Navigation – Plan du site
Articles

Femmes et genre dans l’histoire de l’immigration.  Naissance et cheminement d’un sujet de recherche

Linda Guerry

Résumés

Attentif au contexte et aux évolutions théoriques dans les sciences humaines et sociales, cet article présente l’historiographie d’un sujet de recherche encore peu abordé en France : les femmes et le genre dans l’histoire de l’immigration. L’article analyse les facteurs d’émergence et les premières approches d’un sujet qui a d’abord été travaillé par les sciences sociales et la difficile rencontre de l’histoire de l’immigration et de l’histoire des femmes (tant en France qu’aux États-Unis). Il présente enfin les recherches les plus récentes qui intègrent le genre à l’analyse historique du phénomène migratoire.

Haut de page

Texte intégral

1Si la question de l’immigration dans la société française suscite, dès la fin du XIXe siècle, un certain nombre de publications de la part de savants (pour la plupart géographes, démographes, juristes), de politiciens, d’experts et de philanthropes, la sociologie de l’immigration ne se développe en France qu’à partir du début des années 1970. Quelques années plus tard, les premiers travaux sociologiques sur les « femmes immigrées » – alors le plus souvent désignées comme telles – paraissent. Du côté de la discipline historique, de rares travaux mentionnent les immigrantes au cours des années 1980, mais il faut attendre le début des années 2000 pour voir les historiens français s’intéresser à la part féminine de l’immigration. Dans cet article historiographique, seront d’abord analysés l’émergence de la recherche sur les immigrantes et ses premiers développements en sociologie, puis la difficile rencontre de l’histoire des femmes et de l’histoire de l’immigration en France et aux États-Unis ; enfin sera présenté un panorama de la recherche actuelle qui intègre les femmes et le genre à l’histoire de l’immigration1.  

I- La sortie de l’ombre et les premières approches en sociologie

2« Quasi-absence2 », « invisibilité totale3 », « cécité du champ intellectuel par rapport à leur présence en France avant 19744 », tel est le constat que font la plupart des chercheuses sur la place des immigrantes dans la production scientifique avant le milieu des années 1970. Dans sa bibliographie analytique internationale sur les femmes migrantes portant sur les années 1965‑1983, Louis Taravella, auteur de plusieurs travaux sociologiques et historiques sur l’immigration, constate aussi que l’année 1974 marque « un développement de la littérature sur ce sujet5 ». L’explication généralement avancée de cette soudaine visibilité est celle du regroupement familial : la fermeture des frontières à l’immigration de main-d'œuvre aurait entraîné la féminisation des flux. Mais, comme l’a souligné Mirjana Morokvasic, « la visibilité des femmes en migration n’est pas corrélée à leur présence6 ». En effet, les données chiffrées de l’administration française montrent que l’augmentation du nombre d’entrées au titre du regroupement familial se situe en réalité de 1961 à 1971 avec un pic pour cette dernière année plus jamais atteint ensuite7. C’est en réalité une nouvelle orientation étatique de la politique d’immigration conduisant à une prise de conscience de l’installation des « travailleurs immigrés » accompagnés de leur famille qui rend visibles les immigrantes à partir du milieu des années 1970.

3Une des premières recherches sociologiques sur les « femmes immigrées » est une étude effectuée à la demande du ministère du Travail et de la Participation (Direction de la Population et des Migrations) en 1977. Cette enquête, qui a pour titre Les modes et les conditions d’insertion des femmes immigrées en relation avec le projet de migration8, est traversée par la problématique de « l’insertion » propre aux préoccupations étatiques du moment. Mais elle est aussi imprégnée par une volonté d’aller à l’encontre des idées reçues sur les immigrantes. On peut, par exemple, lire dans la conclusion : « […] les femmes immigrées ne sont pas toutes mères de famille, inactives et analphabètes, comme on a tendance à les représenter dans l’imagerie de la migration9 ». Dans cette étude, des analogies sont même notées entre les immigrantes et les Françaises, prises au piège de la contradiction apparemment insoluble entre leur rôle social et familial10. Cette remarque nous conduit à un autre facteur d’émergence de la figure de « la femme immigrée » à partir du milieu des années 1970 : le féminisme.

4La renaissance du mouvement des femmes dans les années 1970, féminisme dit de la seconde vague, impulse directement et indirectement des recherches centrées sur les femmes et celle-ci va jouer son rôle dans l’émergence du sujet « femme immigrée ». En 1997, dans un entretien à propos de « l’évolution de la production des connaissances sur les femmes immigrées en France et en Europe », les chercheuses Anne Golub, Mirjana Morokvasic et Catherine Quiminal soulignent le lien entre les nouveaux questionnements féministes dans les années 1970 et la visibilité des immigrantes11. Cependant, ces chercheuses notent que la question des immigrantes a émergé par des travaux de féministes au sein de la recherche sur l’immigration et non par la recherche sur les femmes ; travailler sur ce thème pouvait ébranler le postulat d’une domination primaire dans les rapports de sexe, et si la question du colonialisme aurait pu faire resurgir une autre dimension de l’inégalité, « cela faisait trop de choses à faire entendre à la fois », dit Anne Golub12. La multiplication des publications sur les « femmes immigrées » est aussi le fruit de luttes d’immigrantes s’inscrivant dans le mouvement féministe. L’historienne et militante Claudie Lesselier a entrepris de retracer, dans une recherche collective en cours, l’histoire des mouvements de femmes de l’immigration encore trop méconnue et qui a laissé peu de traces dans les mémoires13. Par ces luttes, en plein essor dans les années 1980, les femmes de l’immigration, actrices du féminisme, deviennent aussi plus visibles.

5Les approches théoriques des sciences sociales, qui s’inscrivent dans des contextes bien particuliers, sont éclairantes pour comprendre l’évolution de la recherche sur ce sujet. Avant le milieu des années 1970, dans une époque où l’économie et le travail sont considérés comme faisant partie du domaine des hommes, les approches marxiste et structuraliste, qui dominent la recherche sociologique française sur les migrations, donnent un visage masculin à l’immigrant. En 1975, la sociologue Mirjana Morokvasic, pionnière en France de la recherche sur les immigrantes, publie dans L’année sociologique un état de la question sur l’immigration féminine en France14. Elle écrit : « Les études sociologiques ayant pour objet l’analyse de la situation des femmes migrantes sont pratiquement inexistantes en France […]. Les femmes migrantes ont été mentionnées et le sont encore, dans le cadre des travaux sur la famille, dans le chapitre sur les enfants, donc dans des domaines considérés “ par nature ” comme spécifiquement féminins15 ». Dans la plupart des recherches sur l’immigration, les femmes sont en effet le plus souvent appréhendées sous l’angle de l’épouse ou de la mère au foyer, toujours reliées à la figure du « travailleur immigré ».

6En raison de l’évolution des sciences sociales qui multiplient les recherches sur les femmes et d’un nouveau contexte économique et politique, de nombreux travaux sur les immigrantes sont publiés dans les années 1980. Tandis que la figure du « travailleur immigré » des « Trente Glorieuses » s’efface, son épouse et ses enfants attirent davantage les regards. Fortement médiatisées, les émeutes urbaines de 1981 et 1983 dans la banlieue lyonnaise rendent visibles les descendants des immigrants maghrébins arrivés dans les décennies 1950 et 1960. Voilant la question des conséquences de la crise économique dans les quartiers populaires, le thème de l’intégration, relié à l’origine des immigrants, est à l’ordre du jour. Le discours sur l’immigration se transforme et devient de plus en plus ethnicisé : la question sociale, qui était au centre des interrogations sur l’immigration dans les années 1970, s’efface et celle des origines et de la culture devient dominante mettant sur le devant de la scène la famille, en particulier les enfants et les femmes.

7Les représentations sociales de l’immigration, qui focalisent sur les immigrants maghrébins et leurs descendants, laissent leur empreinte sur les travaux entrepris : ce sont surtout les femmes d’origine algérienne et marocaine qui captent l’attention. Dans les années 1980, une grande partie des recherches sur les « femmes immigrées » sont menées à l’initiative d’institutions nationales qui s’intéressent de plus en plus à la question de l’intégration. Les recherches sur les immigrantes prennent alors plusieurs directions. En vogue dans les sciences sociales, le paradigme tradition/modernité influence la recherche sur l’immigration et cantonne souvent les épouses dans la culture traditionnelle. Mais les « femmes immigrées » sont également perçues comme « actives » dans le domaine de l’intégration. Du fait de l’évolution des sciences sociales, qui prend de plus en plus en compte les femmes et l’individu comme sujet, mais aussi en raison de leur rôle dans le secteur associatif et les mouvements collectifs, elles sont alors considérées comme de véritables « actrices sociales » de l’intégration16. Cependant, l’approche culturaliste du sujet « femmes immigrées » perdure et se renforce avec les différentes affaires du voile islamique qui font la « une » de l’actualité à partir de la fin des années 1980.

8Pendant la décennie, des chercheuses mettent aussi en avant la figure de l’immigrante travailleuse17. En 1984, l’International Migration Review, publiée par le Centre d’étude sur les migrations situé à New York, consacre un numéro spécial aux femmes en migration18. Mirjana Morokvasic, qui dirige le volume regroupant des contributions internationales, en écrit l’article introductif qui fera date - Overview : Birds of Passage are also Women19 – clin d’œil à l’ouvrage de Michael Piore20. Dans cet article, la sociologue veut briser les stéréotypes sur les immigrantes –victimes des traditions, passives et dépendantes – mais également dénoncer leur exploitation sur le marché du travail européen, parfois même par des entrepreneurs de leur propre communauté. Tout en mettant en garde contre les généralisations, elle note que les différentes contributions à ce volume montrent les conséquences mitigées de la migration sur la vie des femmes : si l’exploitation des immigrantes est importante sur le marché du travail, ces dernières peuvent aussi gagner en indépendance et améliorer leur condition de femmes.

9Si les recherches sociologiques sur les immigrantes se font de plus en plus nombreuses et se diversifient à partir des années 1980, on ne peut pas en dire autant de la recherche historique sur ce sujet.

II- Le rendez-vous manqué de l’histoire de l’immigration et de l’histoire des femmes

10Alors que la France est un pays d’immigration depuis le XIXe siècle, l’histoire de l’immigration naît dans les années 1980, mises à part quelques initiatives dans l’après-guerre et dans les années 1960-1970. Dans le contexte de récession économique et de montée du chômage au cours des années 1980, la question de l’intégration entre dans le débat public. Face à « la constance de l’utilisation de l’histoire, destinée à mettre en relief la nouveauté du problème actuel de l’immigration21 », certains historiens, poussés au départ par une motivation civique, s’intéressent à l’immigration et mettent en perspective historique le phénomène. Cependant, « la fin d’un silence historiographique peut en cacher un autre », écrit l’historienne Nancy Green en 200222. En effet, si des sociologues s’intéressent à la question des immigrantes dès la deuxième moitié des années 1970, l’approche androcentrique domine encore dans les analyses historiques du phénomène. La recherche sur les migrations d’un point de vue historique qui s’est en premier lieu intéressée aux « travailleurs immigrés » dans l’histoire du capitalisme industriel ou des relations internationales, a mis en avant la figure masculine de l’immigrant et a laissé dans l’ombre la part féminine de l’immigration, pourtant importante dès la fin du XIXe siècle, et l’intérêt particulier accordé aux femmes et aux familles par les acteurs des politiques d’émigration/immigration23.

11En 1991, Gérard Noiriel, qui avait publié un ouvrage de synthèse sur l’histoire de l’immigration en 198824, présente une communication sur « l’histoire des femmes immigrées » dans un colloque centré sur la problématique de l’intégration des immigrantes25. Il constate que « l’histoire des femmes immigrées, ou issues de l’immigration » est largement méconnue car « elle se heurte à une double lacune de la recherche historique » : « celle qui touche l’histoire de l’immigration et celle qui touche l’histoire des femmes26 ». En effet, l’histoire de l’immigration s’est peu intéressée aux femmes et, de son côté, l’histoire des femmes s’est peu penchée sur la question de l’immigration.

12Si ces deux champs de recherche se sont peu croisés, ils ont en revanche en commun les conditions de leur émergence au sein de la discipline historique. Comme l’histoire de l’immigration, l’histoire des femmes émerge en France dans les années 1970 et un peu plus tôt aux États‑Unis27. Dans le sillon de la décolonisation et des « années 68 »28 , « le mythe national »29  vacille dans la décennie 1970 et de nouveaux courants de pensée qui dénoncent et contestent la domination de l’État favorisent la recherche sur les marginalisés, les minorités. C’est dans ce contexte que la sociologie se saisit du sujet de l’immigration suivie de quelques années par la discipline historique. Gérard Noiriel, qui s’interroge sur le décalage entre l’importance de l’immigration dans l’histoire de la société française et le peu d’intérêt accordé à cette question par l’école des Annales, note que l’historiographie française est marquée jusque dans les années 1970 par une démarche holiste alors que « l’étude historique de l’immigration […] exige la déconstruction de la Nation en tant qu’entité collective au profit d’une approche partant des individus »30. En effet, comme le souligne Françoise Thébaud, la discipline historique française est « liée à l’affirmation de la Nation et de la République […] et revendique un discours objectif et universel », ce qui a aussi freiné l’histoire des femmes31. La recherche sur différentes composantes de la société française, comme les immigrants ou les femmes, n’a pu émerger que dans un contexte qui remettait en cause la réalité du principe universel et une certaine conception de la Nation. Mais, en dépit de ce point commun, l’histoire de l’immigration et l’histoire des femmes ne se sont pas rencontrées.

13Dans les années 1980, au sein de certains travaux ou colloques consacrés à l’histoire d’une immigration particulière, les femmes sont parfois évoquées. Par exemple, dans sa thèse sur l’immigration polonaise dans l’entre-deux-guerres, l’historienne Janine Ponty décrit le système d’embauche de travailleuses agricoles32 et consacre un article aux Polonaises en 198133. En 1987, lors d’un colloque sur l’immigration italienne en France dans les années 1920, Marie-France Brive, historienne des femmes et militante féministe, présente une communication intitulée « Le rôle des femmes dans l’intégration des Italiens entre les deux guerres : une étude de cas34 ». L’historienne constate que les femmes commencent à être intégrées aux recherches sur l’immigration, en particulier les femmes originaires du Maghreb, et interpelle les chercheurs sur la nécessité d’intégrer les femmes à l’histoire de l’immigration : « La raison de ma présence à ce colloque s’explique : il s’agit de proposer la prise en compte des femmes dans toutes les recherches mises en chantier parce qu’il n’est plus concevable d’ignorer la problématique des rapports sociaux de sexe dans les phénomènes historiques, ici très précisément, l’immigration italienne en France entre les deux guerres35 ». Mais cet appel est peu entendu : l’histoire des immigrantes est encore largement ignorée dans les décennies 1980 et 1990 et de son côté, l’histoire des femmes en France a peu pris en compte le phénomène migratoire. Elle l’a abordé par l’histoire du travail des femmes et s’est en général limitée aux mobilités internes, notamment par l’histoire des domestiques. Notons cependant quelques pages sur la migration dans la synthèse L’histoire des femmes en Occident, publiée au début des années 199036.

14Aux États-Unis, autre grand pays d’immigration, l’histoire de l’immigration est, comme dans le cas français, assez tardive et le phénomène est d’abord étudié par des sociologues. Les premières études américaines sur l’immigration paraissent au début du XXe siècle et parmi les pionniers de la sociologie urbaine qui abordent cette question, des femmes entreprennent des recherches sur les immigrantes37. L’histoire de l’immigration aux États‑Unis est beaucoup plus tardive que son approche sociologique ; elle émerge dans les années 1960 et se développe dans les années 1970. Tant en France qu’aux États-Unis, l’histoire de l’immigration naît sous l’impulsion des mouvements sociaux des années 1960 et dans la continuité de travaux sociologiques précurseurs. Il existe aussi une autre ressemblance dans l’historiographie de l’immigration française et américaine : l’histoire de l’immigration et l’histoire des femmes se développent parallèlement dans les années 1970 et se croisent rarement38.

15Les premiers travaux américains en histoire de l’immigration ont été marqués par les revendications des groupes ethniques – le terme renvoie à l’origine étrangère, religieuse ou raciale39 – dans les décennies 1960 et 1970. Ce sont surtout des histoires par groupe qui sont publiées et les femmes y sont parfois évoquées. La publication par des historiens de deux bibliographies sur les immigrantes témoignent d’un nouvel intérêt suscité par cette question et montrent que de nombreux ouvrages sont parus sur ce thème dans les années 198040. Dans l’introduction de la première, l’historien Francesco Cordasco, lui-même fils d’une immigrante et comme d’autres soucieux de sortir « [leurs] mères de l’ombre »41, cite deux ouvrages précurseurs dans l’étude historique des immigrantes publiés au début des années 1980 : The Rising of the Women de Meredith Tax42 – ouvrage qui s’inscrit dans l’histoire des femmes et dans lequel les immigrantes sont des figures majeures – et Erin’s Daughters in America d’Hasia Diner43, étude qui porte sur les femmes immigrantes irlandaises et s’inscrit dans l’approche ethnique de l’immigration. En introduction de sa bibliographie publiée cinq ans plus tard, Donna Gabaccia explique ce nouvel intérêt pour les immigrantes par trois facteurs : le développement du savoir sur la diversité culturelle, celui des études sur les femmes et l’arrivée d’une troisième vague d’immigrants aux États-Unis dans les années 1970-198044. L’historienne, qui défend une approche pluridisciplinaire de la question et souhaite développer la comparaison et la synthèse, déplore cependant « la fragmentation » des études sur les immigrantes. Elle note que ce morcellement, assez classique dans les études sur l’immigration qui focalisent sur un groupe en particulier, a aussi des origines disciplinaire et théorique45. Quelques années plus tard, Donna Gabaccia développe ce point de vue dans un article au titre évocateur « Immigrant Women : Nowhere At Home ? » (« Femmes immigrantes : chez elles nulle part ? »). Elle y souligne que s’il existe de nombreuses publications sur les immigrantes, elles restent des figures marginales tant en histoire des femmes qu’en histoire de l’immigration et, ce en raison de perspectives théoriques et de catégories d’analyse différentes46.

16En dépit d’une certaine marginalité au sein des sciences humaines et sociales, de nombreux travaux historiques sur les immigrantes sont publiés dans les décennies 1980 et 1990, ce qui contraste avec l’indigence française. Cette différence peut s’expliquer par l’institutionnalisation universitaire de l’histoire des femmes outre-atlantique qui a contribué à développer la recherche dans ce domaine, au contraire de la France où les réticences à l’intégration de ce champ historique dans le monde universitaire sont très fortes. Une première synthèse sur l’immigration des femmes en Amérique est publiée par Doris Weatherford en 198647 mais elle est jugée incomplète car prématurée en raison du peu d’études menées sur l’histoire des immigrantes48. Donna Gabaccia publie à son tour une synthèse en 199449 ; elle y souligne l’importance des interactions entre les différentes identités sociales et culturelles (gender, class, race, ethnicity, religion) dans la vie des immigrantes aux États-Unis. Quinze ans après la publication de l’article « Immigrant Women : Nowhere At Home ? », Donna Gabaccia et Vicki Ruiz revisitent l’historiographie consacrée aux immigrantes50. Le propos est alors moins pessimiste. Stimulées par l’émergence de la notion de transnationalisme – liens entre les immigrants et leur pays d’origine – de nouvelles recherches sont entreprises. Les mémoires et récits de vie des immigrantes suscitent également des recherches ainsi que la question de la citoyenneté des femmes revisitée par le biais de l’histoire de l’immigration et de la naturalisation.

17Dans la deuxième moitié des années 1990, tandis que la figure de l’immigrante connaît un regain d’intérêt au sein de l’espace public et dans les sciences humaines et sociales, une évolution théorique importante propose une relecture sexuée du phénomène migratoire : la diffusion du concept de genre.

III- Des immigrantes au genre des migrations

18À l’échelle internationale, dès la fin des années 1980, la question du genre commence à être posée dans le champ des études migratoires51, puis des recherches intègrent le concept comme catégorie analytique. Au printemps 2006, la publication d’un numéro spécial de l’International Migration Review intitulé « Gender and Migration revisited52 » – les contributions sont issues du groupe de travail « Gender and Migration » de l’International Migration Program,créé en 2002 au sein du Social Science Research Council53 – dresse un bilan de la recherche sur genre et migration vingt-deux ans après le volume consacré aux femmes dans la migration cité plus haut54. Les chercheurs qui coordonnent le numéro notent que les analyses, au départ centrées sur les immigrantes, s’orientent de plus en plus vers le genre55 même s’il existe toujours des études portant sur les femmes et critiquées par certains qui considèrent qu’elles sont trop limitées56. Les auteurs soulignent aussi que l’essor récent du genre dans les études migratoires doit aussi être attribué à la volonté de sortir de la marginalité les travaux sur les immigrantes57.

19S’agissant des sociologues françaises qui travaillent sur les immigrantes, la deuxième moitié des années 1990 sonne l’heure du regard rétrospectif et du bilan après les multiples enquêtes et témoignages publiés depuis le milieu des années 1970. Puis, dans les années 2000, on remarque l’apparition du terme « genre » dans le titre de plusieurs publications58. En France, la problématique de l’articulation de différents rapports sociaux qui s’est, dans un premier temps, concentrée sur les rapports sociaux de sexe et de classe, commence à intégrer les catégories sociales de race et d’ethnicité59.

20Le genre revisite certaines analyses de chercheurs en sciences sociales qui travaillent sur les migrations. Depuis la fin des années 1980, surtout dans la recherche américaine, l’attention est portée sur le meso-level : les réseaux familiaux et sociaux, les associations, les organisations intermédiaires sont analysés pour mieux comprendre le phénomène migratoire. Dans un contexte où l’on parle de plus en plus de mondialisation, la notion de transnationalisme, qui apparaît dans les recherches anglophones à partir de la fin des années 1980, permet d’élargir l’analyse en portant l’attention sur les liens tissés par les immigrants avec leur pays d’origine. Cependant, la notion de household strategies (stratégies familiales), souvent utilisée dans la recherche sur le transnationalisme et qui présente la famille comme une entité dans laquelle il n’y aurait pas de rapports hiérarchiques, est, par exemple, critiquée par des chercheuses féministes qui y intègrent la dimension du genre. Pour intégrer le genre dans l’analyse du transnationalisme, les anthropologues Patricia Pessar et Sarah Mahler ont élaboré au début des années 2000 un modèle analytique intitulé Gendered Geographies of Power (géographies genrées du pouvoir)60. Notons aussi, parmi les travaux les plus récents, des recherches américaines qui montrent que la migration peut avoir des conséquences sur le genre et la sexualité : sont étudiés par exemple, le queer asylum (asile de gays ou de lesbiennes), le tourisme sexuel et l’hétéronormativité dans les politiques d’intégration61.

21Qu’en est-il du côté de la discipline historique ? Attentive à la durée, à la temporalité, au changement, l’histoire des migrations se propose d’envisager le phénomène dans une perspective diachronique. Les historiens analysent les processus à l’œuvre dans les mouvements migratoires ainsi que leurs conséquences en les situant dans des contextes historiques particuliers. Comme en sociologie ou en anthropologie, de plus en plus de travaux historiques intègrent dans leurs analyses la part féminine des migrations et le concept de genre. Élément constitutif des migrations, le genre est ainsi questionné dans le temps.

22Complétant les premiers travaux sur les immigrantes, de plus en plus de recherches historiques sur les migrations se concentrent sur une analyse genrée à partir de la fin des années 1990. Dans un article consacré au genre dans les études historiques sur les migrations, l’historienne Suzanne Sinke attribue ce développement - surtout américain - à l’interdisciplinarité et à l’éclectisme méthodologique des historiens62. Entre 1975 et 1990, les historiennes des migrations qui s’intéressent aux femmes bénéficient des échanges avec les sociologues et les anthropologues au sein des women, gender, ethnic ou american studies. Publié en 1990, l’ouvrage Unequal Sisters,dirigé par Vicki Ruiz et Ellen Carol Dubois, illustre la prise en compte en histoire des femmes de la problématique de l’articulation des rapports sociaux (genre, classe, race, ethnicité…), à partir de la fin des années 198063. Suzanne Sinke note aussi que certains travaux historiques sur les immigrants sont pionniers dans l’intégration du genre à ce qu’on appelle aujourd’hui l’analyse du transnationalisme64. Selon la chercheuse, après une période d’isolement des historiennes des migrations qui travaillent sur les femmes dans les décennies 1980 et 1990, la diffusion du concept de genre par le biais de l’histoire culturelle et du travail de Joan Scott65 est une occasion de sortir du « “ghetto” des études centrées sur les femmes66 ».

23Dans un bilan récent sur la place de l’histoire au sein de la recherche sur le thème genre et migration, Donna Gabaccia déplore le peu d’intérêt accordé par les sciences sociales aux recherches historiques sur ce thème, tout en soulignant, comme Suzanne Sinke, le rôle pionnier des historiennes dans l’étude de cette question67. Les sciences sociales et l’histoire commencent cependant à travailler ensemble dans les années 1990, notamment au sein du Social Science Research Council ; Donna Gabaccia précise les apports de la discipline historique dans ce domaine : l’histoire, moins théoricienne que la sociologie et l’anthropologie, apporte des éléments concernant le temps et la temporalité à des analyses bien souvent centrées sur la seule dimension spatiale du phénomène68.

24Au niveau européen, les recherches historiques sur le thème genre et migration se sont notamment développées aux Pays-Bas69, en Belgique70, en Italie71 et en Allemagne72. S’agissant du cas français, comme on l’a vu plus haut, l’histoire des femmes est quasi inexistante au sein de l’histoire de l’immigration. Si, en 1997, l’historienne Nancy Green présente au colloque de Rouen organisé par des historiennes des femmes (colloque intitulé L’histoire sans les femmes est-elle possible ? Réflexion épistémologique et pluralité des approches) une communication sur l’historiographie des migrations et invite à prendre en compte les femmes dans cette histoire73, son appel n’est malheureusement pas entendu par des historiens français de l’immigration peu réceptifs aux recherches étrangères sur ce thème. C’est en effet tout récemment que des historiens français se sont interrogés sur la dimension sexuée de l’immigration. De 2002 à 2004, le séminaire d’histoire sociale de l’immigration, qui se tient depuis 1996 à l’École Normale Supérieure à Paris, porte sur le thème Genre migratoire. Femmes en migrations et veut contribuer collectivement à combler cette lacune de l’historiographie française. En octobre 2002, lors de la première séance de ce séminaire, l’historien Philippe Rygiel (principal organisateur du séminaire) a noté que le choix de ce thème s’était imposé et avait fait l’unanimité. Plusieurs hypothèses ont été avancées pour expliquer ce choix : par exemple, l’actualité éditoriale sur les femmes et le genre et le débat sur la parité (en 2000). Ainsi, le nouvel intérêt pour ce thème de recherche ne semble pas motivé par les travaux étrangers sur l’histoire des femmes et du genre dans l’immigration particulièrement développés outre-Atlantique. Le séminaire s’est décliné en une dizaine de conférences dont la moitié ont été présentées par des sociologues dans un souci interdisciplinaire mais aussi en raison d’un nombre trop peu élevé d’historiens travaillant sur cette question en France74. Ce séminaire mène à l’organisation d’un colloque international en mars 2006 : Histoire, Genre et Migration (Monde atlantiques, XIX‑XXe siècles)75. Ce colloque, qui regroupait une soixantaine de chercheurs, dont plus de la moitié étrangers, a mis en évidence le peu de recherches historiques françaises sur ce thème. Un certain nombre de communications ont déjà été – ou vont être – publiées dans divers ouvrages et revues76. Notons par ailleurs quelques contributions à des ouvrages ou des articles récemment publiés sur l’histoire des immigrantes en France77.

25Qu’apporte le genre à l’histoire de l’immigration ? Le genre éclaire cette histoire dans différents domaines. La plupart du temps ignorée, la question des variations du ratio hommes/femmes dans les flux migratoires et des facteurs qui les déterminent est, par exemple, explorée par les chercheuses américaines78. Déjà analysée par l’histoire des femmes dans les années 1980, la question du travail des migrantes est revisitée par le genre. Différentes pistes sont explorées : par exemple, les processus structurant la segmentation du marché du travail dans le pays d’accueil79 ou plus particulièrement certaines activités dans lesquelles on trouve beaucoup de migrantes (la domesticité et l’industrie textile)80. Si des sociologues et des anthropologues s’intéressent de plus en plus aux migrations de femmes qualifiées, commerçantes ou entrepreneures81, les recherches historiques sur ce thème restent très rares82. La comparaison entre les hommes et les femmes – entre différentes communautés ou bien dans une même communauté dans plusieurs lieux83 – est aussi plus souvent entreprise que par le passé. L’espace étudié se diversifie ; l’ouvrage Women, Gender and Labour Migration. Historical and Global Perspectives, publié en 2001 et dirigé par Pamela Sharpe de l’Université de Tasmanie84, a voulu élargir l’espace géographique analysé qui se concentre le plus souvent sur l’Amérique du Nord : les contributions concernent l’Espagne, les Pays-Bas, l’Allemagne, l’Australie, l’Italie et l’Irlande. Le transnationalisme en tant que phénomène genré est aussi pris en compte dans la recherche historique qui croise genre et migration85. Le genre permet également d’explorer l’histoire des migrations dans sa dimension démographique : les questions du mariage86 et de la sexualité sont, par exemple, étudiées87.

26Des recherches croisant la question du genre et celle des migrations dans le domaine des politiques et de la législation sont également menées dans les sciences humaines et sociales, les politiques et la loi affectant le genre des migrations et le genre façonnant aussi les politiques et la loi. Les feminist legal studies, qui ont déjà entamé la réflexion sur ce problème dans les décennies 1970 et 1980, fournissent des outils pour approcher cette question88. Des chercheuses en sciences sociales proposent, par exemple, une analyse genrée des réfugiés et du droit d’asile, de l’accès à l’entrée et au séjour des migrants et de l’intégration à la citoyenneté89. L’analyse des politiques d’immigration est généralement centrée sur le niveau macro (l’État) mais porte aussi sur le rôle des institutions intermédiaires publiques et privées (niveau meso). On trouve cependant peu d’études sur l’impact réel des politiques et sur les pratiques administratives90. Du point de vue historique, un certain nombre de recherches sont menées dans ce domaine et en analyse différents aspects dont les liens entre les lois relatives à la naturalisation, l’immigration et les droits des femmes91, les frontières et le rôle des politiques d’immigration sur les normes de genre et sexuelles92. Par ailleurs, le genre dans les politiques d’émigration reste un domaine à explorer.

27Enfin, je mentionnerai brièvement d’autres investigations historiennes qui croisent genre et migration. L’histoire des hommes et du masculin, stimulée par la recherche sur le genre, est encore peu abordée dans le domaine des migrations même si quelques articles ont cependant été publiés sur ce thème93. L’histoire de la colonisation, liée au phénomène migratoire, est revisitée par le genre94. Les mémoires et récits genrés des migrations sont également l’objet de recherche95 ainsi que le thème des réfugiés politiques et l’exil comparé des hommes et des femmes96.

28À partir du milieu des années 1970, dans un contexte où s’élabore une nouvelle politique d’immigration et où les femmes sont de plus en plus visibles grâce au mouvement féministe, les immigrantes deviennent un nouvel objet de recherche en sociologie. Si, au cours de l’histoire, les femmes font partie des mouvements d’immigration et intéressent les différents acteurs des politiques migratoires, la plupart des historiens les ont laissées de côté, particulièrement dans le cas français où la recherche étrangère sur ce thème est longtemps restée ignorée. Comme de nombreux travaux l’ont démontré, principalement outre-Atlantique et dans certains pays européens, la prise en compte des femmes et du genre dans l’histoire de l’immigration contribue à mieux comprendre le phénomène dans tous ses aspects et invite à continuer l’exploration d’un thème de recherche très dynamique.

29Linda Guerry, post-doctorante en histoire à l’Université du Québec à Montréal

Haut de page

Notes

1  Cet article est une version raccourcie et remaniée de l’introduction à ma thèse de doctorat soutenue en décembre 2008 à l’Université d’Avignon : Linda Guerry, (S’)Exclure et (s’)intégrer. Le genre de l’immigration et de la naturalisation. L’exemple de Marseille (1918-1940) (dir. par Françoise Thébaud).

2  Laura Oso Casas, « Femmes, actrices des mouvements migratoires » in Fenneke Reysoo et Christine Verschuur, dir., Femmes en mouvement. Genre, migrations et nouvelle division internationale du travail, DEC/UNESCO/ IUED, Genève, 2004, p. 165‑193 (p. 165).

3  « Évolution de la production des connaissances sur les femmes immigrées en France et en Europe », entretien avec Anne Golub, Mirjana Morokvasic et Catherine Quiminal, Migrations Société, n° 52, vol. 9, juillet‑août 1997, p. 19‑36 (p. 28).

4  Anette Goldberg-Salinas, « Femmes et rapports sociaux de sexe dans les travaux sur les migrations en France », Les Cahiers du MAGE, n° 3, 1996, p. 77‑86 (p. 77).

5  Louis Taravella, Les femmes migrantes : bibliographie analytique internationale (1965-1983), Paris, L’Harmattan, 1984, p. 5.

6  Mirjana Morokvasic, « Femmes et genre dans l’étude des migrations : un regard rétrospectif » in Jules Falquet, Aude Rabaud, Jane Freedman et Francesca Scrinzi, dir., Femmes, genre, migrations et mondialisation : un état des problématiques, Paris, CEDREF/Publications Paris 7, 2008, p. 33‑56 (p. 35).

7  Office des migrations internationales, Omistats, 2003.

8  Publiée sous le titre : Isabel Taboada Leonetti et Florence Lévy, dir., Femmes et immigrées. L’insertion des femmes immigrées en France, Paris, La Documentation française, 1978.

9  Ibid., p. 250.

10  Ibid., p. 254

11  « Évolution de la production… », art. cit., p. 23.

12  Ibid., p. 30.

13  Projet « Traces, mémoires et histoire des mouvements de femmes de l'immigration » soutenu par l'Association des Tunisiens en France.

14  Mirjana Morokvasic, « L’immigration féminine en France : état de la question », L’année sociologique, vol. 26, 1975, p. 563‑575.

15  Ibid., p. 564.

16  « Évolution de la production… », art. cit., p. 28‑29.

17  Annie Phizacklea, dir., One Way Ticket. Migration and Female Labour,London, Routledge and Kegan Paul, 1983.

18 International Migration Review, n° 4, vol. 18, 1984, Women in Migration, dir. par Mirjana Morokvasic.

19  Ibid., p. 886‑907.

20  Michael J. Piore, Birds of Passage. Migrant Labor and Industrial Societies, Cambridge, Cambridge University Press, 1979.

21  Gérard Noiriel, « Immigration : le fin mot de l’histoire », Vingtième Siècle. Revue d’histoire, n°7, juillet-septembre 1985, p. 141‑150.

22  Nancy L. Green, Repenser les migrations, Paris, PUF, 2002, p. 108.

23  Voir pour le cas français des décennies 1920 et 1930 : Linda Guerry, (S’)Exclure et (s’)intégrer, op. cit.

24  Gérard Noiriel, Le Creuset français. Histoire de l’immigration XIXe‑ XXe siècle, Paris, Seuil, 1988.

25  Gérard Noiriel, « L’histoire des femmes immigrées », Groupement de recherches et d’échanges et de communication, Vincennes, GREC, 1991, p. 11‑19.

26  Ibid., p. 12.

27  Françoise Thébaud, Écrire l’histoire des femmes et du genre, Lyon, ENS Éditions, 2007.

28  Geneviève Dreyfus-Armand, Robert Frank, Marie-Françoise Lévy etMichelle Zancarini-Fournel, dir., Les années 68. Le temps de la contestation, Paris/Bruxelles, Complexe, IHTP/CNRS, 2000.

29  Suzanne Citron, Le mythe national, Paris, Éditions ouvrières, 1987.

30  Gérard Noiriel, Le Creuset français, op. cit., p. 61.

31  Françoise Thébaud, Écrire l’histoire des femmes et du genre, op. cit., p. 97.

32  Janine Ponty, Polonais méconnus. Histoire des travailleurs immigrés en France dans l’entre-deux-guerres, Paris, Publications de la Sorbonne, 1988, p. 83‑112.

33  Janine Ponty, « Des Polonaises parlent : mémoires d’immigrées dans le Nord/Pas-de-Calais entre les deux guerres mondiales », Revue du Nord, n° 250, tome LXIII, juillet-septembre 1981, p. 725‑736.

34  Marie-France Brive, « Le rôle des femmes dans l’intégration des Italiens entre les deux guerres : une étude de cas » in Pierre Milza, dir., L’immigration italienne en France dans les années 20, Paris, CEDEI, 1988, p. 347‑354.

35  Ibid. p. 348.

36  Nancy L. Green, « La femme juive, formation et transformation » et Michelle Perrot « Sortir » in Michelle Perrot et Georges Duby, dir., Histoire des femmes en Occident,vol. 4, XIXe siècle, dir. par Geneviève Fraisse et Michelle Perrot, Paris, Plon, 1991, respectivement p. 215‑229 et 479‑486.

37  Donna R. Gabaccia, Immigrant Women in the United States. A Selectively Annotated Multidisciplinary Bibliography, Westport/Connecticut, Greenwood Press, 1989, p. IX ; Katharine M. Donato, Donna Gabaccia, Jennifer Holdaway, Martin Manalansan IV et Patricia R  Pessar, « A Glass Half Full ? Gender in Migration Studies », International Migration Review, n° 1, vol.40, 2006, p. 3‑26 ; Dorothea Schneider, « L'immigration féminine aux États-Unis : un essai historiographique », Actes de l’histoire de l’immigration, vol. 3, 2003 :

http://barthes.ens.fr/clio/revues/AHI/articles/volumes/wo.html (page consultée le 23 novembre 2009).

38  Nancy L. Green, Repenser les migrations, op. cit., p. 109‑110.

39  Ibid., p. 59.

40  Francesco Cordasco, The Immigrant Women in North America. An Annotated Bibliography of Selected References, Metuchen, New Jersey, The Scarecrow Press, 1985 ; Donna R. Gabaccia, Immigrant Women in the United States, op. cit.

41  Francesco Cordasco, The Immigrant Women in North America, op. cit., p. XIII.

42  Meredith Tax, The Rising of the Women : Feminist Solidarity and Class Conflict 1880-1917, New York, Monthly Review Press, 1980.

43  Hasia R. Diner, Erin’s Daughters in America : Irish Immigrant Women in the Nineteenth Century, Baltimore/Londres, Johns Hopkins University Press, 1983.

44  Gabaccia, Immigrant Women in the United States, op. cit., p .IX.

45 Ibid., p. IX-X.

46  Donna R. Gabaccia, « Immigrant Women : Nowhere at home ? », Journal of American Ethnic History, n° 4, vol. 10, 1991, p. 61‑87. Quelques recherches historiques sur les immigrantes confrontent cependant les catégories d’analyses : Susan Glenn, Daughters of the Shtetl : Life and Labor in the Immigrant Generation, Ithaca, Cornell University Press, 1991 ; Miriam Cohen, Workshop to Office : Two Generations of Italian Women in New York City, 1900-1950, Ithaca, Cornell University Press, 1992.

47  Doris Weatherford, Foreign and Female : Immigrant Women in America, 1840-1938, New-York, Facts on File, 1986.

48  Donna R. Gabaccia, « Immigrant Women... », art. cit., p. 65.

49  Donna R. Gabaccia, From the Other Side : Women, Gender and Immigrant Life in the US, 1820-1990,Bloomington, Indiana University Press, 1994.

50  Donna R. Gabaccia et Vicki L. Ruiz, « Migrations and Destinations : Reflections on the Histories of U.S. Immigrant Women », Journal of American Ethnic History, n° 1, vol. 26, 2006, p. 3‑19.

51  Par exemple: Silvia Pessar, « Women and migration : The Social Consequences of Gender », Annual Review of Sociology, vol. 17, 1991, p. 303‑325.

52 International Migration Review, n°1, vol. 40, 2006, Gender and Migration revisited dir. par Donna R. Gabaccia, Katharine M. Donato, Jennifer Holdaway, Martin Manalansan IV et Patricia R. Pessar.

53  Le Social Science Research Council (SSRC), fondé en 1923, est une organisation américaine indépendante qui regroupe des chercheurs en sciences sociales.

54  Voir note 18.

55  Donato, Gabaccia, Holdaway, Manalansan IV et Pessar, « A Glass Half Full ? », art. cit.

56  Ibid., p. 5‑6.

57  Ibid., p. 14.

58  Madeleine Hersent, Claude Zaidman, dir., Genre, Travail et Migrations en Europe, Paris, Publications Paris 7, 2003 ; Revue Européenne des Migrations Internationales, n° 1, vol. 21, 2005, Femmes, genre, migration et mobilités dir. parChristine Catarino, Mirjana Morokvasic et Marie-Antoinette Hily ; Nouvelles Questions Féministes, n° 1, vol. 26, 2007, Migrations : genre et frontières - frontières du genre, dir. par Natalie Benelli, Janine Dahinden et Magaly Hanselmann.

59  Jules Falquet, Emmanuelle Lada et Aude Rabaud, dir., (Ré)articulation des rapports sociaux de sexe, classe et « race », Paris, CEDREF/Publications Paris 7, 2006 ; Christian Poiret, « Articuler les rapports de sexe, de classe et interethniques : quelques enseignements du débat nord-américain », Revue Européenne des Migrations Internationales, n° 1, vol. 21, 2005, p. 195‑226.

60  Patricia R. Pessar et Sarah J. Mahler,  « Gender Matters : Ethnographers Bring Gender from the Periphery toward the Core of Migration Studies », International Migration Review, n° 1, vol. 40, 2006, p. 27‑63. 

61  Martin F. Manalansan, « Queer Intersections : Sexuality and Gender in Migration Studies », International Migration Review, n° 1, vol. 40, 2006, p. 224‑249.

62  Suzanne M. Sinke, « Gender and Migration : Historical Perspectives », International Migration Review, n° 1, vol. 40, 2006, p. 82‑103.

63  Vicki L. Ruiz et Ellen Carol Dubois, dir., Unequal Sisters. A Multicultural Reader in U.S. Women’s History, New York/London, Routledge, 1999 (première édition 1990).

64  Virginia Yans-McLaughlin, Family and Community : Italian Immigrants in Buffalo, 1880-1930, Chicago, University of Illinois Press, 1982 ; Donna Gabaccia, From Sicily to Elizabeth Street : Housing and Social Change Among Italian Immigrants, 1880-1930, Albany State, University of New York Press, 1984.

65  Joan W. Scott, « Gender : a useful category of historical analysis », American Historical Review, vol. 91, n°5, décembre 1986, p. 1053‑1075. En 1988, l’article est publié en français : « Genre : une catégorie utile d’analyse historique », Les cahiers du GRIF (Groupe de Recherche et d’Information Féministe), n° 37‑38, 1988, p. 125‑153.

66  Sinke, « Gender and Migration... », art. cit., p. 87.

67  Donna R. Gabaccia, « Gendering Migration : History, Historians and the Past in Interdisciplinary Field-building », communication au colloque Histoire, Genre et Migration (Mondes atlantiques, XIXe‑XXe siècles), le 27 mars 2006. Je remercie Donna Gabaccia qui m’a autorisée à citer sa communication.

68  Donna R. Gabaccia, « Gendering Migration... », art. cit.

69  À l’Université de Leiden, une équipe de chercheurs autour de l’historienne Marlou Schrover organise des colloques sur ce thème.

70  Des actes de colloques internationaux ont été publiés dans la revue du Groupe Interdisciplinaire d’Études sur les Femmes (GIEF) de l’Université Libre de Bruxelles (ULB) : Sextant, n°21‑22, 2004, Pour une histoire européenne des femmes migrantes. Sources et méthodes, dir. par Anne Morelli et Éliane Gubin.

71  Pour l’Italie, voir les recherches de Paola Corti. À noter également que plusieurs parties de la récente synthèse sur l’émigration italienne s’intéressent aux femmes et au genre : Piero Bevilacqua, Andreina De Clementi, Emilio Franzina, dir., Storia dell’emigrazione italiana,vol. 1 : « Partenze »,Roma, Donzelli Editore, 2001, p. 81‑84,143‑160, 231‑234 et 257‑274.

72  Par exemple, Monika Mattes : « Les “travailleuses immigrées”, la politique de genre et le marché du travail ouest-allemand (1955-1973), Sextant, n° 21‑22, 2004, p. 161‑184.

73  Nancy L. Green, « De l’immigré à l’immigrée ou la conceptualisation du peuplement » in Anne-Marie Sohn, Françoise Thélamon, dir., L’histoire sans les femmes est-elle possible ? Paris, Perrin, 1998, p. 129‑136.

74  Philippe Rygiel et Natacha Lillo, dir., Rapports sociaux de sexe et immigration. Mondes atlantiques XIXe-XXe siècles, Paris, Publibook, 2007, p. 13.

75  Colloque organisé par le Centre d’histoire sociale du XXe siècle (Université Paris I) et l’équipe Réseaux, Savoirs et Territoires (École Normale Supérieure).

76 Philippe Rygiel et Natacha Lillo, dir., Rapports sociaux de sexe et immigration, op. cit. ; Migrance, n° 27, premier semestre 2006, Construction des sexualités et migration, dir. par Nicole Fouché et Serge Weber ; Philippe Rygiel et Natacha Lillo, dir., Images et représentations du genre en migration. Mondes atlantiques XIXe‑XXe siècles, Paris, Publibook, 2007 ; Le Mouvement social, n° 225, octobre-décembre 2008, Réfugié(e)s, dir. par Philippe Rygiel ; Manuela Martini et Philippe Rygiel, dir., Genre et Travail migrant. Mondes atlantiques XIXe‑XXe siècles, Paris, Publibook, 2009. D’autres publications sont en préparation : Manuela Martini et Philippe Rygiel, dir., « Genre, filières migratoires et marché du travail. Acteurs et institutions de la société civile en Europe au XXe siècle », Migrations Société, n° 127, janvier-février 2010 et Philippe Rygiel, dir., Politique et administration du genre migrant, Paris, Actes de l’histoire de l’immigration/Publibook (à paraître en 2010).

77  Sylvie Schweitzer, « La mère de Cavanna. Des femmes étrangères au travail au XXe siècle », Travail, Genre et Société, n° 20, 2008/2, p. 29‑45 ; Émile Témime, « L’immigration au féminin » in Benjamin Stora et Émile Témime, dir., Immigrances. L’immigration en France au XXe siècle,Paris, Hachette, 2007, p. 97‑117 ; Ronald Hubscher, « Les femmes de l’ombre : migrantes italiennes et polonaises dans l’entre-deux-guerres », in Nadine Vivier, dir., Ruralité française et britannique, XIIIe‑XXe siècle. Approches comparées, Rennes, PUR, 2005, p. 129‑143.

78  Marion F. Houstoun, Roger G. Kramer et Joan Mackin Barrett, « Female Predominance in Immigration to the United States Since 1930 : A First Look », International Migration Review, vol. 18, n° 4, 1984, p. 908‑963; Donna Gabaccia, « Women of the Mass Migrations : From Minority to Majority, 1820-1930 » in Dirk Hoerder et Leslie Page Moch,dir., European Migrants. Global and Local Perpectives, Boston, Northeastern University Press, 1996, p. 90‑111.

79  Par exemple, Nancy L. Green, Du sentier à la 7e avenue. La confection et les immigrés. Paris-New-York, 1880‑1980,  Paris, Seuil, 1998, (première édition en anglais, 1997), p. 223‑263.

80  Voir les différentes recherches citées par Sinke dans « Gender and Migration… », art. cit., p. 96‑97.

81  Voir Revue Européenne des Migrations Internationales, n°1, vol. 21, 2005, Femmes, genre, migration et mobilités…op. cit.

82  Notons pour le cas français, l’article de Claire Zalc, « Femmes, entreprises et dépendances. Les entrepreneuses étrangères à Paris dans l’entre-deux-guerres », Travail, Genre et Société, n° 13, avril 2005, p. 51‑74.

83  Par exemple Judith Rainhorn, « Production ou reproduction ? Les migrantes italiennes entre rôle maternel et intégration professionnelle : Paris (La Villette) et New York (East Harlem), années 1880-1920 », Revue d’histoire moderne et contemporaine, 49-1, janvier-mars 2002, p. 138‑155.

84  Pamela Sharpe, dir., Women, Gender and Labour Migration. Historical and Global Perspectives, London/New York, Routledge, 2005 (première édition 2001). Notons la thèse pionnière d’Anthony James Hammerton sur l’histoire de l’immigration féminine en Australie publiée sous le titre Emigrant Gentlewomen : genteel poverty and female emigration. 1830‑1914, Londres, Croom Helm, 1979.

85  Christiane Harzig, « Women migrants as global and local agents. New research strategies on gender and migration » et Donna Gabaccia « When the migrants are men. Italy’s women and transnationalism as a working-class way of life » in Pamela Sharpe, dir., Women, Gender and Labour Migration. Historical and Global Perspectives, op. cit.,respectivement p. 15‑27 et 190‑208 ; Donna Gabaccia et Franca Iacovetta, dir., Women, Gender, and Transnational Lives. Italians Workers of the World, Toronto, Buffalo, London, University of Toronto Press, 2002.

86  Suzanne M. Sinke, « The International Marriage Market : Theoretical and Historical Perspectives » in Dirk Hoerder et Jorg Nagler, dir., People in Transit: German Migrations in Comparative Perspective, 1820-1930, Cambridge, Cambridge University Press, 1995, p. 227‑248 ; Judith Rainhorn, « Enclaves et creusets matrimoniaux à Paris et à New York. Perspective comparée de deux expériences de mixité matrimoniales au sein de l’émigration italienne », Annales de démographie historique, 2002, n° 2, p. 79‑89.

87  Leslie Page Moch, « Mobilité des hommes, mobilité des femmes. Perspective historique de la migration européenne », Cahiers de l’Institut Universitaire d’Études du Développement, vol. 23, 1993, p. 106‑117 ; Bruno Tur, « “Femmes séduites et forcément enceintes”. La sexualité des immigrées espagnoles sous le regard de leur village d’origine », Migrance, n°27, premier semestre 2006, p. 79‑85.

88  Kitty Calavita, « Gender, Migration, and Law : Crossing Borders and Bridging Disciplines », International Migration Review, n° 1, vol. 40, 2006, p. 104‑132.

89  Par exemple, pour le cas français : Claudie Lesselier « Femmes migrantes en France: le genre et la loi », Genre, Travail et Migrations en Europe, Paris, CEDREF/Publications Paris 7, 2003, p. 45‑59, et « Politiques d’immigration en France : appréhender la dimension de genre » in Jules Falquet, Aude Rabaud, Jane Freedman et Francesca Scrinzi, dir., Femmes, genre, migrations et mondialisation : un état des problématiques, Paris, CEDREF/Publications Paris 7, 2008, p. 189‑208.

90  Nicola Piper, « Gendering the Politics of Migration », International Migration Review, n° 1, vol. 40, 2006, p. 133‑164.

91  Virginia Sapiro, « Women, Citizenship and Nationality : Immigration and Naturalization Policies in the U.S. », Politics ans Society,n° 1, vol. 13, 1984, p. 1‑26 ; Candice L. Bredbenner, A Nationality of Her Own : Women, Marriage, and the Law of Citizenship, Berkeley, University of California Press, 1998 ; Patrick  Weil, « Le statut de la femme en droit de la nationalité. Une égalité tardive. » in Kastoryano Riva, dir., Les codes de la différence, Race-origine-religion. France, Allemagne, États-Unis, Paris, Presses de Sciences-Po, 2005, p. 123‑143 ; Martha Gardner, The Qualities of a Citizen : Women, Migration and Citizenship (1870-1965),Princeton, Princeton University Press, 2005.

92  Eithne Luibheid, Entry denied : Controlling Sexuality at the Border, Minneapolis/London, University of Minnesota Press, 2002.

93  Par exemple, Patrick Farges, « “ Nous les Camp Boys ” : constructions de la masculinité dans les récits des “ réfugiés-internés ” au Canada », Migrance, n° 27, premier semestre 2006, p. 62‑69.

94  Voir notamment Anne Hugon, dir., Histoire des femmes en situation coloniale. Afrique et Asie, XXe siècle, Paris, Karthala, 2004 ; Christelle Taraud, La prostitution coloniale. (Algérie, Tunisie, Maroc 1830-1962), Paris, Payot & Rivages, 2003 et le n° 23 de la revue Sextant paru en 2007 et consacré au thème genre et colonisation.

95  Mary Chamberlain, « Gender and the narratives of Migration », History Workshop Journal, n° 43, 1997, p. 87‑108.

96  Voir le n° 225 du Mouvement social cité à la note 76.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Linda Guerry, « Femmes et genre dans l’histoire de l’immigration.  Naissance et cheminement d’un sujet de recherche », Genre & Histoire [En ligne], 5 | Automne 2009, mis en ligne le 18 janvier 2010, consulté le 25 juin 2017. URL : http://genrehistoire.revues.org/808

Haut de page

Auteur

Linda Guerry

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Genre & histoire est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page