Navigation – Plan du site
Articles

Les infirmières-visiteuses pendant l’entre-deux-guerres en Haute-Normandie : entre professionnalisme officiel et bénévolat officieux

Stéphane Henry

Résumés

Marginale avant 1914, révélée pendant la Première Guerre mondiale, adulée ou décriée pendant l’entre-deux-guerres, l’évolution de la profession d’infirmière-visiteuse est étrangement commune à l’évolution de la place des femmes dans le travail salarié. En effet, même si une législation est venue encadrer ce nouveau corps de femmes au début des années vingt, force est de constater, au travers des exemples des départements de Seine-Inférieure et de l’Eure, que celui-ci a gardé de nombreux attributs propres au bénévolat. D’ailleurs, bien que les dirigeants de l’action antituberculeuse, Albert Calmette en tête, aient régulièrement encensé la profession, ils ont néanmoins cherché à l’encadrer strictement, redoutant des envies trop fortes d’autonomie. À cette professionnalisation toute relative se sont ajoutées des conditions de travail particulièrement rudes pour ces jeunes femmes novices, finalement peu préparées à côtoyer une misère insoupçonnée. Ainsi, si la fonction d’infirmière-visiteuse correspond à un virage non négligeable dans l’acceptation du travail qualifié des femmes par la société, son efficacité dans le cadre des luttes contre les fléaux sociaux (tuberculose et mortalité infantile) reste tout de même mesurée dans les faits.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Si la Première Guerre mondiale est régulièrement définie comme une césure d’importance au XXe siècle par les historiens, une de ses particularités sociales inattendues correspond à l’émergence d’un corps médical féminin, celui des infirmières-visiteuses. Ce personnel a pris progressivement place dans les dispensaires d’hygiène sociale créés à partir de la fin du conflit sur tout le territoire français dans le cadre des luttes contre la tuberculose et la mortalité infantile. Ces femmes nouvellement consacrées se retrouvaient donc en première ligne d’une politique de prévention approuvée et défendue par les autorités françaises de l’époque.

2Épiphénomène pour certains, révolution pour d’autres, cette émergence qui relève de l’histoire sociale, de l’histoire de la médecine et de l’histoire des femmes a très peu été étudiée jusqu’à présent alors qu’elle soulève bien des interrogations1. En effet, l’arrivée massive de ce personnel spécifique, et féminin qui plus est, dans un monde médical jusqu’alors dominé quasi-exclusivement par les hommes a immédiatement suscité des réticences et des recadrages permanents. Ainsi, le rôle, la valeur, la place des infirmières-visiteuses au sein des dispensaires, leur « sexe » ou encore leurs compétences ont été mis en cause par les esprits conservateurs qui voyaient d’un mauvais œil leur intronisation et surtout leur place quasi-centrale dans deux combats éminemment médiatiques : les luttes contre la tuberculose et la mortalité infantile. Revenir sur les débats qui ont secoué la communauté médicale à une époque où la perception du travail des femmes tendait peu à peu à évoluer est apparu nécessaire. Si des avancées non négligeables ont été accomplies pour faire des infirmières un corps de professionnelles de la santé, cette réalité ne doit pas dissimuler les multiples barrières auxquelles elles ont dû faire face (rémunération faible, pénibilité accrue du travail, absence de responsabilité, défiance d’une partie du corps médical…)

3Cette recherche sera principalement centrée sur les deux départements haut-normands, la Seine-Inférieure, ancêtre de la Seine-Maritime, et l’Eure, qui ont été choisis car ils sont symptomatiques d’une dualité réelle entre un bénévolat persistant, presque encouragé, et un professionnalisme progressif mais rigoureusement encadré.

I. Un nouveau métier de femmes : les différentes facettes d’une controverse

1. La lente professionnalisation des infirmières

4Pour comprendre les débats qui ont animé le corps médical au sujet des infirmières-visiteuses dans l’entre-deux-guerres, il faut les replacer dans le contexte de l’époque et analyser la position des femmes dans le monde médical avant-guerre. Il faut bien dire qu’avant 1914, les professions dites spécifiquement masculines s’ouvraient encore péniblement à la gent féminine. Le domaine médical s’inscrit en tous points dans cette logique puisque si la première femme à pouvoir exercer en qualité de médecin entra en fonction en 1875, cette intronisation reste encore très marginale et illusoire. Pour preuve, les infirmières n’ont pas un réel statut à cette époque ; ce sont le plus souvent des religieuses qui officient dans les hôpitaux et hospices et qui secondent le médecin « tout-puissant » dans sa tâche. Les soins restent fondés sur la charité chrétienne et l’activité des religieuses se concentre sur les corps souffrants, images allégoriques du corps du Christ2. En cela, elles cherchent à sauver les âmes des malheureux et à leur procurer un secours principalement spirituel3.

5Mais, à l’aube d’un nouveau siècle, une réflexion globale émerge sur l’archaïsme des services hospitaliers français. La place, le rôle et la formation des infirmières deviennent par la même occasion des axes de travail. La loi du 15 juillet 1893, qui institue l’assistance médicale gratuite, met l’État devant l’obligation d’aider à l’organisation de cours de formation au métier d’infirmière. Le programme d’enseignement annuel, fondé sur les préceptes du docteur Bourneville4, est divisé en une série de sept cours théoriques. Ce programme est théoriquement étendu à l’ensemble du territoire à partir de 1902, suite à la circulaire Combes du 28 octobre qui incite les préfets à ouvrir dans leurs départements des écoles habilitées à délivrer le diplôme d’infirmières5. Toutefois, cette circulaire est bien peu appliquée dans les faits.

6Cependant, suite à l’ouverture de quelques écoles confessionnelles6, une formation est enfin dispensée en 1905 au sein de la première école d’infirmière dirigée par Léonie Chaptal, infirmière elle-même et pionnière dans le combat pour l’obtention d’une reconnaissance à part entière de sa profession. Elle s’insère dans un courant chrétien qui, tout en soulignant le bien-fondé d’une intervention publique en matière d’aide aux nécessiteux, n’admet pas pour autant que l’assistance puisse devenir un monopole de l’État7. Elle considère que le rôle de l’infirmière moderne est complémentaire de ceux de l’hygiéniste et de l’assistance sociale, qu’il est appelé à s’inscrire dans le cadre d’un « service social » et à s’élargir à l’éducation sanitaire et à la prévention médico-sociale. Pour elle, les rôles sont déjà attribués : « L’infirmière doit savoir tout du malade, non pas tout de la maladie : la maladie c’est la science du médecin, le malade, c’est l’art de l’infirmière8 ». Malgré ces évolutions, pour les élites comme pour les couches populaires, l’image de l’infirmière reste étroitement liée à celle de la religieuse.

7Ce n’est qu’avec la Première Guerre mondiale que le processus pour une reconnaissance du métier d’infirmière s’enclenche réellement. D’une part, les femmes investissent massivement les travaux jusqu’alors réservés aux hommes partis au front (dans les champs ou dans les usines…)9. D’autre part, la grande affluence rencontrée au sein des hôpitaux français du fait du retour des blessés impose un recrutement massif d’infirmières d’autant plus que les infirmiers ont été envoyés aux combats10. Dès le début de la guerre, la majorité des femmes ressent le désir de servir leur pays et de participer à l’effort de guerre à l’instar des hommes11. Elles abattent ainsi un travail considérable et font preuve d’une capacité d’adaptation remarquable malgré leurs multiples affectations12. Dans ce contexte, le métier d’infirmière devient un idéal féminin, comme le suggère en 1915 Émile Faguet, écrivain, critique littéraire et membre de l’Académie Française :

« Elles ont arraché à la mort des milliers de victimes, elles ont reconduit à la vie des milliers d'hommes qui avaient senti le froid du seuil funèbre. Elles ont été fidèles à leur mission de donner la vie. Elles ont trouvé de nouvelles façons d'être mères. Elles ont inventé de nouvelles maternités. Elles ont prouvé qu'elles pouvaient découvrir des façons inattendues et merveilleuses de pratiquer ce patriotisme13 ».

8En parallèle au conflit, une politique antituberculeuse se met en place en 1915 dans le cadre du « plan Brisac »14. Les autorités françaises, dépassées par l’affluence des porteurs de la tuberculose dans les hôpitaux, comprennent rapidement que l’infirmière peut devenir un maillon essentiel de lutte contrecelle-ci, véritable relais humain entre le médecin et les familles, un peu comme la concevait le docteur Bourneville quelques décennies auparavant.

9Dérivée des écoles d’infirmières conçues au début du XXe siècle, uneécole des infirmières-visiteuses est alors créée en 1915 à l’Hôpital Laënnec de Paris sous l’inspiration de Léon Bourgeois.Dès 1916, l’enseignement de spécialisation antituberculeuse complète un programme d’hygiène infantile établi par les docteurs Guinon et Ribadeau-Dumas. Le Dr. Küss, phtisiologue et chargé de cours, est convaincu de l’apport de cette nouvelle profession :

« Il n’y a qu’à développer une œuvre qui débute actuellement, celle des Infirmières-visiteuses de France. On peut fonder sur leur action les plus grands espoirs. Elles et leurs émules seront, après la guerre, les plus précieuses collaboratrices, portant en tous lieux chez les déshérités non seulement les soins éclairés, mais aussi la bonne parole, celles dont nous attendons, pour une bonne part, la préservation de la race15 ».  

10La professionnalisation des infirmières-visiteuses intervient donc dans un contexte militaire, hygiéniste et populationniste. On constate en effet que, pour l’État, secourir les soldats est devenu progressivement une priorité et un enjeu national. Le retour des « infectés tuberculeux » dans leurs foyers constituait un péril bien plus grand que la guerre en elle-même avec la crainte d’un phénomène de contagion massif au sein de la population civile. C’est pourquoi en 1916, la loi Bourgeois instaure les dispensaires d’hygiène sociale et de préservation antituberculeuse. Ces établissements devaient permettre aux tuberculeux, militaires comme civils, de venir consulter librement afin d’obtenir un diagnostic fiable et d’être suivis périodiquement. Si l’examen médical est l’apanage du médecin spécialisé en phtisiologie, le second maillon indispensable du dispensaire est l’infirmière-visiteuse. Celle-ci est en effet chargée des actes administratifs (accueil, enquête sociale) et de l’éducation du malade (conseils de prophylaxie et précautions à prendre en matière d’hygiène, visites dans la famille).

11En 1919, la loi Bourgeois est complétée par la loi Honnorat, qui a pour objet de faciliter l’aménagement de sanatoriums afin d’hospitaliser la population nouvellement recensée. Léonie Chaptal comprend rapidement que ces deux lois peuvent servir de tremplin à la reconnaissance du travail salarié des femmes dans une société française encore réticente à cette évolution ; elle fait donc acte de propagandiste avertie pour louer cette nouvelle profession :

« L’infirmière-visiteuse est indispensable dans la lutte antituberculeuse, pour l’application de la loi de 1916 sur les dispensaires, comme l’infirmière-soignante est nécessaire pour l’application de la loi de 1919 sur les sanatoriums, dans la diffusion de l’hygiène scolaire, pour l’application des lois et règlements sanitaires et prophylactiques, dans la lutte contre la mortalité infantile…16 ».

12Néanmoins, cette professionnalisation n’entraîne pas une réelle autonomie du métier d’infirmière. Et d’ailleurs, après la guerre, le gouvernement émet le vœu d’encadrer plus efficacement la formation : un conseil de perfectionnement composé exclusivement d’hommes, est chargé de régler les programmes d’études et de distribuer le brevet de capacité professionnelle d’infirmière17. Ce diplôme, créé le 27 juin 1922, consacre officiellement la qualité des bénéficiaires. La circulaire Combes qui prévoyait déjà en 1902 la distribution d’un diplôme est enfin appliquée, vingt ans après sa promulgation. Les cours théoriques s’appuient sur les recommandations officielles du Comité National de Défense contre la Tuberculose, association reconnue d’utilité publique depuis 1920. Les enseignements se concentrent principalement sur les dangers de la tuberculose (symptômes, étiologie, traitements, etc.) Cependant, dans un souci d’instruction plus large, viennent s’ajouter également des cours sur l’hygiène infantile, l’alcoolisme ou encore la désinfection des logements18. Selon les tenants des enseignements19, cette approche pluridisciplinaire et théorique doit permettre de bâtir un corps professionnel féminin compétent. Par bien des aspects, elle annonce déjà la fonction d’assistante sociale dont le diplôme est créé en 1932 et qui sera officiellement consacrée en 1938. Les cours pratiques quant à eux s’effectuent sous forme de stages dans les établissements d’assistance typiques de l’époque (dispensaires, sanatoriums, préventoriums).

13Conscients de l’investissement moral mais également financier de ces femmes, l’État et certains départements font œuvre de mécénat en distribuant des bourses aux élèves infirmières. À ce stade, tous les éléments semblent être réunis pour que la profession ait un développement exponentiel. Pourtant, si la lutte contre la tuberculose est concrétisée sur le plan des infrastructures de dépistage aménagées20, elle l’est beaucoup moins sur le plan du personnel qualifié. On ne compte en effet que dix écoles dispensant des cours spécialisés sur l’ensemble du territoire national en 1924. Celles-ci sont situées dans les grandes villes de l’hexagone (Paris, Lyon, Bordeaux, Marseille, Nancy, Strasbourg, Nantes, Lille). Puisque de nombreux départements français ne disposent d’aucune institution chargée de former ce personnel, le recrutement s’organise selon les affectations offertes par les quelques écoles. Cette situation crée un obstacle et le recrutement devient d’autant plus délicat que les candidates des départements sans école ont l’obligation de s’expatrier pendant deux ans au moins pour suivre les cours de l’une des grandes écoles qui, seules, confèrent le titre de « visiteuse diplômée de l’État français ». Cet exil forcé freine les ardeurs des candidates, hésitantes à s’éloigner du foyer familial pour un temps si long avec au bout du compte l’incertitude quant à l’obtention de leur diplôme. En outre, si aussi peu d’écoles se créent, c’est aussi parce que les médecins, souvent réquisitionnés pour dispenser les cours et apporter leur connaissance sur l’étiologie de la maladie, s’avèrent très réservés quant à la diffusion de leur savoir à des femmes encore novices.

14Pour contourner ces difficultés, une intense campagne de recrutement est immédiatement entreprise au niveau national. C’est dans ce cadre qu’Albert Calmette, directeur adjoint de l’Institut Pasteur de Paris et membre de l’Académie de Médecine, se mue en porte-parole pour inciter les jeunes femmes à épouser la profession d’infirmière-visiteuse, alors qu’il préconisait lui-même lors de l’ouverture du premier dispensaire à Lille en 1901 l’envoi d’un personnel masculin dans les foyers (« les moniteurs d’hygiène »), plus apte selon lui à être écouté par les malades et leurs familles21. Le dispensaire havrais créé en 1906 avait d’ailleurs suivi cette recommandation22. Conscient que la survie des dispensaires, créés par dizaines dès 1919, passe par un recrutement féminin d’envergure, Calmette est contraint de faire évoluer son discours et se range prudemment derrière les partisans de la professionnalisation des infirmières après la guerre :

« La carrière d’infirmière-visiteuse est la plus belle de toutes celles qu’une femme peut embrasser. C’est certainement de beaucoup la plus noble, en tout cas, c’est la plus utile à notre pays qui puisse être choisie […] Un philosophe a dit que la vie ne vaut vraiment la peine d’être vécue que lorsqu’elle est consacrée à une grande cause, or pour vivre une vie digne d’être vécue, il faut, jeunes filles et femmes de France, que vous veniez à nous, que vous nous aidiez par votre propagande à recruter les auxiliaires et à remplir nos écoles de bonnes élèves infirmières23 ».

15Ce témoignage est révélateur de la crainte de la haute autorité médicale de devoir renoncer aux dispensaires par manque de personnel.

2. Un combat inégal : l’enfermement des infirmières dans un rôle secondaire

16L’intrusion des femmes dans un monde essentiellement masculin prouve bien une évolution des mentalités. Pourtant, tout au long de l’entre-deux-guerres, les femmes demeurent confinées dans un cadre bien particulier. En effet, la majorité des médecins ambitionne de conserver le monopole de la compétence scientifique ; à ce titre, ils acceptent simplement que l’infirmière, définie comme « assistante capable et intelligente du médecin24», les seconde. Par ce biais, Calmette cherche à définir et encadrer strictement le rôle de ces femmes pour ne pas que celles-ci aient des velléités trop grandes d’autonomie :

« La tâche de l’infirmière visiteuse consiste exclusivement à établir les enquêtes sociales, à faire l’éducation hygiénique des malades et de leur famille, à diriger sur le dispensaire les membres de la famille du malade exposés à la contamination […]. Elles doivent s’abstenir rigoureusement de toute intervention médicale, sauf en cas d’urgence sur la demande et sous la responsabilité des médecins traitants25 ».

17De plus, tous les discours des médecins insistent sur les qualités humaines de l’infirmière (gaieté, optimisme, bonne humeur, etc.) et non sur ses compétences en matière de santé. Calmette semble même aller plus loin dans sa démarche de séparation des tâches : 

« Nous redoutons par-dessus tout que vous commettiez, comme il arrive trop souvent, l’erreur de sortir de votre rôle de collaboratrice des médecins, et de vous croire assez instruites des choses de la médecine, pour donner des conseils d’ordre médical26 ».

18Malgré une formation de base complète27, les autorités médicales refusent donc de reconnaître les véritables compétences médicales acquises par les infirmières. Pour eux, ce ne sont pas les compétences médicales mais les qualités innées des femmes qui représentent le fondement de leur profession. D’ailleurs, ce n’est sans doute pas innocemment que les médecins français ont exigé que la formation des infirmières soit limitée à deux ans, alors qu’elle était de trois ans ailleurs, notamment aux États-Unis. Il fallait en effet éviter toute confusion possible entre une formation professionnelle courte et les études médicales. Face à ces discours, l’élite des infirmières résiste, désireuse d’offrir une autre image de sa profession. Ces réactions participent du courant féministe en plein essor28 et attaquent de front l’argument de la soi-disant incompétence dans la façon de soigner, en mettant en avant le sérieux de leur formation. Léonie Chaptal apporte une réponse non dénuée de sous-entendus aux propos de Calmette :

« Il est temps de faire justice de cette notion erronée, que la bonne volonté et le dévouement peuvent suppléer aux notions d’hygiène, de prophylaxie, à la connaissance pratique des maladies de toutes sortes qu’une infirmière doit savoir prévenir autant quesoigner29 ». 

19Outre Léonie Chaptal, véritable porte-parole des infirmières à l’époque, les autres infirmières, anonymes pour la plupart, cherchent également, par leurs rares témoignages à vulgariser leurs connaissances et leur savoir-faire. C’est le cas par exemple de Céline Lhotte, infirmière-visiteuse au dispensaire Gibert du Havre qui a formulé nombre de croquis sociaux30, ou de Marthe Hébert, infirmière-visiteuse au dispensaire de Luc-sur-Seille. Cette dernière nous donne d’ailleurs un exemple flagrant de ses capacités médicales ; elle décrit ici la radioscopie d’un patient :

« Bizarre, en effet, cet aspect du poumon couvert de dessins foncés concentriques aussi réguliers que les marques laissées sur la peau par une application de ventouses […] Ailleurs, un éclat d’obus est resté dans le médiastin, à quelques lignes du cœur et de l’aorte, menace constante impossible à écarter, qui s’ajoute à la tuberculose assez bénigne […] Ailleurs encore, le bacille est aux prises avec une forme de cicatrisation rare à ce degré. Le parenchyme se calcifie lentement, et les expectorations ramènent par intervalles des calculs gris aussi durs que la pierre31 ».

20En fait, plus que l’infirmière en elle-même, c’est le dispensaire qui paraît visé. Si les paroles empreintes de misogynie de certains médecins sont courantes à l’époque, c’est parce qu’elles sont la résultante d’une angoisse de la possible remise en cause de leur propre rôle. En effet, les médecins libéraux invoquent non seulement l’empiètement de l’infirmière sur leur champ d’exercice mais craignent également de voir leur clientèle se détourner vers le dispensaire. Cette hostilité des médecins de clientèle à l’égard du système de santé publique a trouvé en l’infirmière-visiteuse un parfait bouc émissaire :

« Prophylaxie, désinfection, telles sont présentement les normes de cette nouvelle mystique [l’hygiène sociale]. Elle a ses grandes prêtresses : les visiteuses d’hygiène sociale… [Elles] amèneront cette ère bienheureuse où toutes les maladies, quelles qu’elles soient, vaincues avant que d’apparaître par une vaste vaccination polyvalente de tous les nouveau-nés, ne seront plus qu’un mauvais souvenir dans la mémoire des hommes et où la rationalisation de l’hygiène codifiée et obligatoirement observable fera de tous les humains des athlètes complets32 ».

21Cet article marqué d’une certaine ironie s’attaque clairement à l’action de l’infirmière, et, à travers elle, au dispensaire. Aux médecins défavorables à la gent féminine s'ajoutent les médecins ignorants quant à l’utilité de l’infirmière-visiteuse. Ainsi, le Dr. Evrot33 souligne, lors d’une enquête dans le département de Seine-Inférieure, qu’il est nécessaire de délivrer un message d’ouverture aux médecinsafin de dissiper leurs inquiétudes :

« J’ai causé avec le Docteur Auger, maire et conseiller général de Bolbec, praticien âgé mais qui s’intéresse à l’œuvre du dispensaire que je lui explique en apaisant la crainte qu’à le corps médical de voir l’infirmière-visiteuse s’occuper trop de médecine34 ».

22Finalement, les relations entre médecins et infirmières-visiteuses ont été difficiles dès le début. Les praticiens libéraux redoutaient surtout que l’infirmière en donnant des soins à domicile, usurpe la place du docteur. Aussi tous les ouvrages ou articles destinés aux visiteuses font-ils mille recommandations sur ce point : l’infirmière doit rester une auxiliaire soumise et dévouée35. Au cours d’une énième réunion de conciliation organisée en 1924 par le Comité National de Défense contre la Tuberculose (C.N.D.T.), les médecins protestent une nouvelle fois contre la trop grande initiative prise par l’infirmière-visiteuse. Si le docteur Violette, membre actif du C.N.D.T., signale que de nombreux médecins « font encore grise mine aux visiteuses d’hygiène avec un grand manque de sympathie »36, Juliette Delagrange37 se plaint pour sa part que « trop souvent le médecin ait tendance à supprimer l’autorité féminine38». Cette dernière, de par sa position au ministère de la santé, se mue d’ailleurs en porte-parole des revendications des infirmières-visiteuses. Le dispensaire déjà affaibli par les griefs lancés par de nombreux médecins libéraux qui voient en lui une concurrence déloyale, subit aussi une remise en cause de son utilité par les attaques proférées à l’encontre de son personnel féminin devenu peut-être menaçant puisque trop bien formé ?

II. Les réalités du métier : l’exemple de la Haute-Normandie

1. Davantage de dispensaires que d’infirmières-visiteuses

23Dans une société à idéologie fortement patriarcale qui, mieux qu’une femme, peut expliquer les soins ménagers du logement et les principes d’hygiène ? Avec toutes les prérogatives qu’on lui a attribuées, le travail de l’infirmière apparaît éclectique, mêlant action sociale et éducative, mais également conséquent puisqu’elle joue le rôle d’hôtesse d’accueil, d’enquêtrice et d’assistante. Cette condition singulière a été analysée par Véronique Leroux-Hugon pour le travail des infirmières hospitalières au début du XXe siècle, travail qu’elle juge « long » et « pénible39 ». Leur fonction déjà délicate du fait de leurs multiples attributions devient très rapidement insurmontable lorsqu’on prend conscience des véritables conditions d’exercice du métier, notamment aux travers des témoignages d’époque, trop rares, rapportés par certaines d’entre elles. Plusieurs difficultés majeures viennent en effet perturber leur fonction, à commencer par les difficultés d’ordre matériel ou physique. Alors que la formation devient plus complexe avec l’ajout de nouveaux enseignements, les échecs des « apprenties infirmières » augmentent au fur et à mesure des années vingt, quelquefois par manque de connaissances, souvent par découragement. Par conséquent, de nombreux postes disponibles au sein des dispensaires français aménagés entre 1917 et 1925 sont restés vacants.

24Prenons par exemple le cas du département de Seine-Inférieure. En 1926, onze infirmières-visiteuses sont recensées pour onze dispensaires. Malgré ces chiffres prometteurs, on constate une répartition très inégale entre les établissements d’assistance. Ainsi, trois infirmières sont allouées au dispensaire du Havre et deux au dispensaire de Rouen. Les centres de Bolbec, Dieppe et Elbeuf disposent d’une infirmière-visiteuse propre. En revanche, une seule infirmière est affectée aux centres de Darnétal et de Petit-Quevilly, une autre aux centres de Malaunay et de Maromme et enfin une dernière aux centres du Trait et d’Yvetot. Face à cette réalité, l’inspecteur départemental des services d’hygiène, le docteur Ott, exprime son inquiétude et critique en particulier la politique de formation jusqu’alors préconisée :

« La longueur des études, fixée à deux ans pour toutes les écoles reconnues par le Comité National de Défense contre la Tuberculose, ainsi que l’incertitude de l’avenir ralentissent singulièrement le recrutement de ces auxiliaires indispensables, et ne les encouragent pas à essayer de briser les résistances des familles, qui pensent que c’est se déclasser qu’adopter la carrière d’infirmière rétribuée40 ».

25Par ailleurs, l’aire de surveillance allouée à chaque infirmière entre également en compte dans la pénibilité de leur tâche :

Dispensaires

Bolbec

Darnétal/

Petit-Quevilly

Dieppe

Elbeuf

Le Havre

Le Trait/

Yvetot

Malaunay/

Maromme

Rouen

Communes surveillées

114

125

217

15

32

158

81

7

Habitants surveillés

89 227

99 355

128 478

40 152

197 350

68 955

62 256

159 845

Total distance villes/Disp.

1 454

2 743

4 869

88

386

2 071

1 205

29

Moy distance villes/Disp.

12,75

21,94

22,44

5,9

12,06

13,1

14,88

4,14

Nombre d'infirmières

1

1

1

1

3

1

1

2

Pop surveillées/infirmières

89 227

99 355

128 478

40 152

65 783

68 955

62 256

79 922

Pop surveillées/infirmières (par km)

6 998

4 528

5 725

6 805

5 455

5 264

4 184

19 305

Figure 1 : Populations surveillées par infirmière en Seine-Inférieure en 192541

26D’après ce tableau, on constate que les deux infirmières exerçant au dispensaire rouennais, malgré le nombre important d’habitants à surveiller, ont la tâche facilitée par les courts déplacements qu’elles ont à réaliser pour se rendre au domicile des malades. À l’inverse, l’infirmière en charge des dispensaires de Darnétal et de Petit-Quevilly et celle affectée aux  dispensaires de Malaunay et de Maromme ont à surveiller une population plus éparse, ce qui engendre des difficultés certaines de déplacement. Pour le dispensaire havrais, même si l’aire d’influence apparaît importante, celle-ci est atténuée par le fait que la ville du Havre représente plus de 80 % de la population surveillée par les trois infirmières. Ainsi, toutes les infirmières ne semblent pas logées à la même enseigne. Le problème des transports est en effet un sujet délicat à gérer pour ce corps de femme car les voyages à bicyclette sont fatigants42. On peut donc penser qu’une infirmière en charge de plusieurs dispensaires sur une vaste aire d’influence aura une tâche nettement plus ardue que ses collègues affectées à un seul dispensaire. Peut-être aussi qu’une certaine forme d’instabilité sera plus fréquente chez ces infirmières dites « rurales ».

   Figure 2 : Localisation des dispensaires de Seine-Inférieure en 1925

Figure 3 : Populations surveillées par infirmière par km

+ de 10 000 hab/km

de 6 000 à 10 000 hab/km

de 5 000 à 6 000 hab/km

- de 5 000 hab/km

27Pour le département de l’Eure, la situation est similaire, voire accentuée, puisque ce territoire aux trois-quarts rural est moins bien desservi en termes de voies de communication. L’inspecteur départemental des services d’hygiène, le docteur Lièvre-Brizard dénonce la pénibilité matérielle du travail des infirmières dès 1927 : 

« Le secteur qu’elles ont à desservir est vraiment trop étendu, elles ont à visiter par tous les temps, en toute saison, une portion de département trop vaste et les moyens de communication rendent leurs courses pénibles, les obligeant à parcourir les routes pour aller jusque dans les fermes isolées porter leurs conseils et des paroles d’encouragement aux malades43 ».

28Il faut pourtant attendre la fin des années trente pour qu’une réforme soit enfin adoptée par le Conseil Général de l’Eure ; en effet, le docteur Baissette, son successeur à la tête de l’inspection départementale, décide d’augmenter l’indemnité annuelle de déplacement attribuée aux infirmières-visiteuses de 5 000 à 8 000 francs afin que ces dernières puissent acquérir une automobile :

« Les infirmières visiteuses ne peuvent accomplir un travail efficace de visiteuses polyvalentes, que si elles sont en possession d’une automobile. Elles doivent, actuellement, emprunter divers moyens de locomotion : bicyclette, train, autocar, l’indemnité de 5 000 francs par an qui leur est allouée ne leur permettant pas d’acheter une auto. Cet état de choses est regrettable, car le mauvais temps, les horaires des trains et des autocars, leur font perdre un temps précieux44 ».

29Même si cette attention des autorités départementales peut paraître louable, il est tout de même regrettable que celles-ci ne s’intéressent aux conditions de travail des infirmières que presque vingt ans après l’ouverture du premier dispensaire dans le département (à Louviers en 1920). En effet, le département de l’Eure a longtemps délaissé la politique antituberculeuse croyant que la ruralité relative du département offrirait une protection à la diffusion de la maladie45. Le travail des infirmières-visiteuses n’a pas échappé à cette absence d’initiative. Cette réalité ne constitue pas un cas isolé et on peut constater une raréfaction progressive des postes dans de nombreux départements français comme en témoigne Léonie Chaptal :

« À Paris et dans sa banlieue, on compte trois visiteuses par dispensaire, ce qui est strictement un maximum, dans trente-trois départements, une seule infirmière et dans trente-sept départements, il y a plus de dispensaires que d’infirmières, ce qui veut dire que ces établissements n’ont pas de fonctionnement réel. Le nombre de dispensaires, déjà insuffisant, est dû notamment au manque d’infirmières46 ».

30Si la répartition inégale des postes pose problème, le bénévolat est une autre question délicate à gérer. Dans le département de l’Eure, la demande en personnel est limitée puisqu’il n’existe que trois dispensaires en fonctionnement durant les années vingt. Cependant, on constate que l’établissement installé à Bernay a mis pratiquement un an pour acquérir une infirmière-visiteuse diplômée à temps plein. Ici, la résolution des problèmes d’effectifs est abordée de manière différente ; la parade trouvée consiste en effet à s’appuyer sur de nombreuses infirmières bénévoles, qui n’ont certes pas la totalité des qualités requises, car elles n’ont pas fait d’études et ne sont pas diplômées mais constituent une aide précieuse pour la réalisation de certaines visites ou de tâches administratives propres à l’institution. Ainsi, en 1926, alors que trois infirmières diplômées sont chacune rattachées aux trois dispensaires existants (Bernay, Evreux et Louviers), cinq infirmières bénévoles viennent compléter ce dispositif. Le bénévolat, courant dans la France d’avant-guerre, se perpétue donc dans l’enceinte des dispensaires47, parfois même avec le concours de religieuses48. D’ailleurs, ce phénomène n’est pas condamné mais plutôt encouragé par les autorités, conscientes de l’importance du personnel féminin, même peu formé. En témoigne la décoration solennelle de Mme Josson qui se voit décerner par le Ministre de la Santé Publique, Camille Blaisot, et par arrêté du 11 mars 1932, la Médaille de bronze de l’Assistance publique pour « les services qu’elle a rendus en qualité d’infirmière bénévole au dispensaire d’Evreux »49. Finalement, si le nombre de consultations augmente progressivement durant les années vingt dans l’Eure, c’est en grande partie grâce à l’activité intensive des infirmières bénévoles (cf. fig. 4).

50

31Si le travail effectué par les infirmières-visiteuses paraît harassant et regardé avec méfiance par les médecins, l’évolution de leur rémunération témoigne aussi de la faible reconnaissance de ce nouveau métier.

2. Un métier mal rémunéré

32La question financière est récurrente. Il faut bien avouer que les infirmières-visiteuses sont mal rémunérées durant l’entre-deux-guerres. Ce phénomène est une des conséquences immédiates du fait qu’elles succèdent à des religieuses. Le salariat est devenu un élément nouveau dans leur profession et les anciennes habitudes ont tendance à se maintenir. Ainsi, les médecins de l’époque insistent perpétuellement sur les qualités naturelles de ces femmes que sont le dévouement et l’entraide, deux notions ne rimant pas forcément avec rémunération. En 1925, inquiet d’un recrutement toujours aussi maigre, le docteur Ott aborde le sujet de la situation matérielle des visiteuses et ouvre quelques perspectives sur la nécessité d’une majoration salariale. Son but est clair : une hausse de salaire doit « les engager à rester dans leur emploi51». Les nouvelles rémunérations sont calculées selon l’ancienneté de l’infirmière, le poste qu’elle occupe (infirmière en chef ou stagiaire) et les tâches qui lui sont confiées (nombre de dispensaires dont elle s’occupe, statut – urbain ou rural – des dispensaires). Les infirmières obtiennent finalement une revalorisation de leurs salaires en 1926 : ceux-ci oscillent entre  12 136 francs pour le 1er échelon et 14 824 francs par an pour le dernier échelon. À titre de comparaison, le docteur Lièvre-Brizard qui dirige les trois dispensaires dans l’Eure gagne 55 000 francs par an, en plus de ses indemnités de déplacement. On peut mesurer aisément l’écart de salaires entre les deux corps qui régissent la vie d’un dispensaire même s’il faut reconnaître que la formation médicale des médecins est plus longue et plus technique. Selon le docteur Lièvre-Brizard, pour réduire cet écart, il ne faut pas remettre en cause le salaire parfois mirobolant perçu par les médecins mais plutôt augmenter la rémunération des infirmières. C’est le discours qu’il tient en tout cas lors du sixième Congrès National de la Tuberculose de Lyon en 1927 en s’insurgeant contre le fait qu’« il existe encore des salaires de moins de 500F [par mois] en 192752».

33Le département de l’Eure n’aura de cesse de se positionner de façon négative sur ces questions salariales. Celles-ci sont principalement éludées et l’instabilité des infirmières dans les structures préventives s’en ressent.

Années

Louviers

Evreux

Bernay

Vernon

Gisors

Ecouis

1921

De Préville

1922

Masset

Bortal

1923

Josse

1924

Genevray

1925

1926

Legueré

Brunet

1927

1928

1929

Chédeville

1930

Corvaisier

Monceau

Monceau

1931

Touchet

1932

Lemaitre

Huignard

Huignard

1933

1934

Corbière

Figure 5 : Répartition des infirmières-visiteuses dans les dispensaires de l’Eure de 1921 à 193453

34Comme l’indique le tableau ci-dessus, le dispensaire de Bernay connaît ainsi cinq infirmières diplômées entre son ouverture en 1923 et l’année 1931 sans compter la valse des bénévoles, alors que trois infirmières sont affectées en douze ans au dispensaire d’Evreux (de 1922 à 1934). Il est ainsi indiqué, par exemple, que Mlle Chédeville qui prend son poste en 1929 quitte Bernay deux ans après se prise de fonction « pour des raisons toutes personnelles54 ». Mlle Legueré quitte pour sa part le dispensaire ébroïcien en 1933 car « partie à Amiens à sa demande55 ». En réalité, plusieurs raisons peuvent expliquer ce phénomène. Déjà, la faible rémunération dans ce département et la demande plus forte que l’offre au niveau national permet à ces femmes de s’engager dans les dispensaires où elles seront mieux rémunérées. Ensuite, l’hypothèse soulevée pour la Seine-Inférieure semble ici se confirmer : les infirmières qui travaillent sur une vaste aire d’influence (Bernay) ont une tâche particulièrement pénible et sont plus instables dans leur emploi. En outre, on constate que la majorité des infirmières dans les deux départements haut-normands sont célibataires ; une hypothèse serait que celles-ci abandonnent leur métier dès lors qu’elles sont mariées et ont des enfants. Finalement, on peut penser que cette instabilité n’est pas sans conséquence sur la relation de confiance qui s’instaure avec une famille lors des visites au domicile, relation n’ayant plus lieu d’être si l’infirmière change constamment de visage.

3. De femme à femme : un rapport de classe ?

35Les soucis majeurs que rencontrent les infirmières-visiteuses apparaissent aussi dans le cadre de leur travail quotidien et plus précisément dans l’efficacité toute relative de leur action. En effet, la prévention en milieu populaire est un concept totalement nouveau à l’époque, engendre des problèmes et crée un certain malaise dans la profession d’infirmière : comment atteindre les indigents, « silhouettes à peine entrevues dans l’obscurité56 », souvent honteux face à leur maladie et recroquevillés sur leur misère ? Rappelons que la base du travail des infirmières repose sur l’éducation sanitaire des malades, poursuivie jusque dans les foyers auprès des autres membres de la famille. Léonie Chaptal pense que l’infirmière « doit faire preuve d’une discrétion et d’une ingéniosité à toute épreuve pour gagner la confiance du cercle familial57». Les médecins se désintéressaient de fait de cette éducation et de cette surveillance. D’ailleurs, ils savaient pertinemment que la confiance des mères de famille ne leur était pas acquise dans tous les milieux, c’est pourquoi ils avaient besoin d’intermédiaires. Le métier infirmières constitue donc à cette époque une profession caractérisée par sa position « enclavée » entre les médecins d’une part, les malades et leurs familles d’autre part58.

36Pourtant, même si elles nourrissent peu d'illusions sur l'efficacité de leur action, les infirmières participent tout de même à un vaste mouvement collectif qui a pour objectif de mettre la maladie et les conditions de vie sur le devant de la scène ; en cela, « l’action préventive, car il s’agit avant tout de préserver l’entourage du tuberculeux, s’accompagne d’une véritable inquisition hygiéniste59». Alors que pour certains, les infirmières possèdent la tâche la plus gratifiante (la sauvegarde de la « race ») car elles doivent débusquer la maladie dans les foyers des tuberculeux, d’autres la jugent ingrate et la perçoivent comme une véritable intrusion dans la vie privée des familles, notamment des familles ouvrières méfiantes vis-à-vis de la bourgeoisie60. Pour preuve, une collègue de Céline Lhotte, dont elle tait astucieusement le nom, l’avertit, lors de sa prise de poste au dispensaire Gibert, de la présence d’une population ouvrière parfois menaçante à l’égard du travail des infirmières-visiteuses : « Le père Broche ? Un redoutable individu : il est secrétaire de syndicat ; un meneur de grèves, c’est lui qui, en 19 a assommé Z, l’industriel. N’y allez pas. On vous recevra mal : des Visiteuses, pour lui, ce sont des espionnes à la solde des capitalistes61 ».

37Les réalités de la misère humaine sont particulièrement rudes pour ces jeunes femmes venues principalement de milieux aisés, voire riches. Céline Lhotte nous éclaire une nouvelle fois à ce sujet lorsqu’elle décrit les origines de ces « infirmières du social » : « mes collègues appartiennent à ce qu’on appelle la « bonne société » ; certaines d’entre elles ne travaillent ni par obligation, ni par snobisme ; toutes considèrent nos « clientes » comme de jeunes sœurs, à qui, en principe, nous avons quelque chose à apprendre62 ». Transportées de l’autre côté du miroir, elles côtoient au plus près la misère, les taudis infects, la saleté et les maladies. La « déchéance humaine » qu’elles perçoivent laisse à penser que l’éducation qu’elles sont censées mettre en œuvre auprès des populations démunies paraît dès lors une utopie bien dérisoire. Face à cette rude réalité, chaque infirmière-visiteuse est contrainte de se forger une résistance psychologique manifeste pour non seulement côtoyer des malades dont certains se savent condamnés mais aussi pour faire face au désarroi de nombreuses familles. En fait, devant les conditions déplorables de vie, de travail et de logement des populations auxquelles elles s’adressent, les infirmières voient les activités sociales l’emporter nettement sur les activités sanitaires63. L’affiliation à la profession d’assistante sociale qui voit le jour en 1938, réunion des professions d’infirmière-visiteuse de la tuberculose et d’infirmière-visiteuse de l’enfance, en est l’illustration.

38Pour preuve, Céline Lhotte rapporte un dialogue poignant, malaisé mais bien réel lors de la consultation d’une femme enceinte venue se faire examiner au dispensaire Gibert du Havre :

« Pour quand attendez-vous le bébé Madame ?

Pour septembre, je ne compterai plus à partir du 10…

Vous paraissez bien portante ?

Oui, vous voyez, il faut bien « faire aller »… sauf mes pauv’ jambes qui font mal ! (Les terribles varices de la femme qui « n’assied » jamais)

Et votre mari ?

Oh ! Il est costaud lui aussi !

Il ne tousse pas ?

Peuh… comme ça.

Il crache ?

Dame un peu le matin.

Enfin, il n’a jamais craché le sang ?

Oh vous savez… si… mais comme tout le monde64 ».

39Les dernières phrases sont symptomatiques de l’ignorance de la population face aux signes d’une tuberculose naissante ; pour la femme enceinte, il est naturel de cracher du sang le matin au réveil, cela arrive à « tout le monde », alors que ce signal aurait dû l’alerter immédiatement. À l’instar de sa collègue, Marthe Hébert brosse également une série de tableaux accablants et fait part de sa véritable incompréhension face à de tels comportements à risques. En voici deux exemples :

40Ici, une femme suit un traitement farfelu préconisé par son médecin traitant :

« Je vous assure, Docteur !... Il m’a dit qu’il n’y avait rien, absolument rien, voilà six mois !

Vous êtes sûre de la date ?

Certaine !...

Oui ?... Je regrette de ne pas vous avoir vue six mois plus tôt…

Mais enfin !... Je n’ai pas de lésions ?... [Voilà le grand mot lâché ; la moitié des nouveaux inscrits n’en connaît pas d’autre pour indiquer cette tuberculose qu’ils ne veulent pas nommer].

Vous n’avez rien de désespéré pour l’instant. C’est déjà très joli, étant donné les circonstances. Mais il s’agit de prendre le taureau par les cornes, si vous ne voulez pas que ça tourne mal !

Le Docteur B… me disait que ça finirait très vite en faisant des pointes de feu…

Eh bien ! Vous allez vous demander, votre mari et vous, si vous préférez ses pointes de feu et la satisfaction de ne rien avoir, ou mon avis et mes conseils qui seront absolument différents, je vous en préviens !... Et si vous voulez revenir, que ce soit dans huit jours au plus tard, pour prendre des décisions sérieuses. Sinon, je m’en lave les mains ! 65»

41Là, une femme souhaite reprendre son activité professionnelle contre l’avis du médecin et au détriment de sa santé. C’est une jeune professeure d’un lycée de filles qui a quitté le sanatorium où elle était en cure pour reprendre son travail :

« Je vous engage à y renoncer… pour les autres ! Et pour vous !

J’aurais des rechutes ?

Sans aucun doute !

Et si je préfère les risquer ? S’il m’est indifférent de … de vivre moins longtemps ?... Et puis, enfin, quand je renoncerais… Que voulez-vous que je fasse ?

Vous soigner pour tout de bon, cette fois… Et faire tout ce que vous pouvez encore pour guérir ! 66»

42Les termes utilisés par les malades sont souvent similaires. Ils tendent à banaliser certains symptômes qui devraient au contraire alerter et déboucher sur une consultation au dispensaire. Cette absence de discernement des classes populaires renforce l’idée de la nécessité des visites effectuées par l’infirmière. Pourtant, celle-ci se heurte à une autre difficulté : comment toucher et intéresser tout le monde ? Il semble évident qu’à l’époque de nombreuses personnes passent encore au travers de ces informations, notamment à la campagne où la diffusion des idées est plus lente et où les mentalités peinent à évoluer. Ce phénomène existe aussi en ville où les personnes les plus pauvres, vivant la plupart du temps dans des « taudis », n’ont que faire de l’hygiène sociale, plus occupées qu’elles sont à survivre. Céline Lhotte rend ainsi mieux compte que n’importe qui de la misère du monde dans laquelle elle évolue, et de la difficulté à prêcher la bonne parole devant cette indigence. La véritable limite de la fonction des infirmières est là : si elle dispense des conseils, elle n’affiche aucune solution ferme et aucun moyen de pression pour améliorer l’hygiène de l’habitat et de ses pensionnaires :

« Prêcher l’hygiène ? La noble croisade et comme on est fière d’être visiteuse quand on aborde ces taudis ! Je parle, oui, mais comme elles sont bonnes celles à qui je parle de m’écouter en silence avec leur pauvre sourire lassé, au lieu de mettre tout simplement dehors la porteuse de belles paroles que je suis ! Soleil, air libre, tout-à-l’égout, bifteck… Où et comment ?... Ouvrez donc vos fenêtres (sur la cour ?), lavez mieux votre linge (dans la cuisine ?), séchez-le (… où vous pourrez !) et conservez autant qu’il faudra vos seaux hygiéniques sous la table de la salle à manger. De la propreté, ma brave dame, encore de la propreté, et encore de la propreté… Il y a des minutes où l’on a plus qu’un désir : se boucher les yeux et les oreilles, ne plus rien voir, ne plus rien entendre, et surtout, oh surtout, ne plus faire d’humour ; pleurer simplement sur toute cette misère humaine que personne, j’en ai peur, ne cherche à soulager. Politique électorale, promesses, et, tout au fond, chacun pour soi et malheur au vaincu…67 ».

Conclusion

43Finalement, au travers de cette étude, on constate que, dans les représentations collectives, l’image de l’infirmière de l’après-guerre reste identique à celle de la bénévole du début du siècle malgré une évolution significative de la profession due à l’émergence d’un système conjoint de lutte contre la tuberculose et la mortalité infantile. D’ailleurs, l’historien Pierre Guillaume pense que la professionnalisation provoque un certain malaise au sein de la population car elle inclut « une rupture avec la tradition ancestrale de recours aux simples vertus féminines, à la charité de la femme chrétienne68». Ainsi, au sein même de la population française comme au sein du monde médical, l’évolution des mentalités ne semble pas réellement acquise et « la » femme demeure confinée dans un rôle prédestiné.

44En outre, on constate surtout que les infirmières n’ont que trop rarement obtenu les responsabilités nécessaires pour assurer leurs fonctions. En effet, même si les infirmières représentent, avec les enseignantes, presque les seules dont on ait accepté le travail qualifié à cette époque, elles demeurent condamnées à évoluer dans un monde dominé par l’« homme » médecin. Leur tâche, pourtant primordiale, ne fût jamais vraiment examinée avec la considération qu’elle aurait méritée ;  et ceci malgré un courant propagandiste nouveau porté par quelques personnages emblématiques, comme Léonie Chaptal, pour l’obtention d’une reconnaissance à part entière.

45Du côté des autorités médicales, le travail de l’infirmière est affiché, enjolivé et poétisé. Cependant au sein de cette politique étatique de prévention organisée pendant l’entre-deux-guerres, l’idée qui prédomine consiste à dire : « Au médecin la maladie, à l’infirmière les malades »69. Cette définition réaliste laisse à penser que les infirmières n’avaient pas la place la plus aisée au sein du dispensaire car, outre la fatigue accumulée par les innombrables visites et la faible rémunération perçue, c’est bien le contact avec la réalité du terrain, fait de misère et de dénuement total d’une grande partie des malades et de leurs familles, qui restait difficile à vivre pour ces jeunes femmes peu habituées à côtoyer cette indigence.

46Stéphane Henry, docteur en histoire contemporaine, Université Le Havre

Haut de page

Notes

1  Seuls quelques parties d’ouvrages ou des articles relatent l’histoire des infirmières-visiteuses : F. BATTAGLIOLA, Histoire du travail des femmes, Paris, La Découverte, 2004 ; G. CHARLES, L’infirmière en France d’hier à aujourd’hui, Paris, Centurion, 1979 ; E. DURBECQ, « Femmes et œuvres : l’exemple des Croix-rouges françaises », Recherches Contemporaines, Paris, Université Paris X Nanterre, n° 3, 1995-1996, p. 193-205 ; Y. KNIBIEHLER, dir., Cornettes et blouses blanches : les infirmières dans la société française, 1880-1980, Paris, Hachette, 1984 ; Y. KNIBIEHLER, Nous, les assistantes sociales ; naissance d’une profession, 30 ans de souvenirs d’assistantes sociales français 1930-1960, Paris, Aubier-Montaigne, 1980 ; Y. KNIBIEHLER, C. FOUQUET, La femme et les médecins, Paris, Hachette, 1983 ; V. LEROUX-HUGON, « L’infirmière au début du XXe siècle : nouveau métier et tâches traditionnelles », Le Mouvement social, n° 140, juillet-septembre 1987, (« Métiers de femmes »), p. 55-68 ; R. MAGNON, Les infirmières. Identité, spécificité et soins infirmiers : le bilan d’un siècle, Paris, Masson, 200 ; B. STINGLHAMBER-VANDER BORGHT, Infirmière : genèse et réalité d’une profession, Bruxelles, De Boeck, 1994,  ; F. THÉBAUD, La femme au temps de la guerre de 14, Paris, Stock, 1986.

2  M.F. COLLIÈRE, Promouvoir la vie. De la pratique des femmes soignantes aux soins infirmiers, Paris, Masson, 4e édition, 2003.

3  O. HUTET, « La vie quotidienne à l’hôpital de Fécamp », in Y. MAREC, dir., Accueillir ou soigner ? L’hôpital et ses alternatives du Moyen Age à nos jours, Rouen, Publications des Universités de Rouen et du Havre, 2008, p. 171-192.

4  Ce médecin républicain (1840-1909), neurologue à l’hôpital Bicêtre, était un fervent défenseur de l’idée de laïcisation de l’hôpital et croyait en la nécessité d’un personnel féminin faisant office d’intermédiaire entre le médecin et les familles. M. POISSON, Origines républicaines d’un modèle infirmier : 1870-1900. Histoire de la profession infirmière en France, Vincennes, Éd. Hospitalières, 1998. Ce point est largement développé dans la thèse de Véronique LEROUX-HUGON, soutenue en 1981 et restée inédite : Infirmière des hôpitaux parisiens, 1871-1914. Ébauche d’une profession.

5  C. CHEVANDIER, « Former des professionnelles, former une profession : la formation des infirmières au XXe siècle », in B. CARRIER-REYNAUD, dir., L’enseignement professionnel et la formation technique du début du XIXe au milieu du XXe siècle, Saint-Étienne, Institut des Études Régionales et des Patrimoines, 2006, p. 33-44.

6  B. STINGLHAMBER-VANDER BORGHT, Infirmière..., op. cit., p. 59.

7  J. SALIBA, B. BON-SALIBA, B. OUVRY-VIAL, Les infirmières : ni nonnes, ni bonnes, Paris, Syros, 1993.

8  Ibid.

9  F. THÉBAUD, La femme au temps de…, op. cit.

10  C. CHEVANDIER, « Dans les hôpitaux civils : anges blancs ou travailleuses ? », in R. CAZAL, E. PICARD, D. ROLLAND, La Grande Guerre : pratiques et expériences, Toulouse, 2005, 412 p., p. 25-34.

11  M. R. HIGONNET, Nursesat the front. Writing the wounds of the Great War, Boston, Northeastern University Press, 2001.

12  On peut citer le cas d’Alice Bianquis (1887-1974), fondatrice de l’hôpital école Ambroise Paré de Lille : « À la déclaration de guerre, elle est affectée d’août 1914 à avril 1915 à l’hôpital auxiliaire situé 35 rue de Trévise à Paris, siège des Unions chrétiennes des jeunes gens. Puis, jusqu’en mars 1916, à Vittel […]. Ensuite, pour un mois à Bar-le-Duc. De septembre 1916 à avril 1917 à Moulins, puis de juin à octobre 1917 à Châlons-sur-Marne […] Jusqu’en décembre 1918, elle est affectée à 5 ambulances […] ». Voir les nombreux portraits réalisés par Evelyne Diebolt et disponibles sur le site  www.femmesetassociations.org

13  E. FAGUET, Le Gaulois, 4 juin 1915, cité par G. GENNARI, Le dossier de la femme, Paris, Perrin, 1965,      p. 203.

14  Ce plan est instauré en 1915 par Jules Brisac, directeur de l’Assistance et de l’Hygiène Publique au Ministère de l’Intérieur, et mentionne deux objectifs : la création de sanatoriums de fortune, dits « stations sanitaires », d’une part, où l’on peut recevoir tout à la fois les militaires tuberculeux réformés et ceux en instance de réforme ; en second lieu, la formation de « Comités d’Assistance aux anciens militaires tuberculeux » unis autour d’un comité central parisien sous la présidence de Léon Bourgeois.

15  G. A. KÜSS, « L’hygiène et la guerre », Annales d’hygiène publique et de médecine légale, n° 23, 1915,        p. 369-371.

16  L. CHAPTAL, « Infirmières d’hygiène et assistantes sociales », L’hygiène sociale, S.A.P.E., 1927, p. 2.

17  G. CHARLES, L’infirmière en France, op.cit., p. 124-125 : Le décret du 27 février 1922 crée le diplôme d’État et un Conseil de perfectionnement des écoles d’infirmières : « Il est institué des brevets de capacité professionnelle permettant de porter le titre d’infirmière diplômée de l’État français qui seront délivrés par le Ministère de l’Hygiène, de l’Assistance et de la Prévoyance sociales aux infirmières hospitalières, aux visiteuses d’hygiène sociale et aux diverses infirmières à spécialité restreinte, puériculture, surveillance sanitaire des écoles, hygiène mentale […] ayant satisfait aux deux conditions suivantes : Justification d’un stage reconnu suffisant dans une ou plusieurs écoles d’infirmières professionnelles, soit générales, soit spécialisées, ayant au moins deux ans de fonctionnement […] Examen subi avec succès devant un jury constitué à cet effet par arrêté ministériel, suivant un programme préalablement rédigé par le ministre, après avis de la section compétente du Conseil de perfectionnement. »

18  G.A. KÜSS., L. RIBADEAU-DUMAS, « Programme des cours théoriques d’enseignement pour la formation des infirmières-visiteuses d’hygiène sociale », Bulletin  du Comité National de Défense contre la Tuberculose, Paris, tome I, 1920, p. 112-122.

19  Tous sont des phtisiologues reconnus et à la tête des plus hautes instances nationales en matière de lutte contre la tuberculose au début des années 1920 (Comité National de Défense contre la Tuberculose) : on trouve les docteurs Calmette, Letulle, Küss, Ribadeau-Dumas, entre autres.

20  De 48 dispensaires en 1918, on passe à 569 dispensaires en 1925 répartis sur l’ensemble du territoire français. Cf. L. VIBOREL, Savoir prévenir : guide de la santé et de la lutte contre les maladies sociales, Paris, L.V, 1939, 317 p.

21   A. CALMETTE, Les dispensaires antituberculeux et leur rôle dans la lutte contre la tuberculose, Paris, C. Naud, 1901, 50 p.

22  Archives Municipales du Havre, série M³, carton 2, liasse 6, dispensaire antituberculeux Brouardel, pochette articles de l’inauguration du dispensaire Brouardel, article de Albert Herrenschmidt dans le journal le Petit Havre intitulé « La lutte contre la tuberculose, le dispensaire antituberculeux de la rue Haudry », daté du 25 octobre 1925.

23  A. CALMETTE, « Le rôle de l’infirmière visiteuse dans les dispensaires antituberculeux », La Vie Saine, août 1924, p. 3-4.

24  G. CHARLES, L’infirmière…, op. cit.

25  A. CALMETTE, « Comment doit-on envisager le rôle des médecins et celui des visiteuses dans les dispensaires d’hygiène sociale et de préservation contre la tuberculose ? », Bulletin du Comité National de Défense contre la Tuberculose, 1920, n° 1, p. 197-202. Voir également l’analyse du rôle des sages-femmes par C. ROLLET-ÉCHALIER, La politique à l’égard de la petite enfance sous la Troisième République (1865-1939), Paris, INED/PUF, 1990.

26  Témoignage d’Albert Calmette retranscrit dans l’ouvrage de P. GUILLAUME, Du désespoir au salut : les tuberculeux aux XIXe et XXe siècles, Paris, Aubier, 1986, p. 211.

27  Le programme comprend des cours théoriques dans plusieurs domaines : la tuberculose (36 leçons), l’hygiène infantile et les notions sommaires de pathologies infantiles (20 leçons), l’hygiène générale et individuelle (9 leçons), les maladies de la peau et la syphilis (5 leçons), les notions élémentaires de petite pharmacie (5 leçons), le rôle de l’infirmière scolaire (4 leçons), l’hygiène alimentaire (4 leçons) et l’alcoolisme (2 leçons).

28  M. RIOT-SARCEY, Histoire du féminisme, Paris, La Découverte, Repères, 2002 ; A. COVA, Maternité et droits des femmes en France : XIXe-XXe siècles, Paris, Anthropos, 1997 ; C. BARD, Les filles de Marianne. Histoire des féminismes, 1914-1940, Paris, Fayard, 1995.

29  L. CHAPTAL, « Infirmières…, op. cit., p. 5.

30  Céline Lhotte nous fait part de son expérience d’infirmière-visiteuse au dispensaire Gibert du Havre dans certains de ses ouvrages. Voir  de C. LHOTTE, Ma mère Ricquet. Croquis sociaux, Paris, Valois, 1928 ; C. LHOTTE, Chœur triste chez les sans-repos, Paris, Renaissance du livre, 1930 ; Sur les fortifs du paradis, Paris, Renaissance du livre, 1932 ;  La petite Bismuth, Paris, Albin Michel, 1932 ; Coins de rue, Paris, Bloud et Gay, 1935. Elle y détaille ses rencontres avec les personnes nécessiteuses, souvent des mères de famille, qu’elle nomme aussi « croquis sociaux », et décrit leur quotidien d’une façon magistrale.

31  M. HÉBERT, « Aux prises avec la tuberculose à Luc-sur-Seille », Études, Paris, Tome 210, 5 janvier 1932,   p. 406-426.

32  Anonyme, Concours Médical, 26 février 1928.

33  Le Dr. Evrot est chargé par le Comité National de Défense contre la Tuberculose de procéder à des enquêtes de terrain dans chaque département français pour rendre compte de la situation concernant la lutte antituberculeuse.

34  Archives de l’Institut Pasteur, fonds du CNDT, côte CNDT. DPT 68, correspondance avec Comité Départemental de Seine-Inférieure. Rapport du Dr. Evrot, délégué technique du CNDT, dans la Seine-Inférieure en 1919 sur la situation du département en matière de lutte contre la tuberculose.

35  On peut citer en exemple les ouvrages et articles suivants : R. CABOT, Essais de médecine sociale. La fonction de la visiteuse à domicile, Paris-Zurich, G. Crès, 1919 ; Guide pratique du visiteur et de la visiteuse, ce qu’il faut savoir, ce qu’il faut faire pour empêcher la propagation de la tuberculose, Comité d’Assistance aux Militaires tuberculeux, Paris, 1916 ; A. GUILLOND,  « Le rôle éducatif des offices, des dispensaires d’hygiène sociale et des infirmières visiteuses », l’Infirmière française, tome I, 1924, p. 343-347 ; L. GUINARD, « Prophylaxie antituberculeuse dans les familles et intervention des infirmières-visiteuses », Bulletin  du Comité National de Défense contre la Tuberculose, Paris, tome IV, 1923, p. 1-5 ; L. GUINON, « Les infirmières-visiteuses dans la lutte antituberculeuse », Revue d’hygiène et de police sanitaire, 1919, tome 41, p. 740-741 ; G. A. KUSS, Manuel des infirmières-visiteuses des tuberculeux, Paris, Maloine, 1932 ; VIOLETTE, « La visiteuse d’hygiène devant l’opinion médicale », Bulletin  du Comité National de Défense contre la Tuberculose, Paris, tome II, 1924, p. 288-290.

36  VIOLETTE, « La visiteuse… », op. cit., p. 289.  

37  Juliette Delagrange est surintendante des services d’hygiène au ministère de la santé et directrice du bureau central des infirmières durant les années 1920. Voir L.L. CLARK, The rise of professional women in France. Gender and public administration since 1830, Cambridge, Cambridge University Press, 2000.

38  Y. KNIBIEHLER, dir., Cornettes… op. cit., p. 103.

39  V. LEROUX-HUGON, Des saintes laïques..., op.cit.,  p. 103.

40  Archives de l’Institut Pasteur, fonds Service du BCG, côte BCG. 29 : organismes officiels de lutte antituberculeuse. Rapport de l’IDHS, Charles Ott, présenté au Conseil Général, Rouen, 1921, 79 p.

41  Tableau et cartes suivantes réalisés d’après Archives Départementales de Seine-Maritime, série 5M46 : infirmières, création d’écoles (délibérations des commissions administratives d’hospices relatives à l’exécution de la circulaire ministérielle du 28/10/1902 ; règlement ; correspondance relative au fonctionnement) ; organisation des concours (1927-1937) ; bourses (1928-1935).

42  Y. KNIBIEHLER, dir., Cornettes…, op. cit., p. 158-159.

43  Archives Départementales de l’Eure, série 27X4, lutte contre la tuberculose et créations de dispensaires  (1913-), Procès-verbal de l’assemblée générale du Comité antituberculeux de l’Eure pour l’année 1926 qui s’est tenue au siège social de l’association, 24 rue Isambard à Evreux, le 14 mai 1927.

44  Archives Départementales de l’Eure, série 2N87, délibérations du Conseil Général de l’Eure en 1938, « Inspection départementale d’hygiène. Augmentation de l’indemnité annuelle de déplacements attribuée aux infirmières-visiteuses », rapport présenté par le Dr. Baissette, médecin inspecteur des services d’hygiène.

45  S. HENRY, La lutte contre la tuberculose en Haute-Normandie (1914-1939) : modèle sanitaire exemplaire ou vaste artifice médiatique ?, Thèse de doctorat d’histoire contemporaine, Université Le Havre, juin 2009, p. 335-367.

46  L. CHAPTAL, « Infirmières… », op. cit., p. 7.

47  La moitié  des infirmières affectées aux dispensaires lyonnais en 1930 sont encore bénévoles. D. DESSERTINE, O. FAURE, Combattre la tuberculose, Lyon, Presses Universitaires de Lyon, 1988, p. 150.

48  Le dispensaire d’Avignon conserve une religieuse comme infirmière jusqu’en 1926 alors que les dispensaires d’Orange et de Bollène en ont une jusqu’en 1932. S. HENRY, L’autre guerre : vaincre la tuberculose en Vaucluse (1915-1940), Mémoire de Maîtrise d’Histoire Contemporaine, Avignon, 2004, p. 68.

49  Archives de l’Institut Pasteur., fonds du CNDT, série CNDT.DPT 24, correspondance, exercice année 1932.

50  Tableau réalisé d’après Archives Départementales de l’Eure, série 2N70 à 2N77, délibérations du Conseil Général de l’Eure entre 1923 et 1930, « Rapports de M. le Docteur Lièvre-Brizard, directeur des services départementaux d’hygiène de l’Eure ».

51  Archives Départementales de Seine-Maritime, série 5M129, rapport de fonctionnement de l’inspecteur départemental des services d’hygiène, le Dr. Ott, au Conseil Général en 1925.

52  Sixième Congrès National de la Tuberculose, Lyon, 1927, Paris, Masson, 1927.

53  Tableau réalisé d’après Archives Départementales de l’Eure, série 2N68 à 2N81, délibérations du Conseil Général de l’Eure entre 1921 et 1934, « Rapports de M. le Docteur Lièvre-Brizard, directeur des services départementaux d’hygiène de l’Eure ». Voici quelques indications pour la lecture de ce tableau : le dispensaire de Louviers est créé en 1920 puis le dispensaire d’Evreux en 1922, celui de Bernay en 1923 et enfin, ceux de Vernon, Gisors et Ecouis en 1930. Les noms propres correspondent aux noms des infirmières qui ont la responsabilité de l’accueil et des visites des malades dans leur dispensaire d’attribution. Par exemple, pour le dispensaire de Bernay, Mlle Josse est remplacée par Mlle Genevray en 1924, elle-même remplacée par Mlle Brunet en 1926 et ainsi de suite (Mlle Chédeville en 1929, Mlle Touchet en 1931 et enfin Mlle Lemaitre en 1932).

54  Archives de l’Institut Pasteur., fonds du CNDT, série CNDT.DPT 24, correspondance, exercice année 1931, Procès-verbal de l’Assemblée Générale du Comité antituberculeux de l’Eure du 6 mai 1931, déclaration du Dr. Lièvre-Brizard.

55  Ibid, exercice année 1934, Procès-verbal de l’Assemblée Générale du Comité antituberculeux de l’Eure du 16 avril 1934, déclaration du Dr. Lièvre-Brizard.

56  M. HÉBERT, « Aux prises…, op. cit., p. 408.

57  L. CHAPTAL, Du rôle de l’infirmière visiteuse et de l’assistante sociale dans l’application des lois et règlements d’assistance, Paris, Berger-Levrault, 1927, p. 8.

58  M. LORIOL, Le temps de la fatigue. La gestion sociale du mal-être au travail, Paris, Anthropos, 2000, 293 p.

59  P. GUILLAUME, « Les maladies sociales : la tuberculose et autres maux », in M. A. BERNARDIS, L’homme et la santé, Paris, Seuil, 1992, p. 61.

60  L. BOLTANSKI, Prime éducation et morale de classe, Paris, Ed. de l’EHESS, 1984, 152 p.

61  C. LHOTTE, Chœur triste…, op. cit, p. 57.

62  C. LHOTTE, Ma mère Riquet…, op. cit., p. 125.

63  R. MAGNON, Les infirmières..., op. cit., p. 26.

64  C. LHOTTE, Ma mère Riquet…, op. cit., p. 22.

65  M. HÉBERT, « Aux prises avec…, op. cit., p. 414-415.

66  Ibid, p. 419.

67  C. LHOTTE, Ma mère Riquet…, op. cit., p. 105.

68  P. GUILLAUME, Du désespoir…, op. cit, p. 210.

69  Y. KNIBIEHLER, dir., Cornettes…, op. cit, p. 235.

Haut de page

Table des illustrations

Légende Figure 3 : Populations surveillées par infirmière par km
URL http://genrehistoire.revues.org/docannexe/image/836/img-1.png
Fichier image/png, 24k
URL http://genrehistoire.revues.org/docannexe/image/836/img-2.png
Fichier image/png, 77k
URL http://genrehistoire.revues.org/docannexe/image/836/img-3.png
Fichier image/png, 1,7k
URL http://genrehistoire.revues.org/docannexe/image/836/img-4.png
Fichier image/png, 4,9k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Stéphane Henry, « Les infirmières-visiteuses pendant l’entre-deux-guerres en Haute-Normandie : entre professionnalisme officiel et bénévolat officieux », Genre & Histoire [En ligne], 5 | Automne 2009, mis en ligne le 20 décembre 2009, consulté le 24 avril 2017. URL : http://genrehistoire.revues.org/836

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Genre & histoire est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page