Navigation – Plan du site
Comptes-rendus

Claude Zaidman, Genre et socialisation. Un parcours intellectuel

Paris, Cedref-Université Paris VII, 2007, 370 p.
Mireille Baurens

Texte intégral

1L’ouvrage intitulé Genre et socialisation, un parcours intellectuel vient rendre hommage à Claude Zaidman, précocement décédée en 2005. Publié à l’initiative de Dominique Fougeyrollas et Louise Bruit-Zaidman, il met en valeur une œuvre, celle d’une sociologue engagée, professeure à l’Université de Paris 7 – Denis Diderot. L’ouvrage est publié par le Cedref, « Centre d’enseignement, de documentation, de recherches pour les études féministes », groupe de recherche pluridisciplinaire, fondé en 1985 dont elle a assuré la responsabilité.

2L’ouvrage se compose de deux parties distinctes. La première rend présente Claude Zaidman à travers son mémoire d’habilitation et un recueil de textes de la chercheure qui met en relief les différentes étapes de son parcours. Il s’est agi pour elle de transmettre une « trajectoire de recherche », « resituée dans l’histoire d’un champ intellectuel », l’« ego-histoire » prenant sens dans le contexte de sa génération sociale et politique, entre Seconde Guerre mondiale et mai 68.

3Le travail de Claude Zaidman met en évidence l’occultation du féminin dans le discours dit universel et construit un champ scientifique autour de la notion de genre, ancrée dans l’évolution et les échanges entre les disciplines et une diversité de terrains, de thématiques. La socialisation différentielle de classe et de sexe la conduit à travailler l’axe « rapports sociaux de sexe et éducation » en étudiant en particulier les situations de mixité scolaire en école primaire. Cela implique le dépassement des paradoxes du mouvement des femmes et de la revendication de l’égalité : la définition des rapports sociaux de sexe ou genre d’un côté et celle d’une nature féminine de l’autre. L’objectif est bien la création d’une sociologie du genre.

4L’ouvrage commence par un récit-repérage, centré sur la production des intellectuel-le-s et le rapport savoir et pouvoir. Claude Zaidman apprend son métier de sociologue par l’engagement militant dans les années 60. Elle commence sa thèse en 1969 avec Alain Touraine et la soutient en 1978, sur le sujet du mouvement lycéen de mai 1968, dans le cadre d’un champ nouveau, celui de la sociologie de l’éducation, sous l’égide de Viviane Isambert Jamati. Vingt ans plus tard, les ouvrages sur les lycéens oubliés paraissent à nouveau. François Dubet, propose un dispositif, « l’intervention sociologique », qui permet de construire une typologie de l’expérience scolaire lycéenne. Si cette méthode permet de souligner la diversité en jeu, Claude Zaidman pense qu’elle ne convient pas pour l’analyse d’un « mouvement social » pour lequel elle retient la définition de Touraine : « action conflictuelle d’acteurs qui luttent pour le contrôle ou la mise en œuvre d’un modèle culturel ». Pour elle, l’analyse sociologique d’un mouvement social, la relation entre mouvement et crise, la relation entre la parole des acteurs et leur interprétation impliquent le respect de la dynamique du mouvement, sa périodisation, ses conditions d’émergence.

5Dans sa thèse, Claude Zaidman souligne que le problème des rapports sociaux de sexe n’est pas pris en compte : en effet, la réflexion sociologique sur la socialisation différentielle des sexes suit de plusieurs années la prise en compte militante. Le mouvement des femmes, le développement des études féministes, le nouveau paradigme des rapports sociaux de sexe ouvrent la réflexion sur les relations entre femmes et hommes : la construction du féminin et du masculin constitue un apport spécifique de la position des femmes chercheures, part intégrante d’un discours à valeur universelle.

6Une question émerge alors : la problématique du genre doit-elle être un axe de recherche autonome ou doit-elle s’inscrire dans les grandes orientations pré-existantes ? Par une sorte de re-construction de l’histoire du féminisme, Claude Zaidman tente de trouver des réponses (les femmes en 1968, la non-mixité du MLF, la division des femmes entre elles) et définit le féminisme comme « courant d’idées et luttes concernant le droit des femmes », « mouvement social et politique pour l’émancipation des femmes », « corpus de différentes théories ».

7En 1974, Claude Zaidman lance le GEF (le groupe d’études féministes de Paris 7) et les premiers enseignements « femmes et institutions » (à l’instar de l’Université du Québec à Montréal) ; en 1984, responsable du CEDREF et « maitre » de conférences en sociologie « Etudes féministes » à Paris 7, Claude Zaidman interroge la transition : comment permettre la nouvelle énonciation officielle de la parole des opprimé-e-s, la scientificité des études féministes à la suite de la critique radicale de la science instituée, la transmission de savoirs universitaires à la suite d’une analyse contestataire d’un mouvement social ? Pour elle, la légitimité dans cette nouvelle étape vient de son attachement au point de vue collectif, parfois contradictoire, à la diversité des femmes, aux interactions avec ses étudiantes.

8Cependant, elle constate vite la fracture, dès les années 75, entre féminisme identitaire et féminisme égalitaire et ses corollaires, courants idéologiques antagonistes, universalisme et particularisme. Faisant état des difficultés (par exemple, au sujet des postes d’enseignant-e-s chercheur-e-s crées sans soutien logistique), Claude Zaidman souligne aussi les étapes franchies et le contexte des premiers cours de sociologie qu’elle créé à Jussieu, sur « les femmes et les rapports de sexe » : il s’agit de parvenir à la dénonciation de nouvelles normes sociales : « la critique des Etudes féministes à l’Université permet un travail critique sur les définitions normatives du féminin et du masculin au nom de la neutralité de la science ». Les travaux de critique des théories sociales de Christine Delphy, Nicole Claude-Matthieu, Colette Guillaumin, Paola Tabet constituent les fondements de sa prise de position contre « le naturalisme de la définition sociale dominante du féminin », le rôle de « la structure hiérarchique de l’emploi » ; cela la conduit à « réfléchir sur l’évolution historique du statut des femmes en [s’]appuyant sur l’analyse des transformations du système scolaire » et lui permet son hypothèse : « une périodisation des rapports sociaux de sexe en termes de gestion sociale et politique de la différence des sexes ».

9Dans la graduelle élaboration d’une sociologie des rapports de sexes, Claude Zaidman souligne combien la « découverte de la variable sexe permet une remise en cause […] du paradigme de la reproduction par l’école ». Par l’usage du concept de socialisation, elle montre que la nouvelle perspective pour la sociologie est bien alors « non la construction des rôles de sexe mais la construction de la différence des sexes » ; au-delà des analyses centrées sur les modalités de construction et de reproduction du rapport de domination, il s’agit de s’intéresser à « la question des transformations du statut social des femmes et donc d’une analyse dynamique de la socialisation ». En inscrivant sa recherche en sociologie de l’éducation, Claude Zaidman développe l’axe « éducation et rapports sociaux de sexe », définit de nouveaux objets d’étude : les politiques scolaires, les pratiques d’orientation, les parcours scolaires, le vécu de la mixité au quotidien. Elle obtient aussi un financement pour une recherche sur les femmes en reprise d’études à l’Université, en continuité avec le mouvement féministe nord-américain des années 60. La formation continue permet une mobilité sociale féminine modifiant la position dans les rapports de classe et dans les rapports de sexe. La notion d’identité sexuée permet à la chercheure d’articuler le vécu personnel des agents sociaux et la construction sociale des catégories de sexe : comment les femmes, comment les hommes, participent de la construction sociale et ne sont pas passivement façonnés par l’éducation ? Emerge alors une paradoxale « politique égalitaire de la différence des sexes » : « la mixité - coexistence d’individus […] au sein d’un même espace social ou institutionnel - représente, par opposition à la séparation ou la ségrégation, une nouvelle figure des rapports de sexe » que Claude Zaidman étudie, « comme mode particulier de réalisation de relations entre les sexes en la situant dans le cadre d’« une réflexion sur les changements dans la gestion sociale des rapports de sexe ».

10Des travaux canadiens sur la co-éducation (en  particulier Claudine Baudoux) permettent à Claude Zaidman d’organiser un colloque déterminant en 1992 à l’Université de Paris 7, sur « mixité dans les organisations et les institutions » ; donnant lieu à un ouvrage centré sur l’éducation, le travail, le politique : où et quand la mixité existe-t-elle, comment fonctionne-t-elle, comment les rapports de sexe s’actualisent dans une situation sociale de mixité ? Se conjuguent alors les thèmes suivants : le leurre de la mixité, le seuil de mixité (mesuré de façon quantitative), ou encore la pseudo-mixité (superficialité de la co-présence des femmes et des hommes au travail ou critique du sexisme à l’école) ou enfin le système de relations induit par la situation. Ce qui importe, c’est la diversité d’analyses, la démarche collective, autour de la construction sociale du genre.

11La recherche de Claude Zaidman s’ouvre alors sur la mixité à l’école primaire. Un point d’ancrage, la problématique anglo-saxonne « doing gender » ; une source d’inspiration, l’ouvrage de Erving Goffman, The Arrangement Between Sexes (1975)et son concept de « réflexivité institutionnelle ». Ce qui intéresse la chercheure, c’est la micro-écologie sociale de Goffman, attaché au sens des petits détails de la vie quotidienne : « il donne droit de cité dans le champ universitaire à une sociologie des interactions qui permet d’explorer notamment le jeu entre le privé et le public, entre le personnel et le politique ». « La conviction du caractère naturel du féminin et du masculin, acquise par socialisation (…)se manifeste dans les situations de vis-à-vis, les interactions sociales dans lesquelles elle s’incarne, mais de plus elle subit un renforcement constant dans les institutions ». De cette prise en compte de la domination dans l’ensemble des gestes du quotidien, Claude Zaidman tire la possibilité d’une sociologie du genre, « c’est-à-dire la possibilité d’analyser les situations concrètes et complexes dans lesquelles sont engagés hommes et femmes dans une société donnée ».

12Son intérêt pour l’observation sociale conduit Claude Zaidman à une forme scolaire particulière : « la mixité scolaire est un fait social, elle s’inscrit dans un mode d’arrangement entre les sexes historiquement situé ». Dans un rappel historique précis, elle décrit combien, en tant que mesure d’organisation scolaire, la mixité engage une politique de gestion des rapports de sexe et une politique pédagogique » (Seconde Guerre mondiale : égalité des chances, système scolaire unifié et revendication démocratique d’un enseignement pour tous ; années 60 : mise en place de la mixité à l’école, par décrets successifs, fin de la séparation des sexes, logique de gestion des flux, absence de négociation de nouveau contrat de genre).

13En 1993, la chercheure obtient des financements pour une recherche empirique dans les écoles primaires de la Région parisienne. Il ne s’agit pas « d’une critique sexiste de l’école mais d’un questionnement sociologique sur les modalités de gestion de la différence des sexes dans une institution mixte ». Les enseignant-e-s sont convaincu-e-s de l’interchangeabilité des rôles filles/garçons mais observent toutefois que la cour et la cantine sont autant d’espaces de séparation et de formes de ségrégation spontanée. La mixité a donc une double fonction : elle est une situation socialement construite mettant en scène la coexistence obligée des sexes mais rappelant le caractère « naturel » de la différence.  De plus, si les différences sont gommées par idéologie de neutralité pédagogique, les enseignant-e-s utilisent les contrastes de comportement, les caractéristiques de genre, liées à la socialisation primaire, pour faciliter la gestion de la classe (les filles plus calmes, plus studieuses, sont des « auxiliaires pédagogiques » aidant, de fait, les garçons à être plus attentifs). C’est bien l’ambigüité du rôle de l’école qui est en jeu alors, entre reproduction des habitus de genre et promotion de l’égalité des sexes.

14Le fil directeur de l’analyse conduite par la chercheure est le rapport à la prise de parole, l’analyse chiffrée des interactions dans les classes, par séquences filmées : la focalisation de l’attention par les garçons et leur domination sur l’espace sonore, invisibles en observation directe, devient visible pour les enseignant-e-s eux-mêmes. Claude Zaidman met en relief le lien entre l’analyse d’une part de l’échec ou de la réussite scolaire, à savoir  la différenciation des parcours scolaires entre classes sociales, et l’analyse d’autre part des rapports sociaux de sexe. La mixité ouvre bien une véritable égalité des chances d’accès mais elle introduit aussi la concurrence directe entre garçons et filles (orientations sexuées aux dépens des filles), l’accroissement des distances sociales entre les femmes elles-mêmes (élite scolaire féminine s’alignant sur les comportements d’activité des hommes et ghettos d’emplois pour les femmes moins scolarisées). Au constat de « plus grande réussite scolaire » supposée des filles, la chercheure oppose une modulation nécessaire, au regard de l’impact de leur scolarité sur leurs devenirs professionnels.

15La dernière partie de l’ouvrage déroule le travail de Claude Zaidman sur les femmes en migration : elle interroge la sociologie de l’éducation sur les possibilités d’intrication entre la prise en compte des appartenances sociales et celle des processus multiples de différenciations. Par un repérage historique (politiques scolaires, travaux consacrés à la scolarisation des enfants de migrants, émergence du thème de l’interculturel), elle note que les mesures politiques et les débats ne prennent pas en compte la dimension sexuée bien qu’elle soit sous-jacente à toute réflexion sur les différences culturelles. Même si, dans le débat français, le statut des femmes dans un groupe social est devenu l’indicateur de ce groupe à la modernité, la sociologie de l’éducation voit émerger avec méfiance les dimensions de sexe et de nationalité (en 1980). Les années 90 consacrent la prise en compte de « minorités » dans les travaux qui portent sur la nationalité et d’autres sur la différence des sexes. Ce rapprochement est risqué : « les immigrés n’ont pas de sexe et les femmes forment un groupe socialement unifié». Paradoxalement, isoler contribue à l’étiquetage et la construction des différences ; mais le manque d’études spécifiques écrase les différences vécues, subies ou revendiquées. La chercheure note l’influence de la sociologie anglo-saxonne  et la multiplication de nouveaux  travaux (Marie Duru Bellat, Jean-Paul Payet, Agnès Van Zanten). A son sens, il s’agit de prendre en compte une double modalité de la construction sociale des différences entre individus, tant le genre que l’ethnicité, et de souligner leur mode d’articulation et de conjugaison, propre à chaque situation. A l’école par exemple, les principes égalitaires républicains peuvent masquer des pratiques discriminatoires en fonction du sexe ou de l’origine sociale. Fondamentalement, sexisme et racisme sont deux composantes d’un même processus de production des individus par le pouvoir.

16Claude Zaidman a proposé, par une démarche pluridisciplinaire, une approche sociale et historique de la différence des sexes. Au delà du mode de pensée dualiste sur la place des femmes dans la société (reproduction/changement social), elle a développé une problématique de la production sociale du féminin et du masculin comme système d’interrelations. Elle s’est attachée à la construction du genre par les acteurs sociaux. Ses travaux ont porté sur la socialisation et la transmission intergénérationnelle, l’analyse des pratiques sociales des acteurs au sein des institutions, avec une priorité graduelle aux rapports de sexe mais en les articulant avec les autres rapports sociaux. Claude Zaidman interroge plusieurs sociologies (celle de l’éducation, celle des mouvements sociaux, des transmissions intergénérationnelles, des relations interculturelle) du point de vue du genre. Il lui importait de se situer à l’interface entre les théories de la socialisation et la sociologie du genre. Il lui importait enfin de construire de nouveaux objets de recherche : la mixité comme pratique sociale de coexistence dans une même espace social d’individus membres de groupes socialement différenciés, l’élaboration d’un rapport différent selon les sexes à la violence, la gestion sociale et institutionnelle du conflit, un rapport différencié à la loi et au politique, l’interface sexisme et racisme, la sexuation des générations politiques, la place laissée/prise par les femmes dans les mouvements sociaux et politiques de notre époque.

17Cet ouvrage témoigne de la richesse et de la force du propos dont elle a fait preuve pendant toute sa vie ; ses écrits constituent aujourd’hui un incomparable vivier de propositions pour la recherche sur le genre en éducation.

18Une bibliographie variée ponctue son écrit d’habilitation et constitue un socle de référence sur ce thème. Constituant la deuxième partie de l’ouvrage, un « Choix de textes » illustre les temps forts de son travail : « Contestations et lycéens » ; « Les « acquis » des femmes en France dans une perspective Européenne » ; « Enseigner le féminisme ? Transmission instituée et rapports de générations » ; « Femmes dans la Révolution selon les manuels d’histoire » ; « Derrière Le suicide, le divorce : Durkheim et les rapports de sexe » ; « La notion de féminisation : de la description statistique à l’analyse des comportements » ; « Les politiques nationales concernant la formation des femmes : le cas de le France » ; « Madeleine Pelletier et l’éducation des filles » ; « Jeux de filles, jeux de garçons » ; « Crise d’identité et position sociale, les femmes en reprise d’études » ; « Ecole, mixité et politique de la différence des sexes » ; « Ecole et migrants, éléments d’analyse ».

19Une large bibliographie de l’œuvre de Claude Zaidman clôt l’ouvrage. Il importe de remercier Dominique Fougeyrollas-Schwebel et Louise Bruit-Zaidman pour leur remarquable mise en valeur du legs que Claude nous a confié, par lequel elle nous invite et nous aide à persévérer dans notre lutte pour l’égalité entre les sexes.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Mireille Baurens, « Claude Zaidman, Genre et socialisation. Un parcours intellectuel », Genre & Histoire [En ligne], 4 | Printemps 2009, mis en ligne le 01 septembre 2009, consulté le 23 juin 2017. URL : http://genrehistoire.revues.org/702

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Genre & histoire est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page