Navigation – Plan du site
Voyageuses et histoire(s) Partie 1/2

Le Maroc des voyageuses françaises au temps du Protectorat. Une vision (de) colonisatrices ?

Claude Ghiati

Résumés

Entre littérature et histoire, les récits de voyage des Françaises qui ont parcouru le Maroc pendant le Protectorat (1912-1956) présentent une grande diversité d’approches et de perceptions d’un pays qui était jusque là jugé fermé et hostile. La qualité des œuvres qui en résulte est hétérogène et la majorité de ces récits est resté jusqu’à maintenant dans l’oubli. Les motivations des voyageuses, les conditions du voyage, les moyens de transport et les infrastructures évoluent au gré des grands travaux initiés par le maréchal Lyautey. Certaines nous livrent des « impressions » devant les paysages et les conditions de vie sociale tandis que d’autres, en véritables historiennes, produisent des récits où se mêlent observations et renseignements très précis sur la vie politique, sociale, religieuse et artistique du Maroc. Totalement adhérentes à l’œuvre « civilisatrice » de la France ou, au contraire, très critiques vis-à-vis d’attitudes moralement choquantes, ces femmes portent un regard particulier sur un pays en pleine mutation et leurs textes constituent une source originale sur l’histoire de cette époque.

Haut de page

Texte intégral

1L’historiographie sur les femmes voyageuses est restée très peu développée en France jusqu’à une période récente, alors que les recherches se sont multipliées dans le monde anglophone et qu’elles offrent des pistes de réflexion variées pour aborder un tel sujet1. Par ailleurs, les femmes voyageuses ont été étudiées en histoire principalement à travers leurs journaux intimes et leurs correspondances et fort peu à travers les récits de voyage imprimés, une source longtemps restée le domaine réservé des littéraires. À noter aussi que les voyageuses du XIXe siècle les plus étudiées ont parcouru le monde jusqu’en des contrées inconnues d’Asie Centrale ou d’Amérique du Sud et qu’elles nous ont donné d’elles-mêmes l’image de femmes hardies et aventurières en quête d’exploits réservés aux hommes. Celles qui partent au début du XXe siècle au Maroc, voyagent et écrivent dans des conditions tout à fait différentes, même si ce pays a longtemps été considéré comme une terre inhospitalière2. Leur voyage est lié à la situation coloniale, soit du fait des responsabilités exercées par leur mari, soit en raison de leur désir de faire connaître et apprécier les nouvelles conquêtes.

2Au début du XXe siècle, le Maroc est en effet un objet de convoitise pour plusieurs nations européennes : la France, l’Angleterre, l’Allemagne et l’Espagne. Les tribus du Nord traditionnellement en rébellion contre le pouvoir chérifien sont la cause de conflits incessants et ce contexte politique a donné au Maroc la réputation d’une contrée fermée et hostile. Le commerce avec le Maroc est alors peu développé, contrairement à celui entre la France, l’Algérie et la Tunisie. Les missionnaires sont difficilement admis et les diplomates, confinés à Tanger, y jouent un rôle des plus réduit. En 1912, la France signe un traité de protectorat qui prendra fin le 3 mars 1956. Le Maréchal Lyautey, le premier Résident français au Maroc, entame alors de grands travaux : ports, routes, chemins de fer, villes nouvelles, écoles, hôpitaux, exploitations minières qui seront amplement décrits par les voyageuses.

3Nous avons répertorié dix-sept femmes qui ont visité le Maroc sous le Protectorat (plus largement pendant les années 1905-1936) et qui ont laissé un récit publié3. Ces volumes de piètre qualité matérielle sont, la plupart du temps, des ouvrages très abîmés4 : à force d’avoir été manipulés par leurs lecteurs et lectrices ou à cause des effets du temps, ils furent oubliés sur les étagères, au milieu des documents prestigieux et solidement reliés que sont les rapports des hommes qui ont construit le Maroc sous le Protectorat. Leurs auteures, bien qu’étrangères au Maroc, connaissent réellement le pays dont elles parlent, soit qu’elles aient bien préparé leur voyage (les renseignements géographiques sont exacts et les itinéraires soigneusement notés), soit qu’elles aient pu séjourner assez longtemps pour que leurs observations soient plus que des impressions passagères. Leurs écrits constituent un corpus d’œuvres variées et singulières tant du point de vue littéraire qu’historique. Elles n’ont pas la prétention d’écrire l’histoire du Protectorat, et si la plupart, particulièrement du temps de Lyautey, s’efforcent de justifier la présence française et de souligner les bienfaits qu’elle apporte au Maroc, chacune raconte sa propre histoire, ses sensations particulières et ses impressions personnelles. C’est donc une production plus subtile, plus riche et plus complexe qu’elle ne le paraît au premier abord. Il n’y a pas de vision unique, mais des regards multiples qui donnent une image à la fois vivante, nuancée et parfois contrastée du pays. La séduction certaine qu’exerce le Maroc sur les voyageuses s’accroît au fil du temps par la sécurité que donnent la présence militaire et les résultats des grands travaux qui confortent leur sentiment de supériorité, facilitent leurs déplacements et amoindrissent peut-être leur curiosité.

4Malgré leurs limites, ces récits de voyage constituent une source qui permet d’appréhender une forme originale d’écriture de l’histoire marocaine. On peut, en effet, écrire l’histoire du Protectorat comme un épisode de l’histoire du Maroc. On peut également écrire sur le fait colonial au Maroc et ses prolongements. On peut aussi voir comment on a pu écrire le Maroc et pour cela étudier des sources imprimées négligées5.

I. Le voyage au féminin

1. Quelques profils de voyageuses

5Toutes issues d’un milieu social aisé et cultivé, les voyageuses répertoriées dans le cadre de cet article sont filles de médecins (Aline de Lens, artiste-peintre6), de magistrats (Jane Guy, poétesse et enseignante7, Alice Barthou8), femmes d’administrateurs coloniaux (Mathilde Zeys9, Marie Bugéja, journaliste10) ou de diplomate (Madeleine Saint-René Taillandier11). Elles sont aussi elles-mêmes médecin (la doctoresse Françoise Legey12), aviatrice (Magdeleine Wauthier, chargée d’une reconnaissance aérienne en Afrique du Nord avec son mari13), journaliste (Marise Périale14) ou conférencière pour la Société de géographie (Reynolde Ladreit de Lacharrière). Plusieurs d’entre elles organisent des réunions littéraires (Henriette Willette, Jane Guy, Henriette Célarié) ou tiennent des salons à la renommée internationale comme Marie-Thérèse Gadala, très active au sein du Studio Franco-Russe entre 1929 et 193115. Du fait de leurs nombreuses activités, ces femmes participent au débat social et au mouvement scientifique. Certaines sont d’ailleurs correspondantes de la Société de Géographie et sont décorées de diverses distinctions. Nombre de ces voyageuses ont eu une véritable passion pour le Maroc au point d’écrire, à côté de leurs voyages, des romans ayant pour cadre la société dans laquelle elles ont vécu. Ces fictions, ici laissées de côté car ne relevant pas du récit de voyage, sont de petits bijoux d’études sociologiques et ethnographiques, incluant des chiffres et des enquêtes, de nombreux repères historiques, des données démographiques, des descriptions très minutieuses des costumes et des intérieurs de la société urbaine ou des montagnards de l’Atlas16. Aline De Lens, Marie Bugéja ou Henriette Célarié ont chacune écrit une dizaine de ces romans qui ont, immédiatement, eu un grand succès. Ces textes ont d’ailleurs contribué à ancrer l’idée coloniale chez les Français et Lyautey ne l’ignorait pas qui, dans les dédicaces de certains de leurs ouvrages (Willette, Gadala), remercie leurs auteures de leur collaboration à cette grande œuvre.

6Certaines de ces voyageuses sont parties en voyage touristique individuel (La Mazière, Lorris, Périale) ou avec un organisme spécialisé qui gérait la logistique du voyage (De Sourdon, Berthel). Les récits d’impressions qui en résultent tiennent à la fois du voyage réel et du voyage fictif car le souvenir est reconstruit pour exalter des moments heureux et un passé qui se mêle au présent17. De ce fait, les écrits de ces femmes reflètent, simultanément, l’angoisse, l’inquiétude, la peur de « l’indigène », le dégoût de la saleté qu’elles voient partout, la pitié pour les enfants malades et teigneux, la compassion pour les femmes murées et soumises ; et la curiosité, l’étonnement et l’attirance qu’elles éprouvent pour un pays qui s’impose à elles, et comme malgré elles, par la beauté de ses paysages, le luxe de ses intérieurs, la gentillesse et l’hospitalité de ses habitants, la culture et l’érudition de ses notables18.

7Le récit de Barthou est le livre-type de ces « impressions » : pas de date de voyage, pas de table des matières, peu de texte pource livre publié en 1925. Cette dernière dit avoir eu envie de partir, de se dépayser. De même, le livre de Sourdon est sans préface, ni sommaire, ni date d’édition. On ne sait pas qui elle est, ni ce qu’elle fait, mais elle semble liée aux milieux catholiques de Lyon. Elle part, selon les conseils qu’on lui a prodigués, en voyage organisé :

« Voyagez au Maroc. Les Annales organisent une caravane de 20 personnes qui partira de Casablanca, dans 2 autocars de la compagnie Transatlantique, pour se rendre à Marrakech, Casablanca, Rabat, Fès, Meknès, Taza et s’arrêtera à Alger d’où vous embarquerez pour Marseille. Vous logerez dans de magnifiques hôtels dont l’un, à Fès, fut une demeure royale. Vous y boirez du thé à la menthe, enfoncée dans de moelleux sofas. Vous verrez des gens riches vêtus comme des pauvres et des pauvres qui paraissent contents19 ».

8Les voyages en groupe sont donc rigoureusement organisés et dénués d’aventures. Nous verrons qu’ils participent pleinement à la politique d’acceptation du Protectorat et ce dès les années 1920.

2. Les conditions de voyage

9La longueur du séjour conditionne la forme du discours qui en est issu. Un voyage bref (de trois à quatre semaines) donnera une narration au jour le jour, avec des itinéraires soigneusement notés, une peinture des paysages traversés, des anecdotes légères et pittoresques, elles-mêmes souvent accompagnées de comparaisons avec la France et/ou de jugements de valeur. Les voyages plus longs (jusqu’à six mois) donnent lieu à des observations plutôt qu’à des notations d’impressions passagères et ces textes constituent des documents historiquement précieux.

10Madeleine Saint-René Taillandier effectue son voyage en 1905 à la suite de la nomination de son mari à la légation de Tanger. Dans son livre de souvenirs, elle présente, à côté d’une magnifique description de la vie diplomatique, les conditions de circulation des personnes qui ont œuvré à la signature du traité de Protectorat en 1912. De Marseille, elle prend le petit bateau de la Compagnie Paquet qui va à Oran, en Algérie. Elle est alors accompagnée de son mari et de leurs trois filles, auxquels s’ajoutent « une institutrice timorée qui croyait aller chez les sauvages, un cuisinier auquel il fallait aussi donner confiance et une femme de chambre, personne très pénétrée de ses devoirs et des miens vis-à-vis d’elle20 ».Cette petite compagnie constitue les seuls passagers du bateau. La traversée dure huit jours. Ensuite, les voyageurs prennent un caboteur pour rejoindre Tanger mais, au-delà, leur seul moyen de locomotion est le mulet. Elle signalera, dans son livre publié en 1947, que leur voyage fut sans doute un des derniers, sinon le dernier, de ce type21.

11Reynolde Ladreit de Lacharrière, elle aussi, voyage au Maroc juste avant la mise en place du Protectorat. Elle fait partie de cette classe d’exploratrices caractéristiques du XIXe siècle qui ont l’esprit d’aventure, qui se moquent des conditions matérielles d’hébergement et des difficultés du chemin et qui n’hésitent pas à braver l’interdiction des autorités pour aller là où bon leur semble. Elle ose s’aventurer dans le grand Sud, jusqu’à Taroudant, sans s’inquiéter de la sécurité précaire et de l’anarchie qui y règne. Elle et son mari partent en mission, en 1910 et en 1911, pour le compte du Comité du Maroc dont il est le secrétaire, du Ministère de l’Instruction publique et de la Société de Géographie. Ils se sont partagé le travail : Jacques s’occupe de l’itinéraire et recueille au mieux des renseignements de toute nature ; Reynolde tient le journal de route, mêlant anecdotes et descriptions. Elle s’acquitte de cette tâche très consciencieusement. À leur retour, ils donneront le 11 mars 1912 une conférence devant les membres de la Société de Géographie. Le voyage de Reynolde Ladreit de Lacharrière est préparé par ses soins dès Paris, mais aussi à Marrakech quand elle y retourne en 1911. Il faut notamment se munir des autorisations destinées aux chefs des territoires qu’ils devront traverser. C’est le vice-consul de Marrakech qui s’est chargé de toutes les formalités. Il faut aussi prendre des renseignements sur la viabilité des routes et les disponibilités de leurs hôtes. Pour cela, ils utilisent les rekkas, ces coursiers qui, à pied, portent les lettres. Enfin, il faut recruter la caravane, hommes et animaux, et se procurer un zettat, un « guide accompagnateur, muni de fusil, qui les précède en courant », ce qui leur assurera le maximum de garantie et de sécurité22. Il faut aussi réunir les tentes, les lits, les cantines et les provisions qui seront empilés dans les chouaris, de grands paniers portés par les mules.

12Le circuit classique des voyageuses passe par Casablanca, Rabat-Salé, Meknès, Fès et, pour les plus aventureuses, par Marrakech, c’est-à-dire par la grande ville économique du Maroc colonial et par les traditionnelles villes impériales. Quand elles ont des relations avec le corps diplomatique, les voyageuses vont aussi à Tanger, à Taza et à Oujda, si elles repartent par l’Algérie (qu’elles y habitent ou qu’elles y prennent le bateau pour Marseille). Leur arrivée se fait donc soit par Casablanca si elles viennent de France, soit par Tanger si elles viennent d’Algérie. Puis, leur trajet s’effectue, dans les trois premières années du Protectorat (1912-1915), à dos de mulets. Après la première campagne de grands travaux menée par Lyautey de 1912 à 1920, elles inaugurent, en voiture, les nouvelles routes. Cependant, pour circuler à l’intérieur du pays, un passeport est obligatoire et les voyageuses doivent, de plus, avoir une autorisation des autorités françaises pour les autorités locales. A cette époque, le touriste se différencie en effet peu de l’espion ou de l’ennemi. Les contacts avec les populations et les renseignements recueillis représentent, pour les autorités françaises, une mine d’informations23 mais peuvent demeurer suspectes aux yeux des autochtones. C’est pourquoi l’administration du Protectorat interdit à toute personne non accompagnée d’avoir des contacts avec les tribus berbères. Henriette Willette en fait l’expérience : « On ne peut aller à Telouet24 sans une autorisation du général. Je la demande, il me la refuse, alléguant le mauvais état de la route. Je ne crois pas à cette raison qui n’est certainement qu’un prétexte, et je pars25 ».

13En 1923, Henriette Célarié effectue un voyage d’agrément d’un mois, circule en voiture individuelle avec son mari, en voiture collective ou en autocars de la Compagnie Transatlantique « qui sont excellents ». Elle descend dans les confortables hôtels de la Compagnie, présents dans toutes les grandes villes. Les routes, nous dit-elle, « sont aussi bonnes que celles de France. Leur réseau s’étend d’un bout à l’autre du Maroc, en réunit les villes et joint la frontière algérienne26 ». Trois ans plus tard, en 1926, après une traversée Marseille-Casablanca de 48 heures, la voiture d’Alice La Mazière passe allègrement sur les pistes (dans le Rif) « à travers monts, vaux, pentes pierreuses, villages, bois de chênes ». Elle découvre des plantations et notamment « un potager qui fournit en abondance les légumes de France que la culture maraichère locale ignore encore. Et cette terre, d’une fertilité exceptionnelle, était encore inculte il y a trois ans27 ». Dans le Sud, Alice La Mazière accepte l’invitation de montagnards. Elle pénètre ainsi dans leurs maisons où on lui offre des pêches fraiches... Marie Bugéja, quant à elle, voyage avec encore plus de sécurité et de confort. Elle visite la partie nord du protectorat français, celle où ont eu lieu les terribles affrontements avec les rebelles du Rif (contre lesquels son fils a combattu), aux alentours de Taza, elle voit les vestiges des fortins construits par les troupes en 1913 pour assurer leur protection28.

14Marise Périale effectue, au cours des années 1934-1935, un périple de presque 10 000 km qui la conduit jusqu’aux régions pré-sahariennes de Goulimine et de Rissani. Elle semble voyager « seule », c’est-à-dire accompagnée d’un chauffeur, Mr Martin, de « sa belle chienne de race belge », et d’un guide marocain, Mahjoub, qui est aussi son mécanicien. Durant son voyage, elle rencontre des touristes dont le nombre commence à croître. En 1936, en effet, les grandes villes sont reliées entre elles par de bonnes routes bien signalées, même s’il faut encore parfois emprunter des pistes que transforment en routes les légionnaires. Des syndicats d’initiative, créés en 1918, travaillent pour le confort et l’information des touristes, et des points de ravitaillement (en essence et en nourriture) ont été aménagés et sont alors nombreux. Malgré cette amélioration notable des conditions de voyage, le périple de Marise Périale reste cependant fort téméraire, car cette dernière parcourt des régions au sud du Maroc qui viennent juste d’être « pacifiées » : les dernières opérations ont eu lieu en février-avril 1934 et les Français y sont encore très largement perçus comme des envahisseurs. Pour se rendre compte des dangers encourus, il faut lire l’ouvrage de Michel Vieuchange, publié en 1932. Ce dernier est parti, caché dans un panier attaché sur un chameau, à la découverte de la ville de Smara située dans une région en pleine dissidence29. Marise Périale, quant à elle, est fière de son voyage : « Ayant eu le bonheur d’être parmi les premiers pionniers et pionnières, car les femmes jouent et ont encore un beau rôle à jouer dans ce pays, j’ai voulu être la première française à pénétrer dans ces régions nouvellement soumises, qui sont la ligne frontière du Maroc30 ». Étant journaliste, elle dispose des autorisations militaire et civile requises pour pénétrer dans ces contrées encore hostiles : ce sera la première femme de sa profession à le faire ! Plus loin dans son récit, (elle se trouve alors aux alentours de Tiznit), elle partage la vie difficile des soldats qu’elle accompagne pour aller vers le sud. Mais, même dans ce contexte, elle ne peut oublier sa condition de femme : « Hélas !... Nous avons beau porter culotte, à l’occasion, nous serons toujours considérées comme des êtres faibles, inaptes à la vie dure des camps, des colonnes et des groupes mobiles31 ».

3. La fabrique des récits

15Les voyageuses partent toutes munies de guides, ouvrages diversement épais prévus pour faciliter la préparation du voyage individuel : le « Joanne » créé en 1860 et devenu le « Guide Bleu » en 1919, le « Guide Michelin », le « Guide Mobiloil ». La première édition du Guide Bleu est rédigée par Prosper Ricard, inspecteur des Arts indigènes à Fès32. Elle contient la reproduction d’un autographe de Lyautey qui souligne « que c’est une chance inestimable pour un pays destiné à un tel avenir touristique que l’écriture d’un Guide Joanne du Maroc ». L’ouvrage décrit différents circuits dans les régions facilement accessibles à cette époque, signale les services publics, les hôtels et les restaurants, ainsi que les commerces dont on peut supposer qu’ils sont tous tenus par des Français. Il accorde, par ailleurs, une grande importance aux sites archéologiques dont le principal est Volubilis. Le Guide Michelin33 propose, quant à lui, de nombreuses cartes où figurent des circuits et des plans détaillés des localités, ainsi qu’un supplément « Hôtels et Restaurants », indiquant la catégorie, les prix, le nombre de chambres et les spécialités régionales, les jours de marchés, l’altitude, les kilomètres, les fournisseurs de pneumatiques, etc. Le guide de la région de Meknès fournit un panorama complet de la ville et de ses environs, de son histoire, de ses sites pittoresques et de tous les commerçants français de la région34. Le Guide Mobilgas-Mobiloil, publié en 1954, propose des circuits très détaillés sur l’ensemble du Maroc à la veille de l’indépendance35.

16Les voyageuses utilisent beaucoup ces ouvrages et nous le font savoir. Henriette Célarié a ainsi recopié des pages entières de renseignements pratiques, concernant le bateau, le train, le climat… Une ligne aérienne vient même, nous dit-elle, d’être créée en septembre 1919 entre Toulouse, Rabat et Casablanca : 1900 km que l’on fait en 14 heures. Les départs et les arrivées à Toulouse correspondent à l’heure des rapides qui arrivent de Paris ou qui y vont. Maintenant, selon elle, il est très facile d’aller au Maroc. Elle écrit d’ailleurs dans son avant-propos que « Le Maroc est à la mode ! » Au-delà de cet aspect pratique, Henriette Célarié montre aussi qu’elle connaît parfaitement tous les domaines qui touchent l’histoire, la vie sociale, politique et économique du Maroc. Elle a lu les grands classiques : Léon l’Africain, les historiens et les voyageurs du XVIIIe siècle, Segonzac, Charles de Foucauld, les frères Tharaud, Chevrillon... et Le Maroc d’Augustin Bernard, publié en 1913. À Fès, elle voyage en compagnie de l’écrivain Joseph Vattier, auteur de plusieurs guides sur le Maroc. Elle a consulté les archives des Affaires Étrangères36 et a même eu accès à celles des agents secrets de l’Allemagne au Maroc37. Son livre, datant de 1923, est d’ailleurs garni de notes de bas de pages pour indiquer ses sources. De même, pendant son voyage, Marise Périale cherche des informations dans un ou plusieurs guides qu’elle a avec elle : « Voyons ce qu’en disent les guides. Je lis dans l’Annuaire de l’automobile et du tourisme38 […] ».Elle cite aussi plusieurs auteurs qui ont écrit sur le Maroc39 et met des notes en bas de pages, sans doute pour prouver le sérieux de ses informations. Henriette Willette a le même désir quand elle informe ses lecteurs : « Et pour ceux qui ne me croiront pas, il suffit de lire les pages d’Adrien Matham, écrites il y a près de trois cents ans, et celles de Jean Doublet écrites en 168140 ! »

17Les voyageuses signalent, par ailleurs, qu’elles achètent des souvenirs et des cartes postales « Scènes et types du Maroc » produites à l’époque du Protectorat41. Elles les envoient à leurs proches en métropole et peut-être en gardent des exemplaires comme aide-mémoire. Ces cartes représentent les rues des villes marocaines, des portraits et des scènes « typiques » de la société et sont aujourd’hui des documents qui permettent de mesurer les transformations liées à la colonisation française.

18Les récits des voyageuses sont aussi souvent illustrés de très nombreuses photos. Elles en fournissent la provenance et précisent le nom du photographe, mais ne peuvent indiquer la date de ces clichés constamment réédités. Beaucoup de photos sont aussi prises par leurs soins : des paysages, des monuments, elles-mêmes en compagnie de leur mari, des gens qui les reçoivent ou des autorités locales. Elles s’appuient également sur des textes administratifs (des documents officiels fournis par la Résidence). Ces textes sont recopiés et enrichis – éventuelle touche féminine – par des considérations sur les conséquences de ces mesures nouvelles sur la vie quotidienne des populations. Les auteures informent donc les touristes des mesures prises par le Protectorat et destinées – entre autres – à garantir leur sécurité : se munir d’une autorisation accordée par le Bureau régional puis par l’État-major, s’engager à ne circuler que pendant la journée etc.

19L’image que les voyageuses ont des habitants du Maroc est positive, notamment quand elles jugent les hommes. Elles sont sensibles à la politesse et à la courtoisie de leurs hôtes mais elles ne les disent jamais « Marocains », préférant parler au singulier de « l’Arabe » ou du « Musulman ». De manière générale d’ailleurs, les voyageuses restent, le plus souvent, dans un milieu où l’on parle français que, d’ailleurs, les Marocains qu’elles rencontrent maîtrisent souvent très bien, sans qu’elles s’en étonnent outre mesure. Elles-mêmes connaissent rarement l’arabe sauf les quelques mots usuels qu’elles transcrivent fièrement dans leurs textes. Certaines cependant, du fait de leurs activités professionnelles surtout (Aline de Lens dans ses ateliers d’art de Meknès, le docteur Françoise Legey avec ses malades) parlent couramment l’arabe, sont ainsi en contact direct avec les populations et notamment, chose assez rare pour être soulignée, avec les femmes. Reynolde Ladreit de Lacharrière est linguistiquement moins savante mais elle lit assez bien l’arabe pour s’attirer le respect « des indigènes ». Elle donne d’ailleurs la traduction en français des noms qu’elle emploie en arabe et elle en dresse la liste au début de son livre. Ce glossaire – accompagné de nombreux dessins illustratifs – indique le singulier et le pluriel des mots. En revanche, aucune voyageuse ne fait mention des langues berbères pourtant parlées dans toutes les régions montagneuses, et cela même si elles les ont parcourues.

20Le Glaoui, pacha de Marrakech, est un personnage dont les voyageuses parlent presque toutes. Il les a reçues chez lui, dans les salons de réception, et les a parfois introduites dans l’intimité de sa maisonnée. La doctoresse Legey y a passé de nombreuses journées pour soigner les femmes. Cet homme les a toutes fascinées par le faste de son accueil. La description de ses réceptions permet d’égrener tous les éléments du Maroc traditionnel : la kasbah, le palais, les décors, le mobilier, les vêtements masculins, les plats, la vaisselle, etc. Pour sa part, Marie-Thérèse Gadala est intriguée par la personnalité de cet hôte :

« Nous pénétrons dans ces salles somptueuses où chaque détail atteint le comble du raffinement, où le luxe dépasse tous les luxes de l’Orient, où tout a été créé par lui et pour lui. Il s’affirme grand et noble dans sa robe simple, sous le capuchon qui sertit sa tête brune, avec ses yeux d’aigles et ses mains de duchesse, ce grand féodal, marquis de Carabas de tout le pays glaoua, seigneur de l’Atlas42 ».

21Reynolde Ladreit de Lacharrière décrit, elle aussi, la kasbah où le Glaoui habite avec 1500 ou 2000 personnes. Elle est invitée de nombreuses fois chez lui et est toujours émerveillée tant par la magnificence et la simplicité des décors et de l’ameublement, que par la noblesse des femmes qui l’entourent et la richesse de leurs atours : « Hadj Thami a 50 cuisinières dans sa maison, il doit nourrir tous les jours 300 personnes. Les cuisines sont énormes, il y a 25 fours et chaque négresse est assise devant le sien aidée de deux enfants » nous dit-elle43.

22Bien qu’ayant donc une certaine empathie pour les Marocains, les voyageuses n’en ont pas pour autant une bonne connaissance de l’islam. Elles savent cependant que le maréchal Lyautey a formellement défendu aux Européens et à tous les officiers et militaires de pénétrer dans les mosquées, par respect pour la religion musulmane. Elles-mêmes sont croyantes et disent leur fidélité au catholicisme, rassurées qu’elles sont de retrouver au Maroc beaucoup de pratiquants de leur propre foi. En effet, après la signature du traité du Protectorat en 1912, de nombreux chrétiens sont venus s’installer dans le pays, des églises ont été construites jusque dans les petits villages reculés, des religieuses ont installé des dispensaires et des écoles et créé, pour les jeunes filles musulmanes, des lieux de formation aux métiers du tapis et de la broderie.

II. Les sujets de prédilection des femmes voyageuses

23Le spectacle d’une nature diversement mise en valeur, les délices de la vie mondaine et la condition de certains déshérités sociaux (esclaves, juifs et femmes) sont les thèmes favoris des récits de voyage au féminin au Maroc.

1. Paysages et lieux de sociabilité

24La description des paysages naturels et des jardins citadins occupe une grande partie des écrits des voyageuses. Les présentations immuables, à caractère géographique et touristique, l’emportent toujours sur les témoignages concernant l’histoire, immédiate ou révolue. Reynolde Ladreit de Lacharrière trouve ainsi souvent le paysage monotone : de fait, il l’est parfois (qu’il s’agisse du désert ou de la savane) et la lenteur des moyens de transport accentue cette impression. Beaucoup de régions traversées sont, d’après elle, loin d’être mises en valeur comme elles pourraient l’être, de nombreux espaces restent incultes par manque d’irrigation et aussi faute de sécurité : les habitants sont découragés par les pillages incessants et se bornent à produire ce qui leur est indispensable. Les conditions climatiques, la nature du sol, le régime hydrologique se prêtent pourtant parfaitement à la culture des céréales et à l’élevage et on pourrait envisager l’introduction de cultures plus riches comme le coton, les cannes à sucre ou le murier pour l’élevage des vers à soie. Une expérience a déjà été tentée dans la Chaouïa depuis 1907 et cette région, autrefois désolée, est couverte de moissons. Reynolde Ladreit de Lacharrière ajoute que la plaine du Sous est riche de céréales et que les récoltes y sont importantes. Mais elle signale tout de même que les Soussis partent massivement de leur région pour Marrakech ou Casablanca44. Quant aux montagnes de l’Atlas, recouvertes de neige en hiver, elles envoient l’eau dans les vallées pour irriguer les sols, la grande caractéristique du Maroc étant d’être bien arrosé par les torrents de l’Atlas et de grands fleuves (Sebou, Oum-er-Rbia). L’élevage y est aussi important : les bœufs dans le nord, les moutons partout, qui donnent une laine d’excellente qualité.

25Quant aux jardins dans les villes, ils donnent lieu à des descriptions encore plus béates et plates que les paysages ruraux. Henriette Willette écrit :

« Ici, une ombre douce et des parfums. Les rosiers trop lourds de fleurs ploient, les géraniums montent engrappés d’améthystes et les mimosas égrènent leurs perles d’or […]. Je traverse un bois de mimosas qui semblent tous des bouquets de feux d’artifice et qui embaument. Le chemin est bordé de bouraches bleues duvetées dont la tige rose a des reflets de chair45… »

26Les récits traduisent aussi le raffinement d’une véritable vie mondaine dans le Maroc du Protectorat. Ainsi, elles connaissent le grade et la qualité de tous leurs hôtes européens et autochtones, même s’ils ne sont pas toujours nommés. Et si elles emploient, vis-à-vis des Marocains, très fréquemment les adjectifs « magnifiques » et « charmants », c’est aussi et surtout pour mieux se sentir confortées dans leur sentiment de supériorité et dans leur assurance. Le voyage enracine ces narratrices dans leur monde, celui qui ne cesse de leur servir de référence. Quant à Aline de Lens, elle s’attache surtout au décor des réceptions et elle décrit par le menu les intérieurs des riches bourgeois qui la reçoivent : mosaïques et stucs ciselés avec une finesse incroyable, meubles marocains, tissus de brocart brodés de fils d’or et d’argent, repas servis dans un luxe de cristal, d’argenterie et de porcelaine fine. Et elle ajoute : « Les plus beaux hôtels parisiens paraîtraient bien mesquins et ridicules auprès de pareilles demeures46 ».

2. Institutions et populations du Maroc autochtone : esclaves, Juifs, et femmes

27La question de l’esclavage revient souvent sous la plume des voyageuses. L’esclavage a été théoriquement aboli au Maroc au début du Protectorat, mais les voyageuses notent que des enfants (notamment des garçons et des filles noirs) sont encore employés dans les maisons pour les besoins domestiques. Selon elles, ils sont très utiles et travaillent bien. Généralement, les voyageuses ne remettent pas en cause ce principe. Cependant, Reynolde Ladreit de Lacharrière47 a l’occasion d’assister, en 1911 à Marrakech, à une vente aux enchères d’esclaves et « ces marchandages de chair humaine » lui laissent une impression des plus pénibles. Aline de Lens note que les enfants des esclaves concubines sont reconnus et légitimés par le maître même dans les cas de transmission de pouvoir. Quant à Henriette Célarié, elle trouve que l’esclave, bien que dépendant totalement de son maître, n’est pas malheureux : « Petit, il est le compagnon de jeu des enfants de la maison. Plus tard, il s’occupe de travaux qui ne sont pas pénibles. Bien nourris, bien soignés, ils vieillissent dans la demeure où ils ont grandi, ils s’attachent à leur maître48 ».

28La description des mellah ou quartiers juifs est une autre constante des récits. C’est un sujet qu’elles traitent toutes mais avec beaucoup de retenue, sans doute à cause de leur méconnaissance du judaïsme (qui semble aussi grande que leur ignorance de l’islam). Toutes notent d’abord la pauvreté et la saleté qui règnent dans les mellah, ainsi que le traitement discriminant à l’égard des juifs. Certaines néanmoins entrent dans de précieux détails. Ainsi Marise Périale remarque qu’en de nombreux endroits, les mêmes saints sont vénérés à la fois par les musulmans et les juifs. Marie-Thérèse Gadala, parce qu’elle est de culture juive, nous offre un court exposé historique49. Il est certain que, d’un bout à l’autre de l’histoire marocaine, on trouve des juifs à côté des sultans, jouant le rôle non seulement de banquiers ou de médecins, mais de conseillers et d’intermédiaires, soit avec les marchands, soit avec les puissances étrangères, soit dans le rachat des captifs. Ils sont aussi fort souvent bijoutiers. Chez Marie Bugéja, la situation des juifs marocains fait l’objet d’un chapitre entier50.

29Enfin, le récit de la visite au harem est lui aussi quasi obligatoire et reste souvent marqué par les stéréotypes fabriqués par les peintres et écrivains orientalistes et leurs fantasmes masculins de toute puissance. Certaines descriptions reprennent les visions de danses lascives, de voiles d’or et d’argent, de coussins brodés et de vapeurs d’encens, chères aux romantiques mais honnies par les moralistes chrétiens et leur idéalisation de la mère et de la cellule familiale. À lire les voyageuses, le maître de maison marocain semble heureux de faire découvrir les parties intimes de sa demeure à la visiteuse européenne et celle-ci est, elle aussi, très fière de pénétrer là où un homme ne peut entrer pour y vivre les jours ordinaires de la maisonnée ou participer aux grandes fêtes. Maîtresses de l’évocation du harem, les voyageuses sont avides de révélations et de découvertes qui leur appartiennent en propre, mais il est cependant rare de trouver dans leurs textes un regard compréhensif et original. Alice La Mazière montre un grand intérêt pour la vie des femmes et leur consacre deux chapitres de son ouvrage (la femme citadine et la femme du bled)51. Ce faisant, elle fait siens tous les stéréotypes du harem du XIXe siècle : il est hiérarchisé, les femmes légitimes sont dispensées de travail, elles font de la broderie, quelques-unes savent lire et écrire, elles écoutent de la musique jouée par les esclaves musiciennes, elles boivent liqueurs, rhum et champagne, bien que ce soit interdit par le Coran : « Cette recluse que nul espoir ne soutient a-t-elle quelques distractions ? Non. La lecture ? Elle fait partie du domaine fabuleux où les Marocaines ne peuvent pénétrer. La musique ? Elle est l’apanage des esclaves52 ». Les jugements les plus superficiels survivent chez Alice La Mazière quand, par exemple, elle compare ses propres distractions, la lecture notamment, à celles d’une femme qu’elle sait n’être jamais allée à l’école mais qui peut bien – ce qu’elle ignore – faire des merveilles en calcul ou dans la pratique d’un art... Pas une seule voyageuse ne semble d’ailleurs s’être interrogée sur la vie de certaines femmes de la bourgeoisie européenne, inactives et entièrement dépendantes de leur mari.

30Pourtant, Alice La Mazière rencontre des femmes du peuple et celles-ci l’étonnent : « Que d’intelligence dans ses regards, et comme, toute seule, sans maître, sans livre, sans personne pour la guider elle a su réfléchir aux problèmes modernes, comprendre nombre d’entre eux53 ». La femme du bled « est à la fois épouse, mère, servante, artisane, fille de ferme et bête de somme54 ».Elle fait tout, va chercher l’eau, s’occupe des enfants, moud le blé et l’orge, lave et file la laine, s’occupe des vaches, chèvres et ânes, lave le linge, fait à manger, prépare les conserves de viande et de légumes dans des jarres, et s’il lui reste du temps, elle s’installe derrière son métier à tisser et tisse les grandes bandes de tissus qui serviront à la confection des tentes, des couffins et des tapis et les étoffes pour les burnous et djellabas. Elle assure, à elle seule, la vie économique, nourriture, vêtements, agriculture, élevage, d’un pays grand comme la France. Et personne ne songe, chez les voyageuses, à s’en émerveiller, alors que chacune dénonce l’absence de vie de couple que génère la polygamie dans la société musulmane ! Toutes y voient la cause principale des maux des femmes. D’autres voix existent cependant, qui perçoivent, a contrario, le harem comme un espace libérateur parce qu’il protège et maintient un univers féminin libéré de la domination masculine. Ainsi Marie Bugéja fait une description très différente de celle colportée par la littérature exotique :

« Je suis dans un harem séduisant. Qui parle de harems marocains, comme de tous les harems, croit voir des temples consacrés, exclusivement, à l’organisation de l’amour troublant [...] temples de volupté, à la paresse anesthésiante des parfums[…]. J’aime mes sœurs musulmanes, notre foi ne nous sépare pas. Je désire leur bien, elles le savent et, en retour, je possède leur vénération et leur affection55 ».

31Elle exprime sa solidarité avec les femmes musulmanes en racontant la vie de plusieurs d’entre elles : celles qui ont le statut de saintes au Maroc, celles qui, épouses des sultans, ont eu un rôle politique important ou celles qui, femmes des principaux fonctionnaires du maghzen (gouvernement), étaient reçues en tête à tête par le Sultan pour de fins entretiens diplomatiques. Elle souligne leur grande influence. À Rabat, elle rencontre Mr Brunot, directeur de l’Enseignement des « indigènes » et elle se documente sur la valeur de l’enseignement offert aux jeunes musulmanes. Elle-même a demandé, en Algérie, l’ouverture d’écoles pour les filles. Ici, un programme spécial a été mis sur pied pour les écoles des médinas afin de préserver les coutumes des musulmanes :

« Dans ces conditions de sécurité, de nombreuses élèves fréquentent l’école française : les filles du peuple, mais aussi de jolies fillettes, vêtues de mousseline blanche sur des robes de couleur. Mais le temps n’est pas encore venu où les fillettes puissent arriver aux études secondaires. Nulle place ne leur est octroyée au lycée de Casablanca, car le règlement dit : Ne peuvent être admis à l’enseignement supérieur ou secondaire européen, que les citoyens ou sujets français56 ».

32Son combat est donc d’ordre social et se nourrit d’analyses approfondies :

« Si, au fur et à mesure que je lie connaissance avec des jeunes femmes, heureuses de me recevoir, je leur explique l’amélioration qu’elles doivent apporter à leur genre de vie, je persuade et convertis celles qui ne demandent qu’à se placer au niveau moral de leur mari […]. Une meilleure compréhension de la loi coranique, unie à celle de l’instruction, les amène à modifier leur vie. Notre rôle civilisateur aura bien mérité de la civilisation et de l’humanité57 ».

33De leur côté, les femmes marocaines peuvent devenir les actrices d’une sorte d’exotisme à rebours quand elles expriment leur curiosité : elles examinent la visiteuse européenne, tâtent ses bras, lui donnent à manger, la retiennent et lui posent des questions. Reynolde Ladreit de Lacharrière raconte que ses hôtesses la plaignent de mener une existence lamentable, d’être à cheval une grande partie de la journée et d’être aussi anémique, à voir ses mains fines et blanches... En ville, la voyageuse note que ces femmes portent de riches caftans en soie brochée ou en drap fin brodé. Des foulards de soie multicolores couvrent leur tête parfois ornée d’un diadème de pièces d’or. Elles ont au cou des colliers de corail et de boules d’or. Les jeunes femmes élégantes ont révolutionné les harems en abandonnant la haute ceinture qui les empêchent de remuer pour des ceintures en cuir brodé. Avec les femmes, des cadeaux sont échangés, en particulier des bijoux : des colliers de perles d’or ou de perles d’ambre.

34Les militantes de la cause féminine s’intéressent tout particulièrement au sort des femmes mais, fortes du sentiment d’être des privilégiées, elles trouvent toujours que les Marocaines sont asservies, opprimées, misérables malgré leurs beaux vêtements, souvent illettrées, traitées en bêtes de somme ou abandonnées à l’oisiveté. Quant à Françoise Legey, qui parle couramment l’arabe, elle a créé une maternité à Marrakech qui reçoit les femmes indigènes et peut se vanter de comprendre celles-ci mieux que ses consœurs. Dans l’introduction de son Essai de folklore marocain, publié à Alger en 1926, elle écrit ainsi :

« Du toit de chaume du fellah jusqu’au palais du Souverain, maître de cet empire fortuné, j’ai toujours été accueillie avec la plus entière confiance. Avertie par mes lectures de folklore, j’ai pu, grâce à des relations de plus en plus amicales, comprendre ce qui se passait autour de moi et voir le Maroc sous un aspect nouveau. Je dois dire que c’est même cette compréhension de l’âme marocaine qui fait tout mon succès de médecin d’assistance indigène et amène dans mon service chaque jour un nombre considérable de malades58. »

35À Tanger, elle voit plus de trois cents femmes par jour, ce qui lui rappelle « ses consultations de la kasbah d’Alger ». Aussi retourne-t-elle en Algérie avec l’impression d’une grande besogne à accomplir et de sérieuses amitiés à conquérir. La pénétration pacifique ne doit pas être une simple théorie, et les femmes docteurs en sont de précieux agents : partout où l’homme, médecin ou diplomate, ne pourra pénétrer, la doctoresse aura ses entrées libres.

36Selon les récits des voyageuses au demeurant, les femmes marocaines des milieux aisés s’occupent fort intelligemment de leurs enfants. Les jeunes filles instruites font d’ailleurs de beaux mariages. Les femmes peuvent demander le divorceet restent maitresses absolues de leur fortune. Le régime matrimonial est fondé sur la séparation des biens. La femme sans l’autorisation de son mari, loue, vend, achète. Et Henriette Célarié affirme même qu’aucun homme ne prendra jamais une décision importante sans demander l’avis de sa femme : « La vie des femmes marocaines ne ressemble point à ce que nous imaginons. Il faut, sur ce sujet, dépouiller les turqueries dont nous avons l’esprit plein. Il n’y a pas de mamamouchi au Maroc59. Selon elle, les femmes marocaines ne s’ennuient pas, elles ont les enfants à élever, la maison à nettoyer, les repas à préparer, les fréquentes réceptions du mari à organiser. Et puis elles se rendent visite, assistent aux fêtes qui peuvent durer des jours à l’occasion des baptêmes, circoncisions ou mariages. Elles ont l’habitude de se rencontrer sur les terrasses des maisons de la médina, où elles affichent leurs toilettes et discutent pendant des heures. Pour Henriette Célarié, dès lors, leur vie n’est pas si différente de celle des bourgeoises européennes ! Après les avoir observées de près, cette dernière apparaît plus proche de ces femmes, bergères, paysannes, prostituées, bourgeoises, qui, malgré leur statut, participent activement au bon fonctionnement de la société malgré le primat que celle-ci accorde aux hommes. On est loin des portraits négatifs et généralisant dont se délectent beaucoup de voyageuses de l’époque.

III. Des historiennes du Maroc ?

37Les voyageuses ont une vision de l’histoire qui mérite attention, car si leur regard est directement lié aux conditions politiques de leur venue et aux lieux qu’elles visitent effectivement, en particulier Volubilis et les monuments d’art musulman, elles s’attardent aussi sur des événements beaucoup plus récents : les débuts de l’installation française d’une part et la consolidation du Protectorat d’autre part.

1. L’histoire récente : de la « pacification » à l’œuvre de Lyautey

38Le livre de souvenirs de Madeleine Saint-René Taillandier est tout entier un livre d’histoire. Elle y raconte les faits politiques et diplomatiques qu’elle a vécus à Tanger entre 1901 et 1906 aux côtés de son mari, d’abord consul à Beyrouth (1891), puis sous-directeur aux Affaires Étrangères (1895) avant de devenir chef de la légation de Tanger (1901-1906). Sa peinture de la société européenne au Maroc est très vivante et colorée par le portrait de personnages originaux, français ou étrangers, qui sont en début de carrière mais occuperont plus tard des fonctions très importantes : des diplomates, des militaires, des fonctionnaires de la légation. On peut cependant regretter son silence face à certains événements qu’elle estime ne pas devoir raconter puisque son mari en fait état dans son propre livre : « J’ose à peine aborder ce sujet qui ne m’appartient pas et a été exposé avec une compétence, une exactitude et une autorité que je ne saurais même emprunter »60. Plusieurs narratrices évoquent, en revanche, les conflits armés dont elles ont entendu parler ou auxquels elles ont assisté, à l’image de Reynolde Ladreit de Lacharrière.

39Escortée par les militaires, elle traverse des zones de combats et apprend que d’autres colonnes ont été attaquées, qu’il y a de nombreux morts parmi les troupes françaises et notamment plusieurs officiers qu’elles avaient rencontrés auparavant et dont elle publie les photos61. En pleine guerre de « pacification », elle entend au loin le canon : « Il y a évidemment un combat, c’est malheureux que le général Moinier arrête notre marche, nous y aurions assisté ». Les tirs se rapprochant, elle commence tout de même à avoir peur, mais, dit-elle alors, « c’est tellement inespéré de vivre un peu la guerre que je ne puis croire encore à mon bonheur. Allons-nous enfin assister à quelque chose de sérieux62 ? » Avec Reynolde Ladreit de Lacharrière, on traverse donc les champs de batailles, les territoires insoumis et les douars incendiés qui fument encore, mais on apprend surtout le nom de tous les « héros » de la campagne militaire.

40Les récits de voyage de l’époque semblent en effet tous avoir été écrits, comme sur commande, à la gloire de la France, des héros de la « pacification » et de l’œuvre de Lyautey. La France n’est-elle d’ailleurs pas la « Grande protectrice » des Marocains ? De son union avec les « indigènes » doit naître une œuvre grandiose et durable. Pour preuve, les grands chefs marocains collaborent loyalement et nombreux sont ceux qui, à l’instar du Pacha de Marrakech, vont à Paris, fréquentent les cercles mondains et s’habillent à la dernière mode. Aline de Lens signale que le ministre de la justice se trouve être plus civilisé depuis qu’il l’a invitée à dîner63. Parallèlement les biographies et autres apologies des grands coloniaux se multiplient entre 1919 et 1936, avec notamment onze livres consacrés à Lyautey64, non sans exalter le courage et la grandeur d’âme des obscurs : officiers et soldats le plus souvent, mais aussi colons-cultivateurs installés dans des contrées très reculées. Comme nous l’avons vu, les voyageuses s’intéressent toutes aux mêmes sujets (les villes, les routes, les écoles, les ports...), même si chacune a un domaine de prédilection : le sort des femmes, les maladies des enfants, la teigne, la mal voyance, l’instruction... Encouragées par Lyautey lui-même qui a signé plusieurs préfaces à leurs livres, elles sont parfaitement conscientes du rôle qu’elles ont à jouer en faveur du Protectorat. Toutes ces femmes ont d’ailleurs en commun le désir de faire connaître un pays en pleine transformation. Mis en forme entre 1910 et 1935, leurs récits de voyage préparent, légitiment et glorifient l’œuvre de la France au Maroc. Les thèmes récurrents de la barbarie, de la superstition, des Mille et une Nuits, de l’archaïsme, de la décadence, des ruines, de « la civilisation d’un autre âge » sont, en fait, des thèmes mythiques dont la fonction doit renforcer la grandeur des bienfaits de la France. Ce discours patriotique et franco-centré s’exprime, la plupart du temps, sans aucune perspective critique. Pour les colons, comme pour les voyageuses, les cadres de la vie quotidienne se doivent de prolonger le modèle de la métropole. Axées sur la légitimation du protectorat, les œuvres des voyageuses sont révélatrices des mentalités occidentales de cette époque et sont, à ce titre, des documents historiques de grande valeur sur les bienfaits escomptés des grands travaux et des transformations sociales. Pour Marie Bugéja : « Là où l’autorité française a pénétré, le Maroc a été transformé en une colonie de peuplement, en zones commerciales et agricoles. Les gens paisibles des tribus y ont compris la bienveillance de notre protectorat : la paix et la tranquillité règnent65 ». Alice La Mazière, plus sensible que d’autres au ressenti des populations locales, réfléchit au rôle du colon et aux avantages que la France doit lui offrir pour l’encourager à s’installer dans les meilleures conditions66. Elle rappelle, en effet, que les Français se sont vus octroyer de plus en plus de terres au détriment des paysans et des pasteurs indigènes interdits d’accès aux terrains que leurs troupeaux avaient coutume de traverser. Aline de Lens est, par ailleurs, convaincue que les grands travaux de Lyautey ont pour but d’alléger la misère, instigatrice des révoltes67. Une main d’œuvre indigène considérable a été ainsi employée, permettant de terminer des routes en quelques mois, de construire des voies ferrées entre Casablanca, Marrakech et Fès, d’achever le port de Casablanca, d’installer égouts et conduites d’eau dans toutes les villes. De plus, des travaux historiques et de conservation du patrimoine ont été entrepris comme les fouilles de la mosquée Hassan de Rabat et de Volubilis, menées sous la direction du colonel et de madame Dieulafoy. La voyageuse qui s’attendrait à voir le pays bloqué dans son développement par le conflit européen, s’étonne de le trouver en pleine transformation. Outre l’avancement des grands travaux menés par Lyautey, les écrits des voyageuses montrent l’évolution du pays : son occupation par les Français, l’organisation administrative qu’ils mettent en place, leur capacité variable d’adaptation à des conditions d’existence particulières, certaines des réactions des « indigènes » à leur présence.

41La description des villes montre la séparation, voulue par Lyautey et ses architectes Prost et Tranchant de Lunel, entre ville indigène (la médina, inchangée) et ville européenne68. Cette dernière concentre de vastes villas modernes et blanches, encloses dans des boqueteaux fleuris, et des rues tirées au cordeau. À Casablanca, construite très rapidement dans les années 1920 pour faire face au flot des nouveaux arrivants, la croissance a amené le renchérissement des terrains. À Rabat, où siège la Résidence dont Lyautey a lui-même élaboré les plans, les différents services (trésorerie générale, office économique, direction de l’enseignement, bureaux civils et militaires) sont installés sur la route qui conduit jusqu’au palais du maréchal. Ainsi, avant de parvenir jusqu’à lui, le visiteur trouve sur son chemin tous les renseignements dont il a besoin. À Fès, la ville des lettrés et le plus grand centre d’affaires du pays, on compte 120 000 habitants et 250 000 « indigènes ». À Oujda, où réside un seul Français en 1906, le nombre des métropolitains passe de 130 en 1909 à 2500 en 1917. Tous les récits des voyageuses se complaisent à donner ces statistiques et à montrer l’accroissement des villes. De même, ces dernières décrivent aussi les ports et notamment celui de Casablanca qui fut une des premières grandes réalisations de Lyautey, une porte ouverte vers l’extérieur et le moyen d’exporter les produits locaux et d’importer les produits européens. Dix ans après la signature du protectorat, malgré des pronostics défavorables et la guerre en Europe qui mobilise la main d’œuvre, le port de Casablanca est plus grand que celui d’Oran. Une longue jetée de deux kilomètres le protège et, selon Henriette Célarié, « ses assises sont formées de blocs de béton de cent tonnes entassés sur le fond rocheux de la mer. Contre cette sorte de pyramide, le flot épuise sa force69 ». Comme le dit aussi Henriette Willette : « le maréchal Lyautey a vaincu la mer70 ». Safi est aussi un port important avec Salé, Mogador et Agadir. De là partent les laines, les olives, le tabac en feuilles, le cuivre de Meknès. Quant au havre de Rabat, il est orienté vers la plaisance après avoir été pendant des siècles le seul port connu des navigateurs, anglais et surtout espagnols.

42Plus encore que les infrastructures, les écoles ont retenu l’attention des voyageuses. Alice La Mazière signale que des écoles existent dans les principales villes pour les filles de notables et celles du peuple, et rassemblent 2000 élèves. Les parents ont eux-mêmes indiqué le programme des connaissances qu’ils souhaitent voir acquérir par leurs filles : enseignement ménager et puériculture. Cet enseignement « adapté » est réalisé par des institutrices et des maîtresses ouvrières françaises et par des auxiliaires indigènes. Henriette Célarié décrit l’école franco-arabe de Marrakech, réalisation chère à Lyautey, en ces termes : « on y instruit les fils des notables indigènes, on les initie à nos méthodes afin qu’ils puissent devenir des fonctionnaires éclairés, lien naturel entre le Maghzen et le Protectorat71 ». En 1923, l’école fonctionne depuis deux ans, les élèves y viennent 4 heures par jour et ils y apprennent le français et l’arabe. L’école militaire de Meknès est le résultat d’une autre idée-phare de Lyautey : puiser dans l’aristocratie du pays les éléments d’un corps d’officiers indigènes pour construire une armée solide. Autre thème cher à Alice La Mazière, l’exercice de la justice : respect de la personne avec les certificats médico-légaux, respect des héritages avec l’enregistrement des actes. C’est le Pacha de la ville qui rend la justice, et il est aidé par un officier français des affaires indigènes qui connaît parfaitement l’arabe et le Maroc où il réside depuis quinze ans. Son rôle semble effacé, mais c’est lui qui rédige les notes et constitue les dossiers qui assurent le bon fonctionnement du tribunal. En décrivant ce nouveau système judiciaire, la voyageuse souligne l’ampleur du travail accompli par Lyautey, elle pointe aussi – mais involontairement – la gravité des bouleversements qui en résultent.

43Les voyageuses ne remettent donc pas en cause le principe du protectorat, mais réfléchissent parfois à des aménagements généreux et égalitaires pour les habitants. Elles souhaitent, par exemple, que les femmes deviennent des citoyennes à part entière et qu’elles aient des droits. Que la France domine un autre peuple n’est pas choquant à leurs yeux, si du moins la règle républicaine s’étend à tous. Certaines critiquent d’ailleurs les abus qui ternissent l’œuvre réalisée et qui éloignent les « indigènes » de la France. Elles semblent, de ce fait, rappeler que cette dernière a des devoirs à l’égard de ses « protégés ». Loin du discours officiel et de l’ambiance générale, elles dénoncent le cercle vicieux d’une occupation qui soulève le mécontentement des populations locales. Elles s’intéressent profondément aux gens, les observent, se documentent, parlent l’arabe et nouent des relations profondes avec les autochtones. Aline de Lens estime que les Français ont « massacré Rabat, il n’y a plus de vergers ni de vignes ni de chemins creux entre les figuiers de Barbarie. Il y a des maisons dont l’accès semble impossible et de grandes routes bêtes qui ne conduisent nulle part72 ». Cette notion de routes qui ne mènent nulle part revient souvent dans son texte, comme un symbole de l’action « dévastatrice » des Français. Marise Périale semble parfois heureuse que le Protectorat n’ait pas imprimé partout sa marque. À Taroudant :

« Grande kasbah, on ne rencontre pas la moindre enseigne qui marque l’empreinte européenne. On m’affirme que cette médina restera vierge de toutes ces manifestations civilisatrices. Les quartiers européens, conçus sur un plan admirablement étudié, se construisent hors des murs. Tant mieux. Je suis heureuse d’avoir vu Taroudant avant que rien ne soit encore modifié73 ».

44Henriette Willette émet enfin l’idée que Lyautey s’est heurté à de fortes résistances et qu’il a même été contré dans la réalisation de plusieurs de ses projets74. L’évocation brillante et colorée de l’œuvre de Lyautey que les voyageuses rapportent de leur « expédition » au Maroc imprime durablement la conscience occidentale. Il ne faut d’ailleurs jamais oublier les liens étroits, familiaux ou amicaux, qui unissent ces femmes et la Résidence. Nombreuses sont les préfaces – on l’a vu – que le maréchal accorda à des récits qui le glorifiaient, et Marise Périale, dans sa conclusion, ne peut que rendre hommage à « son œuvre immense au Maroc ». Lyautey est donc en fait le sujet principal de tous ces récits. Toutes les voyageuses ont une grandeadmiration pour lui. Chef, administrateur, ingénieur, architecte, Lyautey est tout cela et plus encore puisque ce grand féodal catholique sait plaire aux grands caïds, ses « frères de l’Atlas », et au sultan lui-même. Lyautey a su réunir autour de lui un aréopage de thuriféraires (des historiographes comme les frères Tharaud, des écrivains et bien sûr des voyageuses et voyageurs), tou(te)s aptes à exalter son œuvre, le cadre géographique et historique de celle-ci et ses acteurs : soldats, ingénieurs, médecins, et ouvriers. Leurs écrits contribuèrent à la fabrication quasi narcissique d’une légende.

2. Le passé du Maroc : Volubilis et la romanité, l’Art musulman

45En matière d’histoire antique, la plupart des voyageuses se montrent érudites et curieuses : elles déplorent l’abandon des sites prestigieux, les fouilles clandestines qui vident les lieux de leur histoire et l’absence de conservation du patrimoine archéologique. Toutes sans exception semblent être passées par Volubilis, site de ruines romaines à quelques kilomètres de Meknès que mentionnent les guides touristiques comme un lieu de visite incontournable. Certaines ne font qu’en rappeler l’existence, alors que d’autres en fournissent une description diversement prolixe. Ainsi Marie-Thérèse Gadala consacre à Volubilis plusieurs pages, illustrées de photos et imprégnées du thème récurrent des monuments abandonnés : « Rien n’émeut comme des ruines, si ce n’est une maison vide. Et les pays musulmans, où la piété défend de relever ce qui tombe, regorgent de ruines75 ». Marie Bugéja fait du lieu une description très méthodique grâce aux renseignements qu’elle a obtenus de Louis Chatelain, directeur du site :

« La civilisation romaine renaît sous nos yeux, avec ses fêtes somptueuses et sa vie quotidienne confortable dans les maisons aux thermes chauffés. Tout clame encore l’activité passée de la ville, mais combien de merveilles vais-je quitter en éprouvant le regret que causent les mutilations des générations successives qui ont occupé le sol76 ».

46Henriette Célarié fait de même, remarquant surtout « les maisons des particuliers, les nombreuses boutiques qui bordaient les rues. De petites choses, comme la rainure qui supportait l’étal de bois, la trace laissée par une porte, font revivre la vie antique, semblable à ce qu’elle est encore à présent dans la région77 ». Dans tous leurs propos, les voyageuses reprennent, en fait, une image construite dès l’Antiquité, celle du combat victorieux mené par les colonisateurs romains, dépositaires des vraies valeurs, contre les habitants d’une contrée sauvage78. Rome, par sa victoire sur Carthage, est devenue maîtresse de l’Afrique du Nord et y a implanté la latinité et le christianisme. C’est là, bien sûr, une perspective qui valorise la partie la plus ancienne de l’histoire du Maroc, mais aussi – volontairement ou non – sa période la plus récente. Certains écrits, en effet, peu attentifs aux caractéristiques des rapports sociaux et à leurs transformations79, proposent un voyage dans le temps qui passe sans transition de l’époque antique au monde contemporain. Les voyageuses sont ainsi convaincues que le pays n’a pas évolué, ou fort peu, depuis la chute de l’empire romain, y compris pendant l’époque arabo-berbère.

47L’historiographie française s’intéresse en effet très peu à l’histoire spécifique des Berbères, ballottés entre la civilisation antique (phénicienne et romaine), celle de l’Orient arabo-musulman et, plus tard, celle de l’Occident colonisateur. Pour les voyageuses, les migrations arabes des XIe-XIIe siècles ont installé une civilisation originale englobant croyances, rapports sociaux, productions culturelles…80 L’islam remplace le christianisme et l’arabe le latin. La nouvelle culture arabe s’installe d’abord dans des villes comme Fès et donne naissance à une élite intellectuelle et religieuse arabisée. L’architecture musulmane des Xe-XIIe siècles produit des monuments qui reflètent la culture cosmopolite du Maroc de l’époque. Les mosquées de Fès, de Tinmel, de Marrakech et de Rabat sont d’une taille imposante et sont embellies d’un décor sculpté d’austères écritures. Les fontaines, hospices, fondouqs (caravansérails), bains, aqueducs, fortifications ou monuments funéraires participent aussi de cette prodigieuse culture citadine. Quant à l’architecture berbère des montagnes (Haut-Atlas, Anti-Atlas, Moyen-Atlas, Rif) et des vallées (du Drâa, du Dadès et du Toghra), elle se distingue par la construction de majestueuses kasbahs, véritables forteresses utilisant les dénivelés du terrain et décorées, dans leur partie haute, de dispositifs géométriques et d’ornements peints. Cette double originalité monumentale (arabe et berbère) du Maroc n’a pas été perçue par les voyageuses. Si certaines décrivent les édifices visités avec beaucoup d’enthousiasme, elles ignorent la coexistence des deux cultures et le repli berbère dans les montagnes. Plusieurs (Jane Guy, Françoise Legey, Madeleine Wauthier, Alice Barthou, Françoise De Sourdon, Jeanine Berthel, Mathilde Zeys, Madeleine Saint-René Taillandier) ne décrivent d’ailleurs aucun monument. Et quand l’un d’eux est évoqué, la voyageuse ne voit, là encore, que les dégradations du temps et des hommes. Pour Henriette Willette « Tout paraît vieux à Fès. Les médersas et quelques mosquées ont plus de cinq cents ans, certaines semblent sur le point de s’écrouler. Comme il fait très sombre et qu’on ne pose les pieds qu’à tâtons, on risque de se casser le cou à chaque pas81 ».On a donc peu de descriptions précises et la visite du monument est prétexte à toute une série de plaintes et de critiques. Reynolde Ladreit de Lacharrière écrit un récit de voyage de plus de 300 pages mais, avant tout soucieuse des progrès de la présence française, elle laisse de côté les monuments d’art musulman qu’elle visite. À Marrakech, elle traverse le mellah sans s’arrêter aux tombeaux saâdiens et, à Rabat, elle ne retient du Chellah qu’une mosquée en ruine et des « indigènes qui campent dans un coin et prennent le thé82 ». Marie-Thérèse Gadala, qui a beaucoup lu pour préparer son voyage, préfère dépeindre les marchés, la vie quotidienne. Seule la Mamounia, l’hôtel luxueux de Marrakech créé par la Compagnie Transatlantique et dont les jardins remontent au XVIe siècle, est décrite par elle comme un « Palais des Mille et Une Nuits83 ».

48Les écrits de Marie Bugéja regorgent en revanche de données historiques concernant la culture musulmane. L’histoire de Fès84 est patiemment décrite et elle analyse les nombreux édifices de la ville : la mosquée Karaouiyne, siège de l’Université musulmane, les médersas, les fondouks, ces caravansérails qui logeaient les bêtes au rez-de-chaussée et les voyageurs au premier étage, la kasbah… « Que de mosquées à Fès, centre religieux du Maroc, en même temps de résidence d’un khalifa [ou représentant] de l’ancien sultan, centre administratif français et région militaire qui s’étend de l’Ouergha jusqu’au sud du Sefrou. Fès est le rappel de l’islam au Moyen Âge ». Mais, malgré cette architecture magnifique, « les restes des humains périssables rappellent le néant de la vie. Fès est entourée de nombreux tombeaux encore inexplorés du commencement du IXe siècle quand il existait des chrétiens, des juifs et des adorateurs du feu85 ». Marie Bugéja a été reçue chez le pacha de Marrakech en son absence. Elle rend hommage à cet homme qui sait intelligemment se servir de son autorité et utiliser son immense fortune à conserver au Maroc les arts des anciens Maures d’Andalousie. L’architecture maghrébine ne disparaît pas86.Elle le remercie par le biais d’un récit qui reprend la conférence qu’elle avait donnée à Alger, en 1923, à la Société de Géographie de l’Afrique du Nord, et publiée dans le Bulletin de cette société :

« Je profite de ces lignes qui lui tomberont, sans aucun doute, sous les yeux, car tel est mon désir, pour qu’il sache que je le remercie des sensations d’art éprouvées sous son toit hospitalier. Son palais m’a causé des moments d’extase sublime d’artiste aimant et appréciant les chefs d’œuvre et qui a préconisé, à Alger, la rénovation des Arts algériens ».

49Il faut accorder une mention spéciale aux seules constructions qui retiennent vraiment l’attention de toutes les voyageuses : les tombeaux saâdiens de Marrakech, nécropole de la dynastie qui régna sur le Maroc de 1554 à 1659. Ces femmes y trouvent toutes un havre de paix et de silence après le tumulte des ruelles de la médina. Marie-Thérèse Gadala cite, à cette occasion, tous les souverains et dresse l’histoire de chacun en décrivant leur mausolée en « marbres rares, les colonnes pures comme des corps de vierge, ces voûtes toutes brodées de ciselures et de textes, ces mosaïques qui, dans la pénombre, mettent des étoiles87 ».Marie Bugéja va plus loin mettant en parallèle les Saâdiens contemporains et les Valois en France. Leurs tombeaux payés « au poids du sucre, décèlent l’art consommé d’une œuvre la plus minutieusement terminée […] Quelle puissance d’allure, quelle finesse de formes architecturales. Quels orfèvres ont buriné tout cela ? Infini des détails, richesse des matières sont sans pareils […]. Ce sont des visions de puissance éternelle88 ». Henriette Célarié apporte des renseignements supplémentaires ici, une « petite koubba recouverte d’un toit pyramidal en tuiles vertes, la forme et la couleur sacrées qu’on réserve aux chorfa89 » ; là, le tombeau de la sultane qui fit bâtir la mosquée de Bab-Doukkala, avec une plaque de marbre aux ciselures recouvertes d’or célébrant ses actions et sa piété exemplaire. Chez elle mais aussi chez Alice de Lens90, les descriptions sont minutieuses, objectives et enthousiastes. Les médersas, les universités religieuses où sont logés les étudiants, « sont admirables et vieilles. Elles se composent d’une cour carrée généralement sans piliers ni colonnades. Toutes les poutres, toutes les portes, tous les gonds sont sculptés, ciselés, fouillés avec un art et une patience extraordinaires ».

Conclusion

50Les principaux thèmes abordés par les voyageuses montrent l’originalité de leurs récits. Elles s’intéressent à des questions qui les concernent directement (la famille, l’instruction, le rôle des femmes, les relations sociales de sexe) ou qui heurtent leurs principes moraux : la condition des juifs et des esclaves noirs. Peu d’œuvres de ces femmes sont passées à la postérité mais, portées par l’ambiance coloniale et encouragées par les autorités, elles ont fortement façonné les mentalités. Les qualités littéraires de ces textes de circonstance qu’imprègne une volonté d’exotisme sont parfois discutables malgré quelques surprises agréables. La valeur documentaire de ce corpus hétérogène n’est cependant pas négligeable. L’historien/ne y retrouve, outre l’atmosphère de l’époque, des fragments de biographies, des témoignages visuels et une foule de renseignements sur la vie sociale, politique, religieuse et culturelle du Maroc. Bien que fort différents les uns des autres, ces textes se recoupent ou se complètent sur beaucoup de points et de ce fait constituent une source essentielle pour comprendre les représentations européennes de ce pays. Ils nous invitent à redéfinir la distinction entre amatrice et historienne, entre récit d’histoire personnelle et texte à caractère officiel.

Haut de page

Annexe

Annexe 1

Liste des dix-sept voyageuses au Maroc sous le Protectorat et de leurs dix-neuf récits de voyage

Année de

Publication

Auteure

Titre

Date du voyage

1908

Mathilde Zeys

Une Française au Maroc, Paris, Librairie Hachette, 1908, 296 p.

inconnue

1910

Doctoresse Legey

Notes de route, voyage à Marrakech, Alger, Imprimerie P. Crescenzo, 1910, 20 p.

1910

1912

1913

R. Ladreit de Lacharrière

« Voyage dans le Maroc occidental : du Sous à Tanger », Bulletin de la Société normande de Géographie, 1912, cah . n°22, p. 71-96.

Voyage au Maroc : le long des pistes moghrébines, Paris, Emile Larose, 1913, 306 p.

1910-1911

1921

Claude Lorris

Dans le Maghreb en flammes, Paris, La Renaissance du Livre, 1921, 271 p.

1917

1923

Henriette Célarié

Un mois au Maroc, Paris, Librairie Hachette, 1923, 254 p.

1923

1925

Alice Barthou

Au Maghreb parmi les fleurs, Paris, Grasset, 1925, 175 p.

inconnue

1929

Françoise de Sourdon

Le Marocain, son âne, sa ville, Paris, La Renaissance du Livre, 1929, 207 p.

1929

1930

Henriette Willette

Au Maroc, Paris, Fasquelle, 1930, 190 p.

inconnue

1930

Jeanine Berthel

Impressions marocaines, Paris, Les Œuvres représentatives, 1930, 140 p.

inconnue

1932

Alice La Mazière

Le Maroc secret, Paris, Ed. Baudinière, 1932, 217 p.

1926

1932

Marie-Thérèse Gadala

La féerie marocaine, Grenoble, B. Artaud, 1932, 199 p.

1930

1932

Jane Guy

Cinq semaines au Maroc, Paris, Librairie A. Lemerre, 1932, 138 p.

inconnue

1936

Marise Périale

Le Maroc à 60 km à l’heure, Casablanca, Imp. du Petit Marocain et de la Vigie marocaine, 1936, 255 p.

1934

1937

Marie Bugéja

Le feu du Maroc, Tanger, 1937, Les Editions internationales, 1937, 328 p.

1935

1947

Madeleine Saint-René Taillandier

Ce monde disparu, souvenirs. Syrie, Palestine, Liban, Maroc, Paris, Plon, 1947, 270 p.

1901-1906

1947

Magdeleine Wauthier

Au péril des sables, aventures aériennes, Neuchâtel, La Baconnière, 1947, 235 p.

Les saisons de Belgacem, Paris, Speg, 1947, 169 p.

1932

2007

Aline de Lens

Journal 1902-1924, L’amour, je le supplie de m’épargner, Paris, La Cause des Livres, 2007, 365  p.

1913-1925

Annexe 2

Romans et essais « marocains » publiés par six voyageuses

Marie Bugéja (11 romans sur les 17 notices dans la base Opale de la BnF)

- Nos sœurs  musulmanes, Paris, 1921. Rééd. 1931 et 1933 à Alger (essais).

- Visions d’Algérie, Alger, 1929 (essais à partir de conférences faites à Alger de 1918 à 1928)

- Séduction orientale, Alger, 1931, roman.

- Du vice à la vertu, Paris, 1932, roman. Prix du grand concours littéraire du centenaire de l’Algérie de la Ville de Paris

- Dans la tiédeur de la tente, Alger, 1933, roman.

- Sous les rayons d’or, Alger, 1933, roman.

- Femmes voilées, hommes de même, Alger, 1935, récits et impressions.

- Afrique, terre de légendes, Alger, 1936, légendes et tableaux.

- Le Feu du Maroc, Tanger, 1937, récits de guerre et réalités du présent avec illustrations

- Enigme musulmane, Tanger, 1938, « Lettres à une Bretonne ».

- Cœur de Kabylie, Tanger, 1939, roman.

Henriette Célarié(68 notices dans Opale)

En 1923, elle commence une série de publications sur l’Afrique du Nord, les voyages au Maroc, puis en Algérie et Tunisie et des romans sur ces pays, par exemple :

- 1925 : Nos sœurs musulmanes, scènes de la vie du désert

- 1927 : Amours marocaines

- 1927 : La vie mystérieuse des harems

- 1928 : L’épopée marocaine

- 1930 : Du sang et de l’amour dans le harem

Marie-Thérèse Gadala, (34 notices dans Opale) dont :

- Le dernier voyage de Lyautey l’Africain. Paris, La Caravelle, 1936, 29 p.

Doctoresse Françoise Legey

- Contes et légendes populaires du Maroc, recueillis à Marrakech et traduits, 1926 ; 2e édition, Paris, Sirocco, 2007.

- Essai de folklore marocain, avec une lettre-préface du maréchal Lyautey, 1926.

Aline de Lens

- Le Harem entr’ouvert, Paris, Calmann-Lévy, 1919.

- Derrière les vieux murs en ruines : roman marocain, Paris, Calmann-Lévy, 1922.

- L’étrange aventure d’Aguida, Paris, Editions de France, 1925.

- Pratiques des harems marocains : sorcellerie, médecine, beauté, Paris, Editions Geuthner, 1925, (posthume), réédité en 1999.

Dans des périodiques :

- « Au Maroc pendant la guerre », Revue de Paris, 1915, a. 22, t. 6, p. 160-172.

- « Un mariage à Meknès dans la petite bourgeoisie », Revue du Monde musulman, 1917-1918, t. 35, p. 31-56.

- « Le harem entr’ouvert », Revue de Paris, 1919, a. 26, t. 2 et t. 3, p. 129-163, p. 377-403, p.714-744

- « Derrière les vieux murs en ruines », Revue de Paris, 1922, a. 29, t. 1, (en 3 parties)

- « L’étrange aventure d’Aguida », Revue de France, 1924.

- « L’histoire du pauvre marchand de babouches », Revue de France, 15 juin 1925.

Marise Périale

- Pierre Ergon, pionnier, roman marocain écrit en collaboration avec Victor de Stahl.

Haut de page

Notes

1  Cf. Benedicte Monicat, Itinéraires de l’écriture au féminin. Voyageuses du XIXe siècle, Amsterdam, Rodopi, 1996. Voir la bibliographie p. 140-149.

2  Voir la liste des voyageuses et de leurs textes en annexe 1. Chaque écrit sera désormais référencé par le nom de l’auteure et la page citée.

3  Pour les repérer, j’ai consulté : BN-Opale+  de la BNF ; la banque de données LIMAG-références de livres ; la Bibliographie de la littérature marocaine des Français, 1875-1983 de Guy Dugas, Paris, 1986 ; Visions du Maroc. Catalogue du Fonds Ninard, Paris, Institut du Monde arabe, 1997 (Ninard, médecin de Mohammed V, a recensé 2650 volumes, la majorité des monographies en français, concernant surtout la période du protectorat français) ; Hommes et destins, dictionnaire biographique d’outre-mer, publié par l’Académie des sciences d’outre-mer, 1986 : œuvre collective de notices biographiques permettant de retracer la carrière, les aventures, les écrits des personnalités européennes et autochtones qui ont marqué la vie de l’ancien outre-mer français. Malgré le titre, quelques femmes sont répertoriées (dans le volume 4, 19 femmes dont 15 appartiennent à la littérature, 4 à l’histoire) ; Le Grand Larousse encyclopédique de 1960 où figurent les maris des femmes voyageuses.

4  Et, de ce fait, accessibles uniquement sous forme de microfiches.

5  Cf. Daniel Rivet, Le fonds Paret : une source pour revenir sur la fin du Protectorat, in Repenser le Protectorat. Actes du colloque de Rabat, 1998. Hespéris Tamuda, 2001, vol. 39, fasc. 1, p. 105-118.

6  Elle accompagne son mari, administrateur en Tunisie puis au Maroc à partir de 1913. Elle part avec enthousiasme, elle a appris l’arabe dialectal et l’arabe classique et connaît les coutumes, ce qui lui vaut la confiance et l’estime de ses nombreuses relations, des femmes marocaines en particulier. Elle se découvre aussi la vocation et la mission de faire revivre l’art marocain. Lyautey lui confie le Service des Arts indigènes pour la région de Meknès où elle fait revivre 22 corporations (broderie, poterie, bijoux, damasquinerie, enluminures, tissage, ferronnerie, cuirs brodés, céramique, musique...). Elle crée aussi des écoles où les fillettes apprennent à tisser, broder et peindre.

7  Jane Guy, de son vrai nom Marguerite-Estelle Berthaut, a écrit en vers un récit de voyage sur le Maroc. C’est le seul exemple de ce type. En page de garde, où figure sa photo, il est inscrit « Premier prix de l’académie PRO ARTE » (France et Afrique du Nord). Dans la préface écrite par « Monsieur le ministre Laurent-Eynac », elle est décrite comme une femme extraordinairement dynamique et jeune d’esprit.

8  Son mari Louis Barthou, avocat, député, sénateur, écrivain, a publié Lyautey et le Maroc, Paris, Ed. du Petit Parisien, 1931.

9  Son nom d’auteur est « Mademoiselle Mathilde Zeys ». Peut-être est-elle liée à Paul Zeys, président de chambre à la Cour d’Appel de Rabat et inspecteur des juridictions chérifiennes de 1911 à 1932.

10  Née à Alger, fille d’un administrateur de commune mixte en Algérie, elle a épousé Manuel Bugéja, lui-même administrateur de commune mixte qui a raconté sa vie dans Souvenirs d’un fonctionnaire colonial, publié à Tanger en 1939. Elle a vécu dans la société algérienne et s’est intéressée particulièrement à la condition des femmes. Femme de lettres et conférencière, elle a collaboré à des journaux et des revues comme Terres d’Afrique, de 1920 à 1931, le Bulletin de la Société de Géographie d’Alger en 1918 et 1919, le Bulletin de l’Amicale du Département de Constantine de 1927 à 1933. Son œuvre a été récompensée : elle devient Officier de l’Académie  en 1925, Officier de l’Instruction publique en 1929, Officier du Nichan Iftikhar en 1935. En 1930, elle est lauréate du Grand Prix du Centenaire de l’Algérie décerné par la ville de Paris pour Nos sœurs musulmanes (1921) et Visions d’Algérie (1929). En 1939, elle reçoit la Médaille d’argent du Mérite civique. De son vivant, elle a reçu de nombreux hommages dont celui de Louis Brunot, directeur de l’Enseignement à Rabat (Bulletin de l’Enseignement public du Maroc, 1936, a. 23, n° 144). De même un entrefilet dans L’Écho de Paris, le 16 avril 1933, met en exergue son action en faveur de l’éducation des jeunes filles. Son voyage au Maroc est un pèlerinage sur les lieux où son fils a combattu.

11  Son mari est nommé à la légation de Tanger. Elle-même vit dans un milieu d’historiens, de scientifiques et d’universitaires. Sa tante est Mme Taine chez qui elle rencontre régulièrement les Renan, les Berthelot, Mr Perrot (directeur de l’École normale), Gaston Paris ou José-Maria de Heredia.

12  Née à Alger, Françoise Legey fait ses études de médecine à Paris, se marie avec un avocat et s’installe, comme médecin, à Alger où elle crée un service pour femmes indigènes. Médecin de l’Assistance publique pendant 15 ans au Maroc, il est fait mention de son expérience dans le livre de La Mazière.

13  Dans le chapitre dont il est l’auteur, le capitaine Wauthier décrit l’organisation matérielle de l’expédition et donne la liste des personnes qui y ont participé. Il nomme ainsi  « Madame Wauthier, membre de la Société de Géographie, de l’Aéro-club de France, spécialement chargée de la préhistoire, de la tenue du Journal de route ».

14  Son livre reçoit de nombreuses et chaleureuses félicitations : de Mr Peyrouton, commissaire résident général de France au Maroc en 1936, du général Corap, commandement supérieur des troupes du Maroc etc.

15  Le Studio Franco-Russe organisait à Paris des débats publics d’écrivains et d’intellectuels russes émigrés et français. Ces soirées se déroulaient en français. Les débats furent sténographiés et publiés en intégralité dans Les Cahiers de la Quinzaine dirigés par Marcel Péguy.

16  Voir la bibliographie en annexe 2.

17  Cf. l’ouvrage collectif « Pour une histoire culturelle du voyage au XIXe siècle », Sociétés et Représentations, n° 21, 2006. On y trouve une étude sur l’évolution du vocabulaire des titres au cours du XIXe siècle.

18  Henriette Willette est subjuguée par un historien qu’elle rencontre à Meknès, Ibn Zaydân Abd al-Rahman (1878-1946), auteur d’une monumentale Histoire du Maroc, publiée à Rabat en 1929. Cf. Henriette Willette, Au Maroc avec Lyautey, Paris, Ed. Spes, 1932, 127 p.

19  Françoise de Sourdon, Le Marocain, son âne, sa ville, Paris, La Renaissance du Livre, 1929, p. 16.

20  Madeleine Saint-René Taillandier, Ce monde disparu, souvenirs. Syrie, Palestine, Liban, Maroc, Paris, Plon, 1947, p. 156.

21  Ibid., p. 230.

22  Reynolde Ladreit de Lacharrière, Voyage au Maroc : le long des pistes maghrébines, Paris, Larose, 1913, p. 151.

23  Ibid.,  p. 71.

24  Telouet, situé à 1800 mètres d’altitude dans le Haut Atlas, est le lieu de résidence d’été du pacha de Marrakech.

25  Henriette Willette, Au Maroc, Paris, Fasquelle, 1930, p. 170.

26  Henriette Célarié, Un mois au Maroc, Paris, Hachette, 1923, p. 20.

27  Alice La Mazière, Le Maroc secret, Paris, Baudinière, 1932, p. 113.

28  Marie Bugéja, Le feu du Maroc, Tanger, Les Éditions internationales, 1937, p. 106.

29  Michel Vieuchange, Smara, carnets de route, Paris, Plon, 1932. Il est mort à Agadir en 1930, lors de son retour.

30  Marise Périale, Le Maroc à 60 km à l’heure, Casablanca, Imp. du Petit Marocain et de la Vigie marocaine, 1936, p. 148.

31  Ibid., p. 149.

32   Prosper Ricard, Le Maroc, Paris, Hachette, 1919, 332 p.

33  Guide touristique Maroc, Paris, Imprimerie Lahure, 1939, 236 p.

34  Guide touristique, région de Meknès, Meknès, Lair Agency, s.d., 34 p.

35  Guide touristique du Maroc, grands itinéraires routiers, Casablanca, Socony vacuum oil company, 1954, 48 p.

36  Célarié, p. 99.

37  Ibid., p. 168.

38  Périale, p. 46.

39  Eugène Aubin, Maroc d’aujourd’hui, ouvrage de 1902 ; Edmond Doutté (7 notices dans Opale de 1900 à 1934, dont Missions au Maroc, L’Islam algérien en l’an 1900).

40  Willette, p. 144.

41  Kacem Basfao, « Maroc : retour sur la période coloniale et travail de mémoire », Littératures et temps colonial, Paris, Les Indes savantes, 2005, pp. 313-318.

42  Gadala,  p. 114.

43  Ladreit de Lacharrière, p. 133.

44 Ibid., p. 63.

45  Willette, p. 69.

46  Aline de Lens, Journal 1902-1924, L’amour, je le supplie de m’épargner, Paris, La Cause des Livres, 2007, p. 251.

47  Ladreit de Lacharrière, p. 122.

48  Célarié, p. 63.

49  Gadala, p. 38.

50  Bugéja, p. 181.

51  La Mazière, p. 13.

52 Ibid., p. 17.

53 Ibid., p. 21.

54  Ibid., p. 41.

55  Bugéja, p. 169 et 291.

56  Ibid., p. 260.

57  Ibid., p. 262.

58  Legey, p. 4. L’autre livre de Françoise Legey, Contes et légendes populaires du Maroc recueillis à Marrakech, publié en 1926, vient d’être réédité au Maroc et était, en décembre 2007, en tête des ventes à Casablanca et à Marrakech.

59  Célarié, p. 101.

60  Saint-René Taillandier, p. 166.

61  Ladreit de Lacharrière, p. 94.

62 Ibid., p. 244.

63  Cité par Ellen Amster, « The Harem Revealed’ and the Islamic-French Family : Aline de Lens and a Frenchwoman’s Orient in Lyautey’s Morocco », French Historical Studies, printemps 2009, 32, p. 2.

64  Dont celui d’André Maurois, Lyautey, Paris, Plon, 1934, 280 p.

65  Bugéja, p. 259.

66  La Mazière, pp. 199-206.

67  Cf. son article « Au Maroc pendant la guerre » dans la Revue de Paris du 1er novembre 1915. Lyautey la félicite pour la « documentation et l’observation étonnantes » qu’elle y déploie.

68  Directeur du service des Beaux Arts à la Résidence de 1912 à 1923, Tranchant a relaté son expérience de voyageur, d’artiste et de fonctionnaire au Maroc dans Au pays du paradoxe, Paris, Éditions Fasquelle, 1924, 255 p.

69  Célarié, p. 12.

70  Willette, p. 70.

71  Célarié, p. 73.

72  De Lens, p. 219.

73  Périale, p. 143.

74  Willette, p. 70.

75  Gadala, pp. 157-160.

76  Bugéja, pp. 245-256.

77  Célarié, pp. 158-164.

78  Jacques Alexandropoulos et Christophe Picard, « Orient et Occident dans l’historiographie du Maghreb, de la période coloniale à l’époque actuelle » in Sophie Dulucq et Colette Zytnicki, dir., Décoloniser l’histoire. De l’histoire coloniale aux histoires nationales en Amérique Latine et en Afrique (XIXe-XXe siècles), Paris, Publication de la Société française d’histoire d’outre-mer, 2003, pp. 85-100.

79  Hassan El Hannabi, « De l’exclusion et des exclus à travers les récits de voyage au XIXe siècle », Cahiers de la Méditerranée, 2004, vol. 69, pp. 41-50.

80  Georges Marçais, La Berbérie musulmane et l’Orient au Moyen Age, Paris, Aubier, 1913, p. 56.

81  Willette, p. 25.

82  Ladreit de Lacharrière, p. 91

83  Gadala, p. 78.

84  Bugéja, p. 142.

85  Ibid., p. 144.

86  Ibid., p. 298.

87  Gadala, p. 87.

88  Bugéja, p. 285. Elle signale aussi que l’édificateur des tombeaux, le sultan Ahmed El-Mansour eut la bagatelle de 1 862 enfants…

89  Célarié, p. 47. Koubba : désigne la coupole, et par extension une pièce en principe recouverte d’une coupole. Un cherif (pl. chorfa) : nom donné aux descendants de Mahomet.

90  De Lens, p. 256.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Claude Ghiati, « Le Maroc des voyageuses françaises au temps du Protectorat. Une vision (de) colonisatrices ? », Genre & Histoire [En ligne], 8 | Printemps 2011, mis en ligne le 28 octobre 2011, consulté le 20 juillet 2017. URL : http://genrehistoire.revues.org/1135

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Genre & histoire est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page