Navigation – Plan du site
Débattre

Des femmes écrivent l’histoire des femmes au milieu du XIXe siècle : représentations, interprétations

Isabelle Ernot

Résumés

Au début des années 1980 l'histoire des femmes en tant que mouvement historiographique évoquait déjà un projet de réécriture de l'histoire, du moins une volonté de bousculer les discours en place. La difficile réalisation de ce projet est abordée ici à partir de représentations de la similitude des sexes forgées par des femmes de lettres-historiennes, dans les décennies médianes du XIXe siècle.

Ces sources de nature culturelle sont utilisées pour éclairer leur contexte d’émergence et questionner l’histoire sociale et politique. Leur interprétation, qui débouche sur le constat d’une dégradation de la condition féminine intervenue vers le milieu du siècle, invite à questionner le bien-fondé et la résistance d’un discours dominant, une « vulgate », qui propose la représentation d’une France qui aurait été marquée par un progrès démocratique continu.

Haut de page

Entrées d’index

Mots-clés :

Historiographie

Géographie :

France

Chronologie :

XIXe, XXe
Haut de page

Texte intégral

1« Il faut bien reconnaître, en dépit des développements de la recherche au cours des dix dernières années, que l’ambition d’incorporer l’histoire des femmes dans l’histoire tout court, et, du coup, de transformer celle-ci de l’intérieur, ne s’est pas réalisée »1. Ainsi s’exprimait Joan W. Scott à l’orée des années 1980, avant même que ne soit théorisée l’approche du genre. Près de trente années plus tard, l’histoire des femmes et du genre ne semble pas vraiment parvenue à bousculer cette « histoire tout court » ni à faire prendre en considération ses apports. Ce projet était-il une utopie ou bien les éléments de résistance sont-ils si puissants qu’ils rendent difficile sa réalisation ? Il a semblé intéressant de poser les termes du problème à partir d’un exemple concret qui offre la possibilité de confronter les deux histoires.

2Des représentations de l’histoire des femmes, forgées par cinq auteures dans les décennies 1850-1880, constituent le point de départ2. Exprimées dans le cadre d’ouvrages retraçant sur le long terme l’évolution de l’histoire des femmes, ces sources de nature littéraire ont en commun d’instrumentaliser la naissance historique du christianisme pour créer une représentation d’un « avènement » de la similitude des sexes. Interprétées ici comme des éléments de résistance à la pensée de la différence, elles permettent à l’époque considérée d’appréhender une tension profonde autour de la question de l’universel et de questionner des dynamiques de construction d’une hiérarchie sexuée3. L’approche développée ici est avant tout conçue comme une « expérimentation historiographique » dont nous exposons dès à présent le résultat pour la clarté du propos. Elle conduit à identifier une régression de la condition des femmes autour de « l’événement 1848 » et des années suivantes ; à souligner que cette situation n’aurait pu advenir sans une action humaine, ici masculine ; à montrer que « l’événement » inaugure un renforcement d’une domination socio-sexuée appuyée sur le politique. Constatons-le d’emblée : ce résultat ne semble pas conforme et serait même contraire au discours porté par « l’histoire générale » – un terme qui sera à définir.

3Trois moments ponctueront le cheminement. Le premier, consacré à la présentation et à la confrontation des sources, met en lumière la manière dont chacune des cinq auteures a conçu cet « avènement » de la similitude entre les sexes. Le deuxième temps expose une interprétation des représentations associée à une lecture du contexte. Le dernier point s’intéresse aux difficultés de l’intégration à « l’histoire générale » d’un résultat de recherche établi dans le cadre de l’histoire des femmes et du genre.

I. Représentations de la similitude des sexes

4Ce premier point organise le rapprochement entre des représentations rencontrées au sein d’ouvrages sur l’histoire des femmes. L’importance accordée par les auteures à la similitude des sexes y est mise en avant.

Des femmes de lettres – historiennes

5Joséphine de Marchef-Girard, Antoinette Drohojowska, Olympe Audouard, Clarisse Bader et Alice Hurtrel comptent parmi les premières « historiennes des femmes »4. Une cinquantaine d’auteures ayant écrit l’histoire de « leur sexe » a ainsi été répertoriée entre le début du XIXe siècle et l’entre-deux guerres. Elles s’inscrivent dans une histoire des femmes aujourd’hui défrichée5. Leur profil est celui de la « femme de lettres »6. Les représentations rassemblées et comparées ici constituent un « moment d’histoire » au sein d’ouvrages qui proposent un panorama de l’évolution de la condition féminine, le plus souvent depuis les origines de l’humanité jusque dans le présent des auteures.

6Antoinette Symon de Latreiche (1822-1893), comtesse Drohojowska par son époux d’origine polonaise, a écrit sous son nom de femme mariée et sous plusieurs pseudonymes (C. d’Aulnoy, C. Daulnoy, C. A-S de Doncourt). Son abondante production compte des ouvrages de nature historique, biographique, ainsi que des manuels d’éducation destinés aux jeunes filles7. Le texte retenu pour cette étude est une introduction à son ouvrage Les femmes illustres de la France8. Joséphine de Marchef-Girard (Autun le 5 août 1827 - après 1887) s’est engagée en faveur de l’éducation des filles. Elle a été enseignante, directrice d’école – l’une des premières directrices du Collège Sévigné à Paris ; à l’âge de soixante ans (en 1887), elle est nommée inspectrice générale des Ecoles Primaires Supérieures9. La représentation étudiée se trouve dans son ouvrage, Les femmes, leur passé, leur présent, leur avenir10. Olympe Audouard (1830-1890) présente un profil plus engagé. Elle s’est notamment fait connaître pour son combat pour le rétablissement du divorce. Grande voyageuse, elle a laissé des récits de ses pérégrinations en Égypte, Turquie, Russie, États-Unis.11 L’ouvrage dont il est question ici est intitulé Gynécologie. La femme depuis six mille ans12. Clarisse Bader (1840-1902), alors qu’elle était âgée d’à peine plus de vingt ans, prévoyait de réaliser une grande œuvre sur l’histoire des femmes. Elle y a consacré une vingtaine d’années, produisant une collection de cinq ouvrages dont quatre concernent l’antiquité13. Elle a recherché avec obstination durant toute sa vie une reconnaissance intellectuelle14. Enfin, moins connue, Alice Hurtrel, outre son ouvrage La femme, sa condition sociale, depuis l’Antiquité jusqu’à nos jours où se trouve exposée la représentation de l’identité des sexes, a également écrit une biographie romancée de Catherine de Bourbon, sœur de Henri IV15.

Représentations

7Ces cinq femmes ont en commun d’avoir « fabriqué », durant une même période, un événement historique avec des « ingrédients » très proches les uns des autres16. Le terme de « fabrication » est donc employé à dessein : elles exploitent un événement religieux et pour certaines, un personnage de ce registre, Marie, pour construire une histoire profane des femmes et plus précisément une histoire des relations entre les sexes. Selon les versions, si les origines premières du principe de similitude entre hommes et femmes apparaissent incertaines et variées, en revanche, les différentes représentations partagent une instrumentalisation de l’émergence du christianisme pour construire, de manière connexe, l’émergence du principe de similitude17. Les auteures s’appuient sur un scénario organisé en triptyque : l’avènement de l’identité entre les sexes porté par le christianisme constitue l'événement central, entouré de deux périodes, un « avant » et un « après ». La période qui précède a globalement les mêmes caractéristiques chez les cinq auteures. Elles y brossent un très noir tableau de la condition féminine et des relations entre les sexes décrites comme hiérarchiques ; certaines évoquent même une mise en esclavage des femmes par les hommes. Deux groupes d’auteures sont identifiables en fonction de cet « avant », traité dans le registre sacré ou dans celui du profane. Clarisse Bader et Antoinette Drohojowska utilisent l’histoire biblique : l’« avant » représente la période séparant Ève de Marie. « La femme, fille de Dieu, égale à l’homme devant Dieu, telle est sa première apparition dans nos annales sacrées » écrit Clarisse Bader dans La femme biblique18. Les trois autres auteures ont abordé la condition de la femme à travers les temps préhistoriques et l’antiquité.

8Chez toutes, l’« avant » se clôt avec l’avènement du christianisme ; le principe fondamental de l’identité des êtres porté par la nouvelle religion est transposé pour les sexes. L’événement est construit comme une rupture dans le cours de l’histoire des femmes mais également dans celle de l’humanité entière ; ainsi, l’histoire des sexes est-elle intégrée comme un paramètre déterminant de la grande Histoire. Une nouvelle ère s’ouvre pour les femmes. Antoinette Drohojowska évoque cette rupture et la dette des femmes à l’égard de la nouvelle religion (1850) :

Le christianisme apportera donc à la femme honneur, dignité et influence, et en retour, la femme donnera au christianisme toute la puissance de son dévouement. Embrassée du feu sacré de la charité et du prosélytisme, on la verra en tous lieux partager avec les ministres de la religion nouvelle les sublimes soins de l’apostolat. […]. Une noble vie, une sainte carrière s’est ouverte et remplace pour la femme cette vie de servage et de matérialisme qui a été jusqu’à ce jour son partage. Quel chrétien oserait se souvenir même de cette question étrange que l’Antiquité avait posée et que l’Orient a résolue négativement : « La femme est-elle de même nature que l’homme ? Comme lui, a-t-elle une âme ?19.

9Désormais respectées, les femmes se seraient engagées dans une action apostolique en faveur d’une religion à l’origine du basculement de leur condition. Clarisse Bader a également forgé la représentation d’un profond bouleversement des relations entre les sexes survenu en même temps que l’avènement du christianisme (1863). Une ère marquée par des rapports apaisés aurait alors commencé, les hommes respectant désormais les femmes à travers la personne de Marie, dont le rôle essentiel dans la naissance de la nouvelle religion est mis en avant.

Constatons-le avec bonheur. Notre sexe aida puissamment au progrès des notions spiritualistes idéalisées par l’Évangile ; et, par un juste retour, là où ces notions ont régné, la femme est redevenue la fille de Dieu, l’aide et la compagne de l’homme20.

10Comme Clarisse Bader, Olympe Audouard a construit l’idée d’une réhabilitation des femmes à travers le personnage de Marie (1873).

Je le dis hautement, la femme dans le christianisme a fièrement relevé la tête ; elle a eu conscience de sa valeur morale que les lois des hommes avaient endormie, et elle a montré que l’âme féminine n’était point inférieure à l’âme masculine, car elle accueillait avec empressement cette morale chaste, ces préceptes, essence pure de justice, de bonté et de vérité. Dieu lui-même a voulu relever la femme que l’égoïsme et les vices des hommes s’étaient plu à rabaisser. [...] La divinité s’unissant seulement au sexe féminin, le trouvant seul digne de cette alliance d’un Dieu et d’une créature humaine, ne donne-t-elle pas une leçon au sexe masculin ? N’est-il pas évident qu’elle a voulu lui prouver que l’essence féminine n’était point inférieure à l’essence masculine ? et qu’au contraire elle était plus rapprochée de la divinité, étant moins esclave des passions terrestres ? […] Le Créateur, qui a fait l’humanité de la simple matière, n’avait point besoin de donner une mère à son envoyé. S’il l’a fait, ce ne peut être que pour relever un sexe honni et méprisé à tort21.

11L’avènement de l’identité entre les deux sexes est replacé dans un contexte plus large par Joséphine de Marchef-Girard selon laquelle les femmes auraient profité d’une amélioration générale apportée par le christianisme aux relations interhumaines (1860).

Au polythéisme grossier des Romains, à l’esclavage, à la dégradation morale, il [le christianisme] oppose un Dieu immatériel, l’égalité absolue des hommes et ce pur amour qu’il nomme charité : c’était remonter à la source du mal dont se mouraient les sociétés anciennes22.

12Elle rajoute, après avoir évoqué l’humanité manifestée par la nouvelle religion : « Tel fut le christianisme dans son origine et le christianisme est un fait immense dans l’histoire des destinées de la femme ». L’événement christique correspondrait à un bouleversement des relations entre les sexes qui aurait sonné le glas d’une domination exercée par les hommes sur les femmes, voire du régime de maltraitance dans lequel ils les tenaient. C’est dans un esprit similaire qu’Alice Hurtrel (1887) conçoit le relèvement de la femme qu’aurait opéré la religion chrétienne.

Le christianisme, en apportant au monde des principes absolument nouveaux devait, par un progrès continu, faire disparaître les doctrines admises jusqu’à son avènement, affranchir la femme, la régénérer, lui rendre enfin sa vraie place dans le monde. […] Et d’abord, le principe fondamental de la nouvelle religion est celui-ci : " Il n’y a plus ni Juif, ni Grec, ni esclave, ni libre, ni homme, ni femme, car vous n’êtes tous qu’un en Jésus " [...]. En résumé, dès son origine, le christianisme ennoblit le mariage, proclame l’égalité des deux époux et notamment partage entre eux, avec impartialité, les droits que confèrent la société et la nature sur la personne des enfants23.

13Quelles que soient les versions, « l’événement identitaire » fait entrer les femmes dans une nouvelle ère. L’« après », formé des différentes périodes de l’histoire occidentale à partir de la naissance du christianisme, a été abordé de manière diverse par les unes et les autres. L’ouvrage d’Olympe Audouard s’arrête avec la fin de l’antiquité bien qu’elle ait initialement prévu de poursuivre son étude au-delà. Chez les autres auteures, la période de l’« après » court de la fin de l’antiquité au présent en passant par le moyen âge et la période moderne – Clarisse Bader n’a toutefois pas fait paraître son travail sur la période médiévale, à la différence de celui sur les périodes suivantes, moderne et contemporaine24. Cette longue période historique est globalement représentée comme marquée par une amélioration continue de la condition féminine. Cependant, des commentaires révèlent la difficulté de contraindre le récit historique à cette perspective positiviste. Alice Hurtrel écrit notamment :

 Il faudrait bien se garder de croire que les doctrines nouvelles eussent régénéré le monde du jour au lendemain. Elles ne trouvèrent de terrain propre à leur développement que chez le peuple romain, ou chez les nations qui étaient arrivées à un degré suffisant de civilisation pour comprendre et s’assimiler des principes d’une aussi haute portée25.

14Le moment de libération de la sujétion conditionne néanmoins l’écriture de l’histoire des femmes dans les siècles postérieurs. Les différentes « stations » chronologiques sont globalement les mêmes : les périodes grecque et romaine, puis viennent les Germains suivis de la période des troubadours, avant un recentrement sur la France durant les périodes moderne, révolutionnaire et le XIXe siècle. Au sein de chaque période historique, les auteures ont pris appui sur des personnalités – célèbres et moins célèbres – issues des sphères politique et intellectuelle.

Auteures : un engagement 

15Faisons retour sur les auteures : qui sont-elles et qu’est-ce qui dans leur profil peut expliquer les représentations forgées ?26 L’une des questions centrales concerne la motivation qui les a conduites à instrumentaliser l’histoire et exploiter un événement religieux pour pétrir une représentation de l’identité des sexes porteuse de l’idée « d’universel ».

16Les sources biographiques, souvent peu nombreuses pour des personnages n’ayant pas occupé le premier plan de la vie sociale, ne permettent de reconstituer que des bribes de vie. La mise en parallèle des écrits de ces cinq auteures peut constituer un moyen de suppléer à l’absence de renseignements directs. Elles sont nées durant une génération comprise entre les décennies 1820 et 1840 et sont issues de l’ancienne aristocratie ou de la bourgeoisie lettrée. Rien ne laisse supposer qu’elles se soient connues. Si leur production intellectuelle est variée, elles partagent toutefois un intérêt pour la thématique de la / des femme-s. Du point de vue de la perspective féministe, leur profil individuel présente des différences. L’une, Olympe Audouard s’est engagée publiquement pour une réforme du divorce ; l’action éducative menée par Joséphine de Marchef-Girard peut également être lue comme un engagement en faveur des femmes. En revanche, deux d’entre elles, la comtesse Drohojowska et Clarisse Bader, appartiennent plutôt au « camp conservateur ». Pourtant, pour toutes, la question de la « dimension féministe » de leurs écrits et démarche peut être posée. En effet, d’une part, elles sont préoccupées par la question de l’identité/égalité des sexes, thématique centrale du féminisme et, par ailleurs, leurs représentations historiques valent engagement. Le terme « féministe » ne renvoie donc pas stricto sensu à l’engagement dans un mouvement mais est entendu dans une acception plus large27. Leur préoccupation première, de nature ontologique plutôt que politique, leur fait donner la priorité aux droits civils sur les droits civiques. Dès 1848, George Sand symbolisait cette position contre les saint-simoniennes qui est encore au cœur du « renouveau » féministe de la fin des années 186028. Cette stratégie fut contestée par un féminisme plus radical, incarné notamment par Hubertine Auclert qui, à partir de la fin des années 1870, réclama les droits politiques, espérant ensuite agir sur le domaine civil29. Prendre ici en considération les notions de « résistance » et d’« engagement » contribue à identifier l’existence d’une sensibilité féministe qui couvrait une surface sociale plus large que celle des seules femmes publiquement engagées dans les associations féministes30.

17Cela permet également d’aller à l’encontre d’un présupposé dont semble s’accommoder l’historiographie traditionnelle : l’acceptation par les femmes de leur situation d’assujettie. Pourtant, chez bien des intellectuelles de la période, la complexité des positions fait supposer une autre réalité. Chez les mêmes personnes, il est possible de rencontrer des marques de révérence à l’ordre socio-sexué et parallèlement des discours de remise en cause de celui-ci, souvent exprimés à travers des projets destinés à améliorer la condition féminine31. Contradictoires au premier abord, ces discours s’éclairent si l’on prend en considération l’éducation subie par les jeunes filles de la bourgeoisie et la notion de « stratégie », sans doute plus ou moins consciente. On peut faire l’hypothèse que des individues, dans un contexte de domination masculine appuyée sur des structures à la fois culturelles, sociales et politiques, devaient ou se sentaient obligées de donner des gages pour pouvoir s’exprimer contre l’ordre établi et éviter ainsi la violence d’une marginalisation32.

II. Des représentations à l’interprétation

18Ces représentations, produites durant les décennies 1850-1880, sont appréhendées ici comme des manifestations intellectuelles d’une lutte de nature socio-politique. Elles sont utilisées pour interroger le réel et l’organisation de la société33. D’une manière générale, les représentations, exprimées sous forme d’images ou de textes sont des émanations d’un contexte, une traduction de la vie sociale et politique. En tant que traces du passé, elles constituent des éléments pour saisir le rapport des individus aux réalités vécues et tenter d’approcher leur présent. La période considérée n’a certainement pas l’exclusivité de ce type de représentations34. Toutefois, parce que celles-ci partagent des similitudes et sont forgées en un temps proche, elles invitent à questionner leur contexte de production. Les différentes caractéristiques de ces représentations - religieuse, historique, politique - sont exploitées successivement.35.

L’instrumentalisation du religieux

19Ces représentations sont extraites d’ouvrages historiques qui exposent l’histoire (une histoire) des femmes. L’appui sur la religion et, pour certaines, sur le personnage de Marie, est certes déterminant mais ne correspond néanmoins qu’à un court moment utilisé surtout pour évoquer la similitude des sexes. La question de la religion permet avant tout de saisir l’existence d’une souffrance. A l’image de Joséphine de Marchef-Girard qui évoque ici le secours trouvé par les femmes dans la religion.

Pour bien concevoir l’influence du sentiment religieux sur l’existence de la femme, il faudrait pouvoir sonder les mystères de désespoir que renferme son cœur. Les préjugés qui proclament l’infériorité de sa nature, les dogmes qui consacrent ces préjugés, sa position de plus en plus fausse au milieu de la société sont des sources inépuisables de douleur, et la douleur est pour elle un martyre, car rien ne vient l’en distraire […] [Il] est facile de comprendre que dans une association où les droits sont d’un côté avec la force, avec l’intelligence, avec l’étude, avec la puissance souveraine des préjugés, il y a nécessairement de l’autre, au moins en germe, mille petites passions, mille petites rancunes qui s’amassent peu à peu, gonflent le cœur d’amertume et peuvent amener à la fin le malheur de la vie36.  

20L’élément religieux se révèle un recours intellectuel et une consolation contre la douleur d’une infériorisation dont la réalité nous est ainsi révélée. Un trauma provoquant réaction et engagement pour que soit reconnu comme fondamental, originel, le principe de la similitude des êtres37.

21Ces constructions historiques révèlent une instrumentalisation de l’élément religieux. D’une manière générale, le plus grand investissement des femmes dans la religion durant cette période doit être questionné en relation avec la situation sociale qui leur était alors imposée38. Ces représentations font pressentir le domaine religieux à la fois comme refuge et lieu de résistance à une oppression sexuée39. Si tel est le cas, l’idée, alors brandie par des hommes politiques et des intellectuels, de la supposée proximité naturelle des femmes et de la religion, apparaît comme une stratégie discursive destinée à entretenir et justifier l’exclusion même de ces dernières de la sphère publique. En même temps, se trouvait ainsi niée l’existence d’une résistance des femmes et par là même l’objet de leur résistance.

22Si le contexte de production de ces représentations n’est pas anodin, étant contemporaines d’un renouveau du culte marial, intensifié à partir de 1854 par la proclamation du dogme de l’Immaculée Conception, elles relèvent pourtant avant tout d’un cadre profane : celui de l’histoire des femmes.

Enjeux dans le champ historique

23Quel lien établir entre la préoccupation des auteures pour la question de la similitude des sexes et le fait qu’elles soient venues travailler à l’intérieur du champ historique ? L’analyse de leurs textes et leur confrontation avec des écrits masculins contemporains permettent d’avancer l’idée que ces femmes ont tenté d’agir sur le terrain historique parce que ce dernier jouait un rôle dans la construction d’une hiérarchie sexuée.

24Passé-présent, présent-passé : les représentations se révèlent en tant qu’enjeux stratégiques au croisement de ces temporalités. Plus que le passé, c’est avant tout le présent qui intéresse ces auteures comme en témoignent les titres de leurs ouvrages qui courent sur des temps longs et viennent s’achever en  leur propre époque. On peut supposer qu’elles instrumentalisent le passé afin d’agir sur la condition des femmes dans le présent. Leur travail tend ainsi à indiquer que la condition contemporaine des femmes dépend d’une représentation historique de leur sexe. La question de « l’origine » apparaît particulièrement stratégique. Olympe Audouard écrit :

Il est une erreur très accréditée, c’est celle que l’esclavage de la femme a commencé avec le monde ; aussi beaucoup de personnes combattent ses justes revendications [de la femme] par cette phrase : « Depuis que le monde est monde la femme est esclave ; n’est-il pas plus sage à elle de subir ce que ses devancières ont subi que de venir réclamer si tardivement des droits qu’elle peut revendiquer ; mais qu’elle n’a jamais possédé ?40

25Y avait-il similitude à l’origine entre les hommes et les femmes ou, au contraire, différence ? A travers ces cinq exemples, ce « moment initial » de l’humanité se révèle terrain de bataille entre intellectuel-les. En instrumentalisant l’émergence du christianisme, les auteures tentent d’introduire une rupture dans l’histoire et de casser l’image d’une origine qui condamne les femmes à l’infériorité. Leurs discours se greffent sur l’origine chrétienne – certaines, comme Clarisse Bader s’appuient d’abord sur le personnage d’Ève – pour abolir une origine anthropologique ou du moins la représentation qui en est alors diffusée et qui leur est très défavorable. Leur engagement contre l’idée d’un naturel, primordial ou antique assujettissement des femmes et d’une hiérarchie initiale des sexes, indique que cette représentation était présente dans le paysage intellectuel contemporain. Le texte suivant constitue un exemple et un témoignage sur l’existence de cette représentation. Il s’agit de l’extrait d’une intervention d’Émile Couteleau, prononcée en 1878 au Grand Orient de France, devant un public en partie constitué de femmes.

Mesdames,

[…] Or, s’il y a égalité d’apport, il doit y avoir parité de droits, c’est là un principe d’équité élémentaire, indéniable. Comment se fait-il que ce principe ait toujours été violé, et d’autant plus brutalement, d’une façon plus inique, d’autant plus criante, que nous remontons davantage dans le cours des âges ? C’est que, plus nous nous rapprochons de l’origine des peuples, plus nous les trouvons plongés dans les ténèbres de l’ignorance et de la barbarie, vivant à l’état sauvage, confondus, pour ainsi dire, sous la loi de la nature, avec les animaux dont ils partagent les instincts et les appétits. Dans un tel milieu, pas de droit possible ; c’est la force, la force seule qui domine et règne. Alors, ne demandez pas ce que peut être la pauvre femme : reléguée dans un coin de la hutte, comme une chose vile, servant l’homme, comme le chien sert son maître, condamnée aux plus rudes travaux, passant de main en main lorsqu’elle est en âge de satisfaire de grossières convoitises, maltraitée et battue lorsqu’elle n’est plus en état de plaire, mutilée ou tuée pour la moindre faute : voilà à peine une ébauche des traitements qu’eurent à subir les mères de nos mères, à ces époques ténébreuses de l’histoire. [….] « La force prime le droit » […] Quand donc l’homme triomphant de l’égoïsme de ses bas instincts, l’œil fixé sur l’éternelle justice, saluant dans la créature humaine, même la plus humble, la plus déshéritée, ces deux signes divins, l’intelligence et la volonté libre, retournera t-il l’abominable devise, et proclamera t-il enfin que, dans la pratique comme dans la théorie, c’est « le Droit qui prime la Force ? » (Applaudissements prolongés). Alors, Mesdames, votre jour sera venu, justice vous sera faite, et c’est ce que j’appelle de tous mes vœux41.

26Ce discours où se trouve aussi évoqué le principe de la similitude des êtres/sexes à travers l’intelligence/la raison et le libre arbitre, s’inscrit dans une très prolifique production masculine sur le sujet « femme-s » durant le XIXe et le début du XXe siècle42. Cette représentation, porteuse à la fois de l’idée d’hommes originellement investis d’une force supérieure par rapport à l’autre sexe et de l’existence d’un droit absolu sur celui-ci, constitue une instrumentalisation du passé menée cette fois du côté des intellectuels. L’origine de l’origine n’est pas précisée : Dieu ou la nature, peu importe, ce qui ressort, c’est l’innocence des hommes par rapport à cet état de fait. Ils ont été faits puissants. Il n’était pas sans violence pour les auditrices d’entendre ainsi décrire leur passé – d’ailleurs pas tout à fait passé, car singulièrement réactivé par l’orateur : esclaves, objets sexuels, êtres sans importance sur qui les premiers hommes avaient un droit de mort. On note que l’argumentaire active une naturalisation porteuse de l’idée d’une irresponsabilité masculine : le changement entre les sexes, sincèrement espéré par l’orateur, dépendra de la capacité des hommes à s’éloigner de ce temps barbare qui les habite encore, un état dont ils ne sont pas totalement responsables, d’où l’impossibilité de déterminer la fin du rapport injuste. Le discours apparaît donc double.

27La perspective historique apparaît comme le possible support de la construction et de la légitimation d’une domination socio-sexuée. Les origines de cette représentation de l’origine, porteuse de l’idée de différence des sexes, seraient à reconstituer dans le cadre d’une démarche généalogique. Le moment primitif semble jouer un rôle déterminant pour légitimer la place de chacun dans le présent. L’importance du fait représentatif apparaît au regard de son pouvoir d’articuler le réel. L’histoire, à l’égal d’autres domaines scientifiques, intervient ainsi dans la définition des sexes pour leur donner une nature, notion qui véhicule celle d’« immuable ». Les sexes masculin et féminin auraient été tels ou tels dès le moment de l’origine et les temps postérieurs n’auraient été ensuite que le déploiement de leurs potentialités premières43. Le passé – l’origine couplée au déroulement du temps long de l’histoire – intervient comme un principe d’autorité et la représentation qui s’impose de ce passé est dès lors déterminante44. L’instrumentalisation de la perspective historique déployée par les cinq auteures se présente alors, semble-t-il, comme une contre instrumentalisation et révèle le caractère stratégique des représentations historiques entre les sexes. Reste encore à identifier, dans le réel, ce qui a poussé ces femmes à créer de telles représentations.

Des représentations au réel : le champ politique

28La notion de « pouvoir » est un autre élément cardinal des représentations à côté de la similitude des sexes. Il n’y aurait pas de passage possible entre le temps de la sujétion des femmes et celui de l’identité des sexes sans l’intervention d’un pouvoir capable de l’opérer. La situation des femmes ne se trouve transformée que par l’intervention de l’autorité divine, omnipotente par essence. Cette autorité supérieure s’impose à tous, y compris aux hommes. Décliné sous une forme religieuse, le pouvoir se présente comme une puissance capable d’imposer une mutation de l’organisation sociale. Ce pouvoir exceptionnel révèle une impuissance devant un enfermement : la puissance divine, instance arbitrale suprême, met fin à une situation de sujétion absolue sur laquelle le dominé n’avait aucun pouvoir.

29Dans le cadre de cette démarche où les représentations sont utilisées comme des outils d’analyse de leur propre contexte d’émergence, il faut chercher dans le réel les causes qui ont présidé à leur production et prêter attention à une situation concrète d’infériorisation / enfermement / impuissance que les auteures cherchent à subvertir par leurs représentations. Les éléments invitent à regarder particulièrement la conjoncture politique, soit la révolution de 1848 suivie par l’instauration d’un pouvoir autoritaire dans le cadre de la restauration impériale. Cet événement qui fait accéder au pouvoir l’ensemble d’un groupe sexué, instaure l’égalité politique des hommes et exclut les femmes de l’universalité, correspondrait à une dégradation de la condition des femmes. On peut faire l’hypothèse que la perspective d’une réforme de leur statut civil se serait alors éloignée, les femmes se retrouvant sans possibilité de négocier leur propre statut. La différence civile aurait été renforcée par la nouvelle différence politique. 1848 a mis fin à un système politique familialiste45 – dont la dimension de genre ne doit pas être négligée – qui laisse place à un système construit autour du critère du sexe. Il aurait approfondi la différence entre les sexes, renforçant et rigidifiant la hiérarchie sexuée mise en place par le Code civil et l’organisation politique issue de la période révolutionnaire. Les changements intervenus, confirmés dans les années suivantes, auraient donc renforcé la domination d’un sexe sur l’autre et, en définitive, une hiérarchie humaine.

30La prise en compte des conséquences de l’abolition de l’esclavage apporte un éclairage complémentaire. De manière concomitante, en 1848, alors que l’abolition mettait fin à un statut d’infériorité partagé par les femmes et les hommes, le droit de vote accordé uniquement à ces derniers (ré)introduisait une différence et une hiérarchie entre les sexes. Des femmes antillaises, engagées dans la lutte pour l’égalité, allaient continuer, bien au-delà de 1848, d’utiliser la métaphore de l’esclavage pour dénoncer les conséquences de l’accès unisexe au droit de vote qui les maintenait dans un statut inférieur46.

31Les représentations forgées par les cinq auteures étudiées couvrent une période durant laquelle la liberté d’expression fut limitée. Dans les années suivantes, l’espoir de réforme donna naissance à de nouvelles initiatives féministes tandis que les représentations de l’histoire des femmes évoluaient, mettant notamment en valeur une histoire du féminisme ou abordant la question du pouvoir politique des femmes à travers des biographies. Toutefois, les deux sexes sortaient de la période concernée avec des statuts différents, une organisation rigide qui tiendra jusqu’à la fin de la Seconde Guerre.

32Le résultat rejoint ainsi des études antérieures47. Songeons notamment aux « femmes de 1848 » et particulièrement à l’action de Jeanne Deroin qui tenta d’attirer l’attention sur l’iniquité de la nouvelle donne en se présentant aux élections de 1849. Il nous semble que la démarche invite à poser la question de la non prise en compte de ce résultat de recherche par « l’histoire tout court ». Le problème sous jacent est celui du faible poids des travaux d’histoire des femmes réalisés dans le cadre universitaire et qui semblent très peu compter dans la mémoire collective.

III. Approches historiographiques

33Le dynamisme historiographique autour de l’histoire des femmes et du genre a allié deux aspects : une histoire ancrée dans le concret et qui s’attache notamment à mettre en valeur les femmes en tant qu’agents historiques ; une approche plus théorique qui s’intéresse notamment à la construction des discours48. Tous deux ont nourri conjointement l’espérance que les apports de l’histoire des femmes et du genre bousculent une histoire que l’on peut qualifier de « générale »49. Cette partie est consacrée à la difficile réalisation de ce projet ainsi qu’aux relations conflictuelles des deux « histoires ».

Interprétations conflictuelles de l’histoire

34Soulignons d’abord, en reprenant l’expression de Joan Scott citée en introduction, la forte résistance de « l’histoire tout court ». Cette dernière correspond à une histoire républicaine qui sut s’imposer dans le courant de la deuxième moitié du XIXe siècle50. L’histoire des femmes reste celle d’un groupe particulier et ne parvient pas à influencer une représentation appuyée sur le concept de nation qui présente la France marquée par une « dynamique démocratique en marche »51 – au vu des résultats précédents, cette représentation peut être qualifiée de « positiviste ». L’interprétation qui a identifié autour de « l’événement 1848 » une régression pour les femmes et une action masculine en ce sens, entre frontalement en conflit avec cette analyse ; le conflit porte particulièrement sur l'interprétation de l’universel. Celle qui met l’accent sur le fait que les contemporains ne pouvaient encore concevoir que les femmes en fassent partie – conception évolutive de l’universel, contradictoire avec la valeur en question –est insatisfaisante et peut être jugée androcentrique52.

35Le conflit entre les deux histoires ne se noue pas seulement autour de l’interprétation. Il tient aussi au caractère dominant de l’une d’entre elles. Cette « histoire tout court », référence de l’histoire des femmes et du genre, demande à être définie. Tout d’abord, comme souligné précédemment, il ne s’agit que d’une représentation de l’histoire. L’une de ses forces réside peut-être dans sa structure, relativement simple. Elle se présente sous la forme d’un exposé de la période contemporaine dont la trame suit en grande partie le déroulé chronologique. Très synthétique, le récit est porté par l’idée sous-jacente d’un progrès démocratique continu. Il correspond à l’histoire scolaire qui s’est constituée au XIXe siècle, une histoire censée être évidente pour tous. Le discours, articulé en fonction de la chronologie, ne rend compte que du déroulement des événements dans l’ordre dans lequel ils se sont passés. Ainsi se trouvent naturalisés les évolutions et les actes des groupes dominants, particulièrement ceux en charge de l’État53. L’histoire des femmes n’ayant pas assez de poids pour infléchir la représentation générale, les femmes n’y figurent que comme un groupe secondaire. Cette représentation dominante pose la question du pouvoir au sein de la discipline historique. Il s’agit d’une « vulgate » que l’on rencontre dans les manuels du supérieur comme du secondaire. Considérée comme un savoir de base, sa validation par les institutions universitaire et scolaire en assure la légitimité tandis que les hommes politiques ne dédaignent pas de s’en servir pour entretenir l’image d’une gouvernance s’inscrivant dans une geste démocratique permanente qui marquerait l’histoire de la France54.

36Pour ce qui est des représentations évoquées ici, quelle approche faudrait-il développer pour que ces sources soient prises au sérieux ? Il y a quelques décennies, l’histoire académique aurait sans doute jugé ces écrits de femmes comme une « mauvaise histoire » ; au XIXe siècle et début du XXe, certains ont pu être cités comme une preuve de l’incapacité des femmes à écrire l’histoire. Aujourd'hui de tels écrits font l'objet d'approches variées55. La mise en évidence de résistances et d’engagements n’est pas « mathématique », les traces laissées par les groupes assujettis sont complexes et le plus souvent indirectes, leur protestation emprunte des formes diverses. Cependant, la mise en évidence de résistances et d’engagements n’est pas « mathématique », les traces laissées par les groupes assujettis sont complexes et le plus souvent indirectes, leur protestation emprunte des formes diverses56. La strate culturelle constitue un soubassement des strates sociale et politique où l’on retrouve des tensions qui ne pouvaient être exprimées publiquement. Rejeter ces sources parce que la méthodologie qui tente d’en rendre compte est incertaine ou trop subjective, c’est décider d’ignorer la résistance d’individus relevant de groupes assujettis et finalement effacer leur histoire au profit de l’histoire de ceux qui, occupant le premier rang, ont produit une histoire factuelle qui serait seule digne, non pas d’intérêt, mais de certitude. La notion d’interprétation mise ici en avant ne rejette pas dans l’ombre la dimension subjective inhérente à toute démarche scientifique et par ailleurs, se pensant en terme de « questionnement » et « proposition », elle ne produit pas un discours fermé sur lui-même.

37L’une des facettes du conflit concerne donc la manière d’appréhender le réel par le factuel. Envisagée depuis l’histoire des femmes, la démarche historique autour de « 1848 » et des décennies suivantes devrait promouvoir un discours « en creux » et s’intéresser à ce qui n’a pas eu lieu mais qui n’était ni normal, ni sans conséquence pour les femmes, ni sans conséquence sur la physionomie à la fois politique et sociale du siècle qui suivit. Sans traitement de la question, l’accès tardif des femmes aux droits politiques – près d’un siècle après les hommes, ce qui est considérable à l’échelle de la période contemporaine – finit par apparaître dans l’ordre des choses. Certes, la majorité des historiens précisent aujourd’hui que le suffrage ne concernait pas les femmes, mais une fois cela dit, l’expression « suffrage universel » est néanmoins reprise et le fait que ces dernières n’aient pas été concernées, reste globalement sans traitement57.

38Autour de la difficulté à bousculer la vulgate, nous souhaiterions pointer ce qui nous semble constituer une faiblesse de l’histoire des femmes et du genre. Alors même que ce domaine de recherche s’est constitué autour de la question d’un rapport inégal entre les sexes et de l’idée de « construction » de la différence, il semble pourtant habité par la difficulté à aborder la question d’un « acteur masculin »58. D’une manière générale, si hiérarchie sexuée il y a, si elle est comme l’entend le genre, non naturelle, alors il faut logiquement qu’elle soit aussi le produit d’une volonté et d’une action.

Retour sur la question de l’origine : l’acteur masculin

39En remontant des couches souterraines vers la surface, des productions culturelles vers les faits, il faudrait alors considérer que Jeanne Deroin s’est engagée contre un « acteur masculin ». Envisagé du point de vue historiographique, celui-ci bien qu’omniprésent, apparaît en même temps comme un angle mort. Pourtant, il n’est pas possible d’expliquer l’origine des représentations étudiées, ni la situation qui a présidé à leur création, si l’on n’évoque pas un « acteur masculin »59. Cette question rencontre celle de l’ « origine » et incarne, hier comme de nos jours, une tension majeure au cœur de l’histoire des femmes et du genre. D’une certaine manière, le glissement de l’une à l’autre, de l’histoire des femmes vers l’approche du genre, peut être vu comme une nouvelle réponse pour faire face à l’enjeu que constitue « l’origine ». Mettre à distance l’argument de la nature et du déterminisme biologique et défendre l’idée de « construction » équivaut en définitive à proposer une certaine conception de « l’origine ». Le genre suspend une origine temporelle toujours susceptible de favoriser une naturalisation, pour une origine qui n’arrête pas de se re-jouer au travers de configurations multiples, sociologiques, politiques, économiques, culturelles60. Si l’origine inscrite dans le temps est ainsi neutralisée dans ses possibles effets naturalisants, néanmoins des questions demeurent autour … de l’origine des configurations et de leur dynamisme. Ainsi étudier la manière dont les hiérarchies, notamment sexuées, sont construites, peut amener à privilégier des processus produits par des institutions plus que leur instrumentalisation par des acteurs humains dont les pensées, les choix, les actions, la défense d’éventuels intérêts sont véritablement à l’origine des situations inégalitaires. La problématique du genre qui met en avant la notion de construction du féminin et masculin comme catégories ou celle des hiérarchies sexuées, laisse peut-être trop dans l’ombre la question de l’« acteur masculin ».

40La situation des femmes mise ici en valeur au travers de productions intellectuelles n’est pas le fruit direct des seuls événements ni des institutions. Dans le cadre de la construction d’un rapport hiérarchique, il est nécessaire de pointer également ceux qui l’ont mis en place. Il est probable que la prise en compte d’un « acteur masculin », en tant que constructeur conscient et volontaire de la sujétion de l’autre sexe, serait susceptible de faire bouger la production du discours historique61. L’historiographie contemporaine semble avoir du mal à penser cet « acteur »62 ; dans le cadre d’une approche de type anthropologique telle que celle du genre qui s’évertue à mettre à la porte tous les éléments qui pourraient relever de la nature, cet acteur humain ne peut être que cardinal dans la construction d’un rapport hiérarchique.

41La question se pose toutefois de sa figure, difficilement appréhendable entre l’écueil d’une permanente naturalisation et celui d’une irresponsabilité63. Travailler sur le sujet des relations entre les sexes et particulièrement sur la construction de la différence, en fonction d’un collectif masculin plus ou moins large dont chaque membre aurait un comportement similaire, présente en effet le risque d’une naturalisation, érigeant en tendance naturelle un comportement social ; d’où l’importance de mettre l’accent sur les dissonances entre individus masculins face à la question des deux sexes. Le travail de construction du rapport hiérarchique semble bien se faire au niveau de sous-groupes et dans le contexte concerné ici la responsabilité des élites politiques et intellectuelles serait à interroger, particulièrement autour de la production d’une représentation de la différence des sexes. Ces femmes qui appartiennent à une élite lettrée ne se sont pas opposées à tous les hommes mais d’abord à des individus avec qui elles partageaient les mêmes caractéristiques socio-culturelles64.

42L'interprétation des représentations et la prise en compte d’un « acteur masculin » conduisent à faire trois propositions de nature historiographique. La première associant les concepts de genre et de classe suppose la reconnaissance d’une responsabilité (des élites) masculine(s) dans la construction de la hiérarchie des sexes. Pour évoquer la situation de 1848 et des décennies suivantes, il faudrait donc mettre l’accent sur la prise de décision de certains hommes alors au premier rang de la scène politique, opposés au suffrage des femmes, qui développèrent une instrumentalisation de l’universel, une appropriation de la chose politique. Des actes qui eurent pour conséquence un renforcement du « pouvoir » masculin sur l’autre sexe. Pour les décennies postérieures, il faudrait mettre en avant le refus et la résistance menés durant près d’un siècle par des membres de l’élite intellectuelle et politique pour empêcher tout changement, toute réforme en faveur d’une égalité civile, sociale, politique, une attitude qui fut accompagnée d’un fort dispositif discursif de légitimation.

43La deuxième proposition concerne la différence des sexes et son caractère idéologique. Ne faudrait-il pas la présenter comme l’une des principales pensées de la période contemporaine avant le milieu du XXe siècle ? C’est contre celle-ci que les auteures évoquées ici ont tenté d’agir. À noter : le terme est souvent écrit en italique lorsqu’on souhaite dissocier l’indéniable différence des corps de l’idéologie qui exploite cette différence pour imposer la conception d’un être humain déterminé par le sexe. Cette pensée implique une différence de capacité entre hommes et femmes et par suite des rôles sociaux tout aussi différents pour les unes et les autres. Très présente dans les discours masculins tenus sur le sujet « femme-s » durant le XIXe et le début du XXe siècle, c’est elle qui, finalement, a donné sa configuration à la fois au social et au politique durant cette période. Bien plus que le principe d’égalité qui ne concerna qu’une moitié de la population, le principe qui organisa l’ensemble de la société fut issu de cette pensée de la différence – à l’œuvre également pour la « race ».

44La dernière proposition porte sur la qualification de la société française en tant que « sexiste » - ici au moins pour la période de la IIIe République. L’acception proposée dépasse la notion de « préjugés » et « stéréotypes » – pratiquement les seules utilisées actuellement, souvent de manière anecdotique. Elle renvoie ici à la notion de « fondement »65. L’organisation mise en place à partir du milieu du siècle, politique et sociale, qui va dans le sens de celle inaugurée par la période révolutionnaire, n’est en aucune manière un reflet de la nature. Elle est « sexiste » car elle repose non seulement sur le critère du sexe mais également sur la discrimination de l’un d’entre eux. La qualification va au-delà de la courte période considérée ici durant laquelle les auteures ont exprimé un trauma et une plainte, puisque les fondements de cette société n’ont été réformés qu’à partir de la fin de la Seconde Guerre mondiale.

Conclusion

45A l’origine de cette réflexion, une rencontre avec des représentations éparses, leur rapprochement puis leur interprétation en relation avec le contexte qui les a vu émerger. Derrière les conflits, qu’ils soient historiographique ou politique, le véritable enjeu concerne la valeur  de l’ « universel ». On assiste sous la plume des auteures à la création d’un autre universel qui, celui-là, concernait aussi les femmes. Le trauma qu’elles expriment constitue un point d’appui pour prendre en défaut un discours qui privilégie une vision positiviste de l’histoire de la nation France. Cette « expérimentation historiographique » enseigne qu’en fonction de la perspective dans laquelle on se place, les interprétations de l’histoire divergent. Elle est une invitation à travailler à la déconstruction de la « vulgate », à la production d’un contre-discours, synthétique, appuyé sur l’étude des sources produites par les groupes infériorisés. Une incitation à reconsidérer l’histoire nationale, à questionner et enseigner aussi ses noirs visages. A elle seule, l’histoire des femmes et du genre n’a certainement pas la force de proposer une nouvelle intelligibilité du temps passé, à la différence peut-être d’une approche anthropologique, pluridisciplinaire, qui pourrait être capable de construire un nouveau type de récit, non monolithique.

Haut de page

Notes

1  Joan W. Scott, « Dix ans d’histoire des femmes aux Etats-Unis », Le Débat, n°17, 1981, p. 130.

2  Rencontrées au cours d’une recherche sur l’écriture de l’histoire des femmes, produite par des femmes, entre le début du XIXe siècle et le milieu du XXe siècle. Voir Isabelle Ernot, « Historiennes et enjeux de l’écriture de l’histoire des femmes, 1791-1948 », Thèse de Doctorat, Université Paris 7 - Denis Diderot, 2004, 514 p. ;  Françoise Thébaud, Écrire l’histoire des femmes et du genre, Lyon, ENS Editions, 2e édition, 2007 [1998].

3  L’analyse de ces représentations se place dans la continuité de l’approche définie par Roger Chartier qui a évoqué l’existence de « luttes de représentations, dont l’enjeu est l’ordonnancement de la structure sociale elle-même (…) » : « Le monde comme représentation », in Roger Chartier, Au bord de la falaise. L’histoire entre certitudes et inquiétude, Paris, Albin Michel, 1998, p.79.

4  Isabelle Ernot, « L’histoire des femmes et ses premières historiennes, XIXe - XXe siècle », Revue d’histoire des sciences, n°16, 2007, p. 165-194.

5  Laurence Klejman, Florence Rochefort, L’égalité en marche. Le féminisme sous la IIIe République, Paris, Presses de la Fondation Nationale des Sciences Politiques, 1989 ; Geneviève Fraisse, Muse de la Raison. Démocratie et exclusion des femmes en France, Paris, Folio, Gallimard, 1985 [1989], La différence des sexes, Paris, PUF, 1996, Les femmes et leur histoire, Paris, Gallimard, Folio histoire, 1998, Les deux gouvernements : la famille et la Cité, Paris, Gallimard, Folio essais, 2000 ; Joan W. Scott, La citoyenne paradoxale. Les féministes françaises et les droits de l’homme, Paris, Albin Michel, 1998 ; Michèle Riot-Sarcey, La Démocratie à l'épreuve des femmes. Trois figures critiques du pouvoir, 1830-1848, Paris, Albin Michel, 1994 ; Histoire du féminisme, Paris, La Découverte, 2002 ; Yannick Ripa, Les femmes, actrices de l’histoire. France, 1789-1945, Paris, Armand Colin, 2002, [1999] ; Michelle Zancarini-Fournel, Histoire des femmes en France, XIXe-XXe siècle, Rennes, PUR, 2005 ; Rebecca Rogers, Les Bourgeoises au pensionnat - L'éducation féminine au XIXe siècle, Rennes, PUR, 2007.

6  Les femmes citées pour leur production intellectuelle durant les XIXe et XXe siècles (dans les dictionnaires biographiques notamment) sont, le plus souvent, qualifiées de « femmes de lettres ». La catégorie qui a traversé le temps apparaît très large et imprécise.

7  Les femmes illustres de l’Europe, Paris, Lehuby, 1852 ; Les femmes pieuses de la France, Paris, Périsse frères, 1856 ; Les reines illustres, Paris, Magnin, Blanchard et Cie, 1858 ; La Bienheureuse, Françoise d'Amboise, duchesse de Bretagne, Paris, H. Vrayet de Surcy, 1864 ; Madame Louise de France, fille de Louis XV, religieuse carmélite au monastère de Saint-Denis sous le nom de Mère Thérèse de Saint-Augustin, Lille, J. Lefort, 1871 (2e édition).

8  Op. cit.

9  Françoise Mayeur, L’enseignement secondaire des jeunes filles sous la Troisième République, Paris, Presses de la Fondation Nationale des Sciences Politiques, p. 62 et 86-88 ; Jean-Pierre Rioux, dir., Deux cents ans d’Inspection générale, 1802-2002, Paris, Fayard, 2002 ; Guy Caplat, dir., Les Inspecteurs généraux de l'instruction publique : dictionnaire biographique 1802-1914, Paris, Institut national de recherche pédagogique, Éd. du CNRS, 1986.

10  Op. cit.

11  Les mystères de l’Egypte dévoilés, Paris, Dentu, 1865 ; Les mystères du Sérail et des Harems turcs, Paris, E. Dentu, 1866 (3e édition) ; L'Orient et ses peuplades, Paris, E. Dentu, 1867 ; A travers l'Amérique, le Far-West, Paris, E. Dentu, 1869 ; A travers l'Amérique, North America, États-Unis : constitution, mœurs, usages, lois, institutions, sectes religieuses, Paris, E. Dentu, 1871 ; Voyage au pays des Boyards, étude sur la Russie actuelle, Paris, E. Dentu, 1881.

12  Op. cit.

13  La femme dans l’Inde Antique. Etudes morales et littéraires, Paris, Duprat, 1864 ; La femme biblique, sa vie morale et sociale, sa participation au développement de l’idée religieuse, Paris, Didier, 1866 ; La femme grecque, étude de la vie antique, Paris, Didier, 1872, 2 vol. ; La femme romaine, étude de la vie antique, Paris, Didier, 1877 ; La femme française dans les temps modernes, Paris, Librairie Académique Didier et Cie, 1883.

14  Sur cette figure intellectuelle : Isabelle Ernot, « Clarisse Bader (1840-1902) : les difficultés de l’intellectuelle dans la cité. Approche de la configuration sexuée du champ intellectuel (seconde moitié du XIXe siècle) », à paraître en 2009 dans les actes du colloque, Les intellectuels dans la cité : identités, sociabilités et fonctions intellectuelles, de l’antiquité à nos jours, PURH.

15  Paris, G. Hurtrel, 1882.

16  Dans la première moitié du siècle, dans le cadre de leur projet émancipateur, les saint-simoniennes avaient certes joué sur la coïncidence entre femme idéale, spiritualité et vertus chrétiennes mais sans aller semble t-il jusqu’à instrumentaliser l’histoire biblique. Sophie Delvallez et Alice Primi, « L’épineuse couronne de la féminité : Féminin, religion et politique au lendemain de 1848 (France - Allemagne) », Revue d’histoire du XIXe siècle, n°28, 2004, p. 95-110.

17  Geneviève Fraisse propose une mise au point sur ces concepts centraux dans l’étude de l’histoire des femmes et des relations entre les sexes : « Voilà deux concepts [égalité et différence] dont on sait déjà qu’ils relèvent de registres différents : l’un politique, l’égalité, l’autre, ontologique, la différence. Or une simple formation philosophique nous apprend que le terme opposé à différence est identité : on est semblables ou différents ; non pas égaux ou différents. Et l’identité, comme similitude entre les êtres (non comme identité à soi-même, comme définition de soi), est ce qui est commun à tous, aux hommes et aux femmes. De plus, nous savons que, chez les hommes et les femmes, le semblable est la raison, l’activité cérébrale humaine, intelligence et volonté ; l’éducation et la citoyenneté sont les droits qui découlent de cette reconnaissance de similitude. Ce qui est dissemblable, en revanche, se voit dans la différence des corps, disons des sexes, des organes sexuels (…). Nous sommes à la fois semblables et différents » : « A côté du genre » in Masculin - féminin. Pour un dialogue entre les cultures, Nadia TAZI, dir., Paris, La Découverte, 2004, p.66-67.

18  La femme biblique, sa vie morale et sociale, sa participation au développement de l’idée religieuse, Paris, Didier, 1866, 2e édition, p 9. [1863].

19  Les femmes illustres de France, Paris, P.-C. Lehuby, 1850, p. 4 -5.

20  La femme biblique…, op. cit., p. 462.

21  Gynécologie. La femme depuis six mille ans, Paris, E. Dentu, 1873, p. 310-312.

22  Les femmes, leur passé, leur présent, leur avenir, Paris, Louis Chappe, 1860, p. 120-121.

23  La femme, sa condition sociale, depuis l’antiquité jusqu’à nos jours, Paris, Georges Hurtrel Artiste-Editeur, 1887, p. 37-40.

24  Bien qu’il ait été annoncé.

25  Op. cit., p. 41-42.

26  Des centaines de femmes ont écrit durant le XIXe et le début du XXe siècle dont on ne connaît encore qu’une infime minorité. Assurément, il manque un dictionnaire qui répertorierait de manière exhaustive les personnages et les sources de renseignements à leur sujet. Un tel projet supposerait la constitution d’une équipe dans le cadre d’un financement public.

27  Karen Offen, European Feminisms, 1700-1950. A Political History, Stanford University Press, Stanford, 2000, en particulier le chapitre 5 « Birthing the "Woman Question", 1848-1870 », p. 108-143.

28  Notamment Maria Deraismes, Léon Riché ou André Léo. Laurence Klejman, Florence Rochefort, L’égalité en marche…, op. cit.

29  Steven C. Hause, Hubertine Auclert, pionnière du féminisme, Textes choisis, Essai, préface de Geneviève Fraisse, Saint-Pourçain-sur-Sioule, 2007.

30  Anne R. Epstein, « Anna Lampérière, solidarité et citoyenneté féminine sous la Troisième République », Genre&Histoire, n°3, Automne 2008.

31  Isabelle Ernot, « Clarisse Bader (1840-1902)… », art. cit.

32  Carla Hesse, The Other Enlightenment. How French Women became Modern, Princeton, Princeton University Press, 2001.

33  Michèle Riot-Sarcey écrit : « En infléchissant le regard du côté des groupes et des individus non représentés, rarement considérés comme sujets de leur propre histoire, mais toujours objet de représentation, il me semble pouvoir saisir, dans l’étude des rapports conflictuels, le processus de formation du système politique, en amont de la construction des normes et valeurs sociales qui président à la hiérarchie des genres », in « L’historiographie française et le concept de « genre », Revue d’histoire moderne et contemporaine, 47-4, octobre-décembre 2000.

34  Geneviève Fraisse cite dans son article « Du droit naturel à l’histoire de l’origine », les positions de Louise Dauriat qui en 1836, « dans un cours de droit social pour les femmes (…) justifie le droit naturel à la fois par le « code évangélique » (exprimé dans le christianisme) et par le « sentiment » intérieur des femmes à connaître leurs droits, à la fois par la raison et par la conscience », in Les femmes et leur histoire, op. cit., p. 283. D’autres exemples sur la présence de l’histoire chrétienne dans les travaux d’histoire : Jeanne Chauvin, Des professions accessibles aux femmes en droit romain et en droit français. Évolution historique de la position économique de la femme dans la société, Thèse de droit, Paris, Giard et Brière, 1892 ; EdméeCharrier, L'évolution intellectuelle de la femme, Thèse pour le doctorat ès lettres, Paris, éditions Albert Mechelinck, IV, 572 p., 1931.

35  Voir le débat du début des années 1990 autour du « Tournant linguistique » et notamment Laura Lee Downs, « If "woman" is just an empty category, then why am I afraid to walk alone at night ? Identity politics meets the postmodern subject », Comparative Studies in Society and History, 35 (2), 1993, p.414-437, désormais traduit : « Si "Femme" n’est qu’une catégorie sans contenu, pourquoi ai-je peur de rentrer seule le soir ? Les politiques de l’identité saisies par le sujet post-moderne » in Irène Théry, Pascale Bonnemère, dir., Ce que le genre fait aux personnes, Paris, Editions de l’EHESS, 2008, p.45-73. Laura Lee Downs y proposait de considérer ensemble, discours et actes sociaux, afin d’articuler les différentes facettes de l’histoire, sociale, culturelle, politique.

36  Les femmes, leur passé… , op. cit. , p. 319-320.

37  La notion de « trauma » fut mise en avant par Bonnie G. Smith, The Gender of History. Men, Women and Historical Practice, Cambridge - Londres, Harvard University Press, 1998.

38  Femmes et religions, revue Clio, Histoire, Femmes et Sociétés, 1995, n°2, en particulier, Etienne Fouilloux, « Femmes et catholicisme dans la France contemporaine. Aperçu historiographique » ; Ralph Gibson, « Le catholicisme et les femmes en France au XIXe siècle », Revue d’histoire de l’Eglise de France, LXXIX, 1993, p.63-93.

39  On a évoqué le dimorphisme des pratiques religieuses.

40  Op. cit. , p. 57

41  « Le Rôle de la femme, ses droits et ses devoirs », discours prononcé le 17 février 1878, au Grand Orient de France (Paris), par M. Emile Couteleau, Paris, impr. de A. Parent, 1878, 18 p. (Je souligne).

42  Il existe des centaines de discours d’intellectuels tenus sur l’ « autre sexe » entre le début du XIXe et les premières décennies du XXe siècle, que j’ai répertoriés dans le cadre d’une allocation postdoctorale de l’Institut Emilie du Châtelet.

43  Catherine Vidal et Dorothée Benoit-Browaeys, Cerveau, sexe et pouvoir, Paris, Belin, 2005.

44  Sur la représentation de la condition féminine préhistorique, Claudine Cohen, La femme des origines : images de la femme dans la préhistoire occidentale, Paris, Belin-Herscher, 2003 ; Pascal Picq, « L’éternel féminin en paléoanthropologie et en préhistoire », in Catherine Vidal, dir., Féminin Masculin. Mythes et idéologies, Paris, Belin, 2006, p. 95-110.

45  Anne Verjus, Le cens de la famille. Les femmes et le vote, 1789-1848, Paris, Belin, 2002.

46  Myriam Cottias, « Gender and Republican Citizenship in the French West Indies, 1848-1945 », Slavery & Abolition, vol. 26, Issue 2, August 2005, p. 233-245 ; « Mariage et citoyenneté dans les Antilles françaises (XVIIe-XIXe) : de l’esclavage à la femme « poto mitan », in Danielle Begot et Jean-Pierre Sainton, dir., Construire l’histoire antillaise : mélanges offerts à Jacques Adélaïde-Merlande, Paris, CTHS, 2002, p. 319-334. Clara Palmiste, « L’utilisation de la mémoire de l’esclavage dans les revendications des féministes guadeloupéennes (1918-1921), Colonialismes, Sextant, Bruxelles, 2008, n°25, p.43-54.

47  Michèle Riot-Sarcey, op. cit. ; Yannick Ripa, op. cit.

48  Françoise Thébaud, Écrire…, op. cit.

49  Des historien-ne-s réunis au sein de l’association Mnémosyne travaillent actuellement à la rédaction d’un manuel destiné à l’enseignement secondaire qui prendra en compte les données produites par l’histoire des femmes et du genre. A paraître courant 2010 aux éditions Belin.

50  Patrick Garcia et Jean Leduc, L’enseignement de l’histoire en France, de l’Ancien Régime à nos jours, Paris, Armand Colin, 2003. Sur le schème historiographique qu’a constitué la nation : Marcel Gauchet, « Les Lettres sur l'histoire de France d'Augustin Thierry », dans Pierre Nora, Dir, Les lieux de mémoire, II.1 La Nation, Paris, Gallimard, 1986, p. 247-316.

51  Mona Ozouf, Les mots des femmes. Essai sur la singularité française, Paris, Payot, 1995, p.373. Cet ouvrage qui incarne cette vision ou représentation de l’histoire de France depuis la Révolution, avait suscité une réponse de Michelle Perrot : « Une histoire sans affrontements », in « Femmes : une singularité française ? », Le Débat, 87, nov-déc. 1995, p.130-134, republié dans Les femmes ou les silences de l’Histoire, Paris, Flammarion, 1998, p.407-412. Voir également, Eleni Varikas, Penser le sexe et le genre, Paris, PUF, 2006, notamment chap.3 « Universalité, République, exclusion », p.79-88.

52  Pierre Rosanvallon évoque le refus du suffrage des femmes par des hommes évoluant dans la sphère du politique et avance l’idée d’une résistance menée face à l’avènement d’une société d’individus, un engagement pour limiter le processus d’individualisation : « En France, le droit de suffrage a d’autres racines [que dans le monde anglo-saxon], il est dérivé du principe d’égalité politique entre individus. L’universalisme à la française constitue dans ce cas un obstacle au suffrage féminin : la femme est privée du droit de vote en raison de sa particularité, parce qu’elle n’est pas un vrai individu abstrait, qu’elle reste trop marquée par les déterminations de son sexe », p. 395-396. « Le véritable obstacle au suffrage des femmes en France réside dans la difficulté qu’il y a à considérer la femme comme un individu », p. 396. Dans le monde anglo-saxon : « les femmes conquièrent des droits politiques en fonction de leur spécificité. […] Le vote des femmes s’inscrit là dans une perspective de la représentation des spécificités : c’est en tant que femmes », p. 395, Le sacre du citoyen. Histoire du suffrage universel en France, Paris, Editions Gallimard, NRF, Bibliothèque des Histoires, 1992. Voir également « L’histoire du vote des femmes. Réflexion sur la spécificité française », in Georges Duby et Michelle Perrot, Femmes et histoire, Paris, Plon, 1993, p. 81-86.

53  Eleni Varikas écrit : « En tant qu’unificateur de la multitude attachée à la sauvagerie des volontés particulières, l’Etat moderne incarne, souvent de manière paradigmatique, la dynamique progressiste qui fait apparaître le passé comme une suite d’éléments menant à son triomphe, éliminant ou niant la pertinence politique de tout de qui s’inscrit en contradiction à cet avènement salutaire », Penser…, op. cit., p.84.

54  Sur certains usages politiques de l’histoire, voire notamment Patrick Garcia, « "Il y avait une fois la France". Le Président et l’histoire en France (1958-2007) » in Christian Delacroix, François Dosse, Patrick Garcia, dir., Historicités, Paris, La Découverte, 2009, p.183-202.

55  Voir l’approche développée par Juliette Rennes, Le mérite et la nature. Une controverse républicaine : l’accès des femmes aux professions de prestige, 1880-1940, Paris, Fayard, 2007. Juliette Rennes se dit notamment influencée par les travaux de Michael Bakhtine, Michel Pêcheux, Dominique Maingueneau, p.17.

56  C’est ici l’occasion de renvoyer à l’interprétation de l’histoire du point de vue des vaincus, proposée par Walter Benjamin.

57  Intéressante est l’« innovation historiographique » apparue depuis peu autour de cette question du suffrage dit « universel » dans des manuels d’histoire – peut-être davantage du secondaire que du supérieur. On y rencontre l’expression de « suffrage universel masculin ». L’expression forgée en notre contemporanéité, issue d’une démarche que l’on peut penser inspirée des orientations actuelles en faveur de l’égalité des sexes, prend-elle vraiment en compte la réalité de 1848 et des décennies durant lesquelles le suffrage unisexe exista ? En adjoignant le terme de « masculin » à l’ancienne expression « suffrage universel » on semble vouloir préciser que le suffrage ne fut alors que masculin. Cela est juste mais cette formulation fait dès lors apparaître une contradiction masquée à l’époque considérée : le suffrage en étant exclusivement masculin ne pouvait être en même temps universel. Ce que l’on peut considérer comme un « bricolage historiographique » constitue donc une aporie. Mieux vaudrait alors parler de « suffrage masculin universel », une expression plus proche de la réalité : un suffrage réservé aux seuls hommes. Toutefois, aucune des deux propositions ne paraît satisfaisante car aucune ne traite la contradiction qu’il y avait entre le caractère unisexe du suffrage et la déclaration d’universalité, le point d’histoire est pourtant là. L’expression « suffrage masculin » ne rendrait-elle pas mieux compte de la réalité d’alors, dépouillée des faux-semblants que les contemporains lui ont donnés ?

58  Bien que ressortissant à la question de l’antiféminisme, les deux questions sont toutefois différentes, Christine Bard, dir., Un siècle d’antiféminisme, Paris, Fayard, 1999.

59  Michelle Perrot écrit dans l’article précédemment cité « Une histoire sans affrontements » : « (…) la douce et plaisante histoire que nous conte Mona Ozouf est une histoire sans affrontements, quasiment sans agents. Elle a des héroïnes, mais elle n’a pas d’actrices, encore moins d’acteurs. Car les hommes sont singulièrement absents d’un théâtre dont ils détiennent cependant tant de clefs » in Les femmes ou les silences…, op. cit., p.411

60  L’une des origines de la pensée du genre est identifiable dans Le Deuxième Sexe, 1949, où Simone de Beauvoir fait sauter le verrou de « l’origine historique », Isabelle Ernot, « Simone de Beauvoir et Le Deuxième Sexe : un éclairage », paru en allemand : « Simone de Beauvoir und die Geschichte der Frauen: Eine Betrachtung von „Das andere Geschlecht“ », in Effi Böhlke (Hrsg.), Freiheit, Gleichheit, Geschwisterlichkeit – Beauvoir und die Befreiung der Frauen von männlicher Herrschaft, Karl Dietz Verlag Berlin Gmbh, 2009.

61  Pour un exemple récent sur les résistances masculines devant l’accès des femmes à certaines professions, Juliette Rennes, Le mérite et la nature…, op. cit.

62  Max Horkheimer et Theodor W. Adorno écrivent : « L’homme en tant que dominateur refuse à la femme l’honneur d’exister comme individu. La femme prise individuellement est un exemple social de l’espèce, représentante de son sexe et c’est pourquoi, entièrement conquise par la logique masculine, elle représente la nature, le substrat d’une subordination sans fin au plan conceptuel, d’une soumission sans fin dans la réalité. La femme en tant qu’être prétendument naturel est un produit de l’histoire qui la dénature », « Juliette, ou Raison et morale », La Dialectique de la raison, Paris, Gallimard, 1974, p. 120.

63  Les études actuelles autour de la « masculinité » prennent encore peu en compte le sujet du rapport à « l’autre sexe ». La problématique de la « construction » appliquée au sujet de la « masculinité » n’est pas forcément sans conséquence pour l’histoire des femmes. Où se situe la dynamique de construction de la « masculinité » ? La reconnaître comme issue d’un processus inhérent aux êtres, c’est la naturaliser et la normaliser. La reconnaître comme un élément extérieur, entrant en interaction avec l’individu, issu d’un processus éducatif ou d’un conditionnement déployé par des institutions, présente le risque de produire l’image d’hommes non responsables, formés à leur insu. Se trouve ainsi re-posée, pour l’histoire des femmes, la question de l’origine ou du dynamisme de constructions hiérarchiques, ici susceptibles de subir une nouvelle naturalisation, par le biais d’études historiques pourtant bien intentionnées. Par ailleurs, en 2010, un colloque sera organisé par l’Institut Emilie du Châtelet autour de la question des hommes philogynes et féministes.

64  Eliane Viennot s’est intéressée au personnel politique masculin à la fin du Moyen Age, « Culture philogyne, culture misogyne : un conflit de classe au cœur de la construction de l’Etat moderne », in Geneviève Sellier, Eliane Viennot, Culture d’élite, culture de masse et différence des sexes, Paris, L’Harmattan, 2004, voir également Eliane Viennot, La France, les femmes et le pouvoir, Ve-XVIe siècle, vol. 1, XVIIe-XVIIIe siècle, vol. 2, Paris, Perrin, 2 vol. 2006 et 2008

65  Un parallèle peut être fait avec le « racisme » dans le cadre de l’Afrique du Sud. On peut y voir un régime démocratique si l’on ne prend en compte que la population blanche ; en considérant l’ensemble des humains, quelle que soit la couleur de la peau, il s’agissait d’un régime de nature raciste.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Isabelle Ernot, « Des femmes écrivent l’histoire des femmes au milieu du XIXe siècle : représentations, interprétations », Genre & Histoire [En ligne], 4 | Printemps 2009, mis en ligne le 02 septembre 2009, consulté le 18 août 2017. URL : http://genrehistoire.revues.org/742

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Genre & histoire est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page