Navigation – Plan du site
Travaux soutenus
Prix Mnémosyne

Une folle débauche. Les prostituées à la Salpêtrière et dans le discours médical (1850-1914).

Master 2, Gabrielle Houbre dir., Université Denis-Diderot (Paris 7), 2009.
Thiphaine Besnard

Texte intégral

1La prostitution de rue occupe une place importante dans les questionnements moraux et politiques de la société parisienne, au XIXe comme au XXe siècle. L'importance de cette thématique se mesure au nombre impressionnant de publications qui ont pour sujet le commerce sexuel. Cette thématique médicale prend un sens particulièrement intéressant dans le contexte intellectuel propre au second XIXe siècle, en l'occurrence, celui d'une vaste entreprise de classification des êtres humains en catégories définies par le genre, la classe et la race à partir des critères du sain et du malsain1.

2L'objet historique de l'enfermement des femmes vénales est central dans les études d'histoire qui portent sur la prostitution au XIXe siècle, mais il concerne exclusivement leur emprisonnement en cas de maladie vénérienne ou d'irrespect du règlement. C'est pour cela que les enfermements des prostituées à la Salpêtrière restent ignorés par les historien·ne·s, et qu'ils restent absents de l'historiographie. Les études historiques sur la psychiatrie en général au XIXe siècle, et sur la Salpêtrière en particulier, sont dominées par les fameuses et spectaculaires hystériques de Jean-Martin Charcot, à l'exception de la recherche doctorale menée par Yannick Ripa2. Nos recherches avaient donc pour fonction de combler le manque historiographique concernant le placement d'office des filles publiques à la Salpêtrière et le discours psychiatrique qui l'accompagne entre 1850 et 19143.

3L'intérêt de ce discours médico-psychiatrique réside dans le fait qu'il est représentatif d'une culture, des espoirs et des dispositifs de pouvoir propres à l'époque étudiée4. Cette période, à cheval sur le Second Empire et la IIIe République, voit l'avènement du positivisme qui consacre les sciences expérimentales en tant que seule connaissance certaine, fiable et vraie5. Cela rend possible une très vaste extension du champ d'action scientifique, d'autant plus que le monde médical s'adjoint le pouvoir et la légitimité de la justice. Aussi le cadre judiciaire de notre étude témoigne-t-il des aspirations de la société française moderne et de la gestion politique du corps des individus en général, et de la sexualité, de la reproduction, de la maladie et de l'altérité physique en particulier6. Il faut préciser qu'une ordonnance du 20 avril 1684 destine la Salpêtrière à recevoir, entre autres groupes de femmes, les prostituées. Cette pratique est interdite en 1791 par la Constituante et ne fera plus jamais l'objet d'une mesure législative. Cela explique que le placement en asile des filles soumises ne soit jamais mentionné dans les documents qui traitent du règlementarisme, mais complique grandement les recherches sur le sujet. Cette difficulté est renforcée par le fait que les registres du dépôt des aliéné·e·s, dont on pourrait penser qu'ils contiennent des informations propres à expliquer les motivations d'un Préfet à demander le placement de certaines filles soumises dans un établissement psychiatrique, ne sont en fait d'aucune aide puisque les professions des aliénées

4enregistrées au dépôt de la Préfecture de police ne sont pas indiquées. Aussi cette pratique resterait-elle inconnue des chercheur·e·s qui ne seraient pas allé consulter les registres de la Salpêtrière, et dont l'attention n'aurait pas été attirée par la fréquence des placements d'office de prostituées portant la mention « débauche » dans les années 1860.

5Il s'agissait donc de poser la question de savoir s'il était possible de faire un lien entre le réglementarisme et les internements à la Salpêtrière. Il fallut considérer les conditions d'exercice sociales et politiques du placement d'office des femmes vénales, et interroger les raisons déterminant cette association médico-policière qui institue un retour à certaines pratiques conformes à l'ordonnance de 1684, en dépit de son abrogation datant de plus de 150 ans.

Haut de page

Notes

1  Sur cette question, voir l'ouvrage issu de la thèse de doctorat d'Elsa Dorlin, La Matrice de la race. Généalogie sexuelle et coloniale de la nation française, Paris, La Découverte, 2006, 307 p.

2  Yannick Ripa, La Ronde des folles. Femme, folie et enfermement au XIXe siècle (1838-1870), Paris, Aubier, 1986.

3  Citons cependant l'article de Guillaume Périssol qui concerne un prostitué : « Des couloirs du métro à l'hôpital psychiatrique : la trajectoire d'un jeune prostitué parisien en 1946 », La Prostitution des mineur(e)s au XXe siècle, Revue d'histoire de l'enfance « irrégulière »,  n° 10, Roubaix, ENPJJ, 2008,  p. 97-115.

4  Tel que l'a théorisé Miche Foucault dans La volonté de savoir, t. 1 de l’Histoire de la sexualité, Saint-Amand, Gallimard, 2006 (1re édition, 1976),

5  André Lalande, « Positivisme » dans Vocabulaire technique et critique de la philosophie, Paris, PUF, 2002 (1ez édition, 1926), p. 793.

6  À ce sujet, voir Michel Foucault, Naissance de la biopolitique. Cours au Collège de France. 1978-1979, Paris, Seuil/Gallimard, 2004, p. 9.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Thiphaine Besnard, « Une folle débauche. Les prostituées à la Salpêtrière et dans le discours médical (1850-1914). », Genre & Histoire [En ligne], 6 | Printemps 2010, mis en ligne le 21 juillet 2010, consulté le 29 avril 2017. URL : http://genrehistoire.revues.org/997

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Genre & histoire est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page