Navigation – Plan du site
Comptes-rendus

Anne-Claire Rebreyend, Intimités amoureuses, France, 1920-1975, Toulouse, Presses universitaires du Mirail, 2008, 340 p.

Rebecca Rogers

Texte intégral

1Dans ce troisième volume de la collection « Le temps du genre » des Presses universitaires du Mirail, Anne-Claire Rebreyend analyse avec élégance la manière dont des hommes et des femmes « ordinaires » du XXe siècle parlaient des affaires du cœur et du corps. S’appuyant sur 247 textes inédits du fonds des Archives Pour l’Autobiographie (APA), ainsi que sur des fonds mieux connus – celui de Menie Grégoire, de Simone de Beauvoir et du Mouvement Français pour le Planning Familial – la  jeune chercheuse talentueuse brosse un tableau finement nuancé des représentations de la sexualité et du sentiment amoureux entre 1920 et 1975. Si les auteurs des journaux intimes, des correspondances et des autobiographies s’expriment sur leurs pratiques sexuelles, Anne-Claire Rebreyend s’intéresse surtout à leurs façons d’évoquer l’intime. Chez les femmes, surtout, la parole se libère durant cette période, mettant à jour l’historicité du sentiment amoureux. Faisant écho à Michel Foucault, elle écrit : « C’est cette libération de la parole des individus sur l’intime, cette "volonté de dire", qui constitue la problématique centrale de l’ouvrage »  (p. 24).

2Des lois fixent les bornes chronologiques de l’étude. Entre celle de 1920 sur l’interdiction de la publicité et de la vente des moyens de contraception (puis celle de 1923 sur la correctionnalisation de l’avortement) et la loi Veil sur l’IVG en 1975, Anne-Claire Rebreyend distingue trois périodes dans les manières de s’exprimer sur l’intime. L’intime feutré caractérise les années de l’entre-deux-guerres ; l’intime est questionné durant la Deuxième Guerre mondiale et la période du baby-boom (1939-1965) puis s’exhibe dans les « années 68 » (1965-1975). Les écrits émanant d’individus sont ainsi insérés dans une trame historique par « la volonté de comprendre comment des processus sociaux englobants ont été portés par des trajectoires individuelles » (p. 15). L’histoire culturelle menée avec finesse se situe pleinement à la croisée de l’histoire des femmes et du genre et de l'histoire des sexualités. L'auteure se propose de sortir d’une histoire de la domination masculine en proposant « une histoire des relations entre les sexes qui tienne compte des espaces de liberté laissés ou pris par les femmes, des souffrances des hommes devant se conformer au modèle viril dominant » (p. 16). Les relations inégales entre hommes et femmes ne s'en trouvent pas occultées pour autant, mais l’historienne montre de manière convaincante comment l’étude de l’intime fait ressortir des dissonances dans l’ordre du genre.

3Les écrits étudiés pour la période de l’entre-deux-guerres sont peu diserts sur l’intime, exprimant « un murmure amoureux qu’il s’agit de décrypter » (p. 29). L'idéal du mariage d’amour triomphe dans toutes les classes de la société, un amour qui se construit au long cours. Dans ces deux décennies, le discours sur l’intime varie relativement peu. Si le flirt prend de l’importance avant le mariage et si le baiser sur la bouche se banalise, l’horizon amoureux reste le mariage avec une sexualité conjugale tournée vers la procréation plus que vers l’érotisation. L’amour et la sexualité appartiennent à deux mondes différents, et si les jeunes rêvent de sexualité, celle-ci leur fait encore peur. Le beau chapitre sur l’éducation sexuelle montre à quel point celle-ci reste un vœu pieux tandis que l’ignorance des enfants et des adolescents demeure entière. Les jeunes filles sont encore souvent surprises et angoissées en voyant l’arrivée des règles, les garçons comprennent mal les transformations de leur corps, comme le raconte rétrospectivement Martin décrivant son pénis dans les années 1940 : « Comment les grands se servaient-ils de leur truc ? un Peu ? Souvent ? […] Un jour, on se trouve avec le truc qui pointe vers la poignée de la commode, gros, comme un manche de marteau. Comme un imbécile […] Pas de notice ». (p. 74). L’apprentissage de la sexualité se fait largement « sans notice », malgré l’existence de manuels comme celui de Dr. Carnot, Au service de l’amour, paru en 1939. Les garçons ou les hommes décrivent plus souvent des jeux sexuels tandis que les filles évoquent davantage les amitiés électives ; le registre de parole est différent entre les sexes, affirme A.-C. Rebreyend.

4Les trois chapitres consacrés aux années 1939 à 1965 montrent une évolution importante dans l’attitude envers la sexualité au sein des couples. Le chapitre remarquable sur Vichy montre combien l’intime est effectivement « questionné » dans le contexte d’un régime qui brouille les frontières de la vie privée. Le récit des amours adultères de Serge et Denise, à partir d’une correspondance volumineuse et d’un journal intime permet à l’historienne de montrer la « performativité du genre » (selon l’approche de Judith Butler). Leur histoire d’amour se prolonge au-delà des années de guerre puisqu’ils se marient en 1952 et continuent à jouir sexuellement l’un de l’autre. Leur exemple sert de transition vers un modèle d’amour conjugal qui se décline de plus en plus sous l’angle de l’amour fusionnel. Dorénavant, le couple heureux prouve sa compatibilité en se donnant un plaisir sexuel réciproque – ils « font l’amour », expression qui se développe à cette époque. En réalité, l’injonction à la communication amoureuse et sexuelle affecte davantage les classes moyennes et supérieures que les classes populaires. Chez ses premières, les déceptions sont aussi plus clairement exprimées, mais on fait encore peu appel à la médecine, à la sexologie ou à la psychologie pour les problèmes sexuels. Dans ces années de baby-boom, où la conjugalité est à l’affiche, la jeunesse se découvre dans des loisirs mixtes et les initiations hétérosexuelles masculines et féminines se rapprochent. Les écrits étudiés évoquent avec finesse l’aspiration au plaisir partagé par les deux sexes qui se manifeste dans le triomphe du flirt même si le garçon continue d’initier.

5La dernière partie du livre, sur les « années 68 » nous est sans doute la plus familière, tant la libération sexuelle a fait l’objet de films, de romans ou de récits autobiographiques. A.-C. Rebreyend aborde la période en interrogeant l’idée de libération sexuelle puis en montrant les effets de la médicalisation de la sexualité sur les comportements individuels. Le tournant sexologique avec son obsession de la « normalité » sexuelle produit des scripts sexuels s'avère aussi contraignant qu'autrefois le discours religieux ou moralisateur. Ainsi, la proclamation du droit au plaisir provoque en retour la souffrance de l’absence du plaisir. En même temps, indéniablement, l’accès à la contraception et la diffusion de savoirs sur la sexualité, libère les paroles et les pratiques féminines.

6Les fonds étudiés privilégient la parole de personnes « ordinaires » – avec une surreprésentation inévitable des classes éduquées/cultivées qui manient la plume – mais ils font aussi découvrir des personnes des marges. Citons le récit de Charlotte dont le parcours amoureux bisexuel couvre la période des années 1920 à 1940. Ou alors celui d’Henri-Jacques, journaliste et poète parisien, né en 1915, qui émaille son journal du récit de ses conquêtes sexuelles. Ou enfin celui du malvoyant Maurice, attiré par les hommes et qui suivra un traitement aux hormones en 1965 pour  « se masculiniser ». Le croisement de ces récits singuliers avec des paroles plus « ordinaires », des écrits des hommes avec ceux des femmes, produit à la lecture une sorte de roman de l’intime qui interroge inévitablement le lecteur et la lectrice sur leur propre manière d’appréhender l’intime et sur le poids que peut y avoir le genre.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Rebecca Rogers, « Anne-Claire Rebreyend, Intimités amoureuses, France, 1920-1975, Toulouse, Presses universitaires du Mirail, 2008, 340 p. », Genre & Histoire [En ligne], 6 | Printemps 2010, mis en ligne le 16 juillet 2010, consulté le 18 août 2017. URL : http://genrehistoire.revues.org/990

Haut de page

Auteur

Rebecca Rogers

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Genre & histoire est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page