Navigation – Plan du site
Comptes-rendus

Eliane Viennot, La France, les femmes et le pouvoir. Tome 2: Les résistances de la société (XVIIe-XVIIIe siècle), Paris, Perrin, 2008, 504 p.

Nicole Dufournaud

Texte intégral

1Le point de départ de l'enquête en trois tomes d'Eliane Viennot est l'étude de la Loi salique, instrument d'exclusion des femmes de la vie publique. Le second couvre les XVIIe et XVIIIe siècles jusqu'à la veille de la Révolution française. Si l'ouvrage est chronologique, chaque siècle suit un découpage thématique.

2Le présent tome s'ouvre avec l'étude des deux régences du XVIIe siècle : celles de Marie de Médicis et d'Anne d'Autriche. L'auteure n'oublie pas les autres femmes de pouvoir : les favorites royales et les femmes des grandes familles, mais également celles plus modestes aux pouvoirs économique et social : « Si l'activité des femmes au plus haut niveau enregistre un tassement certain après la Fronde et surtout après l'arrivée au pouvoir de Louis XIV, on ne peut en dire autant de celle des autres femmes sur l'ensemble de la scène publique ». Quand certaines parties de la société régressent, d'autres progressent. C'est le cas aussi des Arts et des Lettres. Les écrivaines, les autrices, les comédiennes, les musiciennes, les peintresses et les graveuses peuvent  accéder à la célébrité. D'après l'auteure, quand les femmes abandonnent certains terrains, elles en conquièrent d'autres : le succès des salons tiendrait au fait qu'ils soient mixtes dans une atmosphère de France égalité. Cette mixité sexuelle mais aussi sociale implique un dynamisme.

3Les querelles n'en finissent pas. Celle de la langue est mise en valeur dans un chapitre particulièrement intéressant. Un autre facteur bien mis en évidence est l'affaiblissement de la condition nobiliaire en la défaveur des femmes de puissant lignage : « la conduite de l'Etat est une chose trop sérieuse pour être réglée par des considérations de sang ». Dans une société d'ordres, la prérogative de sexe l'emporte donc. Eliane Viennot aborde la difficile question du recours au droit pour « construire un système d'obéissance en cascade grâce auquel le souverain puisse disposer dans chaque famille, en la personne du père, d'un relais de son autorité ». La masculinisation des emplois intellectuels et administratifs joue un rôle prépondérant. L'auteure démonte remarquablement le mécanisme juridique et religieux qui provoque une mutation sociale, un changement dans les pratiques. Des femmes finissent par succomber à la grande manipulation. A la fin du siècle, ne reste que l'alternative : mariage ou cloitre !

4Après avoir dressé le portrait d'une société en véritable mutation sociale, Eliane Viennot clôture l'étude du XVIIe siècle en reprenant son fil conducteur : la Loi salique. Repartant du règne d'Henri IV, elle montre que le gouvernement des femmes ne semble plus « naturel » à la fin du siècle, même pour des hommes que l'on peut qualifier de « féministes » comme Poullain de la Barre. Et la différence des sexes progresse sur fonds de discours dégradants sur l'incapacité, l'indignité et la nocivité des femmes.

5Eliane Viennot fait une véritable démonstration qui convainc le plus souvent, mais parfois laisse une pointe de regret. Par exemple, quand elle compare les deux sociétés, celle d'Henri IV avec celle de Louis XIV, les lecteurs peu spécialistes ne comprennent pas le changement des rôles des hommes et des femmes, et leurs rapports dans la nouvelle société qui se dessine. Ce qui semble dans les normes sociales à la fin du XVIe siècle ne l'est plus un siècle plus tard et inversement. L'évolution des usages est ici peu soulignée. Dans sa précipitation, quelques références sont oubliées et l'auteure synthétise là où il faudrait développer : par exemple le chapitre sur la fin de la Chasse aux sorcières qu'elle évoque pose beaucoup plus de questions qu'elle ne donne de réponses. L'ensemble reste, cependant, tout à fait convaincant et parfois remarquable.

6Dans la seconde partie, Eliane Viennot s'intéresse au XVIIIe siècle. Pas d'équivoque possible : le temps des Lumières profite avant tout aux hommes dans un contexte d'inégalité sociale, économique et juridique. Le rôle des philosophes est bien entendu ici étudié : ils renouvellent le discours misogyne et s'attachent à faire connaître les lois de la nature qui assigneraient les femmes à la passivité notamment sexuelle. Eliane Viennot embrasse tout le sujet. On peut parfois penser que l'auteure fait du « hors sujet » : il n'en est rien ! En traitant ainsi de la question des philosophes elle reste dans son sujet : la loi salique. Les conséquences de la « prise de pouvoir »par les philosophes sont importantes : les traductions, les rééditions sont sélectionnées ;  les éditeurs évincent les oeuvres des femmes ; l'académie bannit les mots féminins du langage comme par exemple le mot « autrice ». Les écrivaines font l'objet d'une nouvelle querelle des femmes. L'auteure constate un ostracisme des femmes intellectuelles, des écrivaines, des dramaturges et des savantes ! « On a vu des femmes très savantes comme il en fut de guerrières ; mais il n'y en a jamais eu d'inventrices » dit Voltaire. « Une femme savante ou seulement pensante est toujours laide ». dit Restif de la Bretonne. En conséquence, sous la pression, ces femmes s'autocensurent, ne publient pas, ne signent pas ou sous le nom d'un homme, mari ou collègue !

7« Le discours sur la différence des sexes désarme la contestation en niant la domination masculine » écrit Eliane Viennot. Ce discours se résumerait ainsi : chacun tient son rôle qui est le sien sur terre et  il se trouve que ce rôle n'est pas identique ; les femmes sont faibles, les hommes forts. C'est ainsi ! Les femmes doivent sentir la fragilité de leur sexe. L'auteure fait une véritable démonstration en montrant le rôle actif des philosophes sur l'éducation qui aboutit à l'enfermement des femmes au sein du foyer. Elle ajoute : « Mettre les femmes au foyer oui mais qu'elles n'en soient pas maîtresses ! Qu'elles laissent les hommes tranquilles, aussi libres de vaquer à leurs occupations, de s'instruire, de s'amuser, de s'occuper des affaires. »

8Eliane Viennot reprend le fil de son enquête. Si les femmes n'ont rien à faire dans l'espace public des Arts et des lettres, elles sont encore moins désirées dans l'arène politique. Le gouvernement des femmes est une question revue par les encyclopédistes. Au XVIe siècle, pour Bodin, les époux des reines étaient de pures victimes de la gynécocratie. Au XVIIIe siècle, il n'y eut jamais de gouvernement que par le bon vouloir des maris pour gouverner ensemble. Le mariage est un contrat que les hommes magnanimes acceptent et la plupart des femmes (reines comprises) choisissent de se soumettre à leurs maris. La séparation entre la famille et l'espace public est consommée : aux hommes le soin pénible d'ordonner dans les matières d'Etat et de les discuter, aux femmes la gloire de l'obéissance. Eliane Viennot est convaincante dans sa démonstration : elle montre l'effacement des femmes de la mémoire des Français dans l'histoire, littérature et peinture. La reconstruction de l'histoire favorise la diffusion de l'idéologie de la différence des sexes : les hommes seuls ont toujours eu en charge la vie publique : c'est leur rôle ! Quant à la Loi salique, il faut bien qu'il y ait eu une loi écrite puisqu'on la voit respectée ! Les encyclopédistes annulent les rares avancées de leurs prédécesseurs reconduisant la légende de la loi salique. Le siècle des lumières s'avère bien sombre d'un point de vue des rapports entre les femmes et les hommes.

9Eliane Viennot ne s'arrête pas à ce bilan si noir. Elle cherche les résistances. Tous les hommes ne sont pas des militants masculinistes et toutes les femmes ne sont pas des amies complaisantes. Si le 18e apparaît à une première lecture antiféministe, elle fait ressortir les réactions féministes de quelques personnages comme Anne-Marie du Bocage, mais aussi des femmes journalistes. S'y ajoutent des hommes qui prennent le parti de ces femmes vivantes ou mortes comme le chanoine Antoine Monges qui écrit la première biographie de la reine Marguerite en 1777. L'offensive misogyne du XVIIIe siècle se confronte à une résistance féminine et masculine qui prend une vigueur nouvelle à la fin du siècle à la disparition des philosophes. L'auteure qualifie cette résistance de « résistance de terrain ». Elle perçoit paradoxalement une rupture, un tournant décisif dans les années 1750, un effritement progressif des frontières de classe et l'émergence parallèle de la « fraternité » qui entament le maintien de positions féminines encore fortes. On aurait aimé qu'elle précise ici cette rupture. Par ailleurs, son enquête laisse un regret : celui de la portée de ces discours et de ses répercussions dans la vie quotidienne des femmes comme des hommes.

10A la fin du XVIIIe siècle, conclut Eliane Viennot, malgré l'opposition farouche de certains, les partisans des femmes résistent et ne cèdent pas. Le bilan semble à l'auteure positif. Ici elle oublie avoir fortement appuyé sur le travail destructeur des philosophes : les lecteurs ne comprennent plus pourquoi à la fin du siècle la condition des femmes est bien meilleure.

11Certains peuvent reprocher à Eliane Viennot d'être une littéraire qui s'aventure sur les terrains de l'histoire. Il semble pourtant que cette approche n'est pas sans intérêt en histoire. Elle étudie les textes littéraires et élabore un discours historique. Prudente, elle s'appuie sur une méthodologie qui repose sur une analyse historique d'études de cas. Même si elle n'explique pas toujours ce qu'elle constate, Eliane Viennot réussit bien mieux cet exercice périlleux dans ce second tome. Cet ouvrage, véritable synthèse, devient la référence pour des travaux ultérieurs. L'auteure offre des outils de travail, entre autres une bibliographie exceptionnelle, et elle dresse de longues listes de femmes aux activités oubliées : les autrices, les écrivaines, les peintresses, mais aussi les femmes en armes, les femmes d'influence, les femmes « au service de », et d'autres encore. De nouvelles perspectives s'ouvrent aux historien(ne)s. Ne doutons pas que les travaux qui en seront issus viendront changer le paysage historique et, en répercussion, les manuels scolaires.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Nicole Dufournaud, « Eliane Viennot, La France, les femmes et le pouvoir. Tome 2: Les résistances de la société (XVIIe-XVIIIe siècle), Paris, Perrin, 2008, 504 p. », Genre & Histoire [En ligne], 5 | Automne 2009, mis en ligne le 06 décembre 2009, consulté le 28 avril 2017. URL : http://genrehistoire.revues.org/784

Haut de page

Auteur

Nicole Dufournaud

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Genre & histoire est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page