Navigation – Plan du site
Articles

Une reine entre ombres et lumières ou le pouvoir au féminin : le cas d’Isabelle Bourbon, reine d’Espagne, première femme de Philippe IV (1603-1644)

Frédérique Sicard

Résumés

Le rôle de la Reine et sa relation au pouvoir sont strictement réglementés, mais son influence politique est paradoxalement difficile à apprécier car elle s’exerce à l’ombre de ce qui est permis. Isabelle de Bourbon, née Princesse de France, épouse en 1615 le Prince héritier Philippe d’Espagne et fait partie de ces Reines de l’ombre, peu étudiées. Elevée dans une certaine liberté, le contraste avec la cour d’Espagne et la surveillance de l’omniprésent Favori, le Comte-Duc d’Olivares, lui pèsent d’autant plus. Quel éclairage le cas de la Reine Isabelle permet-il d’apporter à la relation entre genre et pouvoir au Siècle d’Or ? Trois points seront abordés : les tensions et dominations qui se jouent autour du Roi Philippe IV, le poids de la famille, au sens large, indissociable des relations entretenues entre genre et pouvoir. Enfin, nous nous intéresserons à l’activité politique de la Reine Isabelle.

Haut de page

Entrées d’index

Géographie :

Espagne

Chronologie :

XVIIe
Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Les relations entre genre et pouvoir à l’âge moderne sont marquées du sceau de l’ambigüité : les femmes, à de très rares exceptions près, n’ont pas le droit d’exercer un rôle politique ou une charge officielle ayant trait à la politique, leur influence ne peut donc exister que dans la sphère de l’indirect, de l’officieux. La notion même de pouvoir est très étroitement liée à celles d’influence et d’action. Avoir du pouvoir signifie en avoir les capacités et les moyens, à cause de circonstances extérieures, et/ou grâce à ses propres qualités. L’exercice du pouvoir passe par la reconnaissance du statut de celui qui l’exerce par les autres, ce qui est le cas du roi sous l’Ancien Régime1. Le roi possède le droit de gouverner, dans un ordre social qui considère que ce pouvoir est voulu par Dieu. Au XVIIème siècle, la répartition de l’ordre social impose que l’exercice du pouvoir ne puisse être assuré que par un homme. L’historiographie conçoit que « l’homme ait du pouvoir » et que « la femme ait de l’influence ». Or l’étude de certaines figures féminines permet de faire ressortir que cette influence était aussi une sorte de pouvoir.

2Au plus proche du pouvoir au Siècle d’Or, se détache la figure de la reine consort, qui suscite peu l’intérêt des historiens, dès lors que la charge du pouvoir royal ne repose pas entièrement sur ses épaules. Au mieux, elle apparaît comme une sorte d’icône symbolique passive, une image très développée dans les biographies-hagiographies de confesseurs et autres éloges funèbres, et qui perdure considérablement de nos jours. Pourtant il s’agit bel et bien d’une femme qui possède les atouts et inconvénients d’une femme de son époque, mais avec un statut particulier : celui de reine, disposant des perspectives et du rang les plus élevés de son royaume, dont le rôle et la relation au pouvoir sont rigoureusement et strictement limités, réglementés mais dont l’influence politique est paradoxalement difficile à apprécier car elle s’exerce à l’ombre de ce qui est permis. C’est le cas pour toutes les femmes et tous les hommes dont la naissance ne permet pas l’accès direct à l’exercice du pouvoir politique, mais c’est encore plus valable pour les femmes dont les agissements ne sont que très rarement ou très implicitement mentionnés par les chroniqueurs, courtisans, ambassadeurs. La reine Isabelle de Bourbon, née princesse de France2 devient reine d’Espagne par son mariage avec l’infant Philippe en 1615. Elle n’échappe pas à ce paradoxe : parmi tous les rois et reines d’Espagne et d’Europe, elle reste relativement ignorée, comme toutes celles qui n’ont pas assumé de Régence propre pendant les périodes de minorité ou qui n’ont pas hérité en bien propre de la couronne. Pourtant elle est reine d’Espagne pendant la guerre de Trente Ans (1618-1648), alors que se jouent la domination de l’Europe et du monde entre les deux puissances du moment qui s’affrontent : les Habsbourg et la France. Cette reine est donc au cœur des enjeux géopolitiques du XVIIème siècle. Elle représente pourtant le sommet d’un réseau de femmes et de religieux déjà très organisé au Siècle d’Or, par association d’intérêts ou d’idées. Leurs membres sont parfois étudiés de manière disparate alors qu’ils font partie bien souvent d’une stratégie toute politique. Il s’agira donc ici d’analyser quel type de réseaux se constitue autour de la reine Isabelle et de mettre en évidence comment cette dernière réussit à tirer avantage des contraintes imposées par la société et la législation de son époque.

3Pour mieux comprendre le fonctionnement et les mécanismes qui structurent le pouvoir politique d’une reine dans l’Europe du XVIIème siècle, nous allons aborder trois points dans cette étude : tout d’abord les tensions et dominations qui se jouent à l’époque autour du Roi d’Espagne Philippe IV et les enjeux que cela suppose. Puis nous soulèverons un élément clé : l’importance cruciale de la famille, d’origine ou d’adoption au sens large, indissociable pour plusieurs raisons, des relations entretenues entre genre et pouvoir. Enfin, nous nous intéresserons à l’activité politique de la reine Isabelle, son habileté et son influence constituant un exemple concret et représentatif du pouvoir des femmes au Siècle d’Or. Cette réflexion sera basée sur des textes d’époque : correspondances d’ambassadeurs, chroniques, lettres, mais aussi sur les recherches effectuées par des historiens comme Marañón ou Stradling autour des figures de Philippe IV et de son Favori ou « Valido », le comte-duc d’Olivares. Les livres et les articles récents d’Isabelle Poutrin, de Fanny Cosandey, Michaela Hohkamp, de Chantal Grell ou encore de Jean-Pierre Dedieu, préciseront notre propos sur la position hautement stratégique des femmes et des alliances familiales dans les cours d’Europe au XVIIème siècle.

I. Tensions et dominations autour de Philippe IV

4En octobre 1615, la princesse Elisabeth de France devient par son mariage à l’âge de treize ans, Isabelle de Bourbon, future reine d’Espagne, à la tête par conséquent de la plus prestigieuse famille d’Europe : les Habsbourg. Elle est reçue avec magnificence : la plupart des chroniqueurs espagnols anonymes ou connus comme Pellicer, soulignent le bon accueil et la considération qui est accordée à la future Reine : ses entrées dans les villes espagnoles de Burgos et de Madrid sont l’occasion de grandes fêtes célébrant la paix entre les deux pays. 3

5La plupart des historiens ont mis en évidence les tensions qui existèrent dès le début entre la reine et le Favori du Roi, le comte-duc d’Olivares même si peu d’entre eux s’accordent sur les raisons et l’évolution de ces tensions : Gregorio Marañon, Maria Victoria del Fraile Pardo, John Elliott, Michel Devèze et Robert Stradling4 en reconnaissent l’existence, mais ils considèrent qu’elles interviennent surtout à la fin du gouvernement d’Olivares vers 1640, à cause du contexte international tendu. Elliott, Marañón et María Victoria del Fraile Pardo sont même convaincus que la reine, le comte-duc et la comtesse d’Olivares s’appréciaient et s’entendaient parfaitement. Un élément  sur lequel s’appuient ces historiens de la bonne entente est un extrait mal interprété de certaines lettres du comte-duc d’Olivares à son secrétaire particulier Antonio Carnero, bien après son exil :

« Il faudra bien se dépêcher de se mouvoir, même si la douleur de sa Majesté nécessitait un long moment de solitude, les affaires ne le permettent pas et encore moins avec la perte de la Reine Notre Maîtresse (...). Il n’est pas de jour ni d’heures où elle ne doive nous manquer beaucoup et à personne plus qu’à moi, qui avait de grandes raisons pour espérer mon remède d’elle »5.

6Les autres lettres du comte-duc se situent dans le même ordre d’idées : il ne s’agit pas tant à mon sens d’exprimer un attachement sincère à la reine, que la simple expression dans le langage courtois et convenu de l’époque, de regret de la mort de la reine, de sa « perte irréparable ». Le comte-duc ne peut espérer que la reine intercède pour lui, puisqu’elle avait au contraire aidé à précipiter sa chute, comme l’ont rapporté les chroniqueurs anonymes et autres ambassadeurs italiens.

7Pour analyser de près les tensions et les enjeux de domination entre le Favori et la reine Isabelle, il nous faut d’abord expliquer pourquoi le Favori percevait chez celle-ci une possible menace à son pouvoir dans le champ hiérarchique des faveurs du roi, comment il a tenté de juguler cette possibilité, à tel point que ses relations avec la reine Isabelle furent considérablement tendues.

8A la Cour, la mise en scène de soi-même est fondamentale : la première impression sur le roi détermine la qualité et l’étendue de la sphère d’influence du nouveau venu. La reine Isabelle arrive en Espagne en bénéficiant de l’aura, savamment orchestrée par la propagande royale, de messagère de la paix. Mais elle dispose également d’atouts plus solides que la simple propagande : sa beauté et son statut. Les tableaux de Rubens ou de Velázquez soulignent la délicatesse des traits, confirmée par les descriptions des observateurs contemporains français comme Jean Héroard, ou espagnols comme León Pinelo et Pellicer : « Elle possédait de profonds attraits : ses yeux étaient grands et noirs, sa bouche grande et sensuelle et tout son visage avait une grâce particulière, un mélange de charme français et d’allure espagnole6 ».

9Au XVIIème siècle, on considérait qu’être beau était une marque d’exception divine d’où l’expression au sens propre « par la grâce de Dieu », qui n’évoquait pas tant l’arbitraire divin que le choix divin. La beauté physique à l’époque est vue comme le reflet de la beauté intérieure d’une personne pure, bonne, vertueuse et dont les propos acquièrent donc de ce fait davantage de poids. Il est à peu près certain, comme nous le verrons par la suite, que le comte-duc d’Olivares n’a pas su mesurer à temps l’intelligence de la reine et sa capacité d’opposition. Mais comme tous les contemporains, il devait avoir conscience que la reine Isabelle avait fait une très forte impression sur Philippe IV7 et il ne pouvait rivaliser avec elle sur ce plan-là. L’autre atout qui faisait de la reine une rivale possible aux yeux du Favori, était son statut en lui-même. La reine disposait d’une proximité avec la personne du roi égale à nulle autre, elle pouvait s’exprimer librement avec lui, et plus elle partageait de temps avec lui, plus grande pouvait être son influence. Contrairement aux autres nobles et personnages de la Cour, la reine, ne doit rien au Favori : ni fonction, ni argent (elle dispose d’un salaire mais aussi de sa cassette personnelle), ni protection. Elle ne peut pas être exilée sauf cas de haute trahison ou de stérilité. Sa fonction est de donner des héritiers à la couronne. Or la maternité renforçait considérablement son pouvoir, comme l’a mis en évidence Fanny Cosandey8, la femme au XVIIème siècle, tant qu’elle n’a pas l’expérience d’être mère, n’est souvent pas prise au sérieux : elle reste « sous la tutelle de » ; dans l’esprit de l’époque, elle est « enfant » jusqu’à ce qu’elle soit « mère ». Mais parce qu’elle donne la vie et doit protéger les intérêts de ses enfant, on considère alors qu’elle sait protéger les intérêts de ses enfants : sa parole est respectée, elle acquiert du poids. Cet autre élément reposant sur les codes de société du XVIIème siècle ne pouvait pas non plus échapper au comte-duc d’Olivares. Tout ceci peut expliquer en partie pourquoi la plupart des Favoris, que ce soient le duc de Lerma avec la reine Margarita de Austria, le comte-duc d’Olivares avec la reine Isabelle en Espagne ou encore Luynes en France avec Anne d’Autriche, ont toujours exercé une surveillance minutieuse des reines et de leur entourage. Ils agissaient ainsi par peur que leur influence ne supplante la leur auprès du roi9. L’un des épisodes les plus connus et révélateur de cette méfiance est celle où le comte-duc aurait remis vertement à sa place la reine en lui disant :« Les religieuses sont faites pour prier et les femmes pour enfanter10 ».

10Deux solutions s’offraient alors à lui : se faire apprécier de la reine, autrement dit en faire son alliée auprès du roi, ou bien neutraliser son influence le plus possible avant qu’elle ne devienne mère et la discréditer aux yeux du roi. Le Favori va tenter les deux approches, plus ou moins simultanément.

11Le comte-duc cherche à séduire la reine Isabelle, la couvre de cadeaux et connaissant sa passion pour le théâtre, il organise pour elle des jeux et des spectacles chez lui et à Madrid même11. Mais comme il se méfie de sa proximité et de l’influence possible de son charme sur le roi, il tente de limiter le plus possible leurs rencontres.12 Pour distraire Philippe IV et l’éloigner de son épouse, le Favori prend en charge jusqu’à la gestion des maîtresses royales, qui sont autant d’espionnes à sa solde. La plus célèbre d’entre elles, la « Calderona » accouchera d’un fils, don Juan José de Austria, la même année où la reine Isabelle mettra au monde un héritier, l’infant Baltasar Carlos en 1629.13Les ambassadeurs italiens ou anglais comme Hopton commentent en privé le mécontentement de la reine : “La reine avait quelque contrariété à son égard pour ce qu’elle croyait la rumeur selon laquelle il aurait procuré au roi quelques plaisirs secrets14 ».

12Mais les tensions entre la reine et le Favori s’expriment également par le contrôle qu’exerce ce dernier sur sa personne et sur les membres de sa Maison. Le comte-duc place ainsi sa propre femme la comtesse d’Olivares comme « Camarera Mayor » (équivalente de Première Dame d’honneur ou gouvernante) et s’assure que tout le personnel lui soit dévoué, depuis les dames d’honneur, qui lui sont toutes apparentées15, jusqu’au confesseur, le père Simon de Rojas. Mais cette surveillance, par son excès, est contre-productive car en traitant la reine comme sa rivale auprès du roi, elle ne pouvait pas devenir son alliée. Les observateurs contemporains, en particulier les ambassadeurs vénitiens soulignent l’isolement de la reine et les relations tendues parfois avec la comtesse d’Olivares. Plusieurs manuscrits de la Bibliothèque Nationale de Madrid indiquent par exemple que : « La Comtesse maintenait la Reine dans une sujétion telle qu’elle n’était Reine qu’en apparence et éprouvait tous les tourments d’une misérable esclave16 ».

13La reine Isabelle subit les remarques désagréables de la « Camarera Mayor » qui juge sa spontanéité, sa gaieté et sa familiarité avec les serviteurs parfaitement déplacées pour une reine d’Espagne.17 L’étiquette de la Cour de France privilégie le contact entre la famille royale et la noblesse comme marque d’honneur ; toute la vie des monarques est orchestrée autour de cette théâtralisation de la galanterie des courtisans ; la Cour d’Espagne au contraire privilégie l’étiquette imposée par l’Empereur, Charles Quint, émanant à l’origine de la Cour de Bourgogne, qui fait de la distance et de la solennité le signe de la supériorité royale. Cette mise à distance du reste de la noblesse et de la cour est peu compatible avec le caractère spontané de la reine Isabelle. Comme le révèle discrètement la biographie de la comtesse de Paredes écrite par son confesseur fray Augustín de Jesús María, la reine se plaignait en privé de son isolement et de sa surveillance :

« Le poids de tant de soins ces années-là, que tous déchargeaient sur le cœur de la Sainte Reine, à cause du grand amour qu’elle portait à son époux, et elle se soulageait beaucoup de tout en communiquant avec la Comtesse (de Paredes)18 ».

14Après avoir évoqué les atouts politiques de la reine, entre son statut et sa fonction, nous avons mis en évidence le contrôle et la surveillance exercés par le Comte-Duc pour y remédier. Ce contrôle est source de tensions croissantes entre la reine et lui. Il convient à présent de s’interroger, au-delà de la rivalité autour de l’accès au roi, sur la réalité du pouvoir des reines consorts : quels intérêts servent-elles vraiment  et de quel espace de pouvoir disposent-t-elles ?  

II. La « famille politique » et la famille en politique

15Au Siècle d’Or, la plupart des traités d’éducation interdisent aux femmes de se mêler de politique, une sphère « résolument masculine »19. Dans le traité de Juan Vives mais aussi chez Fray Luis de León, les femmes qui se mêlent d’affaires masculines de ce type, y perdent en honneur et en dignité. Comme le met en évidence Mary Elisabeth Perry dans ses travaux, les qualités se répartissent alors en genre : les hommes disposent de l’intelligence et du pouvoir de décision qui va avec, les femmes sont reléguées à la sauvegarde de la famille et à la prière20. Ce schéma très simpliste connaît bien évidemment des exceptions, mais lorsqu’elles se produisent, la femme est alors reconnue « dotée de qualités masculines »21. Certaines études, comme celle d’Eliane Viennot sur le pouvoir des femmes22, offrent de nouvelles perspectives sur le rôle et le pouvoir de certaines femmes de l’Ancien Régime, même si elle concerne surtout la France. Le travail de Jean-Pierre Dedieu permet également de retracer à partir d’exemples précis de plusieurs familles nobles espagnoles du XVIIème siècle, l’importance des réseaux familiaux en politique : pour les rois, les actions de patronage ou les faveurs personnelles sont des actes politiques23. C’est également le cas pour le comte Olivares et la reine, il s’agit là d’un principe d’organisation à base de réciprocité hiérarchique qui structure la société de l’Ancien Régime. Mais les reines consorts restent très peu étudiées et nombre d’historiens –notamment ceux qui ont étudié l’Espagne de Philippe IV- persistent à penser que celles-ci, fidèles aux principes d’éducation évoqués plus haut et à la stricte surveillance de leur conformité à ces principes, ne jouaient pas de rôle politique important. Elliott, par exemple, se contente de reprendre l’opinion de Marañón et il attribue à la reine Isabelle un rôle mineur, considérant que son action relève davantage de la « légende populaire et des rumeurs des courtisans24 ». Pourtant l’étude des correspondances dites « familiales », entre les différents souverains de l’époque révèle l’importance de celle-ci. Il est utile de préciser que ces correspondances étaient trop souvent négligées dans les études historiques : les lettres25 où la reine Isabelle demande des nouvelles par exemple de ses nièces, envoie un coffret orné de diamants à une tante ou informe simplement de la santé des infants, sont considérées comme anecdotiques alors qu’indirectement, sous couvert de marques d’affection, ces cadeaux sont des actes politiques. Il s’agit d’entretenir les relations familiales et de favoriser les bonnes dispositions des différents membres envers la  politique menée. Le domaine traditionnellement réservé à la femme est celui de l’éducation des enfants, de l’organisation du mariage et du maintien général de la cohésion familiale ; chez les souverains où famille et politique sont intrinsèquement liées, les reines pouvaient se servir de cet espace-là pour s’exprimer et leurs actions avaient alors nécessairement des conséquences politiques.

16La reine consort constitue en effet l’intermédiaire privilégié entre deux familles : sa « famille politique » autrement dit sa famille d’adoption ou d’accueil à laquelle on la marie, et sa famille d’origine ; elle est, par son statut, au cœur de toutes les tensions. Les mariages sont considérés comme de véritables « missions » politiques auprès des nouvelles familles, comme en témoignent en 1615 certaines phrases des instructions pour l’infante Anne d’Autriche de la part de Philippe III26 et celles de la Princesse Elisabeth de la part de Marie de Médicis27. Lors de ce double mariage entre la France et l’Espagne, les intérêts des Maisons Habsbourg et Bourbon convergent momentanément : par cette alliance, le but est de sceller la paix. La lettre de Marie de Médicis va en ce sens :

 « Je ne vois rien capable de l’altérer pourvu que le Roy d’Espagne mon beau-fils accomplisse les choses qu’il a solennellement promises pour le bien de la Chrétienté et le repos commun des uns et des autres ; croyez ma fille que tout dépend de là et que vous aurez par ce moyen ces deux Etats en l’étroite amitié que vous désirez, vous et la Reyne votre belle sœur, devez être le ciment pour l’affermir et ainsi que en cette rencontre votre considération est fort puissante par deçà sur l’esprit du Roy votre frère qui vous aime toujours chèrement, celle de la Reyne sa femme doit avoir le même pouvoir envers le Roy d’Espagne son frère qui je m’assure ne l’aime pas moins28 ».

17Dans cette lettre, Marie de Médicis affiche clairement sa volonté politique de faire en sorte que sa fille privilégie le lien d’origine sur la famille d’accueil. Elle met l’accent sur le lien fraternel qui unit la reine Isabelle à Louis XIII, ou encore la reine Anne d’Autriche à Philippe IV, davantage que sur leurs maris respectifs. Or, les problèmes commencent lorsque les intérêts de la « famille politique » d’accueil divergent de ceux de la famille d’origine, ce qui place les reines dans la délicate position de devoir choisir leur camp. Au sein de toutes les familles existe ce type de tensions, inhérentes au schéma familial en lui-même qui est voué à l’extension ; mais lorsqu’on a la responsabilité d’être à la tête d’un pays avec un immense empire, les conséquences de telles tensions et les enjeux en sont amplifiés. Il est certain qu’une partie de la surveillance dont faisaient l’objet les reines consorts d’origine étrangère pendant leur temps d’adaptation (ce dernier durait au moins jusqu’à la naissance d’un héritier, ce qui les attachait, semble-t-il définitivement à leur nouvelle patrie), s’explique par l’ambigüité de ce statut. Ce serait une erreur de penser que les futures reines et leurs contemporains du Siècle d’Or n’avaient pas conscience de ces enjeux. L’étude du cas particulier de la reine Isabelle de Bourbon permet de comprendre que la famille en politique constituait autant une influence qu’un argument politique. Le comte-duc d’Olivares lui-même, si enclin à se méfier de l’influence de la reine auprès du roi, sut tirer parti de ses liens de parenté à plusieurs reprises pour servir les intérêts espagnols. Ainsi lorsque la princesse de Carignan sa cousine, née comtesse de Soissons, arrive en Espagne en Avril 1636, le comte-duc organise une correspondance assidue entre la reine et cette dernière29, afin qu’elle soit reçue au mieux. Son époux, Thomas de Savoie prince de Carignan est le frère du duc de Savoie Victor Amédée, qui règne sur un domaine stratégique pour les espagnols, puisque le passage par ce duché permet de relier les états allemands aux états espagnols en Italie. Or, ce même passage est convoité par les Français qui courtisent également le prince de Carignan, en particulier en raison de ses aptitudes militaires, car la France est entrée en guerre ouverte avec l’Espagne dès 1635. Les démonstrations d’affection et les présents dont on couvre la Princesse et ses fils ont pour but de l’inciter à influencer son mari, pour qu’il maintienne ses bonnes dispositions envers l’Espagne et livre bataille à ses côtés. La reine est alors sensée jouer un rôle clé de complicité féminine et parental.

« Madame ma Cousine, j’attends avec un particulier contentement le jour de votre arrivée à Madrid et je vous envoie le Comte de Figueiro mon Majordome pour vous le signifier de ma part et qu’il me rapporte de très bonnes nouvelles de votre santé et de celles de mes neveux ; il vous dira cela plus longuement et aussi comme vous serez bien reçus de moi, (…), à Madrid le 11 Novembre 163630 ».

18La complicité s’exprime dès le début de la lettre, la reine Isabelle se réjouit de la venue de la princesse de Carignan et sous-entend que des festivités ont été organisées en son honneur. La lettre ne fait allusion à aucun événement politique, seule la complicité de femme à femme et entre cousines est évoquée.

19Peu avant le départ de la princesse de Carignan, le ton de la lettre de la reine Isabelle est différent : le sujet est abordé dès le début et les demandes sont clairement formulées :

« Madame ma Cousine, je serais dans un profond sentiment suite à ce qui est arrivé au Prince mon cousin, si je ne voyais le Roi mon Seigneur aussi satisfait qu’il convient sur la façon dont il agit en cette occasion : ceci m’apporte un si grand réconfort que je n’ai pas voulu différer de vous le montrer pour que vous en soyiez encouragée et que vous écriviez cela de sa Majesté en toutes occasions qu’il y aurait pour vos affaires et votre maison (…) à Madrid le 11 Juillet 1639 31».

20Dans cette lettre, la Reine exprime clairement son inquiétude pour la blessure légère de Thomas de Savoie et sa fierté pour la victoire qu’il a remportée en commandant l’armée espagnole contre la France au siège de Saint-Omer en 1638. Elle lui demande également de rapporter ses propos et de dire du bien du roi d’Espagne à son mari. . Il s’agit avant tout pour l’Espagne d’éviter que le Prince de Carignan ne passe du côté des Français dans la guerre du Mantoue. Le rôle politique d’intermédiaire des femmes auprès de leurs époux ne saurait être plus clairement illustré. L’évolution de la communication entre les deux lettres, avant l’arrivée de la princesse à Madrid et après son départ, souligne la stratégie de rapprochement de la reine.

21De la même façon, lorsque les tensions augmentent entre la France et l’Espagne vers 1634-1635, au point que l’on craint la guerre, le comte-duc encourage la correspondance de la reine Isabelle avec les différents membres de sa famille ainsi qu’avec le Cardinal de Richelieu, auquel elle rappelle l’engagement de paix scellé par son mariage :

« Qu’à toutes les occasions qui se présenteront vous aurez toujours égard au bien de la Chrétienté et à l’union de ces deux couronnes en particulier (étant si bon serviteur de la Reine ma mère vous vous souviendrez que je suis sa fille..)32 ».

22Elle fait également valoir qu’elle était envoyée pour garantir la paix et que Marie de Médicis, en tant que mère, doit intervenir pour éviter une guerre entre ses trois enfants.

« C’est faute de bon naturel du Roy mon frère envers moi et ressenti qu’à toutes les trois sœurs il veut faire la guerre je m’en plains a V.M. comme j’ai déjà dit étant ma mère et que je veux croire qu’elle aura pitié de l’affliction que je reçois de cela voyant que mon aimé frère est celui qui me met en ce sentiment ». «.. que je ne puis laisser d’avoir un sentiment de lui puisqu’il trouve avoir plus obligation à Monsieur de Nevers qu’à ma sœur la Princesse de Piémont et à moi qui suis pour l’amour de lui ; l’on dit qu’il nous veut, Madame faire la guerre33 ».

23Enfin, elle rappelle à Louis XIII qu’elle est sa sœur et que « par amour pour elle et pour sa femme », il ne peut ni ne doit déclencher une guerre contre l’Espagne34. La reine Isabelle se sert ainsi de l’espace affectif des liens filiaux forgés dans la petite enfance comme argument pour influencer les décisions de son frère. Même si ces lettres ne réussissent pas à éviter la guerre entre la France et l’Espagne, elles constituent une reconnaissance du rôle politique de la reine Isabelle et du poids des liens familiaux dans les négociations politiques. Cet aspect est également mis en évidence par les travaux de Michaela Hohkamp, même si cette dernière se concentre sur l’importance économique de ces liens, notamment lors des négociations de mariage35. Les exemples développés par Michaela Hohkamp sur la noblesse et le Saint-Empire allemand rappellent qu’il s’agit là d’une pratique tout à fait européenne. Evidemment, une question demeure : on pourrait être tenté de se demander pourquoi, alors que la reine Isabelle subit les pressions et le comportement parfois si peu courtois du comte-duc à son égard, elle ne choisit pas de défendre au contraire les intérêts de la France, son pays d’origine, contre ceux de l’Espagne. Sa belle-sœur Anne d’Autriche fut elle-même coupable de trahison à l’égard de la France, confondue par sa correspondance secrète avec son frère Philippe IV et le comte-duc36. Plusieurs explications sont avancées.

24Ainsi, contrairement à la situation de la reine de France, les chroniqueurs et ambassadeurs font état de bonne entente entre la reine et le roi d’Espagne37 : cette dernière est régulièrement enceinte38, ce qui contribue à rendre leur mariage plus solide jusqu’à la naissance tant attendue de l’infant Baltasar Carlos en 1629. La reine Anne d’Autriche reste dans une situation précaire car elle n’est enceinte que très tardivement, en 1638, et pour la Cour, elle reste  l’étrangère, l’espagnole. Louis XIII se montre froid, méprisant à son égard, une attitude que n’aura jamais Philippe IV envers sa femme, même s’il lui est infidèle périodiquement. Rien d’étonnant, dès lors, à ce que la reine Anne d’Autriche maintienne un lien très privilégié avec sa famille et à ses origines. Rien d’étonnant non plus à ce que la reine Isabelle dont l’intégration est mieux réussie auprès de son époux, soit plus sensible aux intérêts espagnols. Il faut dire aussi que les liens affectifs de l’infante Anne d’Autriche avec son père et son frère sont beaucoup plus forts à mon sens39 que ceux unissant la reine Isabelle à son frère Louis XIII, inconstant, tyrannique et capricieux ou à sa mère, distante et peu affectueuse selon la plupart des historiens40. Par ailleurs, les Bourbon sont au pouvoir en France depuis Henri IV seulement et il est certain que ce laps de temps est trop court pour permettre d’instaurer une politique affective et familiale sur le long terme. Le roi Henri IV est certes décrit comme un père très proche de ses enfants, leur rendant souvent visite à Saint-Germain, mais il ne vécut pas assez longtemps pour infléchir ensuite leur comportement politique. La princesse Elisabeth n’avait en effet que sept ans lorsque son père fut assassiné, en 1610.

25Le pouvoir des reines consorts s’exerce donc au sein des liens familiaux au sens large : elles doivent entretenir, par leur correspondance, le souvenir et donc l’influence d’une sœur auprès d’un frère ou d’une mère avec plus ou moins de succès : Louis XIII choisit de ne pas être sensible à ce type d’arguments, tandis que la reine-mère, Marie de Médicis, lui apporte son soutien, symbolique pour l’essentiel puisqu’elle est alors exilée dans les Flandres. Mais dès lors que la reine consort devient mère, comme le soulignent les travaux de Fanny Cosandey41, elle cesse d’être perçue comme étrangère, son statut est conforté et son influence auprès de son époux et de son peuple en sort renforcée. Il ne reste plus dans ce cas qu’un obstacle à cette influence : le Favori. Or s’il existe bien un point commun entre la plupart des reines au Siècle d’Or,  y compris entre la reine Isabelle et sa belle-sœur Anne d’Autriche c’est leur animosité envers le Favori du roi, comte-duc d’Olivares en Espagne, cardinal de Richelieu en France.

26En effet, il faut bien souligner que les femmes du Siècle d’Or sont éduquées pour comprendre et accepter leur infériorité de genre entre égaux, mais une reine supporte mal qu’un Favori, simple noble, soit au-dessus d’elle jusque dans la gestion de sa vie privée, sur le simple arbitrage de la conscience royale de son époux et surtout qu’il ait l’indélicatesse de le souligner si ouvertement. Comme l’écrit plus tard Melle de Montpensier dans ses Mémoires42, en parlant de son enfance et du rapport au serviteur-gouvernante, l’infériorité est une marque invisible que les autres ont constamment à l’esprit et s’il est vrai que les rois, reines et autres nobles peuvent éprouver de la reconnaissance envers le fidèle serviteur, ils n’auront jamais pour lui le même respect qu’envers un égal. Cet élément est important pour comprendre le degré d’animosité qu’ont souvent éprouvé les reines envers les Favoris et autres premiers ministres ; leur proximité avec le roi était souvent plus grande que la leur, ce qu’elles vivaient fréquemment comme une insulte par rapport à leur rang. Le comte-duc par exemple, en tant que « Caballerizo Mayor » (équivalent espagnol du Grand Chambellan), pouvait dormir avec le roi. Le rang importe plus à cette époque que les sentiments que l’on inspire, c’est ce qui régit toute la société de l’Ancien Régime, à l’opposé de nos sociétés actuelles où l’on voudrait que le respect se forge à partir des qualités et des efforts de tout un chacun. C’est pour cette raison que même si la reine Isabelle éprouvait certainement par moment de la sympathie pour le comte-duc qui vivait aux côtés du couple royal, elle ne pouvait tolérer sa mise à l’écart et la surveillance dont elle faisait l’objet.

27Les intérêts défendus par la reine sont ceux de l’Espagne et de son mari, raison pour laquelle elle n’hésite pas à écrire à son frère, mais en revanche elle ne considère pas que le Favori serve au mieux les intérêts du roi. Une fois sa position consolidée par la naissance d’un héritier en 1629, il lui devient possible de s’émanciper de la tutelle du comte-duc pour créer sa propre sphère de pouvoir, toujours en se servant de la sphère familiale mais aussi religieuse, espaces de pouvoir officiellement accessibles  aux femmes. Seulement cette fois, elle agit pour défendre les intérêts de son mari et de son fils car il en va de l’intégrité du royaume : l’Espagne fait face au soulèvement des Flandres depuis un siècle, auquel sont venues s’ajouter ceux de la Catalogne et du Portugal en 1635 et des troubles en Italie. Elle a besoin de la paix avec la France pour ne pas perdre l’ensemble de ses possessions. La reine Isabelle, partisante de la paix, réagit. Les circonstances, ainsi qu’une habile propagande vont favoriser son triomphe.

III. Régence, propagande et triomphe de la Reine

« Si elle avait du sang français dans les veines, elle possédait l’intelligence espagnole, elle était d’un esprit gai et vif, pas complètement étouffé par la rigoureuse étiquette de la Cour des Austrias »43.

28Cette phrase du chroniqueur et courtisan León Pinelo révèle la bonne intégration et popularité dont bénéficiait la reine Isabelle à la cour. Cet exemple de phrase agit comme révélateur dans la langue même du degré d’intégration de la reine à la société espagnole. Mais au-delà de l’expression, cette phrase constitue également une reconnaissance de l’intelligence de la reine. Ses capacités et ses aptitudes n’ont pas surgi par hasard au moment où l’opposition au Favori en aurait eu besoin ; elles sont le fruit d’une lente préparation, d’alliances et de soutiens dans l’ombre. Comme le démontre Jean-Pierre Dedieu dans son livre sur les réseaux et la famille, l’analyse des réseaux et de la notion d’intermédiaire, nous permet de comprendre « de l’intérieur » la dynamique sociale du fonctionnement politique de l’Ancien Régime44. L’exemple de la reine Isabelle constitue une illustration très concrète de ce raisonnement.

29Le comte-duc a choisi de gouverner en seul chef,  à la tête de « Juntas », des Juntes de réflexion entièrement constituées de serviteurs acquis à sa cause et à ses désirs, faisant approuver symboliquement toutes ses décisions par le Conseil de Castille. L’inconvénient essentiel de ce système est qu’être le chef du gouvernement sans contrepartie, signifie s’exposer seul à la critique et cristalliser par conséquent autour de sa personne toute la somme des mécontents. Les pamphlets et autres rumeurs de tyrannie contre le comte-duc trouvent un écho favorable en temps de crise. Nombreux sont les nobles, comme le duc del Infantado, les familles Alba, Medinaceli, qui aimeraient prendre la place du Favori ou qui sont amers d’avoir été mis à l’écart. Les mécontents de la politique du comte-duc d’Olivares sont nombreux et multiples : noblesse, religieux, Infants. Tous forment des groupes hétéroclites soucieux de leurs anciennes prérogatives. A la cour d’Espagne, deux factions s’affrontent : le réseau d’Olivares et celui de l’Amiral de Castille, dont l’écrivain Francisco de Quevedo véhicule par sa plume les propos les plus virulents45. L’Amiral de Castille, Grand d’Espagne, siège au conseil de Castille, premier conseil d’état. Olivares parvient à contrer son opposition en faisant emprisonner à plusieurs reprises Quevedo46, et par la création de « juntas », des réunions en petit comité, dont les membres sont entièrement soumis à sa volonté et qui prennent l’essentiel des décisions politiques qualifiés d’urgentes. La reine Isabelle n’est pas le chef de file d’un groupe de partisans préconstitués, ce sont les sources d’opposition qui se rassemblent progressivement autour d’elle : en effet, qui, en dehors d’elle, est suffisamment au-dessus du Favori et dans l’intimité royale, pour s’opposer à lui ? Nul n’ignore l’opposition croissante de la reine au comte-duc et les tensions qui en résultent, mais dans un premier temps, comme le met en évidence Janine Fayard, dans son article sur José Gonzalez47, le système de clientélisme du comte-duc lui permet de bénéficier d’un réseau d’information très performant qui conforte son autorité. Il réussit ainsi à faire condamner ou éloigner la plupart de ses opposants directs. Comme nous l’avons vu plus haut, le Favori contrôle même la conscience des souverains en ayant introduit des hommes de confiance à des postes stratégiques. En cela, il n’agit pas différemment des autres Favoris l’ayant précédé : comme l’a souligné Isabelle Poutrin dans ses recherches sur la fonction des confesseurs royaux, l’influence possible de ces derniers rendaient leur nomination extrêmement importante pour les Favoris.48. Seulement, sur le plan religieux, il commet l’erreur de favoriser excessivement l’ordre des jésuites, ce qui mécontente les dominicains et franciscains, traditionnellement plus proches de la famille royale Habsbourg. La mobilisation de fonds et la création de nouveaux monastères, l’encouragement à de nouvelles vocations font partie des sphères d’action des femmes du XVIIème siècle et en particulier des reines. Celles-ci sont les intermédiaires privilégiées des religieux et religieuses auprès du roi, elles étaient donc très courtisées par les différents ordres qui espéraient obtenir d’elles faveurs et privilèges. Les ordres ont presque toujours été de fervents alliés politiques des reines, une alliance politique souvent peu mise en avant, si ce n’est par José María Perceval dans son livre sur les mariages royaux49. La reine Isabelle s’est montrée très active à ce niveau-là : un manuscrit de la Bibliothèque Nationale de Madrid révèle son insistance pour obtenir du Roi la construction de nouvelles églises et de nouveaux temples : « La Reine Notre souveraine (…) exprime une dévotion continue envers l’image de Marie de la Almudena, en particulier se trouvant si proche de son accouchement (…) essaye de faire édifier une chapelle »50.

30Il est évident que la reine obtenait par ce comportement une certaine popularité au sein des ordres ennemis du comte-duc. L’un des signes de cette alliance et de l’influence grandissante de la reine sur le roi est qu’elle réussit à lui faire changer de confesseur en 1642, plaçant ainsi cette fois un homme qui bénéficie de son entière confiance, le père Palma. En 1644, dans l’une de ses lettres à son ancien secrétaire Antonio Carnero, le Comte-Duc d’Olivares se plaint amèrement de ce nouveau confesseur, l’accusant de connivence avec la Reine et d’être responsable du désamour dont il est victime de la part du roi: « Le fait que sa Majesté se confesse avec le Père Palma est un événement nouveau, à moins que ce ne soit là quelque action secrète de la Reine Notre Maîtresse »51.

31En réalité, le comte-duc d’Olivares semble mal apprécier la situation : il doit manifestement sous-estimer la capacité de la reine pour s’attacher des groupes divers et puissants. Parce qu’il est incapable de voir en la reine Isabelle un sérieux opposant politique et qu’il la croit malléable, il ne se méfie pas d’elle malgré de sérieuses alertes au fil du temps. Le cardinal de Richelieu, pour sa part, ne commet pas le même type d’erreurs : Claude Dulong, dans sa biographie d’Anne d’Autriche souligne par exemple, qu’il se méfie constamment (et avec raison) des multiples complots organisés par la duchesse de Chevreuse et ses alliés contre sa personne52.

32La reine Isabelle possède d’autres alliés: parmi ses serviteurs la comtesse de Paredes, sa confidente et dame d’Honneur, et son premier majordome qui sera envoyé à Sánlucar de Barrameda par le roi pour surveiller la gestion du duc de Medina Sidonia quant à la sécurité des côtes andalouses. La correspondance entre Philippe IV et la comtesse de Paredes, après la mort de la reine en 1644,  révèle le degré d’intimité et de confiance que celle-ci partageait avec le couple royal : « J’ai voulu me reposer sur vous car je sais la reconnaissance et la confiance que la Reine avait de votre personne et l’amour que vous aviez pour elle »53.  Suite à son mariage en 1631, la comtesse de Paredes s’était toutefois éloignée de la Cour et n’y revint que périodiquement, comme en 1642, pour aider la reine, lorsqu’elle était régente du royaume en l’absence du roi. Cette correspondance, publiée par Joaquín Pérez Villanueva, ainsi que la biographie de la comtesse écrite par son confesseur, nous révèlent que la reine prenait soin d’inviter la comtesse à manger avec elle, afin de pouvoir parler plus longuement54. La comtesse lui faisait régulièrement la lecture, débattait avec la reine. Elle recevait parfois de cette dernière des instructions comme d’aller prévenir certains ministres « d’accomplir leurs devoirs », autrement dit de partir au front. La comtesse de Paredes resta au chevet de la reine Isabelle pendant toute son agonie.

33Le premier majordome, quant à lui, pourtant un proche d’Olivares, critique dans ses lettres au roi l’absence de priorité budgétaire qui est donnée à la protection des côtes espagnoles55. Ceci démontre que malgré la surveillance de la comtesse d’Olivares, certains serviteurs dans l’intimité de la souveraine, osaient critiquer la politique menée. Chaque famille de la noblesse avait au moins une de ses jeunes filles placée auprès de la reine, cela permettait d’être plus facilement au courant des intrigues de Cour, de se tenir informer et d’avoir accès aux bons partis dans le cadre de stratégies matrimoniales. Toute cette noblesse, à travers leurs filles, est attachée au Favori car elle lui doit l’introduction de leurs filles, donc de leur famille. Cette noblesse se trouve donc l’obligée du Favori, mais cela ne signifie pas qu’elle soit d’accord avec sa politique ou qu’elle ne rêve pas de le renverser pour retrouver le pouvoir qui était le sien du temps du duc de Lerma. Le comte-duc s’assurait que toutes les dames d’honneur lui soient apparentées56, mais quelques unes appartenaient par exemple, à la famille des Medinaceli, nostalgique de la puissance qui était la sienne du temps de l’ancien Favori le duc de Lerma. D’ailleurs l’une d’entre elles, Ana María Luisa Manrique de Lara, après avoir donné naissance à un autre fils illégitime de Philippe IV en 1625, essaya de faire pression sur le comte-duc d’Olivares pour obtenir davantage de privilège à la Cour57. Mais la Cour d’Espagne ne traite pas les maîtresses des rois avec les mêmes égards que la Cour de France les siennes : loin d’obtenir un statut particulier à la Cour, les manuscrits du Palais Royal qui recensent le personnel de la Cour ne la mentionnent plus à partir de 1628, ce qui sous-entend qu’elle en fut éloignée58.

34Enfin, au sein même de la famille royale, les infants, frères et sœurs de Philippe IV n’appréciaient guère le Favori et il est fort probable, même en l’absence de documents corroborant une quelconque alliance, que cela les a rapprochés de la reine Isabelle. Il n’est pas avéré que l’infante Marie, sœur de Philippe IV détestait le Favori, contrairement à ce qu’affirme Martin Hume : ce dernier avance qu’elle l’aurait rendu responsable de l’échec de son mariage avec le prince de Galle59, mais il ne s’appuie sur aucun document justifiant cette affirmation, alors qu’au contraire, nombreux sont les documents relatant l’aversion de l’infante  envers un « hérétique protestant »60. Cette question est amplement analysée dans le livre de Glyn Redworth61. En revanche, il est avéré que l’entourage du cardinal-infant, qui aurait succédé à Philippe IV en l’absence d’héritier de ce dernier, était hostile au comte-duc, notamment son majordome, le marquis de Castel Rodrigo, un proche de certains Sandoval comme l’Amiral de Castille62.  Convaincu de l’hostilité de ces derniers en particulier après la maladie du Roi en 1627, le comte-duc tente de discréditer les infants auprès du roi en les faisant passer pour de possibles traîtres, assoiffés de prendre le pouvoir à sa place :

« Cette douteuse ligue, aussi présente dans le cœur et centre de votre Palais et maison, il convient de la diviser par tous les moyens (...) ce qu’on y dit est préjudiciable, les réunions secrètes sont nombreuses et font beaucoup de dégâts63 ».

35N’y parvenant pas, suite à la mort de don Carlos en 1632 puis à celle en 1633 de l’Archiduchesse Isabelle Claire Eugénie qui gouvernait les Pays-Bas, il réussit à de convaincre le roi d’envoyer le Cardinal-Infant à sa place, ce qui l’éloigne ainsi définitivement de la Cour64. La reine Isabelle semble alors en apparence isolée et affaiblie.

36La noblesse de cour n’est pas traditionnellement un groupe politique très uni, trop divisée par ses querelles intestines. Un double événement cependant suscite son indignation et la rapproche de la rine, donnant lieu alors à une véritable organisation de l’opposition. En incitant le roi à reconnaître en 1642, le fils illégitime, don Juan José de Austria, qu’il avait eu avec la comédienne « la Calderona », le comte-duc blessa profondément la reine Isabelle. La froideur avec laquelle don Juan José sera reçue par elle et par son frère le prince Baltasar Carlos, en 1643, au Palais Royal en témoigne65. Cette reconnaissance royale permettait  au Favori de reconnaître la même année son propre fils illégitime don Enrique Felípe de Guzmán et seul héritier, qu’il voulut marier à la fille du Grand Connétable de Castille66. Cette fois, ce fut au tour de la noblesse de subir l’affront : un « don nadie » moins que rien, élevé au rang de noble et marié à l’une des plus anciennes familles espagnoles. Point d’orgue d’une série de mesures qui avait progressivement écarté les nobles des postes à responsabilités, la noblesse espagnole se sentit alors profondément bafouée dans son honneur : l’indignation fut générale et en particulier auprès des autres membres de la famille Olivares, son neveu don Luis de Haro et le Président du Conseil de Castille Juan de Chumacero, Comte de Castrillo, qui espéraient hériter de sa maison et en même temps de la faveur royale. Ces derniers vont se charger d’organiser l’opposition. Il ne manque plus qu’une opportunité pour déstabiliser le Favori. Le soulèvement de la Catalogne et du Portugal en 1640, alors que la guerre franco-espagnole durait déjà depuis cinq ans, va fournir l’occasion tant attendue par les partisans de la reine.  

37L’autoritarisme du comte d’Olivares est mal vécu en Espagne, dans une monarchie pactiste où le roi doit composer avec les institutions de certains royaumes comme l’Aragon qui peuvent refuser ses exigences67 ; comme l’ont mis en évidence John Elliott68 et Michel Devèze69, sa conception du pouvoir absolu où la raison d’état doit primer sur les intérêts particuliers des provinces, choque avec les habitudes de négociations prises par les couronnes d’Aragon et de Portugal, fruit de plusieurs siècles de tradition. Le comte froisse à plusieurs reprises les susceptibilités de la noblesse locale, sommée pratiquement de collaborer davantage à l’effort financier et guerrier de la Castille. Même si les révoltes du Portugal et de la Catalogne en 1640, correspondent à des phénomènes ayant existé également en France et en Angleterre à la même époque, comme le soulignent  notamment Schaub et Stradling70, il est évident aussi que cette attitude du comte-duc n’a pas aidé à apaiser les tensions. L’Espagne, déjà en guerre dans les Flandres depuis 1621, périodiquement en Italie (lors de la crise de la Valteline la même année) et en guerre avec la France depuis 1635, doit faire face en plus à une guerre civile dont le Favori est directement responsable et sans disposer pour cela des ressources nécessaires. La Castille, suite à des années de mauvaises récoltes et de peste, est exsangue, sa population a diminué et ne peut plus faire face aux levées d’impôts, qu’ils soient ordinaires ou extraordinaires. Le roi et la reine n’ignorent alors pas ces éléments. Certes, le Favori a insisté et obtenu des économies sur le train de vie de la Maison Royale, obligeant la reine à restreindre les gages de ses serviteurs et leurs couverts, laissant de nombreux courtisans et fonctionnaires dans l’embarras sans les payer71. Mais au même moment, il fait construire le somptueux Palais du Buen Retiro en l’honneur du plus grand roi, qualifié pour l’occasion de « Rey Planeta ». Le gaspillage des ressources sera l’un des arguments majeurs que la reine Isabelle avancera vis-à-vis roi. Lorsque la France et l’Espagne entrent en guerre en 1635, la reine réussit à convaincre Philippe IV de se rendre sur place (il mettra environ deux ans à s’y rendre et n’ira que jusqu’à Saragosse, arrière-base d’où l’on évaluait les pertes). Le comte-duc tente d’empêcher puis de retarder le départ, faisant valoir les risques pour la santé du souverain, allant jusqu’à dire que la reine, simple femme sans formation politique, est incapable d’assurer seule la Régence du Royaume : “En Espagne, c’est un miracle si les ennemis ne s’emparent pas d’un des principaux ports de V.M et si cela arrive, car on ne peut pas penser qu’ils n’y parviennent pas, que fera alors la Reine Notre Souveraine, d’où sortiront les chefs militaires pour nous défendre et récupérer les pertes ? »72.

38A cause de sa position à la cour, le Favori est contraint d’accompagner le roi sur le Front, laissant la reine à Madrid, gouverner au nom du roi. Cette dernière ne ménage pas sa peine, ses lettres au roi, celles du président du Conseil de Castille Juan de Chumacero, du comte de Castrillo et même celles du jeune Prince Baltasar Carlos73 révèlent un travail continu de réunions pour administrer la justice et faire lever des fonds et des hommes pour le front. Pour ce faire, elle va même, jusqu’à proposer la vente de ses bijoux et ceux de l’Infante Marie-Thérèse74 ; un geste d’humiliation pour le Favori et qui fut encensé par les poètes : « pues contra la flaqueza mugeril, vistiose de un animo varonil » : « ainsi contre la faiblesse féminine, elle sut revêtir un courage masculin »75. Les lettres de Juan de Chumacero, très élogieuses, dressent une comparaison implicite entre les résultats obtenus par le comte-duc et ceux obtenus par la reine : elles sont construites pour donner en effet le sentiment que partout où le Favori échouait, la reine Isabelle réussit : une par une les villes votent les levées d’impôts extraordinaires et se sacrifient :  

« Je suis ravi d’avoir servi à V. M. sur un point si important et en lequel j’avais si peu d’espoir à cause des difficultés rencontrées pour le service précédent, mais avec la raison et la ténacité tout se résout et ce qui a rendu cela possible c’est surtout l’autorité de la Reine Notre Souveraine. (..) Madrid, 13 de Mayo de 1644 »76.

39A chacun de ses retours à Madrid pendant l’hiver, le Favori constate le pouvoir croissant de la reine Isabelle, sans parvenir à  y remédier. Les nobles, sous la pression du comte de Castrillo et du duc de l’Infantado, désertent le service auprès du roi, pour manifester leur mécontentement et augmenter la pression77. L’heure n’est plus au divertissement, en se rendant sur place, le roi prend réellement conscience de la situation politique et économique. Il manque alors le coup de grâce : selon certains manuscrits de la Bibliothèque Nationale de Madrid, il fut donné par la reine78. Celle-ci aurait réussi à faire venir au Palais discrètement la duchesse de Mantoue, ancienne Vice-reine du Portugal et opposante au comte-duc, avec laquelle elle entretient une correspondance discrète ainsi qu’Ana de Guevara, ancienne servante et nourrice du roi. Toutes deux s’entretiennent séparément avec le roi pour le supplier de renvoyer le Favori, et la reine elle-même aurait poursuivi cette conversation, tenant par la main le prince héritier Baltasar Carlos. Elle fait valoir que si le Favori reste en place, le prince n’aura bientôt plus de royaume. L’argument des sentiments filiaux et du devoir de préservation du royaume pour l’héritier de la couronne était, comme nous l’avons vu, un argument politique très utilisé par les femmes et par la reine Isabelle. A ceci s’ajoute le fait que Philippe IV avait pris conscience de la situation de son empire et qu’il était dans une position, encouragée par sa rencontre avec sœur María de Ágreda en cette même année de 1643, où il lui semblait que cette situation résultait de son comportement et de ses mauvais choix. Le soir même, Philippe IV écrivait au comte-duc d’Olivares pour lui notifier son renvoi. La plupart des historiens actuels, dont Elliott, Marañón et Stradling, considèrent que ce renvoi du Favori est le fruit des circonstances de la guerre et se montrent fort réticents à reconnaître que la reine Isabelle ait pu avoir une incidence là-dessus. Elliott précise ainsi que « les circonstances, cependant, plus que la conspiration, contribuèrent à la chute du Comte-Duc79 ». Marañón parle de « légende du complot des femmes » : « son rôle est en réalité assez infime »80. Stradling, par exemple, affirme que le personnage d’Ana de Guevara n’aurait pas existé et qu’il aurait été inventé par l’appareil de propagande crée par le Comte del Castrillo81. Cela étant, la venue de la duchesse de Mantoue est confirmée par les documents et la conversation entre celle-ci et le roi, puis entre la reine et le roi se trouve si largement documentée qu’il est difficile de douter qu’elle n’ait pas eu lieu.

40A mon sens, la démarche consistant à produire une estimation du facteur qui aurait le plus influencé le roi est vouée à l’échec : aucun document n’atteste d’un seul facteur et il est impossible de savoir ce que pensait réellement alors le roi. Cette chute du comte-duc relève davantage d’un faisceau de facteurs. Le renvoi du Favori s’est produit suite à l’alliance de la reine et de la noblesse, relayée par certains ordres religieux, favorisée par la guerre. Cette opposition a créé une propagande efficace autour de la reine Isabelle : nombreux sont en effet les poèmes à la gloire de la reine82. Certes, les opposants contemporains au Favori se sont largement servis de ces faits pour en amplifier la répercussion, attribuant à la seule reine Isabelle la victoire de l’éviction du comte-duc. Cette même propagande est devenue nuisible à son image car on a ensuite diminué l’importance de ces événements jusqu’à leur conférer le statut de simple « légende ». Mais il me semble qu’en niant l’incidence émotionnelle et psychique que pouvait avoir cette conversation politico-affective d’une mère cherchant à préserver le royaume de son fils, on commet ici le même type d’erreur, à l’inverse. Nous venons également de démontrer que la reine s’était trouvée à la tête d’un réseau d’opposition dominé par la comtesse de Paredes, le comte del Castrillo, son premier majordome envoyé à Sánlucar de Barrameda. Le roi, à l’opposé de ces historiens, semblait très conscient alors de l’intelligence politique de sa femme et de ses aptitudes à gouverner. Ne déclarait-il pas ensuite à sa tante, sœur Marguerite de la Croix, archiduchesse d’Autriche, lors d’une visite au couvent des Descalzas Reales : « mon Favori maintenant c’est ma femme ? »83.

Conclusion

41L’exemple de la reine Isabelle de Bourbon est révélateur du rôle important des reines consorts, du pouvoir qui pouvait être le leur même si la charge officielle du gouvernement ne reposait pas sur leurs épaules. Constamment soumises, par leur statut à des pressions exercées par leur famille, elles devaient assurer la cohésion entre celle-ci,  leur mari et leurs enfants. Le cas particulier de la reine Isabelle révèle comment, sous le contrôle assidu du Favori, la reine peut jouer un rôle fondamental à la tête de l’opposition au Favori, notamment grâce à ses liens privilégiés avec le monde religieux et avec certains de ses serviteurs. Ce pouvoir se développe également grâce à de nouvelles alliances avec la noblesse. Certes, le soulèvement de la Catalogne et du Portugal joua un rôle clé dans l’éviction du comte-duc d’Olivares, mais ce ne sont pas les seuls facteurs. Le réseau de la reine a également joué un rôle très actif dans cette éviction. Cette étude met ainsi en lumière  la présence de réseaux féminins de pouvoir, non pas moins discrets mais beaucoup moins étudiés que les réseaux religieux. En effet, le pouvoir des femmes est bien souvent un pouvoir de l’ombre, qui se construit contre quelque chose ou contre quelqu’un car la société moderne lui refuse une existence institutionnelle officielle. Le cas de la reine Isabelle est à cet égard emblématique de la façon dont les femmes au XVIIème siècle pouvaient créer leur propre sphère de pouvoir et d’influence dans les espaces que leur laissait la société pour s’exprimer. Les relations qu’elles établissent alors sont fondées sur l’intérêt, l’espoir pour leurs alliés d’une ascension sociale que ce soit dans le monde religieux ou celui des courtisans, l’espoir pour le parti de la reine, d’un changement de politique en faveur de la paix.  

Haut de page

Notes

1  Norbert Elias dans son livre sur la société de cour, développe énormément ce point, même s’il s’appuie sur la cour de Louis XIV, la mise en place de ce système commence dès le Moyen Âge et concerne l’Europe dans son ensemble. Norbert Elias, La société de Cour, Paris, Flammarion, 1985.

2  En France le nom de la princesse est Elisabeth de France ; en devenant reine d’Espagne son nom est ensuite « espagnolisé » en Isabelle de Bourbon, pour lui permettre une meilleure intégration.

3  Pellicer, Avisos históricos, publiés dans le Semanario Erúdito de Valladares tome XXXI p. 22. Des Nouvelles d’Espagne (…) Sur ce qui s’est passé en la ville de Madrid 1615, Bibliothèque Mazarine, Paris (BM) p.32 ; Entregas de suMagestad yde la Princesa doña Isabel Nuestra Señora y de lo sucedido en el viaje de ida y vuelta, 1616. BNM Mss.11087, fol 174 a 191b.

4 Gregorio Marañón, El Conde-Duque de Olivares o la pasión de mandar, Espasa-Calpe reed 2006 p.309 à 314 et 337 à 360, Del Fraile Pardo, La Reina Isabel de Borbón, tesina de la Complutense 1961, UCM ML 152, J.H. Elliott, el Conde-Duque de Olivares, Barcelona reed 1990,p.659 à 712, S.A. Stradling, Felipe IV y el Gobierno de España, ed Catédra 1982 BNM 3/191069, p.185 à 187, Michel Devèze, L’Espagne de Philippe IV, Taurus 1984, p. 242 à 250.

5  Cartas del conde-duque a Antonio Carnero, AhN, Est., Lib. 869, fol. 282, “carta de 12 de oct de 1644”.

6  Pellicer,Aviso, op. cit, publiés dans le Semanario Erúdito de Valladares tome XIII, p.9.Google books. Pinelorelève également ces mêmes attraits physiques dans ses Analesde Madrid 1612-1644, col. Pellicer t.26 de la RAH. .p. 3

7 BNM Fiestas reales en la publicación de los casamientos de los herederes de España y Francia Paris 1613,  ms 2348 fol 43, 197 y 397).

8  Fanny Cosandey, « Puissance maternelle et pouvoir politique. La régence des reines-mères, Clio, « Maternités » numéro 21-2005. Son livre, La reine de France. Symbole et pouvoir, XV-XVIIIème siècle, Paris, Gallimard, 2000, développe également cet aspect.   

9  Sur la surveillance de la Reine Marguerite, voir Antonio Feros, El Duque de Lerma, realeza y privanza en la España de Felipe III, Marcial Pons, 2002, p.181. Pour plus de détails sur la surveillance exercée par Luynes auprès de la Reine Anne d’Autriche, voir par exemple Claude Dulong, Anne d’Autriche, Paris, Hachette folio, 1980, p. 22 à 56.

10  Real Academia de la Historia (RAH), Madrid. Ms Col Folch t.14 fol 283.

11  Martín Hume, The Court of Philip IV, Eveleigh Nash London 1907, Biblioteca del Palacio Real (BPR) IV/788,  p.61 à 66, 147 à 152, p.173, p.230 a 236, p.311.

12  Stradling, Felipe IV,  op. cit. p. 89-90 ou Martin Hume, op. cit. (BPR),  IV/788, p. 50,140-141. (Source citée : SIRI, V, Anecdotes du Ministère du Comte Duc d’Olivares tirées et traduites de l’Italien par monsieur de Valdory, Paris 1722, Bibliothèque Nationale de France (BNP) 8- OC- 344,  p. 45 à 55.)

13  Pour plus d’information sur don Juan José, voir Albrecht Graf von Kanein, Don Juan José de Austria, Milenio 2001.

14  British Library (BL), Londres, Egerton Ms 2052, cahier de notes de sir Arthur Hopton, agent britannique à Madrid de 1631 à 1636.

15  Voir pour cela les différents registres consultés sur le personnel de la Reine aux Archives du Palais Royal,(APR), Madrid, Caja 5641 (II) 1617-22, Caja 5643 ; 1621-89, Caja 5646 (I) 1628 a 1643.

16  Marañón, op. cit. note 437, attribue cette phrase à l’italien Guidi, lui-même cité par Morel-Fatio, L’Espagne au XVIe et XVIIe siècles, Paris 1878, BNM R/19653. Mais on la retrouve également dans plusieurs autres manuscrits, comme celui de la Bibliothèque Nationale de Madrid, attribué cette fois à D. Eugenio Carrete, ambassadeur de l’Empereur BNM mss. 10/659, fol 50.

17 Marañón, op. cit. p. 436.

18 Vida y muerte de la venerable madre Luisa Magdalena de Jesus, en el siglo doña Luisa Manrique de Lara, excelentissima condesa de Paredes, Obra posthuma del reverendisimo padre fr.Agustin de Jesus Maria. En Madrid por Antonio de Reyes, año 1705. Biblioteca Nacional de Madrid (BNM), 3/33680. Chapitre X.

19  En Espagne l’un des plus influent fut celui de Juan Vives, De institutione feminae christianae, 1523, Universidad de Salamanca, 1995, BNM 9/158795, chapitre 1 et 4.

20  Mary Elisabeth Perry, Ni espada rota ni mujer que trota, Drakontos crítica,  1993, chapitre 3 “Esposas perfectas y amantes profanas”, p. 75.  

21  Idem, op. cit. chapitre 6, p.119.

22  Eliane Viennot et Danielle Haase-Dubosc, Femmes et pouvoir sous l’Ancien Régime, Paris, Rivages, Paris, 1991.

23  J. P. Dedieu, Réseaux, familles et pouvoirs dans le monde ibérique à la fin de l’Ancien Régime, Paris, CNRS 1998, p. 27.

24  Elliott, op. cit., p. 702. MARAÑÓN, op. cit., p. 426 à 436.

25  Bibliothèque Nationale de Paris (BNP). Ms 3816, Ms3818, Ms 3827, Ms 16918, Ms 20435.

26  Cartas de Felipe III a su hija Ana, Reina de Francia, BNM, VC/4313/20. Dgmicro 42447.

27  Institut de France, Ms 496 Godefroy. Mélanges concernant l’Espagne et le Portugal. f.87. « Lettres de Marie de Médicis à Elizabeth sur l’union des deux couronnes ».

28  Ibid.

29  BNP Ms 3842.

30  Ibid, Ms 3842, f.15.

31  Ibid, f.6.

32  Ministères des Affaires Etrangères (MAE), Correspondance diplomatique « Espagne », vol 13, f.312.

33  BNP Ms. 3827 f. 15-16, 18-19.

34  Ibid, Ms. 3827.

35  Michaela Hohkamp, « Sisters, Aunts and Cousins : Familial Architectures and the Political Field in Early Modern Europe », p. 91 à 104 in J. Mathieu et S. Teuscher, Kinship in Europe : Approaches to Long-Term Developments (1300-1900), New York, Bergham 2007.

36  Voir les nombreuses biographies d’Anne d’Autriche sur le sujet, comme celle de Claude Dulong, op., cit. p.144 à 178.

37  Aussi bien Pellicer que l’ambassadeur vénitien, Giovanni Gustinian encore l’ambassadeur anglais Hopton. Pellicer, op. cit., publié par Valladares, op. cit. tomes XXXI, p. 3. Barrizzi Nicolo e BERCHET, Guglielmo, Relazioni degli Stati europei. Lettere al Senato degli Ambasciatori Veneti, nel secolo decimosettino, Serie I, Spagna, vol II, Venezia 1856. BNM 5/3907. p. 72, Hopton, citado por Hume, op. cit., p.283-284

38  La reine aura quatre grossesses en neuf ans puis deux autres en l’espace de cinq ans.

39  Philippe III ira jusqu’à accompagner sa fille à la frontière franco-espagnole au mépris de l’étiquette. Une étude récente d’Alain Hugon « Mariages d’Etat et sentiments familiaux chez les Habsbourg d’Espagne » extrait du livre d’Isabelle Poutrin et M. K. Schaub, Femmes et Pouvoir politique, les Princesses d’Europe, Paris, Bréal  2007, développe également cet aspect.

40  Hormis Françoise Kermina, qui relève des éléments intéressants dans les lettres de Marie de Médicis, mais dont le style trop romancé oblige à la la nuance, tous les autres : Madeleine Foisil et Louis Vaunois, s’appuyant davantage sur le médecin Jean Héroard, remarquent la froideur de la Reine Marie de Médicis et son horreur des effusions. L’intérêt qu’elle manifeste pour la santé et l’éducation de ses enfants est compréhensible si l’on tient compte du taux très élevé de mortalité infantile à l’époque et des projets politiques prévus les concernant mais cela reste insuffisant pour l’interpréter comme une marque de tendresse. En sept ans, elle ira voir ses enfants seulement une fois tous les trois mois. La princesse Elisabeth, maintes fois décrite, comme la « fille préférée » de Marie de Médicis parce qu’elle est la plus sage, recevra en tant que Reine d’Espagne dix fois moins de lettres de sa part que sa sœur Chrétienne. Seul Gaston d’Orléans paraît avoir été réellement un fils chéri. Françoise Kermina Marie de Médicis, Reine, Régente et Rebelle, BNP 9440.032092 MARIm, p.90. FOISIL Madeleine, L’enfant Louis XIII, l’éducation d’un roi, Paris, Perrin, 1996, p. 54, 215-216.

41  Fanny Cosandey, op. cit. p.11.

42  Cités par Madeleine Foisil, Femmes de caractère au XVIIème siècle, 1600-1650, Paris, Fallois 2004, Sainte Geneviève, p 192-193.

43  Pinelo, Anales de Madrid 1612-1644, col. Pellicer t.26 de la RAH, p.3.

44  J. P. Dedieu, op. cit. voir par exemple le prologue au livre sur ce point.

45  L’Amiral de Castille est opposé aux décisions économiques du comte d’Olivares et à ses projets d’amener la noblesse à contribuer davantage à l’effort de guerre. Il s’oppose aussi à ce que les nobles soient progressivement écartés des postes de pouvoir au profit des hommes de lettres en lesquels Olivares a davantage confiance.

46  Quevedo est emprisonné de 1639 à 1643, accusé d’espionnage pour le comte de la France car il se trouvait à une réunion dans la maison du comte de Medinaceli, en même temps que des français. Cette accusation n’a jamais pu être prouvée, toutefois.

47  Janine Fayard, « José González (1583-1668), « Créature » du comte-duc d’Olivares et conseiller de Philippe IV » dans Hommage à Roland Mousnier, Paris 1980 Ste Genevieve,  p 351-367.  

48  Isabelle Poutrin, « Los confesores de los Reyes de España : Carrera y función s. xvi y xvii », dans A.L. Cortés Peña, J.L. Beltrán, E. Serrano Martín (dir.), Religión y poder en la edad moderna, Grenade, 2005, p.67-81.

49  José Maria Perceval, Bodas reales que cambiaron la Historia, ed Planeta 1997, BNM 10/47975, p.40.

50  Acuerdos sobre la villa de Madrid en 1623 sobre dar a la Reina Nuestra Señora para la fábrica de iglesias que gustava hacer frente de la de Santa María.... BNM Mss/10819/12. Fol 5.

51  Comte-Duc d’Olivares, « Lettre à Antonio Carnero », AhN, Est., Lib. 869, fol 282.

52  Claude Dulong, op. cit. p.106 à 144.

53  Joaquin Pérez Villanueva, Felipe IV y Luisa Enriquez Manrique de Lara, Condesa de Paredes de Nava, un epistolario inédito, ed Salamanca 1986, BNM BA/24321. p.53 :  Carta I, del Pardo, 9 Octobre 1644.

54  ibid. p. 36 et Vida y muerte de la venerable madre Luisa Magdalena de Jesus, en el siglo doña Luisa Manrique de Lara, excelentissima condesa de Paredes, del reverendisimo padre fr.Agustin de Jesus Maria, Madrid, 1705. BNM 3/33680, chapitre IV et X.

55  Archivo de los Duques de Medina Sidonia (ADMS), Cartas de reyes, t.15.

56  Liste obtenue à partir des Archives du Palais Royal, caja 5641, 5644 et de celles du Duc de Medinaceli à Séville.

57  Carta de la Marquesa de la Charela a Olivares, 1626, BNM ms 954 f.143-145v).

58  APR, Caja 5646 (I) 1628 a 43.

59  Martín Hume, op. cit., p.174-175 et suivantes.

60  Consultas y otros papeles sobre cosas de Inglaterra año de 1623, Copias de consultas del Consejo de Estado, Biblioteca del Palacio Real (BPR) II/2167, doc 28,29,39.

61  Glyn Redworth, The Prince and the Infanta: The Cultural Politics of the Spanish Match, New Haven, Yale University Press, 2003.

62  Stradling, op. cit. p.143, qui s’appuie lui-même sur les recherches d’Elliott, Richelieu et Olivares, Cátedra, 2008, p.92-93.

63  Papel del Conde-Duque de Olivares para el señor don Felipe IV, en que se discurre sobre la colocación de los señores Infantes D. Carlos y D. Fernando. British Museum, p. 18.591, Eg 2081. Egalement dans Stradling, op. cit. p. 144.

64  Papel del Conde-Duque de Olivares para el señor don Felipe IV, op. cit.

65  Hume, op. cit. p. 388. (source originale : Valladares, nouvelles du 28 juillet 1643).

66  Marañón, op. cit. p.363.

67  Rappelons que l’Espagne à cette époque est une mosaïque de royaumes dont le rattachement ne tient que grâce à la personne du roi et sous la condition que ce dernier respecte les institutions pré-établies de chaque royaume. Depuis le soulèvement des « comuneros » contre Charles Quint en 1520, les « fueros » d’Aragon, ces institutions qui octroient à ce royaume, par  accord une quasi-autonomie législative et institutionnelle, sont le cauchemar des rois qui se voient régulièrement refuser par les cortés leurs demandes d’impôts extraordinaires et autres participations de guerre.

68  Elliott, op. cit., p 282 a 306 et p. 363 à 389.

69  Michel Devèze, L’Espagne …, op. cit. p. 195 à 217.

70  J. F. Schaub, la France espagnole, les racines hispaniques de l’absolutisme français, Paris, Seuil, 2003, p. 259 à 271, Stradling, op. cit, p. 201.

71  APR, caja 5646 (I).

72  AHN, Carta del Conde-Duque a su Magestad el Rey, Est., Lib. 869 fol 166 a 170b.

73  AME 41 f.205, 207 y 213-214. f.3, f.25-70. BNM , “Yo la Reina”, VE/209/83.

74  Carta de la Reina en ocasión de hallarse el Rey Felipe IV en Zaragoza, enviando sus joyas, BNM col Gayangos, ms 18.202, fol 38 et BNM ms.18.197.

75  Doctor Joseph Micheli y Márquez, El cristal mas puro (..), labrado de las acciones heróicas de doña Isabel de Borbón, Reyna de España, Zaragoza, 1644. BNM 3/55041, paragraphe intitulé “Del segundo medio de la prudencia que se valió esta Monarca”.

76  Correspondencia de Juan Chumacero y Castrillo, Presidente del Consejo de Castilla. AME 41, fol 213.

77  Stradling, op. cit. p. 184 et Marañón, op. cit, p.584-586.

78  BNM, MS 10/659.

79  Elliott, op. cit. p. 703.

80  Marañón, op. cit. p. 435.

81  Stradling, op. cit, p 191.

82  Ñenia de Faria e Sousa, Poema acróstoco a la claríssima Reyna de España Doña Isabel de Borbón, ofrecido al Rey Nuestro Señor Felipe Quarto el Grande, Madrid, 1644, BNM 3/1310; Don Gerónimo Cancer de Velasco, Canción a la muerte de la Augusta Reyna de España Doña Isabel de Borbón, VE/163/25. Por el hijo do Alonso Hidalgo capellan del Rey nstro señr en su real capella de Granada, Soneto a la muerte de la Reyna de españa nuestra Señora doña Isabel de Borbon, BNM ms 3920 fol 249 a 254. Producción poética con motivo de la muerte de la Reina BNM ms 2376.

83  Carta del P.F Negrete, 17 de Febrero de 1643, dans Cartas de algunos PP de la Compañía de Jesús sobre los sucesos de la Monarquía entre los años 1642 y 1648, dans Memorial Histórico español, Madrid, 1861, tome XVII, p. 16.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Frédérique Sicard, « Une reine entre ombres et lumières ou le pouvoir au féminin : le cas d’Isabelle Bourbon, reine d’Espagne, première femme de Philippe IV (1603-1644) », Genre & Histoire [En ligne], 4 | Printemps 2009, mis en ligne le 01 septembre 2009, consulté le 17 août 2017. URL : http://genrehistoire.revues.org/736

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Genre & histoire est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page