Navigation – Plan du site
Articles

De la guerre civile comme vecteur d’émancipation féminine : l’exemple des aristocrates frondeuses (France, 1648-1653)

Sophie Vergnes

Résumés

Entre 1648 et 1653, la reine régente Anne d’Autriche eut beaucoup de peine à imposer une autorité féminine que le discours des juristes et des théoriciens politiques, souvent misogynes, avait largement contribué à décrédibiliser depuis la fin du XVIe siècle. Face à elle, les Frondeuses issues de l’aristocratie s’inspirèrent au contraire du discours de défense des femmes qui s’était répandu dans les milieux mondains peu avant les troubles pour intervenir dans la guerre civile et justifier leur participation à des entreprises militaires et politiques que leur interdisait théoriquement la « faiblesse » de leur sexe. Les plus engagées d’entre elles rédigèrent pendant la Fronde plusieurs textes justificatifs (pamphlets, lettres) dans lesquels elles mettaient en œuvre des stratégies discursives visant à les présenter comme des femmes d’État, aussi habiles et légitimes que leurs homologues masculins. La Grande Mademoiselle, dans les Mémoires qu’elle écrivit après la fin des troubles, revendique hautement cette compétence. Néanmoins, elle la réserve aux femmes de très haute lignée, subordonnant la hiérarchie entre les sexes à celle qui s’établit entre les rangs sociaux et promouvant ainsi une forme de féminisme élitiste.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Durant l’Ancien Régime, la France se distingue des autres États européens par la rigueur avec laquelle elle exclut les femmes du pouvoir au moyen de la fameuse loi salique1. Mais, dans la pratique, la tradition qui consiste à accorder la régence aux reines mères a permis d’assouplir quelque peu la règle2. Entre 1560 et 1660, Catherine et Marie de Médicis, puis Anne d’Autriche exercent successivement le pouvoir au nom de leur fils mineur3. Cependant, ces régences sont aussi des moments de contestation de l’autorité royale, dont l’exercice par une femme ne paraît guère satisfaisant aux yeux de certains. Les guerres de religion, les révoltes des Grands, la Fronde montrent que le pouvoir des régentes est fragile.

2Pourtant, ces troubles ne sont pas synonymes de régression pour toutes les femmes. Le climat général de désordre et de remise en cause propre aux troubles civils semble même favoriser certaines incursions féminines sur les terrains politique et militaire4, occasionnant ainsi une subversion des catégories de genre, qui réservent habituellement aux hommes ces activités5. Ce phénomène est d’autant plus paradoxal que l’interdit du pouvoir ne s’applique pas seulement aux reines. Les lois civiles et les normes sociales en cours d’élaboration  tendent à imposer le modèle patriarcal à tous les niveaux de la vie sociale, de la cellule familiale au gouvernement de l’État, en justifiant la domination masculine par la prétendue faiblesse naturelle des femmes6. Cette correspondance entre l’organisation de la famille et celle de l’État royal, qui toutes deux assujettissent les femmes en raison d’un prétendu ordre masculin de la nature, est très clairement établie dans Les Six Livres de la République de Jean Bodin7 puis dans le traité sur la souveraineté de Cardin Le Bret, paru en 16328. Cette évolution défavorable dans les textes des juristes et des théoriciens politiques partisans de l’absolutisme royal influence les pratiques sociales et les mentalités. Elle contribue à forger ce que Thierry Wanegffelen appelle la « mâle Modernité », qui exclut progressivement les femmes de l’arène politique9. Il est donc paradoxal de constater la très grande liberté d’action dont bénéficièrent certaines de ces femmes, pendant les troubles des XVIe et XVIIe siècles, et légitime de se demander si la guerre civile, particulièrement lorsqu’elle se déroule pendant une régence féminine, peut être considérée comme un vecteur d’émancipation des femmes par rapport à des normes sociales qui tendent au contraire à restreindre leur champ d’action au fur et à mesure que le pouvoir royal se renforce et se centralise. Le cas des Frondeuses issues de l’aristocratie peut contribuer à éclairer ce paradoxe.

3Elles bénéficient d’un contexte politique et culturel particulièrement favorable, puisque, quelques années avant la Fronde, l’accession au pouvoir d’Anne d’Autriche s’accompagne d’une floraison de textes célébrant les mérites de la "femme forte"10. Une fois les hostilités ouvertes, les conditions de la guerre civile rendent possible l’intervention des femmes dans des domaines dont elles étaient ordinairement exclues. Celles qui jouent le rôle le plus spectaculaire sont les fameuses Amazones de la Fronde qui vont d’épopées en publication de manifestes. Dans et par l’action, la guerre civile leur permet donc de se présenter comme des femmes de pouvoir. Mais quelle conscience avaient-elles de ces enjeux ? Réclamaient-elles ouvertement cette autorité que, de fait, elles exerçaient ? Le contexte de la guerre civile permet-il de faire émerger un discours féministe ou pré-féministe, qui revendiquerait l’égal accès des deux sexes à la sphère publique?

I. La régence d’Anne d’Autriche : un contexte favorable

4La régence d’Anne d’Autriche constitue un moment propice à l’émancipation des femmes par la guerre civile pour deux raisons. D’une part, cette régence féminine correspond pour les contemporains à un affaiblissement de l’autorité royale qui contribue largement à expliquer le déclenchement de la Fronde. D’autre part, l’arrivée au pouvoir d’une femme, de même que le prestige grandissant de celles qui sont issues de l’aristocratie dans les domaines culturel et social, entraînent la réactivation d’une idéologie philogyne qui fournit aux femmes désireuses d’exercer du pouvoir politique à la fois des modèles et des arguments pour établir leur légitimité.

5Si le pouvoir d’Anne d’Autriche est contesté et offre un terrain favorable à l’éclosion de la guerre civile, c’est parce qu’il est réputé faible. Or, il y a plusieurs raisons à cela. Il faut remarquer d’abord que le régent ou la régente n’exerce pas un pouvoir souverain, dont seul l’héritier du trône peut être investi11, son autorité est donc beaucoup plus facilement contestable que celle du roi. Celui ou celle qui exerce la régence n’est pas davantage concerné par l’investiture divine. Le régent ne possède pas ce que Kantorowicz appelle « le corps mystique du roi »12 et n’entretient pas avec les sujets du royaume la relation charismatique qui procède, justement, de l’élection divine13. Du point de vue institutionnel14, le pouvoir d’Anne d’Autriche est donc déjà en situation de fragilité ; il l’est d’autant plus que, par principe, les hommes et les femmes du XVIIe siècle ne se satisfont pas volontiers de son incarnation dans un corps féminin. Depuis l’établissement de la loi salique et surtout, depuis que son authenticité a été remise en cause, les théoriciens politiques ont eu à cœur de démontrer l’incapacité naturelle, et donc antérieure à toute forme de législation, des femmes à gouverner15. À partir des années 1570 et 1580, le droit exclusif des hommes à diriger l’État est aussi présenté comme la conséquence de celui que leur confère le régime matrimonial dans le cadre de la famille, à son tour justifiée par la théorie séminale aristotélicienne, qui veut que seul l’homme ait un rôle actif dans la procréation. Cardin le Bret explique ainsi au début du siècle suivant que l’asservissement des femmes « est conforme à la loi de nature, laquelle ayant créé la femme imparfaite, faible et débile, tant du corps que de l’esprit, l’a soumise sous la puissance de l’homme […]. Aussi nous voyons que la Loi Divine veut que la femme reconnaisse & rende obéissance à son mari, comme à son chef et à son roi »16. À cette construction théorique, Sarah Hanley donne le nom de « complexe État-famille »17. Le pouvoir d’Anne d’Autriche est encore fragilisé par l’absence de couronnement. Contrairement aux régentes précédentes, la mère de Louis XIV n’a pas reçu l’onction du sacre18.  Il y a là une grave lacune qui affecte la légitimité de la régente et porte atteinte à sa majesté royale19, au point que le concept de crime de lèse-majesté ne s’applique pas facilement à elle. Le déferlement d’injures dont elle est victime pendant la Fronde, à travers les fameuses mazarinades, s’explique en partie de cette façon. Deux types de pamphlets illustrent cette production. On trouve d’un côté ceux qui, quoique très misogynes, demeurent sur le terrain politique – « Intolerabilius nihil est quam femina regnans », écrit le régent du collège de Beauvais20 – de l’autre, des mazarinades qui s’aventurent sur le terrain de l’intimité, de la sexualité de la reine, à laquelle on prête des ébats débridés avec Mazarin21. Ces pamphlets reviennent à l’argument de nature : la femme étant naturellement faible, elle est soumise à l’empire des sens et passe facilement sous la domination de celui qui satisfait ses désirs charnels. L’apparente dévotion de la reine à son ministre, qui déplaît tant aux Frondeurs, ne peut donc s’expliquer que par l’existence de relations sexuelles entre eux22. Plus précisément, les circonstances dans lesquelles le pouvoir plein et entier a été conféré à Anne d’Autriche la fragilisent.  Il faut noter, d’abord, que la dévolution de la régence à la mère du roi mineur a été validée par la coutume mais qu’elle ne repose sur aucune loi23. Le choix de la mère n’est donc qu’un usage pour ne pas dire une faveur24 et dans tous les cas, le résultat d’un accommodement avec les autres prétendants au pouvoir que sont les princes du sang25. Pour asseoir tout à fait son autorité et débouter ses concurrents, la reine a donc besoin de la reconnaissance d’une institution capable de lui conférer une investiture officielle à travers une cérémonie publique de délégation des pouvoirs. Le parlement de Paris a accepté sans problème de jouer ce rôle pour Anne d’Autriche, mais il y a là un piège, car les magistrats tirent ensuite gloire du rôle éminent qui leur a été donné pour s’arroger un droit de regard sur la politique menée par la régente et pour la contester : la Fronde parlementaire est en partie la résultante de ces mécanismes26. Plus précisément, explique Jean-François Dubost, « la Fronde parlementaire peut […] être lue comme le résultat de l’affrontement entre deux lectures possibles du Lit [de justice] inaugural [de la régence] : la lecture parlementaire qui y voit le rétablissement de la cour souveraine dans son droit de conseil ; la lecture gouvernementale qui n’en retient que la réaffirmation du caractère indivisible de la souveraineté »27. Quant aux grandes familles écartées du pouvoir, elles n’acceptent pas d’y renoncer sans exiger en retour de substantielles compensations. Le principe même de la Fronde des Princes souligne d’ailleurs la fragilité de ces accords : les Grands font du respect de l’autorité de la régente la contrepartie des grâces qu’ils considèrent leur être dues et de la désobéissance un devoir lorsqu’ils s’estiment lésés28. Le caractère contractuel de l’autorité ainsi reconnue à la régente est là encore un signe de sa très grande fragilité.

6La faiblesse consubstantielle à une régence féminine est néanmoins contestée par un courant intellectuel de défense des femmes, qui se trouve considérablement renouvelé dans les années 1640-1650, d’une part en raison du contexte politique qui exige de valoriser le pouvoir de la régente, d’autre part en raison d’un contexte social et culturel favorable aux femmes de l’aristocratie, considérées comme les arbitres du goût et les dépositaires des plus hautes valeurs morales. Ce courant philogyne s’exprime par deux voix relativement distinctes. La première est celle qui se fait entendre dans le cadre de la séculaire Querelle des Femmes. C’est dans cette perspective que se place Marie de Gournay lorsqu’elle écrit L’Egalité des hommes et des femmes29, dédiée à Mademoiselle dans la version parue en 1646. Il y a, selon l’auteure, une égalité profonde des natures féminine et masculine. Seules une force physique moindre et, surtout, une éducation négligée expliquent l’infériorité apparente des femmes. Marie de Gournay en tire une conséquence politique : la fameuse loi salique ne s’explique que par l’usage et n’est en rien justifiée par la raison30. Mais il y a aussi un autre courant philogyne, qui se constitue plus ou moins à l’écart de la Querelle des Femmes, en s’inspirant d’une tradition antique et renaissante de célébration des exploits héroïques féminins31. Cette tendance littéraire permet de mieux comprendre l’image que se font d’elles-mêmes les princesses frondeuses, d’autant plus qu’avec Anne d’Autriche, Mlle de Montpensier, dite la Grande Mademoiselle, et Mlle de Bourbon, future duchesse de Longueville, qui seront toutes deux des Frondeuses convaincues, en sont les principales dédicataires. Les galeries d’héroïnes issues de ce courant « développent chez leurs dédicataires la conscience d’être des héritières, comme le devoir d’être des continuatrices. Elles sonnent selon toute vraisemblance comme des appels, créent une urgence, une attente collective »32, selon les termes de Jean Garapon. Là encore, il est possible de distinguer deux veines. La littérature produite par les clercs, où l’influence de la Réforme catholique est nettement perceptible, vise avant tout à instruire des chrétiennes33. L’autre courant, mondain, s’appuie davantage sur la tradition courtoise et s’apparente à un discours aristocratique et laïque. Il appartient à ce que Catherine Pascal appelle une « littérature de classe »34. La Galerie des Femmes Fortes du Père Le Moyne35 se rattache au premier courant. L’ouvrage, qui remporte un grand succès dans le public mondain, notamment féminin, constitue une réponse solennelle et théâtrale à la question de Salomon « Mulierem fortem quis inveniet ? »36. L’ouvrage est bâti sur un mode binaire. D’abord l’auteur présente des figures de femmes héroïques, puis il en tire des enseignements moraux. Or, certaines de ces « questions morales » semblent particulièrement éclairantes pour comprendre les initiatives frondeuses des princesses. Après l’évocation de Judith, par exemple, vient le chapitre « Du choix que Dieu a fait des femmes pour le salut des États réduits à l’extrémité ». « Les États ne se gouvernent pas avec la barbe ni par l'austérité du visage. Ils se gouvernent par la force de l'esprit et avec la vigueur et l'adresse de la raison : et l'esprit peut bien être aussi fort et la raison aussi vigoureuse et aussi adroite dans la tête d'une femme que dans celle d'un homme »37, peut-on lire sous la plume du Père Le Moyne. Au second courant, mondain, se rattache Le Panégyriques des Dames dédié à Mademoiselle par Gabriel Gilbert et paru en 165038. Il y a là un document exceptionnel pour saisir la psychologie héroïque des Frondeuses. L’idée centrale en est la supériorité générale du sexe féminin sur l’autre sexe, que prouvent les femmes illustres de l’histoire et dont la beauté féminine est le signe visible. L’auteur prétend que l’héroïsme féminin se manifeste régulièrement au cours de l’histoire dans les situations les plus désespérées39. Gilbert, tout comme Mlle de Gournay, remet subtilement en cause le principe de la loi salique : « Outre celles qui ont généreusement gouverné les peuples, il y en a eu une grande multitude que je pourrais nommer qui n’en étaient que trop capables et dont le courage et la prudence eussent été la force et la lumière des nations, si les hommes par la crainte ou par la jalousie ne les eussent éloignées des gouvernements et des trônes »40, explique-t-il. « Phénomène social tout autant que littéraire et artistique, le féminisme héroïque constitue un des aspects majeurs de l’esprit public à la veille de la Fronde »41, écrit encore Jean Garapon. Effectivement, en légitimant le pouvoir féminin, ce courant  prépare les femmes de la plus haute aristocratie à intervenir sur la scène politique à la première occasion venue.

7Des femmes telles que la duchesse de Longueville ou la Grande Mademoiselle y sont d’autant mieux disposées qu’elles ont abondamment fréquenté, dans les années précédant la Fronde, le salon de la marquise de Rambouillet, où ces ouvrages connaissent un grand succès42. La première y a été introduite par sa mère, la princesse de Condé, qui en est l’une des principales figures dans les années 1640. De façon tout à fait classique, dans sa prime jeunesse, Anne Geneviève de Bourbon mène en parallèle une vie dévote, caractérisée par la fréquentation assidue des Carmélites du faubourg Saint-Jacques, et une vie mondaine dont elle retire un plaisir à la mesure de l’engouement que son charme et son esprit suscitent auprès de ceux qui fréquentent la chambre bleue de l’incomparable Arthénice43. Elle y retrouve d’ailleurs certains des précepteurs jésuites qui lui avaient donné sa première éducation et avaient éveillé son goût pour la conversation, tels Antoine Godeau44. Mademoiselle ne bénéficie pas d’une éducation aussi soignée. Élevée par une gouvernante dévote, Mme de Saint‑Georges, elle n’a pas la chance que son père Gaston d’Orléans, homme de culture, veille personnellement à son éducation comme il le fera pour les filles de son second mariage45. Mais elle comble ces lacunes en fréquentant, elle aussi, le salon de la marquise de Rambouillet et les hommes de lettres qui s’y rencontrent dès le début des années 164046. Voiture, Sarrazin, Ménage, Benserade viennent y présenter leurs poèmes et discuter avec les femmes de la meilleure société des romans à la mode tels que l’Astrée d’Honoré d’Urfé ou des tragédies de Corneille. Les futures frondeuses ont ensuite tout loisir, pendant les troubles, de puiser là leur inspiration héroïque. Les romans pastoraux qu’elles lisent et dont elles dissertent mettent au premier plan des figures de nobles dames, pleines de courage et de générosité. Le contemporain Charles Sorel, auteur du Roman comique de Francion, souligne avec ironie « [les femmes] trouvent [que les romans] sont faits principalement pour leur gloire et qu’à proprement parler, c’est le triomphe de leur sexe. C’est là qu’on prétend montrer que les femmes sont les reines des hommes et de tout l’univers […], il n’y a point de lieu où leur mérite soit élevé si haut »47. En hiver, les hommes de retour du front48 ne dédaignent pas cette compagnie raffinée. Ils viennent alors offrir aux dames leurs hommages galants et polir auprès d’elles la rusticité des manières acquises dans les camps militaires. Les codes courtois sont remis à l’honneur. Julie d’Angennes, la fille de la marquise, Anne Geneviève de Bourbon, Isabelle Angélique de Montmorency, Anne de Gonzague y font figures d’égéries. Tandis que la première est la dédicataire d’une série de poèmes intitulée la Guirlande de Julie, dont chacun est composé par l’une des meilleures plumes qui peuplent alors le salon, la seconde est choisie par Voiture pour le soutenir dans la querelle de Job et d’Uranie qui l’oppose à Benserade en 1648. Dans un milieu poli et civilisé à l’extrême, les futures fondeuses apprennent l’art de la conversation, et se font remarquer pour le brillant de leur esprit sur des sujets qui vont parfois bien au-delà des querelles littéraires et peuvent porter aussi sur la politique ou la diplomatie. La société de l’hôtel de Rambouillet, sinon féministe, du moins "féminocentrique", est donc, dans une certaine mesure, un laboratoire de la Fronde au féminin. Les princesses qui le fréquentent y acquièrent le goût des honneurs et la conviction d’être dignes de les recevoir.

8Ainsi, alors que la somme des faiblesses institutionnelles et culturelles qui fragilisent le pouvoir d’Anne d’Autriche ouvre la voie à la contestation, les écrits destinés à la réhabiliter profitent surtout aux femmes de la haute aristocratie qui peuplent son cercle. Ces dernières, parce qu’elles ne détiennent aucun pouvoir officiel, sont libres de fréquenter les salons lettrés, hors du cadre de la Cour et à l’écart d’une société officielle comme l’Académie, qui n’admet que des hommes. Là, elles reçoivent les hommages des plus grands esprits et des meilleurs hommes de guerre de leur temps qui vantent tour à tour le « charme secret de [leurs] entretiens »49 et la finesse de leur esprit ; là, sont étalés devant leurs yeux des modèles de femmes valeureuses. Ces louanges et ces références sont autant d’aiguillons pour les pousser à gravir les degrés d’une scène politique que l’anarchie frondeuse leur rend bientôt accessible.

II. Les Amazones de la Fronde : des femmes de pouvoir ?

9Les anciennes habituées de l’hôtel de Rambouillet reconnaissent volontiers dans la Fronde cette situation de péril extrême où les femmes sont appelées à suppléer aux défaillances masculines. La transformation des maisons aristocratiques en partis politiques dans le cadre de la guerre civile, ainsi que l’empêchement des représentants masculins de ces grandes familles, permettent à quelques jeunes femmes nourries de culture héroïque de s’aventurer sur le terrain de la guerre et de jouer des rôles de pouvoir que les catégories de genre habituelles leur interdisaient en réservant ces activités aux hommes. Il est impossible de retracer ici toutes les péripéties des expéditions menées par elles50. Les cas des duchesses de Longueville et de Montpensier ont néanmoins valeur d’exemples. Ils permettent de comprendre comment ces princesses parviennent à tirer profit de la Fronde pour s’affirmer en tant que véritables femmes politiques.

10En janvier 1650, la reine Anne d’Autriche et Mazarin décident de faire arrêter les frères de la duchesse de Longueville, les princes de Condé et de Conti, ainsi que son mari, le duc de Longueville, en raison des dangers qu’ils semblent représenter pour la stabilité de l’État. Aussitôt, parents, amis et clients des princes organisent la contre‑attaque et mettent en œuvre des stratégies destinées à obtenir la libération des prisonniers. La duchesse de Longueville décide alors de faire retraite vers la Normandie, dont son mari est gouverneur, pour tenter de rallier la province à la cause des Princes. Ne pouvant se maintenir à Dieppe, elle gagne Rotterdam puis Bruxelles, d’où elle publie plusieurs textes à des fins de justification51. Dans son Apologie pour messieurs les Princes52, la duchesse utilise précisément cet argument de l’empêchement masculin pour légitimer sa conduite. « Je serais indigne de ma naissance, du nom que je porte, & de la qualité de sœur & de femme, si sachant combien est grande l’innocence de Messieurs mes frères & de Monsieur mon mari, je n’employais à les défendre la liberté de parler, qui est la seule chose qui me reste, […] Et certes je m’y trouve d’autant plus obligée, que tout commerce leur est interdit […] »53. Peu à peu, la duchesse s’émancipe de cette notion d’obligation, pour affirmer plus nettement sa vocation politique et présenter au « public » des choix qui lui sont propres, notamment celui d’un traité avec le roi d’Espagne54. Comme elle l’écrit elle-même, Mme de Longueville a bien prétention à apporter des « remèdes aux calamités de l’Etat »55 et même, pourquoi pas, à conclure avec Philippe IV une paix que les Français attendent alors avec impatience. « En passant par les États du Roi Catholique, raconte la duchesse, les peuples las de la guerre, […] me demandaient partout la paix et me conjuraient instamment de travailler à la faire ; c’était le sentiment des ministres d’Espagne et le souhait des grands seigneurs des Pays-Bas et j’avoue que, rencontrant tant de bonnes dispositions à un si grand bien, je concevais des espérances d’en envoyer des ouvertures à la reine et au parlement dès que je serais à Stenay et que je me flattais de la croyance que je pourrais procurer par un heureux accommodement l’union des deux couronnes et la liberté des princes »56. La duchesse de Longueville souhaite donc assumer en son nom propre de véritables projets politiques, comme en témoigne l’évolution de la posture énonciative, qui glisse progressivement du « nous » au « je », du clan auquel elle appartient à la direction qu’elle en assure. Ainsi, dans son Manifeste, la duchesse écrit : « Notre perte était inévitable si je ne m’y opposais »57 et, dans les Motifs du traité de madame de Longueville et de monsieur de Turenne avec le roi catholique, elle rappelle : « j’étais une des principales personnes à qui il restait des moyens de mettre une fin à tant de malheurs »58. Tout se passe comme si les conditions exceptionnelles de la guerre civile, en justifiant l’écriture de ces textes de propagande, offraient enfin l’occasion à la duchesse de s’affirmer personnellement dans un espace public exceptionnellement ouvert à une parole féminine libérée des normes habituelles. « Les célèbres Amazones de la Fronde […] agissent en fonction à la fois de leur clan et de leur propre idée de leur grandeur et de leur générosité […] sans se croire – et sans être – en aucune façon limitée à une sphère féminine particulière »59, comme l’écrit Danièle Haase-Dubosc.

11Dans le cas de la Grande Mademoiselle, ce sont les atermoiements de son père, Gaston d’Orléans, oncle du roi, acquis à la cause des Princes au printemps 1652, qui justifient l’intervention armée. Alors qu’elle avait été jusque-là une opposante tacite à la politique de Mazarin, cette jeune princesse de vingt cinq ans décide d’apporter une contribution active à la cause frondeuse en menant une expédition destinée à entrer dans l’apanage paternel d’Orléans pour soutenir le prince de Condé. Si Mademoiselle fait office de substitut de son père, c’est bien à elle que revient la gloire de pénétrer la première dans la ville, comme l’attestent les témoignages des contemporains. Même les plus circonspects à son égard, tel le cardinal de Retz, qui craignait selon ses propres termes, le « ridicule » de cette « chevalerie »60, lui reconnaissent un grand mérite. Cependant, c’est dans les Mémoires de l’intéressée qu’il faut rechercher les indices de sa transformation en femme héroïque et de la gloire qu’elle en tire. Il est vrai que ce type de source a longtemps suscité la méfiance des historiens. Les Mémoires ne semblaient pas remplir les critères d’objectivité nécessaires à l’établissement de la vérité61. Cependant, ils ont été amplement réhabilités par les travaux de Michel Pernot et de Jean Garapon notamment, qui soulignent leur intérêt dans la perspective d’une étude des mentalités. Si les Mémoires ne remplissent pas les critères d’une vérité objective, ils apportent néanmoins toutes les garanties d’une « vérité des consciences », selon l’heureuse expression de Jean Garapon62. À propos des Mémoires du cardinal de Retz, Michel Pernot écrit : « Trois siècles après leur rédaction, ce que l’historien demande aujourd’hui aux Mémoires de Retz, c’est en quelque sorte un témoignage au second degré : nous voyons en eux une source de premier ordre pour l’histoire intellectuelle et pour celle des mentalités, nous y cherchons la clé du comportement des groupes sociaux au milieu du XVIIe siècle »63. Gageons que cette analyse est valable généralement pour la plupart des Mémoires écrits par les anciens frondeurs, pour tous ceux qui ne sont pas de simples registres des faits et apportent aussi un regard personnel sur les événements. Ceux de Mademoiselle en font évidemment partie et Jean Garapon signale que « son œuvre nous permet de pénétrer dans « l’âme et l’esprit » d’une grande dame du XVIIe siècle »64. Dans les Mémoires de Mademoiselle, donc, la transformation de la jeune princesse mondaine en femme d’action a pour corollaire la remise en question de l’exclusif masculin en matière de pouvoir, et notamment d’autorité militaire. Ainsi au cours d’un conseil de guerre, Mademoiselle refuse de s’en remettre à l’expérience des hommes de métier et ne craint pas de donner son avis sur les opérations à envisager. « Les demoiselles parlent pour l’ordinaire mal de la guerre : je vous assure qu’en cela comme en toute autre circonstance le bon sens règle tout, et que quand on en a, il n’y a dame qui ne commandât bien des armées »65, écrit-elle. Plus loin, elle prend encore plaisir à souligner : « Ce n’est pas que ces messieurs les généraux fissent rien de leur tête depuis que je fus à Orléans ; ils envoyaient tous les jours me rendre compte de toutes choses : sur quoi j’ordonnais ce qui me plaisait »66. La frontière séparant le masculin du féminin et les contraintes de genre qui en sont issues semblent ainsi remises en question, pour ne pas dire temporairement abolies, puisque, à la faveur de la guerre civile, une femme trouve soudain le moyen de mettre en pratique des compétences militaires et une autorité de commandement, dont le discours des théoriciens faisait l’apanage exclusif des hommes. La même dimension émancipatrice de l’activité militaire féminine est perceptible dans les Mémoires de l’une de ses contemporaines, Madame de La Guette. Elle se plaît, elle aussi, à narrer les exploits guerriers qu’elle accomplit et à rapporter le courage dont elle fit preuve en l’absence de son mari lors de l’attaque de Villeneuve-Saint-Georges par les soldats de Charles IV de Lorraine67. Pour dépasser l’interdit, les Frondeuses s’appuient volontiers, et de façon quasi systématique, sur le motif de la défaillance des représentants masculins de leur maison. La duchesse de Longueville occupe la place de chef de clan laissée vacante par ses frères et son mari emprisonnés, tandis que la Grande Mademoiselle se substitue à son père comme incarnation du soutien des Orléans à la révolte de Condé. En cela aussi, les princesses frondeuses tirent bénéfice du principe de la régence féminine, car Anne d’Autriche est la première à offrir l’exemple d’une autorité féminine destinée à pallier les insuffisances d’un pouvoir masculin encore en enfance. De cette façon, l’héroïsme féminin n’est plus seulement un phénomène littéraire : la Fronde lui permet de s’incarner dans des princesse bien réelles. Jean Garapon considère d’ailleurs que c’est « l’obéissance imprévue, et miraculeuse, de la réalité à la fiction »68 qui émerveille Mademoiselle au moment de son entrée à Orléans, même si la princesse ne fait elle-même aucun rapprochement explicite entre ses lectures et ses exploits héroïques. La duchesse de Longueville a laissé, en revanche, quelques témoignages de cette interpénétration entre fiction et réalité dans la correspondance échangée avec la Princesse Palatine lors de son séjour à Stenay en 1650. Dans ces lettres, les noms des acteurs de la guerre civile ont été remplacés par ceux de personnages de romans à la mode et les enjeux politiques maquillés sous des intrigues amoureuses69. Mais ce n’est pas là un phénomène propre à l’écriture féminine. Le cardinal de Retz lui-même, dans ses Mémoires, établit de telles comparaisons70 et l’influence romanesque est perceptible aussi dans certains choix tactiques faits par des Frondeurs de sexe masculin, en particulier celui du déguisement71.

12Reste à savoir, donc, quelle conscience les Frondeuses pouvaient avoir des enjeux liés au genre. Le contexte de la guerre civile permet‑il de faire émerger un discours féministe qui revendiquerait l’égal accès des deux sexes au pouvoir ? Plus généralement, que recherchent les Frondeuses et qu’ont‑elles à gagner en s’immisçant ainsi dans la guerre civile ?

III. Conscience de classe ou conscience de genre ?

13Il est impossible d’explorer ici l’ensemble de la question. La réflexion se limitera donc au seul cas de la Grande Mademoiselle, sans doute valable à plus grande échelle, pour toutes celles qu’on appelle les « Amazones de la Fronde ».

14Dans ses Mémoires, ce que dit Mademoiselle de ses intentions, de ses objectifs en participant à la Fronde, a avant tout à voir avec l’affirmation d’un rang social et la revendication d’une ascendance prestigieuse. La princesse se plaît à entendre dire ou écrire que son « action est digne de la petite-fille d’Henri-le Grand »72. Mademoiselle voit avant tout dans la Fronde le moyen de faire éclater au grand jour les vertus héritées de ses ancêtres. L’ascendance prestigieuse de la princesse lui vaut, pense-t-elle, un droit de regard sur les affaires du pays et un droit d’intervention dans une guerre civile. Aux autorités municipales d’Orléans qui s’inquiètent de désobéir au roi en la recevant, Mademoiselle répond avec vigueur : «  Je leur dis que je croyais qu’ils étaient surpris de me voir entrer de cette manière ; mais que […] pour l’avenir, ils ne seraient plus garants de rien, puisque l’on se prendrait à moi de tout, sachant bien que, lorsque les personnes de ma qualité sont en un lieu, elles y sont les maîtresses, et avec assez de justice »73. C’est donc pour défendre une conception aristocratique de la monarchie que Mademoiselle s’engage dans la guerre civile, comme, d’ailleurs, la plupart des Frondeuses. Le discours que tient Mme de Longueville dans ses textes de propagande, et notamment dans l’Apologie en faveur des Princes, va dans le même sens. Sans jamais douter de l’impunité que sa naissance lui assure, elle cherche avant tout à défendre les prétentions de la maison de Condé, son droit naturel à conseiller le roi mineur74. C’est pourquoi les motifs développés dans son Manifeste sont sensiblement équivalents à ceux des grands seigneurs qui se révoltèrent sous le règne précédent : il s’agit ni plus ni moins d’une attaque en règle contre le principe du ministériat, au nom d’une valeur systématiquement convoquée par tous les nobles rebelles, celle du Bien Public75. Ainsi, il n’y aurait pas de réelle originalité des revendications féminines pendant la Fronde. Les textes destinés à appuyer ou à commenter l’action des Frondeuses semblent d’abord indiquer qu’elles font entièrement corps avec leur caste et que la question du sexe ne joue pas un rôle déterminant. Pourtant, à y regarder de plus près, ces revendications de participation à la chose publique au nom du droit naturel des aristocrates ont des accents tout à fait différents lorsque c’est une femme qui les porte.

15Les Frondeuses et ceux qui les défendent ne font jamais allusion directement au principe de la loi salique et ne la contestent pas ouvertement, mais il est possible de repérer un certain nombre d’indices qui révèlent une mise en cause implicite du principe d’exclusion des femmes. Cette remise en question découle d’ailleurs tout naturellement des conceptions aristocratiques évoquées plus haut : le mérite se transmet par le sang, la question est donc celle de la filiation et non pas celle du sexe. Les mazarinades, dès 1649, utilisent ce motif. La lettre d’une bourgeoise de la paroisse Saint-Eustache76et le Remercîment des Parisiens à Mademoiselle pour leur avoir procuré la paix77en rappelant que la Grande Mademoiselle n’est pas seulement « la fille aînée du grand Gaston »78 mais aussi la « petite-fille du plus grand que les histoires nous aient fait connaître [Henri IV] »79 et même qu’elle descend de Saint Louis, offrent une excellente argumentation à qui voudrait contester la loi salique. « Quoi que d’un sexe différent, risque le Remercîment, il semble que votre altesse hérite des vertus & du courage de cette illustre race dont vous êtes sortie » et « je doute auxquels il y a le plus de gloire, ou à eux de vous voir issue de leur sang, ou à vous d’en être issue »80. Autrement dit, ascendants et descendants, hommes et femmes se valorisent réciproquement, et il n’y aurait donc pas de déchéance des vertus familiales lorsqu’elles s’incarnent dans un corps de femme. Le propos est très audacieux, au point même de réaffirmer implicitement le droit des filles à hériter et, pourquoi pas, à gouverner. Le domaine dans lequel la compétence féminine est le plus abondamment soulignée est sans doute celui de la guerre. Dans les mazarinades destinées à célébrer la cause frondeuse, le modèle de l’Amazone fait figure de référence obligée car il suggère à la fois l’idée d’une compétence militaire féminine et celle d’une guerre défensive, juste et libératrice. Or, au XVIIsiècle, note Sylvie Steinberg, l’« utilisation de la métaphore de l’amazone opère un retournement taxinomique et fait entrer la femme guerrière dans un ensemble de références légitimantes qui constituent même parfois une revendication du pouvoir des femmes »81. C’est ce que suggère Le Triomphe des mérites de Mademoiselle82 qui, après avoir associé la princesse à la Pucelle d’Orléans, la compare à la reine Christine de Suède sa contemporaine. Si l’on considère que Christine régna jusqu’en 1654, il est évident qu’elle est, au moment de la Fronde, un exemple tout à fait concret et actuel de femme de pouvoir. La citer nommément et la comparer à Mademoiselle revient donc quasiment à contester le bien-fondé de la loi salique. Les quatre derniers vers des Stances qui ferment le recueil le confirment. « Rendez-lui de justes hommages/Et que mon zèle ici vous porte à témoigner/Qu’avoir reçu du Ciel de si grands avantages/Pour mériter un sceptre est régner sans régner »83. La célébration des Amazones de la Fronde peut donc conduire de l’évocation apparemment naïve et inoffensive d’un mythe à des revendications égalitaristes très engagées même si elles se dissimulent sous le masque attrayant et ludique de la culture humaniste ou de la tradition courtoise.

16Cependant, Mademoiselle et ceux qui la soutiennent ne se contentent pas de revendiquer sa supériorité dans un ordre abstrait et symbolique. Dans ses Mémoires, la princesse donne de multiples exemples de situations dans lesquelles elle l’emporte sur les hommes de son entourage. Cette supériorité se marque d’abord à l’égard de son père, régulièrement défaillant et dont la défaillance même justifie son aventure orléanaise84, mais elle concerne aussi des grands ou des chefs de guerre qui l’accompagnent dans son expédition et prétendent lui en remontrer en campagne. Mademoiselle est alors d’autant plus jalouse de l’autorité supérieure que lui confère sa naissance qu’elle défend aussi, du même coup, ses compétences en tant que femme. Alors que le duc de Rohan prétend être mieux informé qu’elle des intentions de Gaston d’Orléans, Mademoiselle rapporte : « Ce discours ne me plut point : voyant comme M. de Rohan faisait le capable, je jugeais qu’il croyait que je ne l’étais guère et peu propre à agir dans les affaires »85. En se peignant ou en se faisant peindre comme une princesse habile et compétente, Mademoiselle démonte sans le dire l’argumentaire des défenseurs de la loi salique. En s’appuyant sur une mystique du sang royal qui la place au-dessus du commun et en illustrant la supériorité du sexe féminin dans les moments critiques de l’histoire, elle se présente finalement comme une souveraine en puissance.

17Au-delà de cette volonté de féminiser la politique, ne peut-on pas voir chez Mademoiselle une volonté de féminiser l’histoire même ? En participant à la guerre civile, elle contribue à la faire. En rapportant ses actions, elle contribue à l’écrire. C’est là la thèse soutenue par Faith Evelyn Beasley dans un ouvrage intitulé Revising Memory86. Il est difficile de suivre Mme Beasley lorsqu’elle prétend que Mademoiselle veut faire œuvre d’historienne car ce ne serait guère en accord avec sa culture aristocratique87. On peut considérer, en revanche, que l’écriture de Mémoires constitue un prolongement de la révolte, d’une part, parce qu’elle est l’occasion pour Mademoiselle de revivre ces événements glorieux et émancipateurs, d’autre part, parce qu’elle permet de donner une interprétation de ces événements conforme aux idées contestataires de l’ancienne Frondeuse. Le passage à l’écriture pour Mademoiselle est bien, comme l’écrit Jean Garapon, une façon de « continuer la Fronde sur un mode feutré »88. Ceci, d’ailleurs, n’est pas propre au texte de Mademoiselle. La plupart des aristocrates frondeurs qui se lancent dans la rédaction de Mémoires ont le même souci de revivre, par le truchement de l’écriture, un temps de liberté dont la maxime de l’ordre les rend nostalgiques89. La plupart d’entre eux ont dû quitter la scène politique en vaincus, ils ont donc à cœur de se justifier et d’écrire une "contre-histoire"90 susceptible de restituer le foisonnement des possibles qui avait précédé le règne personnel de Louis XIV. Les Mémoires de Mademoiselle s’intègrent parfaitement dans cette perspective. Cependant, ils ont aussi la particularité de faire porter le regret du temps jadis sur la relative mixité des sphères de pouvoir et de tenir un discours explicite sur les compétences féminines qu’on ne retrouve pas chez leurs homologues masculins. Pourtant, si Mademoiselle « féminise » bien la Fronde, « en s’offrant comme un exemplum historique ultime et universel »91, il est difficile de dire qu’« en toutes circonstances, les femmes so[ie]nt présentées [par Mademoiselle] comme des initiatrices et non comme des pions »92. Il y aurait là un caractère systématique qui n’existe pas dans l’œuvre de la princesse. Elle est au contraire farouchement convaincue que les femmes qui ont, comme elle, l’étoffe politique, sont des êtres rares, d’exception et affiche donc ouvertement son mépris pour la légèreté, l’inconstance et l’égoïsme féminins en général. De façon assez paradoxale, Mademoiselle récupère à son bénéfice des thèmes traditionnels du discours misogyne pour accabler certaines de ses contemporaines. Sous sa plume, Mme de Châtillon, intrigante, coquette, intéressée, flatteuse, hypocrite apparaît comme l’archétype d’une féminité caricaturée93. Il s’agit donc bien de féminiser l’histoire en permettant aux femmes de la faire et de l’écrire mais ce n’est là qu’un privilège réservé à des êtres d’exception, chez qui le sang abolit le sexe. La guerre civile apparaît comme un vecteur d’émancipation mais tel vecteur n’est pas accessible à toutes et les quelques privilégiées qui en bénéficient ne se font pas faute de rappeler l’extraordinaire bénédiction qui les a désignées.

Conclusion

18Micheline Cuénin, dans un article intitulé « Les femmes aux affaires » soulignait naguère « le paradoxe de l’implication des femmes dans la politique : lorsqu’elles détiennent le pouvoir officiel, [comme Anne d’Autriche], elles sont paralysées par les institutions et les conditions psychologiques qui leur sont faites ; mais se mettent-elles à conspirer, leur beauté sert d’étendard ; elles dispensent la vérité, elles agissent comme des souveraines sur les bras et les cœurs »94. Il semble effectivement que la question du pouvoir des femmes ne se pose pas du tout dans les mêmes termes selon qu’il s’agisse d’un pouvoir officiellement conféré et exercé ou d’un pouvoir officieux, conquis à la faveur d’événements troublés. Comme le soulignait récemment Thierry Wanegffelen dans son ouvrage sur les souveraines de la Renaissance, Anne d’Autriche est bel et bien la moins puissante des trois grandes reines régentes que connut la France de la fin du XVIe au milieu du XVIIe siècle. Les difficultés qu’elle rencontre pour établir son autorité et les réticences qu’elle manifeste elle-même à la revendiquer confirment selon lui « l’idée d’une difficulté croissante des femmes à exercer le pouvoir souverain à mesure du développement et de l’affirmation de la Modernité phallocrate et misogyne »95

19Mais, alors que la Fronde révèle la fragilité du pouvoir de la reine, elle démontre aussi l’ampleur de celui des femmes de l’aristocratie qu’un fort courant culturel philogyne préparait à assumer des responsabilités politiques. Si l’on considère que les périodes de régence sont effectivement favorables à l’éclosion de troubles qui peuvent aller jusqu’à la guerre civile et que la guerre civile elle-même est une occasion privilégiée de remettre en cause les normes sociales, de genre notamment96, alors oui, la Fronde fut bel et bien un formidable vecteur d’émancipation des femmes. Néanmoins, il faut reconnaître à ce mouvement deux restrictions de taille. La première concerne le public de l’émancipation. Bien loin de concerner l’ensemble du sexe féminin, celle-ci ne s’applique qu’à quelques rares princesses qui défendent davantage leur statut d’aristocrates que leur sexe et qui revendiquent, plus précisément, la supériorité absolue que donne aux femmes la qualité du sang qui coule dans leurs veines. Ainsi, si les Frondeuses tiennent parfois un discours que l’on pourrait qualifier de féministe, il s’agit presque toujours d’un féminisme élitiste, qui se fonde paradoxalement sur la réaffirmation de l’infériorité naturelle des femmes dans leur ensemble. La deuxième restriction concerne la durée des conquêtes féminines en termes de pouvoir. La Fronde, comme moment où les qualités de quelques femmes d’exception triomphent au grand jour, est elle-même un temps d’exception, qui contient en soi sa propre fin et appelle un inéluctable retour à la norme. La fin de la régence en 1651, la fin de la Fronde deux ans plus tard puis, surtout, le début du règne personnel de Louis XIV en 1661 mettent fin à cette parenthèse. Pourtant, après quelques années de silence et d’exil, la plupart des Frondeuses reprennent la lutte sur d’autres fronts : alors que Mademoiselle couche sur le papier les souvenirs d’un temps où tout paraissait possible pour elle et pour celles de sa caste, les duchesses de Longueville et de Chevreuse apportent à Port-Royal un soutien qui est un nouveau défi à la société ordonnée voulue par le plus absolu des monarques français.

Haut de page

Notes

1  Voir à ce sujet Éliane Viennot, La France, les femmes et le pouvoir, t. I, L’invention de la loi salique (Ve-XVIe siècles), Paris, Perrin, 2006 ; t. II, Les résistances de la société (XVIIe- XVIIIe siècles), Paris, Perrin, 2008.

2  Pour comprendre comment les reines mères ont acquis cette prérogative se reporter à Fanny Cosandey, « La blancheur de nos lys : la reine de France au cœur de l’État royal », Revue d’Histoire Moderne et Contemporaine, n° 44, juillet-septembre 1997, p. 388-403 et « De lance en quenouille. La place de la reine dans l’État moderne (XIVe-XVIIe siècles) », Annales HSS., n° 4, juillet-août 1997, p. 799‑820.

3  Sur ces trois régences féminines et leurs spécificités, voir Simone Bertière, « Régence et pouvoir féminin », in Éliane Viennot et Kathleen Wilson-Chevalier (dir.), Royaume de fémynie. Pouvoirs, contraintes, espaces de liberté des femmes de la Renaissance à la Fronde, Paris, Champion, 1999, p. 63‑70 ; Fanny Cosandey, « Puissance maternelle et pouvoir politique. La régence des reines mères », « Maternités », Clio, Histoire, Femmes, Sociétés, 21, 2005, p. 69‑90 et Katherine Crawford, Perilous Performances. Gender and Regency in Early Modern France, Cambridge (Mass.) et Londres, 2004.

4  Pour la Fronde, voir Hubert Carrier « L’action politique et militaire des femmes dans la Fronde », in Christine Fauré (dir.), Encyclopédie politique et historique des femmes, Paris, PUF, 1997, p. 49‑71. Pour les guerres de religion, voir le récent article de Nicolas Le Roux, « “Justice, justice, justice, au nom de Jésus-Christ” Les princesses de la Ligue, le devoir de vengeance et l’honneur de la maison de Guise », in Armel Dubois-Nayt et Emmanuelle Santinelli-Foltz, Femmes de pouvoir et pouvoir des femmes dans l’Occident médiéval et moderne, Valenciennes, Presses Universitaires de Valenciennes, 2009, p. 439‑458 et Éliane Viennot, « Les femmes dans les “troubles ” du XVIe siècle, in Catherine Marand-Fouquet (dir.), « Guerres Civiles », Clio, Histoire, Femmes, Sociétés, 1997, n° 5, p. 79‑96.

5  Sur les femmes et la guerre civile voir Catherine Marand-Fouquet (dir.), « Guerres civiles », Clio, Histoire, Femmes, Sociétés, n° 5, 1997.

6  Voir Sarah Hanley, “Engendering the state: Family formation and State building in Early Modern France”, French Historical Studies, vol. 16, n° 1, 1989, p. 4‑27, traduit en français dans Politix. Revue des sciences sociales du politique, vol. 32, 1995, p. 45‑65. Conformément aux théories aristotéliciennes, la faiblesse des femmes est attribuée à leur passivité dans la génération, puisqu’elles ne donneraient à l’enfant que sa « forme » tandis que l’homme donnerait la « matière ».

7  Jean Bodin, Les Six Livres de la République, éd. Christiane Frémont, Marie-Dominique Couzinet, Henri Rochais, Paris, Fayard, 1986. L’exercice d’un quelconque pouvoir féminin, explique-t-il, est « droitement contre les lois de la nature, qui a donné aux hommes la force, la prudence, les armes, le commandement, et l’a ôté aux femmes : et la loi de Dieu a disertement ordonné que la femme fût sujette à l’homme, non seulement au gouvernement des Royaumes et Empires, ains aussi en la famille de chacun en particulier. », t. VI, p. 232‑33.

8  Cardin Le Bret, De la Souveraineté du Roi, in Œuvres, Paris, 1642.

9  Thierry Wanegffelen, Le Pouvoir contesté. Souveraines d’Europe à la Renaissance, Paris, Payot, 2001.

10  Ce modèle féminin repose sur une tradition antique christianisée à la Renaissance. Il associe la force physique, et le courage, hérités de la tradition des Amazones, certaines valeurs chevaleresques telles que la magnanimité, la résolution et la constance, ainsi que des vertus chrétiennes telles que la piété, la chasteté et le sens du sacrifice. Voir à ce sujet l’ouvrage d’Ian Mc Lean, Woman triumphant: Feminism in French literature (1610-1652), Oxford, Clarendon Press, 1977, en particulier le chapitre III, “The new feminism and the Femme Forte (1630-1650)”.

11  Fanny Cosandey, La reine de France, symbole et pouvoir, Paris, Gallimard, Bibliothèque des Histoires, 2000, p. 322.

12  Ernst Kantorowicz, Les deux corps du roi. Essai sur la théologie politique au Moyen Age, Paris, Gallimard, Bibliothèque illustrée des histoires, 1989.

13  Monique Cottret, « Edmond Richer (1559-1631) : le politique et le sacré », in Henri Méchoulan (dir.), L’État baroque : regards sur la pensée politique du premier XVIIe siècle, Paris, Vrin, 1985, pp. 159‑177.

14  Cette fragilité est en partie la conséquence de l’ordonnance de 1407. Elle supprimait certaines prérogatives du régent pour accroître celles du roi et contribuait ainsi à l’affirmation du principe d’instantanéité de la succession. Ces nouvelles dispositions garantissaient la monarchie contre les crises successorales mais fragilisaient le pouvoir du détenteur provisoire de l’autorité gouvernementale. Voir Fanny Cosandey, « De lance en quenouille. La place de la reine dans l’État moderne (XIV-XVIIe siècles) », Annales HSS, n° 4, juillet-août 1997, p. 807-809.

15  Pour un aperçu synthétique de cette évolution voir Sarah Hanley, « La loi salique », dans Christine Fauré (dir.), Encyclopédie politique…, op. cit., p. 11-30. Voir aussi Éliane Viennot, op. cit.

16  Cardin Le Bret, De la Souveraineté du Roi, op. cit., p. 16.

17  Sarah Hanley, “Engendering the state…”, op. cit.

18  La situation est d’autant plus remarquable que, depuis Anne de Bretagne, seules Marie Stuart, épouse de François II, et Louise de Vaudémont, femme d’Henri III, ne l’ont pas été. Or aucune des deux n’a été régente de France. Voir Thierry Wanegffelen, Le pouvoir contesté…,  op.  cit., p. 434.

19  Etant donné la portée symbolique de cette cérémonie, la durée de l’agonie de Louis XIII et la façon méticuleuse dont celui-ci organise la régence à venir, il ne peut s’agir d’un « oubli » à mettre sur le compte de l’urgence. Il y a bien là un refus d’investir Anne d’Autriche d’une majesté royale dont elle n’est pas jugée digne. Jean-François Dubost souligne à ce sujet que « Anne d’Autriche a été victime des exorbitantes prétentions politiques que Marie de Médicis s’était crue autorisée à émettre en s’appuyant sur la cérémonie de son sacre : cette dernière raison, combinée à l’opposition politique conduite par Anne d’Autriche jusqu’en 1638 explique que le sacre des reines soit tombé en désuétude en France après 1610. » Voir « Anne d’Autriche, reine de France : mise en perspective et bilan politique du règne (1615-1666) », in Chantal Grell, Anne d’Autriche, infante d’Espagne et reine de France, Paris, Perrin, 2009, p. 58. Sur les modalités du sacre de la reine, voir aussi Fanny Cosandey, « La blancheur de nos lys… », op  cit., p. 396‑97.

20  « Rien n’est plus intolérable qu’une femme qui règne ». Cité par Hubert Carrier « L’action politique et militaire des femmes dans la Fronde », op. cit., p. 62.

21  Cette dualité est soulignée par Michael D. Slaven dans « The mirror wich flatters not » : Anne of Austria and representations of the regency during the Fronde », Proceedings of the annual meeting of Western society for French History, 1997, n° 24, p. 451‑461. Voir aussi  Laurent Avezou, « Les deux reines. Anne d’Autriche au miroir de son temps », in Chantal Grell, Anne d’Autriche…, op. cit., p. 323‑347, ainsi que Fanny Mansbendel, La figure d’Anne d’Autriche à travers les mazarinades, Mémoire de Master I sous la direction de Nicole Lemaître, Université de Paris I-Panthéon-Sorbonne, 2006.

22  La pamphlétaire Morlot écrit en 1649, dans La custode du lit de la reine qui dit tout : « Peuple n’en doutez plus, il est vrai qu’il l’a fout, Et que c’est par ce trou que Jules nous canarde ». Voir Célestin Moreau, Bibliographie des Mazarinades, Société de l’Histoire de France, Paris, J. Renouard, 1850‑51, 3 vol. Cette hypothèse a d’ailleurs longtemps été privilégiée par les historiens, notamment Victor Cousin, dans Madame de Hautefort, Paris, 1856, p. 85‑87. Voir à ce sujet les analyses de Chantal Grell dans « Anne d’Autriche et ses juges », in Chantal Grell, Anne d’Autriche…, op. cit., p. 349‑397.

23  Cardin le Bret est très explicite sur ce point : « La tutelle de leurs enfants ne leur appartient point jure proprio, pour avoir été femme ou mère de roi », De la Souveraineté du Roi, op. cit.

24  Micheline Cuénin, « Les femmes aux affaires (1598-1661) », XVIIe Siècle, n° 144, juill-sept 1984, p. 204.

25  Fanny Cosandey, « De lance en quenouille… », op. cit., p. 819.

26  Voir à ce sujet les analyses d’Orest Ranum, La Fronde, Paris, Seuil, 1995, p. 59-60.

27  Jean-François Dubost, « Anne d’Autriche, reine de France… »,  op. cit., p. 59.

28  Michel Pernot, La Fronde, Paris, De Fallois, 1994, voir en particulier les pages consacrées au « renversement des alliances » entre le printemps 1649 et janvier 1650, p. 143‑166.

29  Marie Le Jars de Gournay, L’Égalité des hommes et des femmes, s. l., 1622.

30  Voir Jean Garapon, La culture d’une princesse. Écriture et autoportrait dans l’œuvre de la Grande Mademoiselle (1627-1693), Paris, Champion, 2003, p. 72 et suivantes.

31  Voir Linda Timmermans, L’accès des femmes à la culture sous l’Ancien Régime (1598-1715), Paris, Champion, 1993, pp. 246‑258 et 272–280.

32  Jean Garapon, La culture d’une princesse…, op. cit., p. 77.

33  Linda Timmermans, L’accès des femmes à la culture…, op. cit., p. 288‑303.

34  Catherine Pascal, « Les recueils de femmes illustres au XVIIe siècle », Communication donnée lors des premières rencontres de la SIEFAR : « Connaître les femmes de l’Ancien Régime. La question des recueils et dictionnaires », Paris, 20 juin 2003, http://www.siefar.org/RessourcesEtudesDico.html., p. 7.

35  Pierre Le Moyne, La Gallerie des femmes fortes, Paris, Antoine de Sommaville, 1647.

36  « Qui trouvera une femme forte ? ». Voir Jean Garapon, La culture d’une princesse…, op. cit., p. 84 et suivantes.

37  Pierre Le Moyne, op. cit., p. 11.

38  Gabriel Gilbert, Panégyrique des dames, Paris, Augustin Courbé, 1650.

39  Voir Jean Garapon, La culture d’une princesse…, op. cit., p. 87 et suivantes.

40  Gabriel Gilbert, op. cit., p. 43.

41  Jean Garapon, La culture d’une princesse…, op. cit., p. 90.

42  Linda Timmermans, L’accès des femmes à la culture…, op. cit., p. 71‑84.

43  Surnom précieux de Catherine de Vivonne, marquise de Rambouillet.

44  Philippe Erlanger, Madame de Longueville, de la révolte au mysticisme, Paris, Librairie académique, Perrin, 1977, p. 36‑38. Voir aussi Arlette Lebigre, La duchesse de Longueville, Paris, Perrin, 2004, p. 26-28. Victor Cousin, dans la biographie qu’il a consacrée à la duchesse, souligne à la fois les limites de l’éducation dont a bénéficié son héroïne et les qualités profondes de son esprit, liées aux grandes affaires auxquelles il lui fut donné de participer. Cette ambivalence était très répandue parmi les femmes de sa caste et de sa génération. « Les femmes qui appartiennent à la première moitié du XVIIe siècle ont dans leur style, comme elles avaient dans leur conversation, des longueurs, des négligences, des incorrections même, car la langue qu’elles écrivent ou qu’elles parlent n’est pas fixée […]. Mais leur esprit qui avait touché à toutes les grandes choses, politique et religion, ambition mondaine et sainte pénitence, est d’une trempe bien autrement forte que celui des femmes qui sont venues après la Fronde », écrit-il dans La Jeunesse de Madame de Longueville, Paris, Didier, 1859, p. 28.

45  Jean Garapon, « Mademoiselle de Montpensier dans ses Mémoires, l’exemple d’une culture princière », in Madeleine Bertaud et André Labertit, De l’Estoile à Saint-Simon, recherche sur la culture des mémorialistes au temps des trois premiers rois Bourbon, Actes de la journée d’étude du  22 mai 1992 organisée par le centre de Philologie et de Littérature romanes de Strasbourg, Paris, Klincksieck, 1992, p. 95.

46  Mademoiselle, née en 1627, n’a alors que treize ans ! La princesse ne fréquente pas, en revanche, les érudits et les poètes libre penseurs qui entourent son père au Luxembourg ; ce qui ne l’empêche pas d’apprécier des écrivains licencieux tels que Scarron. Voir Jean Garapon, La culture d’une princesse…, op. cit., « L’influence de Gaston d’Orléans et de l’hôtel de Rambouillet », p. 34-41. Voir aussi Jean-Marie Constant, La folle liberté des baroques, (1600-1661), Paris, Perrin, 2007, p. 257-278.

47  Cité par Gustave Reynier, La femme au XVIIe siècle, ses ennemis et ses défenseurs, Paris, Taillandier, 1929, p. 67.

48  La guerre de Trente Ans, qui s’achève en 1648 par la signature des traités de Westphalie, fait encore rage sur les frontières du Nord et de l’Est.

49  Expression née sous la plume de Bossuet, dans l’oraison funèbre qu’il consacre à la Princesse Palatine, une autre grande frondeuse, familière de l’hôtel de Rambouillet. Bossuet, Oraison funèbres, Paris, Classiques Garnier, 1988, p. 264.

50  Les Frondeuses qui s’engagent sur le terrain militaire et font donc figure d’Amazones sont au nombre de trois : la princesse de Condé, Claire Clémence de Maillé-Brézé, qui conduit la révolte pour les Princes à Bordeaux en 1650, la duchesse de Longueville, qui mène une expédition en Normandie puis se réfugie aux Pays-Bas avant de rejoindre le maréchal de Turenne, à Stenay en janvier-février 1650, la Grande Mademoiselle, enfin, qui s’empare d’Orléans au bénéfice de Condé en mars 1652, avant de lui ouvrir les portes de la capitale au mois de juillet de la même année. Les autres (duchesses de Chevreuse, de Châtillon, de Montbazon, Princesse Palatine, etc.) sont plutôt des négociatrices.

51  Ils se rattachent tous à la catégorie des mazarinades, amplement étudiée par Hubert Carrier, La presse de la Fronde (1648-1653) : les Mazarinades, Genève, Droz, 1989-1991, 2 vol., et Christian Jouhaud, Mazarinades : la Fronde des mots, Paris, Aubier, 1985.

52  Apologie pour messieurs les princes, envoyée par madame de Longueville à messieurs du parlement de Paris, s. l., 1650.

53  Ibid., p. 3.

54  Motifs du traité de madame de Longueville et de monsieur de Turenne avec le roi catholique, revus et corrigés. Jouxte la copie imprimée à la Haye, 1650.

55  Manifeste de madame la duchesse de Longueville, Bruxelles, Jean Rosch, 1650, p. 1.

56  Ibid., p. 5.

57  Ibid., p. 8.

58  Motifs du traité…, op. cit.,, p. 11.

59  Danièle Haase-Dubosc, « De la nature des femmes et de sa compatibilité avec l’exercice du pouvoir », in Éliane Viennot (dir.), La Démocratie à la française ou les femmes indésirables, Paris, Publications de l’Université Paris VII-Denis Diderot, 1996, p. 117.

60  Cardinal de Retz, Mémoires, Paris, Classiques Garnier, 1998, p. 955.

61  C’est ce que déplorent Emile Bourgeois et Louis André, dans Les sources de l’histoire de France, troisième partie : Le XVIIe siècle, t. II : Mémoires et lettres, Paris, Picard, 1913. À propos des mémorialistes, ils écrivent à la page 3 : « Constamment dominés par leurs sentiments intime, ils se montrent plein d’affection ou de haine, animés d’un enthousiasme suspect ou d’un désir de dénigrer à outrance : presque jamais le souci d’exactitude ou de vérité ne les touche ».

62  Jean Garapon, La Grande Mademoiselle mémorialiste, une autobiographie dans le temps, Genève, Droz, 1989, p. 234 et Jean Garapon (dir.), L’idée de vérité dans les Mémoires d’Ancien Régime, Cahiers d’histoire culturelle n°14, Tours, 2004. Voir aussi Christian Jouhaud, Dinah Ribard, Nicolas Schapira, Histoire, Littérature, Témoignage - Ecrire les malheurs du temps, Paris, Gallimard, 2009, en particulier le chapitre I, « Malheurs du témoin, beauté du témoignage : la question des “Mémoires” du XVIIe siècle », p. 23-88. Les auteurs soulignent le caractère construit dans le temps de l’écriture et par l’écriture même de cette vérité identitaire, qui n’est pas un donné objectif mais façonné par l’auteur en vue d’agir dans le monde. Ils insistent aussi sur la rareté de telles entreprises chez les femmes.

63  Michel Pernot, « L’apport du Cardinal de Retz à la connaissance historique du XVIIe siècle », Bulletin de la Société d’Histoire Moderne, supplément à la Revue d’Histoire Moderne et Contemporaine, n° 4, 1980, p. 8. Du même auteur, voir aussi « Le Cardinal de Retz, historien de la Fronde », Revue d’Histoire Littéraire de la France, 89e année, n°1, janv.-fevr. 1989, p. 4-18.

64  Jean Garapon, « Les mémorialistes et le réel : l’exemple du cardinal de Retz et de Mademoiselle de Montpensier », Littératures classiques, n° 11, janv. 1989, p. 188.

65  Mademoiselle de Montpensier, Mémoires, édités par A. Chéruel, Paris, Charpentier, 1858-59, t. II, p. 98.

66  Ibid., p. 101.

67  Madame de La Guette, Mémoires, présentés et annotés par Micheline Cuénin, Le Mercure de France, 1982. Voir l’analyse de Laurent Angard, « “Le fleuret” et la plume. Une Amazone au XVIIe siècle : les Mémoires de Madame de la Guette », in Guyonne Leduc (dir.), Réalités et représentations des Amazones, Paris, l’Harmattan, 2008, pp. 369-379, ainsi que la synthèse d’Emmanuelle Lesne-Jaffro, « Y a-t-il une écriture de la guerre au féminin ? », in Jean Garapon (dir.), La Lettre et le récit de guerre dans les Mémoires d’Ancien Régime, Cahiers d’histoire culturelle n°15, Tours, 2005, p. 85‑103. Sur un plan plus général, voir aussi Micheline Cuénin, « Les Mémoires féminins du XVIIe siècle, disparités et convergences », dans Monique Bertaud et François-Xavier Cuche (dir.), Le genre des Mémoires, essai de définition, Actes du colloque du groupe de recherches de Strasbourg : « Littérature et politique sous l’Ancien Régime » tenu en mai 1994, Paris, Klincksieck, 1995, p. 99-110.

68  Jean Garapon, La Grande mademoiselle mémorialiste…, op. cit., p. 144.

69  BNF, Manuscrits Occidentaux, Mélanges Clairambault, 460. Voir les analyses de Victor Cousin dans le Journal des Savants, « Lettres inédites de la duchesse de Longueville à La Rochefoucauld, à la Princesse Palatine et à d’autres personnes pendant la Fronde. », 1er article octobre 1852, p. 605‑618 ; 2e article : novembre 1852, p. 883‑896 ; 3e article : janvier 1853, p. 51‑64 ; 4e article : février 1853, p. 94–109 ; 5e article : mars 1853, p. 228‑237 ; 6e article : mai 1853, p. 293‑304.

70  Cardinal de Retz, Mémoires, op. cit., p. 400‑401 : « Comme il [ Noirmoutier] revint descendre à l’Hôtel de Ville, il entra avec Matha, Laigue et La Boulaye, encore tout cuirassés dans la chambre de Mme de Longueville, qui était toute pleine de dames. Ce mélange d’écharpes bleues, de cuirasses, de violons, qui étaient dans la salle, de trompettes qui étaient dans la place, donnait un spectacle qui se voit plus souvent dans les romans qu’ailleurs. Noirmoutier, qui était grand amateur de l’Astrée, me dit : « Je m’imagine que nous sommes assiégés dans Marcilly. Vous avez raison, lui répondis-je : Mme de Longueville est aussi belle que Galathée ; mais Marcillac n’est pas si honnête homme que Lindamor ».

71  Yves-Marie Bercé a consacré un article à ce phénomène dans le cas du prince et de la princesse de Condé : « Les princes de Condé, héros de roman. La princesse amazone et le prince déguisé », in Roger Duchêne et Pierre Ronzeaud (dir.), La Fronde en questions, Actes du 18e colloque du centre méridional de recherche sur le XVIIe siècle, Aix-en-Provence, Publications de l’Université de Provence, 1989, p. 131‑141. Plus généralement, sur cette question, voir aussi Sylvie Steinberg, La confusion des sexes. Le travestissement de la Renaissance à la Révolution, Paris, Fayard, 2001, 409 p.

72  Mademoiselle de Montpensier, op. cit., t. II, p. 16.

73  Ibid., t. I, p. 363.

74  Voir l’article de Nicole Aronson, « Mandane pamphlétaire », in Cahiers de l’association internationale des études françaises, n° 36, 1984, p. 139‑153.

75  Voir Arlette Jouanna, Le devoir de révolte : la noblesse française et la gestation de l’Etat moderne 1559-1661, Paris, Fayard, 1989.

76  Lettre d’une bourgeoise de la paroisse Saint-Eustache présentée à Mademoiselle, suppliant Son Altesse de vouloir agir pour la paix du royaume, Paris, Guillaume Sassier, Imprimeur & Libraire ordinaire du Roy, rue des Cordiers, proche Sorbonne, aux deux Tourterelles, 1649.

77  Remercîment des Parisiens à Mademoiselle pour leur avoir procuré la paix, s. l., 1649.

78  Lettre d’une bourgeoise de la paroisse Saint-Eustache…, op. cit., p. 7.

79  Ibid., p. 5.

80  Remercîment des Parisiens à Mademoiselle…, op. cit., p. 4‑5.

81  Sylvie Steinberg, « Le mythe des amazones et son utilisation politique de la Renaissance à la Fronde », in Éliane Viennot et Kathleen Wilson-Chevalier (dir.), Royaume de fémynie…, op. cit., p. 265.

82  Le triomphe des mérites de Mademoiselle, Paris, Jacob Chevalier, 1652, 8 p.

83  Ibid., p. 8.

84  « J’allai ensuite à Luxembourg, où je le trouvai [il s’agit de Gaston d’Orléans] fort inquiet, écrit Mademoiselle, il se plaignit à moi de la persécution que les amis de M. le Prince lui faisaient d’aller à Orléans […] et qu’il n’irait point. […] A vrai dire, cela ne me plaisait point. Je jugeais par là qu’à la suite du temps cette affaire irait à rien, et qu’on se verrait réduit, comme on a été, chacun chez soi. Ce qui ne convient guère aux gens de notre qualité, et convenait encore moins à avancer ma fortune, de manière que ces sortes de discours […] me causaient beaucoup de chagrin. » Mademoiselle de Montpensier, op. cit., t. I, p. 344.

85  Ibid., t. I, p. 352‑353.

86  Faith Evelyn Beasley, Revising memory: Women’s fiction and Memoirs in seventeenth Century France, Rutgers University Press, 1990.

87  Jean Garapon explique qu’au XVIIe siècle encore, l’histoire est un genre humaniste et savant, volontiers moralisateur et réservé aux hommes. Les Mémoires, parce qu’ils sont un genre plus libre et encore en voie de définition, conviennent mieux à la culture des femmes. Voir La Grande Mademoiselle mémorialiste..., op. cit., p. 217.

88  Jean Garapon, La culture d’une princesse…, op. cit., p. 104

89  Le duc de la Rochefoucauld et le cardinal de Retz, par exemple, en font partie. La Rochefoucauld, Mémoires, Paris, La Table ronde, 1993. Cardinal de Retz, Mémoires, op.  cit.

90  Par rapport au discours diffusé par les historiographes officiels tels que Mézeray. Voir son Histoire de France depuis Pharamond jusqu’à maintenant dans l’édition de 1685.

91  Faith Evelyn Beasley, Revising memory…, op. cit., p. 111.

92  Ibid., p. 119.

93  Jean Garapon, La culture d’une princesse…, op. cit., p. 140.

94  Micheline Cuénin, « Les femmes aux affaires… », op. cit., p. 206.

95  Thierry Wanegffelen, Le Pouvoir contesté…, op. cit., p. 433.

96  Michèle Riot-Sarcey, « Du genre au singulier dans l’histoire », in Marie-Claude Hurtig, Michèle Kail et Hélène Rouch, Sexe et genre. De la hiérarchie entre les sexes, Paris, Seuil, 1991.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sophie Vergnes, « De la guerre civile comme vecteur d’émancipation féminine : l’exemple des aristocrates frondeuses (France, 1648-1653) », Genre & Histoire [En ligne], 6 | Printemps 2010, mis en ligne le 14 juillet 2010, consulté le 28 avril 2017. URL : http://genrehistoire.revues.org/932

Haut de page

Auteur

Sophie Vergnes

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Genre & histoire est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page