Navigation – Plan du site
Travaux soutenus
Thèses

Une activité politique féminine conservatrice avant le droit de suffrage en France et en Italie. Sociohistoire de la politisation des femmes catholiques au sein de la Ligue patriotique des Françaises (1902-1933) et de l’Unione fra le donne cattoliche d’Italia (1909-1919).

Thèse de doctorat soutenue en 2007, sous la direction de Laura Lee Downs (EHESS) et Lucetta Scaraffia (Rome, Université La Sapienza).
Magali Della Sudda

Texte intégral

1Cette recherche historique qui croise les apports des études de genre, de la science politique et de la sociologie religieuse met en lumière la façon singulière dont les militantes d’action féminine catholique sont venues à la politique en France et en Italie durant les premières décennies du XXe siècle. Deux associations catholiques féminines de masse ont fait l’objet de cette analyse comparée : la Ligue patriotique des Françaises active de 1902 à 1933 et l’Unione fra le donne cattoliche d’Italia de 1909 à 1919.

2La problématique qui a guidé cette recherche est celle de l’activité politique féminine conservatrice dans des contextes d’exclusion des femmes du suffrage. Si l’activité des suffragistes, des féministes, des militantes socialistes de la période contemporaine est bien connue, les mobilisations conservatrices sont restées dans l’ombre de l’histoire, malgré leur caractère massif et durable. Il s’agissait de comprendre comment les femmes qui n’étaient pas féministes – dans le sens où ce terme est défini par les organisations féminines en faveur du suffrage et des femmes du début du siècle dernier – se sont mobilisées pour faire émerger une parole féminine conservatrice dans l’espace public. Il fallait éclairer les modalités d’action de ces femmes, saisir le paradoxe de leur engagement à la fois conservateur sur le plan politique, religieux et social et en même temps porteur de redéfinition pratique des normes de genre. Tout en étant très attachées à un ordre social inégalitaire et à une hiérarchie du genre, certaines de ces femmes ont pu, dans certains contextes, faire preuve d’une contestation plus ou moins silencieuse des normes en vigueur dans l’Église et dans la société.

3La Ligue patriotique des Françaises voit le jour en 1902, en tant qu’entreprise électorale pourvoyeuse de subsides pour les candidats catholiques. Tandis qu’en Italie ce ne sont pas les élections qui provoquent l’apparition d’une association de laïques organisées, mais le congrès féministe de Rome en 1908. Le cas italien fait saillir les spécificités du rapport à la politique de l’association française. Bien que s’en défendant, en France les femmes de la Ligue entrent dans l’arène politique, non pas pour voter directement mais pour prendre part à la division sexuelle du travail militant qu’elle justifient par les compétences supposées de leur sexe. À l’œuvre en 1902, lors des élections municipales de 1904 et des législatives de 1906, elles diffusent les tracts de candidats catholiques, collent des affiches, gèrent les caisses électorales, nettoient les listes électorales dans les mairies et monnayent même leur « devoir conjugal » contre une promesse de vote pour le bon candidat. Cette activité se poursuit de façon plus discrète après 1906, date à laquelle le pape Pie X leur interdit toute action politique. Tout autre est la situation italienne où, parce que le non expedit du pape Pie IX déconseille la participation des catholiques italiens au jeu démocratique censitaire d’un royaume d’Italie impie, les femmes catholiques n’ont pas vocation à contribuer à la rechristianisation du pays par les urnes.

4Ce travail s’appuie sur des archives mais aussi sur une littérature scientifique de différentes disciplines : outre les travaux d’histoire du catholicisme, d’histoire du genre, d’histoire sociale, d’histoire de l’éducation et d’histoire de la Grande Guerre, les ouvrages de science politique, de sociologie et des mobilisations sont venus enrichir le corpus des sources secondaires.

5Plusieurs types de fonds dans chacun des trois pays – France, Italie, Vatican – ont été consultés, complétés par des sondages ponctuels dans des fonds américains.

6L’exploitation du matériau a été organisée de façon thématique et chronologique. Trois parties scandent ce travail. La première porte sur l’émergence et le développement des deux organisations, la seconde s’intéresse à la citoyenneté sociale mise en œuvre par ces associations et enfin, la troisième partie examine l’élaboration complexe d’une citoyenneté politique qui ne passe pas nécessairement, dans un premier temps, par le vote avant d’intégrer le suffrage féminin au lendemain de la Grande Guerre.

7Dirigées toutes deux par des aristocrates, défendant une hiérarchie sociale, une hiérarchie de genre et une hiérarchie religieuse, ces femmes ont, pour certaines d’entre‑elles, maintenu leur autonomie à travers ce militantisme conservateur. De la dame patronnesse aristocrate du début du siècle à la travailleuse sociale qualifiée d’origine plus modeste de l’entre‑deux‑guerres s’est amorcé un processus de politisation féminine et de professionnalisation. La préparation des femmes au suffrage devient alors une activité importante de la Ligue qui organise des conférences de préparation civique, publie des brochures et incite les femmes à adopter, dans un premier temps, le suffrage familial, puis individuel dans un second temps. En Italie, en 1925, le bref épisode de l’autorisation du vote pour les femmes de plus de trente ans, mères et épouses de soldats, voit l’Union intervenir pour solliciter les inscriptions sur les listes électorales. Celles-ci ne purent cependant voter jusqu’en 1946.

8Cette thèse contribue ainsi à repenser les catégories de citoyenneté habituellement définies en rapport avec le suffrage et à comprendre la façon dont les associations de femmes catholiques ont contribué à l’apprentissage de la vie politique durant les premières décennies du XXe siècle en France et en Italie. La citoyenneté telle que l’entendent ces associations est d’abord une citoyenneté sociale, fondée par l’expérience de la maternité spirituelle ou biologique et vécue à travers la mise en œuvre d’institutions sociales. La citoyenneté politique qui se manifeste par le vote n’est pas considérée, dans un premier temps, comme une pratique légitime pour les femmes catholiques dans chacun des pays. En France, dans un contexte de ralliement de l’Église catholique à la République et de suffrage universel, même les femmes sont invitées à participer de façon indirecte à la compétition électorale. En Italie, un modèle de politisation intransigeante domine : les catholiques hommes et femmes sont conduits à se tenir à distance de la compétition électorale. Au terme de la Grande guerre, ces prises de positions se rejoignent. Dans cette évolution, cette guerre a constitué un moment d’accélération plus que de rupture et a ouvert une période de réconciliation entre ces associations catholiques et les pouvoirs publics laïcs.

9Ce travail invite donc à une compréhension plus large de l’engagement féminin en intégrant ces associations de masse qu’ont été les associations catholiques. Prises entre la nécessité de se distinguer des féministes et des hommes catholiques, ces associations ont défini des cadres d’action légitimes pour des femmes conservatrices et attachées aux normes inégalitaires de genre mais néanmoins soucieuses de se ménager des marges d’autonomie. Cette recherche permet de mieux saisir la complexité des rapports sociaux de sexe et de classe en adoptant des questionnements de science politique et de sociologie. Malgré leur conservatisme et leur hostilité au suffrage, ces associations ont été des lieux de socialisation politique et religieuse qui ont marqué les premières générations d’électrices tant en France qu’en Italie. Ici peut résider une clef interprétative d’un vote féminin conservateur dans ces deux pays en mettant en lumière la façon dont ces milliers de femmes ont appris à « bien voter » durant les premières décennies du siècle dernier.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Magali Della Sudda, « Une activité politique féminine conservatrice avant le droit de suffrage en France et en Italie. Sociohistoire de la politisation des femmes catholiques au sein de la Ligue patriotique des Françaises (1902-1933) et de l’Unione fra le donne cattoliche d’Italia (1909-1919). », Genre & Histoire [En ligne], 5 | Automne 2009, mis en ligne le 04 janvier 2010, consulté le 18 août 2017. URL : http://genrehistoire.revues.org/879

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Genre & histoire est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page