Navigation – Plan du site
Comptes-rendus

François Chaignaud, L’Affaire Berger-Levrault : le féminisme à l’épreuve (1897-1905),

Rennes, PUR, 2009, 267 p.
Sandrine Roll

Texte intégral

1Dans cet ouvrage issu de son mémoire de master, François Chaignaud se penche sur la grève qui éclate dans les ateliers de l’imprimerie Berger-Levrault le 5 novembre 1901. L’auteur s’attache à décrire avec précision les faits et à comprendre l’événement tel qu’il s’est formé à travers les discours et les actes des différents acteurs. C’est à cette seule condition qu’il est possible de dépasser une approche de l’affaire Berger-Levrault uniquement centrée sur l’antiféminisme du milieu syndical (chapitre I). Le projet est d’autant plus ambitieux que les sources sont souvent silencieuses sur les oppositions des mouvements syndicaux au féminisme et sur les confrontations des deux mouvements. La démonstration visant à rendre compte de la construction de l’affaire Berger-Levrault et à « montrer la façon dont ces opérateurs d’intelligibilité ont progressivement été convoqués par les différents acteurs » (p. 24) est construite à partir d’une réflexion sur des sources variées : les archives émanant du mouvement féministe, de l’entreprise Berger-Levrault, des instances syndicales, de la Bourse du travail, de fédérations des syndicats de la Seine et enfin la presse.

2La photographie qui figure sur la couverture donne un avant-goût des thématiques que le livre aborde : on distingue des typotes travaillant dans un atelier de composition en 1898, date à laquelle la Fédération française des travailleurs du livre (FFTL) s’oppose au travail des femmes dans la composition. Aussi lorsque la grève éclate dans l’imprimerie nancéenne, Marie Muller, la déléguée du Syndicat des femmes typographes (SFT), voit là l’occasion de permettre aux femmes de pénétrer dans l’industrie typographique. Elle accepte alors d’aider les patrons de la maison Berger-Levrault à trouver des remplaçant-e-s. Si pour le SFT, il s’agit d’un acte féministe, pour la Fédération du livre et la Bourse du travail, les typotes nouvellement arrivées sont des briseuses de grève et des « jaunes ». La sanction ne se fait pas attendre : le SFT est exclu de la Bourse du travail. Aussitôt Marie Muller et Marguerite Durand, surtout, se lancent dans une série de démarches juridiques pour que le SFT puisse réinvestir la Bourse du travail.

3L’ouvrage est divisé en quatre chapitres. Le premier d’entre eux centré sur la généalogie de la recherche et l’historiographie témoigne du souci de l’auteur de présenter un état des lieux historiographique et ses sources afin d’éclairer l’évolution du cheminement de ses questionnements. Le second chapitre est centré sur Marguerite Durand et La Fronde avant l’événement nancéen. Reprenant habilement les travaux antérieurs sur cette féministe et son journal1, François Chaignaud montre comment La Fronde « peut être considéré comme le premier acte de l’affaire Berger-Levrault » et insiste sur la figure emblématique de Marguerite Durand. Après avoir rappelé que le SFT est né au sein de La Fronde, l’auteur propose de s’interroger sur les liens entre Marguerite Durand, le syndicat et l’association coopérative des femmes typographes qui regroupe en coopérative les typographes travaillant à La Fronde pour contourner la loi de 1892 interdisant le travail de nuit aux femmes. Bien qu’il ne semble pas à l’auteur que la syndicalisation et l’association des travailleuses aient été motivées par des convictions féministes, l’engagement des ouvrières témoigne toutefois « d’une forme de féminisme par le fait » qui « constitue une résistance effective aux tentatives des hommes typographes d’empêcher les femmes de travailler dans les métiers de la typographie » (p. 93). Ce chapitre éclaire ainsi les différentes constructions identitaires et les engagements féminins.

4Le second chapitre offre un déplacement géographique et temporel et analyse la grève des ateliers Berger-Levrault. Après avoir rapidement rappelé l’histoire de l’imprimerie et expliqué les raisons de l’éclatement de la grève en 1901, l’auteur traite de l’arrivée des femmes à Nancy. Contrairement à Marie Muller et Marguerite Durand, leur engagement n’est pas motivé par un but féministe. L’arrivée de ces femmes suscite des réactions plus ou moins vives, notamment de la part de la FFTL qui justifie l’exclusion des femmes des ateliers par des arguments économiques, sanitaires, familiaux et qualitatifs. Pour les ouvriers et la Fédération du livre, les femmes sont des « sarrazines », c’est-à-dire des individues qui ne suivent pas le mouvement de grève (p. 150). Comme ailleurs, dès que les femmes transgressent les frontières de l’espace assigné au féminin, elles sont aussitôt associées à la figure de la prostituée dans les discours masculins. À Nancy, c’est plus une hostilité aux sarrazin-e-s que de l’antiféminisme qui se fait jour. Toutefois, lorsque la grève des typographes s’achève le 8 janvier 1902, les postes octroyés aux femmes sont maintenus.

5Le troisième chapitre se centre sur les suites de l’affaire Berger-Levrault qui se déroulent à Paris. Le SFT est exclu de la Bourse du travail et Marguerite Durand entre alors en scène pour combattre, avec Marie Muller, cette décision. François Chaignaud montre alors comment l’affaire s’est cristallisée autour de l’affrontement de « deux entités non-mixtes » aux buts opposés : le SFT et La Fronde et le FFTL (p. 183-184, 242). En se saisissant de l’affaire, Marguerite Durand lui donne un sens politique et féministe. Les deux femmes multiplient les interventions auprès des institutions publiques et déplacent l’enjeu du conflit sur le terrain de la question de l’autonomie du mouvement ouvrier. Si après trois ans de lutte le SFT est finalement réintégré à la Bourse du travail, le bilan n’est pas uniquement positif : le SFT voit ses membres diminuer et apparaît comme un syndicat « jaune », et la légitimité des travailleuses dans les ateliers n’est toujours pas acceptée ? (p. 236).

6Le contexte local ou parisien, la notoriété des personnalités engagées et le rôle des instances impliquées sont essentiels pour comprendre l’affaire. En s’attachant à montrer la complexité des engagements, des attitudes et l’antagonisme des acteurs impliqués dans l’affaire, l’auteur offre une lecture nuancée des relations entre le syndicalisme et le féminisme. Cet ouvrage, au-delà de sa belle écriture, offre une contribution très pertinente à l’histoire des féminismes, de leurs rapports avec le syndicalisme et éclaire un peu plus les débats liés au travail des femmes et à leur syndicalisation.

Haut de page

Notes

1  Laurence Klejman, Florence Rochefort, L’Egalité en marche. Le féminisme sous la troisième République, Paris, Presses de la FNSP/Des femmes, 1989, Jean Rabaut, Marguerite Durand (1864-1936) – « La Fronde », féminisme ou « Le Temps » en jupons, Paris, L’Harmattan, 1996 ; Mary Louise Roberts, Disruptive Acts : The New Women in Fin de Siècle France, University of California Press, 2002.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sandrine Roll, « François Chaignaud, L’Affaire Berger-Levrault : le féminisme à l’épreuve (1897-1905), », Genre & Histoire [En ligne], 4 | Printemps 2009, mis en ligne le 31 août 2009, consulté le 29 avril 2017. URL : http://genrehistoire.revues.org/714

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Genre & histoire est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page