Navigation – Plan du site
Comptes-rendus

André Rauch, L’amour à la lumière du crime. 1936-2007, Paris, Hachette Littérature, 2009, 247 p.

Odile Goerg

Texte intégral

1Bien avant que ne se répande la vogue des études sur la masculinité, réponses en miroir à l’énoncé de Simone de Beauvoir « on ne naît pas femme, on le devient », André Rauch s’interrogeait sur ce qui fonde, détermine ou cerne le ‘premier sexe’1. Sous des angles variés2, et sur deux siècles environ, de la Révolution à nos jours, il poursuit ses interrogations sur le rapport homme-femme, en renouvelant constamment ses approches. Il choisit ici de traiter la question par le biais de ce qu’on appelle communément des « crimes passionnels », catégorie qui implique la notion juridique de circonstances atténuantes mais qui est lue par tout un chacun sous l’angle de la culpabilité morale. Il déroule successivement deux faits divers, qui se sont produits à 70 ans d’intervalle. 1936-2007 sont toutefois moins des bornes chronologiques – qui seraient fallacieuses – que des repères. André Rauch ne vise pas en effet une histoire linéaire du crime dit passionnel mais propose deux coups de projecteur qui doivent éclairer les relations amoureuses et les changements qui s’opèrent au fil des décennies, subrepticement.

2L’écriture est allègre et on se laisse emporter au fil des pages par un style qui, volontairement, ne s’encombre pas d’un appareil de notes chargé. Non que l’ouvrage ne soit pas nourri par de solides lectures, celles accumulées au long de la trajectoire de chercheur, celles spécifiques à son sujet qui puisent à plusieurs disciplines (histoire, sociologie, psychologie, voire psychiatrie). Par ailleurs, la méthode historique est bien présente sous la légèreté de l’essai et les deux cas exemplaires sont étayés par des sources riches : presse de l’époque et documents judiciaires ou notes prises lors du procès. Tout ceci doit être décrypté. Le verdict notamment, expression des individualités du jury « compose un bon instrument de mesure de valeurs admises à une époque donnée » (p. 232).

3L’analyse d’A. Rauch pourrait s’inscrire dans une perspective d’actualité : l'enquête nationale sur les violences envers les femmes en France  (Enveff, 2000) qui a mis en évidence « le huis-clos conjugal, haut lieu des violences »3. Dans la lignée de cette enquête, un constat est fait : une femme meurt tous les trois jours sous les coups de son partenaire. Cette perspective aurait permis de fonder un aspect du propos de l’auteur : si les femmes criminelles existent bien4 et si les femmes qui tuent par ‘amour’ sont attestées, leur nombre est infime par rapport à celui des hommes. D’où la légitimation de l’étude de deux cas masculins. Mais le chemin d’A.Rauch ne suit pas la direction du quotidien, des violences « ordinaires », qu’on ne pourrait assimiler à ces crimes passionnels même si certains ressorts identiques sont présents : jalousie, possessivité, représentation de soi (comme homme, comme amant, comme père, comme citoyen).

4L’auteur assume pleinement son choix méthodologique en offrant ni une stricte étude sociologique, ni une analyse historique exhaustive (l’histoire culturelle s’y prête-t-elle d’ailleurs ?). Par une étude minutieuse des sources mais surtout par sa capacité à s’en détacher et à les nourrir de réflexions élargies, il cherche à dégager ce qui aboutit au crime et le rend possible, ce qui est socialement acceptable ou envisageable à un moment donné, dans un contexte donné. En juxtaposant deux cas dramatiques, il fait ressortir les différences qui tiennent à des changements liés aux rapports de genre, à la notion de couple, à la définition de l’amour, à la perception de la fidélité, aux mécanismes de la justice…

5Encadré par une introduction et une brève conclusion, anticipée dans le dernier chapitre, l’ouvrage est divisé en deux parties : avril 1936 (p. 17-124) et janvier 2007 (p. 125-230). Avril 1936 renvoie au procès de l’affaire du Chambon, dite encore affaire Paludeau qui se déroule à Riom. Hubert Paludeau est passé aux aveux : il a tué celle qui fut sa maîtresse, épouse Morgain, et fait disparaître son corps dans un lac. Il risque la peine de mort. Le public est tenu en haleine jusqu’au verdict : vingt ans de travaux forcés. Plus que ce dernier, ce sont les arguments de la presse, étirés sur une pleine année, qui intéressent A. Rauch car ils lui permettent de saisir les attentes d’une société, les revirements, la variété des représentations… Selon la morale et les rapports de genre de l’époque, qui est la victime ? Le fils de bonne famille, coureur de jupons ou pire dit-on, emporté par la passion ? La femme mariée, mais insatisfaite, qui va à la rencontre de son ancien amant tout en ayant ses sentiments tournés ailleurs ? L’homme dépossédé, floué ou la femme bernée dans son premier amour ? Ce sont les discours qui attirent et intriguent l’auteur, que ce soit les paroles consignées par écrit et dévoilées à l’audience ou le langage des corps. Cet aspect donne des développements stimulants où l’histoire de l’apparence est mise en regard avec les images romanesques ou cinématographiques, omniprésentes en cette décennie.

6Janvier 2007 campe une affaire bien opposée, même si le verdict est similaire en termes d’années de condamnation. S’ouvre le procès de Charles Nadau à Colmar. L’accusé a poignardé sa femme, dont il s’est séparé mais dont il a un enfant, élément-pivot dans ce drame. D’autres caractéristiques entrent en scène : différence sociale, émigration en métropole et isolement de l’accusé, paternité… Dans ce contexte différent, A. Rauch suit les mêmes fils pour essayer de démêler sentiments, désarroi personnel, image de soi… Les interrogations et les jugements portés par la société ne sont pas les mêmes en ce début de XXIe siècle. Le rythme du livre non plus : des aller-retours s’opèrent entre les deux affaires, les analyses rebondissent de 1936 à 2007 pour montrer en quoi ce qui fut - énoncé, proclamé ou tu - ne peut plus l’être deux générations plus tard. L’inscription des drames analysés dans le contexte historique et social permet de mieux mesurer ce qui a changé : expression des sentiments, rythme et attendus des rapports de couple, place de la sexualité dans une relation, conception de la conjugalité. Ainsi au-delà de la sentence similaire des vingt ans de réclusion, tout sépare les deux cas.

7S’agit-il vraiment de passion amoureuse comme l’évoque l’introduction ? On peut en douter bien sûr et l’auteur s’attache plutôt à appréhender le sentiment amoureux, sa traduction institutionnelle et relationnelle (couple, parentalité) et sa perception par la société à l’aune de situations paroxysmiques. C’est en tout les cas une autre façon d’approcher ce qui traverse l’œuvre d’André Rauch, c’est-à-dire les rapports de genre, en se situant dans les acquis multiples de l’historiographie contemporaine : histoire culturelle, histoire des sensibilités, étude des discours et des représentations, histoire de l’intime… Alors que dans ces drames les femmes sont victimes et les hommes oppresseurs, peut-on dire, par un clin d’œil cynique, que les hommes passent de l’ombre à la lumière par le crime et assument ainsi leur être d’homme ? A L’identité masculine à l’ombre des femmes succède en effet L'amour à la lumière du crime. Cet écho entre deux titres successifs d’ouvrage intrigue, mais irait totalement à contre-courant de toutes les analyses de l’auteur et nous mènerait sur des chemins troubles, renvoyant par exemple au thème de la castration symbolique dont la seule issue serait sanglante.

8Au fil de ses analyses stimulantes, A. Rauch met en évidence la « difficulté d’entreprendre une histoire ‘générale’ de la passion amoureuse » (p. 232), de passer de singularités renouvelées à une appréhension globale. Comment en effet historiciser la passion amoureuse ? Ce constat n’est pas celui d’une impuissance mais d’une limite. Et, alors que de plus en plus d’écrivains s’emparent des thèmes historiques comme matière à roman, notamment policier5, ou que des historiens œuvrent comme romanciers, A. Rauch déroule une enquête dont l’aboutissement est connu mais qu’il dévoile peu à peu, avec un art consommé, entretenant ainsi le suspense en distillant les arguments au fil des pages par une argumentation maîtrisée.

Haut de page

Notes

1  Le Premier Sexe. Mutations et crise de l'identité masculine, Paris, Hachette, 2000. Complété par L’identité masculine à l’ombre des femmes : de la Grande Guerre à la Gay Pride, Paris, Hachette, 2004. Les deux volumes sont repris dans Histoire du premier sexe, de la Révolution à nos jours, Paris, Hachette Littérature, 2006.

2  Il faudrait remonter à Boxe. Violence du XXe siècle, Paris, Aubier-Flammarion, 1992.

3  INED, Population et Sociétés, n° 364, janvier 2001. Présenté sur : http://www.gip-recherche-justice.fr/dossiers/violencesfemmes.htm. Voir la campagne d’Amnesty International sur ce thème. 

4  Myriam Tsikounas, Éternelles coupables. Les femmes criminelles de l’Antiquité à nos jours, Paris, Autrement, 2008.

5  Le point commun est bien sûr la méthode des indices, des traces pour mener l’enquête.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Odile Goerg, « André Rauch, L’amour à la lumière du crime. 1936-2007, Paris, Hachette Littérature, 2009, 247 p. », Genre & Histoire [En ligne], 6 | Printemps 2010, mis en ligne le 28 juillet 2010, consulté le 29 avril 2017. URL : http://genrehistoire.revues.org/959

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Genre & histoire est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page