèse, voir Ralph Gibson, A Social History of French Catholicism (1789-1914), Londres-New York, Routledge, 1989.

19 Pour une mise au point sur la manière dont il est possible d’exploiter le cas particulier en histoire, voir Jean-Claude Passeron et Jacques Revel (dir.), Penser par cas, Paris, Éditions de l’École des Hautes Études en Sciences Sociales, 2005.

20 « Dupanloup, Félix Antoine Philibert, 1802-1878 » in Jean Marie Mayeur, Alain Corbin et Arlette Schweitz, Les immortels du Sénat, 1875-1918 : les cent seize inamovibles de la Troisième République, Paris, Publications de la Sorbonne, 1995. Voir aussi le travail de Christiane Marchilhacy, Le Diocèse d’Orléans sous l’épiscopat de Mgr. Dupanloup, 1849-1878. Sociologie religieuse et mentalités collectives, Paris, Plon, 1962.

21 Cette correspondance est conservée aux archives du séminaire Saint-Sulpice rue du Regard à Paris. Non cotée, elle fait partie d’un ensemble plus vaste de lettres reçues par Monseigneur Dupanloup. Elle rassemble plusieurs centaines de lettres : la correspondance échangée entre la comtesse avec son directeur, mais aussi tout un réseau épistolaire familial tissé autour de Dupanloup. Il n’y a pas d’inventaire disponible.

22 Lettre du 3 janvier 1856. Nous ne savons pas exactement dans quels établissements : il est fort probable que René soit au collège et Marie dans un pensionnat tenu par une congrégation enseignante.

23 D’après Elizabeth Macknight, l’âge au mariage des aristocrates est de vingt-deux ans pour les filles et de vingt-neuf ans pour les hommes pour la période 1880-1899. Dans les années 1850, cet âge au mariage est encore, pour les filles, de 17-18 ans, soit une ou deux années après « l’entrée » dans le monde et la mise sur le marché matrimonial de la jeune fille. Voir à ce sujet Gabrielle Houbre, op. cit. ; ainsi que David Higgs, Nobles, titrés, aristocrates en France après la Révolution, 1800-1870, Paris, L. Levi, 1990. Il faut préciser que cet âge est encore plus bas dans les familles des élites les plus catholiques, qui sont aussi celles dont la fécondité est la plus haute : Louis Henry et Jacques Houdaille, « Célibat et âge au mariage aux XVIIIe et XIXe siècles en France. Âge au premier mariage », Population, mars 1979, vol. 34, n° 2, p. 403. Dans l’entourage des Menthon, on commence à marier les filles vers dix-sept ans, les garçons plus tardivement. Par exemple, Valérie de Klinglin est mariée à dix-neuf ans à Bernard de Menthon qui en a alors vingt-huit ; Arthémine elle-même se marie à vingt ans tandis qu’Alexandre de Menthon a vingt-neuf ans. On retrouve cet écart dans l’inquiétude d’Arthémine : son souci de marier débute alors que la jeune femme a dix-neuf ans, tandis que l’inquiétude au sujet de René n’émerge pas avant les vingt-cinq ans du jeune homme.

24 Lettre de la Toussaint 1858.

25 Lettre du 10 juillet 1859.

26 Lettre du 5 février 1860.

27 La correspondance ne permet pas d’en savoir plus mais il semblerait que les difficultés viennent de conflits familiaux autour de l’entreprise de verrerie qui avait été transformée en société anonyme en 1856. La lettre du 5 février 1860 fait allusion aux effets possibles de cette situation sur le mariage de Marie : « Qui pensera à elle et croira même à sa très belle fortune en entendant le bruit d’une si terrible débâcle ? ». Le reste de la lettre a été coupé ; c’est le seul cas de coupe nette et visible pour cette correspondance.

28 Voir Carol Harrison, « Zouave Stories : Gender, Catholic Spirituality, and French Responses to the Roman Question », Journal of Modern History, 2007, vol. 2, n° 79, p. 274‑305. Voir aussi les travaux de Laurent Gruaz, « Les officiers français des Zouaves pontificaux. Histoire et devenir entre XIXe et XXe siècle », thèse dirigée par Jean-Dominique Durand et soutenue le 7 février 2014 à l’université Lumière Lyon 2.

29 L’orthographe de la comtesse a été respectée.

30 Lettre du 8 février 1861.

31 Famille de l’ancienne noblesse de l’Ouest, les Autichamps sont légitimistes. Le grand-père d’Emma d’Autichamps (1841-1921), dont il est probablement question ici, Charles Beaumont d’Autichamps, était lieutenant-général des armées du Roi pendant la Révolution française et a connu l’exil.

32 Lettre du 24 juin 1861 : « Dites-nous un seul mot qui éclaircira notre horizon ».

33 Il est notamment question d’une famille de Genève, les Marescalchi, ainsi que d’une famille de Plombière.

34 En dernière instance, les jeunes femmes ont la possibilité de refuser une demande en mariage ; cela nuance les représentations liées aux mariages arrangés. Si les pressions parentales sont parfois très lourdes, une jeune femme peut cependant refuser une ou deux demandes. Au-delà, elle met en danger les stratégies matrimoniales de la famille. En effet, la demande est l’aboutissement de tractations longues et complexes et, en théorie, n’est plus qu’une formalité ; refuser de s’engager à ce stade peut dissuader d’autres familles de nouer de nouvelles négociations.

35 Lettre du 17 septembre 1861.

36 Geneviève est alors âgée de dix-neuf ans. Les Acres de L’Aigle sont une famille de l’ancienne noblesse. Le père de la jeune femme, Henri des Acres de L’Aigle, est Saint-Cyrien. Il est député de l’Oise à de multiples reprises : sous la Monarchie de Juillet puis sous la IIIe République (1871-1875). Partisan de la monarchie constitutionnelle de 1830, il avait quitté la carrière militaire pour se consacrer à la vie politique. Il se retire en 1848 dans son château de Tracy-le-Val où la famille réside. Il revient ensuite à l’Assemblée en 1871, porté par le parti conservateur. Voir sa biographie dans la base Sycomore des parlementaires français : http://www2.assemblee-nationale.fr/sycomore/fiche/(num_dept)/4164. Le positionnement politique des Acres de L’Aigle est donc différent de celui de la famille de Menthon, qui sont légitimistes. Cet écart de perception politique n’empêche pas, en 1860, d’envisager une alliance.

37 Lettre du 31 janvier 1862.

38 Lettre du 2 octobre 1862.

39 Lettre du 11 février 1863.

40 Monseigneur Dupanloup « dirige » toute une série de femmes de l’aristocratie. On peut par exemple citer Netty du Boys et Stéphanie de Virieu. Voir Clara Sadoun-Édouard, « ‪Des confessionnaux embaumant le patchouli‪ », Archives de sciences sociales des religions, tome 165, no 1, août 2014, p. 143‑161. Voir aussi Jacques Gadille et Françoise Mayeur, Education et images de la femme chrétienne en France au début du XXsiècle, à l’occasion du centenaire de la mort de Mgr Dupanloup, Lyon, L’Hermès, 1980.

41 Anne Martin-Fugier, La vie élégante ou La formation du Tout-Paris : 1815-1848, Paris Fayard, 1990.

42 Il est au centre des cercles du catholicisme libéral : voir à ce sujet Georges Weill, Histoire du catholicisme libéral en France, 1828-1908, Paris, F. Alcan, 1909.

43 Lettre du 10 juillet 1859.

44 Lettre du 5 février 1860.

45 Monseigneur Dupanloup correspond aussi avec René, Bernard et Alexandre de Menthon.

46 Lettre du 16 janvier 1862.

47 Lettre non datée, probablement de juin 1861.

48 Georges Duby, Philippe Ariès et Michelle Perrot (dir.), Histoire de la vie privée, 4..., op. cit.

49 Il est possible qu’il s’agisse d’une autre figure intellectuelle du catholicisme, le père Gratry, directeur du collège Stanislas, refondateur de l’Oratoire et aumônier de l’Ecole Normale Supérieure depuis 1846.

50 Lettre du 17 janvier 1862.

51 Lettre du 16 janvier 1862.

52 Lettre du 2 octobre 1862.

53 Plusieurs lettres témoignent de difficultés financières début 1862 ; il est aussi question d’une dispute à ce sujet avec sa sœur et son beau-frère de Berthier.

54 Michel Foucault, Du gouvernement des vivants : cours au Collège de France (1979-1980), Paris, EHESS, 2012.

55 Lettre non datée, probablement de 1861.

56 Lettre du 9 janvier 1862.

57 Une investigation plus poussée permettrait sans doute de trouver des lettres de Dupanloup dans les fonds privés de ses correspondants. Par exemple, les lettres envoyées à la famille du Boys ont été conservées dans un fonds privé.

58 Lettre du 20 mars 1861.

59 Sur le régime affectif qui prévaut dans les mariages arrangés, voir Eva Illouz et Frédéric Joly, Pourquoi l’amour fait mal : l’expérience amoureuse dans la modernité, Paris, Seuil, 2012. Sur les critères de choix d’un parti dans les élites, voir Adeline Daumard, « Affaire, amour, affection », art. cit. Pour la noblesse, plus spécifiquement, Elizabeth C. Macknight consacre un chapitre à la question dans Aristocratic Families in Republican France, 1870-1940, Manchester-New York, Manchester University Press, 2012.

60 Lettre du 6 février 1862.

61 Lettre du 2 octobre 1862.

62 Lettre de la Toussaint 1858.

63 Lettre du 31 janvier 1862.

64 Lettre du 6 février 1862.

65 Dans un article à paraître en 2017 dans le volume Écrire le mariage de la Révolution à la Belle Époque (Publications de l’Université de Saint-Etienne), Anne Verjus met en évidence cet aspect au sujet d’un jeune homme de la famille qu’elle étudie, le « cousin Tempier » : il s’était marié « par pure complaisance pour ses parents » et avait fini par se suicider.

66 Gabrielle Houbre, La discipline de l’amour : l’éducation sentimentale des filles et des garçons à l’âge du romantisme, Paris, Plon, 1997, p.  228.

67 Lettre du 9 novembre 1862.

68 Lettre du 22 janvier 1863.

69 Chanoine Beaudenom, Pratique progressive de la confession et de la direction d’après la méthode de Saint Ignace et dans l’esprit de saint François de Sales, Paris, Librairie St Paul, 1920.

70 Caroline Muller, « Ce que confessent les journaux intimes  : un nouveau regard sur la confession (France, XIXe siècle) », Circé. Histoires, Cultures & Sociétés, no 4, 2014. Voir aussi Gabrielle Houbre, La discipline de l’amour..., op. cit. On voit comment les confesseurs des jeunes personnes sont sollicités pour les convaincre.

71 Voir Bertrand Goujon, «  Gender, Family Life and Religious Identity. Faith in 19th Century Ultramontane Aristocracy » in Tine Van Osselaer et Patrick Pasture, Christian Homes : Religion, Family and Domesticity in the 19th and 20th Centuries, Leuven, Leuven University Press, 2014.

72 Lettre de la Toussaint 1858.

73 Lettre du 20 mars 1861.

74 Gabrielle Houbre, La discipline de l’amour..., op. cit.

75 Idem, p. 81.

76 Il s’agit plus précisément des réseaux du catholicisme « libéral » autour des familles Du Boÿs ou Virieu ; ces réseaux sont très actifs sur la question de l’enseignement, et notamment dans la défense du monopole de l’Église sur l’éducation des filles. Netty Du Boÿs décrit longuement la construction de ces réseaux dans Netty Du Boÿs et Henri-Louis Chapon, Souvenirs de La Combe (Mgr Dupanloup à la Combe), Paris, Téqui, 1912. Plusieurs contributions abordent ce réseau dans Jacques Gadille et Françoise Mayeur, Education et images de la femme chrétienne en France au début du XXe siècle, à l’occasion du centenaire de la mort de Mgr Dupanloup, Lyon, L’Hermès, 1980.

77 Étienne Fouilloux, « Femmes et catholicisme dans la France contemporaine », Clio. Histoire‚ femmes et sociétés [En ligne], 2 | 1995, mis en ligne le 1er janvier 2005, consulté le 7 décembre 2016. URL : http://clio.revues.org/498; DOI : 10.4000/clio.498. La notion de « féminisation » du catholicisme au XIXe siècle est désormais fortement questionnée. Pour un aperçu des discussions à ce sujet, voir Patrick Pasture, Jan Art et Thomas Buerman, Gender and Christianity in Modern Europe : Beyond the Feminization Thesis, Leuven, Leuven University Press, 2012.

78 Plusieurs autres correspondances de mon corpus de thèse montrent des dispositifs similaires.

79 Un travail déjà ancien sur le sujet est celui de Bonnie Smith, Les Bourgeoises du Nord : 1850-1914, Paris, Perrin, 1989. Voir aussi Elizabeth C. MacKnight, Aristocratic Families in Republican France, 1870-1940, op. cit.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Caroline Muller, « Un secret bien partagé. La place du directeur de conscience dans les négociations de mariage d'une famille noble (seconde partie du XIXe siècle) », Genre & Histoire [En ligne], 18 | Automne 2016, mis en ligne le 07 février 2017, consulté le 23 mars 2017. URL : http://genrehistoire.revues.org/2558

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Genre & histoire est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page