Navigation – Plan du site
Actualités

Le 2e congrès des Musées de Femmes, Bonn, 9-11 septembre 2009

Isabelle Vahé

Conduisant depuis un an maintenant un projet de centre d’interprétation consacré à Louise de Bettignies et aux femmes résistantes des deux guerres mondiales, pour la ville de Saint Amand les Eaux (Nord), je me suis rendue à Bonn au 2e Congrès international des Musées de Femmes, du 9 au 11 septembre dernier. Le Congrès était accueilli par le  Musée des Femmes de Bonn. Créé en 1981, c’est le 1er musée de ce type créé dans le monde. Installé dans un quartier ouvrier et universitaire de Bonn, il accueille plus de 1000 œuvres d’art réparties sur 3000 mètres carrés. Fondé par l’historienne Marianne Pitzen et un groupe interdisciplinaire de femmes, il encourage l'art contemporain et historique féminin, et donne aux femmes l'opportunité d'exposer.

Le réseau des Musées de femmes est né à Mérano, dans le Tyrol italien, lors du 1er Congrès International des Musées de Femmes en 2008. Sa « marraine » est Mme Shirin Ebadi, Prix Nobel de la Paix en 2003. Les musées membres de ce réseau reflètent les rôles et les situations politiques, culturelles, artistiques, économiques, sociales des femmes dans le passé et le présent. Son objectif est d’améliorer la visibilité et la place des femmes dans les sociétés. Ils respectent la diversité culturelle, l’importance du rôle des femmes dans la préservation des cultures, le respect du droit des femmes et des droits humains. Il s’engage dans la lutte contre les discriminations.

Le réseau souhaite aussi développer les échanges des connaissances, promouvoir des projets, faire connaître ce type de musées, favoriser l'assistance mutuelle, aider au montage de projets. Il peut aussi organiser la solidarité si un musée membre du réseau rencontre des difficultés. Quarante musées répartis sur les quatre continents sont membres du réseau. Le congrès a permis de présenter une vingtaine de  musées. Ce sont des musées d’art, d’histoire. La plupart d’entre eux ont malheureusement peu de personnel et peu de moyens financiers.

Leurs thématiques sont variées : le National Pioneer Women’s Hall of Fame, créé à Alice Springs dans le centre de l’Australie en 1993 présente les femmes qui ont fait l’histoire de l’Australie. Le Musée de la Femme Henriette Bathily, situé dans l’île de Gorée au Sénégal, présente le rôle et la position des femmes sénégalaises dans la société actuelle, dans les arts et les traditions. A Vienne, en Autriche, il y a un musée virtuel (www.MuSiEum.at) qui rassemble des objets provenant de quatre musées (Vienna Museum, Jewish Museum of the City of Vienna, Technical Museum Vienna, Austrian Museum of Folkore). Son objectif est de donner une interprétation « gender-specific » et une relecture de ces objets afin d’aboutir à une approche équitable des personnalités historiques et des événements dans une perspective de genre. Les thématiques sont variées : travail, politique, famille, communication, guerre, vie privée, mode, argent. Il présente aussi l’histoire du féminisme autrichien.

Autre musée virtuel : Musea, de l’Université d’Angers, qui cherche à valoriser l’histoire des femmes et du genre auprès du grand public et des scolaires.En Italie, se trouve le musée des femmes Evelyn Ortner, dans la ville de Merano, qui aborde l’histoire des femmes à travers le vêtement. Plusieurs musées traitent de l’histoire culturelle et interculturelle (Frauen Museum de Wiesbaden, Museum Frauenkultur Regional International de Fürth en Bavière).Citons aussi leMuseum of Women’s and Gender History of Ukraine, créé à Kharkov en 1998, qui présente des expositions sur l’histoire des femmes et du genre. Ce musée cherche à démonter les stéréotypes de genre.

Les débats muséographiques ont porté aussi sur la représentation des femmes dans les musées. Regina Wönisch, muséologue autrichienne, a fait le point sur la représentation des femmes dans les musées de langue allemande. En général, le musée n’est pas un lieu neutre, contrairement à ce que l’on pense. L’histoire des femmes n’apparaissait pas dans les musées. Les femmes étaient représentées par des stéréotypes véhiculés par les sociétés. L’influence du mouvement des femmes dans les années 1970 a permis aux femmes de passer de l’invisibilité à la visibilité. Les musées devaient refléter cette tendance en mettant en valeur des modèles d’émancipation féminins. Plus généralement les musées des femmes ont pour mission de lutter contre les stéréotypes féminins.

La muséographie des musées consacrés aux femmes croise très vite une question récurrente : existe-t-il un art féminin ou un art neutre ? Certaines femmes artistes refusent de participer à des expositions de femmes artistes, au nom de l’universalisme.

En Allemagne, dans les musées évoquant l’industrie, les femmes ne sont pas beaucoup représentées. Les musées des femmes d’Allemagne sont soit des musées autonomes, soit des musées financés par l’Etat ou des collectivités. Les musées autonomes sont fragilisés par la recherche constante d’argent et par un risque de ghettoïsation.

Regina Wönisch fait des propositions : le public doit pouvoir visiter à la fois les musées autonomes et les musées traditionnels où les femmes doivent être mieux représentées. Renforcer la visibilité des femmes dans les musées renforce la visibilité politique des femmes.

Gudrun Koch, membre de l’Action Européenne des Femmes, a fait une communication sur la représentation des déesses antiques dans les musées. Elle a aussi abordé la question de l’existence ou non d’une culture spécifiquement féminine. Dès l’Antiquité, la représentation des femmes dans l’art établit des modèles féminins, valorisant la maternité, la fertilité. Ce modèle a traversé les siècles ainsi que celui des femmes vierges et martyres, qui se développent aussi dans cette période. Gudrun Koch a insisté également sur l’importance des musées des femmes et leur mission éducative pour l’égalité des droits entre les hommes et les femmes.

Annette Kuhn, professeure d’histoire et de didactique à l’Université de Bonn, a aussi montré pourquoi les femmes sont peu présentes dans les musées. Elle a également expliqué que le modèle de la maternité dans l’art, créé pendant l’Antiquité, se poursuit pendant le Moyen-Age et la Renaissance, à travers la figure de la madone. La marche des femmes sur Versailles, événement majeur de la Révolution Française, fondement de la démocratie, fut pendant longtemps sous-estimée par l’historiographie de la Révolution Française. Cela ne correspondait pas à l’image de la mère, héritière des déesses bienfaitrices de l’Antiquité. Pendant la Deuxième Guerre mondiale, des femmes ont utilisé l’image de la maternité pour lutter contre le nazisme.

Le réseau des musées des femmes se demande actuellement s’il va adhérer à l’ICOM-ICTOP qui est proche de l’UNESCO. L’ICOM (International Council of Museums) est une organisation internationale des musées et des professionnels des musées qui s’engagent à préserver, à assurer la continuité et à communiquer à la société la valeur du patrimoine culturel et naturel mondial, actuel et futur, tangible et intangible. La professeure Angelika Ruge-Schatz, présidente de l’ICTOP (Comité International pour la Formation des Personnels des Musées) a précisé que seuls les musées possédant des collections peuvent être membres de l’ICOM. Ce type de musées doit jouer un rôle considérable pour valoriser l’éducation des femmes, notamment dans les pays du Tiers-Monde. Ils doivent aussi permettre de lutter contre les stéréotypes féminins, et contribuer à changer l’image des femmes dans la société. Ces débats seront au cœur du 3e congrès international des musées de femmes qui aura lieu à Buenos Aires en Argentine en 2010.

Isabelle Vahé est « Chargée de projet Maison Louise de Bettignies ».