Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Florence Rochefort et Éliane Viennot (dir.), L’engagement des hommes pour l’égalité des sexes (XIVe-XXIe siècle)

Publications de l’Université de Saint-Étienne, 2013, 272 p.
Véronique Garrigues
Référence(s) :

Florence Rochefort et Éliane Viennot (dir.), L’engagement des hommes pour l’égalité des sexes (XIVe-XXIe siècle), Publications de l’Université de Saint-Étienne, 2013, 272 p.

Texte intégral

  • 1 Anne-Marie Sohn, Une histoire sans les hommes est-elle possible ? Genre et masculinité, Lyon, ENS É (...)
  • 2 Article de Ginevra Conti Odorisio sur Salvatore Morelli (1867-1880), défenseur de la cause des femm (...)

1La publication des actes de ce colloque de 2010 s’inscrit dans le droit fil des dernières recherches sur l’histoire des femmes et du genre : peut-on faire une histoire des femmes sans les hommes1 ? Au prisme de l’engagement individuel ou collectif, l’ouvrage se décline en deux temps. La première partie s’intéresse aux arguments et aux réflexions que les hommes, du Moyen âge à nos jours, ont pu construire et développer pour l’égalité des sexes, ainsi qu’à leur mobilisation. Si certaines idées ont pu paraître utopistes à leurs contemporains2, d’autres ont abouti à une application concrète. L’objet de la seconde partie du livre interroge les engagements des hommes, tant dans leur modalité que leurs ressorts personnels ou institutionnels.

  • 3 Article d’Éliane Viennot, qui a aussi dirigé : Revisiter la « querelle des femmes ». Discours sur l (...)

2La majorité des 18 articles proposés (14) éclairent la période contemporaine (du XIXe au XXIe siècle). Mais ils permettent aussi de constater que les auteurs philogynes ont largement débattu de la question dés le XIVe siècle, la « querelle des femmes » se prolongeant même au-delà de la période moderne3. Dix articles permettent de balayer l’évolution de la question de l’égalité des sexes en France sur plus de huit siècles, et de prendre la mesure de l’action des hommes dans les champs du politique, éducatif, culturel ou de la sexualité pour obtenir l’égalité entre les sexes. Les espaces européen et américain sont également étudiés et l’analyse des cas italien, anglais, belge, suédois, américain ou brésilien vient utilement rappeler que le combat ou le soutien des hommes fut universel, à l’image des mouvements féministes.

  • 4 Comme le journal non-mixte La Fronde ou le Groupe français d’Études Féministes.

3Toute la difficulté de l’entreprise scientifique tient à la volonté de montrer jusqu’à quel point ces hommes ont lié leurs actions, leurs écrits voire leur vie à la lutte contre les discriminations que pouvaient subir les femmes. Autrement dit, peut-on mesurer efficacement le degré de féminisme d’un homme à son combat en faveur de l’égalité des sexes ? Les biographies ou les études prosopographiques présentées permettent de re-découvrir de nouveaux portraits masculins engagés dans la lutte féministe (les plus célèbres n’ayant pas fait l’objet de contribution), mais d’éviter aussi d’étiqueter hâtivement certains hommes comme féministe, bien qu’ils aient pu contribuer à faire avancer la cause des femmes. Ainsi J. Mossuz-Lavau, dans son étude sur les soutiens masculins à l’IVG en France, souligne bien que Pierre Simon, gynécologue promoteur de la contraception, refusait cette appellation : « Je ne suis pas féministe. Je me suis battu pour la promotion de la femme sur le plan législatif mais sans approuver le militantisme ostentatoire du MLF » (p. 120). A contrario, le journaliste Yves Guyot (1843-1928), qui combat la police des mœurs et perçu comme « promoteur du féminisme » par ses contemporaines, a été écarté de la mémoire féministe par la Fédération britannique, continentale pour l’abolition de la prostitution, aux accents très puritains. Y. Ripa explique cette contradiction par son positionnement libéral, alors que les mouvements féministes de la fin du XIXe siècle défendent la prohibition de la prostitution pour des raisons sanitaires et morales, Guyot condamne le réglementarisme qui encadre les pratiques des filles de joie. De même, les utopies égalitaires d’un Léopold Lacour, « féministe radical au masculin » selon F. Rochefort, montrent l’importance que les mouvements féministes4 détenaient - et leur nécessaire caution - pour l’acceptation d’une parole masculine toujours jugée suspecte. Plusieurs articles (M. Prum, E. Devieilhe, C. Charlot, C. Jacques) reviennent sur le poids des réseaux personnels, amicaux, et/ou professionnels pour porter les idées d’égalité des sexes auprès des sphères politiques très masculines dans tous les pays et à toutes les époques.

4Ces positionnements masculins en faveur d’une amélioration de la condition féminine soulèvent un autre débat questionné par l’historiographie actuelle, celle de la frontière entre féminité et masculinité.

5Ami de Condorcet, Charles de Villette est un ardent défenseur du droit de vote des femmes pendant la révolution française, favorable au mariage civil et au divorce. O. Blanc pense que son homosexualité assumée a « constitué un obstacle à un examen critique véritablement serein de son œuvre politique » (p. 141) alors qu’il fut un des rares à rester fidèle à ses convictions égalitaristes. Quand les normes de la masculinité sont transgressées, les hommes qui font l’objet de stigmatisation peuvent voir leurs actions ou paroles discréditées mais ils peuvent aussi porter la polémique vers un public plus large. C. Scheibe Wolff montre que Gabeira, guérillero amnistié après la dictature brésilienne (1979), s’est joué des codes machistes pour dénoncer la violence faite aux femmes, la prostitution ou l’homophobie. Devenu homme politique, il s’est démarqué de la posture virile du combattant en vogue chez les militants gauchistes et fut un réel soutien aux mouvements féministe et gay au Brésil. À la croisée de cette défense de l’égalité des droits liés à la sexualité des femmes et des hommes, se mêlent d’autres discriminations comme racisme et sexisme. C’est l’exemple analysé par H. Quanquin lors de la tenue de la Convention mondiale contre l’esclavage en 1840 à Londres où la participation des femmes au débat était contestée. Moment clé du mouvement abolitionniste, cette réunion est présentée comme le catalyseur d’une prise de conscience féministe aussi bien chez les femmes que chez les hommes. Quelques participants masculins soulignent d’ailleurs « l’incohérence qui consiste à se battre pour les droits des esclaves tout en empêchant les femmes d’exercer les leurs » (p. 78). Les auteur.e.s ne se sont pas penchés sur la notion d’intersectionalité qui aurait pu être a minima convoquée à défaut de pouvoir être complétement questionnée en fonction des sources disponibles.

6Enfin, la sociologue Y. Le Quentrec note elle aussi la difficulté des syndicalistes français à se détacher des normes sexuées traditionnelles alors qu’ils luttent par ailleurs pour plus d’égalité dans le monde du travail : « s‘ils traitent volontiers avec humour les propos d’homophobies d’hommes qui les accusent de manquer de virilité, ils vivent plus mal l’incompréhension et les critiques des femmes qui intériorisent les inégalités » (p. 231).

  • 5 Un mépris que deux cinéastes français, Jean Grémillon et Pierre Kast, ont subi de la part de la cri (...)

7Le grand mérite du livre est donc de sortir de leur invisibilité ces liens qui mobilisent hommes et femmes pour l’égalité des sexes et de faire l’histoire de leur nécessaire alliance pour l’avancement de cette lutte. Par ailleurs, l’approche biographique, qui aurait pu donner une vision fragmentée de l’engagement masculin, dévoile leur variété dans le temps et dans l’espace. En rejetant le modèle normatif de la masculinité, l’action de ces hommes a jeté le trouble, l’incompréhension ou la réprobation autant chez leurs pairs5 que parmi les femmes, qu’elles soient féministes ou non. L’histoire de leur engagement révèle toutes les difficultés à obtenir l’égalité des sexes car elle ne peut s’écrire qu’en accordant féminin et masculin.

Haut de page

Notes

1 Anne-Marie Sohn, Une histoire sans les hommes est-elle possible ? Genre et masculinité, Lyon, ENS Éditions, 2014, 384 p.

2 Article de Ginevra Conti Odorisio sur Salvatore Morelli (1867-1880), défenseur de la cause des femmes au Parlement italien (p. 153-165).

3 Article d’Éliane Viennot, qui a aussi dirigé : Revisiter la « querelle des femmes ». Discours sur l'égalité/inégalité des sexes, de 1750 aux lendemains de la Révolution, PU Saint-Etienne, 2012, 208 p.

4 Comme le journal non-mixte La Fronde ou le Groupe français d’Études Féministes.

5 Un mépris que deux cinéastes français, Jean Grémillon et Pierre Kast, ont subi de la part de la critique pour avoir produit des films engagés sur l’émancipation des femmes (Noël Burch, p.193-204).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Véronique Garrigues, « Florence Rochefort et Éliane Viennot (dir.), L’engagement des hommes pour l’égalité des sexes (XIVe-XXIe siècle) », Genre & Histoire [En ligne], 17 | Printemps 2016, mis en ligne le 31 mai 2016, consulté le 24 mars 2017. URL : http://genrehistoire.revues.org/2503

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Genre & histoire est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page