Navigation – Plan du site
Travaux soutenus
Prix Mnémosyne

Les femmes dans les inscriptions royales de Mésopotamie, IIIe-Ier millénaire av. J.-C.

Master 2, Université de Nancy II, 2008
Géraldine Gadaud

Texte intégral

1La civilisation mésopotamienne, qui s’est développée dans la région située entre le Tigre et l’Euphrate, a donné naissance à une écriture originale constituée de petits clous formés par l’incision du calame dans l’argile : le cunéiforme. Cette écriture a d’abord servi à noter la langue sumérienne et s’est ensuite adaptée à une autre langue, parlée par l’élément sémite de la population : l’akkadien. Elle a aussi permis de transmettre, dans ces deux langues, de nombreux textes, retrouvés sur des supports en argile, en pierre ou en métal. Des documents juridiques, des archives, des œuvres littéraires et des inscriptions royales sont ainsi parvenus jusqu’à nos jours.

2Parmi ces dernières, figurent des inscriptions commanditées par des femmes plus ou moins proches du roi.  En effet, l’habitude consiste souvent à ranger avec les inscriptions des souverains celles des membres de leur famille ainsi que celles qui les mentionnent. Dans cet ensemble,  les inscriptions de nombreuses femmes, issues de la famille royale ou de l’élite, ont donc pu être repérées. Cela concerne environ cent soixante inscriptions commanditées par plus de cent femmes et réparties inégalement dans l’espace et dans le temps, entre le IIIe et le Ier millénaire av. J.- C. Dans les publications, ces textes, bien que relativement nombreux, ont été mêlés aux inscriptions des souverains. N’ayant pas été regroupés, ils n’ont jamais fait l’objet d’une analyse approfondie. Le sujet des femmes dans les inscriptions royales de Mésopotamie attendait donc qu’un travail de fond soit réalisé ; ce mémoire propose d’en fournir une première étude.

3Il réunit tout d’abord les inscriptions émanant de femmes ou mentionnant leurs noms. Elles ont été présentées dans le second volume du mémoire, selon un ordre chronologique, et ont été numérotées et indexées afin de faire du corpus un outil de travail facile à utiliser par tous.

4Une analyse des textes rassemblés a ensuite été réalisée à l’aide de la notion de genre. Il s’agissait, dans un premier temps, de relever les catégories d’inscriptions les plus prisées par les femmes et de déterminer si elles comportaient des spécificités féminines. En particulier, le formulaire employé, les supports utilisés, dépendaient-ils du sexe du commanditaire ? Pour répondre à ces questions, une typologie des inscriptions féminines, incluant une comparaison systématique avec les inscriptions masculines, a été établie. Dans un second temps, ce sont les femmes qui apparaissent dans les inscriptions royales qui ont été étudiées. Ce type de sources nous permet-il de connaître le rôle qu’elles ont tenu ?  La terminologie utilisée pour les désigner a été examinée afin de mieux cerner leur qualité. Les types d’inscriptions employés par chaque catégorie de femmes ont également été relevés.

5Les résultats obtenus au terme de cette étude peuvent surprendre. Certes, parmi les inscriptions commanditées par des femmes, certaines comportent quelques spécificités féminines. Ainsi, les sceaux représentent-ils parfois leurs propriétaires de sexe féminin, et les inscriptions votives féminines sont-elles souvent adressées à des déesses et non à des dieux. Cependant, quelques femmes se donnent un genre masculin, d’autres vouent des objets perçus comme typiquement masculins, d’autres encore copient le formulaire des inscriptions des rois,  passant sous silence leur condition de femmes pour mettre en avant leur statut royal. L’époque et le lieu de vie, mais aussi et surtout le rang social et la fonction de l’auteur sont donc parfois plus déterminants que le genre dans les inscriptions royales. En Mésopotamie, entre le IIIe et le Ier millénaire, les femmes des inscriptions royales ne semblent pas être si différentes de leurs homologues masculins. Leurs inscriptions demeurent toutefois moins nombreuses que celles des hommes.

6L’analyse du corpus a également consisté à relever les différents titres portés par les femmes. Ils montrent qu’un grand nombre d’entre elles étaient issues de l’élite : elles étaient parfois filles ou épouses de prêtres ou de gouverneurs mais il s’agissait plus généralement de membres de la famille royale. L’étude de ces titres a permis de mieux appréhender la hiérarchie qui existait au sein du groupe de femmes gravitant autour du roi. Certaines inscriptions donnent également un aperçu du rôle tenu par certaines reines ou princesses, un rôle souvent très dépendant de la personne royale.

7L’apport des inscriptions royales à notre connaissance des femmes en Mésopotamie est donc majeur. Il faut toutefois garder à l’esprit que ce type de sources est porteur d’un discours officiel qui ne reflète pas la réalité mais qui relève plutôt de la propagande. Certaines inscriptions nous renseignent donc davantage sur l’image que le roi et les femmes de son entourage voulaient donner d’eux-mêmes que sur la réalité de leurs rapports.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Géraldine Gadaud, « Les femmes dans les inscriptions royales de Mésopotamie, IIIe-Ier millénaire av. J.-C. », Genre & Histoire [En ligne], 4 | Printemps 2009, mis en ligne le 06 juillet 2009, consulté le 18 août 2017. URL : http://genrehistoire.revues.org/615

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Genre & histoire est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page