Navigation – Plan du site
Comptes-rendus

Catherine Monnot, Petites filles d'aujourd'hui. L'apprentissage de la féminité,

Paris, Éditions Autrement (coll. Mutations), 2009, 176 p.
Rebecca Rogers

Texte intégral

1 Plus de trente ans après la publication Du côté des petites filles d'Elena Gianini Belotti (Éditions des femmes, 1973), Catherine Monnot se penche sur ce qui « 'fait grandir' les filles à une époque et dans un type de société où les rites de passage semblent avoir en grande partie disparu »  (p. 12). En posant la question de la spécificité des expériences des jeunes filles, l'auteure, doctorante en anthropologie, s'intéresse aux processus et aux influences qui contribuent à les façonner comme êtres sexués. Sans exclure totalement l'école ou la famille du champs d'analyse, C. Monnot privilégie une approche de la socialisation qui passe par la transmission horizontale (les pairs) et qui regarde « la fabrique du sexe » (Thomas Laqueur) à travers « la multitude d'apprentissages informels qui font grandir les enfants en dehors du regard et du contrôle directs des adultes, en particulier leurs loisirs » (p.8-9). Influencée par une copieuse littérature anglo-saxonne sur la « girl culture », elle nous livre dans ce petit volume de la collection « Mutation » une analyse stimulante et claire de l'apprentissage de la féminité et du « devenir fille » des préadolescentes en marge du monde de l'enfance et de l'adolescence.

2 La couverture du livre montre une jeune fille, débout sur son lit, micro à la main, chantant devant deux copines.  Sur les murs de la chambre de la préado, on voit une affiche de chanteur, des photos de famille et de copines, quelques rubans de concours d'équitation.  Cette image résume beaucoup des thématiques abordées : le rôle de la chanson, des stars, des copines et du sport dans la construction de l'identité féminine. Comme nous l'explique Catherine Monnot, la culture de la chambre et des activités qui s'y passent jouent un grand rôle dans l'apprentissage d'une féminité fortement conditionnée par des modèles stéréotypés véhiculés par l'industrie des loisirs. Prenant appui sur une enquête réalisée pour son DEA, l'auteure utilise les résultats de ses observations et de ses entretiens avec une dizaine de filles de CM2, âgées de neuf à onze ans, pour montrer comment dans la pratique les filles réagissent aux messages transmis, les incorporent et, parfois, les contournent. Malgré une conclusion qui insiste sur la manière dont les filles de milieu populaire dont il est question sont des productrices de leurs identités et ainsi font évoluer le monde, la lectrice historienne est davantage frappée par le constat que « plus ça change »...

3 Revenons cependant aux résultats de cette enquête passionnante dans le monde des préadolescentes qui prend au sérieux les formes et les pratiques d'une culture féminine qui transcende bien évidemment le milieu social étudié par l'auteur. Divisé en quatre chapitres, le livre commence par une analyse sur le devoir d'appartenance et donc de la « nécessaire adhésion aux modèles du groupe » pour montrer l'importance du « nous », des pairs, dans le façonnement des identités féminines. En s'inspirant des travaux de sociologues1, C. Monnot décrit une culture quotidienne marquée par des échanges, notamment autour de l'omniprésent classeur de stars, et le rêve d'être star. En partageant des objets et en échangeant par internet, les filles se positionnent au sein de groupes qui les réconfortent dans leur sentiment d'appartenance. Même si les paroles de certaines chanteuses expriment une forme de « girl power » et parfois un rejet des normes contraignantes, l'auteure conclut que les « apprenties filles de milieux populaires et des classes moyennes vont généralement se tourner vers les modèles féminins proposés par l'industrie des loisirs et ses médias de masse » (p.71). Ces modèles ne sont certes pas univoques mais restent fortement genrés. Tiraillée par ce que l'auteure décrit joliment comme le « complexe de Marie », les filles naviguent entre des modèles de Marie, la mère pure et idéale, Marie Madeleine, la maîtresse désirable et séductrice, Mary Poppins, la gardienne et l'organisatrice du foyer, Marie Curie, la cérébrale sachant rester dans l'ombre de son mari (p. 57).

4 Cette première partie, la plus longue, est suivie de parties intitulées « apprenties jeunes filles », « les choses de l'amour » et « Un autre féminin est-il possible? ».  Les apprentissages sont abordés par le biais des loisirs ; il est ainsi question des  jeux et des jouets pour les filles, des magazines pour préadolescentes, des chansons partagées et de la façon dont les modèles de féminité véhiculés par ces différents supports sont traduits par les filles dans la décoration de leur chambre et dans leurs écritures de soi. L'éducation sentimentale pour ces préadolescentes se régule au sein du groupe et s'apprend à travers la chanson populaire qui donne un vocabulaire et offre des images de corps érotisés. Sans surprise, ces vecteurs de la transmission sont extrêmement normatifs dans leurs formes d'expression de la sexualité féminine.

5 Quels sont alors les autres modèles de féminité qui peuvent agir dans la construction identitaire des préadolescentes ? Le livre se termine en faisant retour sur les filles de l'enquête pour montrer les limites de cette érotisation précoce des petites filles et la façon dont le groupe et l'univers scolaire agissent pour faire apprendre « le bon goût » qui se distingue des modèles proposés dans l'industrie du loisir. Les activités sportives sont une voie possible. Les exemples du hip-hop et de l'équitation sont ici développés pour montrer comment les filles apprennent à utiliser leur corps pour d'autres objets que la séduction. Au final, cependant, l'auteur conclut que « les petites filles d'aujourd'hui demeurent très majoritairement poussées sur la voie de la reproduction sociale et culturelle, de l'imitation de leurs héroïnes médiatiques favorites, de schémas de pensée qui limitent bien souvent leurs horizons » (p.157).

6 L'ampleur réduite de l'enquête empirique n'enlève rien à l'intérêt de cette étude qui est particulièrement intéressante dans les parties évoquant la chanson populaire, domaine d'expertise de l'auteure, ainsi que dans les passages évoquant les pratiques de l'écrit, notamment les blogs. L'historienne que je suis regrette évidemment l'absence de regard historique sur ce devenir fille. Les travaux de Gabrielle Houbre, de Philippe Lejeune, de Christina de Bellaigue ainsi que les miens ont posé des questions similaires concernant le rôle des modèles, des pairs et de l'écrit dans la construction de l'identité féminine au XIXe siècle2. Il aurait été intéressant de jauger le contemporain à l’aide de la connaissance de cette profondeur historique. En particulier, l’auteure aurait pu se demander de quelle manière la musique et la chanson introduisent de nouvelles opportunités et de nouvelles contraintes dans le devenir femme de nos jours ? Une autre question m'a frappée dans la lecture de ce livre qui cite abondamment les études anglaises et surtout américaines sur la « girl culture ».  En effet, si les historiennes des femmes et du genre ont mis en évidence pour la bourgeoisie la différence des processus de construction genrée entre la France et l'Angleterre ou les Etats-Unis au XIXe siècle3, Catherine Monnot semble par ses références postuler une grande similarité entre ces processus de part et d'autre de la Manche ou de l'Atlantique. Là encore, il aurait été intéressant d'en savoir plus sur l'emprise d'une culture populaire occidentale qui gomme ainsi les différences nationales dans la fabrication du sexe. En 1970, lorsque j'ai découvert à onze ans l'univers scolaire d'une école de filles française, les cultures préadolescentes américaine et française n'avaient pas grand chose en commun. De quand date l'homogénéisation des pratiques ? Est-elle aussi étendue que l'auteure le suggère ? Comme ces questions le montrent, le livre de Catherine Monnot interpelle la lectrice devenue femme et mérite grandement qu'un large public découvre cet univers des filles pas encore adolescentes.

Haut de page

Notes

1  Elle cite, en particulier, les travaux de Dominique Pasquier sur les jeunes et la télévision et l'ouvrage de François de Singly, Les Adonaissants, Paris, Hachette, 2007.

2  Gabrielle Houbre, La Discipline de l’amour. L’éducation sentimentale des filles et des garçons à l’âge du romantisme, Paris, Plon, 1997 ; Philippe Lejeune, Le moi des demoiselle. Enquête sur le journal de jeune fille, Paris, Seuil, 1993 ; Christina de Bellaigue, Educating Women. Schooling and Identity in England and France, 1800-1867, Oxford, Oxford University Press, 2007; Rebecca Rogers, « Schools, Discipline and Community : Diary-Writing and Schoolgirl Culture in Late XIXth-Century France », Women's History Review, 4, 1995,  p.525-554.

3  Voir, en particulier, Gabrielle Houbre, « Demoiselles catholiques et misses protestantes: deux modèles éducatifs antagonistes au XIXe siècle », Bulletin de la société d'Histoire du protestantisme français, t. 146, 2000, p. 49-68 ; Céline Grasser, « Good Girls versus Blooming Maidens: The Building of Female Middle- and Upper-Class Identities in the Garden, England and France, 1820-1870 », Secret Gardens, Satanic Mills : Placing Girls in Modern European History, éd. Mary-Jo Maynes, Christina Benninghaus, Birgitte Soland, Bloomington, Indiana University Press, 2004.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Rebecca Rogers, « Catherine Monnot, Petites filles d'aujourd'hui. L'apprentissage de la féminité, », Genre & Histoire [En ligne], 5 | Automne 2009, mis en ligne le 20 décembre 2009, consulté le 29 avril 2017. URL : http://genrehistoire.revues.org/888

Haut de page

Auteur

Rebecca Rogers

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Genre & histoire est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page