Navigation – Plan du site
Travaux soutenus
Thèses

Les politiques en faveur du sport et de l’éducation physique féminins sous le Front populaire et Vichy : essai d’étude comparée (1936-1944)

Thèse de doctorat soutenue le 12 décembre 2008, UFR STAPS de Paris V.
Fatia Terfous

Texte intégral

1Au cours de ma thèse, j’ai tenté de montrer l’intérêt de problématiques qui permettent, sinon de remettre en cause, tout au moins de nuancer certains pans de l’historiographie classique. Il s’agissait de repérer et de comparer les processus de distinction et de différenciation dans les politiques familiales, éducatives, économiques et sportives du Front Populaire et de Vichy. De déterminer, en particulier, le degré d’application et d’appropriation des politiques sportives à partir de quatre indicateurs (équipement sportif, formation des cadres, manifestations sportives, brevets) et de quatre organisations (Fédération Française des Sports Féminins, Fédération Française Féminine de Gymnastique et d’Education Physique, Fédération Sportive et Gymnique du Travail, Fédération Gymnique et Sportive des Patronages de France). D’envisager l’institution scolaire comme un espace singulier ou privilégier. De nuancer, sous le prisme du genre, la thèse de Jean Louis Lescot1 pour qui les politiques en faveur des sports et de l’éducation physique sont, sous les deux gouvernements, en rupture idéologique et en continuité pédagogique.

2Cette problématique originale vise à réinterroger la temporalité (1936-1944), l’espace géographique (hexagone/départements du Nord Pas‑de‑Calais) et social dans lequel les femmes trouvent une place tout à fait inédite. En pratiquant la comparaison avec constance et en évitant de hiérarchiser les données nationales et départementales2, j’ai essayé de démontrer que les politiques sportives diffèrent assez peu dans leurs fondements idéologiques et qu’elles s’inspirent largement d’une représentation traditionnelle des femmes. La culture physique sous ses formes appropriées, souvent gymniques, est largement promue pour ses finalités esthétiques et morales. Aussi, la conception utilitaire du sport pour favoriser la maternité forme un consensus social et politique entre 1936 et 1944.

3Le degré d’appropriation et la traduction des discours dans le quotidien des organisations varient en fonction des affinités avec les pouvoirs en place. Mais ici encore des « stéréotypes de genre » paraissent (condamnation des excès, de certaines pratiques, de la compétition, des exhibitions, de la mixité).

4La question du sport et de l’éducation physique à l’école n’échappe pas à cette logique. Les textes officiels, les modalités de pratique, les brevets et épreuves s’inscrivent dans des politiques globales qui cherchent un continuum entre la société et l’école. Elle est même un terrain privilégié pour le développement du sport et de l’éducation physique, adaptés pour les filles, même si les éducatrices ne perçoivent pas toujours son utilité.

5L’espace particulier du Nord et du Pas‑de‑Calais a permis de mesurer le degré d’appropriation et d’application des politiques sportives émises par les dirigeants et aussi d’en repérer les éventuelles singularités. Dans les bastions du socialisme et du syndicalisme ouvrier, certains élus déplorent le manque d’innovation du Front Populaire, mais les discours et les mesures sont majoritairement bien accueillis. Le manque de temps et surtout de moyens, limite pourtant les réalisations.

6Sous Vichy, les rigueurs de l’Occupation ont contrarié l’adhésion aux discours et les réalisations. D’ailleurs, les résultats obtenus paraissent toujours surprenants au regard des circonstances auxquelles est soumise la Zone Interdite. Les lenteurs administratives, les réticences de la population locale, le manque de cadres, d’installations sportives, de moyens de communication et de subventions, les difficultés d’organisation, les bombardements, la sous‑alimentation et le poids des autorités allemandes sont les obstacles les plus visibles. Finalement, l’approche historique est ici une analyse comparative qui ne prend sens que dans une mise en perspective avec, respectivement, la place et la représentation des femmes dans la société et celles, plus particulières, dans le domaine du sport et de l’éducation physique. Les pratiques des femmes et les politiques menées à leur endroit sont, à quelques nuances près, en continuité idéologique et pédagogique entre 1936 et 1944.

Haut de page

Notes

1  Jean Louis GAY LESCOT, Sport et éducation physique sous Vichy, Lyon, Presses Universitaires de Lyon, 1991.

2  Les sources écrites émanent des archives du Centre d’Accueil et de Recherche des Archives Nationales, du Centre des Archives du Monde du Travail, des archives privées des organisations (Fédération Sportive et Gymnique du Travail, Fédération Sportive et Culturelle de France, Centre minier de Lewarde, diocèses) et des archives institutionnelles (Centre Bernard Jeu, Institut National du Sport et d’Education Physique, Comité National Olympique Sportif Français). Pour l’éclairage local, le corpus a été construit sur les archives départementales du Nord et du Pas‑de–Calais, les archives municipales d’Arras, de Douai, Lens, Lille, Roubaix et Valenciennes.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Fatia Terfous, « Les politiques en faveur du sport et de l’éducation physique féminins sous le Front populaire et Vichy : essai d’étude comparée (1936-1944) », Genre & Histoire [En ligne], 5 | Automne 2009, mis en ligne le 05 janvier 2010, consulté le 28 mars 2017. URL : http://genrehistoire.revues.org/880

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Genre & histoire est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page