Navigation – Plan du site
Articles

Savoirs mondains, savoirs savants : les femmes et leurs cabinets de curiosités au siècle des Lumières

Adeline Gargam

Résumés

Dans la France des Lumières, la culture de la curiosité est un phénomène de mode mais surtout un jeu social et intellectuel. La présente étude entend retracer l’histoire d’une trentaine de cabinets féminins de curiosité tenus à cette époque. Des femmes fortunées de l’aristocratie et de la bourgeoisie parisienne et provinciale ont alors constitué sous l’emprise de leur libido sciendi des cabinets d’alchimie, de minéralogie, de physique‑chimie, d’histoire naturelle et d’anatomie naturelle et artificielle. Ces cabinets obéissent à une typologie particulière. Il en existe deux catégories : les cabinets d’amateurs, constitués pour la parade et le spectacle des visiteurs et fonctionnant comme de véritables écoles de plaisirs intellectuels et éducatifs ; les cabinets à finalité scientifique et didactique, formés par des savantes expérimentées qui se livrent dans leurs laboratoires à des recherches personnelles et expérimentales au nom des progrès de la science médicale et de l’instruction publique. La réflexion porte aussi sur le fonctionnement de ces cabinets privés de curiosité, particulièrement sur leur mode de constitution, leur décor intérieur ainsi que sur le contenu des collections qui nécessitaient certaines techniques d’organisation, d’acquisition et de conservation communes à celles de leurs homologues masculins.

Haut de page

Texte intégral

1Les cabinets de curiosité ne datent pas du XVIIIe siècle, mais remontent à la Renaissance italienne. C’est en Italie du Nord à la fin du XVe siècle qu’apparaissent, dans les demeures princières, les premiers cabinets d’étude et de curiosités1. Le progrès des sciences opère au fil du temps une transformation de la culture de curiosité et au XVIIIe siècle, la physique expérimentale, la physique illusionniste ainsi que les sciences occultes deviennent objets d’empressement des hommes et des femmes de la bonne société qui assistent nombreux dans les salons, les théâtres et les cabinets privés aux expériences spectaculaires qui s’y déroulent2. Les sciences de la nature suscitent le même engouement. Grands seigneurs, riches bourgeois et administrateurs de l’État se hâtent de constituer dans leurs demeures des cabinets privés renfermant de magnifiques collections de curiosités et d’instruments3. Au regard de ces derniers, la culture de curiosité passe pour un jeu social et intellectuel et s’inscrit dans le cadre d’un phénomène de mode largement européen4.

2De nombreuses femmes de la bonne société sacrifient à la mode et constituent leur propre cabinet. Une enquête historique menée à travers les journaux d’histoire naturelle, les guides de voyages et les catalogues de vente des collections permet d’apporter des informations quantitatives et chronologiques sur l’essor et le fonctionnement de ces cabinets féminins. Pour la seconde moitié du siècle, une trentaine a pu être recensé, à Paris et en province, soit vingt‑deux cabinets d’histoire naturelle, deux de minéralogie, un d’alchimie, deux autres de physique et chimie, un cabinet parisien d’objets d’art et enfin deux derniers consacrés à la science médicale5. Tous les cabinets féminins ne fonctionnent pas de manière identique et n’ont pas la même finalité. Sur trente cabinets dénombrés, vingt‑huit sont de simples cabinets d’amateurs, constitués pour la parade, le spectacle des visiteurs et le divertissement de leurs propriétaires. La majorité des "cabinétières"6 sont des apprenties ou des spectatrices qui n’envisagent les sciences qu’en dilettante. Leur activité s’inscrit tantôt dans le cadre d’une démarche individuelle et privée, tantôt dans le cadre d’une pratique divertissante et mondaine. En marge, deux cabinets scientifiques révèlent que toutes les femmes ne regardent pas la culture de curiosité d’un œil d’amateur. Leurs propriétaires, Melle Biheron (1719‑1795)et Mme Thiroux d’Arconville (1720‑1805) en font une occupation permanente et le centre même de leur existence. Melle Biheron l’envisage même comme une activité lucrative destinée à lui assurer sa subsistance. Ces deux femmes expérimentées qui collectent et préparent des curiosités dans le cadre d’une activité savante à finalité pédagogique et scientifique font en ce domaine figure d’exception. Cette division entre cabinets de curiosités résulte de deux facteurs. La société du temps distingue nettement les pratiques éducatives des filles de celles des garçons. En dehors de quelques familles fortunées de la bourgeoisie et de l’aristocratie, l’éducation féminine, traditionnellement dispensée par des congrégations religieuses, se limite à un enseignement élémentaire fort lacunaire malgré les efforts conjugués de quelques clercs et laïcs pour l’améliorer et la développer. Le corpus de connaissances chichement distillé les exclut donc radicalement du champ des savoirs scientifiques7. La division sexuelle constitue, d’autre part, l’une des structures de base de la société d’Ancien Régime. L’organisation sociale implique une différenciation radicale des rôles et des emplois entre les sexes répartis autour de deux pôles antagonistes, dedans/dehors, public/privé. Chaque zone est sexuellement balisée. L’homme exerce au‑dehors, dans l’espace public, les grands emplois ; la femme assume, dans l’enceinte du foyer familial, les fonctions génésiques et domestiques. L'activité intellectuelle d’une femme mariée est souvent conçue comme une dérive coupable et n’est tolérée qu’en dilettante. La connaissance est aussi un territoire genré : la littérature à dominante romanesque et moralisante reste le domaine de la femme et la connaissance scientifique celui de l’homme. Pratiquer les sciences et être reconnu savant demeure un privilège masculin. Les chaires d’enseignement des collèges et des universités tout comme la fréquentation des Académies8 sont interdites aux femmes, au même titre que les fonctions soignantes, hormis celles qui relèvent de l’obstétrique9. L’accès des femmes au monde scientifique est donc restreint. Cette étude s’attache donc à analyser la culture de curiosité féminine au siècle des Lumières à travers le fonctionnement des cabinets scientifiques d’amateurs et le cas de deux "cabinétières" exceptionnelles, Melle Biheron et Mme Thiroux d’Arconville, contrevenantes de la « loi du genre »10, qui ont accédé à une certaine reconnaissance de l’opinion publique et de la communauté masculine des savants.

I. Cabinets d’amateurs

1. L école des plaisirs intellectuels et éducatifs

3La rédaction d’une monographie de "cabinétière" est impossible en raison du manque de données, en particulier biographiques. Leur milieu social est assez hétérogène. Certaines, comme Melles Clairon (1723-1803)11 et Fel (1713-1794)12, appartiennent au monde de la roture. Majoritairement, ce sont des femmes fortunées issues de nobles familles de robe, de finances ou d’épée. Ces femmes ont constitué un cabinet pour assouvir leur libido sciendi etne sont quede simples curieuses, désireuses de connaître et de percer les mystères des sciences de la nature. Cet amateurisme n’exclut pas pour autant une bonne culture scientifique : Mme de Bandeville (?-1797) possède des connaissances en art pictural et en sciences naturelles13, Mme de Rochechouart en physique et en géométrie14, Mme Dubois‑Jourdain (?- 1766) a même suivi des cours de physique‑chimie et d’histoire naturelle15. Les cabinets « féminins » fonctionnent comme ceux des hommes, en particulier en matière de formation des collections. Le plus souvent, les objets de curiosités sont acquis auprès de marchands spécialisés. Des historiens ont prouvé qu’un commerce de curiosités s’était constitué au cours du siècle réunissant curieux, savants et marchands, d’abord sous forme de commerce de livres puis, dans un second temps, de curiosités16. L’enrichissement des cabinets peut se faire également aux dépens d’autres cabinets car à la mort d’un propriétaire, la vente d’une collection est signalée dans la presse et par voie d’affichage. Des catalogues de vente liquidant les instruments et les spécimens d’histoire naturelle du défunt sont alors publiés17 et les collectionneurs peuvent ainsi racheter des collections entières sinon une ou plusieurs curiosités. Ainsi, Mme de Bure, une des premières collectionneuses d’histoire naturelle, a acheté après la mort du duc de Sully une partie des collections de son riche cabinet18. Les pièces peuvent aussi être acquises par héritage ; ainsi, dans les années 1780, Mme la supérieure de l’Hôpital de la Pitié hérite de l’ensemble des collections du cabinet de son défunt ami, le tapissier Blangie19. Les femmes enrichissent aussi leur cabinet grâce à leur réseau de sociabilité. Geneviève de Malboissière (1746-1766) a constitué dans les années 1765 un cabinet privé où elle amasse différentes variétés de coquillages fossiles, de coraux et d’espèces végétales. Un ami de la famille, le père Pigarhe, l’aide à ranger ses petits pots, à y mettre des étiquettes et à rédiger des catalogues ; elle échange certaines curiosités avec sa meilleure amie Adélaïde de Méliand20. D’autres collectionneuses, comme Mme Dubois‑Jourdain possèdent des correspondants étrangers21 ; de Paris, la réputation de cette dernière a dépassé les frontières de la France et des étrangers entretiennent avec elle un commerce de lettres relatives à l’histoire naturelle mais lui envoient aussi des pièces de leur pays. Mme Dubois‑Jourdain répond par des envois réciproques. Ces échanges, très en vogue à l’époque, lui permettent d’accroître et d’embellir sa collection.

4Ces collections féminines peuvent contenir entre 250 et 1200 objets de curiosités que les "cabinétières" amassent et rangent selon les normes prescrites par les savants, soit selon le principe scientifique de l’ordre méthodique qui partage tout objet en classe, en genre et en espèces22. Autrement dit, la collection est répartie en spécimens représentant les trois règnes de la nature, eux-mêmes divisés en différentes familles. Ce souci taxinomique est alors intimement lié à la dimension pédagogique des cabinets de curiosités car si leur but premier est le divertissement, il s’agit aussi d’instruire. Comme tous les cabinets, ceux que tiennent les femmes constituent une forme d’abrégé de l’univers où sont représentés les trois règnes de la nature. Le règne minéral est sans conteste le plus fréquent et constitue à lui seul entre 80% et 97% des collections23. Dans cette première classe figurent des échantillons provenant des exploitations minières de tous les pays, des roches calcaires, siliceuses et volcaniques, des fossiles, des pierres fines et précieuses, des cristaux, des pétrifications et surtout de nombreuses coquilles de faunes marine, lacustre et terrestre. La place faite aux curiosités de conchyliologie est souvent importante, variant de 17% à 40% du total des objets. Le règne animal est, comme le règne végétal, assez peu représenté. Les collections zoologiques, constituées d’animaux marins et terrestres, de curiosités relatives à l’ornithologie, à l’ichtyologie et à l’entomologie forment entre 0,5% et 15% des collections et les végétaux, à peine 1%. Il s’agit de graines, de plantes marines et terrestres, de racines, d’écorces, de fruits et de bois étrangers. Si ces cabinets féminins forment donc bien de véritables microcosmes, leurs propriétaires se plaisent aussi à collectionner les ethnographica24 et les curiosités de l’art : tableaux, sculptures en bronze et en marbre, figurines et portraits de l’Antiquité ou de la mythologie, émaux, porcelaines, etc. Les cabinets de Mme Courtagnon25, près de Reims, et de Mme Duplessis (1702-1782)26, à Bordeaux, possèdent également de riches bibliothèques comprenant des cartes de géographie, des livres de droit, d’histoire, de jurisprudence, d’histoire de l’art, de littérature et de sciences. Finalement, au XVIIIe siècle, les cabinets tenus par des femmes ne se distinguent guère de ceux des hommes.

2. De l’antre de la magicienne au laboratoire

5Les collections sont installées dans une ou plusieurs pièces consécutives, parfois dans une galerie, et les objets disposés dans des boîtes et cages de verre, dans des coquilliers et bijoutiers ou des armoires vitrées. D’autres encore sont contenus dans des bols et des tiroirs ou exposés sur des tablettes ; des pièces sont suspendues aux plafonds ou aux solives et accrochées aux murs. Quelques spécimens - fœtus ou membres humains et animaux - sont placés dans des bocaux de verre remplis d’esprit‑de‑vin et de liqueurs. Par cette méthode, très répandue au XVIIIe siècle, les collectionneurs conservent une fraîcheur relative aux pièces. Il existe une autre technique de conservation, celle de la momification, mais qui nécessite pour nos collectionneuses de faire appel à des professionnels. Dans la seconde moitié du siècle, seules trois femmes expertes en momification et résidant toutes dans la capitale sont connues, Mme de Grandpré installée rue des Prouvaires27, Mme Meunier28 rue Pastourelle, et Melle Beaudoin rue de La Juiverie. Melle Baudoin recueille les animaux morts, puis les embaume avant de les revendre aux collectionneurs parisiens, provinciaux et étrangers à des prix établis en fonction de l’espèce et de la taille29. Les cabinets « féminins » ouvrent comme leurs homologues « masculins » sur un univers à deux faces. La richesse et le raffinement des décors intérieurs en font des lieux somptueux. Ces pièces sont parées de glaces et de sculptures, les murs tapissés de tableaux de pastorale, de scènes de Teniers, de paysages de Berghem, de chasses de Wouvermans et les salons ornés de table de marbre, de vases de cristal et de faïence colorée, de volières, de fontaines, d’arbres artificiels chargés de fruits et de fleurs qui transportent les visiteurs dans des espaces délicieux et enchanteurs. D’un autre côté, ces cabinets véhiculent l’image de mondes mystérieux et fantastiques. Le caractère hybride et monstrueux de certaines espèces zoologiques, les squelettes d’enfants, les momies, les difformités physiques de la nature humaine et animale, ainsi que les fœtus d’animaux conservés dans des liqueurs, rappelant étrangement les potions des magiciennes ou des sorcières, font pénétrer dans un espace irréel, presque surnaturel. Par cette intrication du merveilleux, du fantastique, du réel et de la mort, les cabinets féminins tenaient tout à la fois de l’antre d’une magicienne et de celui de l’officine30.

6Deux de ces collectionneuses, Mmes de Courtagnon et d’Urfé, ont fait de leur cabinet de véritables laboratoires pharmaceutiques. Leur éviction multiséculaire des carrières médicales n’empêche pas en effet les femmes de s’intéresser à la médecine et de la pratiquer en ville et à la campagne. Ainsi nombre de femmes transgressent l’interdit et font, sans aucun diplôme, profession de guérir en s’appuyant sur leur expérience et sur des procédés thérapeutiques tirés de livres de médecine pratique. Les guérisseuses, très répandues au XVIIIe siècle, se répartissent en deux catégories. D’un côté celles pour qui l’art de guérir est une activité lucrative comme les herboristes et des « femmes à secrets », ces vendeuses de remèdes mystérieux destinés à guérir le peuple des maladies du corps et de l’esprit31. De l’autre celles qui, comme Mme de Courtagnon et Jeanne d’Urfé, pratiquent en dilettante. Soigner le peuple est avant tout pour ces dernières une mission sociale et les produits concoctés sont distribués gracieusement au nom de la charité chrétienne. Mme de Courtagnon, veuve d’un Grand Maître des Eaux et des Forêts de Champagne, constitue à partir de 1757 un cabinet en son château près de Reims. Dans une des pièces est installé un laboratoire où elle étudie les substances thérapeutiques. Son apothicairerie comprend un droguier de 500 bocaux contenant les terres, les bols, les sels, les soufres, les bitumes, les minéraux, les bois, les écorces, les plantes et les racines, les huiles et les résines qui en sont issues. Elle a également un herbier fort diversifié et un jardin botanique qui lui permet de soulager gratuitement les pauvres. Mme de Courtagnon jouit alors d’une gloire locale et nationale et d’après le poète Dieudonné32 et la journaliste Mme de Beaumer33, son nom est célèbre dans la République des sciences et des académiciens tant en Champagne qu’à Paris34. La marquise d’Urfé,née Jeanne Camus de Pontcarré (1705‑1775), fille d’un président du Parlement de Rouen et épouse de Louis de Langeac, marquis d’Urfé, grand prévôt du Forez et maître de camp, veuve en 1734, est une passionnée d’alchimie et de sciences occultes, un goût bien dans l’air du temps. Aux dires de Casanova, elle a chez elle, quai des Théatins, un laboratoire privé dans lequel elle dit posséder la pierre philosophale et opérer en une minute, grâce à une poudre de projectionqu’elle tient au feu depuis quinze ans, la transmutation de tous les métaux en or35. Pour se divertir, elle calcine différents métaux et a même composé une végétation métallique - un arbre de Diane - en mélangeant et en cristallisant deux métaux, argent et mercure, grâce à un dissolvant, l’esprit de nitre. Son laboratoire recèle aussi un athanor vivant depuis quinze ans, une tour intérieure remplie de charbons noirs mais aussi des tuyaux, une écuelle de porcelaine emplie de nitre, de mercure et de souffre, une assiette avec du sel fixe, plusieurs vases et barils remplis de platina del Pinto, qu’elle se dit capable de transformer en or ainsi qu’une boîte d’ivoire qui renferme un précieux manuscrit de Raimond Lulle. La Marquise d’Urfé prétend pouvoir user de sa science pour soigner, notamment les malades atteints de la petite vérole36. Dans le cadre de la lutte démonologique, les guérisseuses ont éveillé la suspicion des autorités religieuses et médicales qui, frappées de folie persécutrice, ont assimilé leurs recettes et pratiques curatives à de la sorcellerie. Fantasmées comme des êtres démoniaques, elles étaient devenues l’une des cibles des Inquisiteurs et des juges séculiers et beaucoup périrent sur le bûcher. Même si, comme l’a montré Jean Delumeau, les persécutions cessent au cours du XVIIIe siècle leur action suscite encore la défiance et soulève maintes contestations parmi les représentants de la médecine, de la chirurgie et de la pharmacie qui les voient comme des concurrentes dangereuses qui s’arrogent leurs fonctions et leur font perdre clients et recettes37. Les autorités médicales et civiles les accusent par ailleurs de mettre en danger, par leurs pratiques, la vie de la population. Cependant ces opposants ne font pas l’unanimité et bien des autorités civiles font preuve d’une grande tolérance, tandis que des instances médicales officielles ont, tout comme le peuple, véritablement foi en ce savoir empirique, exploitant même leurs thérapeutiques38.

7Les cabinets d’amateurs sont le fait de femmes riches et curieuses qui rassemblent, par l’achat et l’échange, des curiosités principalement minérales. Elles les exposent parmi des œuvres d’art, dans des pièces luxueusement agencées. Certes ces objets y sont rangés dans un ordre scientifique, mais l’effet recherché - passablement ostentatoire - relève davantage d’un souci esthétique et d’une exhibition étonnante, propres à valoriser leurs propriétaires dans le beau monde. Ainsi les rares femmes qui se vouent à la pharmacopée ou à l’alchimie font-elles figure d’exception. Les cabinets « scientifiques » diffèrent notablement des cabinets amateurs, tant par les femmes qui les tiennent que par les buts poursuivis.

II. Des cabinets scientifiques ?

8En marge des cabinets d’amateurs existent aussi des cabinets dits « scientifiques ». Un groupe microscopique de femmes, savantes exercées, y amassent des collections pour en faire des objets d’étude et d’analyse et mener des recherches personnelles et expérimentales au nom des progrès de la médecine et de l’instruction publique.

1. Le cabinet d’anatomie de Marie‑Marguerite Biheron

9L’anatomie, science très à la mode au XVIIIe siècle, passionne tout autant les savants que les amateurs qui en font tantôt un objet d’étude, tantôt un amusement. Dans la seconde moitié du siècle, l’heure est surtout à l’anatomie artificielle et sous l’impulsion du Sicilien Zumbo, les cires de curiosités envahissent cabinets et musées. Des pièces de céroplastie anatomique préparées par des spécialistes sont également utilisées dans l’enseignement des sciences médicales39. Cette discipline, branche de la médecine, reste un territoire masculin. Mais Marie‑Marguerite Biheron le conçoit autrement.

10Fille d’un apothicaire parisien, Melle Biheron, fait partie de ces femmes de la bonne bourgeoisie qui échappent à l’éducation sclérosée des couvents et bénéficient de l’instruction moderne et libérale dispensée via d’autres réseaux d’enseignement40. Au Jardin du Roi, elle suit les cours de dessin et de peinture de Madeleine Françoise Basseporte (1701‑1780) et, durant quatre années, des cours d’anatomie. Elle possède ainsi un savoir supérieur à la plupart des femmes de son temps, un savoir pluridisciplinaire, non plus tourné vers le classicisme mais ouvert sur la modernité. À l’issue de sa formation intellectuelle, elle ouvre un cabinet d’anatomie qu’elle tient pendant plus de trente ans à Paris, rue de la vieille Estrapade. L’art anatomique est pour elle un moyen de subsistance ; elle gagne sa vie en ouvrant ses collections pour la somme de trois livres et en dispensant des cours publics : demeurée célibataire, Melle Biheron doit assurer son autonomie financière41. Son cabinet lui sert aussi à confectionner des représentations en cire et autres matériaux, y compris des pièces d’anatomie et de dissection. D’après Mme de Genlis, elle « modelait ses tristes imitations sur des cadavres qu’elle avait dans un cabinet vitré au milieu de son jardin »42. Ce dernier renferme cent vingt‑neuf pièces détachées du corps humain et est ouvert aux curieux entre 11 heures et 13 heures, puis entre 16 heures et 18 heures, sauf les dimanches et jours fériés43. Ces pièces anatomiques, présentées en 1759 et 1770 à l’Académie Royale des Sciences de Paris, ont suscité des rapports très élogieux44. Fr. Morand, chirurgien major et membre de l’Académie des Sciences, la sollicite en 1759 pour réaliser sous sa direction une anatomie artificielle représentant un bassin de femme tronqué. Le résultat, présenté à l’Académie, joint à un arsenal de chirurgie était destiné à Saint-Pétersbourg45. De ce travail, Melle Biheron tire un petit ouvrage paru en 1761 et intitulé Anatomie artificielle qui obtient les suffrages de la Faculté de Médecine, y compris ceux des Académiesroyales des sciences et de chirurgie. Melle Biheron y décrit sa réalisation et revendique le caractère novateur de son art. De fait, cette femme savante participe incontestablement à l’éclosion d’une nouvelle méthode anatomique car les céroplasticiens utilisaient jusque-là de la cire qui, d’après Morand, rendait mal les parties les plus minces des organes et qui, avec le temps, avait le défaut de jaunir et de se casser. Melle Biheron utilise un matériau secret qui rend la ressemblance des organes aussi vrais que nature par leur consistance, leur souplesse et leurs proportions46. D’après ce même chirurgien, aucun spécialiste de céroplastie anatomique n’était parvenu, depuis G. Desnoues, à ce haut point de perfection. Par la modernité de ces procédés, Melle Biheron supplante donc de grands savants et gagne reconnaissance et légitimité.

11Mais Melle Biheron fait aussi de son cabinet une véritable école au service de l’instruction publique en y organisant non seulement des démonstrations mais aussi des cours publics47. Si les femmes pédagogues sont nombreuses au XVIIIe siècle, peu ont eu le privilège d’enseigner publiquement les sciences et aux côtés de Melle Basseporte, de Mesdames du Pierry (1746‑ ?)48 et du Coudray (1712-1792 ?)49, de Sophie Grandchamp50, Melle Biheron fait figure d’exception. D’après Diderot, elle diffuse son art dans toutes les catégories sociales en formant les filles de bonnes maisons, les jeunes gens des deux sexes âgés de seize à dix-huit ans, les femmes mariées de la haute société, mais aussi les savants et les encyclopédistes comme Grimm et d’Alembert et certaines femmes de lettres comme Mme de Genlis. Sur huit jours, la formation comporte des cours théoriques mais aussi des pratiques expérimentales utilisant ses moulages des parties de l’anatomie humaine51. Melle Biheron contribue à la formation médicale de Diderot devenu, à partir de juillet 1749, son voisin, rue de la Vieille Estrapade52. Il assiste régulièrement à ses leçons pour se faire « une petite provision »53 d’anatomie et de physiologie et fait ensuite donner trois leçons à sa fille. À son avis, cette formation lui est utile pour assumer sa vocation de femme, de mère et d’épouse, pour la préparer au devoir conjugal et à l’accouchement, tout en lui procurant un solide appui moral et une aide physiologique54. Enthousiasmé par l’art de Melle Biheron, Diderot propose même à l’impératrice Catherine II de faire venir cette demoiselle à Saint-Pétersbourg, afin qu’elle donne aux jeunes filles de l’Institut Smolny des leçons d’anatomie55. Une de ses lettres à Ivan Betskoi, datée du 9 juin 1774, rapporte que Melle Biheron avait accepté la proposition56. Si ce voyage ne se fit pas, Catherine II négocia cependant l’achat de ses collections par l’intermédiaire de son ambassadeur en France, le prince Ivan Bariatinski57. Les travaux de cette savante anatomiste connaissent alors une vogue européenne et même internationale. Aux dires d’Alain Delacoux, elle bénéficie de la protection et du soutien de savants renommés comme Hunter et Hewson à Londres, puis de Jussieu et de Villoison en France58. D’après la Correspondance Littéraire, le roi de Suède Gustave III est même convié en mars 1771 à une démonstration d’anatomie59. Elle suscite la considération non seulement des philosophes, mais aussi des hommes de lettres comme Mercier60 et Bachaumont61. Si certains savants reconnaissent la valeur scientifique de ses travaux et la considèrent comme une des leurs, ce jugement ne fait pas l’unanimité car d’autres ne voient en elle qu’une « habile ouvrière »62, comme s’il était difficile d’admettre qu’une femme puisse entrer en parité dans la compétence scientifique. Alain Delacoux a même montré que Melle Biheron fut en butte aux persécutions de certaines instances médicales qui lui interdire d’enseigner publiquement63. Son intrusion dans un domaine strictement masculin est audacieuse et subversive car elle viole la « loi du genre », autrement dit contrevient à la classification et aux normes établies entre les deux sexes. Par ailleurs, en s’arrogeant les fonctions de ses confrères, elle devient une concurrente dangereuse qui menace de leur faire de l’ombre et de leur dérober leur pouvoir. Il faut donc, pour certains, marginaliser cette figure dissidente et menaçante, qui ébranle l’ordre et les valeurs d’une société patriarcale. Ce despotisme médical la force à quitter deux fois Paris. Elle se rend à Londres où elle dispense des leçons publiques et reçoit la protection du savant Hunter et de Guillaume Hewson son élève64.

2. Mme Thiroux d’Arconville : du cabinet laboratoire aux recherches sur la putréfaction

12Geneviève Charlotte Thiroux d'Arconville (1720‑1805) joua un rôle actif dans l’histoire des sciences, mais reste méconnue du monde de la recherche, en dehors de quelques spécialistes65. Fille d’un riche fermier général, elle épouse à l'âge de quatorze ans un futur président au Parlement de Paris. À vingt-trois ans, elle contracte la petite vérole, en sort gravement défigurée et décide de quitter la vie mondaine66. Renonçant à toute féminité, elle se consacre désormais aux plaisirs de l’esprit et se jette à corps perdu dans les recherches scientifiques et l’écriture. Dans la société d'Ancien Régime, la femme n’existe que par sa féminité : plaire passe pour l'une des spécificités de son identité et de sa finalité. Or, la disgrâce physique dont Geneviève est victime lui rend ce rôle impossible, d’où peut-être cette attitude de renoncement. Pour Michaud, sa conversion intellectuelle semble donc s'enraciner dans ce drame existentiel ; la petite vérole peut être lue simultanément comme le symbole de sa mort sociale en tant que femme du monde et comme celui d'une seconde naissance comme femme écrivain et femme de science. Symboliquement, elle aurait quitté le monde pour se construire un univers parallèle fait de livres et d’instruments scientifiques67. Comme Melle Biheron, son savoir se construit en dehors des instituts d’éducation féminine. Elle se forge une culture littéraire et scientifique non seulement par les réseaux de sociabilité qu’elle tisse avec des hommes comme Voltaire, Gresset, Turgot, Malesherbes, et Montyon et des savants comme Macquer, Jussieu, Fourcroy et Valmont de Bomare mais aussi par les cours publics dispensés par Rouelle au Jardin du Roi68. Geneviève passe sa vie entre Paris et Meudon, où elle possède une maison de campagne dotée d’un laboratoire. Selon Michaud, elle mène là, de janvier 1755 à décembre 1764, des recherches sur la putréfaction comprenant plus de trois cents expériences sur trente-deux classes de substances animales, abandonnées à elles-mêmes et dans l’eau. Par l’accumulation de nombreuses substances animales, le laboratoire de Geneviève relève incontestablement du cabinet de curiosités expérimental. À l’aide de différents produits, elle y entreprend des expériences de préservation de la viande pendant un à deux jours, deux à trois, trois à quatre et ainsi de suite jusqu’à sept mois et vingt jours. Son but est de déterminer l’action favorisante ou non de diverses substances chimiques sur la putréfaction des corps et de trouver les moyens de ralentir la décomposition et donc de conserver les produits alimentaires. Mme Thiroux d’Arconville  tient un journal détaillé de ses expériences, où elle note la date, l’heure, le degré du thermomètre,les substances, le matériel et les méthodes employés. Elle consigne le fruit de ses expériences dans son Essai pour servir à l’histoire de la putréfaction qu’elle publie anonymement en 1766 dans l’espoir que « la médecine et la chirurgie en retirent certains avantages », notamment en matière « de guérison de plaies et de maladies»69. Cette bienfaitrice de l’humanité qui a fondé à Meudon une sorte d’hospice pour des malades soignés à ses frais par des sœurs de charité, critique en savante avertie les erreurs de contemporains travaillant dans le même domaine, particulièrement John Pringle, médecin du roi d'Angleterre et Hermann Boerhaave à qui elle reproche de croire que la putréfaction ne se prolonge pas au-delà du règne végétal.

13Polygraphe, Mme Thiroux d’Arconville a publié sous le voile de l’anonymat plus de soixante‑dix textes : récits de vie, contes et romans à dimension moralisante, pensées et réflexions morales sur l’amitié, la vieillesse et les passions. S’y ajoutent des traductions d’auteurs anglais, écossais et italiens, par le biais desquelles elle aborde des sujets hautement scientifiques, comme la chimie, l’anatomie, l’ostéologie et l’histologie, disciplines peu accessibles aux femmes70. En 1759, elle publie la version française du Traité d’ostéologie de l’Ecossais Alexander Monro dont, d’après la page de garde, le traducteur est Jacques Sue, membre de l’Académie Royale de chirurgie71. Cette traduction marque une innovation majeure dans l’histoire de l’anatomie car Geneviève ne s’est pas contentée d’une version littérale du texte original mais l’a enrichi d’une préface, de notes et surtout de quatre planches en taille douce représentant les squelettes masculin et féminin pour « faire connaître les différences qui se rencontr[ai]ent entre les os qui compos[ai]ent le squelette de la femme et celui de l'homme»72. Chaque planche est décrite, commentée et expliquée minutieusement. Cette figuration d’un squelette féminin est très originale pour l’époque ; Monro s’était limité, dans le supplément de son traité, à relever les marques distinctives et à en expliquer certaines causes73. Geneviève est la première à matérialiser ces différences, autrement dit à avoir donné un corps matériel au concept du dimorphisme sexuel. Son travail sert de point de départ à une nouvelle méthode anthropologique, surtout en usage au XIXe siècle74. Cependant, dès la seconde moitié du siècle précédent, des scientifiques comme Buffon, Roussel, Cabanis, Moreau de la Sarthe et Jouard commencent déjà à se référer à l’ossature pour examiner lesparticularités de l’homme de la femme.

14À l’époque Geneviève reste ignorée du grand public, sans doute parce qu’elle a toujours refusé de publier sous son patronyme ses travaux. Cependant le nom Thiroux d’Arconville est connu des membres de la communauté scientifique même si ses travaux n’ont pas toujours été officiellement consacrés. On se souvient que Sue s’est attribué la paternité de sa traduction avec l’accord de l’Académie de chirurgie75. Néanmoins ses talents de femmes de sciences sont reconnus et respectés et l’agronome Louis‑Paul Abeille la regarde comme une « femme digne […] du titre de virtuose »76. D’autres l’ont incontestablement admise au nombre de leurs confrères et Geneviève raconte à ce propos que, pour ses recherches sur la putréfaction, Bernard de Jussieu lui communiquait ses expériences sur les espèces végétales77. Au XIXe siècle, Jean‑Baptiste Modeste Gence rendra à cette « savante et modeste lettrée du XVIIIe siècle » un dernier hommage en vingt-six stances lyriques et morales78.

15Melle Biheron et Mme Thiroux d’Arconville se distinguent donc radicalement des premières "cabinétières". Les travaux et les recherches expérimentales menées à partir de leurs collections montrent qu’elles ont dépassé le stade de l’amateurisme et que leur cabinet se rapproche davantage du cabinet laboratoire. L’activité didactique de Melle Biheron manifeste aussi comment, à partir d’un cabinet « scientifique », anatomique en l’occurrence, elle a su développer une véritable activité pédagogique. Leur rôle respectif fait de ces deux figures féminines des femmes savantes originales et novatrices. Par ailleurs, le comportement des savants à l’égard de ces deux dernières femmes dénote une incontestable évolution dans les mentalités d’Ancien Régime. Leur soutien, leur collaboration, leurs éloges semblent attester une amorce de reconnaissance et d’intégration égalitaire de la femme dans leur communauté scientifique. Notons que Melle Biheron et Geneviève Thiroux d’Arconville ne sont pas les seules femmes savantes à avoir exercé une activité scientifique de haut niveau et avoir été considéré comme paires par leurs collègues masculins de la République des Sciences. La physicienne Mme du Châtelet (1706-1749), l’astronome Reine Lepaute (1723‑1788), la chimiste Claudine Poulet‑Picardet (1735‑1820) et la mathématicienne Sophie Germain (1776‑1831), pour ne citer que certaines d’entre elles, ont connu un destin similaire. Mais, ce nouveau rôle joué par les femmes est loin d’être érigé en norme au regard des mentalités et pour tout un courant conservateur, des femmes savantes comme Melle Biheron constituent des cas frappants de transgression des limites assignées aux femmes du temps et suscitent résistance et malveillance. Par ailleurs, Melle Biheron et Mme Thiroux d’Arconville ne sont nullement représentatives de leur sexe ; leur promotion ne signifie pas émancipation globale de la gent féminine dans cette branche de la connaissance où règne encore l’impérialisme masculin et où d’autres femmes se contentent souvent d’endosser, comme les premières "cabinétières", l’habit de l’amateurisme.

16Adeline Gargam (Université de Bretagne Occidentale)

Haut de page

Notes

1  Patrick Mauriès, Cabinets de curiosités, Paris, Gallimard, 2002.

2  Antoine Lilti, Le monde des salons. Sociabilité et mondanité à Paris au XVIIIe siècle, Paris, Fayard, 2005.

3  Edouard Lamy, Les cabinets d’histoire naturelle en France au XVIIIe siècle et le cabinet du roi (1635-1793), Paris, Lamy, 1900 ; Maurice Daumas, Les cabinets de physique au 18e siècle, Conférence faite au Palais de la découverte le 3 mars 1951, Paris, Histoire des sciences, 1951; Maurice Daumas, Les Instruments scientifiques en France aux XVIIe et XVIIIe siècles, Paris, 1953 ; René Taton, Enseignement et diffusion des sciences en France au XVIIIsiècle, 1974 ; Antoine  Schnapper, Collections et collectionneurs dans la France du XVIIe siècle, Paris, Flammarion, 2005.

4  Claude Sorgeloos, « Les cabinets d’histoire naturelle et de physique dans les Pays-Bas Autrichiens et à Liège », La diffusion du savoir scientifique 16e‑19e siècles, Bruxelles, 1996, p. 125‑231.

5  Voir le tableau en annexe. Cette liste est en partie établie à partir des trois livres d’Antoine-Joseph Dezallier d’Argenville : L’histoire naturelle éclaircie dans une de ses parties principales, la conchyliologie, Paris, Guillaume de Bure, 1757 ; Conchyliologie nouvelle et portative ou collection de coquilles, Paris, Guillaume de Bure, 1767 ; La conchyliologie ou histoire naturelle des coquilles, 3e édition, Paris, Guillaume de Bure, 1780, chap.X. Elle s’appuie également sur les ouvrages de : Alfred Robert de Liesville, Noms des collectionneurs d’histoire naturelle en 1767, Caen, Le Blanc-Hardel, 1767 ; Luc‑Vincent Thiéry, Almanach du voyageur de Paris, contenant une description intéressante de tous les monuments, chefs-d’œuvre des arts et objets que renferme cette capitale, Paris, Hardouin,1783 ; des Notes de Jean Hermann sur quelques cabinets parisiens de curiosités (1762-1763), par le Dr Ernest Wickersheimer, Extrait du Bulletin de la société des sciences, agriculture et arts du Bas‑Rhin, s.d. S’y ajoutent des catalogues de vente de collections signalés au fil de l’article.Les travaux récents cités plus haut signalent aussi quelques-uns d’entre eux.

6  Par commodité, ce terme sera utilisé tout au long de l’article pour désigner les femmes tenant des cabinets.

7 Georges Snyders, La pédagogie en France aux XVIIe et XVIIIe siècles, Paris, PUF, 1965 ; Roger Chartier, Marie‑Madeleine Compère, Dominique Julia, L’éducation en France du XVIe au XVIIIe siècle, Paris, SEDES, 1976 ; Martine Sonnet, L’éducation des filles au temps des Lumières, Paris, Cerf, 1987 ; Nathalie Zemon Daviset Arlette Farge, Histoire des femmes XVIe-XVIIIe siècles, Paris, Plon, 1991 ; Linda Timmermans, L’accès des femmes à la culture (1598‑1715), Paris, H. Champion, 1993.

8  Daniel Roche, Le siècle des Lumières en Province, Académies et académiciens provinciaux, 1680‑1789, Paris, La Haye, 1978, t. I.

9  Jacques Gélis, « La formation des accoucheurs et des sages-femmes aux 17ème et 18ème siècles », Annales de démographie historique, 1977, p. 153–180 ; Jacques Gélis, La sage-femme et le médecin : une nouvelle conception de la vie, Paris, Fayard, 1988.

10  Laure Murat, La Loi du genre. Une histoire culturelle du ‘troisième sexe’, Paris, Fayard, 2006.

11  La vente de son cabinet eut lieu en février 1773. La majeure partie de ses collections est achetée par un baron russeDemidoff. Voir Pierre Rémy, Catalogue du cabinet d’histoire naturelle de Melle C***, dont la vente se fera rue du Baq, près de Pont Royal, dans le mois de février 1773 et dont le jour sera annoncé par des affiches publiques, Paris, M. Lambert, 1773 ; Antoine‑Joseph Dezallier d’Argenville, op  cit., éd. 1767, p. 314.

12  Edouard Lamy, op  cit., p. 21.

13  L’existence de son cabinet, situé quai d’Orsay, au coin de la rue des Saint‑Pères, est attestée en 1757. Ce riche cabinet passe en 1792 entre les mains de l’abbé Gruel, avant d’être racheté par le prince Masséna. Voir Pierre Rémy, Catalogue de tableaux des peintres célèbres des différentes écoles, de dessins et d’estampes en feuilles provenant du cabinet de Mme la présidente de Bandeville, Paris, Hayot, 1787 ; Antoine‑Joseph Dezallier d’Argenville,  L’histoire naturelle…, op. cit, p. 117 ; + éd. 1767, p. 312 + 3ème éd., 1780, p. 214 et 803 ; Alfred‑Robert de Liesville, op. cit., 1767 ; Luc‑Vincent. Thiéry, op. cit., p. 123.

14  En 1757, ce cabinet se situait sur ses terres d’Agey près de Dijon. Voir Antoine‑Joseph Dezallier d’Argenville, op. cit., éd. 1757, p. 136  + éd. 1767, p. 323 + 3ème éd. 1780, p. 284.

15  Son cabinet était l’un des trois plus beaux de Paris. La vente eut lieu peu de temps après la mort de sa propriétaire en mai 1766. Voir Pierre Rémy, Catalogue raisonné de curiosités qui composaient le cabinet de feu MmeDubois-Jourdain, Paris, Didot, 1766 ; Le catalogue raisonné d’histoire naturelle et de physique qui compose le cabinet de M. de Montribould, dont la vente se fera le vendredi 26 février 1784, Paris, Durand, 1784 ; Antoine‑Joseph Dezallier d’Argenville, op.cit., 3ème éd. 1780, p. 216-217 ; Elie Fréron, L’année littéraire 1766, Genève, Slatkine Reprints, 1966, t. XIII.

16  Edouard Lamy, op. cit., p. 30 et suiv.

17  Claude Sorgeloos, « Les cabinets d’histoire naturelle… », art. cit., p. 125‑231.

18  La vente de son cabinet eut lieu en avril 1763. Voir Pierre Rémy, Catalogue d’une collection de très belles coquilles, madrépores, stalactiques qui composaient le cabinet de Madame de Bure, Paris, Didot, 1763.

19  Luc-Vincent Thiéry, op. cit., p. 125.

20  Comte de Luppé, Une jeune fille au XVIIIe siècle : Geneviève de Malboissière (1761‑1766), Paris, Edouard Champion, 1925, [Lettre du 17 avril, du 14 mai et 22 nov. 1765].Voir aussiMartine Sonnet, « Le savoir d’une demoiselle de qualité : Geneviève de Randon de Malboissière », Memoire dell’ Academia delle Scienze di Torino Classe di Scienze Morali storiche e filologiche, n°3, 2000, vol. 24, p. 167-185.

21  Voir Pierre Rémy, supra note 15.

22  Voir notamment Antoine‑Joseph Dezallier d’Argenville, op. cit., 3ème éd. 1780, t. I, p. 187‑199 et Louis Jean‑Marie Daubenton, article « Cabinet », Encyclopédie, Genève, Pellet, 1778, t. V, p. 659‑660.

23  Il est impossible d’établir un pourcentage pour l’ensemble des cabinets puisque la plupart des catalogues inventoriant les collections ont disparu. Les pourcentages ont été établis à partir des ventes de ceux de Mme de Bure, de Melles Clairon et Papillion. Pour cette dernière, voir Catalogue d’un Cabinet d’Histoire naturelle appartenant à Melle Papillion, Paris, Quillau, 1782.

24  Curiosités relatives à l’histoire des peuples et à l’art guerrier.

25  Antoine‑Joseph Dezallier d’Argenville, op. cit., éd. 1757, p. 137 + éd. 1767, p. 320 + 3ème éd. 1780, p. 274.

26 Ibid., éd. 1757, p. 138 + 3ème éd. 1780, p. 314 ; René Taton, op. cit., p. 697 et suiv. ; Maria‑Susana Seguin, « Les femmes et les sciences de la nature », DHS, n° 36, 2004, p. 333‑343 ; Albert Grellet‑Dumazeau, La société bordelaise sous Louis XV et le salon de Mme Duplessis, Bordeaux, Féret et Fils, 1897 renouvellé par Carole Rathier, « Correspondance privée de Mme Duplessy : échange entre deux rives…(1768-1782) » Conférence de la Société des Bibliophiles de Guyenne, janvier 2008, à paraître dans Revue d’histoire du livre.

27  Journal des Dames, La Haye, Charles Poilly, janvier 1768, p. 47.

28  État de médecine, de chirurgie et de pharmacie en Europe pour l’année 1776, Paris, Didot, 1776.

29  Journal des Dames , La Haye, Charles Poilly, mai 1766, p. 114‑115.

30  Plusieurs spécialistes, notamment Patrick Mauriès et Antoine Schnapper, font cette constatation.

31  Voir Adeline Gargam « Femmes à secrets », in Huguette Krief et Valérie André, dir., Dictionnaire des femmes des Lumières, Paris, H. Champion. À paraître.

32  Dom Dieudonné, Le Cabinet de Courtagnon, poème dédié à Madame la douairière de Courtagnon, avec un discours préliminaire sur l’histoire naturelle du fossile de Champagne, s. l., Seneuze, 1763.

33 Journal des dames, Paris, Charles Poilly, juillet 1762, t. II.

34 René Taton, op. cit., p. 680‑697.

35  Giovanni Giacomo Casanova, Mémoires, Paris, Gallimard, 1959, t. II (1756‑1763), p. 111‑117.

36  Ibid., p. 111‑117.

37  Louis‑Sébastien Mercier, Tableau de Paris (1781), éd. établie sous la direction de Claude Bonnet, Mercure de France, 1994, t. VII, chap. DCLX.

38  Robert Mandrou, De la culture populaire aux XVIIe et XVIIIe siècles, Paris, Stock, 1964 ; Jean Delumeau, La Peur en Occident XIVe‑XVIIIe siècles, Paris, Fayard, 1978 ; FrançoisLebrun, Se soigner autrefois. Médecins et sorciers aux XVII e et XVIIIe siècles, Paris, Temps actuels, 1983 ; Mireille Laget et Luu Claudi, Médecine et chirurgie des pauvres au XVIIIsiècle, Toulouse, Privat, 1984 ; Charles Bedel, Médecine et pharmacie au XVIIIe siècle, Paris, Herrman, 1986 ; Gilles Barroux, Philosophie, maladie et médecine au XVIIIe siècle, Paris, Honoré Champion, 2008.

39  Michel Lemire, Artistes et mortels, Paris, Chabaud, 1990 ; Le corps en morceaux, Paris, RMN, 1990.

40  Pour des indications biographiques plus précises, voirAlain Delacoux, Biographie des sages-femmes célèbres, anciennes, modernes, contemporaines, Paris, Trinquard, 1833, p. 35‑36 ; La médecine anecdotique, historique et littéraire, Paris, Jules Rousset, 1901, t. I, p. 165‑171; Jacques Gélis, « La formation des … », art. cit., p. 153‑180 ; Georges Boulinier, « Une femme anatomiste au siècle des Lumières : Marie-Marguerite Biheron (1719‑1795) », Histoire des sciences médicales, t. XXXV, n°4, 2001, p. 411‑423 ; Eric Sartori, Histoire des femmes scientifiques de l’Antiquité au XXe siècle, Paris, Plon, 2006, chap. X. Voir aussi ma notice in Dictionnaire des femmes des Lumières, op. cit.À paraître.

41  Sur le point particulier du célibat choisi par des femmes et propre au travail intellectuel, artistique et scientifique voir Adeline Gargam, La femme savante dans la littérature des Lumières, ou la naissance d’un troisième sexe, thèse en cours, dirigée par Alexandre Stroev, professeur de littérature Paris III‑Sorbonne Nouvelle.

42  Mme de Genlis, Mémoires inédits de Madame la comtesse de Genlis, sur le dix-huitième siècle et la Révolution française depuis 1756 à nos jours, Paris, Ladvocat, 1825, t. I (2ème éd.), p. 338‑339.

43  L’état des pièces d’anatomie dressé par Vic d’Azir, in Documents de l’an IV et de l’an V, concernant le cabinet d’anatomie de la citoyenne Biheron, décédée. Archives nationales AJ/ 16/ 65 63.

44  Voir notamment L’histoire de l’Académie Royale des Sciences. Paris, Imprimerie royale,1759 et 1770, p. 94 et 49. En 1770, elle présente une pièce relative à la manœuvre des accouchements.

45  Voir F. Morand, Catalogue des pièces d’anatomie, instruments, machines, qui composent l’arsenal de chirurgie formé à Paris pour la chancellerie de Saint-Pétersbourg, Paris, Imprimerie royale, 1759, p. 7.

46  Ibid, p. 29‑32.

47  Voir Adeline Gargam, « Marie- Marguerite Biheron et son cabinet d’anatomie : une femme de science et une pédagogue », in Isabelle Brouard‑Arends et Marie‑Emmanuelle Plagnol‑Diéval, dir., Femmes éducatrices au siècle des Lumières, Rennes, PUR, 2007, p. 147‑156.

48  Elle est la première de son sexe à avoir professé l’astronomie à Paris ; en 1789, elle anime un cours public au Collège de France.

49  Véritable professeur ambulant d’obstétrique, elle dispense entre 1759 à 1783, une soixantaine de leçons publiques dans une cinquantaine de villes françaises. Cf Jacques Gélis, supra note 9 ; Michel Benozio et alii, La machine de Madame du Coudray ou l’art des accouchements au XVIIIe siècle, Rouen, Points de vue, 2004.

50  Amie de Mme Roland elle aurait, d’après Fortunée Briquet, dispensé des cours gratuits d’astronomie, de grammaire et de littérature au crépuscule du XVIIIe siècle. Fortunée Briquet, Dictionnaire historique, littéraire et bibliographique des françaises et des étrangères naturalisées en France (1804), Paris, Indigo et Côté femmes éditions, 1997.

51  Diderot, «Mémoires pour Catherine II», Œuvres complètes, t. X, Paris, Club français du livre, 1971, p. 714‑715.

52  Jean Mayer, Diderot, Homme de sciences, Rennes, Imprimerie bretonne, 1959.

53  Denis Diderot, Correspondance, recueillie, éd G. Roth et J. Varloot, Paris, éd. De Minuit, 1964, t. IX, p. 240‑241.

54  Denis Diderot, « Mémoires pour Catherine II », op. cit., p. 714‑715.

55  Ibid,p. 612‑617 et 714.

56  Denis Diderot, Correspondance, op. cit, t. VIII, p. 46.

57  Ibidem ; Jean Mayer, op. cit., p. 406‑407.

58  Alain Delacoux, op. cit., p. 35‑36.

59  Correspondance littéraire, philosophique et critique, par Grimm, Diderot, Raynal, Meister, éd. M. Tourneux, Pais, Garnier‑Frères, 1879, t. IX, p. 275‑276.

60  Louis-Sébastien Mercier, Tableau de Paris (1781), op. cit., t. II,chap. DCXXIV, p. 330

61  Louis-Petit de Bachaumont, Mémoires secrets, Paris, Brissot-Thivars, 1830, t. I, p. 224.

62  Ibidem ; État de la médecine, de la chirurgie et de la pharmacie en Europe pour l’année 1776, Paris, Didot, 1776, p. 23.

63  Alain Delacoux, op. cit., p. 35-36.

64  Alain Delacoux ne précise malheureusement pas la date et la durée de son séjour.

65  Melina Lipinska, Les Femmes et les progrès des sciences médicales, Paris, Masson, 1930 ;  Patricia Phillips, The Scientific Lady : a social history of women’s scientific interests, 1520‑1918, Londres, 1990 ; Elisabeth Badinter, Les Passions intellectuelles, Paris, Fayard, 2002, t. II, chap. VI, p. 251- 254 ;  Maria‑Susana Seguin, « Les femmes et les sciences de la nature », art. cit., p. 333‑343; Eric Sartori, op. cit., chap. X.

66  Voir Louis‑Gabriel Michaud, Biographie universelle, ancienne et moderne, Leiden, IDC, 1983, t. 41, p. 381‑382. 

67  Ibidem.

68  Ibidem ; Elisabeth Badinter, op. cit., t. II, chap. VI, p. 251‑254.

69  Geneviève Thiroux d’Arconville, Essai pour servir à l’histoire de la putréfaction, Paris, Didot Le Jeune, 1766, préface, p. XVIII.

70  Voir la bibliographie établie par le Dr Melina Lipinska, op. cit., chap. IX.

71  Geneviève Thiroux d’Arconville, Traité d’ostéologie, trad. de l’anglais de M. Monro, professeur d’anatomie et de la société royale d’Edimbourg, où l’on a ajouté des planches en taille douce qui représentent au naturel tous les os de l’adulte et du fœtus avec leurs explications, par M. Sue, Professeur et démonstrateur d’anatomie aux Ecoles royales de chirurgie, de l’Académie royale de peinture et de sculpture, Paris, Guillaume Cavelier, 1759, 2 vol.

72  Ibid., vol. II, p. 225.

73  Ibid., Supplément.

74  Evelyne Peyre, « Du sexe et des os », in Catherine Vidal (dir.), Féminin Masculin. Mythes et idéologie, Paris, Belin, 2006, chap. III.

75  Cf supra n. 69.

76  Observations de Lamoignon Malesherbes sur l’histoire naturelle générale et particulière de Buffon et Daubenton, An VI (1798), Introduction, p. V‑VI.

77  Geneviève Thiroux d’Arconville, Essai pour …, op. cit., p. XXVII.

78  Jean‑Baptiste‑Modeste Gence, Stances lyriques et morales à la savante et modeste lettrée du XVIIIe siècle, Mme d’Arconville, née à Paris en 1720 et morte en 1805, slnd.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Adeline Gargam, « Savoirs mondains, savoirs savants : les femmes et leurs cabinets de curiosités au siècle des Lumières », Genre & Histoire [En ligne], 5 | Automne 2009, mis en ligne le 04 janvier 2010, consulté le 29 mai 2016. URL : http://genrehistoire.revues.org/899

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Genre & histoire est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page