Navigation – Plan du site
Travaux soutenus
Prix Mnémosyne

Le rôle des élus municipaux à travers le prisme du genre. L’exemple du conseil municipal d’Auxerre (2001-2008).

Master 2 sociologie, Université de Bourgogne, 2008
Maud Navarre

Texte intégral

1Ce mémoire de seconde année de Master, soutenu à l’Université de Bourgogne, a pour objectif de saisir la manière dont les femmes conseillères municipales endossent leur rôle politique. Cette étude s’inscrit dans la continuité des travaux portant sur les conséquences de la mise en place de la loi sur la parité (voir notamment les études de Catherine ACHIN et alii, Sexe, genre et politique, 2007). Ces travaux tendent à montrer que le contexte paritaire a contribué à valoriser le genre féminin lors des élections municipales de 2001. Le genre féminin est ainsi devenu un avantage, ou du moins n’a plus été considéré comme un obstacle à l’exercice d’une activité politique.

2Nous nous sommes ainsi demandé tout au long de ce travail si les femmes élues en 2001, dans un contexte valorisant le genre féminin, mobilisaient leur genre dans l’exercice de leur fonction politique et développaient dans ce cadre des pratiques distinctes de celles de leurs homologues masculins. Autrement dit, il s’agit de voir si l’on observe des comportements sexués, c’est-à-dire, majoritairement pratiqués par les femmes élues, en fin d’exercice du mandat municipal.

3Trois hypothèses guident cette étude. La première d’entre elles suppose que les comportements des hommes et des femmes élus observés sont relativement homogènes en raison de l’apprentissage du rôle d’élu municipal qui contribue à uniformiser les pratiques et représentations des élus. La seconde hypothèse porte sur les conditions de la poursuite des responsabilités politiques, notamment dans le cadre du renouvellement des conseils municipaux de mars 2008. Cette hypothèse est en réalité double. Elle suppose que la plupart des femmes élues en 2001 ne se représentent pas en 2008 car, d’une part, elles n’ont pas acquis suffisamment d’expérience politique pour être à nouveau candidates en raison de l’enfermement des femmes élues dans des délégations et responsabilités typiquement féminines (scolarité, soins ou encore social par exemple), responsabilités largement moins valorisées que d’autres telles que les travaux ou les finances au sein d’un conseil municipal. D’autre part, leurs responsabilités extrapolitiques, notamment familiales mais aussi professionnelles, les amènent à abandonner la vie publique.

4Enfin, la dernière hypothèse vise à étudier les relations entre les valeurs attribuées aux femmes conseillères municipales (proximité, écoute, attrait pour le concret, désintéressement par exemple) notamment lors des élections de 2001 et celles dont se font porteur les nouveaux candidats en général, autrement dit, les profanes. Les valeurs dont sont porteuses les femmes ne leur seraient ainsi pas spécifiques mais rejoindraient les valeurs mises en avant afin de renouveler le personnel politique dans un contexte de crise.

5Cette étude ainsi définie a donné lieu à une enquête menée auprès des élus du conseil municipal d’Auxerre. Quinze élus ont été enquêtés : neuf femmes et quatre hommes. Ces entretiens ont été complétés par l’observation des séances du conseil municipal ainsi que par l’étude de la presse municipale et locale afin de saisir la vision donnée par ces médias des femmes élues.

6Les principales conclusions de cette étude sont les suivantes : d’une part, on a pu observer au sein du conseil municipal étudié une répartition des rôles suivant le genre. Ainsi, les femmes élues ayant pris part à l’enquête ont exercé, volontairement ou non, des rôles typiquement féminins et ont adopté des comportements liés à leur genre (moindre participation que les hommes aux prises de paroles lors des conseils municipaux, manifestation d’une forme de modestie, refus de la politique politicienne, des joutes oratoires, des conflits, …). La presse locale a également participé à la division du travail politique selon le genre en conférant aux élues un rôle de figurante : elles ont principalement été représentées dans les médias locaux lors des cérémonies tandis que la plupart des articles consacrés aux hommes concernaient le travail municipal en lui-même (signature de contrats par exemple). D’autre part, les femmes qui se sont le plus pliées aux attentes liées à leur rôle d’éluE sont également celles qui ont renouvelé leur mandat en 2008 tandis que celles qui sont sorties de leur rôle, souhaitant en quelques sorte se comporter comme des hommes ou agir différemment de ce qu’on attendait des femmes en politique, n’ont tout simplement pas souhaité se représenter ou n’ont pas été sollicitées dans le cadre d’un nouveau mandat.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Maud Navarre, « Le rôle des élus municipaux à travers le prisme du genre. L’exemple du conseil municipal d’Auxerre (2001-2008). », Genre & Histoire [En ligne], 4 | Printemps 2009, mis en ligne le 06 juillet 2009, consulté le 23 octobre 2017. URL : http://genrehistoire.revues.org/617

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Genre & histoire est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page