Navigation – Plan du site
Articles

Brimer les corps, contraindre les âmes : l’institution du Refuge au XVIIIe siècle.

L’exemple d’Aix-en-Provence, 1700-1787
Christophe Regina

Résumés

Il existe à l’heure actuelle très peu de travaux consacrés à l’univers carcéral des femmes sous l’Ancien Régime. Nous nous proposons dans cet article d’approfondir la question de l’enfermement des femmes, on étudiant l’exemple du Refuge d’Aix-en-Provence et la prostitution. L’institution des Refuges fut élaborée dès la fin du Moyen Age, dans le but de détenir en captivité celles qui sont jugées dangereuses pour elles-mêmes et pour la société. Cette « galère » des femmes, si elle n’est pas une maison de force en a du moins tous les aspects, auxquels, vient s’ajouter la dimension spirituelle de l’institution, dont la direction est confiée à des religieuses. Les femmes détenues au refuge, sont des criminelles, prostituées, voleuses, des marginales, mais pas seulement. Le Refuge accueille en effet, toutes celles qui souhaitent se « préserver du vice ». Ces « volontaires », internées par choix ou de force, constituent au sein du refuge un groupe à part, qu’on distingue des autres criminelles. Dans un cas comme dans l’autre, c’est par le travail et par la prière que l’on espère ramener ces femmes et ses filles dans le droit chemin. L’entrée au Refuge met en lumière les contradictions d’une société désireuse de contraindre une féminité inquiétante : il faut enfermer pour soustraire du groupe celles qui s’écartent de la norme sociale et des valeurs imposées par l’ordre public.

Haut de page

Entrées d’index

Chronologie :

XVIIIe
Haut de page

Texte intégral

  • 1  Cette recherche s’appuie sur les fonds - très minces - de la série 29 HD (Fond du Refuge d’Aix-en- (...)
  • 2  Voir les travaux de E.-M. BENABOU, La prostitution et la police des mœurs au XVIIIe siècle, Paris, (...)
  • 3  A. RIANI a souligné la rupture que constitue l’invention des Refuges, véritable structure d’assist (...)

1Les études sur l’univers carcéral féminin sont encore peu nombreuses1. Jusqu’à présent, la réalité du « refuge » a surtout été abordée dans le cadre plus vaste de la prostitution et de la criminalité féminine2. Nos représentations de la détention à l’époque moderne concernent essentiellement les hommes. Condamnés aux travaux forcés ou aux galères, on les imagine soumis à la rudesse des conditions et aux mauvais traitements, tant physiques que moraux. De l’enfermement des femmes, on sait encore peu. La criminalité féminine n’est pourtant pas inexistante et les souffrances engendrées par l’enfermement sont de même essence que celles subies par les hommes. Contraindre, brimer, et corriger sont les maîtres mots de l’institution du Refuge appuyée parallèlement sur un dispositif idéologique incluant les thèmes évangéliques de la parabole du « Bon Pasteur » et de la « brebis égarée ». Cet article propose d’enrichir l’analyse de cette « galère des femmes », principalement à partir du cas des prostituées, en envisageant l’exemple du Refuge aixois et en replaçant l’institution dans le cadre plus vaste du Grand renfermement3.

Esquisse historique du Refuge aixois

  • 4  P. MASSON, La Provence au XVIIIe siècle, tome 1, Aix en Provence, 1936, chapitre III, « Les corps (...)

2L’essor et le dynamisme de la ville d’Aix doivent beaucoup à son statut et ses prérogatives politiques fixés par l’Edit de Lyon de juillet 1501 qui en fait une ville parlementaire4.

  • 5  Sur ce point : M. FOUCAULT, Surveiller et punir : Naissance de la prison, Paris, Gallimard, coll. (...)
  • 6  Citons par exemple : l’Hôpital général Saint-Jacques, l’Hôpital général de la Charité, l’Hôpital g (...)
  • 7  J.P GUTTON, « L’enfermement à l’âge classique », dans Histoire des hôpitaux en France, sous la dir (...)

3Depuis le Moyen Âge, Aix-en-Provence connaît une intense activité de bienfaisance et de charité5. Les hôpitaux se sont multipliés6 et, en dépit de leur diversité apparente, partagent tous la même finalité : celle d’exclure de la vue ceux et celles que l’on rejette, méprise ou redoute. Le Grand Renfermement, c’est l’exclusion des marginaux7. Le premier des trois hôpitaux généraux fondé à Aix, celui de Saint-Jacques, date de 1519. Sous le règne de Louis XIV, les hôpitaux généraux sont un des grands instruments de lutte contre la mendicité, le vagabondage et la pauvreté.

  • 8  Ces deux noms désignent la même institution.
  • 9  On trouve, par exemple, à Marseille, l’Hôpital du refuge et de l'entrepôt.

4L’installation du Refuge d’Aix, également connu sous le nom de « filles pénitentes de Sainte Pélagie » ou bien du « Bon Pasteur »8, trouve son origine et ses racines au Moyen Age. En 1272, un bourgeois de Marseille, Bertrand, créait une congrégation de frères placée sous la règle de St Augustin dont la mission, approuvée par le pape Nicolas III, était le relèvement des prostituées. Les converties ou « pénitentes de sainte Marie-Madeleine » étaient groupées en maisons religieuses ; des exemples similaires se rencontrent à la même époque à Montpellier, Marseille et Avignon. En effet, on y trouve des institutions semblables à celle du Refuge aixois, témoignant du rapide succès de ces institutions9.

  • 10  AD BDR Aix 29 H2 A3 : Acte d’achat de maison de la Delle de Beaumond épouse du sieur Mingaud sire (...)

5Au XVIIe siècle, le problème des prostituées fait de nouveau surface, lié aux préoccupations relatives à la marginalité et à la répression des comportements jugées déviants. Trois habitants d'Aix, Jean-Nicolas de Mimata10, chanoine de Saint-Sauveur, François de Beaumont, écuyer, et Michel Estienne, receveur du domaine, fondèrent rue du Puits-Chaud, à la persuasion du R. P. Isnard, jésuite, recteur du collège Royal-Bourbon, une maison hospitalière en faveur des filles qui avaient mené jusqu'alors une vie peu régulière, désireuses de faire pénitence de leur vie passée et de revenir vers Dieu. Cet établissement, baptisé filles Repenties ou les Filles du Bon Pasteur (en raison de la parabole de la brebis perdue) est également connu sous le nom de Sainte Pélagie, en l’honneur de cette sainte du Ve siècle qui avait fait pénitence après avoir vécu avec une troupe de comédiens, à Antioche.

  • 11 AD BDR Aix 29 HD A31669. (Fonds du Refuge).

6Le Refuge d’Aix fut établi en 1640, sur l’initiative du Parlement, dans une maison de la rue de la Couronne, puis réuni deux ans plus tard à l’hôpital de la Charité récemment construit sur le cours St Louis11. Comme celle des hôpitaux, la gestion est assurée par des recteurs. En 1648, l’archevêque d’Aix donna à la congrégation une véritable règle monastique, d’une grande rigueur.

7Toutefois, très rapidement, l’alliance du Refuge et de l’hôpital de la Charité est jugée incompatible.

  • 12  AD BDR Aix 29 HD A2 1668. (Fonds du Refuge).

Les délibérations de cet hôpital jusqu’en 1668 constataient tantôt les secours qu’il donnait aux filles du Refuge, tantôt le projet de les séparer de la Charité, attendue leur incompatibilité.
114 filles s’y trouvent en 1668, parmi lesquelles des orphelines et aussi composé de filles qui ont prostitué leur honneur, elles ne peuvent prendre que de pernicieuses résolutions de débauches et d’impuretés étranges, ce qui n’arriverait pas si telles filles eurent été dehors et portées en un autre lieu où elles puissent faire quelque amendement de leurs débauches12.

  • 13 AD BDR Aix 29 HD A2 : « Les femmes débauchées qui sont logées et enfermées depuis plusieurs années (...)

8La cohabitation, infructueuse, généra des tensions au sein même de l’institution ; durant vingt ans de vie commune, le conflit lié à la présence des femmes « qui ont prostitué leur honneur » ne fait que croître13.

  • 14  Les prostituées, rappelons le, intégrèrent l’établissement lors de sa fondation au même moment que (...)

9La présence des prostituées, bien que recluses, est décriée d’autant que certaines, loin d’être dociles, manifestent une agressivité remarquable à l’encontre des autres pensionnaires. Les recteurs de l’hôpital de la Charité considèrent la présence de ces femmes comme une aberration : pourquoi ceux entrés dans l’institution de par leur pauvreté devraient-ils encore essuyer la honte de côtoyer celles dont les activités sont montrées du doigt ? Le conflit qui oppose les occupants « ordinaires » de l’institution de la Charité au groupe des prostituées rend l’administration des lieux malaisée14 :

  • 15  AD BDR Aix 29 HD A3 : « Arrêt de règlement pour le Refuge du 2 août 1671.

La chambre a ordonné durant les vacations en conséquence de l’arrêt qu’elle a rendu au sujet de l’évasion d’un grand nombre de filles de la maison du Refuge, pour pallier aux abus et désordre qui se commettent dans ladite maison […] qu’on ne recevra aucune fille ou femme […] qu’il n’ait été ordonné par arrêt de la cour15.

  • 16 Ibid.
  • 17  AD BDR Aix 29 HD A2.

10Les évasions sont nombreuses et les rixes, fréquentes16. Dans l’idée des résidents de l’hôpital, la Charité ne s’adresse pas aux prostituées, mais seulement à ceux et celles qui sont frappés par la misère. « L’hôpital de la Charité est dévoué à la base aux pauvres, orphelins, pauvres vieux et invalides et non pour les filles débauchées, lesquelles n’ont jamais profité de cette maison pour leur conversion et n’y donner que de très mauvais exemple »17.

  • 18  AD BDR Aix 29 HD A1 : « Mais principalement pour les retirer tout à fait du vice et empêcher le sc (...)
  • 19  Terme récurrent dans les archives : « putain publique ».
  • 20  J. OLIVIER, Alphabet de l’imperfection et malice des femmes, Rouen, Chez la veuve de R. Daré, 1658 (...)

11L’opinion se focalise surtout sur le « mauvais exemple » que pourrait donner les prostituées aux orphelines et jeunes filles alors au sein des murs de l’hôpital de la Charité18. L’idée de la « tentatrice » demeure indissociable de la condition de « putain », « femme pernicieuse et inspirée par le démon », duquel elle serait la servante dévouée, selon les discours des théologiens19. Dans les mentalités, le poids du pêché originel écrase de façon plus marquée encore la prostituée que le commun des femmes elles-mêmes entachées du crime d’Eve20. La dimension spirituelle est essentielle pour appréhender l’univers du Refuge.

  • 21  Sur le fonctionnement du Parlement : P. GAFFAREL, « Le règne de Louis XV » et « La fin de l’Ancien (...)

12En 1668, le problème trouve une solution : le Parlement autorise les recteurs du Refuge à disposer d’un local distinct21 ; l’établissement fut alors installé dans une maison de la rue des Bernardines où il reste une vingtaine d’année, jusqu’en 1687. Par lettres patentes, données à Versailles en septembre 1674 - enregistrées par le Parlement en février 1688 seulement - le roi confirma et autorisa l’établissement :

  • 22  AD BDR Aix 29 HD A1.

« Il a plu au roi d’immortelle mémoire notre très honoré seigneur et sire, d’agréer l’établissement qui a été fait dans la même ville et pour le même usage d’une semblable maison sous le nom du Bon Pasteur, dans laquelle on a depuis reçu non seulement les filles et femmes débauchées qui y ont été enfermées par autorité de justice, mais encore celles qui ont voulu s’y retirer volontairement pour fuir les occasions du péché et faire pénitence de leur vie passée »22.

13Très rapidement après sa fondation, le Refuge a été qualifié de « galère des femmes », appellation qui ne concernait pas les seules prostituées mais, également, toutes celles reconnues dangereuses pour elles-mêmes ou pour la société.

Les détenues du Refuge durant le XVIIIe siècle : une criminalité plurielle

14Les crimes susceptibles de conduire une femme dans un tel lieu étaient divers : vol, dissidence, prostitution, déviances.

  • 23  K. LAMBERT, D’encre et de sang, Itinéraires féminins de la déviance en Provence occidentale (1750 (...)
  • 24  D. A. F. de Sade, Justine ou les infortunes de la vertu, dans Œuvres, édition établie et annotée p (...)
  • 25  AD BDR Aix B 5644 (Affaire du 28 avril 1775). Procès de Marguerite Augier.

15Pour l’essentiel, dans un premier temps, les « mauvaises filles » - celles que la loi a jugées telles - ont commis des vols. Les voleuses ne sont pas de même envergure : celles qui ont été condamnées pour vols domestiques côtoient des voleuses de grand chemin. Les sources indiquent l’existence de femmes impliquées dans des rapines23, sans précision toutefois sur leur rôle exact vis-à-vis des hommes qu’elles accompagnent24. Les jugements à l’encontre des voleuses sont toujours forts sévères et exemplaires. Attenter au bien d’autrui, même si le vol est bénin, entraîne outre l’envoi au Refuge, le marquage au fer rouge de la lettre « V »25.

  • 26 AD BDR Aix B 5577 (1707), Affaire du 11 août 1707.
  • 27  Ibid.

16Le crime de vol se trouve quelquefois associé à d’autres comportements jugés criminels, notamment à la prostitution. L’amalgame est souvent réalisé par les juristes. Louise Richaude est ainsi jugée pour « vie lubrique et scandaleuse et maquerellage » et pour « vol et larcin »26.Il en est de même pour Catherine Longue, de Roquevaire, et Marguerite Vidalle, de Pertuis qui sont jugées pour « vie lubrique scandaleuse et prostitution publique et vol de fruit à la campagne »27.

  • 28  AD BDR Aix B 5587 (1717), Affaire 7 octobre 1717.

17D’après les arrêts à la barre, il semble que ces dernières aient échappé à la meurtrissure du fer, mais pas à l’infamie puisque toutes trois ont été livrées Entre les mains de l’exécuteur de la haute justice pour avoir et souffrir le fouet par tous les lieux et carrefours de cette ville accoutumés jusqu’à effusion de sang28.

18Muyart de Vouglans explique de quelle manière et pourquoi les condamnées sont marquées au fer sur l’épaule :

  • 29  F. MUYART DE VOUGLANS, Institutes au droit criminel, ou Principes généraux sur ces matières, suiva (...)

On amortit auparavant la chair, pour que les trous que laisse le fer chaud se remplissant de sang meurtri, y laissent des traces qui ne s’effacent jamais. […] en cas de récidive du condamné, l’on puisse augmenter sa peine, et la porter jusqu’à celle de la mort. C’est ce qui se trouve porté expressément par la déclaration de 1724, qui veut aussi, par la même raison, que l’on double la marque V à l’égard des femmes qui sont tombées en récidive en fait de vol29.

  • 30  AD BDR Aix B 5582, Affaire du 13 septembre 1712.

19Les « dissidentes » forment un autre groupe : adultères ou concubines, elles se sont aventurées hors des normes et contraintes du mariage judéo-chrétien. Comme le vol ou la prostitution, l’adultère et le concubinage sont considérés comme des crimes qui conduisent celles qui s’y livrent au Refuge. Les femmes adultères sont souvent dénoncées aux autorités en tant que telles par leur mari, afin d’obtenir l’internement de leurs épouses. Ainsi, « Guillaume Garcin maçon de cette ville querellant en adultère et maquerellage Magdeleine Pugette sa femme »30. Magdeleine est condamnée à être et à demeurer enfermée au « Refuge de cette ville pendant le temps et terme de dix années » et à payer dix livres d’amende envers le roi.

  • 31  Sur le mariage : LEBRUN et A. FAUVE-CHAMOUX, « Le mariage et
    la famille » dans Histoire de la popul (...)

20Les manquements à la fidélité ont été de tout temps - surtout pour les femmes - très sévèrement considérés31. Toutefois, l’Église condamne de façon virulente l’adultère des deux sexes. Selon Saint Paul, les portes du royaume de Dieu ne s’ouvriront pas aux adultères et en droit canonique, le devoir de fidélité s’impose aux deux conjoints. L’inégalité devant l’adultère émane ainsi moins de l’Église que des laïcs.

  • 32 J. DAVID, « Le remariage de la femme "authentiquée" », dans Revue historique de droit français et é (...)
  • 33  D. JOUSSE, Traité de l’administration de la justice, ou l’on examine tout ce qui regarde la juridi (...)
  • 34  P.-F. MUYART DE VOUGLANS, Les loix criminelles de France, dans leur ordre naturel, dédiées au roi, (...)
  • 35  A. BRUNEAU, avocat au Parlement, Observations et maximes sur les matières criminelles avec des rem (...)

21L’enfermement au Refuge de la pécheresse était censé assurer au mari la discrétion au sujet de son cocuage et, en théorie, remettre son épouse sur le droit chemin à l’issue de son séjour dans l’institution. Cette pratique est issue du droit romain, l’Authentique Sed Hodie de Justinien32. La pratique de l’Authentique Sed Hodie est reprise par tous les grands criminalistes d’Ancien Régime tels Daniel Jousse33, Pierre-François Muyart de Vouglans34, ou chez Antoine Bruneau35.

22L’époux dispose du pouvoir d’ » élargir » son épouse, en bref, il détient le pouvoir de faire sortir sa femme du Refuge ; si, au bout de deux ans, il ne vient pas la réclamer, il marque par cet acte sa décision d’abandonner son épouse qui est alors rasée, voilée et vêtue comme les autres femmes entrées dans l’institution. Outre l’enfermement de l’épouse, la cour reconnaît à Guillaume Garcin le droit de jouir de la dot de sa femme ; sa confiscation effective par le mari est considérée comme une juste réparation du préjudice que sa femme a causé à son honneur.

  • 36  AD BDR Aix B 5588 (1718) Affaire du 18 février 1718.

À la requête de François Corriol du lieu de Hyères résidant en la ville de Toulon querellant en vie lubrique scandaleuse et adultère CONTRE Anne Agathe Meynière sa femme, Jean Nicolas dit le Grassen cabaretier et Joseph Terras chirurgien de cette ville d’Aix tous querellés.36

23La citation comporte une gradation des termes concernant l’épouse : au-delà de l’adultère dénoncé, elle serait une « débauchée », « adepte de la lubricité », « femme de mauvaise vie » ; la dégradation est recherchée par le mari à travers le pouvoir qui lui ait donné par la loi, il attaque l’intégrité et la réputation de son épouse afin d’obtenir gain de cause.

  • 37  A. RIANI, Pouvoirs et contestations…, op. cité, 1982.
  • 38  AD BDR Aix AD BDR Aix 29 hd F2.

24Annick Riani dans son étude de l’univers de la prostitution marseillaise souligne, également, l’importance des maris délateurs qui veillent personnellement à faire interner leurs épouses37, forts de l’approbation de la belle-famille : « C’est elle qui s’est fait tout son mal, ses parents m’ont tous sollicité pour la faire enfermer et si je les avais voulu croire, il y a longtemps qu’elle l’aurait été »38.

  • 39  AD BDR Aix 29 hd F2.

25D’autres cas témoignent de la volonté conjointe du mari et de la parentèle de l’épouse d’enfermer une femme jugée perdue. C’est le cas de M. Garnier qui parvient à faire internersa femme au Refuge en dénonçant aux autoritésle scandale qu’elle donnait par sa mauvaise vie notoire. M. Garnier précise et interroge : « Ne devrait elle pas se regarder trop heureuse dans son état présent d’être dans une maison où elle est logée, nourrit et traitée dans ses maladies »39. Sa détention punit sa débauche mais, est tout autant destinée à dissimuler derrière les murs du Refuge les marques jugées honteuses que la vérole a laissées sur sa chair. Libre, son visage mutilé par la maladie parlerait et révélerait à tous « l’infâme commerce » auquel elle s’est livrée. Du concubinage, Muyart de Vouglans donne cette définition :

  • 40  F. MUYART DE VOUGLANS, Institutes au droit criminel, ou Principes généraux sur ces matières, suiva (...)

L’on appelle de ce nom le crime de deux personnes de différents sexes qui vivent ensemble, comme s’ils étaient mariés. […] [Le concubinage est jugé] comme étant contraire à la pureté et à la sainteté de la loi évangélique. [Il est un moyen pour] assouvir par des voies illicites une passion que l’on peut satisfaire légitimement par la voie du sacrement40.

26Le concubinage est considéré comme un crime, toutefois, déterminer les situations de concubinage n’est pas aisé. Le concubinage est avant tout puni parce que perçu comme le moyen de se livrer à des activités répréhensibles comme le proxénétisme.

  • 41  Le terme de « déviante » est emprunté aux travaux de K. LAMBERT op. cit.

27Prostituées, maquerelles et autres « déviantes » font également partie de l’univers du Refuge41. Enfermées pour « débauche », « vie scandaleuse », « prostitution » le séjour de ces femmes garde un but majeur : ramener dans le droit chemin celles qui se sont écartées des règles et de l’ordre.

  • 42  AD BDR Aix B 5605 Affaire du 16 juin 1736.
  • 43  AD BDR Aix B 5612 Affaire du 13 mars 1743.
  • 44  AD BDR Aix B 5609 Affaire du 19 Septembre 1740.
  • 45  AD BDR Aix B 5612 Affaire du 7 décembre 1743.
  • 46 Ibid. Affaire du 1 mars 1743.

28D’autres crimes sont susceptibles de conduire une femme ou une fille dans l’institution. « Une mauvaise femme », quel que soit son crime, se voit la plupart du temps accusée de vie dissolue et débauche, ce qui demeure le terme générique pour qualifier les exactions des criminelles. Parmi ces reprises en justice : celles qui ont fait l’objet de fausse exposition de grossesse (c’est le cas de Marie Baille, qui en plus de ce crime est jugée pour vie lubrique et scandaleuse42), les briseuses de ban (Marie Février en est accusée en plus de maquerellage43), les blasphématrices (et maquerelle44), les vagabondes (et prostitution publique45), ainsi que celles qui ont pris part à des crimes plus graves, comme la production de fausse monnaie (cas de Louise Trais, brodeuse native de Valence et épouse d’un soldat du régiment des Flandres, qui est également jugée pour vol nocturne avec effraction, vie errante, lubrique, scandaleuse46).

29Dans ce foisonnement criminel, il est nécessaire, voire impératif de distinguer les « infâmes » (ou jugées comme telles) des « volontaires » souhaitant entrer « de leur plein gré » au Refuge :

  • 47  AD BDR Aix 29 HD A1.

(…) il est raisonnable, même nécessaire de distinguer celles qui y entrent volontairement de celles qui y sont forcées, afin que le bon traitement qui sera fait aux premières puisse toucher les autres47.

30La séparation entre les femmes est très forte au sein même du Refuge selon les raisons de leur présence dans le lieu: on distingue les criminelles des volontaires, on sépare, on écarte les pécheresses des mauvaises filles et reprises de justices. Les volontaires qui entrent dans la maison le font par « esprit de pénitence » et « pour fuir les occasions du pêché ».

  • 48  AD BDR Aix 29 HD A3.

31Le bureau seul a le droit de recevoir ou de congédier les officiers et officières de la maison, de recevoir aussi les pensionnaires volontaires qui ne pourront être admise qu’après une délibération du bureau écrite et sur les renseignements que le recteur semainier ou tout autre recteur en donnera pour s’assurer que ce n’est ni par force, ni par violence que les parents des présentées veulent les y clôturer, mais bien pour un motif de convenance, de charité et de bon gré de la pensionnaire48.

32Les demandes d’entrée au Refuge sont soumises à l’approbation de la cour présidée par le procureur général du roi et des recteurs qui instruisent le procureur de la demande. Ce « collège » décide du temps accordé aux « volontaires ». On passe acte devant notaire pour placer fille, femme ou sœur au Refuge.

  • 49  Ibid. : La première règle de la police des œuvres est de ne les faire servir qu’à l’usage pour les (...)

33Les cas de certaines présumées « volontaires », comme Marie Arquier49, sont exemplaires. L’utilisation du terme par les Recteurs du Refuge permet de dresser une typologie plus exacte des résidentes que l’on dit « volontaires ». Par « volontaires », ces derniers entendent toutes celles qui ont intégré le Refuge sans la contrainte judiciaire, qui ne sont pas entrées suite à un arrêt de justice ; elles se distinguent donc de celles que la loi a contraintes à l’enfermement. Cependant, qu’est-ce qu’un ou une volontaire au XVIIIe siècle ? Le terme de « volontaire » n’illustre en rien le désir sincère de se retirer au Refuge. Employé par l’administration du Refuge pour distinguer strictement celles qui ont été enfermées au Refuge suite à un arrêt de justice de celles qui y sont entrées de façon différente, il masque les cas de « volontaires contraintes ».

  • 50  AD BDR Aix 29 HD A3 f. 874.

Lorsque les pères, pour la mauvaise vie de leurs filles les voudront enfermer, ils s’adresseront aux recteurs, lesquels donneront connaissance au procurer général du roi, et à sa requête, y être pourvu, ainsi qu’il appartiendra tant sur les réceptions de la nourriture, qu’entretien d’icelles50.

  • 51  A. COLLOMP, La maison du père, famille et village en Haute Provence aux XVII e et XVII1e siècles, (...)
  • 52  AD BDR Aix 29 HD F2, 28 juillet 1758.
  • 53  AD BDR Aix B 5612, Affaire du 13 mars 1743.

34Un père de famille peut ainsi librement faire interner sa fille au Refuge pour peu que les causes qui justifient son acte soient corroborées par les recteurs : ils autorisent alors l’entrée dans l’établissement51. Bien souvent, les filles sont envoyées au Refuge par leur famille dans le but de les préserver de l’inconduite et brimer « un penchant à déshonorer par ses mœurs et sa conduite le reste de la famille »52. C’est le cas de Marie Arquier dont le père, Jean Arquier, fabricant de chaudron résident à Marseille, ne peut, malgré « tout ce qu’un père de famille le plus zélé doit faire pour donner de l’éducation à sa famille », supporter davantage une fille qui jette discrédit et déshonneur sur la famille, car « rien de plus périlleux dans une famille pour les déshonorer qu’une fille qui a des penchants désordonnés et rien de plus douloureux pour un père que de se voir réduit à se priver lui-même de ses enfants »53.

35Le déchirement est peut-être sincère, mais on peut le supposer également ponctuel, soumis à la situation socio-économique du moment ; la précarité dans laquelle évolue la famille peut engendrer la décision de se débarrasser d’une fille qui ne rapporte, sur le plan économique, aucun profit à la maisonnée. L’indigence est d’ailleurs le premier argument mis en exergue par le père de Marie Arquier, « étant chargé d’une famille nombreuse composée de quatre filles et de deux mâles », et ayant « fait tout […] suivant son état et ses facultés et quelques soins qu’il eu particulièrement pour Marie Arquier, l’une de ses filles ».

  • 54  A. RIANI, op. cit..

36Tout est mis à profit : la dimension pathétique est privilégiée dans la requête faite par le père aux recteurs pour faire admettre sa fille au sein de l’établissement. Cet usage du pathos semble être récurrent : Annick Riani constate l’utilisation d’un vocabulaire similaire dans la rédaction des demandes d’admission de filles au Refuge ; le père ou les parents indiquent qu’ils souffrent « d’une douleur extrême », qu’ils se trouvent « dans le malheur » et qu’il leur est « très douloureux » d’accomplir ce devoir54. Il s’agit là d’une véritable stratégie rhétorique et quasiment théâtrale : on met en scène la misère et le malheur pour inspirer la charité et le secours. Le discours emphatique est destiné à impressionner les esprits afin de gagner l’admission de la repentante dans l’institution.

37 Outre l’argument économique imposé par l’entretien d’une famille nombreuse, le père met en avant l’existence d’un consensus familial émis de façon unanime dépassant sa simple décision personnelle. Les reproches faits au père par les autres membres de la maisonnée sont mis en avant notamment son manque d’attention envers Marie qui, dès lors, au lieu de pourvoir au confort de la cellule familiale, se complairait dans la débauche. On reproche en effet à Marie de ne pas exercer un métier honnête pour subvenir aux besoins de sa famille.

  • 55  AD BDR Aix 29 HD F2, 28 juillet 1758.

Ses autres enfants qu’il avait eu lui reproché [sic] de n’y avoir pas donné toutes les attentions dans cette triste et fâcheuse situation.
[…] Son unique ressource est de la tenir en qualité de pensionnaire à la maison de la providence, ses facultés ne lui permettant pas plus55.

  • 56  Ibid.,12 septembre 1780 : État des frais d’entretien et nourriture de la nommée Säy (…) attendu qu (...)
  • 57  « Dot et héritage : les enjeux de la chronologie de la transmission », dans A. BURGIERE (dir.) et (...)

38Il faut souligner toutefois que l’entrée au Refuge n’est pas gratuite et que le père s’engage à verser une pension pour l’entretien de cette dernière56. Faire interner sa fille présente plusieurs avantages : en premier lieu, le prix de la pension n’est pas excessif en comparaison de la constitution d’une dot qu’il n’a probablement pas les moyens de fournir57 ; en second lieu, la retraite au Refuge préserve non seulement sa fille des « occasions du vice », et en même temps la réputation de la famille qui une fois entachée ne peut jamais être restaurée.

  • 58  B. SCHNAPPER, Voies nouvelles en histoire du droit, la justice, la famille, la répression pénale ( (...)
  • 59  AD BDR Aix 29 HD F2, 28 juillet 1758.
  • 60  AD BDR Aix B 5584, Affaire du 29 mars 1714.

39Le pouvoir d’un père sur sa fille est conséquent58 : « sa qualité de père lui permet que cette fille âgée de vingt sept ans pourra revenir de ses égarements par la bonne instruction qu’elle recevra dans cette maison »59. Au regard des sources, cette pratique paternelle n’est pas unique : d’autres cas du même genre ont été repérés. Deux pères demandent ainsi à la cour de faire enfermer leurs filles respectives parce qu’elles suscitent une « honte éternelle »60 ; rien de ce qu’ils ont entrepris n’a pu les corriger de leurs « infamies » et du « scandale public » ; ils demandent eux-mêmes à ce que leurs filles soient recluses dix années, soit la peine maximale - indépendamment de la condamnation au Refuge à vie que la cour peut ordonner contre une femme considérée comme « mauvaise ».

  • 61  A. Riani, op. cité

40Des comportements similaires ont été constatés par Annick Riani à Marseille ; elle met en lumière ce même souci : « la plupart des parents qui dénonçaient leurs enfants déclaraient agir pour l’honneur de la famille ou pour éviter le déshonneur »61.Malheureusement, l’aspect laconique des arrêts à la barre nous interdit d’en savoir plus et d’entrer dans les détails. Néanmoins, transparaît l’impérieux besoin de préserver une réputation mise en péril par les exactions de ces « dangereuses » libertines de corps et d’esprit. Arlette Farge souligne l’importance de la bonne réputation et sa fragilité :

  • 62  A. FARGE, Vivre dans la rue à Paris au XVIIIe siècle, Paris, Gallimard « Folio Histoire », 1992.

La parole fait inlassablement courir les réputations, bonnes ou mauvaises. Il faut savoir se préserver contre cette circulation dangereuse : car la réputation est un capital essentiel, que la malveillance peut détruire. […] Les mauvaises langues sont redoutées et détestées, parce qu’elles minorent un capital de moralité et d’honnêteté dont le peuple ne peut se passer62.

  • 63  Ibid. 28 juillet 1758

41Faire interner au plus tôt les libertines demeure donc le moyen le plus sûr de juguler très rapidement l’élan des mauvaises languesafin que la sociabilité construite par la famille de la libertine ne soit pas perturbée par l’infamie. Certains parents pouvaient décider également de dénoncer leurs filles en raison de pressions sociales « pour faire cesser le scandale publique [sic63. Les présumées « volontaires » existent bel et bien : enfermées de force et non selon leur propre volonté. Il y a néanmoins des cas de demande d’entrée au Refuge quasi spontanées ou du moins qui en ont toutes les apparences.

42Toutefois, de nouvelles interrogations entourent ces entrées. Est-ce le sincère désir de pénitence qui anime celles qui décident de s’en remettre au Refuge pour diriger leur âme et leur vie, ou n’est-ce pas plutôt l’indigence et tous les dangers que peut rencontrer la femme seule qui motive ce désir d’internement ? Les dangers sont multiples et la prostitution menace celles qui n’ont pas de quoi vivre « honnêtement » et celles qui n’ont pas pu réussir à se mettre en service. Pour les volontaires « sincères », il s’agit d’abord de se préserver du vice :

  • 64  J.-B. BOYER D’ARGENS, Thérèse Philosophe ou mémoire pour servir à l’histoire du P. Dirrag et de Me (...)

Dès ma plus tendre enfance, on ne m’a parlé que d’amour pour la vertu et d’horreur pour le vice. Vous serez heureuse, me disait-on, qu’autant que vous pratiquerez les vertus chrétiennes et morales. Tout ce qui s’en éloigne est le vice, et le vice nous attire le mépris, et le mépris engendre la honte et les remords qui en sont une suite64.

43Certes, certaines femmes et filles mettent en avant leur volonté personnelle d’entrer au Refuge pour se préserver du vice et du péché. Mais, il semble surtout que ce soit l’indigence plus que le repentir sincère qui ait motivé leur retraite. Sur ce point les recteurs ne sont d’ailleurs pas dupes : ils savent qu’une fille sans ressources et livrée à elle-même est en grand danger. Elle est une menace d’abord pour elle-même puisqu’elle pèche et met en péril sa vie, pour le groupe, par la diffusion de la vérole et pour l’ordre. Ce serait, en quelque sorte, étouffer le mal à sa base que d’admettre ces femmes et filles au Refuge. Quels sont donc les motifs mis en avant par celles qui désirent faire retraite au Refuge ? Sur ce point, les archives sont éloquentes :

  • 65  AD BDR Aix B 5582 (1712), Affaire du 31 août 1712.

Demande d’entrer au Refuge de Jeanne Courtesse originaire de Palamos en Catalogne, désirerait entrer au Refuge pour y demeurer quelque temps et y faire pénitence et éviter les occasions de se prostituer.
La cour lui accorde le droit de rester deux ans au Refuge.65

  • 66  AD BDR Aix B 5586 (1716), Affaire du 30 juin 1716.

Demande d’entrée de Françoise Sarineau, orpheline délaissée en bas âge, elle fut remise à l’hôpital de la charité d’où elle est sortie il y a cinq ou six années, elle a encore eu le malheur de se prostituer, elle souhaite se retirer au Refuge pour quatre ou cinq ans.
La cour lui accorde 2 ans.66

  • 67  AD BDR Aix B 5587 (1717), Affaire du 15 avril 1717.

Demande d’entrée au Refuge pour y faire pénitence, Thérèse Barachine, ayant menée une vie libertine. Elle n’a que sa mère qui est à l’hôpital. Elle a mené une vie scandaleuse.
La cour lui accorde deux ans et se charge de payer sa pension de trois en trois mois et par avance.67

44Sur les vingt-trois demandes étudiées, l’argument le plus significatif mis en avant par les aspirantes est de faire pénitence de leur vie passée (onze cas sur vingt-trois). Cet argument est effectivement le plus apte pour décider de leur admission, étant donné la vocation première du Refuge qui est de corriger et de contraindre les femmes libertines, débauchées et de mauvaises mœurs. Certaines justifient leur choix - pour pasticher le ton de certaines archives - par le fait qu’elles avaient déjà peu à peu glissé dans l’état criminel et scandaleux de débauche et de lubricité et, qu’horrifiées par le vice dont elles se faisaient servantes, l’ignominie de leur condition les avait stimulé à s’en protéger, en confiant le ministère de leur âme et de leur corps en péril aux bons soins du Refuge…

  • 68  AD BDR Aix B 5583 (1712), Affaire du 15 mars 1712.

Demande d’entrée au Refuge de Marguerite Chaunut de cette ville d’Aix : étant lasse de la vie libertine qu’elle a mené, elle souhaite entrer au Refuge pour y faire pénitence : elle précise que c’est d’elle-même qu’elle souhaite y entrer. Elle est âgée d’environ 23 ans.
La cour lui accorde l’entrée et cinq années de Refuge. 68

  • 69  V. DEMARSSION, Femmes séduites et abandonnées au XVIIIe siècle. L'exemple du Cambrésis, Paris, Est (...)

45La lassitude est mise en avant par Marguerite Chaunut, âgée de vingt-trois ans. On ne sait pas depuis combien de temps elle se prostituait, mais il semble qu’elle ait suffisamment pratiqué le commerce de son corps pour en être lasse. Attend-elle du Refuge une formation, outre l’arrêt de la prostitution ? Les fonds du Refuge, en grande partie détruits ou perdus, restent les hypothèses : l’internement peut apparaître comme une tentative d’améliorer l’avenir. Entrent également au Refuge les filles et femmes victimes : mise enceintes et abandonnées, elles n’ont que peu d’alternatives possibles, si ce n’est le Refuge69.

46L’entrée au Refuge implique finalement une réelle connaissance de l’institution en tant que telle. Lorsque les présumées volontaires acceptent de se retirer au Refuge, elles choisissent a priori de se soumettre au règlement et à sa rigidité. La sujétion à l’institution semble caractériser également une volonté de se préserver de la tentation sexuelle afin de rester chaste et ne pas être considérée comme une « putain publique ». Si tous les stratagèmes rhétoriques sont employés à obtenir leur admission, les prétendues volontaires maîtrisent également, comme nous l’avons vu, outre des arguments convaincants, les codes de l’institution qui viennent appuyer leurs demandes et donner plus de poids à leur motivation d’admission.

47Dans le discours des volontaires apparemment « sincères », il s’agit aussi de se préserver des dangers de la jeunesse. Cet argument est souvent mis en avant pour justifier l’internement au Refuge :

  • 70  AD BDR Aix B 5587 (1717), Affaire du 20 novembre 1717. (C’est moi qui souligne).

Elizabeth Pally pauvre fille de cette ville d’Aix seulement âgée de vingt ans dépourvue de toutes sortes de secours n’ayant d’ailleurs aucunes occasions pour gagner sa vie et subsister, en sorte qu’elle se voit employé à tous les inconvénients que la jeunesse, la fainéantise peut procurer à une jeune fille, ce qui à fait prendre la résolution de passer pendant cinq ans dans la maison du Refuge […] Le procureur met fond pour la pension de la suppliante.70

  • 71  AD BDR Aix B 5598 (1729), Affaire du 28 mai 1729. (C’est moi qui souligne).

Marguerite Allègre fille orpheline de cette ville d’Aix étant à la porte de la chambre tournelle aussi fait savoir à la cour qu’elle souhaiterait avoir l’honneur d’y parler et l’ayant faite entrer en présence du procureur général elle l’aurait prié humblement de la faire entrer à la maison du Refuge de cette ville pour être à l’abri des faiblesses de son âge. Interrogée de son âge, de son nom et si elle n’a point été induite et sollicitée à cela faire ? A répondu a serment être âgée de treize ans, qu’elle est de cette ville n’ayant ni père ni mère et qu’elle veut se retirer en la maison du Refuge, qu’elle n’a point été induite et sollicitée, souhaitant d’y aller agréablement sur quoi le procureur général aurait donné ses conclusions et consent à l’entrée audit Refuge pour trois ans, la maison indemnisée de la nourriture et de l’entretien. Il sera dit que la cour a ordonné et ordonne que ladite Marguerite Allègre sera conduite à la maison du Refuge de cette ville d’Aix pour y rester pendant le temps et terme de trois années en indemnisant la maison du Refuge de sa nourriture et entretien enjoint au recteur et supérieur de la tenir […].71

  • 72  F. PITOU, « Jeunesse et désordre social : les coureurs de nuit à Laval au XVIIIe siècle », Revue d (...)

48L’argument repose sur l’idée, alors forte, d’une jeunesse pétrie d’excès et des dangers de vivre seule, sans autorité ni modèle.72 L’argumentation de Marguerite et son âge jouent en sa faveur : n’ayant aucun revenu et, de surcroît, orpheline, elle doit, plus qu’une autre, prouver la sincérité de sa demande. La question de la motivation est importante : entre t-elle par intérêt, y a-t-elle été « induite », ou bien est-ce par sincère volonté de se protéger de la société et d’elle-même ? La jeune fille seule et livrée à elle-même est vouée à être perdue et à se perdre, au nom de quoi, elle demande à être admise. Au-delà de l’absence d’autorité, c’est bien plutôt une certaine terreur de la rue qui décide une jeune fille à solliciter son entrée.

49Remarquons l’inégalité des sexes en la matière. La jeunesse d’une fille est plus contraignante que celle d’un garçon, leur liberté brimée. Les filles ne sont pas aussi libres qu’elles le souhaiteraient. Elles sont soumises à une autorité omniprésente: au foyer, dans le contexte de la maisonnée, les filles sont placées,constamment sous l’œil attentif du père mais, également et surtout, sous celui de la mère qui les instruit de leur future condition maritale.

  • 73  A. LE ROUX DE LINCY (1806-1869), Le Livre des proverbes français, Paris, Paulin, 1842.

50La surveillance se double donc d’un apprentissage. Hors des murs de la maison, tantes, voisines ou amies de la mère prennent le relais de la surveillance. Ce système permet de garantir, de façon plus au moins efficace, la réputation des filles. Ce souci de tous les instants est réel et l’étude des anciens proverbes français le montre : « Qui a des filles est toujours berger », nous dit Leroux de Lincy73. Ou encore : « Fille oisive, à mal pensive ; fille trop en rue, tôt perdue ». L’image est intéressante, le père, berger, préserve ses filles des loups masculins et, par la surveillance, il évite que sa progéniture ne s’égare et ne se fasse du tort.

  • 74  Sur la question de la famille : A. COLLOMP, La maison du père, famille et village en Haute Provenc (...)

51L’expression de l’autorité paternelle est finalement déléguée, transmise à l’épouse qui assure l’éducation jusqu’à l’âge du mariage74. L’autorité du père est omniprésente et, lorsqu’il s’agit du devenir de sa fille, le père reprend la direction entière de la destinée de cette dernière, la mère n’ayant alors à ce moment-là qu’un rôle plus ou moins consultatif. Hors de toutes formes et expressions d’autorité, une fille livrée à elle-même dispose de peu de recours.

52Lorsque, dans la demande, la suppliante précise « qu’elle se voit employée à tous les inconvénients que la jeunesse, la fainéantise peut procurer à une jeune fille », on peut s’interroger sur la production de ce discours. L’argument est-il produit par la jeune fille ou directement issu de la plume des greffes du Refuge ?Dans l’esprit des recteurs, une fille oisive est forcément une mauvaise fille car elle ne suit pas les commandements de l’Église qui encourage l’honnête travail. Le commerce du corps est perçu commehonteux car non seulement facile mais contraire aux prescriptions divines qui condamnent la luxure. Enfermer une fille au Refuge, c’est donc aussi la contraindre, en théorie, à vivre en adéquation avec les commandements divins.

Existe t-il une vie après le Refuge ?

53Est-il possible d’envisager une autre existence au lendemain d’un séjour de une, trois ou dix années ? Il semble que oui, pour certaines, comme l’illustre différentes archives :

Lettres de Grâce
Ou de décharge de peines accordées par sa majesté en faveur des condamnées par arrêts ou jugement en dernier report en quel cas on peut les accorder et les formalités à observer
18 mars 1744 lettre de grâce en faveur de Rose Barbaroux.

Première délibération du 23 septembre 1753 prise au sujet des mémoires à envoyer au ministre pour obtenir de la clémence du roi la liberté de quelques condamnées pour que l’espérance de leur liberté et la grâce accordées puissent contenir la communauté dans le devoir et prévenir les révoltes occasionnées par le désespoir d’une détention perpétuelle ou trop longue.

54Réponse de M de Machant, garde des sceaux à M le président du Refuge, du 13 septembre 1753 ci après :

  • 75  AD BDR Aix 29 HD A3.

Monsieur,….. Monsieur le chancelier m’a envoyé un état des femmes et filles renfermées dans la maison du Refuge d’Aix en vertu des condamnations prononcées contre elles, par lequel les recteurs de cette maison demandent qu’on en fasse sortir quelques unes de temps en temps, afin que l’espérance de retrouver la liberté puisse contenir les autres dans leur devoir et les engager à se comporter avec sagesse, une pareille condamnation ayant été prononcée par arrêt ne peut être détruite que par des lettres, par lesquelles le roi voudra bien décharger quelques unes de ces malheureuses de la peine prononcée contre elle, c’est à la sagesse des magistrats à distinguer la nature des crimes, la longueur de la pénitence et la sincérité du repentir, qui peuvent les engager à s’intéresser en faveur de ces accusées pour obtenir du roi la liberté qu’elles réclament. Je ne peux mieux faire que de m’en rapporter à vous sur cette [?] de charité et de justice et lorsque vous penserez que l’on peut sans inconvénients accorder quelque grâce de cette espèce, vous n’aurez qu’à me marquer le nom de la prisonnière, le temps depuis lequel elle subit la prison, la manière dont elle s’y est conduite et envoyer une expédition de l’arrêt afin que je puisse faire expédier les lettres de décharge que le roi voudra bien lui accorder ; je suis très persuadé que vous ne m’écrivez qu’en faveur de celles qui seront effectivement dignes de commisération, en observant de ne pas trop multiplier cet exemple de clémence, je suis, Monsieur votre bien humble et affectionné serviteur,
A Versailles le 13 septembre 1753.
A Monsieur de Reguse75.

  • 76  D. JOUSSE, Traité de la justice criminelle de France, Paris, 1771, 4 vol.

55Il est possible de conquérir sa liberté autrement que par l’évasion, dont on ne connaît pas la fréquence, mais dont on sait qu’elles étaient nombreuses dans les premiers temps de l’institution. Il existe d’autres alternatives à l’évasion. Le roi jouit du pouvoir d’affranchir de leurs chaînes certaines détenues, selon son bon vouloir. Les chaînes, au sens propre comme au sens figuré : en effet, les cachots du Refuge étaient équipés de chaînes pour pouvoir mettre au fer les récalcitrantes à l’autorité. Celles qui sont jugées les plus méritantes, celles qui ont renoncé à la prétendue vilenie (ou du moins qui ont feint d’y renoncer), gagnent non pas le droit, mais la faveur de quitter le Refuge avant l’échéance de leur peine. Seul le roi détient le pouvoir de casser le jugement du Parlement. Il le fait en délivrant des lettres de grâce. Comme l’indique Jousse, « Les lettres de grâces proprement dites, sont des lettres d’abolition, cette d’ester à droit, de rappel de ban, ou galère, de commutation de peine, de réhabilitation du condamné en ses biens et renommée, et de révision de procès »76.

56Entre 1753 et 1779, le roi a accordé des lettres de grâce à une quarantaine de détenues, celles qui ont su vivre en conformité avec Dieu, le règlement et les bonnes mœurs. L’octroi des lettres de grâces se répartit de la sorte :

  • 1753…3 libérations

  • 1755…3 libérations

  • 1760…3 libérations

  • 1764…4 libérations

  • 1767…6 libérations

  • 1771…5 libérations

  • 1772…1 libération

  • 1773…7 libérations

  • 1775…6 libérations

57Le roi peut se montrer magnanime mais il peut également briser les espoirs de liberté de certaines : les requêtes émises par les recteurs proposant au roi des libérations n’aboutissent pas intégralement :

  • 77  Ce courrier est adressé aux recteurs.
  • 78  AD BDR Aix 29 HD F2.

Messieurs [les recteurs de la maison du Refuge],77J’ai l’honneur de vous informer que le roi a bien voulu accorder aux nommées Marguerite Bourges, Jeanne Truphème et Magdeleine Bonfissose la décharge des peines auxquelles elles ont été précédemment condamnées. La première par arrêt du 3 mars 1770, la seconde par arrêt du 30 janvier 1771, et la troisième par arrêt du 9 juillet 1772, il faut messieurs que vous ayez la complaisance de m’adresser le plus tôt qu’il vous sera possible une copie collationnée de chacun desdits trois arrêts parce que je ne puis point faire expédier les lettres de décharge de peine avant la réception desdites trois copies par lesquelles doivent être relaxées dans les lettres et sous le contrat de la chancellerie.
[…] d’être obligé de vous annoncer que sa majesté n’a pas jugé à propos d’accorder la même faveur aux autres dénommées dans votre lettre à M. le garde des sceaux du 11 septembre 1781. J’oubliais de vous dire que les lettres de décharges sont accordées pro deum.
J’ai l’honneur d’être avec une considération infinie, messieurs, votre très humble et très obéissant serviteur.
Charbonnier de la Rebule.78

58On ne peut expliquer de façon catégorique les raisons qui font que certaines années sont plus propices que d’autres à une démonstration de clémence royale. On peut supposer néanmoins, comme le souligne Jousse, que les lettres de grâce ou de rémission correspondent en générale à des périodes fastes pour le roi et la royauté : sacres, mariages, naissance des princes, notamment etc., donnent lieu à des démonstrations de générosité de la part du roi à l’usage de son pouvoir de grâce. Néanmoins, ce cas de figure demeure très largement minoritaire.

59A un niveau bien inférieur, maris et parents disposent également d’un pouvoir du gracier femme, fille, ou sœur :

  • 79  AD BDR Aix B 5608 (1739), Affaire du 1er janvier 1739.

Sur la requête présentée à la cour par Jacques Delay porteur de chaise et résident en cette ville d’Aix contenant que Anne Gibaud son épouse ayant mené une vie peu régulière pendant qu’il se trouvait absent pour affaire, par arrêt du 20 septembre 1735, elle fut condamnée a être enfermée dans la maison du Refuge de cette ville pendant cinq années sauf au suppliant de la réclamer si bon lui semble et comme il se flatte que la pénitence qu’elle a fait pendant plus de quatre années dans ladite maison du Refuge lui aura fait connaître ses fautes, lui en aura donné du regret et la portera à vivre plus régulièrement à l’avenir, le suppliant voulant user de la liberté que l’arrêt lui donne, requiert le bon plaisir de la cour ordonner que ladite Anne Gibaud sera élargie de ladite maison du Refuge et remise à son mari.
Vu ladite requête signée par Me Simon procureur, avec le décret au bas de fait montré au procureur général du roi du 27 novembre 1739, les conclusions dudit jour qui n’empêche les fins signées […].
Il sera dit que la cour ayant égard à la requête dudit Jacques Delay a ordonné et ordonne que Anne Gibaud sera élargie de la maison du Refuge où elle se trouve détenue et remise audit mari Delay et au moyen […] la supérieure de ladite maison sera bien et valablement déchargée.79

60Anne Gibaud, dont la procédure nous est parvenue intacte, a donc pu quitter les chaînes du Refuge où son propre mari, quatre ans auparavant, l’avait fait interner. Les renseignements manquent pour éclairer cette décision. On retiendra surtout qu’elle est très minoritaire : c’est, en effet le seul exemple offert par les sources.

61Comment expliquer qu’il soit revenu l’en sortir ? Nous n’avons pas les moyens de le savoir et l’hypothèse demeure la seule issue. Est-ce l’amour qui l’a conduit de nouveau vers sa femme ? Serait-ce le besoin d’une aide quelconque qui aurait motivé son acte ? Les hypothèses sont multiples et diverses, mais ce que l’historien retiendra par-dessus tout, c’est qu’une telle entreprise demeure minoritaire puisque, dans l’ensemble des sources mises à contribution dans notre travail sur la prostitution, c’est le seul exemple en la matière.

62Le seul autre cas de sortie du Refuge qui peut pourrait être rapproché de celui des époux Gibaud, concerne une demande en mariage d’une « réfugiée » :

  • 80  AD BDR Aix B 5617 (1748), Affaire du 9 novembre 1748.

Sur la requête présentée à la cour par Magdelaine Reynaud, fille à feu Vincent de cette ville d’Aix contenant qu’ayant eu le malheur de perdre son père et sa mère tandis qu’elle était encore fort jeune, elle eut encore celui d’être comprise dans une procédure en vie libertine qui fut prise contre Françoise Donnaud ; des personnes charitables qui s’interrogeaient pour la suppliante, sollicitèrent vivement qu’elle fut mise dans la maison du Refuge plutôt pour ne pas la laissée exposée à des dangers où se trouve infailliblement exposé une fille de dix sept ans, sans père et sans mère, que comme une punition des fautes, si bien que par arrêt du 21 juillet 1748 elle fut condamnée à être enfermée au Refuge pendant dix ans, la suppliante se s’y comporter avec toute la douceur possible et sans s’attirer la moindre punition pendant huit ans et demi qu’elle a passé et attendait patiemment de voir toute l’année et demi qui reste pour finir le temps de sa prison, lorsqu’un homme qui a du (?) beaucoup au-delà de ce que la suppliante pouvait attendre, la faite demander en mariage et comme la volonté de l’homme est changeante et qu’il y a des moments que l’on ne retrouve plus, la suppliante se flatte que la cour voudra bien abréger son terme, ayant eu la bonté d’accorder la même grâce [à une autre], et depuis peu en des cas moins favorables, dans cette confiance requit le bon plaisir de la cour ordonner que la suppliante sera mise hors la maison du Refuge nonobstant le temps qui reste du terme de sa condamnation et ce dans le cas seulement que ce sera pour être épouse.
Vu ladite requête […] moyennant à la supérieure de ladite maison en perd bien et valablement la charge80.

63En acceptant le mariage, la « suppliante », celle qui adresse sa requête aux autorités, gagne sa liberté mais accepte en même temps de substituer à l’autorité du Refuge, qui avait, jusqu’à présent, soin du ministère de son âme et de son corps, celle d’un époux qui désormais veillera aux bonnes mœurs de sa femme. L’acceptation est expliquée par des arguments mettant en avant la chance dont la jeune fille bénéficierait, ce mariage est présenté comme une chance pour elle, « la volonté de l’homme » qui « est changeante », «il y a des moments que l’on ne retrouve plus ». Les épousailles apparaissent dès lors comme la récompense d’une rédemption accomplie.

  • 81  Notons que l’entrée au Refuge entraîne « la mort au monde » tout comme l’entrée dans les ordres.
  • 82  S. BEAUVALET-BOUTOUYRIE, « La femme seule à l’époque moderne : une histoire qui reste à écrire », (...)
  • 83  M. DAUMAS, La tendresse amoureuse. XVIe – XVIIIe siècles, Paris, Perrin, 1996 ; Le Mariage amoureu (...)

64Le mariage demeure donc l’une des deux seules alternatives possibles et envisageables pour les filles et les femmes d’Ancien Régime, la seconde étant les ordres81, ou de façon plus générale la réclusion, comme c’est le cas au Refuge. Le veuvage demeure une condition particulière et distincte qui concède aux femmes une forme d’autonomie qui les singularise. Avant d’avoir été veuve, la femme a été épouse ; le décès de l’époux peut être le signal d’une nouvelle liberté82. L’existence légitime de la femme ne peut trouver d’autre expression : elle est condamnée à être épouse ou morte au monde, c’est à dire moniale83. Sortie de ces deux possibilités, la femme devient suspecte, méprisable, en contradiction avec sa nature.

65Au-delà de son rôle cathartique, préventif ou bien salutaire, le Refuge demeure un instrument particulièrement efficace de contrôle des femmes, soumises à l’arbitraire d’un mari, d’un père ou d’un frère. Dans le même temps, les femmes, se disant de bonnes mœurs, vilipendent elles-mêmes avec force celles qui sont désignées comme « insignes putains » et qui méritent l’enfermement. Il existe donc un certain consensus autour du Refuge.

66Au fond, le Refuge assume la responsabilité de contraindre et de brimer les élans libertaires des femmes qui, par leur conduite, se sont marginalisées ou, plus exactement, qui se sont singularisées aux yeux de la société. Au-delà, l’institution, système répressif et coercitif forgé autour du consensus des pères, époux, frères, et juges, incarne matériellement, physiquement, voire même spatialement, dans la cité, le triomphe de la masculinité sur la féminité emmurée dans l’enceinte du Refuge. En ce sens, la vertu cathartique du Refuge n’est que le désir éprouvé par les hommes d’expurger de leur quotidien la liberté des mœurs, qu’elle soit symboliquement revendiquée par les femmes dans l’action considérée « criminelle » ou, au contraire, niée par les femmes qui acquiescent (in)volontairement - non sans une certaine ambiguïté - à la domination masculine et à la réclusion. Le cas des volontaires demeure effectivement ambigu dans la mesure où, dans la décision spontanée et personnelle d’internement, ainsi que dans le désir de claustration, il est aussi possible de voir l’expression de la volonté des femmes d’anticiper la décision des hommes, de maîtriser leur propre destin, bref de s’affranchir de la contrainte masculine en y consentant de façon autonome, et donc d’une certaine façon d’être encore plus libres que les hommes. De ce point de vue, l’inégalité est totale, le désir des hommes de combattre l’égalité des sexes reste viscéral. Le Refuge a pu inspirer aux femmes libres, l’idée d’une supériorité de leurs mœurs prétendues respectables et, encourager certaines femmes dites de « mauvaise vie » à intérioriser leur culpabilité.

  • 84  F. ROUX-ALPHÉRAN, Les Rues d'Aix : ou recherches historiques sur l'ancienne capitale de la Provenc (...)
  • 85  Sur la question des prisons du XVIIe au XIXe siècle : C. MOREAU, L. MATHURIN, Code des prisons, ou (...)
  • 86  Il est à noter que le système des Refuges s’est maintenu en Europe jusqu’au XXe siècle, notamment (...)

67D’après l’historien aixois Roux-Alphéran84, le Refuge fut en activité jusqu’à la Révolution. En 1791, avec la réforme du système pénal, la prison devient pour la première fois une peine légale. À partir de 1803, des maisons centrales ouvrent leurs portes, installées dans les anciens biens nationaux, abbayes, couvent etc. : elles accueillent les condamnés à la réclusion criminelle et également les femmes condamnées aux travaux forcés. Désormais, la prison se distingue des anciennes formes de réclusions. Hommes, femmes et enfants sont à partir de la fin du XVIIIe siècle détenus sur un même site85. Sous l’Empire, le Refuge aixois fut reconverti en dépôt de mendicité, puis il accueillit les orphelins de l’hôpital de la Charité. En 1843, l’école des Arts et métiers y fut installée86.

Haut de page

Notes

1  Cette recherche s’appuie sur les fonds - très minces - de la série 29 HD (Fond du Refuge d’Aix-en-Provence) et sur la série 20 B et B (Fond du Parlement de Provence). Archives conservées aux Archives Départementales des Bouches du Rhône, antenne d’Aix-en-Provence.

2  Voir les travaux de E.-M. BENABOU, La prostitution et la police des mœurs au XVIIIe siècle, Paris, Perrin, 1987, et A. RIANI, Pouvoirs et contestations. La prostitution à Marseille au XVIIIe siècle, thèse de troisième cycle, dactyl., Université de Provence, 1982. Sur l’histoire du Refuge de Marseille : ESPEUT (abbé), 1945 et PAYAN D’AUGERY (abbé), 1900, qui écrit :« Le plus ancien vestige historique d’une maison de Refuge pour les filles repenties de Marseille nous a été conservé par l’Almanach Historique de Grosson : « En l’an 1381 quelques personnes du sexe, qui avaient renoncé aux débauches et vanités du siècle, demandèrent au Conseil de la Communauté de leur acheter une maison pour y faire pénitence le reste de leurs jours. [...] A mesure que la fondation s’établissait sur des bases plus solides, la pensée moralisatrice qui l’avait conçue se dégageait de plus en plus. Les échevins avaient voulu faire de ce monastère, non un lieu de captivité pour le vice obstiné, mais une paisible retraite dans laquelle, au contact de soins maternels la voix du repentir pût ramener des âmes momentanément égarées, ou arrêter sur le bord de l’abîme celles que de précoces imprudences y avaient conduites », p. 8.

3  A. RIANI a souligné la rupture que constitue l’invention des Refuges, véritable structure d’assistance inédite en regard de la perception de la charité au Moyen Âge, RIANI, Ibid. Le grand renfermement est le fruit d’un décret de Louis XIV daté de 1656, qui institue l’Hôpital Général. Le but est d’y enfermer tous les pauvres pour les éduquer et les mettre au travail. Voir aussi sur la question : P. SÉRIEUX, « L’internement par « ordre de justice » des aliénés et des correctionnaires sous l’Ancien Régime », in Revue historique de droit français et étranger, 1932, pp. 413-462.

4  P. MASSON, La Provence au XVIIIe siècle, tome 1, Aix en Provence, 1936, chapitre III, « Les corps judiciaires ».

5  Sur ce point : M. FOUCAULT, Surveiller et punir : Naissance de la prison, Paris, Gallimard, coll. « Tel », 1975, IV, p. 267-343.

6  Citons par exemple : l’Hôpital général Saint-Jacques, l’Hôpital général de la Charité, l’Hôpital général de la Miséricorde et bureau de Bienfaisance, l’Hôpital des insensés, l’Hôpital des incurables etc.

7  J.P GUTTON, « L’enfermement à l’âge classique », dans Histoire des hôpitaux en France, sous la direction de J.IMBERT, Toulouse, Privat, 1982, p 162- 254.

8  Ces deux noms désignent la même institution.

9  On trouve, par exemple, à Marseille, l’Hôpital du refuge et de l'entrepôt.

10  AD BDR Aix 29 H2 A3 : Acte d’achat de maison de la Delle de Beaumond épouse du sieur Mingaud sire dans l’enceinte de cette ville, du 5 juillet 1669. Lieu : quartier de Villeverte, rue de la Couronne.

11 AD BDR Aix 29 HD A31669. (Fonds du Refuge).

12  AD BDR Aix 29 HD A2 1668. (Fonds du Refuge).

13 AD BDR Aix 29 HD A2 : « Les femmes débauchées qui sont logées et enfermées depuis plusieurs années dans un appartement de la maison de la Charité de cette ville d’Aix, y souffrent de grandes incommodités par le défaut de logement et qu’on ne peut les y faire vivre dans l’ordre de la discipline nécessaire, ni tirer par conséquent le fruit prétendu de leur conversion, faute de pouvoir séparer celles qui ont l’esprit plus docile et qui sont capables de profiter des bons enseignements, d’avec celles qui ne le sont pas, ce qui ( ? ) diverses personnes de qualité et de vertus et même les recteurs de ladite maison de la Charité qui seraient bien aises d’être déchargés du soin et du fardeau desdites femmes et profiter du quartier qu’elles occupent pour y loger quantité de pauvres mendiants, qu’ils ne peuvent recevoir par le défaut d’habitation, d’entreprendre avec délibération du bureau général de retirer lesdites femmes du lieu où elles sont pour les mettre et les établir dans une maison commode, qu’on est en état d’acheter pour ce sujet dans l’enclos de cette ville où elles seraient moins exposées aux insultes et entreprises qu’on a fait plusieurs fois pour les faire évader et dans laquelle on pourrait facilement faire la séparation des indociles et des étrangères, d’avec celles qui ne le sont pas et que l’on peut faire vivre avec quelques sorte de régularité ». Voir N. CASTAN et A. ZYSBERG, Histoire des galères, bagnes et prisons en France de l’Ancien Régime, Toulouse, Privat, 2002, p 72.

14  Les prostituées, rappelons le, intégrèrent l’établissement lors de sa fondation au même moment que les autres résidents.

15  AD BDR Aix 29 HD A3 : « Arrêt de règlement pour le Refuge du 2 août 1671.

16 Ibid.

17  AD BDR Aix 29 HD A2.

18  AD BDR Aix 29 HD A1 : « Mais principalement pour les retirer tout à fait du vice et empêcher le scandale qu’elles causent par leur fréquentation avec les filles et femmes vertueuses ».

19  Terme récurrent dans les archives : « putain publique ».

20  J. OLIVIER, Alphabet de l’imperfection et malice des femmes, Rouen, Chez la veuve de R. Daré, 1658. Ce court extrait résume de façon précise les préjugés qui pèsent sur les femmes sous l’Ancien Régime. Mal et féminité sont associés.

21  Sur le fonctionnement du Parlement : P. GAFFAREL, « Le règne de Louis XV » et « La fin de l’Ancien Régime », dans Les Bouches du Rhône, 1ère partie, Des origines à 1789, Les Temps Modernes (1482-1789), sous la direction de P. MASSON, t. III (1920), t.VI-VII, p. 117-161. (1927).

22  AD BDR Aix 29 HD A1.

23  K. LAMBERT, D’encre et de sang, Itinéraires féminins de la déviance en Provence occidentale (1750 – 1850), thèse dactylographiée, Aix-Marseille, Janvier 2001.

24  D. A. F. de Sade, Justine ou les infortunes de la vertu, dans Œuvres, édition établie et annotée par M. DELON, Paris, Gallimard « Bibliothèque de la Pléiade », 1990-1995, 3. vol., t. II. Dans Les infortunes de la vertu du Marquis de Sade, le charme des femmes est au cœur de stratégies échafaudées par le groupe de voleurs pour mener à bien le larcin. « Enfants, dit la Dubois aux quatre bandits, cette fille est de la troupe ; je l'y reçois, je l'y installe ; je vous défends de lui faire violence, ne la dégoûtons pas du métier dès le premier jour ; vous voyez comme son âge et sa figure peuvent nous être utiles, servons-nous-en pour nos intérêts, et ne la sacrifions pas à nos plaisirs. »

25  AD BDR Aix B 5644 (Affaire du 28 avril 1775). Procès de Marguerite Augier.

26 AD BDR Aix B 5577 (1707), Affaire du 11 août 1707.

27  Ibid.

28  AD BDR Aix B 5587 (1717), Affaire 7 octobre 1717.

29  F. MUYART DE VOUGLANS, Institutes au droit criminel, ou Principes généraux sur ces matières, suivant le droit civil, canonique, et la jurisprudence du Royaume, avec un traité particulier des crimes, Paris, impr. de Le Breton, 1757.

30  AD BDR Aix B 5582, Affaire du 13 septembre 1712.

31  Sur le mariage : LEBRUN et A. FAUVE-CHAMOUX, « Le mariage et
la famille » dans Histoire de la population française, t. II, De la Renaissance
à 1789
, Paris, P.U.F., 1988 ; CLAVERIE et P. LAMAISON, L’impossible mariage. Violence et parenté en Gévaudan, XVIIe , XVIIIe et XIXe siècles, Paris, Hachette, 1982.

32 J. DAVID, « Le remariage de la femme "authentiquée" », dans Revue historique de droit français et étranger, Paris, Dalloz, vol. 81, no3, p. 327-343, 2003 : La femme "authentiquée" est la femme adultère qui, durant l'Ancien Régime, subit la condamnation prévue par l'Authentique Sed Hodie, une novelle reprise dans le Code de Justinien sous le titre Ad legem Juliam deadulteriis. La peine consiste, à partir du XVIe siècle, à enfermer la coupable dans un couvent, enfermement à vie, sauf si le mari pardonne et reprend sa femme dans un délai de deux ans. Elle subit également des sanctions pécuniaires lourdes. Cette condamnation semble emporter l'impossibilité pour la femme devenue veuve de se remarier. Pourtant les juristes du XVIIIe siècle lui en reconnaissent la faculté si un homme la demande en mariage.

33  D. JOUSSE, Traité de l’administration de la justice, ou l’on examine tout ce qui regarde la juridiction en général ; la compétence, les fonctions, devoirs, rangs, séances & prérogatives […] personnes employées pour l’exercice de la justice, Paris, Chez Debure Père, 1771

34  P.-F. MUYART DE VOUGLANS, Les loix criminelles de France, dans leur ordre naturel, dédiées au roi, Paris, La Société Typographique, 1781.

35  A. BRUNEAU, avocat au Parlement, Observations et maximes sur les matières criminelles avec des remarques tirées des auteurs, conformes aux Edits, Ordonnances, Arrêts & Règlements des Cours Souveraines. Ouvrage nécessaire à tous juges, Avocats, Procureurs, Greffiers, Huissiers & Praticiens pour bien faire & instruire un procès criminel, Paris, Guillaume Cavelier fils, 1715, p. 105 : « XVIII Max. Autrefois suivant l’authentique Hodie, l’on ne pouvoit emprisonner les femmes pour dettes civiles ou pour crimes par elles commis : à présent elles peuvent être décrétées & emprisonnées & puniës pour délits par elles commis, & etiam torqueri si non sint pragnantes : car je ne mets aucune différence entre l’homme & la femme en faits de délits, qui est une action pure personnelle, chacun doit porter la peine de sa faute, nam vir &mumier aqua ud omnia. Baquet des Droits de Justice Titre de la confiscation. Ordonnance du mois d’Avril 1667. Titre 34. art. 8 &c. & l’Arrest rendu à l’Audience de la Tournelle le Mercredi 26. Aoust 1705. En faveur des femmes & filles qui ont été déchargées de la contrainte par corps pour les dépens adjugez pour dommages & intérêts en Matière Criminelle. »

36  AD BDR Aix B 5588 (1718) Affaire du 18 février 1718.

37  A. RIANI, Pouvoirs et contestations…, op. cité, 1982.

38  AD BDR Aix AD BDR Aix 29 hd F2.

39  AD BDR Aix 29 hd F2.

40  F. MUYART DE VOUGLANS, Institutes au droit criminel, ou Principes généraux sur ces matières, suivant le droit civil, canonique, et la jurisprudence du Royaume, avec un traité particulier des crimes, Paris, impr. de Le Breton, 1757.

41  Le terme de « déviante » est emprunté aux travaux de K. LAMBERT op. cit.

42  AD BDR Aix B 5605 Affaire du 16 juin 1736.

43  AD BDR Aix B 5612 Affaire du 13 mars 1743.

44  AD BDR Aix B 5609 Affaire du 19 Septembre 1740.

45  AD BDR Aix B 5612 Affaire du 7 décembre 1743.

46 Ibid. Affaire du 1 mars 1743.

47  AD BDR Aix 29 HD A1.

48  AD BDR Aix 29 HD A3.

49  Ibid. : La première règle de la police des œuvres est de ne les faire servir qu’à l’usage pour lesquels elles sont destinées et de n’y recevoir que les personnes pour lesquelles elles sont établies de manière qu’on ne doit recevoir dans la maison du refuge que les condamnées par jugement des tribunaux judiciaires et dans la maison de la providence, que les filles et femmes qui ont mérité par leur inconduite d’y être renfermées à la réclamation de leur parents, conformément aux nouveaux décrets de l’assemblée nationale, ainsi que les jeunes filles de l’âge de treize ou quatorze ans pour y apprendre à travailler et celle qui par le repentir de leur conduite, veulent y entrer volontairement

50  AD BDR Aix 29 HD A3 f. 874.

51  A. COLLOMP, La maison du père, famille et village en Haute Provence aux XVII e et XVII1e siècles, Paris, P.U.F, 1983.

52  AD BDR Aix 29 HD F2, 28 juillet 1758.

53  AD BDR Aix B 5612, Affaire du 13 mars 1743.

54  A. RIANI, op. cit..

55  AD BDR Aix 29 HD F2, 28 juillet 1758.

56  Ibid.,12 septembre 1780 : État des frais d’entretien et nourriture de la nommée Säy (…) attendu que cette fille n’avait ni linge, ni hardes et qu’elle était presque nue, on a été nécessité de la faire habiller, ce qui a coûté à la maison de la Providence suivant le rôle et la quittance ci-joint ici, 83 livres. Pour le premier semestre de sa pension alimentaire échue d’avance, ledit 12 septembre 1780 sur le pied de 180 livres l’année et ci 90t/ 473 ‘’ 19. Vu et arrêté à cent soixante treize livre dix neuf sols. Et le secrétaire de répondre : « Il enregistrera dans le livre de réception des pensionnaires leur nom, surnom, âge et qualité, la demeure de leur parents, si elles entrent de leur propre gré et volontairement ou si c’est en vertu d’un jugement ; marquera le jour de leur entrée, le terme limite pour détention, le prix de la pension qui doit être payée par quartier et par avance, et la personne chargée de l’acquitter ; veillera exactement à faire entrer les amendes qui pourraient être appliquées par le tribunal de district à ladite œuvre, ainsi que les pensions et en remettra le montant au trésorier qui s’en chargera sur ledit registre ; comme il s’en charge sur le livre semainier ; et lorsque le terme de la détention sera expiré, il en avertira le semainier pour pourvoir à leur élargissement et aura soin de marquer le jour de leur sortie ou de leur décès si le cas arrivait, et se fera payer le prorata des pensions, s’il en est du ».

57  « Dot et héritage : les enjeux de la chronologie de la transmission », dans A. BURGIERE (dir.) et al., L'Histoire grande ouverte. Hommages à E. Le Roy-Ladurie, Paris, Fayard, 1997, pp. 284-292.

58  B. SCHNAPPER, Voies nouvelles en histoire du droit, la justice, la famille, la répression pénale (XVI e-XXe siècles), Publications de la faculté de droit et des sciences sociales de Poitiers, Paris, PUF, 1991, p. 555.

59  AD BDR Aix 29 HD F2, 28 juillet 1758.

60  AD BDR Aix B 5584, Affaire du 29 mars 1714.

61  A. Riani, op. cité

62  A. FARGE, Vivre dans la rue à Paris au XVIIIe siècle, Paris, Gallimard « Folio Histoire », 1992.

63  Ibid. 28 juillet 1758

64  J.-B. BOYER D’ARGENS, Thérèse Philosophe ou mémoire pour servir à l’histoire du P. Dirrag et de Melle Euradice, nouv. éd. augm., Londres, [s.n.], 1796. La référence à cet auteur est volontairement soulignée étant donné que ce dernier est aixois. C’est avec une extrême précaution que nous mettons à contribution la plume de ce libertin afin d’éclairer quelque peu nos archives trop souvent avares.

65  AD BDR Aix B 5582 (1712), Affaire du 31 août 1712.

66  AD BDR Aix B 5586 (1716), Affaire du 30 juin 1716.

67  AD BDR Aix B 5587 (1717), Affaire du 15 avril 1717.

68  AD BDR Aix B 5583 (1712), Affaire du 15 mars 1712.

69  V. DEMARSSION, Femmes séduites et abandonnées au XVIIIe siècle. L'exemple du Cambrésis, Paris, Ester, 1991.

70  AD BDR Aix B 5587 (1717), Affaire du 20 novembre 1717. (C’est moi qui souligne).

71  AD BDR Aix B 5598 (1729), Affaire du 28 mai 1729. (C’est moi qui souligne).

72  F. PITOU, « Jeunesse et désordre social : les coureurs de nuit à Laval au XVIIIe siècle », Revue d’histoire moderne et contemporaine, Ordre et désordres, XVIe-XXe siècle, Janvier-Mars 2000, p 69-92. Voir aussi C. PORTEAU-BITKER, « Criminalité et délinquance féminine dans le droit pénal des XVIIe et XVIIIe siècles », Revue d'histoire de droit français et étranger, n°1,1980.

73  A. LE ROUX DE LINCY (1806-1869), Le Livre des proverbes français, Paris, Paulin, 1842.

74  Sur la question de la famille : A. COLLOMP, La maison du père, famille et village en Haute Provence aux XVIIe et XVIIIe s., Paris, P.U.F, 1983 ; F. LEBRUN, La vie conjugale sous l’Ancien Régime, Paris, Armand Colin, 1975 ; J.-L. FLANDRIN, Familles, parenté, maison, sexualité dans l’ancienne société, Paris, Hachette, 1976 (rééd. Seuil), 1984.

75  AD BDR Aix 29 HD A3.

76  D. JOUSSE, Traité de la justice criminelle de France, Paris, 1771, 4 vol.

77  Ce courrier est adressé aux recteurs.

78  AD BDR Aix 29 HD F2.

79  AD BDR Aix B 5608 (1739), Affaire du 1er janvier 1739.

80  AD BDR Aix B 5617 (1748), Affaire du 9 novembre 1748.

81  Notons que l’entrée au Refuge entraîne « la mort au monde » tout comme l’entrée dans les ordres.

82  S. BEAUVALET-BOUTOUYRIE, « La femme seule à l’époque moderne : une histoire qui reste à écrire », Annales de démographie historique (2), 2000. Voir également C. WINN, N. PELLEGRIN, Veufs, veuves et veuvage dans la France de l’Ancien Régime, Paris, Honoré Champion « Colloques, congrès et conférences sur la Renaissance », 2003.

83  M. DAUMAS, La tendresse amoureuse. XVIe – XVIIIe siècles, Paris, Perrin, 1996 ; Le Mariage amoureux. Histoire du lien conjugal sous l’Ancien Régime, Paris, A. Colin, 2004. Dans son ouvrage, M. Daumas souligne cette réelle dichotomie des destinées féminines, qui ne peuvent s’exprimer hors du mariage (le veuvage n’en est qu’une suite particulière) et de la vie monastique.

84  F. ROUX-ALPHÉRAN, Les Rues d'Aix : ou recherches historiques sur l'ancienne capitale de la Provence, Aix-en-Provence, Aubin, 1846-1848, 2 vol.

85  Sur la question des prisons du XVIIe au XIXe siècle : C. MOREAU, L. MATHURIN, Code des prisons, ou Recueil complet des lois, ordonnances, arrêtés, règlements, circulaires et instructions ministérielles concernant le régime intérieur, économique et disciplinaire des maisons d'arrêt, maisons de justice, maisons de correction, maisons de force, et autres prisons préventives ou pour peines, placées sous l'autorité du ministre de l'intérieur, Paris, Imprimerie administrative de P. Dupont, 1856, 6 vol.

86  Il est à noter que le système des Refuges s’est maintenu en Europe jusqu’au XXe siècle, notamment en Irlande, où la dernière Magdalene’s Home ferma ses portes en 1996. D'après les estimations des autorités irlandaises près de 30 000 femmes moururent dans ces institutions.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Christophe Regina, « Brimer les corps, contraindre les âmes : l’institution du Refuge au XVIIIe siècle. », Genre & Histoire [En ligne], 1 | Automne 2007, mis en ligne le 23 novembre 2007, consulté le 28 juin 2016. URL : http://genrehistoire.revues.org/97

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Genre & histoire est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page