Navigation – Plan du site
Ego Histoire

Entre parcours intellectuel et essai d’ego-histoire. Le poids du genre

Françoise Thébaud

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

1L’étude des trajectoires individuelles est aujourd’hui un mode d’approche privilégié des réalités sociales du présent et du passé. Concernant les chercheurs et universitaires – ou plus généralement les intellectuels –, elle permet de saisir à la fois l’historicité des sociétés et d’un milieu particulier et l’historicité du regard scientifique. Elle m’apparaît à cet égard comme un bon outil de formation des jeunes générations à telle ou telle discipline.

2Peu à peu codifié dans son contenu, le diplôme d’habilitation à diriger des recherches, qui a remplacé en France la thèse d’État autrefois nécessaire pour prétendre à une chaire universitaire, a valorisé le regard réflexif sur des travaux antérieurs et autorisé l’expression d’un intime, qu’il n’est plus impératif de combattre pour atteindre l’objectivité scientifique1. Mais, signe des temps, le chercheur ou la chercheuse sont parfois sollicités dans un autre cadre pour rendre compte de leur propre parcours. Ainsi, la jeune revue Genre&Histoire vient d’ouvrir une rubrique « Itinéraires » où s’est déjà exprimée Geneviève Fraisse ; de même, l’Institut Émilie du Châtelet propose depuis deux ans un cycle de conférences où des chercheuses sont invitées à présenter « quarante ans de recherche sur les femmes, le sexe et le genre »2. Entre parcours intellectuel et récit de vie, ces textes ou exposés s’apparentent aux essais d’ego-histoire publiés en 1987 à l’initiative de Pierre Nora3. Certains historiens avaient alors critiqué l’entreprise qui inscrivait dans l’espace public des éléments de vie privée4 et qui relevait, à leurs yeux et pour reprendre l’expression utilisée ailleurs par Pierre Bourdieu, de « l’illusion biographique »5 : donner cohérence à un parcours qui n’en eut pas forcément. De mon côté, j’avais apprécié la démarche de « se faire historien de soi-même », démarche qui humanisait la génération des grands maîtres née dans les années 1920. Né en Lorraine, orphelin en bas âge, Pierre Chaunu ouvrait son récit par cette phrase émouvante : « je suis historien parce que je suis le fils de la morte et que le mystère du temps me hante depuis l’enfance ». Seule femme parmi les sept contributeurs6, Michelle Perrot intitulait son essai « L’air du temps », soulignant sa disponibilité aux mouvements sociaux et culturels côtoyés, dont le mouvement des femmes.

3Avec Yvonne Knibiehler qui a récemment publié ses mémoires de femme et d’universitaire7, Michelle Perrot appartient à la génération pionnière en histoire des femmes8, l’une issue de l’histoire sociale et ouvrière, l’autre de l’histoire politique et culturelle, l’une enseignant à l’Université Paris 7, l’autre à l’Université de Provence9. À la rentrée 1973, ces deux historiennes ouvrent ici et là les premiers enseignements – « les femmes ont-elles une histoire ? » est devenu un titre célèbre – et lancent les premières recherches avec des étudiantes inscrites en maîtrise, recherches inscrites à Paris 7 dans l’histoire ouvrière dominante à l’époque ou liées à l’actualité du mouvement des femmes (avortement, néo-malthusianisme, prostitution). Je suis à Paris de ces étudiantes-là, membre d’un petit groupe rassemblé autour de Michelle Perrot et qui comprend quelques jeunes hommes travaillant sur les grèves ou le syndicalisme.

4À mon tour de tenter ici de me faire l’historienne de moi-même et de mon parcours intellectuel, en usant de moins de retenue personnelle que dans mon mémoire d’habilitation où je souhaitais avant tout rendre compte d’une aventure collective10. Dans un premier temps, je dirai qui je suis ou plutôt d’où je viens, et pourquoi je me suis engagée à 21 ans dans des recherches sur les femmes que je n’allais plus quitter. Avec quelques autres, j’appartiens en effet à ce que j’appelle volontiers la deuxième génération d’historiennes des femmes, qui est aussi la première définie par ce seul champ de recherche ; or, malgré sa transversalité à l’ensemble de la discipline historique, celui-ci est souvent perçu en France par nos collègues au mieux comme restreint, au pire comme idéologique et non scientifique. Dans un deuxième temps, je présenterai le cheminement de mes recherches sur les femmes et le genre, avant d’évoquer ce qui peut être rassemblé sous le terme de « militantisme académique » : qu’ai-je entrepris pour rendre visible ce champ de recherche et pour contribuer à sa transmission à tous les degrés de l’enseignement et au grand public ?

Éléments d’auto-analyse

5Suis-je capable de mettre « au service du plus subjectif l’analyse la plus objective », comme le proposait Pierre Bourdieu11 ? Faut-il d’ailleurs « exclure la psychologie » dans la présentation de soi ? À ces deux questions, je ne saurais répondre de façon catégorique. Il me semble cependant que je puis me définir comme une fille du baby boom issue d’un milieu modeste et marqué par la guerre, devenue jeune femme au temps du MLF.

6Enfant du baby-boom, je suis née au début des années 1950 chez ma grand-mère maternelle dans un petit village du Nord de l’Aisne, « à domicile », comme la moitié des nouveau-nés de l’époque. Partiellement occupé par les Allemands pendant la Grande Guerre, le département a beaucoup souffert et l’histoire de mes grands-parents maternels ressemble à celle de beaucoup d’autres. Uni en 1913, le couple fut séparé pendant plus de quatre ans. Soumise au travail forcé et à la déportation loin de son village, ma grand-mère allait dire plus tard à l’apprentie historienne, alors que la mémoire nationale n’évoquait que les années noires de 1940-1944 : « pour nous, ce fut plus dur que la Deuxième Guerre » ; paysan sans terre faisant le moissonneur-batteur, mon grand-père, très marqué par les tranchées, fut sauvé de Verdun par un bienheureux choléra puis recruté comme mécanicien aux usines Citroën du quai de Javel, où il resta jusqu’en 1919. Mes classes de primaire allaient chaque année à la cérémonie du 11 novembre et nous étions en rangs devant le monument aux morts très imposant de la ville de Laon (préfecture de l’Aisne), face aux officiels et aux anciens combattants dont certains étaient mutilés. J’ai encore dans les yeux l’image de ces vestons décorés et de ces corps abîmés.

7Du côté de mon père, la famille, bretonne et très catholique, fut aussi profondément marquée par la guerre, la deuxième en l’occurrence. Enfant, j’allais en vacances en Bretagne au bord de la mer, dans la maison de ma grand-mère paternelle qui n’allait pas vivre très longtemps. Les années noires lui avaient enlevé son unique frère et son mari, le premier mitraillé par les Allemands alors que pharmacien à Saint-Brieuc il allait ramasser des blessés après une manifestation antiallemande, le second arrêté fin juin 1944 comme membre de l’Organisation civile et militaire, torturé et fusillé12. Ce jour-là, la Gestapo venait aussi arrêter mon père, âgé d’à peine 22 ans, réfractaire au STO et soupçonné de résistance ; il put s’échapper par une échelle installée dans le jardin à cet effet, se cacher dans la campagne bretonne puis s’engager dans l’armée française pour libérer son pays. Ma mère qu’il épousa en 1947 était sa marraine de guerre. Chaque été de mon enfance, je participais, début août, à une cérémonie devant le monument aux fusillés et déportés de St-Pol-de-Léon13.

8Un autre drame dû indirectement à la guerre est resté longtemps un secret de famille. J’ai appris tardivement, sans en mesurer pendant longtemps les effets sur mon mode d’être et d’agir, que je n’étais pas le deuxième enfant d’une classique famille de trois (un frère aîné, une sœur cadette) mais la troisième née, une première fille étant morte de pneumonie à l’âge de quelques mois en 1948, faute d’un traitement antibiotique suffisant. Mes parents étaient alors en Allemagne, mon père sans travail après avoir démissionné de l’armée et titulaire d’une capacité en droit passée pendant la guerre ayant été recruté comme greffier au tribunal général du gouvernement militaire de la zone française d'occupation (tribunal de Rastatt).

9Le deuxième élément qui me définit est, me semble-t-il, l’appartenance à un milieu modeste qui investissait cependant dans l’école à l’heure de la démocratisation de l’enseignement secondaire. Bonne élève, ma mère voulait devenir institutrice mais n’a pas obtenu la bourse pour poursuivre dans cette voie ; titulaire du brevet élémentaire, elle a travaillé dans l’administration des impôts jusqu’à son mariage, où, comme beaucoup de femmes de sa génération la moins active professionnellement du XXe siècle, elle est devenue femme au foyer, veillant attentivement sur la scolarité de ses enfants. Mon père se sentait sans doute un peu déclassé par rapport à sa famille qui avait connu dans la génération précédente (père et oncles nombreux) une ascension sociale par l’école et les concours, St-Pol-de-Léon disposant de l’institution religieuse réputée du Kreisker. De retour d’Allemagne, il débuta au bas de l’échelle de la Fonction publique à la direction départementale de l’Aisne du ministère de la Reconstruction, passant peu à peu des concours internes pour obtenir un salaire décent. À l’échelle familiale, la fin des années 1950 et les premières années 1960 sont marquées par une entrée très lente dans la société de consommation : j’ai souvenir d’avoir glané des pommes de terre ou reporté des adresses sur des enveloppes, moyennant une maigre rémunération ; le convoité tourne-disque, dont le prix est resté gravé dans ma mémoire, fut acheté en 1962, avec la solde d’agent recenseur de mon père qui faisait sa tournée le soir après le travail ; la télévision que nous allions voir chez des voisins retraités n’est arrivée que début 1968…

10Mon père partageait peu les tâches ménagères mais entretenait un potager. Il lisait aussi beaucoup, empruntant à la bibliothèque municipale de nombreux livres consacrés essentiellement à l’histoire ou aux voyages. Les grandes écoles avaient beaucoup de prestige à ses yeux : rêvant pour son fils de Navale (qu’il aurait aimé intégrer pour une vie de marin) ou de Polytechnique, il était moins pressant pour ses filles mais valorisait les succès scolaires. J’étais ce qu’on appelle une excellente élève, très réservée mais curieuse de toutes les disciplines et assez révoltée contre le carcan imposé aux jeunes filles de l’époque14. Pour faire comprendre aux étudiants d’aujourd’hui les rigidités socioculturelles de la France des années 1960, je décris volontiers le fonctionnement d’un lycée de jeunes filles. Non mixte, le mien était dirigé par une demoiselle surnommée Zoé qui y faisait régner la terreur15, arpentant les couloirs vêtue d’une cape noire, exigeant un silence absolu, tirant des rangs la fautive bien identifiée par son nom brodé sur la blouse bleue. Tout était à l’avenant et moi, qui n’étais que demi-pensionnaire, je plaignais les internes. Sur tout cela, le joli mois de mai, que j’ai beaucoup aimé à l’échelle de ma petite ville, a fait souffler un vent de liberté. Le lycée n’est devenu mixte que plusieurs années plus tard16 mais en septembre 1968, je suis allée avec cinq autres filles « chez les garçons », l’établissement de filles que nous devions réintégrer pour le déjeuner n’ayant pas de terminale C. J’ai tenu tête à un garçon habitué des premières places et qui a mal vécu cette émulation.

11Devenir universitaire ne faisait pas partie de mon horizon mental, même si une bonne amie évoquait pour moi, intéressée par les découvertes sur l’ADN ou le cerveau, Marie Curie ! Après avoir rêvé plus jeune de devenir institutrice, je voyais dans le métier d’enseignant du secondaire la prolongation de mes chères études et acquiesçais, me semble-t-il, aux remarques du style « c’est bien pour une femme ». Aux bonnes élèves de province peu au courant du paysage universitaire, les enseignants proposaient d’ailleurs de s’inscrire en classes préparatoires dont le recrutement était à l’époque plus démocratique qu’aujourd’hui. J’avais évoqué aussi avec mes parents des études de psychologie ou de sociologie qui me semblaient répondre à ce qui bougeait autour de moi, mais ils y furent opposés. Ne sachant pas bien quelle matière privilégier, je m’inscrivis en lettres supérieures et en mathématiques supérieures, admise dans les plus grands lycées parisiens dont je ne connaissais pas alors la réputation. Je n’y suis d’ailleurs pas allée, privilégiant à cause d’une grève de métro un établissement accessible à pied du Foyer des lycéennes qui accueillait les jeunes provinciales inscrites en classes préparatoires aux grandes écoles. Vécu comme un immense privilège qui appelle des devoirs, le statut de fonctionnaire stagiaire à l’ENS de Fontenay-aux-Roses, établissement que j’intégrai en 1971 et qui abandonna vite ses dernières règles désuètes de couvent de jeunes filles, m’ouvrit la perspective de quatre années d’études rémunérées en histoire, discipline finalement choisie.

12Ces années furent heureuses et formatrices. C’était « le temps de la contestation », comme l’a titré un collectif d’historiens forgeant l’expression « d’années 68 »17. C’étaient aussi « les années-mouvement » du nouveau féminisme18. Contrairement à la tradition d’inscription en licence à la Sorbonne, je demandai à l’ENS l’autorisation de m’inscrire à l’université Paris 7, dont je savais qu’elle était une création post-soixante-huitarde et un établissement scientifique et littéraire. Je me syndiquai aussi à la CFDT (par tradition familiale peut-être, mais surtout parce que c’était une confédération ouvrière ouverte à l’air du temps) et arrivai dans une union locale très engagée dans la lutte pour la libéralisation et la gratuité de la contraception et de l’avortement. À Paris 7, je pus suivre quelques cours de sciences19. Je découvris surtout des enseignements novateurs sur l’histoire des ouvriers, de la Chine ou de la discipline historique20, un forum politique permanent que je quittais parfois à cause de la fumée de cigarettes, et un forum féministe qui refaisait le monde. Avec d’autres, j’ai manifesté, discuté, distribué des tracts et même organisé des « vacances populaires »21, inaugurant aussi de longs voyages d’été, notamment dans les pays qui se disaient alors socialistes. Persuadée sans doute que l’agrégation (ou le CAPES) pouvait s’obtenir en un an, je sollicitai et obtins l’autorisation22 de préparer une deuxième licence axée sur des UV libres de sociologie et d’autres disciplines. Je suis donc étudiante en maîtrise d’histoire à la rentrée 1973 où je rencontre Michelle Perrot avec deux demandes : travailler à plusieurs sur un sujet à la croisée de l’histoire ouvrière et de l’histoire des femmes.

13Ce premier contact avec la recherche fut passionnant et j’aimerais rappeler le plaisir de la découverte, celui de faire du neuf et de donner un passé aux femmes : dans une discipline qui s’écrivait au masculin et était aveugle à la différence des sexes, nous mettions au jour de nouveaux objets et de nouveaux sujets d’histoire, et démentions l’affirmation de l’absence d’archives23. Enquêter sur les munitionnettes de la Grande Guerre invitait à répondre à de classiques questions d’histoire sociale : origines de cette main d’œuvre et mode de recrutement, types de travaux effectués et conditions de travail et de vie, sociabilités et degrés d’engagement dans les organisations ouvrières et les grèves. Mais nous fûmes aussi confrontées à l’ampleur des discours tenus sur les femmes. La teneur du débat sur la conciliation ou l’incompatibilité maternité/travail et l’insistance sur le retour des mères au foyer nous firent comprendre l’importance de la question démographique en France. Sans pouvoir à l’époque formuler le poids culturel du virilisme ouvrier et de la figure de l’homme nourricier de la famille24, nous fumes interpellées par la méfiance du mouvement ouvrier envers le travail des femmes, méfiance explicitée au même moment dans la thèse pionnière de Marie-Hélène Zylberberg-Hocquard dirigée par la sociologue Madeleine Guilbert25. Je commençais à devenir modestement une chercheuse en histoire des femmes, qui avait l’obligation de passer l’année suivante les concours de recrutement des enseignants du secondaire.

Un parcours d’enseignement et de recherche

14Quelques mots d’abord de mes activités d’enseignante. Après l’agrégation et le CAPES obtenus en 197526, je n’ai pas sollicité l’année supplémentaire à l’ENS qu’aurait autorisée mon rang au concours, redevable à mes yeux d’un temps d’enseignement secondaire27, ignorante d’autres possibilités de carrière et souhaitant enseigner, par esprit militant, au plus grand nombre. Pour les mêmes raisons qui paraîtront sans doute absurdes aujourd’hui, je n’ai pas postulé à la bourse du CNRS qui m’avait été présentée deux ans plus tard. J’ai ainsi passé 9 ans en collège (dans le Nord de la France où débutait alors toute nouvelle recrue), lycée technique et lycée expérimental28 (en région parisienne et à Grenoble), expérience très utile qui fait connaître la diversité sociale et géographique et qui rend sans doute plus sensible aux difficultés des étudiants. Confrontée à des classes difficiles de l’époque (dites « de transition »), j’ai gardé jusqu’à aujourd’hui la bande dessinée que m’a offerte en fin d’année un garçon jugé « insupportable » et dont il aurait fallu valoriser la compétence graphique ; ainsi que le sentiment que les enseignants, qui sont d’abord d’anciens bons élèves, ne sont pas toujours les meilleurs éducateurs et tendent à tirer le système scolaire français vers un élitisme et une sélection durs aux plus faibles (scolairement et socialement).

15L’expérience de l’enseignement secondaire m’a aussi très vite déçue, car en dehors des établissements expérimentaux, l’administration, une partie des collègues, les élèves n’étaient pas très réceptifs aux utopies (ou naïvetés) éducatives que j’avais dans la tête. J’ai tenté, sans connaitre les règles du jeu et la hiérarchie des établissements, quelques postes en lycées français à l’étranger, évoqué le métier de conseiller culturel en ambassade dont on disait alors qu’il était quasi réservé aux hommes, réussi le pré-concours de l’ENA ouvert aux fonctionnaires, pour conclure que mon souhait était d’entrer à l’université29. Faute d’un recrutement planifié, les opportunités d’emploi et de carrière y sont très différentes selon les générations, et même entre des individus qui n’ont que quelques années de différence d’âge. De la moitié des années 1970 à la fin des années 1980, ce n’était pas le bon  moment après les nombreux recrutements qui avaient suivi les réformes post-soixante-huitardes. À plusieurs, nous avions en vain proposé au SGEN-CFDT de réfléchir à … et d’agir pour la création d’un statut d’enseignant du secondaire-chercheur30, idée qui mériterait d’être reprise aujourd’hui face aux aléas et injustices du recrutement qui laissent de côté des talents, et moyen de maintenir des liens forts entre secondaire et supérieur. Cependant, titulaire d’une thèse de troisième cycle en janvier 1982, j’ai obtenu au début de l’année 1985 un poste temporaire de détaché du second degré faisant fonction d’assistant à l’Université Lyon 2, qui m’a recrutée comme maître de conférences en 198931, le terme n’ayant pas de féminin à l’époque malgré la réflexion sur la féminisation des titres et noms de métier engagée par le Ministère des Droits de la femme d’Yvette Roudy (1981-1986) et les premières circulaires sur le sujet.

16Comme tous les collègues lyonnais, j’ai assumé pendant treize ans des enseignements très divers, mais ai rencontré beaucoup de résistances à l’affichage explicite d’un cours d’histoire sur les femmes, les historiens préférant me voir officier dans la sous-dominante interdisciplinaire « Études sur les femmes » mise en place par des collègues psychologues et sociologues du CLEF32. De même, jusqu’aux premières années 1990 – la parution de la série Histoire des femmes en Occident a sans doute changé la donne –, des étudiants pouvaient manifester leur opposition ou du moins leur étonnement à l’introduction de séances ou de remarques sur l’histoire des femmes. Ce n’est plus du tout le cas aujourd’hui, où jeunes filles mais aussi jeunes gens sont très nombreux dans les enseignements qui offrent cette perspective et disent leur intérêt pour ce thème d’étude et les approches de genre. Par contre, si le milieu universitaire s’est fortement féminisé en quelques décennies, notamment au grade de maître de conférences et dans les disciplines littéraires, et commence à prendre en compte le sexe du chercheur (remplacement des congés de maternité notamment33), la méfiance des historiens reste forte envers le développement de l’offre d’enseignement en histoire des femmes et du genre et envers le recrutement de profils spécialisés dans ce domaine. J’ai toujours eu de l’estime pour les recherches de mes collègues et apprécié les relations amicales, mais, comme d’autres, j’ai été confrontée, à plusieurs reprises et en diverses circonstances, à un sexisme ordinaire ou à une étroitesse d’esprit34 que je n’attendais pas dans un milieu intellectuel et qui paraîtraient étonnants au grand public : à l’heure des valeurs égalitaires de nos sociétés démocratiques, en faire collectivement état les rendrait sans doute plus difficiles à mettre en œuvre. J’ai finalement quitté l’Université Lyon 235 pour devenir professeure à Avignon où j’ai enseigné avec plaisir dix ans et dirigé de très nombreuses maîtrises et plusieurs thèses, là ou dans d’autres établissements. Consciente de l’ironie plus que du privilège de la situation, je viens de prendre une retraite (un peu) anticipée des « mères de familles nombreuses de la Fonction publique », lasse de prendre trop régulièrement le train pour aller travailler36 et du peu d’espace académique pour développer et enseigner mon champ de recherche. Comme celle des enseignants du secondaire, la condition universitaire (ampleur des tâches à fournir et temps disponible pour la recherche) est très différente d’un établissement à l’autre et cette inégalité des conditions devrait, me semble-t-il, être dite et posée comme un problème à résoudre ; de même que les rigidités du système de recrutement qui tendent à imposer un profil unique d’universitaire et à interdire toute mobilité.

17Si je pense avoir fait réfléchir de nombreux étudiant-e-s, avoir appris d’eux et avoir noué des contacts chaleureux et parfois durables, j’ai l’impression aussi, a posteriori, d’avoir très mal joué dans l’institution universitaire. D’une part, j’ai beaucoup de difficultés à affirmer ma légitimité au détriment de celle des autres et suis plus, au quotidien, une femme de lien que d’affrontement. D’autre part, je ne connaissais pas les règles sociales du milieu universitaire ou les découvrais avec effarement, répugnant notamment aux liens d’allégeance et aux flatteries – à mes yeux résidus féodaux dans la République des Lettres – qui organisent trop souvent les rapports hiérarchiques entre collègues. Enfin, mes logiques d’action étaient moins liées à la défense de l’établissement qui m’employait – une logique d’institution attendue des candidats recrutés – qu’au respect de la demande étudiante et à la promotion d’un champ de recherche qui souffrait en France d’un déficit de reconnaissance intellectuelle et institutionnelle.

18Transversale aux autres spécialités de la discipline historique, l’histoire des femmes et du genre a en effet toujours été mon champ de recherche, même s’il est constamment irrigué des interrogations historiographiques venues d’ailleurs. Éclectique – je n’ai pas toujours creusé le même sillon, attitude qui tend d’ailleurs à se développer –, ma production concerne avant tout le XXe siècle et les pays occidentaux, particulièrement la France.  Je présenterai d’abord les deux thèmes que j’ai privilégiés au début – la guerre et la maternité –, avant d’évoquer les féminismes et l’historiographie, ou plutôt l’histoire du savoir « histoire des femmes et du genre ».

19Donner la vie. Histoire de la maternité en France entre les deux-guerres est le titre d’une thèse de troisième cycle soutenue en janvier 198237. Le thème est caractéristique de ce que j’ai appelé ensuite « l’histoire au féminin », premier projet d’histoire des femmes qui fut une entreprise de remémoration et de mise en visibilité des expériences (de toutes les expériences) des femmes du passé, une herstory comme le disent joliment les  anglophones38, une formidable phase d’accumulation de travaux qui fit surgir de nouveaux sujets et de nouveaux objets d’histoire : le privé, le quotidien, mais aussi les féminismes ou la place des femmes dans l’espace public. De mon côté, le sujet choisi, qui observait délibérément la génération de mes grand-mères39, était en prise avec une double actualité de la fin des années 1970 : le combat des femmes pour l’adoption définitive de la loi Veil, la contestation des pratiques et du pouvoir médical. Dans la première partie de ce travail (« la maternité refusée »), j’ai montré une France malthusienne, où s’opposaient un mouvement néo-malthusien très minoritaire et partisan de « la libre maternité », et un mouvement nataliste de plus en plus écouté des Pouvoirs publics et de la majorité des féministes. J’ai aussi décrit l’émergence d’une politique familiale et nataliste faite de répression (la fameuse loi de juillet 1920…) et d’incitation honorifique et financière. Très neufs à l’époque, ces thèmes ont ensuite été repris par d’autres pour analyser les positions féministes, souligner l’enracinement du pronatalisme dans la peur du déclin consécutive à la défaite de 1870, ou présenter les politiques publiques de l’après-deuxième guerre40.

20Le deuxième axe de cette recherche (« la maternité médicalisée ») envisageait le processus de médicalisation de la grossesse et de l’accouchement – moyen de « sauver la graine » et de lutter contre « le massacre des innocents » –, ses conséquences sur le métier de sage-femme et ses limites à l’échelle du pays. Opposant un modèle parisien et un modèle rural, il mettait au jour, pour les grandes villes, ce qu’Yvonne Knibiehler allait appeler pour l’après 1945 « le grand déménagement » des parturientes41. Quant à la quête du « vécu » de la maternité, exigence des travaux d’histoire au féminin avant une approche plus critique de « l’expérience »42, elle m’a conduite à la recherche de sources écrites par des femmes et à la pratique de l’histoire orale43. J’ai depuis lors suivi avec intérêt la constitution par Philippe Lejeune de l’Association pour l’autobiographie et du fonds déposé à la médiathèque d’Ambérieu-en-Bugey, fonds qui constitue la source principale d’une thèse sur l’histoire de l’intime que j’ai eu le plaisir d’encadrer44.

21Lié à mon histoire familiale, le thème de la guerre m’a rattrapée par une commande émanant d’une collection caractéristique de l’histoire au féminin « La femme au temps de », collection dirigée chez Stock par Laurence Pernoud. Malgré l’usage déjà critiqué du singulier – « la » femme n’existe pas sauf dans l’imaginaire des hommes et des femmes, et les femmes ne constituent pas un groupe homogène –, l’intérêt de la collection était d’envisager un événement (une guerre, une révolution, la colonisation, …) ou une période du point de vue des femmes, alors que le récit historique portait des appréciations et établissait une chronologie à partir d’un point de vue masculin ou asexué (la Renaissance45, les Trente Glorieuses). Pour écrire La femme au temps de la guerre de 1446, je suis retournée aux Archives nationales et à la Bibliothèque nationale, en vue d’appréhender dans leur diversité les expériences de guerre des femmes – formes variées de mobilisation et d’engagement, conditions de vie dans un pays en guerre et dans les zones occupées47 – et d’en comprendre les effets sur les rapports de sexe. La guerre a-t-elle contribué à l’émancipation des Françaises, comme on le disait en invoquant la figure de la Garçonne des années 1920 ? Avec nuances, je répondais plutôt négativement, en observant les crispations des mondes du travail et de la politique, en soulignant le caractère temporaire et réversible des changements à l’exception d’une certaine liberté de mouvements manifeste dans la mode, les loisirs ou la pratique des sports. Je soulignais aussi les différences entre femmes, les principales bénéficiaires étant sans doute les jeunes filles des milieux moyens et aisés qui purent dès lors accéder au baccalauréat, à l’Université, aux métiers du social et à certaines professions de prestige48.

22Guerre émancipatrice ou guerre conservatrice ? La question n’est pas tranchée chez les historiens, où le dernier ouvrage synthétique qui met en avant des éléments d’émancipation nuançe très fortement sa thèse au fil des pages49. Développée depuis près de deux décennies, l’approche de genre permet de sortir de l’alternative et de répondre à la question avec plus de complexité. J’ai commencé à en user dans ma contribution au volume 5 de l’Histoire des femmes en Occident qui proposait aussi une perspective comparatiste entre les grands États belligérants50. Défini parfois comme le sexe social ou comme la différence des sexes construite par la société et la culture – on ne naît pas femme ou homme, on le devient –, le genre renvoie en effet à la construction, culturelle et sociale, du masculin, du féminin et des places respectives des hommes et des femmes. L’approche de genre invite à toujours comparer hommes et femmes, à tenter de comprendre la construction des identités masculines et féminines, à observer le fonctionnement du principe de partition hiérarchique entre masculin et féminin. Promu par des historiennes américaines dès les années 1980, le concept de gender system – ensemble de rôles sociaux sexués et système de représentations définissant le masculin et le féminin – me semble toujours très utile. Appliqué à l’analyse de la Grande Guerre, il fait surgir des chronologies décalées. À la déclaration de guerre, sûrs d’une victoire rapide, les hommes, citoyens-soldats mobilisés, partent à l’assaut de l’ennemi pour défendre la patrie et les femmes. Celles-ci attendent esseulées, invitées à servir dans des tâches toute féminines (consoler, soigner, tricoter à l’ouvroir de guerre). Lorsque la guerre s’enlise, elles sont appelées à devenir remplaçantes ou munitionnettes pour faire marcher le pays et la machine de guerre ; la plupart sont surmenées mais certaines découvrent une nouvelle vie plus indépendante. Les réactions des contemporains témoignent de perceptions contradictoires et d’un véritable combat sur le langage : tandis que les féministes parlent de « deuxième front » ou de « combattantes de l’arrière » pour valoriser l’expédience et en faire un tremplin vers l’égalité professionnelle, des hommes craignent « la masculinisation » des femmes ou font des commentaires qui les persuadent que le monde ne change pas : faire de la métallurgie comme du tricot, enfiler des obus comme des perles, etc. Pendant ce temps, les soldats connaissent la boue des tranchées et les assauts meurtriers, victimes parfois d’une maladie proche de l’hystérie féminine qu’on appela « le choc des obus ». Leurs lettres, les journaux des tranchées disent leur désarroi, leur peur d’être supplantés au travail et au foyer, leur volonté aussi d’exercer un magistère moral sur l’arrière51. Enfin, faire la paix dans une société marquée par le deuil et le culte des morts, c’est aussi tenter un impossible retour à la normale dans le système de genre52

23Dans d’autres contributions, j’ai tenté aussi de comparer les deux guerres sous l’angle des femmes et du genre, la deuxième m’apparaissant, à certains égards et malgré l’octroi du droit de vote aux femmes, plus conservatrice : poids du régime de Vichy et de sa construction d’un éternel féminin53, traumatisme des hommes vaincus et faits prisonniers, poussée de virilisme à la Libération54. Lorsque je me demande pourquoi je ne suis pas devenue chercheuse sur cette période, les réponses qui surgissent aujourd’hui sont les suivantes : dans les années 1970 – l’ouvrage de Robert Paxton fut publié en France en 1973 –, les recherches sur les années noires étaient encore balbutiantes en France en dehors des études sur la Résistance ; cette dernière était depuis mon enfance entourée d’un halo de sacralité qui pouvait gêner une approche scientifique ; enfin, j’ai peut-être « choisi », en même temps que l’histoire des femmes, la branche maternelle de la famille. Cependant, au milieu des années 1990, j’ai accepté avec enthousiasme de préparer une synthèse d’histoire comparée sur « femmes et Deuxième Guerre » pour un dictionnaire critique sur la période 1938-1948. Bonne connaisseuse des problématiques de l’histoire des femmes que je confrontais à celles des historiens de la guerre, lectrice de nombreux ouvrages en diverses langues, je pensais avoir rendu un texte intéressant et conforme à la commande. Ce fut pourtant le seul article de ma carrière qui ait été refusé55, de surcroît sans explication et sans proposition d’un échange constructif pour aboutir à un accord, échange qui est à mes yeux d’actuelle directrice de revue la seule attitude de respect mutuel. A posteriori, je regrette de ne pas avoir protesté plus fermement et pense que n’a pas été comprise alors – ou considérée comme trop provocante – l’affirmation du caractère heuristique de la question « Les femmes ont-elles eu une Libération ? », le terme signifiant, au-delà de la libération du territoire et de la chute d’un régime d’oppression, une période de mutations politiques, sociales et économiques. Inspirée par son équivalent sur la Renaissance (voir supra), validée par des travaux contemporains ou postérieurs sur les violences sexuées, la difficile entrée des femmes en politique ou la répression de l’avortement56, cette affirmation renvoyait aussi à la quête d’une chronologie du XXe siècle qui prenne en compte le système de genre dans l’affirmation d’inflexions ou de césures. Malgré la publication du Deuxième sexe en 1949 – ouvrage d’ailleurs fort malmené par la critique catholique et communiste57 – ou la création du Planning familial, le système de genre ne bouge que très lentement jusqu’au milieu des années 1960, la décennie précédente constituant sans doute l’apogée du modèle féminin de mère-ménagère avec lequel ont voulu rompre les baby-boomeuses féministes.

24Présenté plus succinctement ici, le troisième thème abordé dans mes recherches est celui des féminismes. Toute chercheuse en histoire des femmes rencontre en effet les mouvements de femmes, 1970 n’étant aucunement « l’année zéro » revendiquée alors par méconnaissance du passé58. J’ai ainsi observé les réactions différentes des mouvements et des militantes face à la guerre où une petite minorité pacifiste s’oppose à une majorité favorable à l’Union sacrée, majorité qui suspend toute revendication pour faire ses preuves et rompt avec l’internationalisme d’avant 1914 : « tant que durera la guerre, les femmes de l’ennemi seront aussi l’ennemi » écrit Jane Misme dans La Française de novembre 1914. J’ai aussi abordé le militantisme féminin en faveur de la protection de la maternité59 et opposé une Madeleine Pelletier dénonçant l’esclavage maternel à une Madeleine Vernet invoquant les jouissances de l’allaitement. J’ai enfin, avant de codiriger la synthèse Le siècle des féminismes, effectué un passionnant travail d’histoire du temps présent sur l’action du ministère des Droits de la femme (1981-1986), les archives de François Mitterrand ayant été ouvertes à l’occasion d’un colloque tenu en 199960. La question des formes de l’engagement est encore au cœur de mon travail actuel autour de la figure de Marguerite Thibert (1886-1982), intellectuelle, « grande dame » du Bureau international du travail, militante pacifiste, socialiste et féministe.

25Dans l’univers académique où les carrières ne dépendent que de l’avis des pairs61, le dernier axe de mes travaux a pu permettre de me qualifier péjorativement d’historiographe, terme utilement opposé à l’occasion à celui d’historienne. Pourtant, il me semble avoir fait là un difficile travail d’historienne et avoir éprouvé une grande satisfaction intellectuelle à préparer Écrire l’histoire des femmes puis Écrire l’histoire des femmes et du genre, version complétée où j’explicite notamment les différents usages possibles du concept de genre. À l’origine forme de réponse aux critères d’une habilitation à diriger des recherches62, l’ouvrage a pris de plus amples dimensions et a été généreusement préfacé par Alain Corbin63. Animée d’un désir de transmission et de légitimation, j’ai tenté de rendre compte de l’aventure intellectuelle de l’histoire des femmes et du genre en France : pourquoi ? Comment ? Qui ? Quels débats et méthodes ? Quelles productions ? J’ai tenté aussi de l’inscrire dans une perspective comparée, notamment de comprendre et faire comprendre les débats américains des années 1990, débats très clivés mais fort instructifs sur les modes d’écriture de l’histoire. Le récit produit, qui ne doit pas devenir canonique, est un élément d’une histoire du savoir « histoire des femmes et du genre », qui sera peut-être un jour l’objet d’une thèse d’histoire culturelle proposant une succession de configurations de production et de réception. J’ai amorcé quelques recherches sur les groupes de recherche et les revues, lieux de production et de diffusion de ce savoir, mais on sait encore peu de choses sur les carrières des historiennes (et historiens) qui se sont engagés dans cette voie, ainsi que sur les modalités de réception ou d’institutionnalisation. Celle-ci restant limitée en France, j’ai emprunté des voies parallèles de visibilité et de transmission.

Un militantisme académique

26Des trois expériences présentées ici, la première – participer à l’équipe rédactionnelle de l’Histoire des femmes en Occident publiée en 1991-1992 – n’est pas à proprement parler une voie parallèle, même si les Éditions du Seuil familières des grandes collections à la française ont dédaigné la proposition de Laterza, maison italienne initiatrice du projet confié à Georges Duby64 qui s’adressa alors à Michelle Perrot. Jeune historienne au statut encore précaire, ancienne étudiante de Michelle Perrot ayant travaillé sur le XXe siècle et publié deux ouvrages l’année précédente65, j’ai eu la chance d’être sollicitée en 1987 pour diriger le cinquième volume de la série, dont à l’époque, me semble-t-il, on attendait moins, dans les collections identiques, que des volumes précédents. Alors mère de trois jeunes enfants nés en 1984 et 1986, j’hésitai, un peu effrayée par la charge de travail et les exigences nouvelles pour moi de comparatisme, de synthèse et de tâches éditoriales. Je ne formulais pas aussi clairement que Florence Montreynaud66 l’ambition de faire à la fois des enfants et des livres mais le programme devait me convenir puisque j’ai accepté la responsabilité qui m’était proposée, secondée par un compagnon « nouveau père » et par une autre femme qui est devenue une amie. Ce ne fut pas toujours facile de tout concilier, et la famille me rappelle encore parfois ce qui était devenu le signe de tensions : le coup de fil de l’éditrice, au milieu du dîner, à une heure vite qualifiée « d’heure de l’histoire des femmes ». À cet égard, si l’incidence des maternités sur les carrières des femmes est un thème d’étude de la sociologie du genre et une préoccupation actuelle des politiques d’égalité professionnelle dans tous les secteurs67, elle est, me semble-t-il, renforcée à l’Université par le mode de fonctionnement implicite de l’institution qui favorise l’autopublicité et l’allégeance. Comment en effet, après avoir préservé avec vaillance un temps pour la recherche et l’écriture, rester disponible pour – ou ne pas trouver dérisoires – les activités de communication et de relations publiques qui font pourtant la différence dans les décisions de recrutement et de promotion prises par les collègues68. La situation se complique encore lorsque le lieu de travail n’est pas le lieu de résidence et j’ai vraiment traversé un moment difficile lorsque le CNU m’a, en 1989, déclassée pour le poste de Grenoble que je pensais obtenir (voir supra).

27Ce furent cependant des années très formatrices qui m’ont donné une large vision des recherches antérieures menées dans plusieurs pays. Développant une perspective comparée dans nombre de ses contributions69, l’Histoire des femmes en Occident  a en effet proposé une synthèse, au moins partielle, des travaux des vingt années précédentes. Elle fut alors aussi l’expression d’un « gender à la française », appelant, sans usage du terme et de ses diverses connotations, à une histoire des relations entre les sexes « à tous les niveaux de la représentation, des savoirs, des pouvoirs et des pratiques quotidiennes »70. Pointé notamment par la critique anglo-américaine, l’éclectisme de l’ensemble, rédigé par soixante-douze auteur-e-s- de diverses nationalités, est aussi sa richesse, et sa lecture reste toujours très instructive. Quant à sa réception, elle fut bonne au-delà des espérances, avec de très nombreux lecteurs et lectrices en France, et plus encore en Italie, et une dizaine de traductions à l’étranger. Apportant la preuve que les femmes ont une histoire et qu’il est possible de l’écrire dans les règles du métier, l’Histoire des femmes en Occident a largement contribué à asseoir en France la légitimité intellectuelle de recherches auparavant confidentielles ou peu considérées. Sans poser un modèle canonique, elle a aussi suscité des entreprises parallèles dans d’autres aires géographiques, dont la dernière en date est, en quatre volumes, la Historia de las mujeres en España y América latina71, tandis que l’historiographie américaine promeut aujourd’hui une approche globale et transnationale72.

28Diriger le dernier volume, paru au printemps 1992, m’a donné un délai supplémentaire qui fut bienvenu. Je découvris alors avec effroi qu’il est parfois nécessaire de reprendre quasi intégralement une traduction effectuée par un non-spécialiste de la thématique et que cela prend beaucoup de temps. Exigeante à mon égard sur la qualité de l’écriture, je ciselai longuement les pages introductives qui devaient montrer l’intérêt de l’histoire des femmes, proposer une vision d’ensemble du XXe siècle et suggérer des pistes de recherche pour l’avenir. À la relectureduvolume qui m’apparaît comme le plus « genré » de la série73, je n’ai pas l’impression d’avoir démérité de l’équipe, sauf peut-être dans les activités de communication-promotion qui m’intimidaient encore. En tout cas, l’expérience me donna des ailes que l’institution a su en partie rogner. Elle me valut d’appartenir à la promotion junior 1992 du jeune Institut universitaire de France dont j’avais découvert par hasard l’existence. Elle m’incita aussi à préparer une habilitation à diriger des recherches et à me lancer dans la fondation d’une revue74.

29Michelle Zancarini-Fournel et moi-même avons déjà raconté ailleurs la naissance et les développements de Clio, Histoire, Femmes et Sociétés75. Je ne reprendrai donc ici que les éléments les plus importants ou ceux qui me concernent particulièrement. Lectrice fidèle et auteure occasionnelle de Pénélope, pour l’histoire des femmes qui, entre 1979 et 1985, proposa treize numéros thématiques faisant le point sur des recherches en cours ou achevées76, je savais l’importance d’une revue, non seulement pour faire circuler l’information et le débat entre spécialistes, mais aussi pour rendre visibles et faire connaître les travaux français et étrangers. Dans le contexte des années 1990 – après la parution de l’Histoire des femmes et la création de revues dans plusieurs autres pays –, elle se devait d’être très professionnelle, pour poursuivre le travail de légitimation et faire de l’histoire des femmes et du genre une spécialité ou un mode d’approche comme les autres. Construire une telle revue relève de ce que j’appelle le militantisme académique, qui a animé bien des historiens respectés, à commencer par Marc Bloch et Lucien Febvre dont la correspondance est significative à cet égard. Nos moyens furent, me semble-t-il et relativement à l’époque, plus modestes.

30Je rédigeai un argumentaire, en parlai autour de moi et reçus de bons échos, Michelle devenant très vite ma complice chaleureuse, qui débarqua avec moi à Toulouse un jour de juin 1994. Après de multiples refus d’éditeurs parisiens mais aussi des Presses universitaires de Lyon – j’étais alors maîtresse de conférences à l’Université Lyon 2 – et de celles de Grenoble, les Presses universitaires du Mirail acceptaient avec enthousiasme le projet d’une revue thématique biannuelle, fidèles en cela à la tradition de recherches sur les femmes  de l’Université de Toulouse77 et à la publication de nombreuses revues. Le premier numéro devait paraître en 1995, organisé exceptionnellement autour de plusieurs contributions à un séminaire sur « Femmes, guerres et régimes autoritaires » que je tenais alors mensuellement78. Il restait à constituer l’équipe, à trouver un titre, à réfléchir aux rubriques et à s’installer dans la durée. Anciennes du GRIEF, Agnès Fine et Claudine Leduc constituaient le noyau toulousain, tandis que nous cherchions à rassembler des générations différentes, de surcroît spécialistes de périodes, de modes d’approche et de thèmes divers. « Clio » fit l’unanimité pour affirmer l’appartenance de l’histoire des femmes à l’histoire générale, tandis que le sous-titre « Histoire, Femmes et Sociétés », clin d’œil au triptyque des Annales ESC, fit l’objet de débats, le terme « genre » étant finalement repoussé par crainte de ne pas être compris79. Depuis quelques années, malgré les problèmes engendrés par tout changement d’identité, nous pensons nécessaire de l’inclure dans le sous-titre, sans doute à l’occasion de notre quinzième anniversaire et sous la forme « Histoire, Femmes et Genre ».

31Ouverte depuis le début au dialogue entre les modes d’approche, Clio HFS s’est en effet installée dans la durée, sans opposer histoire des femmes et histoire du genre, histoire sociale et histoire culturelle, histoire politique et anthropologie historique80.  Elle n’est pas, comme la RHMC, la revue d’une large association professionnelle ni celle d’un laboratoire de recherche. Elle est, avec une grande liberté et son revers en investissement-travail (pas de secrétariat de rédaction), la revue de son comité de rédaction dont les longues réunions – deux jours deux à trois fois l’an – sont des moments d’échange sur les numéros à venir et les articles reçus, de formation réciproque et d’amitié. Ce comité, qui s’appuie sur un  plus large comité de lecture, s’est déjà renouvelé plusieurs fois et il est devenu mixte, la non-mixité de 1995 reflétant la réalité du champ de recherche et non un principe d’exclusion. Aujourd’hui, Clio HFS, tirée à sept cents exemplaires et fréquemment consultée sur le site de revues.org81, s’inscrit dans le paysage des revues d’histoire et elle commence à être connue d’un grand nombre de chercheurs et d’étudiants en France et à l’étranger. Son équipe est aussi l’auteur collectif des Mots de l’histoire des femmes et a lancé la collection « Le temps du genre » aux Presses universitaires du Mirail82. Elle est également à l’origine de l’Association pour le développement de l’histoire des femmes et du genre-Mnémosyne qui est chronologiquement la deuxième forme prise par la section française de la Fédération internationale pour la recherche en histoire des femmes (FIRHF).

32Peu avant le 18ème congrès international des sciences historiques (Montréal, 1995) qui consacrait pour la première fois un de ses trois thèmes majeurs au « rapport masculin/féminin dans les grandes mutations historiques », j’avais en effet été contactée par l’Américaine Karen Offen, une des fondatrices de la FIRFH83, pour former une section française qui pourrait être acceptée lors de la réunion qui se tiendrait à l’occasion. Il fallait solliciter l’adhésion, donner trois noms, s’engager à alimenter le bulletin régulier par des nouvelles de France et le diffuser, ce que je fis de façon très artisanale avant l’ère de l’internet84. La section vivotant faute de structure adéquate et d’investissement des unes et des autres, il m’est apparu nécessaire de la refonder comme association type loi de 1901 et de mobiliser à cet effet. Stimulants, les échanges au sein du comité de rédaction de Clio HFS ne furent pas unanimes sur le projet, ma perception des choses étant sans doute influencée par des discussions et lectures sur le travail d’institutionnalisation accompli avec succès par nos collègues américaines. Le comité s’est cependant investi en 2000 dans le lancement d’une association autonome, a fourni ses premières responsables et proposé le nom de Mnémosyne (déesse de la mémoire et mère des muses).

33Après quelques mois de secrétariat – Christiane Klapisch-Zuber assumant la présidence et Évelyne Diebolt le poste de trésorière –, j’ai rempli deux mandats de présidente, posant souvent en réunion la question de la nature de l’association et laissant en 2009 une structure bien vivante qui a su surmonter des moments de flottement85. Forte de l’appui de deux cents personnes (universitaires, chercheurs, enseignants du secondaire, inspecteurs pédagogiques, dont 10% d’hommes) et d’une bonne centaine de cotisations régulières, Mnémosyne remplit plusieurs fonctions. Elle est à la fois une association professionnelle qui fournit des services (annuaire, bulletin, site), un réseau de chercheuses et chercheurs qui organise des journées d’étude, délivre un prix de mémoire de master à l’égal du prix Maitron ou du prix Joan Kelly et vient de lancer une revue électronique Genre&Histoire, ainsi qu’une organisation « militante » soucieuse de l’institutionnalisation de l’histoire des femmes et du genre et de sa transmission dans l’enseignement86. Diverses et parfois longues à mettre en place, ces activités ont mobilisé et mobilisent beaucoup d’énergie des membres du Conseil d’administration qui, là encore me semble-t-il, a su rassembler dans l’amitié des générations, origines, statuts différents.

34Si d’autres récits sont possibles, je résumerai ainsi la jeune histoire de Mnémosyne : un échec, des succès et l’affirmation progressive d’une double orientation. Les démarches faites au début des années 2000 en vue d’obtenir des postes fléchés en histoire des femmes et du genre (Universités, IUFM, organismes de recherche) n’ont pas abouti mais l’adoption récente de chartes pour l’égalité, qui, derrière les recommandations du Comité pour l’égalité entre les femmes et les hommes dans l’enseignement supérieur et la recherche87, promeuvent les formations et la recherche sur le genre, peut éventuellement changer la donne dans l’avenir. Les autres activités entreprises ont, toutes, donné des résultats tangibles mais l’association semble de plus en plus affirmer une double spécificité qui aura des effets à long terme. D’une part, elle promeut la jeune recherche par l’attribution d’un prix et la mise à disposition d’un espace éditorial. D’autre part, elle développe la transmission à destination de l’enseignement, secondaire notamment. Après la publication de la brochure Pas d’histoire sans elles (2004)et d’un épais dossier « Histoire des femmes » dans Historiens & Géographes (2005-2006), après l’organisation d’un colloque à l’IUFM de Lyon (2005)88, Mnémosyne est désormais partenaire de plans académiques de formation et prépare un manuel pour enseignants qui intégrera à l’ensemble des programmes la perspective d’histoire des femmes et du genre89. Ne peut-on finalement évoquer, outre sa contribution au savoir, la fonction civique de cette histoire qui peut former aux valeurs d’égalité et de mixité de nos sociétés démocratiques ? En tout cas, bon vent à Mnémosyne ….

35La vie continue et l’histoire continue, comme l’écrivait Georges Duby90. On ne peut donc conclure de telles pages, qui apparaîtront sans doute marquées par leur contexte d’écriture. J’ajouterai cependant qu’après plus de quinze ans de forts investissements collectifs,  je ressens le désir de développer aussi des projets plus personnels. Me frotter à l’écriture biographique, autour de la figure de Marguerite Thibert, en est un qui, déjà bien avancé, me fait découvrir la vie des organisations internationales et m’ouvre aux questionnements transnationaux. Écrire une biographie, rédiger son itinéraire : n’y a-t-il pas là pour l’historienne des logiques communes ?

36À la relecture, j’ai aussi tenté de donner un titre à mon essai, comme l’avaient fait les historiens sollicités en 1987. Il m’est apparu hybride, « entre parcours intellectuel et essai d’ego-histoire ». Quant au sous-titre – « Le poids du genre » –, sa polysémie résume assez bien mon propos. Même comme féministe dotée d’agency ou comme historienne des femmes et du genre, je n’ai pas échappé aux lois du genre91. Par ailleurs, les questions de genre sont au cœur de mes recherches et devraient, me semble-t-il, imprégner plus fortement les sciences humaines et sociales, ainsi que les politiques publiques. Invitation  à aller de l’avant…

Haut de page

Notes

1  Un dossier d’habilitation à diriger des recherches comprend généralement, outre la thèse d’université et des travaux divers, une recherche nouvelle (manuscrit ou livre publié), un recueil d’articles publiés et un rapport de synthèse en forme d’ego-histoire intellectuelle. Déjà nombreux, même en histoire des femmes et du genre (une dizaine), ces rapports constituent des sources d’histoire sociale et culturelle pour les historiens d’aujourd’hui et de demain.

2  Ce texte est une version écrite et complétée de la conférence prononcée à l’IEC le 7 février 2009. J’y soulignais en introduction qu’à l’encontre du titre générique du séminaire, « trente-cinq ans de recherches… » conviendrait mieux à mon cas pour deux raisons : la génération à laquelle j’appartiens ; le fait que l’histoire se soit engagée un peu plus tardivement que d’autres disciplines (notamment la sociologie) dans les études sur les femmes. Sur la nature et les activités de l’Institut Emilie du Châtelet, voir son site : www.emilieduchatelet.org

3  Pierre Nora (textes réunis et présentés par), Essais d’ego-histoire, Paris, Gallimard, 1987.

4  Dans son essai intitulé « Le plaisir de l’historien », Georges Duby prévenait son lecteur qu’il « n’exhiberait » qu’une part de lui-même, « l’ego-faber ».

5  Pierre Bourdieu, « L’illusion biographique », Actes de la Recherche en Sciences Sociales, n° 62-63, juin 1986, p. 69-72, repris dans Raisons pratiques. Sur la théorie de l’action, Paris, Seuil, 1994, p. 81-89. Publié après sa mort, Esquisse pour une auto-analyse (Éditions Raisons d’agir, 2004) se défend d’être une autobiographie mais retrace un itinéraire de recherche et d’engagement.

6  Maurice Agulhon, Pierre Chaunu, Georges Duby, Raoul Girardet, Jacques le Goff, Michelle Perrot, René Rémond.

7  Yvonne Knibiehler, Qui gardera les enfants ? Mémoires d’une féministe iconoclaste, Paris, Calmann-Lévy, 2007. Comme me l’a précisé l’auteure, le titre, trop lié à l’actualité politique de la campagne présidentielle, a été imposé par l’éditeur, au détriment de Féminisme et maternité.

8  Je parle ici essentiellement d’histoire contemporaine, qui compte aussi Rolande Trempé, Madeleine Rebérioux, Françoise Mayeur qui ont effectué ou encadré des recherches en histoire des femmes.

9  Sur les expériences de ces deux universités, voir : CEDREF, Vingt-cinq ans d’études féministes. L’expérience de Jussieu, sous la responsabilité de Françoise Basch, Louise Bruit, Monique Dental, Françoise Picq, Pauline Schmitt Pantel, Claude Zaidman, Publications universitaires Denis-Diderot, 2001 ; Femmes, Familles, Filiations. Société et Histoire, études réunies par Marcel Bernos et Michèle Bitton en hommage à Yvonne Knibiehler, Publications de l’Université de Provence, 2004 (dont Françoise Thébaud, «  Femmes, féminisme et recherches : regards sur le bief »,p. 163-184). Une annexe du premier ouvrage liste les 49 thèses que Michelle Perrot a fait soutenir en histoire des femmes et du genre.

10  Écrire l’histoire des femmes : bilan critique et perspectives, mémoire et habilitation présentés en janvier 1995 à l’Université Lyon 2. Très complété, le mémoire est devenu livre : Écrire l’histoire des femmes, ENS éditions, 1998, puis, avec de nouvelles pages, Écrire l’histoire des femmes et du genre, Lyon, ENS éditions, 2007. Je parlais alors de « bribes d’ego-histoire ».

11  Cité dans la « note de l’éditeur » qui ouvre Esquisse pour une auto-analyse.

12  Cette issue n’a été connue qu’après la mort de ma grand-mère, lors de la construction d’une cité dans la banlieue de Brest : des corps ont été retrouvés avec le bréviaire  annoté de l’abbé appartenant au groupe de résistance.

13  La petite ville a connu de fin juin à début août 1944 des événements dramatiques : après l’arrestation des résistants, il y eut, un mois plus tard, prise d’otages et exécutions  dans cette bourgade qui s’est cru trop tôt libérée. Le petit-fils d’un des résistants en a fait le thème de sa maîtrise à l’Université de Brest en 1995.

14  Je me souviens aussi m’être indignée contre le fait que les prix distribués en fin d’année – et subventionnés par le Rotary Club dont je ne comprenais pas bien la nature – comprenaient moins de livres – et des livres plus ordinaires  – pour les filles que pour les garçons.

15  Elle a, plus tard, écrit un livre sur son expérience.

16  Ma jeune sœur a inauguré la mixité qui, raconte-t-elle,  a totalement déstabilisé le corps enseignant âgé. Elle m’a sollicitée en 1974 pour l’aider à réviser le baccalauréat, tant les cours de l’année s’étaient mal passés.

17  Geneviève Dreyfus-Armand, Robert Frank, Marie-Françoise Lévy, Michelle Zancarini-Fournel (dir.), Les Années 68. Le temps de la contestation, Bruxelles, Editions Complexe, 2000.

18  Françoise Picq, Libération des femmes. Les années-mouvement, Paris, Seuil, 1993.

19  Ma curiosité encyclopédique ne s’éteignit que très lentement, et j’ai à plusieurs reprises songé à reprendre des études, de médecine notamment.

20  J’ai déjà écrit ailleurs que deux livres signent pour moi ces années de contestation des savoirs établis : celui de Jean Chesneaux  - Du passé, faisons table rase - et celui d’Yves Lacoste - La géographie, ça sert d’abord à faire la guerre.

21  Je n’ai toutefois pas participé à un groupe de conscience féministe.

22  A posteriori, l’institution paraît très libérale, la seule obligation étant de réussir ses examens. À l’ENS de Fontenay-aux-Roses, nous avons pu  projeter le film interdit Histoires d’À, ainsi que vendre devant le réfectoire des montres LIP, des chemisiers PIL, des couvre-lits illégalement produits par des ouvriers qui inventaient le « on vend, on fabrique, on se paie ».

23  Mathilde Dubesset, Françoise Thébaud, Catherine Vincent, Quand  les femmes entrent à l’usine. Les ouvrières des usines de guerre de la Seine, 1914-1918, maîtrise d’histoire, université Paris 7, année 1973-1974. Le travail a donné lieu à un article publié dans le cahiern° 2 du Mouvement  Social en 1977, puis réactualisé en 1992 pour une traduction anglaise.       

24  L’ouvrage récent de Laura Frader soutient que ce modèle est tout autant français que britannique. Voir Laura Frader, Breadwinners and Citizens: Gender in the Making of the French Social Model, Duke University Press, 2009.

25  Marie-Hélène Zylberberg-Hocquard, Féminisme et Syndicalisme, Paris, Anthropos, 1978 (livre issu d’une thèse soutenue en 1973).

26  La démographie historique avait cette année là imposé un programme novateur d’histoire moderne sur enfance et éducation. Dois-je rappeler aussi que, la veille de la première épreuve d’oral, je me suis acheté une jupe dans le quartier Denfert-Rochereau ? L’époque n’était plus à reprocher, comme à Louise Weiss en 1914, un chapeau trop osé, mais le pantalon était encore mal vu pour une future enseignante, de même que les accents non franciliens.

27  Le contrat de fonctionnaire-stagiaire stipulait, me semble-t-il, un engagement de dix ans au service de l’Éducation nationale. Je n’en ai pas retrouvé le texte, qui différait selon les ENS. Cela me semblait par ailleurs la juste contrepartie d’une formation rémunérée.

28  Nous expérimentions alors (fin des années 1970- début des années 1980) l’usage de l’audiovisuel et surtout l’enseignement de programmes d’histoire postérieurs à 1945.

29  Entrer à l’ENA n’était pas mon objectif, et je disais alors avec un fort esprit libertaire que je ne voulais pas exercer de poste de pouvoir.

30  Je n’ai ni souvenir de la date, ni trace écrite de cette tentative.

31  C’est le CNU qui à l’époque décidait des affectations après les classements des commissions locales. Classée également première par la commission de Grenoble, je n’ai pas obtenu le poste à l’IEP qui avait ma préférence pour des raisons familiales, faute là encore d’une bonne connaissance des règles du jeu  et à cause d’une trop grande réserve. Dans mes candidatures postérieures et infructueuses à Grenoble, il s’est toujours trouvé quelqu’un pour avancer l’argument que j’avais « choisi » Lyon.

32  Centre lyonnais d’études féministes fondé en 1976.

33  Prendre l’intégralité d’un congé de maternité a longtemps été considéré comme abusif, sauf pour le personnel administratif. Dans le département d’histoire de Lyon 2, j’ai, semble-t-il, été la première enseignante enceinte, de jumeaux de surcroît !

34  Je livre ici deux exemples dont les protagonistes resteront non identifiables. Présentant mes travaux à un collègue en vue d’une candidature à un poste de professeur, j’ai été qualifiée de « spécialiste de la guerre des Amazones », ce qui a mis fin à l’échange. Beaucoup plus tard, un autre collègue a demandé publiquement pourquoi s’intéresser aux questions de genre et pas aux brosses à dents, soulignant par ailleurs que dans sa discipline, on tirait sur le genre « à la mitraillette » ! Depuis lors et récemment, j’ai vu paraître avec plaisir dans cette discipline deux ou trois annonces de colloques s’interrogeant sur les approches de genre, par ailleurs développées dans d’autres espaces académiques nationaux.

35  J’y ai connu aussi une curieuse mésaventure sur laquelle il faudrait enquêter pour en connaître les ressorts nationaux et locaux. Peu après la parution de l’Histoire des femmes en Occident et ma nomination à l’IUF, je  reçus des services de la paye un courrier m’informant que je ne pouvais plus percevoir le supplément familial au nom de textes du régime de Vichy qui ne faisait pas d’une femme le chef de famille ! C’était surréaliste pour une historienne des femmes et pour un couple non marié, sans compte commun et qui prenait ensemble les décisions concernant les enfants. Je tentai d’alerter la Présidence et rédigeai un recours gracieux. Sans réponse de sa part, je saisis le Tribunal administratif qui me donna raison. J’ai su après que cela m’avait valu auprès de certains le qualificatif, qui me va si mal, de « caractérielle » !

36  C’est moi, et non mon compagnon qui montait des gardes administratives, qui ai tourné autour de la résidence familiale, les mutations à deux devenant hasardeuses lorsque les enfants paraissent.

37  Elle a été publiée avec, pour des raisons éditoriales, une première partie très écourtée et un appareil de notes restreint : F. Thébaud, Quand nos grand-mères donnaient la vie : la maternité en France dans l'entre-deux- guerres, Lyon, PUL, 1986.

38  L’historiographie américaine parle aussi d’histoire compensatrice, terme que je n’utilise pas.

39  Il était alors rare, à la différence d’aujourd’hui, de faire des recherches sur le XXe siècle, même sur l’entre-deux-guerres.

40  Par exemple : Anne Cova, Maternité et droits des femmes en France (XIXe XXe siècles), Paris, Anthropos, 1997.

41  Yvonne Knibiehler, La révolution maternelle. Féminisme, maternité, citoyenneté, Paris, Perrin, 1997. D’autres travaux ont montré que  les villes de taille moyenne, comme Saint-Etienne, présentaient une autre configuration des lieux et des pratiques d’accouchement : voir Mathilde Dubesset et Michelle Zancarini-Fournel, Parcours de femmes, réalités et représentations. Saint-Etienne, 1880-1950, Lyon, PUL, 1993.

42  Notamment par Joan Scott dont on peut citer le dernier ouvrage traduit : Joan Scott, Théorie critique de l’histoire. Identités, expériences, politiques, Paris, Fayard, 2009.

43  Sur l’histoire orale, voir Françoise Thébaud et Geneviève Dermenjian (dir.), Quand les femmes témoignent. Histoire orale, histoire des femmes, mémoire des femmes, Paris, Publisud, 2009. Parmi les sources écrites consultées, citons l’ouvrage d’Henriette Valet (Madame soixante bis) dont j’aimerais proposer une réédition annotée. Henriette Valet y évoque le sort des filles-mères à l’hôpital.

44  Thèse d’Anne-Claire Rebreyend soutenue à l’Université Paris 7 à l’automne 2006 et devenue livre : A.-C. Rebreyend, Intimités amoureuses, France 1920-1975, Toulouse, PUM, 2008.

45  L’Américaine Joan Kelly a écrit à ce sujet un texte fondateur publié en 1977 : « Did women have a Renaissance ? », in Renate Bridenthal & Claudia Koonz (dir.), Becoming Visible: Women in European History, Boston, Houghton Mifflin Company.

46  Publié chez Stock en 1986 (livre épuisé mais réédition récente au Succès du Livre)

47  Je n’ai pas oublié d’évoquer la question des violences sexuées qu’allait développer plus tard l’histoire culturelle de la Grande Guerre.

48  Après le projet d’un baccalauréat féminin  en 1919,  les enseignements secondaires sont alignés pour les deux sexes en 1924. Sur l’accès des femmes « aux professions de prestige », voir, après les nombreux travaux d’histoire des femmes, l’ouvrage récent de Juliette Rennes qui s’appuie sur l’analyse de discours : J. Rennes, Le mérite et la nature. Une controverse républicaine : l’accès des femmes aux professions de prestige, 1880-1940, Paris, Fayard, 2007.

49  Luc Capdevila, François Rouquet, Fabrice Virgili, Danièle Voldman, Hommes et femmes dans la France en guerre, 1914-1945, Paris, Payot, 2003.

50  Tronqué par l’éditeur, le sous-titre de la version française – « le triomphe de la division sexuelle » – permet aux lecteurs rapides de caricaturer une analyse plus nuancée. Conservé dans l’édition italienne (Laterza), le titre original inclut les deux thèses sous forme interrogative ?

51  Cette analyse synthétique fait référence à de nombreux travaux autres que personnels : travaux d’Antoine Prost, de Jean-Jacques Becker, Stéphane Audoin-Rouzeau, Annette Becker, Frédéric Rousseau, Rémy Cazals et d’autres. Soulignons que l’histoire des femmes et du genre peut permettre de montrer que l’opposition entre l’histoire culturelle de la Grande Guerre ou « École du Nord » (thématiques de la violence culturelle et du consentement des soldats et de l’arrière à la guerre) et  « l’École du Sud » (plus sensible aux formes de contrainte exercées par l’Etat et l’Armée) est beaucoup trop tranchée. Sur ces débats historiographiques, voir Antoine Prost et Jay Winter, Penser la Grande Guerre. Un essai d’historiographie, Paris, Seuil, Points Histoire, 2004.

52  Ce point a été abordé dans une perspective d’histoire culturelle par Mary Louise Roberts : M.L. Roberts, Civilization Without Sexes. Reconstructing Gender in Postwar France, The University of Chicago Press, 1994.

53  Voir à cet égard l’ouvrage de Francine Muel-Dreyfus, Vichy et l’éternel féminin, Paris, Seuil, 1996.

54  Phénomène mis au jour par les recherches de Fabrice Virgili (sur les tontes de femmes accusées de collaboration) et celles de Luc Capdevila.

55  Il a finalement été publié dans une revue belge : Françoise Thébaud, « Deuxième guerre, femmes et rapports de sexe : essai d'historiographie », Cahiers d'histoire du temps présent/Bijdragen tot de Eigentijdse Geschiedenis, 1998, n° 4 (sous la direction d'Eliane Gubin), p. 227-248.

56  Voir notamment les travaux de Fabrice Virgili (La France « virile ». Des femmes tondues à la libération, Paris, Payot, 2000), William Guéraiche (Les Femmes et la République. Essai sur la répartition du pouvoir de 1943 à 1979, Paris, Editions de l’Atelier, 1999), Dominique Budin (thèse inédite sur la délinquance féminine et la prison de la Petite Roquette).

57  Voir Sylvie Chaperon, Les années Beauvoir, 1945-1970, Paris, Fayard, 2000. Sylvie Chaperon isole cependant une courte période de « lendemains qui chantent ».

58  Il serait intéressant, me semble-t-il, de creuser la question du déficit de transmission et de la rupture de transmission qui intervient avec la Deuxième Guerre : « étrange défaite » des féministes de la première vague (Christine Bard), dévalorisation des anciens mouvements de femmes au lendemain du conflit (Sylvie Chaperon), responsabilité de Simone de Beauvoir qui n’accorde pas d’autonomie à l’histoire des femmes, poids d’une culture masculine diffusée par une école fréquentée de plus en plus longuement.

59  Militantisme étudié par Anne Cova dans sa thèse devenue livre (voir note 37). C’est Christine Bard qui a proposé la première d’écrire féminismes au pluriel, in Les filles de Marianne. Histoire des féminismes, 1914-1940, Paris, Fayard, 1995.

60  Françoise Thébaud, « Promouvoir les droits des femmes : ambitions, difficultés et résultats », in Serge Bernstein, Pierre Milza et Jean-Louis Bianco (dir.),  François Mitterrand – Les années du changement (1981-1984), Paris, Perrin, 2001, p. 567-600. Catherine Jacques, Eliane Gubin, Florence Rochefort, Brigitte Studer, Françoise Thébaud et Michelle Zancarini-Fournel (dir.), Le siècle des féminismes, Paris, Editions de l’Atelier, 2004.

61  Je suis personnellement favorable à la présence d’un regard extérieur et à la construction (difficile) de critères de recrutement moins subjectifs. J’ai en effet entendu des arguments identiques utilisés différemment par la même personne en fonction du candidat ou de la candidate à promouvoir ou à barrer.

62  Ayant soutenu une thèse de troisième cycle en 1982, j’aurais pu déposer un sujet de thèse d’État avant la réforme du statut des enseignants-chercheurs intervenue en 1984. J’y ai songé mais j’étais alors peu attirée par ce travail de très longue durée, qui me paraissait de surcroît difficilement compatible avec le désir de prochaines maternités.

63  L’habilitation a été soutenue en janvier 1995 à l’Université Lyon 2. Les ouvrages ont été publiés aux Editions de l’ENS en 1998 et 2007. Chaleureuse et empathique, la préface d’Alain Corbin qualifie l’histoire des femmes de « laboratoire de novations » qui pourrait utilement former les apprentis historiens ; le grand historien doute cependant des effets possibles de mon « appel irénique à l’intégration », expression qui m’a fait beaucoup réfléchir.

64  Après le succès de la version italienne de l’Histoire de la vie privée dirigée par Philippe Ariès et Georges Duby.

65  La version écourtée de la thèse et La femme au temps de la guerre de 14 (voir supra).

66  Voir la jaquette de son XXe siècle des femmes dont la première édition date de 1989 (Nathan).

67  Les mesures effectives sont encore rares. Il y a en effet peu de mobilisations collectives et féministes pour faire de la maternité une affaire autant publique que privée, pour reprendre les termes d’un ouvrage dirigé par Yvonne Knibiehler (Maternité, affaire privée, affaire publique, Paris, Bayard, 2001).

68  Plus généralement, et sans refuser toute forme d’évaluation, je déplore comme d’autres l’importance excessive accordée désormais à une évaluation standardisée qui mange le temps de recherche et freine l’innovation : le risque est d’atteindre l’absurde où dire ce qu’on va faire ou construire un discours attendu dans un rapport pré-formaté est plus important que faire….

69  Comme je l’ai souligné dans la nouvelle introduction à l’édition française de poche, on peut aussi lui reprocher d’avoir privilégié l’histoire des femmes des grands pays d’Europe occidentale et des États-Unis, et d’avoir ainsi négligé de rendre compte d’autres cas de figure et d’historiographies émergentes. Voir Françoise Thébaud, « Dix ans plus tard », in F. Thébaud (dir.),  Histoire des femmes en Occident-Le XXe siècle, Paris, Perrin, 2002.

70  Citation extraite de l’introduction générale rédigée par Georges Duby et Michelle Perrot. J’ai utilisé l’expression « gender à la française »dans Écrire l’histoire des femmes.

71  Dirigée par Isabel Morant et publié à Madrid par Cátedra (2005-2006).

72  Voir notamment les ouvrages dirigés par Bonnie Smith : Women’s History in a Global Perspective, University of Illinois Press, 2004-2005 (3 volumes) et The Oxford Encyclopediaof Women in World History, Oxford University Press, 2008.

73  Il propose, notamment dans sa première partie, une histoire mixte et une relecture des événements et des régimes politiques de la première moitié du XXe siècle

74  J’ai tenté aussi, sans succès car c’était sans doute prématuré, de proposer à l’éditeur de l’Histoire des femmes en Occident de créer une collection intitulée « Genre et Histoire » ou « Le genre de l’histoire ». Le document retrouvé précise : « il y a place et matière aujourd’hui pour une collection d’histoire nationale, thématique, transpériodique qui mette en œuvre une histoire mixte sensible à la différence des sexes (d’où le terme « genre » que cette collection pourrait contribuer à acclimater) ». Le document n’est pas daté mais j’y fais référence aux trois premiers volumes de la collection « Storia delle donne in Italia », ce qui le situe vers 1996-1997.

75  Voir le numéro 12 intitulé « L’histoire des femmes en revues, France-Europe ». Hormis les six derniers numéros, la collection de Clio, Histoire, Femmes et Sociétés est intégralement disponible sur le site de revues.org

76  Voir la contribution de Cécile Dauphin à Vingt-cinq ans d’études féministes. L’expérience de Jussieu, op. cit.

77  Toulouse-Le Mirail était depuis longtemps un des pôles de la recherche et de l’enseignement sur les femmes : création en 1979 du GRIEF (Groupe de recherches interdisciplinaires d’étude des femmes) ; organisation en décembre 1982 du colloque « Femmes, féminisme et recherches » ; encadrement par Rolande Trempé de travaux d’histoire dont ceux de Marie-France Brive sur les Résistantes ; obtention en 1984 d’un poste fléché en histoire des femmes - l’un des trois « postes Roudy » - dont les titulaires furent Marie-France Brive puis Djamila Amrane ; organisation de plusieurs colloques importants dont celui sur « Les femmes et la Révolution française ».

78  Contribution au cinquantième anniversaire de la fin de la Deuxième Guerre, le premier numéro de Clio, Histoire, Femmes et Sociétés s’intitule « Résistances et libérations, France 1940-1945 ». Sauf rare exception, les numéros suivants abordent toutes les périodes de l’histoire.

79  À cet égard, la sociologie du travail des femmes fut à nouveau pionnière, créant en 1995 le laboratoire et les Cahiers du Mage (« Marché du travail et Genre »).

80  « Héroïnes » paraîtra à l’automne 2009. Les deux numéros précédents s’intitulent : « Voyageuses » et « 68’ : révolutions dans le genre ? ».

81  Comme la plupart des revues, elle aurait besoin d’un peu plus d’abonnés, notamment des abonnés individuels.

82  Voir Clio HFS, Les mots de l’histoire des femmes, Toulouse, PUM, 2004. Dirigée par Agnès Fine et Michelle Zancarini-Fournel, la collection « Le temps du genre » va publier fin 2009 son quatrième volume.

83  Sur la FIRFH, voir Karen Offen, « International Federation for Research in Women’s History/Fédération internationale pour la recherche en histoire des femmes », Association pour le développement de l’histoire des femmes et du genre-Mnémosyne, bulletin d’information, n° 2, juin 2003, p. 9-17. Voir aussi la publication par Women’s History Review (volume 18, number 3, July 2009) des communications d’Ida Blom, Karen Offen et Mary O’ Dowd faites (ou envoyée) au colloque du 20e anniversaire (Sofia, 2007).

84  Le trio était formé de Catherine Marand-Fouquet, Yannick Ripa, Françoise Thébaud. Il me semble que j’adressais le bulletin à la bibliothèque Marguerite-Durand et que j’avais tenté de mettre sur pied une chaîne de diffusion, ne pouvant le photocopier à de nombreux exemplaires. À Montréal, j’avais aussi soumis un amendement à la Fédération, en vue d’en modifier le titre français : « pour la recherche de l’histoire des femmes » est devenu « pour la recherche en histoire des femmes ».

85  Le conseil d’administration s’est rajeuni, relève qui est signe de bonne santé. L’actuel bureau est composé de Pascale Barthélémy (présidente), Irène Jami (secrétaire) et Violaine Sébillotte-Cuchet (trésorière) qui ont remplacé, pour les deux dernières, Rebecca Rogers et Cécile Dauphin.

86  Voir le site de l’association (www.mnemosyne.asso.fr).  La revue Genre&Histoire, dont le projet initial a été porté par Isabelle Ernot, vient d’entrer dans le portail revues.org. Le 6ème prix Mnémosyne (prix en argent et publication aux Presses universitaires de Rennes) a été décerné en janvier 2009 (liste des ouvrages sur le site). Aux cotisations s’ajoute, pour le financement de l’association et de ses activités, une petite subvention du Service des Droits des femmes.

87  Je suis membre de ce Comité mis en place par Monsieur Goulard, lorsqu’il était ministre. Y siègent notamment Élisabeth Dubois-Violette et Claudine Hermann qui ont œuvré pour la promotion des femmes dans leurs disciplines et institutions.

88  Publiée en partenariat avec le CRDP de l’Académie d’Orléans-Tours et à l’occasion des Rendez-vous de l’Histoire de Blois 2004 (« Les femmes dans l’histoire »), la brochure liste les ressources disponibles pour la recherche et l’enseignement en histoire des femmes et du genre.  Revue de l’APHG (Association des professeurs d’histoire et de géographie de l’enseignement public), Historiens & Géographes a un vaste lectorat. Le colloque tenu à l’IUFM de Lyon s’intitulait « L’histoire des femmes et du genre : enseignements et transmissions des savoirs » ; la plupart des communications sont disponibles sur le site de Mnémosyne.

89  Longuement mûri, ce projet s’est récemment concrétisé par l’obtention d’une subvention du Conseil régional de l’Ile-de-France et par la signature d’un contrat avec les Editions Belin. J’appartiens au comité de coordination du manuel.

90  En 1991, Georges Duby publie L’histoire continue (Odile Jacob), récit de son parcours intellectuel, de ses recherches et de sa carrière d’historien.

91  Je reprends l’expression anglophone agency qui signifie à la fois pouvoir, autonomie, capacité de résistance et d’action. « Les lois du genre » furent le titre du mémoire d’habilitation à diriger des recherches de l’historienne Gabrielle Houbre qui en exposait le fonctionnement dans les divers cas qu’elle avait étudiés.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Françoise Thébaud, « Entre parcours intellectuel et essai d’ego-histoire. Le poids du genre », Genre & Histoire [En ligne], 4 | Printemps 2009, mis en ligne le 01 septembre 2009, consulté le 29 avril 2017. URL : http://genrehistoire.revues.org/697

Haut de page

Auteur

Françoise Thébaud

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Genre & histoire est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page