Navigation – Plan du site
Travaux soutenus
Prix Mnémosyne

Histoires de trottoirs. Prostitution, espace public et identités populaires à la Goutte-d'Or, 1870-1914. 

Master 2, Sciences-Po, Paris, 2007
Alexandre Frondizi

Texte intégral

1« L’histoire du travail féminin est comme doublée de noir par l’histoire de la prostitution »1. Par ces propos, Evelyne Sullerot suggérait déjà en 1968 que l’histoire du genre et a fortiori l’histoire des femmes gagneraient à emprunter la voie sombre des prostituées. Or, en France, tel que le notaient en 2003 Christine Bard et Christelle Taraud, la prostitution « n’apparaît pas comme un thème important de l’histoire des femmes »2. Comme si l’histoire des péripatéticiennes avait longtemps été taboue pour les féministes ; comme si elle était noire non parce que douloureuse et sans sources, mais car honteuse et dérangeante. À l’exception révélatrice de l’américaine Jill Harsin, l’historiographie dix-neuviémiste du commerce sexuel, incarnée par Alain Corbin et Jean-Marc Berlière, a en effet privilégié une approche politico-intellectuelle3. Du coup, ainsi que le rappelait Michelle Perrot en 2002 dans un dialogue avec l’auteur des Filles de noce, ces spécialistes se voyaient reprocher « de ne pas beaucoup parler des prostituées elles-mêmes, de leur malheur, et surtout de faire silence sur les proxénètes » ; « il manquait [dans leurs interprétations] une analyse en termes de relations et de pouvoirs »4. C’est, en intégrant ces critiques à l’élaboration d’une histoire à part entière des péripatéticiennes mais également d’une histoire à partir et autour de ces femmes, que nous avons voulu contribuer par nos (micro)Histoires de trottoirs.

2À la Belle Époque, dans les rues de la Goutte-d’Or − où la concentration du commerce sexuel, et non celle postérieure des immigrés africains, donna naissance à la mauvaise réputation qui colle toujours à la pierre du quartier −, les prostituées étaient avant tout des victimes de la société capitaliste, bourgeoise et patriarcale parisienne. D’abord, la chair des « femmes publiques » était doublement une marchandise. Pour le client bien évidemment, qui achetait et consommait le corps féminin. Mais également pour les souteneurs, cabaretiers et hôteliers, véritables commerçants de la prostitution qui vivaient des profits tirés des services sexuels offerts par ces femmes. Du reste, comme s’en plaignaient les autres commerçants du quartier, les logeurs et cafetiers jouissaient dans l’espace public du monopole de la marchandise racoleuse. Ensuite, les péripatéticiennes étaient chosifiées et animalisées par l’opinion publique ; elles n’étaient pas considérées comme des femmes, comme des êtres humains. Ni par la majorité de la société qui, si l’on se rapporte aux plaintes des voisins, les assimilait ainsi que leurs souteneurs à des barbares, des animaux ou des ordures, et se forgeait en miroir une identité d’honnêtes travailleurs. Ni par la République qui, par des règlements administratifs de la Préfecture de police, les excluait du droit commun et leur imposait visites sanitaires et enfermement. Ces pratiques constituaient de véritables rites d’institution par lesquels les prostituées incorporaient l’arbitraire de l’ordre social de l’époque. En définitive, ces jeunes femmes étaient victimes d’un système socio-économique patriarcal qui, en les marginalisant du marché du travail parisien, les faisait tomber sur les trottoirs, puis d’un système politico-culturel dont se servaient les bourgeois pour se donner bonne conscience, puisque ces derniers toléraient et fréquentaient la prostitution cachée, tout en appelant à réprimer la prostitution publique.

3Victimes de la société parisienne qui les marginalisait, les péripatéticiennes de la Goutte-d’Or n’étaient pas moins des actrices de leur histoire. Elles s’appropriaient leur marginalité subie et résistaient face aux tentatives d’aliénation. D’une part, elles n’étaient aucunement des marchandises passives. Loin d’attendre uniquement des clients prédisposés à qui elles volaient parfois de l’argent pendant la passe, elles parvenaient à transformer de simples passants en clients, en recourant à une panoplie de techniques bien rodées. De la sorte, l’offre créait également la demande prostitutionnelle. S’il est indéniable que les souteneurs, les logeurs et les marchands de vin tiraient des profits de l’activité des prostituées, celles-ci obtenaient en échange protection, amitié, voire amour et pouvaient, pour se jouer d’eux, les monter les uns contre les autres. Avec ces hommes, en se divertissant et en s’opposant à la police et aux familles voisines, elles formaient un groupe social marginal qui leur donnait une identité propre et les intégrait à la (contre)société parisienne. D’autre part, ces femmes luttaient contre le système réglementariste répressif. Contre l’enfermement, en ne se rendant point à la visite sanitaire et en passant ainsi dans « l’insoumission ». Contre les surveillances et les descentes des agents de police, par une organisation résistante qui se chargeait de la contre-surveillance ou de la franche rébellion. Contre le discours du système encore, par la négociation avec les policiers et les pratiques corrompues de ces derniers. Enfin, elles résistaient face à la société parisienne qui les refoulait vers ses marges. Elles détournaient l’espace public de la ville moderne qui ne voulait pas d’elles, en s’y exposant et en se l’appropriant pour survivre sans se soumettre aux solutions closes, et en s’y construisant une identité forte et agressive.

4Au total, dans les rues de la Goutte-d’Or, les jeunes péripatéticiennes inversaient les rapports de force et de stigmatisation qu’elles subissaient en amont. Comme le déplorait un riverain, ces victimes résistantes étaient « les Reines des trottoirs ».

Haut de page

Notes

1  SULLEROT, Evelyne, Histoire et sociologie du travail féminin, Paris, Gonthier, coll. Femme, 1968, p. 37.

2  BARD, Christine et TARAUD, Christelle, « Éditorial », Clio. Histoire, femmes et sociétés, n°17, 2003, ProstituéEs.

3  HARSIN, Jill, Policing Prostitution in Nineteenth-Century Paris, Princeton, Princeton University Press, 1985 ; CORBIN, Alain, Les filles de noce. Misère sexuelle et prostitution au XIXe siècle, Paris, Flammarion, 1978 ; BERLIÈRE, Jean-Marc, La police des mœurs sous la IIIe République, Paris, Seuil, 1992.

4  CORBIN, Alain et PERROT, Michelle, « Des femmes, des hommes et des genres. Entretien avec Alain Corbin et Michelle Perrot » in Vingtième Siècle. Revue d’histoire, n° 75, juillet-septembre 2002, p. 168.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Alexandre Frondizi, « Histoires de trottoirs. Prostitution, espace public et identités populaires à la Goutte-d'Or, 1870-1914.  », Genre & Histoire [En ligne], 4 | Printemps 2009, mis en ligne le 04 septembre 2009, consulté le 18 août 2017. URL : http://genrehistoire.revues.org/747

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Genre & histoire est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page