Navigation – Plan du site
Comptes-rendus

Geneviève Dermenjian, Jacques Guilhaumou, Martine Lapied (dir.), La puissance maternelle en Méditerranée. Mythes et représentations,

Aix en Provence, Actes Sud, 2008
Rebecca Rogers

Texte intégral

1Depuis plus de trente ans, des chercheur-e-s de l’Université de Provence et de la Maison méditerranéenne des sciences de l’homme  produisent des études importantes dans le domaine de l'histoire des femmes. En particulier, Yvonne Knibiehler, auteure de la préface stimulante de ce petit livre, a impulsé des recherches sur l'histoire des mères et de la maternité qui constituent des références essentielles aujourd'hui.1 Les études rassemblées ici poursuivent donc des interrogations autour de la figure maternelle en mettant l'accent sur sa représentation dans les mythes, les contes, les religions, les romans, etc. Issus d'un séminaire du groupe de recherches "Femmes Méditerranée" du réseau Ramses 22, les huit essais de ce volume présentent un vaste terrain de recherche qui explore la diversité des représentations maternelles en rapport avec les concepts de puissance, de pouvoir et d'influence. La dimension géographique est importante puisque le but du réseau est "d'historiciser et de rendre visibles les modalités d'action du genre dans les sociétés méditerranéennes et le fonctionnement des rapports sociaux de sexe comme rapports de pouvoir éventuellement contestés ou négociés" (p.19). Chemin faisant, les différents chapitres font découvrir des figures de mères aussi bien nourricières que menaçantes qui ont nourri l'imaginaire occidental depuis les temps antiques.  En faisant la place belle aux mythologies méditerranéennes, les éditeurs du volume ont retenu des études portant sur des figures encore peu étudiées dans les sciences humaines, comme la déesse grecque Déméter, la démone juive Lilith, l'ogresse kabyle teryel, sans oublier les figures mieux connues d'Eve et de Marie. Dans ce volume consacré aux représentations et mythes, le parti pris pluridisciplinaire privilégie des approches autres qu’historiques. En rassemblant sociologues, philosophes, ethnologues, littéraires, historiens de l'art et psychanalystes, les éditeurs du volume nous incitent à historiciser ces images maternelles, à explorer les conditions de leur production et de leur utilisation, à interroger leur évolution dans le temps et à penser leur dimension genrée, notamment en questionnant l'idée de puissance.

2Les huit essais assez différents dans leur forme comme dans leurs approches sont regroupés en deux parties où il est d'abord question de mythes et de croyances puis de l'évolution des représentations maternelles. La table des matières donne une bonne idée de l'hétérogénéité des sujets abordés, notamment dans la 2e partie où il est question de représentations psychanalytiques de la mère, de représentations italiennes de la Vierge entre le XIIIe et le début du XVIe siècles, de représentations maternelles dans le roman féminin au Maghreb au XXIe siècle et des formes du pouvoir maternel mises en scène dans des films de Pasolini, d'Almodovar et de Denis. La lectrice historienne est alors encouragée à considérer la variété des sources et des approches qui peuvent nourrir un questionnement sur la puissance maternelle et de la penser en terme de créativité et de pouvoir. Comme l'écrivent joliment les trois historiens, éditeurs du volume : "La puissance maternelle constitue ainsi un espace ontologique de possibles, de virtualités où se déploie 'une tâche sans fin' (Winnicott), mais sans cesse médiatisé par l'art, la culture, la religion, etc. [...] Puissance d'engendrement donc d'une capacité de vivre, de dialoguer avec autrui et non volonté d'imposer un pouvoir sur autrui" (p.24). Cette volonté de creuser les multiples sens associés à la maternité amène les auteur-e-s à explorer le caractère aussi bien conservateur que créateur de la puissance maternelle et éclaire ainsi la fécondité de ce questionnement pour une compréhension de la dynamique hommes-femmes. Dans sa préface, Yvonne Knibiehler souligne trois voies d'investigation possibles : autour de la puissance biologique, de  la puissance affective et de la puissance sociale. En montrant comment les représentations maternelles jouent dans ces trois registres, le volume nous invite à déconstruire et à genrer le symbolique dans l'histoire.

3Sans prétendre résumer les différentes contributions, notons cependant l'intérêt de juxtaposer des figures de déesses avec celles de démones et de présenter des mythes de part et d'autre de la Méditerranée. Notons aussi l'ouverture vers la psychanalyse et le recours aux peintures, aux romans et aux films dans cette exploration des représentations maternelles. Regrettons peut-être que dans un volume où il est tant question de représentations, l'éditeur, Actes Sud, n'a pas autorisé une iconographie autre que celle de Picasso, Femme et enfant au bord de la mer (1921), qui orne la couverture. Néanmoins, le rassemblement des écrits proposés laisse des images inédites et incite l'historienne à penser les métamorphoses de cette puissance uniquement féminine qu'est la maternité.

4Table des matières
- Un héritage millénaire. Mythes et croyances
Vinciane Pirenne-Delforge, Maternité et divinité en Grèce antique: l'exemple de Déméter (37-54)
Sylviane Agacinski, Eve et Marie (55-68)
Michèle Bitton, La légende de Lilith et les protections magiques de la mère et du nouveau-né: persistance de pratiques millénaires (69-86)
Camille Lacoste-Dujardin, Teryel "l'ogresse" & féminité dévorantes en culture kabyle (87-101)
- Vers une modernité des formes et des représentations ?
Myriam Boubli et Dr Maurice Despinoy, La mère dans la théorie psychanalytique: de l'objet œdipien à l'objet transformationnel (105-122)
Martine Vasselin, La puissance maternelle: l'éloquence des formes (123-139)
Marta Segarra, Les mères contre les femmes? La maternité dans le roman féminin au Maghreb (140-153)
Denise Brahimi, A la recherche du pouvoir maternel perdu (Trois études de films) (154-168)

Haut de page

Notes

1  Voir le numéro Maternités de Clio: Histoire, femmes et sociétés (21, 2005) dirigé par Françoise Thébaud avec le concours d'Yvonne Knibiehler. On y trouve notamment un article de l'historienne Vinciane Pirenne-Delforge qui est l'une des neuf auteur-e-s publiés dans La Puissance maternelle.

2  Réseau d'excellence des centres de recherche en sciences humaines sur la Méditerranée.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Rebecca Rogers, « Geneviève Dermenjian, Jacques Guilhaumou, Martine Lapied (dir.), La puissance maternelle en Méditerranée. Mythes et représentations, », Genre & Histoire [En ligne], 4 | Printemps 2009, mis en ligne le 01 septembre 2009, consulté le 29 avril 2017. URL : http://genrehistoire.revues.org/732

Haut de page

Auteur

Rebecca Rogers

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Genre & histoire est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page