Navigation – Plan du site
Articles

« Ni bas-bleu, ni pot-au-feu » : la conception de « la » femme selon Augusta Moll-Weiss (France, tournant des XIXe-XXe siècles)

Sandrine Roll

Résumés

Cet article analyse les idées et l’œuvre de la directrice de l’École des mères, Augusta Moll-Weiss. Dans le contexte du tournant des XIXe-XXe siècles où l’éloge de la ménagère est un thème récurrent des discours moralisateurs émanant des ouvriers ou des bourgeois, Augusta Moll-Weiss met en place un projet de cours ménagers. Son œuvre offre une approche singulière de ce que des activités reconnues comme typiquement féminines peuvent offrir aux femmes. Loin de former uniquement des « fées du logis », les cours professés à l’École des mères donnent aussi aux élèves la possibilité de se préparer à une carrière professionnelle. Augusta Moll-Weiss imagine alors pléthore de débouchés qui placent les activités « du souci des autres » dans la sphère du travail social. Son engagement en faveur de l’enseignement ménager s’accompagne d’une réflexion sur de nouveaux modèles domestiques susceptibles d’accompagner l’entrée des femmes sur le marché du travail. La rationalisation et le partage sexué des tâches domestiques ainsi que la question du temps partiel sont au cœur de son projet. Aux marges de la philanthropie et du féminisme, Augusta Moll-Weiss s’engage donc dans une stratégie de reconnaissance du rôle des femmes dans l’espace civique. Après avoir présenté l’œuvre scolaire de cette femme, cet article s’intéresse à sa vision de la « Ménagère nouvelle » et à son approche du féminisme.

Haut de page

Texte intégral

1Au tournant des XIXe-XXe siècles en France, comme ailleurs en Europe et en Amérique, « tout le monde […] s’accorde à reconnaître que l’économie domestique est une science de première utilité, et qu’il importe de l’enseigner avec le plus grand soin aux jeunes filles »1. Malgré des origines sociales et religieuses et des idéologies politiques diverses, beaucoup pensent la création de cours ménagers comme un moyen de résoudre la question sociale. Développer un enseignement ménager est alors perçu comme un engagement jugé légitime pour une femme, car il renvoie à la sphère domestique. Mais l’approche des promotrices de cet enseignement est souvent éloignée de la conception qu’en ont les contemporains familialistes et moralisateurs2. Si la plupart ont intériorisé un certain nombre de valeurs traditionnelles et ont une image idéalisée de la femme au foyer, garante de stabilité sociale, leur conception connaît une évolution entre la fin du XIXe siècle et la Première Guerre mondiale. Entre leurs mains, l’enseignement ménager n’a pas pour unique objectif d’enfermer ou de ramener les femmes au foyer. À travers l’enseignement ménager se sont aussi des ouvrières et des bourgeoises qui sont formées à la vie – familiale, sociale et professionnelle. Les engagements des femmes en faveur de cet enseignement favorisent une prise de position sur la place des femmes dans les sphères professionnelle et publique, et contribuent à la définition des pratiques sociales et des normes de genre. Aussi, cet article pose-t-il la question du potentiel émancipateur de l’enseignement ménager et tente de montrer de quelle manière des femmes peuvent faire évoluer les normes de genre tout en étant productrices de ces mêmes normes.

2Cette approche sera développée à travers l’analyse des idées et de l’œuvre de la pédagogue Augusta Moll-Weiss (1863-1946) qui en 1904, après une première expérience à Bordeaux3, fonde l’École des mères, rue Miromesnil à Paris (8e arr.). La réflexion s’inscrit dans le cadre des travaux pionniers français, anglais, américains et allemands qui ont montré qu’un grand nombre de femmes s’engagent au nom de spécificités féminines. Les Françaises Evelyne Diebolt, Sylvie Fayet-Scribe et Anne Cova ont mis en évidence des « associations féminines » et l’engagement au nom de la maternité4. Les travaux des Américaines Elinor Accampo, Rachel Fuchs, Mary Lynn Stewart et de l’Allemande Gisela Bock ont montré le rôle des femmes dans la réforme sociale5.

3L’exemple de la directrice de l’École des mères s’inscrit dans cette historiographie en montrant comment une femme, en « transférant les prérogatives privées dans la sphère publique », réussit à s’impliquer comme « agente de changements politiques »6. Le choix est fait ici de ne pas recourir au préalable au classement contemporain des féminismes pour désigner Augusta Moll-Weiss, afin de porter l’attention sur la pensée et les actions de cette femme qui a voulu améliorer la condition des femmes, mères et travailleuses, en se disant ni « féministe » ni « anti-féministe ».

I. Augusta Moll-Weiss et l’enseignement ménager

4Dans le contexte des transformations économiques et sociales du XIXe siècle, les cours ménagers apparaissent comme une solution au désordre social. À écouter les réformateurs sociaux, les conseillers municipaux ou les inspecteurs, « l’ignorance » des savoirs et savoir-faire féminins relatifs aux choses du ménage sont des facteurs de désorganisation et de troubles dans la société. A contrario, grâce à l’enseignement ménager, qui inculque des valeurs domestiques et des notions de sciences ménagères, les femmes sauraient tenir un ménage et la Nation serait sauvée7. Le sort de la France repose donc, en quelque sorte, sur la capacité des éducatrices et de leurs cours – privés ou publics – à ramener les femmes au foyer. Si, la directrice de l’École des mères partage en partie cette conception, estimant que l’enseignement ménager scientifique et rationnel permettra de préserver l’ordre social, elle n’envisage toutefois pas de former uniquement des « fées du logis ». Elle cherche davantage à renouveler la manière de concevoir les activités ménagères, en souhaitant que les élèves apprennent des méthodes pour gérer et rationaliser leur travail domestique8. Son objectif est de lutter contre l’enfermement de la « femme dans un ‘pot-au-feu’ »9  en œuvrant pour une professionnalisation des tâches ménagères et maternelles. L’enseignement ménager est également pour elle une façon d’obtenir une plus grande reconnaissance du rôle de « la femme moderne » dont l’activité est « relative d’une part au bonheur et à prospérité de la famille, et d’autre part au travail qui assure son existence »10.

5 Bien que les renseignements sur la vie privée d’Augusta Moll-Weiss soient rares11, son projet semble lié à son histoire personnelle. Née à Bordeaux dans une famille d’origine alsacienne12, Augusta Moll fait des études littéraires et scientifiques13. Alors qu’elle est sur le point d’obtenir une licence [en médecine ?], son mariage met un terme à ses études. La jeune mariée, qui « adore les enfants »14 se consacre alors à sa vie familiale et, très vite, se retrouve mère de trois enfants, deux garçons et une fille. Mais le décès de son mari vient bouleverser sa situation et la contraint à gagner sa vie et à assumer seule les tâches de mère, de ménagère et de chef de famille15. Cette expérience également la rapproche de la classe ouvrière dont elle désire améliorer la situation des femmes et des enfants16.

6 Comme la plupart des femmes qui constituent la nébuleuse réformatrice, c’est la prise de conscience des conditions de vie des enfants et des mères qui sont à la base de son projet « d’action maternelle ». Aussi décide-t-elle, en novembre 1897, de fonder des cours complémentaires pour les jeunes filles du monde où les élèves apprendront les savoirs « indispensables pour devenir plus tard des femmes, des mères dignes de ce nom »17. Dans ce cadre, Augusta Moll-Weiss leur enseigne l’économie domestique, l’hygiène, la cuisine, les soins aux enfants, aux malades et elle les exerce, entre autre, à la couture et au repassage. Elle considère cet apprentissage comme « une éducation pratique et altruiste » visant à « compléter l’éducation théorique et personnelle déjà reçue »18. De la même manière, elle pense qu’il faut rééduquer les filles du peuple dans leur rôle. Elle s’adresse alors à la ville de Bordeaux qui lui accorde de donner des cours gratuits dans la salle municipale de l’Athénée. Pour couvrir les frais généraux de son installation, elle sollicite la philanthropie bordelaise et réussit à obtenir « 78 adhésions qui donnèrent 235 francs »19. Grâce également au concours de l’Académie de Bordeaux, Augusta Moll-Weiss peut ouvrir « l’École libre et gratuite d’économie domestique et d’hygiène ». À partir du 15 novembre 1898 les cours se déroulent le jeudi après-midi, de deux heures et demie à quatre heures de l’après-midi.

7 L’approche pédagogique de la directrice de l’École des mères repose sur la volonté d’établir une solidarité féminine qui « fait sortir de l’inaction élégante et passive »20. Aussi convie-t-elle vivement ses élèves de bonnes familles à participer aux cours du jeudi après-midi, estimant que « le contact des enfants des différentes classes sociales » est « le meilleur apprentissage de morale »21. L’un des points de départ de l’enseignement ménager pour les filles de la bourgeoisie serait donc la compassion. Autrement dit, rien de particulièrement original à une période où la plupart de celles qui s’engagent dans la philanthropie ou l’action sociale mettent l’accent sur l’action spécifique des femmes de la bourgeoisie envers les pauvres. Pourtant avec son projet d’École des mères, Augusta Moll-Weiss prétend se distinguer des autres mouvements féminins de son temps créant un nouvel espace de formation qui rassemble des élèves de toutes les confessions22.

8 Son engagement en faveur de l’enseignement ménager se concrétise surtout à partir de 1904, lorsqu’elle ouvre l’École des mères au numéro 12 de la rue Miromesnil dans le VIIIe arrondissement de Paris. Son projet est ambitieux. Elle désire organiser un véritable centre d’enseignement et de recherches en sciences domestiques et maternelles et offrir à ses futurs élèves la capacité d’optimiser leurs compétences dites « naturelles » en leur proposant un cursus très vaste. Elle envisage de préparer les jeunes filles à leur « double rôle de maîtresse de maison et de mère » et promeut en même temps de nouvelles formations qui puissent ouvrir de nouveaux débouchés sur le marché du travail, notamment pour celles qui ne peuvent aspirer à une vie domestique.

9 L’école comporte plusieurs « sections ». La première est consacrée à l’éducation ménagère des jeunes filles des classes moyennes. À partir du 15 novembre de chaque année les élèves peuvent suivre des cours théoriques sur des sujets très divers : économie domestique, hygiène, soins aux malades, puériculture, psychologie de l’enfant, littérature et français, économie sociale et droit. Ces leçons sont complétées par des travaux pratiques de cuisine, de cuisine diététique23, de blanchissage, raccommodage, repassage, coupe et par des « cours appliqués » à la consultation des nourrissons aux dispensaires, aux jardins d’enfants, à l’école de garde. Les cours sont payants à raison de 10 francs chacun et par mois. Le tarif mensuel pour l’ensemble des cours s’élève à 75 francs pour les élèves externes et 225 francs pour les élèves internes24. Des bourses et des prêts peuvent être accordés. Influencée par le mouvement de l’éducation nouvelle25, qui s’intéresse à l’enfant comme individu et qui prône un apprentissage par l’activité, Augusta Moll-Weiss se montre particulièrement soucieuse de développer une instruction basée sur les activités pratiques. Aussi les cours professés à l’École des mères valorisent-ils le travail manuel et tentent-ils de mettre en œuvre le principe que le corps tout comme l’esprit doit être éduqué26.

10 L’École des mères est également une « sorte d’école normale secondaire d’enseignement ménager »27 qui dans le cadre de sa section « éducatrice » forme les jeunes filles désirant se « préparer à leur rôle social » ou devenir professeures d’enseignement ménager. Ces dernières passent alors un examen de fin d’année comprenant des épreuves écrites, pratiques et orales. Très vite, Augusta Moll-Weiss met également en place un cours de vacances destiné aux institutrices déjà en poste.

11 Accompagnée de ses « élèves-maîtresses », elle se rend régulièrement dans les centres ouvriers de Belleville, Levallois, Grenelle et Bercy afin d’y enseigner les activités domestiques, l’hygiène et l’éducation des enfants aux ouvrières et, parfois aussi, aux ouvriers. Les conférences et leçons données dans ces centres forment la section populaire28.

12 À côté de ces sections d’enseignement, il existe la section des recherches et études qui a un double objectif : scientifique, lorsque par ses recherches ou enquêtes29 elle conduit « à la simplification de la tâche matérielle par l'application aux travaux ménagers des conquêtes scientifiques », et social « car elle ramène aux conceptions réelles et pratiques les recherches trop souvent utopiques de ceux qui ne connaissent ces questions que pour ce qu'ils en ont entendu dire »30.

13 Dans l’intention de vulgariser les principes d’économie domestique dans la société, Augusta Moll-Weiss dote son école d’une section propagande qui publie des articles et organise des expositions et des conférences. En 1906 apparaît la revue mensuelle : Le Conseiller de la famille et l’École des mères (1906-1914)31. Le journal porte pour sous-titre « Revue mensuelle internationale d’éducation sociale, familiale et ménagère »32 et se donne pour but de mettre « les lecteurs au courant de l’évolution des grands problèmes sociaux qu’il n’est pas permis d’ignorer ». La publication se divise en deux parties : la première intitulée « le conseiller de la famille » aborde des questions d’éducation sociale, familiale et traite de la vie des femmes ; la seconde, « L’École des mères » présente davantage l’école et les différents objectifs des enseignements ménagers. En plus des articles d’Augusta Moll-Weiss, Le Conseiller de la famille et l’école des mères contient des textes rédigés par des membres de l’Institut, de l’Académie de médecine et des pédagogues, qui sont pour la plupart membres de comité de l’École des mères. Des articles de l’économiste social, Emile Cheysson (1836-1910), sont régulièrement publiés. On y trouve également des textes de féministes, comme Amélie Hammer, Jeanne Oddo-Deflou ou Jane Misme. Il s’agit le plus souvent d’articles rédigés pour d’autres journaux ou de conférences qui sont réédités dans les pages du Conseiller de la famille. Les articles pédagogiques et les questions sociales sont souvent novateurs : on peut y trouver des études sur l’alimentation « rationnelle » et l’éducation sexuelle33 et des articles traitant des conditions de travail des femmes et de la législation en vigueur en France. Augusta Moll-Weiss fait également connaître ses idées en collaborant à de nombreux journaux : régionaux comme la Petite Gironde, médico-sociaux comme Le Praticien médical, La Revue Philanthropique, pédagogiques comme L’Educateur moderne, Le Journal des instituteurs et des institutrices, etféministes modérés telle La Française. À partir de 1897, elle se lance dans l’écriture de plusieurs ouvrages d’économie domestique.

14 En œuvrant en faveur de l’enseignement ménager, Augusta Moll-Weiss se lance dans un projet plus global qu’il ne pouvait sembler au premier abord. Comme Léonie Chaptal et Gabrielle Alphen-Salvador (1856-19120)34, qui sont membres du comité de patronage de l’École des mères, elle fait partie de la nébuleuse réformatrice qui cherchent à ouvrir des droits et surtout des professions aux femmes. Dans ce cadre, elle essaie de créer un réseau en sollicitant l’attention de groupes aux aspirations parfois convergentes. À plusieurs reprises, elle s’adresse au comité des Dames de la ligue de l’enseignement qui se montre peu enclin à répondre à ses suppliques. En 1904, elle rencontre Emile Levasseur (1828-1911), le fondateur de l’Association pour l’enseignement secondaire des jeunes filles, qui l’autorise à donner un cours d’enseignement ménager à la Sorbonne35. La directrice rédige également des enquêtes pour le Musée social qui, en 1905, l’envoie quelques mois en Allemagne mener une étude sur les écoles ménagères36. C’est l’occasion pour elle de visiter les crèches, les cliniques infantiles, les jardins d’enfants du pays et d’étudier la méthode de Fröbel. À son retour à Paris, elle donne plusieurs conférences qui sont très suivies au Musée social37. La même année, elle fait une conférence au congrès d’hygiène sociale de Montpellier afin d’expliquer l’intérêt des leçons ménagères pour les deux sexes dans l’enseignement post-scolaire38. Elle cherche également à s’insérer dans un mouvement de réflexion plus large en participant à des congrès internationaux, comme celui de l’enseignement primaire qui s’est tenue à la Sorbonne en 190039, ou celui consacré à l’enseignement ménager qui a eu lieu en Suisse en 190840.

II. Entre vie domestique et vie active

15 Tout en invoquant une identité féminine/maternelle et en réclamant que les femmes remplissent la « mission que la nature prétend donner à leur sexe », Augusta Moll-Weiss remet en cause une partie des normes de genre. Pour elle, l’enjeu majeur du siècle est d’accompagner les femmes dans la modernisation de la société. Pour ce faire, elle revisite alors les missions traditionnellement attribuées aux femmes en relativisant le travail qu’elle présente pour les femmes des milieux modestes et pour celles célibataires ou veuves, comme un fait social incontournable inscrit dans la logique des sociétés modernes41 ». Elle se propose alors de repenser la place et le rôle des femmes qui se voient « dans l’obligation d’être maîtresse de maison, d’être mère, tout en étant professeur, médecin, caissière ou commise ». Les enseignements reçus à l’École des mères doivent leurs offrir la possibilité de choisir l’activité rémunérée qui leurs plaise, afin qu’elles puissent mener leur double tâche de ménagères-éducatrices et de travailleuses42.

16 C’est la « femme moderne43 », c'est-à-dire une épouse et mère sachant gérer rationnellement son logis et la société qu’elle entend former. Ses élèves de la section éducatrice deviennent alors des professionnelles d’éducation populaire qu’elle nomme, « à juste titre » selon La Française, « des monitrices sociales »44. Ainsi l’École des mères sert « de première étape à l’activité sociale de la femme »45. Il ne s’agit pas ici de charité, ni même de philanthropie, mais bien plus de réformes qui impliquent connaissance, culture et responsabilité. Dans ce cadre, l’une des principales cibles de ses interventions est « l’enfance handicapée46 », dont l’étude est intégrée dans les programmes à partir de 190847. L’enseignement professé aux jeunes filles intéressées se distingue par sa modernité. Les élèves suivent un programme d’études médico-pédagogiques établi par les médecins, promoteurs de l’éducation nouvelle, Jean Philippe et Paul Boncourt48, et visitent des cliniques. À cette première approche de la puériculture, Augusta Moll-Weiss adjoint quelques leçons de droit49. Les jeunes femmes ainsi formées peuvent également prétendre aux postes de « maîtresses pour anormaux50 » ou « d’inspectrice des mineurs délinquants » laissés en liberté provisoire51. L’origine de la déviance, estime-t-elle, se trouve souvent au sein du foyer où règnent « le désordre et la débauche ». Le rôle de l’inspectrice, consiste alors en premier lieu à « assainir et embellir le lieu ». Augusta Moll-Weiss est ainsi, en France, une des premières à propager les théories de l’hygiène mentale qui, comme l’a montré l’historienne Nancy Cott, « renforcèrent l’opinion communément admise dans les sciences sociales, selon laquelle le principal devoir de la famille dans la société industrielle moderne n’était plus de répondre aux besoins économiques, mais de fournir l’environnement adéquat pour que les enfants soient en bonne santé et bien adaptés »52.

17 Parmi les métiers auxquels peuvent mener la formation à l’École des mères figurent également ceux qui ont trait à l’enseignement et à l’hygiène53. Aussi affirme-t-elle que ses élèves sont assurées de trouver un emploi dans :

« Les écoles ambulantes agricoles et ménagères, les écoles de garde, les écoles de relèvement et les patronages, les grandes usines qui commencent à créer, un peu partout, des écoles ménagères pour leurs ouvrières, dans les œuvres philanthropiques »54.

18 Elles peuvent également prétendre aux carrières de « dames gouvernantes », de « gérantes d’hôtel », de « cuisinières de régime » ou d’« infirmières de régime » dont la fonction consiste à préparer les régimes prescrits par les médecins ou ceux destinés aux cantines scolaires55. Mais pour que les femmes puissent accéder à ces nouvelles carrières, elles ne doivent pas subir le « cumul » des tâches.

19 La conciliation vie familiale/vie professionnelle est un objectif explicite de la directrice de l’École des mères. Les solutions qu’elle propose alors aux travailleuses connaissent une évolution entre le début du siècle et la veille de la Première Guerre mondiale. En 1902, dans l’idée que le travail des femmes concurrence celui des hommes, elle insiste surtout sur le fait que les femmes, devenues mères, doivent arrêter de travailler pour prendre soin de leurs enfants. Quelques années plus tard, sa conception a évolué : elle admet que le travail est, « en matière sociale », bénéfique pour les femmes56. Afin que toutes puissent remplir facilement leur double tâche domestique et professionnelle, elle s’engage dans deux sphères : privée et publique. Elle cherche à redessiner l’espace domestique et à rationaliser les activités ménagères afin que les femmes disposent de plus de temps libre, et elle s’adresse aux autorités publiques en leur demandant d’instaurer le travail à temps partiel.

20 Augusta Moll-Weiss s’interroge, en effet, sur une possible réforme de l’économie domestique grâce à l’utilisation dans le foyer des progrès acquis dans le monde des techniques : en 1910, elle propose de « remplacer la routine aux longueurs inutiles par des moyens nets, précis, et rapides »57. Pour ce faire, elle recommande vivement l’achat d’équipements : « machines à éplucher les légumes, à les passer en purée, à laver la vaisselle, à perfectionner les coctions lentes et douces, à évaluer l’incertaine température des fritures58 ». Puisque ces ustensiles « se multiplient chaque jour », elle en conclut qu’« avant pas longtemps tel travail qui nous semblait absolument dépendre de l’homme ou de la femme, ne sera plus que la machinale besogne qu’un peu de fer et de bois et un engrenage ingénieux suffiront à remplir ». L’usage de nouveaux appareils ménagers lui semble préférable à l’utilisation de services extérieurs – services domestiques, livraison de repas – alors préconisée par certaines féministes59.

21La deuxième bataille dans laquelle se lance la directrice de l’École des mères est celle du « demi-temps de travail pour les travailleuses qui désirent ne pas perdre leur habilité professionnelle tout en remplissant complètement et consciencieusement leur rôle de mères de famille, de ménagère »60. Ce mode de travail, bien que très peu rémunéré, à un double avantage à ses yeux. Du point de vue économique, il limiterait le taux de chômage « puisqu’un emploi suffirait à deux femmes ». Du point de vue social, « cela enraierait plus qu’on ne saurait le croire la marche vers une criminalité chaque jour plus inquiétante »61. On retrouve donc bien ici des considérations conservatrices et morales. Également attentive à la législation sur le travail des femmes, elle n’hésite pas à se faire entendre, comme la plupart des féministes, quand une loi ne satisfait pas entièrement ses exigences62. C’est ainsi qu’en 1913, elle pointe les lacunes de la loi Strauss sur les congés de maternité (17 juin 1913) qui ne s’adresse qu’aux mères salariées.

22 Au fil des années Augusta Moll-Weiss devient une véritable experte de la condition féminine. Elle cherche à accompagner la femme moderne et à lui donner la possibilité d’être mère et travailleuse. Son intention est d’obtenir une meilleure visibilité publique et une reconnaissance sociale du rôle des ménagères des différentes classes sociales. Pourtant, il n’est pas clair pour toutes et tous que l’éducation ménagère puisse servir la cause féministe.

III. Une pensée féministe ?

23 Augusta Moll-Weiss se dit largement incomprise par la plupart des femmes : elle a souvent l’impression que son engagement n’est reconnu ni par les mouvements féminins ni par les mouvements féministes. Les « mères […] très bonnes ménagères, peut-être même pot-au-feu » ne voient pas l’utilité de l’introduction de pratiques ménagères dans les cursus scolaires, estimant que la transmission du savoir ménager s’effectue de mères en filles. Les « femmes nouvelles, les féministes ardentes », quant à elles, estiment qu’Augusta Moll-Weiss se montre top conservatrice, défendant une conception patriarcale de la société63. Pourtant, la directrice de l’École des mères se défend de telles intentions. À ses yeux l’enseignement ménager permet de compléter le féminisme qui n’a pas réussi à résoudre certains problèmes, notamment celui de la réorganisation du foyer. Elle soutient l’idée qu’à côté des grandes luttes pour l’égalité politique, il faut de surcroît mener une bataille pour « alléger la tâche journalière de la femme […] en unissant l’homme à la femme pour les soins les plus pénibles du ménage »64. Selon elle, la vie familiale réclame une préparation que les filles et les garçons doivent suivre65. Elle ne l’envisage toutefois que pour les habitants des quartiers populaires, visant avant tout à obtenir une « pacification » des rapports entre époux. À ses yeux, de cet enseignement émane :

« Une plus juste compréhension par l’homme des devoirs multiples et fatigants de la femme, plus de justice dans l’évaluation de son travail domestique, plus de complaisance, plus de douceur dans les rapports des deux sexes66 ».

24 Craignant que les cours ménagers post-scolaires organisés après les journées de travail des ouvrières ne nuisent à l’harmonie des familles67, elle s’efforce de mettre en œuvre la « co-éducation post-scolaire ménagère dans diverses universités populaires »68.

25 Si Augusta Moll-Weiss pense qu’« il faudrait une bonne fois reconnaître l’égalité des sexes69 », l’égalité, telle qu’elle la conçoit, n’est pas une alternative à la différence70. De ce fait, elle préconise pour l’homme et la femme « une éducation intellectuelle égale en employant des procédés différents, adaptés à ce qu’est l’homme, à ce qu’est la femme et surtout au but vers lequel ils tendent »71. Si les cours de cuisine sont mixtes, les autres enseignements domestiques diffèrent. Pendant que les filles s’exercent au repassage et à la couture, les garçons apprennent à ressemeler, recoudre le mieux possible sous la direction d’un cordonnier. Les notions domestiques doivent surtout permettre aux garçons « d’estimer le travail de la femme » et seulement « au besoin ils y contribuent »72. La directrice de l’École des mères pense donc l’égalité dans la différence : si elle désire que l’enseignement ménager fasse partie de la scolarité des garçons dans l’espoir d’améliorer l’harmonie familiale, l’organisation du foyer reste avant tout une tâche de femmes.

26 Aussi les relations entre Augusta Moll-Weiss et les féministes restent complexes. Mais à une époque où les définitions du féminisme sont multiples, cela n’est guère étonnant. Augusta Moll-Weiss est proche des « féministes modérées » et éloignée des plus radicales. En 1906, l’École des mères participe au Conseil national des femmes françaises (CNFF) – un groupement qui, sur le modèle des Américaines, rassemble à partir de 1901 un grand nombre d’associations françaises –. Certains journaux comme La Fronde, Le Journal des femmes et La Française rendent hommage à « la portée éducative incontestable » de son œuvre73. S’il n’est pas surprenant de lire de tels propos dans les deux derniers périodiques cités, qui sont des organes de l’aile modérée du féminisme ; il peut sembler plus surprenant de trouver des articles vantant les mérites de l’enseignement ménager dans le quotidien de Marguerite Durand. Il est alors bon de rappeler que si les Frondeuses remettent en cause l’impératif domestique du XIXe siècle, elle mettent également « l’emphase […] sur les rôles conventionnels féminins d’épouse, de ménagère », brouillant ainsi la lisibilité culturelle du journal74.

27 Mais son refus de revendiquer des droits universels et sa prise de position contre le suffrage des femmes expliquent les désaccords qui se font jour entre certaines féministes et la directrice de l’École des mères. En décembre 1905 par exemple, lors d’une réunion du Groupe français d’études féministes, dirigé par Jeanne Oddo-Deflou, elle n’a pas peur « d’attaquer assez vivement les théories féministes » et d’affirmer que les femmes doivent rester « loin de l’urne électorale »75. Ce qui lui vaut de nombreuses critiques76. Aussi, jusqu’à la veille de la Première Guerre mondiale s’efforce-t-elle d’expliquer que l’éducation domestique des filles sert la cause des femmes et « qu’être une meilleure ménagère cela permet d’être une meilleure féministe ». Il faut essentiellement entendre par là, l’affranchissement « de l’emprise brutale et tenaillante des besognes terre à terre »77. Pour Augusta Moll-Weiss, la question de la ménagère et du féminisme s’aborde sous l’angle de la situation financière des ouvrières et de la conciliation temps professionnel/temps domestique. Toutefois son discours est ambivalent : dans sa conception, la science ménagère sert le féminisme dans la mesure où elle peut amener à plus d’égalité dans la sphère privée. Mais dans l’argumentation, les références à la morale, aux qualités maternelles et féminines sont dominantes. Augusta Moll-Weiss est en quelque sorte un « personnage passerelle » qui essaie d’organiser une formation féminine qui réponde à la modernisation de la société en y intégrant les femmes sans nuire au bien-être domestique. Si elle a « beaucoup sacrifié à la propagande » de l’enseignement ménager dit-elle, ce n’est ni parce qu’elle est « antiféministe », ni parce qu’elle est « féministe », mais uniquement parce qu’elle « imagine que la liberté de la femme […] dépend en grande partie de la méthode avec laquelle elle sait organiser son intérieur »78.

Conclusion

28 L’étude de la pensée et de l’œuvre d’Augusta Moll-Weiss permet de comprendre que derrière l’enseignement ménager se cache bien plus que l’image de la fée du logis. Elle montre comment l’enseignement ménager et familial, reconnu comme typiquement féminin, représente un « domaine du possible » pour les femmes. Cette instruction fait sortir les activités du « souci des autres » du domaine exclusif du privé et confère à ces tâches une reconnaissance sociale et professionnelle. Ainsi, les filles qui ont suivi les enseignements d’Augusta Moll-Weiss et qui ont appris à devenir des « monitrices sociales » acquièrent un accès à la citoyenneté sociale et économique. Grâce à l’enseignement ménager, elles disposent de savoir-faire qu’elles peuvent réutiliser hors de la sphère domestique. Même si les métiers qu’elles acquièrent sont essentiellement des « métiers féminins » – institutrices d’enseignement ménager, éducatrices, employées de maison, « infirmières de régime » – grâce à ses professions, les femmes exercent un pouvoir non négligeable sur leur environnement.

29 En prenant position sur l’éducation féminine et familiale et le féminisme, Augusta Moll-Weiss fait avancer l’idée d’un féminisme domestique qui cherche à réorganiser la famille et la société afin d’améliorer la complémentarité entre les hommes et les femmes. Son engagement témoigne d’une nouvelle manière de rendre les femmes visibles dans la sphère publique. Il lui semble qu’à côté des luttes féministes pour modifier les lois et gagner l’égalité politique, l’enseignement ménager peut beaucoup pour améliorer la condition des femmes. Ainsi, au début du XXe siècle, l’enseignement ménager et celles qui le portent contribuent-ils à faire évoluer les normes de genre.

Haut de page

Notes

1  Alfred Loulet, « Les Écoles ménagères en Allemagne », Revue pédagogique, n°3, vol. 30, 15 mars, 1897, p.218.

2  Le code civil napoléonien confine les femmes dans leur foyer en les frappant d’incapacité civile.

3  Bordeaux est très à la pointe des innovations sociales notamment dans les domaines de la lutte contre la tuberculose et de la gymnastique. À partir de 1900, reprenant les principes du nursing anglais, la Dr Anna Hamilton (1864-1935) transforme les locaux de la Maison de santé protestante en Hôpital-école. Le maire, le Dr. Paul-Louis Lande (1846-1910) laïcise l’hôpital municipal en suivant le même modèle. Je remercie Evelyne Diebolt pour ces précisions.

4  Evelyne Diebolt, Les Femmes dans l'action sanitaire, sociale et culturelle, 1901-2001. Les associations face aux institutions, Paris, Femmes et associations, 2001 ; Evelyne Diebolt, « 1901-2001, femmes et hommes dans la naissance et l'expansion du secteur sanitaire et social. De la coopération à la compétition? », in Evelyne Diebolt et Christiane Douyère-Demeulenaere (dir.), Un siècle de vie associative: quelles opportunités pour les femmes? Paris, Femmes et associations, 2002, p. 131-143 ; Sylvie-Fayet-Scribe, Associations féminines et catholicisme, 19e-20e siècles, Paris, Editions ouvrières, 1990 ; Anne Cova, Droits des femmes et protection de la maternité en France, 1892-1939, thèse de doctorat, institut universitaire européen, Florence, novembre 1994.

5  Elinor A. Accampo, Rachel G. Fuchs et Mary Lynn Stewart (dir.), Gender and the Politics of Social Reform in France, 1870-1914, Baltimore, Londres, The Johns Hopkins University Press, 1995; Gisela Bock et Pat Thane (dir.), Women and The Rise of the European Welfare States, 1880s-1950s, Londres, Routledge, 1991.

6  Yolande Cohen, « Femmes et politiques : citoyenneté sociale et maternalisme d’état », Journée d’études Femmes et politique : de l’intime au public. Du politique au personnel organisée par Christine Fauré et Yolande Cohen (UQAM), Triangle, ENS-LSH Lyon, Jeudi 24 janvier 2008, p. 11, [En ligne], http://triangle.enslsh. fr/IMG/pdf/cohen24j.pdf, consulté le 21 juin 2008.

7  Selon Emile Cheysson « Tant vaut la femme, tant vaut la famille, tant vaut la société ». Voir la préface du livre Les Écoles ménagères à l’étranger et en France rédigé par l’économiste. Augusta Moll-Weiss, Les Écoles ménagères à l'étranger et en France, Paris, A. Rousseau, 1908.

8  Parrhisia, « Œuvres et institutions. L’École des mères », La Française, 5/05/1907, p. 3.

9  Augusta Moll-Weiss, Les Écoles ménagères…, op. cit.,  préface.

10  Lucie Laurence, « Ce qu’est l’École des mères », La Française, 5/05/1907, p. 2.

11  Je ne dispose d’aucune information sur les états civils d’Augusta Moll et de son mari M. Weiss.

12  Bibliothèque Marguerite Durand [ci-après BMD], Dossier biographique Moll-Weiss, voir l’article : « Une femme veut entrer à l’institut. Mme Moll-Weiss directrice fondatrice de l’École des mères ». De nombreux articles précisent qu’Augusta Moll-Weiss sait parler alsacien.

13  BMD, Dossier biographique Moll-Weiss. Lettre biographique manuscrite et Georges Borudon, « L’École des mères », 21/08/1904. La sœur d’Augusta Moll-Weiss, Henriette Moll a, elle aussi, fait des études brillantes. Née à Bordeaux, elle se sépara de sa sœur, pour s’installer en Alsace, à Colmar où elle enseigna la littérature et le français aux jeunes filles devenues allemandes. « Nécrologie », Le Conseiller de la famille et l’École des mères, juillet 1909, p. 155.

14  Augusta Moll-Weiss, Le Foyer domestique, Paris, Hachette, 1902, p. I.

15  BMD, Dossier biographique Moll-Weiss. « La Vie d’une travailleuse », Chez moi, sd.

16  BMD, Dossier biographique Moll-Weiss. Georges Borudon, « L’École des mères », art. cit.

17  Augusta Moll-Weiss, Le Foyer domestique…, op. cit., p. VIII.

18  Ibid., p. VIII.

19  Augusta Moll-Weiss, Le Foyer domestique…, op. cit., p. IX. Comme son projet suscite un certain intérêt, Augusta Moll-Weiss décide de former un comité de dames patronnesses. Le comité administratif est, quant à lui, entièrement masculin : la présidence revient au recteur de l’Académie de Bordeaux, M. Bizos ; l’inspecteur d’académie, M. Durand et un licencié de droit, M. Grangeneuve, se partagent la vice-présidence ; le poste de secrétaire-trésorier revient à un médecin, le docteur Coquet. Pour plus de détails voir : Sandrine Roll, De la ménagère parfaite à la consommatrice engagée. Histoire culturelle de la ménagère nouvelle en France au tournant des XIXe-XXe siècles, sous la direction de Rebecca Rogers, Strasbourg II, 27 octobre 2008, p. 289-290.

20  Augusta Moll-Weiss, Les Écoles ménagères à l’étranger et en France, Paris, Arthur Rousseau, 1908, p. 16.

21  Par ce contact entre les enfants de différentes classes sociales, Augusta Moll-Weiss tente de montrer aux filles de la bourgeoisie que la pauvreté n’est pas liée à un problème moral, mais à un problème structurel , Augusta Moll-Weiss, Le Foyer domestique…, op. cit, p. X.

22  Idem.

23  Ce sujet tient à cœur à la directrice qui a écrit de nombreux articles et ouvrages sur l’alimentation « rationnelle ». Voir par exemple : Augusta Moll-Weiss, La Pratique ménagère, Paris, Armand Collin, 1924 ; Augusta Moll-Weiss, « Les Cantines scolaires », La Revue, 15 mai 1904, p. 152-161.

24  En raison de l’opposition d’Augusta Moll-Weiss, l’école ne se dote toutefois d’un internat qu’à partir de 1911, Augusta Moll-Weiss, « La Vie à l’École des mères », Le Conseiller de la famille et l’École des mères, décembre 1911, p. 253.

25  Courant pédagogique mis en œuvre à l’école des Roches fondée dans l’Eure, en 1899, par Edmond Demoulins.

26  Lucie Laurence, « Ce qu’est l’École des mères », Le Conseiller de la famille et l’École des mères, octobre 1913, p. 207.

27  Augusta Moll-Weiss, Les Écoles ménagères à l'étranger et en France, Paris, A. Rousseau., 1908, p. 215.

28  « Mère (école des) », Nouveau Dictionnaire Pédagogique, p. 1288.

29  En 1906, par exemple, après une étude sur les cantines scolaires, qui amène Augusta Moll-Weiss à constater que les règles de l’alimentation rationnelle n’y sont pas respectées, la directrice de l’École des mères demande à la société de psychologie de l’enfance d’accepter de mener un travail en partenariat, concernant l’influence de l’alimentation sur le développement psychique de l’enfant. Augusta Moll-Weiss, « L’Oeuvre d’une année scolaire », L’École des mères, 15 juillet 1906, p. 85.

30  « Mère (école des) », Nouveau Dictionnaire Pédagogique, p. 1288.

31  Les deux premières années, en 1906 et 1907, la revue paraît sous le titre L’École des Mères. Il s’agit alors d’un feuillet de quelques pages insérées dans Le Conseil des femmes de la maison (1902-1907), un journal abordant des questions d’instruction et de travail des femmes. Après la disparition du Conseil des femmes de la maison, la revue devient indépendante et se modernise. Son titre est modifié et de  nouvelles rubriques apparaissent dans les pages du mensuel, comme celles des nouvelles littéraires et des modes.

32  Outre des informations sur les pédagogies domestiques et familiales à l’étranger, Le Conseiller de la famille publient également des articles rédigés en anglais ou en allemand dans la rubrique « voix étrangères ». Voir par exemple, Louise Walker, « Children as Philanthropists », Le Conseiller de la famille et l’École des mères, mai 1908 ; Clara Ebert, « Mutterschaft », Le Conseiller de la famille, janvier 1909, p. 14.

33  Dès la fin du XIXe siècle, il semble primordial aux yeux d’un certain nombre d’hygiénistes, de médecins, de libre-penseurs, de féministes et même de prêtres, hostiles aux méthodes contraceptives, de faire l’éducation sexuelle des jeunes filles. Augusta Moll-Weiss explique souvent à ses élèves qu’elles ne doivent pas accepter n’importe quel mariage et qu’elles doivent apprendre à connaître leur corps. Voir Augusta Moll-Weiss, « L’Education sexuelle », Le Conseiller de la famille et l’École des mères, mars, avril, mai, juin, juillet 1912, p. 54-56, p. 77-79, p. 101-102, p. 121-126, p. 149. Yvonne Knibiehler, « L'Education sexuelle des filles au XXe siècle », Clio. Histoire, femmes et sociétés, Le temps des jeunes filles, n°4, 1996, p. 139-160 [en ligne], http://clio.revues.org/document436.html.

34  Voir leur biographie dans : Evelyne Diebolt (dir.), Militer au XXe siècle. Femmes, féminismes, Eglises et société, Paris, Michel Houdiard éditeur, 2009, p. 28-32 et p. 81-88.

35  Emile Cheysson, « L’Enseignement ménager », L’Economiste français, 12/11/1904, p. 680. Voir aussi F. de Witt-Guizot, « Les écoles ménagères. », Le travail de la femme et de la jeune fille, juillet 1905, p. 1704.

36  « Chronique du Musée social. Conférence de Mme Augusta Moll-Weiss sur l’enseignement ménager en Allemagne », Le Musée social, novembre 1905, pp 367-369.

37  « Chronique du Musée social. Conférence de Mme Moll-Weiss…, » art. cit., pp. 367-369. Augusta Moll- Weiss, « L’Enseignement ménager en Allemagne », Le Musée social, supplément aux annales, décembre 1905, pp. 345-380.

38  « Congrès de l’Alliance d’hygiène sociale », Après l’école, 5 juillet 1905, Xe année, n°178 p. 569.

39  L’enseignement ménager est une des questions à l’ordre du jour. Deux rapporteurs, Paul Strauss et Suzanne Brès ont rapporté les informations contenues dans les trente-trois mémoires reçus à l’occasion du congrès. Augusta Moll-Weiss envoie un texte abordant la question de « L’éducation libre et gratuite de l’économie domestique ».

40  Organisé par le Français Jean Brunhes, alors professeur de géographie à l’université catholique de Fribourg et de Lausanne et la présidente du Comité de l’école ménagère de Fribourg, Marie de Gottrau-Watteville, le congrès rassemble des participants d’une vingtaine de pays.

41  Augusta Moll-Weiss, Les Mères de demain. L’éducation de la jeune fille d’après sa physiologie, Paris, Vigot frères, 1902, p. 83-84.

42  Ibid, p. 77-78.

43  Lucie Laurence, « Ce qu’est l’École des Mères…, art. cit.

44  Parrhisia, « Œuvres et institutions. L’École des mères », La Française, 5/05/1907, p. 2.

45  Augusta Moll-Weiss, Les Écoles ménagères…, op. cit., p. 237.

46  Au tournant des XIXe-XXe siècles, les enfants anormaux sont l’objet de nombreuses attentions et projets éducatifs. Voir Monique Vial, Les Enfants anormaux à l’école. Aux origines de l’éducation spécialisée (1882-1909), Paris, Armand Colin, 1990.

47  Augusta Moll-Weiss, Les Écoles ménagères…, op. cit., p. 217 et « L’Enseignement ménager chez les anormaux », Le Conseiller de la famille et l’École des mères, janvier 1910, p. 15-17.

48  Jean Philippe et Paul Boncourt ont fondé en 1906 la revue L’Educateur moderne qui est un des organes de diffusion des idées et des applications pédagogiques des méthodes nouvelles d’éducation. Augusta Moll-Weiss fait partie du comité de rédaction de la revue. Voir par exemple : Augusta Moll-Weiss, « L’Attention chez les jeunes enfants », L’Educateur moderne, 1906, p. 193-196 ; Augusta Moll-Weiss, « Baccalauréat et féminisme », L’Educateur moderne, 1909, p. 319 ; Augusta Moll-Weiss, « La Crise scolaire de l’enfance », L’Educateur moderne, 1910, p. 75 ; Augusta Moll-Weiss, « À propos de Fröbel », L’Educateur moderne, p. 20.

49  Augusta Moll-Weiss, Les Écoles ménagères…, op. cit.,p. 217-218.

50  Augusta Moll-Weiss, Les Écoles ménagères…, op. cit., p. 217 et Augusta Moll-Weiss, « L’Enseignement ménager chez les anormaux », Le Conseiller de la famille et l’École des mères, janvier 1910, p. 15-17.

51  Augusta Moll-Weiss, Les Écoles ménagères…, op. cit., p. 217.

52  Nancy Cott, « La Femme moderne. Le style américain des années vingt », in Georges Duby, Michelle Perrot (dir.), Histoire des femmes en Occident, V : Le XXe siècle, Paris, Perrin, 1992, p. 159 ; Laura Lee Downs, quant à elle, a montré, dans ses travaux sur les colonies de vacances, comment à l’origine ces camps qui avaient un but hygiénique s’adressaient aux enfants malades. Laura Lee Down, « ‘L’Avenir de la jeune fille’ : les filles dans les colonies de vacances 1884-1960 », in Louise Bruit Zaidman, Gabrielle Houbre, Pauline Klapisch-Zuber, (dir.), Le Corps des jeunes filles de l’Antiquité à nos jours, Paris, Perrin, p. 189-218 ; voir aussi Laura Lee Downs, Childhood in the Promised Land. Working-Class Movements and the colonies de vacances in France, 1880-1960, Durham, Duke University Press, 2002.

53  Sous la Troisième République un vaste mouvement hygiéniste s’est développé. Voir par exemple : Patrice Bourdelais (dir.), Les Hygiénistes: enjeux, modèles et pratiques, XVIIIe-XXe siècle, Paris, Belin, 2001 ; Jacques Léonard, La France médicale au XXe siècle, Paris, Gallimard, 1979 ; Alessandro Stanziani, « Alimentation et santé sous la IIIe République (1870-1914), in Alain Chatriot, Marie-Emmanuelle Chessel, Matthew Hilton (dir.), Au nom du consommateur : consommation et politique en Europe et aux Etats-Unis au XXe siècle, Paris, La Découverte, 2004, p. 135-149.

54  Pour Augusta Moll-Weiss, dans un avenir proche, toutes les directrices, économe et « dames visiteuses » devront posséder un diplôme d’enseignement ménager. Augusta Moll-Weiss, « Ce qu’est l’école des mères »… art. cit. p. 206.

55  Augusta Moll-Weiss, « L’Education familiale et ménagère et les professions féminines nouvelles auxquelles elle donne naissance (suite) », Le Conseiller de la famille et l’École des mères, 1912, p. 138.

56  Augusta Moll-Weiss « L’Activité ménagère de la Femme dans ses relations avec le travail salarié », Le Conseiller de la famille et l’École des mères, janvier 1909, p. 20.

57  Augusta Moll-Weiss, Le Livre du Foyer, Paris, Armand Colin, 1910, p. 358.

58  Ibid., p. 358; Augusta Moll-Weiss parle également des « appareils aspirateurs que tout le monde connaît bien ».

59  Pour plus de détails sur ce point voir le chapitre « Le Home sans pot-au-feu », Sandrine Roll, De la ménagère parfaite à la consommatrice engagée…, op. cit. p. 364-402

60  Augusta Moll-Weiss, « L’Education familiale et ménagère et les professions féminines…, art. cit., p. 20.

61  Augusta Moll-Weiss « L’Activité ménagère de la Femme…, art. cit.

62  Augusta Moll-Weiss, « la protection de la maternité. Lettre ouverte à M. Rondel », Le Conseiller de la famille et l’École des mères, mai 1910, p. 97-99 ; Augusta  Moll-Weiss, « Lettre ouverte à M. Paul Strauss, sénateur », Le Conseiller de la famille et l’École des mères, janvier 1914, p. 2. Le décalage entre les revendications féministes et les législations sur la maternité a été étudié par Anne Cova. L’historienne a montré comment les féministes du début du XXe siècle n’hésitent pas à discuter les lois promulguées et se comportent ainsi en citoyennes avant l’heure. Voir Anne Cova, Maternité et droits des femmes en France, XIXe-XXe siècles, Paris, Anthropos-Economica, 1997 et Anne Cova, « Généalogie d’une conquête : maternité et droits des femmes en France », Travail, genre et sociétés, 3/2000, p. 139-159.

63  Augusta Moll-Weiss, « L’œuvre d’une année scolaire », art. cit.

64  Idem.

65  Voir par exemple : « Congrès de l’Alliance d’hygiène sociale », Après L’école, 5/07/ 1905, p. 569 ; « Notes et documents sur l’éducation ménagère », Annales de l’Alliance d’hygiène sociale, avril 1905 ; Augusta Moll-Weiss, « Pour l’avenir du ménage. Réponse d’Augusta Moll-Weiss à Jane Misme », Le Conseiller de la famille et l’École des mères, juillet 1914, p. 160-161.

66  Augusta Moll-Weiss, Les Écoles ménagères…, op .cit., avant propos, p. 12

67  « Sous prétexte de consolider le foyer en formant des ménagères plus habiles, est-ce que nous ne commençons pas tout d’abord et sans nous en douter, à l’ébranler davantage ? […]. On est séparé dès l’aube, et il faut, le travail fini, voir partir encore la jeune fille ? », Ibid, p. 12.

68  Ibid., p. 12-13.

69  Augusta Moll-Weiss, Les Mères de demain…, op. cit., p. 77.

70  « Ce sont de petits esprits qui, par égalité de l’homme et de la femme, entendent similitude ; ce qui fait la beauté de l’œuvre de la nature, c’est précisément sa diversité ; vouloir tout niveler, tout mesurer à la même aune, indiquerait tout au moins une pauvreté d’imagination regrettable », Ibid, p. 75-76.

71  Ibid., p. 75.

72  Augusta Mol-Weiss, De la rue au foyer. Trois ans d’expériences pédagogiques et sociales, Paris, Librairie classique Fernand Nathan, 1913, p. 13.

73  Dans La Fronde, Louise Debor félicite Augusta Moll-Weiss d’avoir fondé à Bordeaux « une école d’économie domestique qui donne en vingt leçons les enseignements nécessaires aux futures mères de famille ». Louise Debor, « La Poupée à l’école », La Fronde, 06/04/1901 ; Parrhisia, « Œuvres et institutions. L’École des mères », La Française, 5/05/1907, p. 2.

74  Mary Louise Roberts, « Copie subversive : le journalisme féministe en France à la fin du siècle dernier », Clio. Histoire, femmes et sociétés, n°6, 1997, p. 14, [en ligne] http://clio.revues.org/document390.html, consulté le 30 décembre 2005.

75  « À travers les groupes : objections contre le féminisme », L’Entente, février 1906.

76  « Dans différentes publications féministes et à différentes reprises j’ai lu mon nom suivi de ces mots : ‘qui n’a pas d’idées subversives’ ; si bien que j’ai fini par penser que c’était devenu là, pour ce qui me concerne, une sorte d’épithète homérique », BMD. Fonds Jane Misme carton n°5 ; Augusta Moll-Weiss, « La ménagère et le féminisme », Revue internationale de sociologie, 1910, p. 499.

77  Ibid., p. 499.

78  Augusta Moll-Weiss, « Pour l’avenir du ménage. Réponse… », art. cit.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sandrine Roll, « « Ni bas-bleu, ni pot-au-feu » : la conception de « la » femme selon Augusta Moll-Weiss (France, tournant des XIXe-XXe siècles) », Genre & Histoire [En ligne], 5 | Automne 2009, mis en ligne le 21 décembre 2009, consulté le 22 mai 2017. URL : http://genrehistoire.revues.org/819

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Genre & histoire est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page