Navigation – Plan du site
Comptes-rendus

Manuela Martini et Philippe Rygiel (dir.), Genre et travail migrant. Mondes atlantiques, XIXe-XXe siècles,

Paris, Publibook, 2009
Natalia Tikhonov Sigrist

Texte intégral

1Après la parution de plusieurs ouvrages1 issus du colloque Histoire / Genre / Migration organisé à Paris en mars 2006, nous voici devant un autre volume de cette série, dirigé par Manuela Martini et Philippe Rygiel. Les maîtres d’œuvre de ce projet éditorial sont partis d’un simple constat : les migrations sont genrées de diverses manières, dont plusieurs gardent encore leurs zones d’ombre. La présente publication a pour objectif de placer la question des formes genrées du travail immigré au cœur d’une réflexion sur l’histoire des migrations dans les mondes atlantiques.

2Cet ouvrage collectif vient à point nommé : non seulement parce que les flux migratoires ont subi des changements profonds lors de ces dernières décennies, avec la globalisation du marché du sexe ou du travail domestique, mais aussi au vu de la nécessité de réexaminer un certain nombre de concepts en usage et d’idées reçues sur les acteurs et les sujets des migrations. A titre d'exemple, Florence M. Waldron s’interroge sur la corrélation entre l’émancipation féminine et le travail migrant, Yves Frenette fait le point sur la place du genre dans l’expérience épistolaire, tandis que Raffaella Sarti attire notre attention sur l’évolution du statut marital et parental des travailleurs domestiques. L'ensemble, organisé en trois parties, est précédé d’un texte introductif replaçant ces enquêtes dans la vaste historiographie du travail migrant. De caractère épistémologique, cette mise en perspective identifie des pistes de recherche laissées en friche et annonce les multiples dimensions de l'ouvrage, en particulier celles qui unissent les migrations et le travail à travers la focale du genre. En la parcourant, le lecteur comprend d'emblée que « les différentes formes de travail rémunéré et non rémunéré s’emboîtent différemment avant et après la migration » (p. 36).

3Avec huit contributions, consacrées pour l’essentiel au cas français et nord-américain, l'ouvrage fait la part belle aux flux issus ou dirigé vers le Canada francophone. Il inclut également une description riche et nuancée de la pluralité des formes du travail et des expériences des femmes migrantes. Dans un cadre chronologique étendu aux deux derniers siècles, le panorama des analyses proposées s'étend d'une étude historique sur les migrants en provenance du Québec au XIXe siècle (Florence M. Waldron, Yves Frenette, Robert J. Grace, Yukari Takai) à l’analyse sociologique des femmes chinoises vivant dans la France d’aujourd’hui (Carine Pina-Guerassimoff).

4En dépit de cette pluralité d'approches méthodologiques, les contributions s’articulent autour de trois thématiques principales, dont la première questionne les jeux d’échelles du travail domestique. C'est dans cette perspective que s’inscrit l’analyse des migrants provinciaux dans le Paris de la IIIe République proposée par Leslie Page Moch. Spécialisée dans la migration des Bretons vers la capitale, l’auteur de cet article emploie une grille d’analyse qui fait appel aux réseaux et aux instituions de la migration, à la dimension sexuelle de la mobilité, à sa dimension professionnelle et à ses formes de nuptialité (moins endogames d'ailleurs qu'on pourrait le croire…). Dans une veine comparatiste très stimulante, l’essai de Raffaella Sarti propose une réflexion plus générale sur la globalisation du service domestique et offre une perspective historiographique croisée des plus stimulantes, qui permet d’éclairer, sur la longue durée (quatre siècles), les spécificités de différents contextes nationaux.

5Dans la deuxième partie, consacrée aux métiers des migrantes, trois articles s’intéressent respectivement aux Little Canadas de Nouvelle-Angleterre, aux migrations des infirmières caribéennes en quête de mobilité sociale et aux femmes chinoises attirées par le travail salarié en France. Florence M. Waldron tente de déceler les différences entre expériences des migrants et des migrantes en provenance de la belle province, en particulier en lien avec l’adoption de la citoyenneté américaine et les moyens mis en œuvre pour y parvenir. Une volonté comparative sous-tend la contribution de Karen Flynn, qui traite de deux vagues d'infirmières caribéennes – celles formées en Grande-Bretagne entre 1940 et 1960 puis installées dans l’Ontario, et celles, déjà au bénéfice d’une formation, arrivées en Ontario directement des Caraïbes dans les années 1960-1970. Elle met en évidence un double processus de prolétarisation et de professionnalisation de ces migrantes, un phénomène dont l’auteur relève la plasticité et la flexibilité. A l’extrémité du cadre chronologique choisi pour ce volume se trouve l’étude de Carine Pina-Guerassimoff, consacrée au flux migratoire des ressortissantes de la République populaire de Chine en direction de la France. Les modalités de réalisation et de réussite du projet migratoire, analysées à l’aide de questionnaires remplis en 2000 et 2006/07, mettent en lumière une précarisation croissante des emplois occupées par les migrantes chinoises et le durcissement des conditions de travail dans les trois secteurs de l’économie ethnique asiatique (la confection, la restauration et les lieux récréatifs).

6Les trois contributions de la troisième et dernière partie, intitulée « Survivre et reproduire », étudient les flux migratoires genrés formés par les familles canadiennes françaises installées sur la côte Est des Etats-Unis et les familles irlandaises habitant le Québec. A travers la correspondance entre une mère arrivée dans le New Hampshire dans sa jeunesse et sa fille, envoyée parfaire son instruction dans un pensionnat québécois, Yves Frenette nous introduit dans l’univers de femmes franco-américaines de deux générations différentes pour conclure que toutes deux participent d'une même culture urbaine, catholique et américaine. L’impact des migrations saisonnières vers les ports du Sud des Etats-Unis sur des familles irlandaises établies dans la ville de Québec est au cœur de l’analyse de Robert J. Grace. Celui-ci décèle des stratégies de survie différentes selon le sexe, l’âge et le statut matrimonial des individus. Toujours dans le contexte du flux migratoire en provenance du Québec, Yukari Takai contribue à déconstruire la représentation classique de la famille migrante, conçue autrefois comme une entité monolithique. A la différence des tendances observées pour les familles américaines, l'analyse de Yukari Takai, fondée sur des entretiens, conclut au maintien de pratiques légitimées par une représentation mentale de la centralité du foyer, et par voie de conséquence à une persistance de la division genrée du travail. Cette persistance est d'autant plus remarquable que la contribution financière des femmes d’origine franco-canadienne au budget des ménages ne cesse de croître.

7De manière générale, les analyses présentées dans ce volume contribuent sans aucun doute à une meilleure compréhension des ruptures et des continuités inhérentes à la condition migrante. Elles offrent également des instruments pour repenser le statut des femmes en mobilité. En invitant à la réflexion et à la critique, ou en suscitant des curiosités plus ou moins inédites, les auteurs de ce recueil posent quelques solides jalons sur le chemin d’une histoire du travail migrant où les femmes ont désormais pleinement leur place.

Haut de page

Notes

1  Natacha Lillo et Philippe Rygiel (dir.), Rapports sociaux de sexe et immigration. Paris, AHI/Publibook, 2007 ; Natacha Lillo et Philippe Rygiel (dir.), Images et représentations du genre en migration. Paris, AHI/Publibook, 2007 ; Nicole Fouché et Serge Weber (dir.), « Construction des sexualités et migration », Migrance, 27 (2007) ; Philippe Rygiel (dir.), « Réfugié/es », Mouvement social, 225 (2008).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Natalia Tikhonov Sigrist, « Manuela Martini et Philippe Rygiel (dir.), Genre et travail migrant. Mondes atlantiques, XIXe-XXe siècles, », Genre & Histoire [En ligne], 5 | Automne 2009, mis en ligne le 24 décembre 2009, consulté le 18 août 2017. URL : http://genrehistoire.revues.org/889

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Genre & histoire est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page