Navigation – Plan du site
Comptes-rendus

Pauline Milani, Femmes dans la mouvance communiste suisse. La Fédération des femmes suisses pour la paix et le progrès : un militantisme entre conservatisme et émancipation, 1952-1969,

Neuchâtel, Editions Alphil, 2007, 178 pages.
Françoise Thébaud

Texte intégral

1Militer au féminin : les deux termes ont longtemps paru antagonistes ou réservés aux seuls engagements féministes. Pourtant, le continent des organisations de femmes est immense et son exploration, désormais bien engagée1, ouvre sur une meilleure compréhension des sociétés passées et présentes. Actuellement doctorante à l’Université de Fribourg, Pauline Milani apporte sa pierre à l’édifice avec son ouvrage sur la Fédération des femmes suisses pour la paix et le progrès. Sans doute issu d’un mémoire de licence qui est en Suisse un vrai travail de recherche, il a pris appui sur la découverte de la revue Horizons féminins (45 numéros entre 1952 et 1959) et de son homologue en allemand Wir Frauen (7 numéros). Ces sources publiées ont été largement complétées par les archives privées de l’association, des fonds de militantes, des sources policières – la Fédération est perçue comme dangereuse par l’Etat suisse – et des interviews originaux ou réutilisés.

2Née en septembre 1952, inscrite dans la mouvance communiste malgré l’affirmation récurrente de son indépendance, la Fédération des femmes suisses pour la paix et le progrès (FFSPP) est la section suisse de la Fédération démocratique internationale des femmes (FDIF, créée à Paris le 26 novembre 19452) et l’organisation-sœur de la puissante Union des femmes françaises3. Selon ses propres termes, elle « se met en veilleuse » en octobre 1969. Entre ces deux dates, se déroule une histoire complexe que l’ouvrage restitue chronologiquement – les trois périodes distinguées sont 1952-1956, 1956-1961 et 1962-1969 –, et avec un triple questionnement : la dimension internationale et l’impact des événements internationaux ; les relations avec le Parti suisse du travail dont sont issues ou membres de nombreuses militantes ; la cause et les effets de la non-mixité. Pauline Milani est attentive aussi à la structure de l’organisation.  Forte tout au plus de 1000 adhérentes (dans la première période) et d’une trentaine de militantes très actives, la Fédération « est plus la réunion de sections autonomes qu’une instance nationale ». Ses sections ne sont pas toutes aussi dynamiques que celles de Genève, Lausanne, La Chaux-de-Fonds, Bâle ; elles ne suivent pas toujours les directives venant du haut et elles peinent à trouver des soutiens, l’anticommunisme étant particulièrement fort en terre alémanique où les militantes critiquent aussi le non-bilinguisme de la Fédération. Enfin, le manque d’argent gêne l’activité militante – même si les voyages à l’étranger sont souvent pris en charge par la FDIF ou la puissance invitante – et contraint à arrêter, après celle de Wir Frauen, la publication d’Horizons féminins.

3Reproduite dans l’ouvrage, la couverture du premier numéro porte le dessin d’une femme aux longs cheveux portant dans ses bras un jeune enfant qui tend son bras et son regard vers l’horizon. Comme leurs contemporains, les militantes de la FFSPP conçoivent en effet la femme comme une mère avant tout, par nature pacifiste et dévouée au bien-être de sa famille. Mais elles politisent aussi la maternité, qui doit conduire toutes les femmes à lutter pour la paix dans le monde, l’amélioration des conditions de vie de tous, la protection de l’enfance et l’égalité entre les sexes au travail et dans la sphère publique. Ainsi, un des grands projets de la première période, où la revue milite pour l’accouchement sans douleur, est, sans succès, la création d’une assurance-maternité, tandis que les Genevoises organisent une garderie qui accueille 1000 enfants en 1953 et que la section de Bâle obtient la baisse de l’assurance scolaire. Préoccupation constante, la défense de la paix reste implicite, sauf dans le soutien aux époux Rosenberg ou  lors du Congrès mondial des mères qui se tient à Lausanne en 1955.

4Les événements de Hongrie créent des tensions internes (et quelques départs au sommet) et accroissent l’isolement de la Fédération, particulièrement touchée dans ses sections alémaniques. Dans un contexte international tendu, la dénonciation des armes atomiques devient centrale et « l’Aide à l’Algérie »  une action d’envergure (collecte de vêtements et de nourriture pour les réfugiés algériens en Tunisie, particulièrement les enfants orphelins). Mais la votation fédérale du 1 février 1959 relance la mobilisation pour les droits civiques des femmes : refusés ce jour-là au niveau fédéral, ils sont obtenus dans le canton de Vaud, puis quelques mois plus tard dans ceux de La Chaux-de-Fonds (septembre) et de Genève (mars 1960), ce qui conduit les sections romandes à un travail d’éducation à la vie politique. Les différences entre régions s’accentuent les années suivantes et, malgré les actions entreprises (aide au Vietnam, dénonciation des injustices faites aux femmes et aux enfants, revendication du droit de vote comme droit humain, …), la Fédération ne peut sortir de son isolement, peu en phase avec les jeunes militantes du nouveau féminisme et non acceptée comme membre de l’Alliance des sociétés féminines suisses. Evoqué ici et là, le calendrier de l’année militante – journée internationale de la femme (8 mars), journée de l’enfance, réception de délégations étrangères, congrès national ou international… – en fait clairement une organisation de la mouvance communiste, même s’il n’oublie pas la fête des mères.

5L’ouvrage de Pauline Milani propose une analyse fine et précise, mais le lecteur français aimerait quelques informations complémentaires, notamment sur le paysage politique suisse de la gauche. Si l’ensemble est plus sensible à l’organisation qu’à ses militantes, il est marqué d’empathie pour ces femmes – mères, ménagères et parfois aussi travailleuses – qui ajoutent le militantisme à un emploi du temps déjà très chargé, se forment en terrain non-mixte et y acquièrent une certaine indépendance. Souvent aveugles sur les réalités du système communiste mais toujours animées par le rêve d’un monde meilleur, comme l’écrit l’un des derniers Appels aux femmes : « Nous ne pouvons et ne voulons pas nous reposer tant qu’il y aura sur terre des hommes vivant dans la détresse ».

Haut de page

Notes

1  Voir notamment les travaux d’Evelyne Diebolt qui a, par ailleurs, créé un site sur « Femmes et associations ».

2  Sa présidente est jusqu’en 1967 Eugénie Cotton et sa première secrétaire générale Marie-Claude Vaillant-Couturier.

3  Sur l’UFF, voir les travaux publiés de Dominique Loiseau (Femmes et militantisme, Paris, L’Harmattan, 1996) et de Sylvie Chaperon (Les années Beauvoir, 1945-1970, Paris, Fayard, 2000), ainsi que la thèse inédite de Sandra Fayolle XXXX

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Françoise Thébaud, « Pauline Milani, Femmes dans la mouvance communiste suisse. La Fédération des femmes suisses pour la paix et le progrès : un militantisme entre conservatisme et émancipation, 1952-1969, », Genre & Histoire [En ligne], 4 | Printemps 2009, mis en ligne le 31 août 2009, consulté le 28 mars 2017. URL : http://genrehistoire.revues.org/718

Haut de page

Auteur

Françoise Thébaud

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Genre & histoire est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page