Navigation – Plan du site
Comptes-rendus

Militer au XXe siècle. Femmes, féminisme, Églises et société. Dictionnaire biographique, sous la direction d’Evelyne Diebolt, Michel Houdiard, Paris, 2009, 348 p.

Séverine Pacteau de Luze

Texte intégral

1Spécialiste de l’histoire du développement du secteur sanitaire et social, des associations et de l'implication des femmes dans la vie collective, Évelyne Diébolt propose un dictionnaire biographique qui se donne pour ambition de retracer sur la durée d’un siècle, le parcours de femmes ayant agi dans le monde associatif. Pour mener à bien cette entreprise originale, la coordinatrice a fait appel à quatorze auteures, des enseignantes (Peggy Bette, Joceline Chabot, Sylvie Fayet-Scribe, Danielle Gondard, Sandrine Roll) des chercheuses (Magali della Sudda, Nicole Fouché, Karen Offen, Geneviève Poujol, Jacqueline Roux) ainsi que – et c'est plus original – des militantes (Marie-Thérèse Cheroutre, Renée Gérard, Corine Konrad), sans oublier Annie Metz, conservatrice de la bibliothèque Marguerite Durand à Paris. Les contributions reposent aussi bien sur des sources publiques que privées (oeuvres, associations, papiers familiaux), la consultation de textes déjà publiés et des entretiens pour près d'un cinquième des textes.

2À travers 126 notices individuelles, l'ouvrage démontre combien la militance a été pour ces femmes le moyen de faire évoluer leur situation personnelle et de dépasser les blocages opposés aux femmes en matière de vie privée, mais aussi éducative ou professionnelle. Quelle que soit leur origine sociale - aristocratique et bourgeoise pour l’essentiel -, leur appartenance religieuse catholique, protestante, plus rarement juive, les métiers qu’elles ont pu exercer, ces femmes déploient une énergie inlassable pour se former ; elles investissent en priorité le secteur social et sanitaire, et celui de la lecture publique : bibliothèques et centres de documentation. Elles créent des associations professionnelles (Association française des femmes médecins, 1923) ou d’anciennes étudiantes (Association des femmes diplômées des universités, 1923) pour faire reconnaître leurs compétences. Elles soutiennent le regroupement des associations dans un but d’efficacité au sein de l’Unioppss, (Union nationale interfédérale des œuvres et organismes privés sanitaires et sociaux, 1947). Dans tous les domaines, les femmes innovent. C’est le cas dans le secteur sanitaire avec la professionnalisation du travail d’infirmière, dans celui de la documentation et des bibliothèques, dans le domaine social avec la création de la profession d’assistante sociale, celle des centres sociaux destinés aux jeunes ou aux familles, celle des centres de loisirs. L’action politique n’est pas oubliée. Préparer les femmes à devenir citoyennes occupe les femmes dans l’entre-deux guerres, et leur permet, après 1945, de faire leur entrée dans les conseils municipaux ou dans les instances du monde associatif : CNVA (Conseil national de la vie associative) et CPCA (Conférence permanente des coordinations associative). Les engagements internationaux, favorisés dès les années 1920 par leurs rencontres avec les militantes américaines, se développent après 1945. Jeanne Chaton représente ainsi la France à la Commission de la condition de la femme à l’ONU.

3L'ouvrage enrichit incontestablement nos connaissances à propos de femmes dont le parcours est déjà connu – la journaliste Marcelle Auclair, Ghénia Avril de Sainte-Croix, une des fondatrices en 1901 du Conseil national des femmes françaises ou encore Léonie Chaptal de Chanteloup. Mais son principal intérêt est surtout de faire découvrir des personnes jusque là restées dans l’ombre, dont Alyette Colasson, fille du Cœur de Marie et membre de la Ligue patriotique des Françaises, Françoise Le Menestrel, présidente de l’UFCV, la baronne Marguerite Le Jeune, fondatrice de l’Association d’aide aux veuves de guerre, Marie-Louise Malcles, déléguée pour la France de l’Association des bibliothécaires françaises (AFB) ou encore Hélène Viannay, à l’origine du centre nautique des Glénans. La diversité de ces engagements, les combats qu’ils entraînent permettent à Évelyne Diebolt, rédactrice de la majorité des notices, d’identifier et de qualifier ces actions de "féminisme à la française", lequel choisirait de donner la priorité à l’action au quotidien plus qu’à la conquête du droit de vote ; on peut la suivre sur ce terrain-là. Nombre de ces femmes se réclament de convictions religieuses. Sur les 126 ici évoquées, une quarantaine sont des catholiques pratiquantes et presqu’autant se réclament du protestantisme, ce qui, compte tenu du nombre des protestants dans la société française, en fait un groupe surreprésenté. Parmi ces figures de filles de la Réforme, on retrouve celles de la génération des femmes « actrices de leur destinée », selon l’expression forgée par Geneviève Poujol dans son ouvrage Un féminisme sous tutelle. Les protestantes françaises 1810-1960 (Editions de Paris, Paris, 2003), mais aussi celles de la génération suivante comme Corinne Akli, Nancy Atger, Christiane Delteil, Suzanne Fauche, Solange Fernex, Elisabeth Gruson, Simonne Iff, Suzanne Kneubuhler, Monique Mercier, Françoise Muckensturm, Jacqueline Sers, Claude Viguié. Quelle que soit leur génération, ces femmes sont en grand nombre filles, sœurs, épouses de pasteurs, voire pasteurs elles-mêmes (C. Akli ou H. Mehl-Koehnlein) ; on devra réécrire les lignes consacrées au rôle de la femme du pasteur dans les manuels classiques, tant les activités ici évoquées sont novatrices. Pour la plupart, le mouvement « Jeunes Femmes » a constitué à tous les moments de son histoire, une pépinière du militantisme tant par les positions qu’il défendait en matière de contraception, que par les relations qu’il entretenait avec les autres associations et les pouvoirs publics. Un nombre non négligeable enfin de ces femmes actives ont été formées à la Maison de Santé Protestante de Bordeaux, dont elles ont transmis les modalités d’enseignement à d’autres institutions et bénéficié de l’ouverture internationale qu’elle procurait. Les femmes catholiques, y compris les religieuses, ne sont pas en reste. De la Ligue Patriotique des françaises du début du XXe siècle à l’Union catholique internationale de Service Social et aux très militantes Filles du Cœur de Marie, elles sont présentes dans tous les secteurs de la vie associative.

4L’intérêt de cet ouvrage est encore de prendre en compte des personnes toujours en vie qui se sont entretenues avec les différents auteurs. Rien n’est dit en revanche des plus jeunes (40-50 ans), comme si dans les dernières décennies tout engagement de ce type avait disparu, ce que l’on peine à croire. Ce dictionnaire complète ainsi utilement nos connaissances sur le monde associatif et ses piliers féminins ; le recours à de très nombreux entretiens donne lieu à une vision vivante, parfois intime de vies riches, dévouées autant qu’innovatrices.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Séverine Pacteau de Luze, « Militer au XXe siècle. Femmes, féminisme, Églises et société. Dictionnaire biographique, sous la direction d’Evelyne Diebolt, Michel Houdiard, Paris, 2009, 348 p. », Genre & Histoire [En ligne], 6 | Printemps 2010, mis en ligne le 14 juillet 2010, consulté le 29 avril 2017. URL : http://genrehistoire.revues.org/957

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Genre & histoire est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page