Navigation – Plan du site
Travaux soutenus
Thèses

Images des loisirs de plein air dans La Réunion coloniale : le genre des pratiques (1860-1940).

Thèse de doctorat en histoire contemporaine, Université de La Réunion, 2008, sous la direction d’Evelyne Combeau-Mari.
Denis Voituret

Texte intégral

1Les loisirs modernes de plein air naissent au XIXe siècle de manière synchrone dans la colonie Réunion et en France. Le modèle britannique dicte les usages d’une minorité sociale privilégiée, des pratiques élitistes, masculines à première vue, jusque dans les ports des lointaines colonies.

2La Réunion, où une sociabilité informelle règle ces pratiques, connaît peu clubs et associations. Les sources écrites, presse régionale, récits de voyage ou œuvres de fiction donnent une représentation très restreinte des loisirs de la colonie dont les femmes semblent absentes. La photographie reflète alors une réalité plus équitable car sexuée. Les images ne se contentent pas d’être sources, mais constituent un corpus unique, seul témoignage d’une réalité des loisirs. L’histoire, indéniablement mixte, se photographie à La Réunion aussi par les femmes, photographes et actrices. Car les sources de Mafatte ne pourraient être vues sans Gaston Bidel, les usages et costumes de bains de mer seraient une énigme sans Elise Hoareau, les passagers sur le quai de la gare de Saint-Denis invisibles sans Anna et Pierre Labarthe, les alpinistes au sommet du Piton des neiges ignorés sans l’album de la famille Touris‑Morange, les randonneurs motocyclistes inconnus sans l’album de la famille Maydell‑Legras, le kayak de mer ne laisserait aucun sillage sans le photographe André Blay.

3Nous avons constitué un corpus de plus de 270 documents, en grande majorité inédit et reproduits dans la thèse, à partir de l’observation d’environ 6000 photographies. L’iconographie rassemblée est issue de recherches effectuées principalement aux Archives départementales de Saint‑Denis de La Réunion et de collections privées, complétées par les Archives de l’Evêché de La Réunion, le Centre des Archives d’Outre-mer d’Aix‑en‑Provence, la Bibliothèque nationale de France, la bibliothèque de la Part‑Dieu à Lyon et la British Library de Londres.

4Les femmes apparaissent certes comme modèles – la femme est le modèle de prédilection – mais aussi agissantes et photographes. Photographes photographiées, car elles confient parfois leur appareil pour apparaître sur des clichés, elles confectionnent les albums, objets de mémoire et de représentation familiale.

5Actrices de l’émergence des loisirs de plein air, elles montrent les espaces de pratiques, initialement restreints à la sphère privée du jardin lorsqu’il s’agit de cyclisme, de croquet, de lawn tennis. Ces rarissimes photographies témoignent, en première partie, de la « découverte du plein air urbain », découverte conjointe des techniques corporelles et de la photographie qui les immortalise. En effet, c’est à la capitale, que l’on se rend aux courses hippiques, un loisir citadin et mondain où les femmes restent spectatrices. C’est dans la ville bordée par l’océan, arrosée de rivières que l’on invente les pratiques du bain, c’est au jardin public que l’on canote.

6Puis, les espaces des pratiques s’étendent au littoral et investissent montagnes, stations thermales d’altitude pour les activités majeures du tourisme colonial : excursions pédestres et alpinisme. La pratique de randonnées en montagne au départ des villégiatures d’altitude et des stations thermales est l’occasion de nombreuses prises de vue, témoignages du genre des pratiques. Entre 1880 et 1910, « la mixité en marche », notre deuxième partie, montre la pleine expression des femmes lors de l’apogée des activités de pleine nature réunionnaises. Nous avons alors le sentiment fort d’une porte d’accès à l’émancipation des femmes à la charnière des deux siècles, XIXe et XXe.

7Par contre, lorsque la virilité l’exige, l’expédition au volcan fait de ce territoire un « no woman’s land ». Le loisir, anodin, sans conséquences, sans récit, tolère les femmes : le sérieux de l’expédition scientifique ne saurait supporter leur présence.

8De 1920 à 1940, La Réunion ne profite pas de l’élan de modernisme et de non‑conformisme que l’on prête à l’Europe, des « années folles » aux femmes photographes de la « Nouvelle Vision » qui convergent vers Paris jusqu’en 1940. Nous avons voulu montrer, en dernière partie, l’absence apparente des femmes dans l’appropriation de la conduite des engins motorisés, motocyclisme, aviation et l’absence des femmes photographes. Les collections Maydell‑Legras et Blay saisissent le regard masculin sur les nouvelles pratiques de l’entre‑deux‑guerres « réunionnais » et attestent de la masculinité sportive qui s’y développe.

9Néanmoins, au sein d’une société coloniale du XIXe et du premier XXe siècle de prime abord peu encline au modernisme, des femmes, initialement vouées à la sphère privée, témoignent en réalité par leurs pratiques de loisirs d’avant‑garde aux côtés des hommes, du lent renouvellement des rapports entre les hommes et les femmes, à La Réunion comme en Europe.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Denis Voituret, « Images des loisirs de plein air dans La Réunion coloniale : le genre des pratiques (1860-1940). », Genre & Histoire [En ligne], 5 | Automne 2009, mis en ligne le 04 janvier 2010, consulté le 24 juin 2017. URL : http://genrehistoire.revues.org/878

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Genre & histoire est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page