Navigation – Plan du site
Comptes-rendus

James A. Mangan, Patricia Vertinsky, éd., Gender, Sport, Science. Selected Writings of Roberta J. Park, Londres, Routledge, 2009, 273 p.

Grégory Quin

Texte intégral

1En France, l’éducation physique féminine et les réflexions sur l’éducation physique en termes de « genre » souffrent encore d’une assez large méconnaissance. L’outil d’analyse « genre » est à la fois peu employé et méconnu dans ses usages concrets réalisés notamment dans l’espace anglo-saxon. Les historiens, les psycho-sociologues ou même les sociologues - spécialisés ou non sur les thématiques des sports ou d’éducation physique - ont longtemps ignoré ces questions, et ce n’est que depuis une quinzaine d’années que le nombre de travaux commence à croître de manière significative. Pour ne parler que de l’histoire, force est d’ailleurs de constater que le silence est tout autant imputable à l’histoire de l’éducation, qu’à l’histoire des femmes et du genre ou à l’histoire des activités physiques et sportives. De fait, chaque sous-champ disciplinaire place son centre de gravité relativement loin de ces questions et ne s’y intéresse que très marginalement jusqu’à la fin des années 1990 et au début des années 20001, non sans avoir parfois conscience de l’existence de questions extrêmement pertinentes. Ainsi, dans les numéros spéciaux de la revue Historiens et géographes, parus en 2003, l’article historiographique (p. 111-120 du n° 394) rédigé par Rebecca Rogers, ne mentionne pas de travaux sur l’éducation physique – et pour cause, puisqu’il n’en existait presque pas – mais les illustrations de l’article sont explicitement consacrées à l’éducation physique des filles et des femmes. Sans attribuer ce paradoxe à l’auteure qui n’a pas été associée au choix des images, le constat est symptomatique d’une réalité : la contingence de l’objet « éducation physique féminine » et la place mineure du « genre » dans le champ des sciences du sport.

2Les choses sont quelque peu différentes dans le monde anglo-saxon où l’émergence simultanée de recherches sur l’histoire du sport et sur l’histoire des femmes, à la fin des années 1970, déclenche des dynamiques de recherche à la croisée de ces sous-champs disciplinaires, avec notamment des pionnières comme Roberta Park ou Patricia Vertinsky. Dès les années 1980, les travaux quittent le stade de la simple description historique pour engager des analyses plus approfondies en matière de jeux de pouvoir, de construction d’identités genrées, ou encore d’articulation entre différents types de discours (médicaux, pédagogiques, etc.).

3Roberta Park est sans doute la plus reconnue de ces pionnières. « Pionnière », elle l’a été à plus d’un titre. Femme dans le monde très misogyne du sport, elle l’est aussi dans le champ universitaire. Lorsqu’elle soutient sa thèse de doctorat en 1970, aucune femme n’est professeure (« Full professor ») aux Etats-Unis, et seul 12 % des doctorats soutenus le sont par des femmes. Accédant à la direction du Département des sciences du sport de Berkeley en 1982, elle fait preuve d’une très grande détermination pour rendre l’éducation physique légitime et digne d’exister pleinement en tant qu’objet de recherche universitaire. Ainsi, elle encourage une génération entière à poursuivre des recherches, et publie elle-même de très nombreux textes.

4Editée par James Mangan et Patricia Vertinsky, cette sélection de sept textes de Roberta Park constitue un outil de travail extrêmement intéressant. Déjà publié dans les colonnes de la revue International Journal of the History of Sport en 2007, l'ouvrage met à la disposition de la communauté scientifique l’essentiel des objets et des analyses d’une pionnière. De fait, si le recueil éclaire l’étendue et la profondeur de la contribution intellectuelle de Roberta Park à l’histoire du sport et de l’éducation physique en Amérique du Nord, les outils et les analyses développés pourront être lus avec profit par les chercheurs travaillant en Europe et sur des objets voisins.

5En effet, le travail de Roberta Park ne peut être cantonné à l’histoire du sport stricto sensu, ses analyses débordent vers les questions de genre, de légitimation des exercices du corps par la médecine (« Physiologists, Physicians, and Physical Educators : Nineteenth Century Biology and Exercise, Hygienic and Educative ») ou encore de conditionnements socio-scientifiques des représentations du corps. Roberta Park analyse ainsi, par exemple, la manière dont le corps masculin et la virilité s’imposent comme icônes de la morale bourgeoise et comment le sport et les activités physiques peuvent fonctionner comme des systèmes de moralité (« Biological Thought, Athletics and the Formation of a ‘‘Man of Character’’ » : 1830-1900 »). De masculinité il est également question dans une autre contribution (« Muscles, Symmetry and Action : « Do You Measure Up ? » Defining Masculinity in Britain and America from the 1860s to the early 1900s »), où Roberta Park analyse, d'une manière qui rappelle le regard foucaldien, les représentations du corps masculin dans la seconde moitié du XIXe siècle, observant les « formes » corporelles légitimes ou encore les anxiétés liées aux pathologies nerveuses. En outre, dans ce texte, l’auteure développe une approche qui lui est chère, à savoir la perspective transatlantique qui ne relève pas tout à fait d'un comparatisme historique, mais plutôt d’une sensibilité particulière aux influences américaines en Europe et européennes en Amérique.

6Tout au long des périodes qu’elle fréquente (et particulièrement le XIXe siècle), Roberta Park relève avec attention et minutie les déploiements et les transformations de l’éducation physique aux marges de l’hygiène, de la physiologie ou de la biologie et les répercussions de ces dynamiques sur les corps et leurs mouvements. Surtout, elle ne restreint pas son analyse à un niveau discursif, puisqu’elle observe également des pratiques (enseignants et/ou pratiquants). Les lecteurs français trouveront dans cette collection de textes à la langue claire et aérée, une véritable mine d’informations et des idées stimulantes pour leurs propres recherches ou pour nourrir leur curiosité autour de ce phénomène social que sont les pratiques d’exercice corporel.

Haut de page

Notes

1  Seules les parutions des deux tomes Histoire du sport féminin en 1996, suivies des quatre tomes Sport et genre en 2004, sous la direction de Thierry Terret notamment, marquent la véritable entrée du « genre » dans le champ des sciences humaines et sociales appliquées au sport.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Grégory Quin, « James A. Mangan, Patricia Vertinsky, éd., Gender, Sport, Science. Selected Writings of Roberta J. Park, Londres, Routledge, 2009, 273 p. », Genre & Histoire [En ligne], 6 | Printemps 2010, mis en ligne le 24 juillet 2010, consulté le 22 octobre 2017. URL : http://genrehistoire.revues.org/951

Haut de page

Auteur

Grégory Quin

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Genre & histoire est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page