Navigation – Plan du site
Travaux soutenus
Thèses

(S') exclure et (s') intégrer. Le genre de l'immigration et de la naturalisation. L'exemple de Marseille (1918-1940)

Thèse, Université d’Avignon, 2008
Linda Guerry

Texte intégral

Choix du sujet

1L’histoire de l’immigration et l’histoire des femmes, qui ont des points communs dans les conditions de leur émergence et se sont développées au même moment, se sont peu croisées dans la recherche française : l’histoire de l’immigration a peu pris en compte les femmes et, de son côté, l’histoire des femmes s’est peu intéressée à l’immigration. Elle s’est en général limitée aux migrations internes par le biais de l’étude du travail des femmes.

2Du côté de l’historiographie américaine, on assiste au même phénomène : les historiens de l’immigration qui utilisent les catégories d’analyse que sont la nationalité, la culture ou la religion ont peu intégré la catégorie de genre et les women’s studies se sont en général concentrées sur la catégorie de classe sociale. Mais outre atlantique, des travaux sur l’histoire des immigrantes ont cependant été publiés et des synthèses ont aussi été éditées. Comparé à la situation française, même si les immigrantes restent des figures marginales, elles sont l’objet de nombreux travaux historiques publiés.

3En raison de l’avancée de mes lectures sur l’historiographie de l’immigration, de l’approfondissement du concept de genre et de ses apports stimulants et convaincants en histoire de l’immigration, je me suis progressivement orientée vers une approche genrée de l’immigration et de la naturalisation alors qu’au départ je voulais travailler sur un groupe social (les immigrantes). Derrière les chercheurs anglophones en sciences humaines et sociales qui revisitent le phénomène migratoire en y intégrant le concept de genre, je le considère comme un phénomène constitutif de l’immigration, le genre imprégnant une variété de pratiques, d’identités et d’institutions de niveaux différents.

4Mon approche a aussi évolué avec la lecture des recherches historiques récentes sur l’immigration qui s’intéressent aux politiques et surtout aux pratiques administratives. Cette approche historique renouvelée des politiques d’immigration et des populations propose une histoire sociale du politique qui prend davantage en compte le rôle des représentations, les acteurs chargés d’appliquer ces politiques (acteurs appartenant ou non à l’appareil d’État) et les interactions avec les individus concernés par ces politiques. Les processus de catégorisation liés au phénomène d’immigration sont aussi explorés par cette nouvelle approche.

5Je reprends dans cette étude plusieurs usages du concept de genre. Il s’agit d’abord d’opérer un déplacement du groupe des immigrants à ses composantes et donc de prendre en compte la dimension sexuée de l’immigration. J’ai, par ailleurs, voulu comparer les représentations d’un féminin et d’un masculin étranger/immigrant et étudier leur impact sur les pratiques et les stratégies. Enfin, j’ai voulu interroger les enjeux de cette partition entre hommes et femmes dans les politiques d’immigration et de naturalisation et cette thèse voudrait contribuer à la compréhension de la construction de l’État-nation dans une perspective sexuée.

6Ainsi, mon objet peut se résumer par la question suivante : en quoi l’intégration du concept de genre à la question de l’immigration et à celle de la naturalisation dans la société française de l’entre-deux-guerres peut-elle nous aider à mieux comprendre l’histoire de l’immigration et celle de la construction de l’État-nation ?

Le titre, la période, le lieu et les sources

7Le titre de cette thèse peut surprendre : (S’) exclure et (s’) intégrer. Le genre de l’immigration et de la naturalisation. L’exemple de Marseille (1918-1940). Mon histoire se concentre davantage sur la question de l’immigration en France que sur les immigrants eux-mêmes (sur les causes des départs, les trajectoires, les réseaux et les sociabilités). Cependant, j’ai tout de même voulu représenter les individus concernés par cette histoire (les immigrants) par la forme pronominale. Je n’ai pas considéré les parcours mais j’ai essayé de les mettre en rapport avec les politiques d’immigration et de naturalisation toujours dans une perspective genrée.

8Dans ce travail, le terme « immigration » se réfère à la fois au phénomène migratoire qui franchit une frontière (l’entrée d’individus dans un pays dont ils n’ont pas la nationalité et qui se voient attribuer le statut d’étranger) et à la perception, à l’enjeu que représente ce phénomène dans la France de l’entre-deux-guerres. L’objet de cette recherche est d’interroger le poids du genre dans l’exclusion et l’intégration des immigrantes et des immigrants à différents niveaux : les discours et représentations, les flux d’immigration et leur comptage (la première partie de cette thèse), le marché du travail (la deuxième partie) et l’acquisition de la nationalité française (la troisième partie).

9Pourquoi avoir choisi les décennies 1920 et 1930 ? Ces décennies ont été largement défrichées par l’histoire de l’immigration en France, les années 1920 constituant un moment de croissance exceptionnelle du nombre d’étrangers (avec un taux de croissance de plus de 50 % entre les recensements de 1921 et de 1926 tant du côté des hommes que du côté des femmes), mais cette période m’a paru pertinente pour étudier la question du genre de l’immigration et de la naturalisation pour plusieurs raisons :

10 le poids quasi constant des préoccupations démographiques et économiques

11 l’émergence de la question de l’assimilation

12 l’accentuation de l’organisation de l’immigration

13 l’évolution de la politique de naturalisation

14J’ai pris soin dans ce travail de toujours articuler les échelles nationale et locale afin de mieux comprendre les politiques et d’observer leur application concrète. Une grande ville d’immigration comme Marseille permettait d’observer l’État agissant et de mettre en relation des parcours d’individus et des pratiques administratives. La part des étrangers y est très importante dans les recensements de l’entre-deux-guerres, ainsi que la part des femmes parmi ces étrangers. Si l’histoire de l’immigration à Marseille est déjà bien défrichée, on trouve peu d’études prenant en compte la dimension sexuée de cette immigration. Peu de travaux s’inscrivent aussi dans le renouvellement des recherches sur l’immigration, mise à part la thèse de l’historienne américaine Mary D. Lewis qui s’est intéressée à l’application inégale de la législation parmi les immigrants dans une étude comparative entre Lyon et Marseille dans l’entre-deux-guerres.

15Si les femmes représentent près de la moitié des étrangers recensés dans la région marseillaise au cours de l’entre-deux-guerres, elles apparaissent cependant peu dans les sources. La rareté des sources concernant les femmes est un problème qui dépasse l’histoire de l’immigration. Je n’ai pas pu compléter cette lacune par des sources orales, les personnes étudiées, qu’il s’agisse des immigrants/immigrantes ou des fonctionnaires, ayant pour la plupart disparu. Pour mon mémoire de DEA, j’ai réalisé quelques entretiens avec des descendants d’immigrants mais j’ai abandonné cette démarche, celle-ci me menant vers un autre objet : celui de la mémoire de l’immigration et de sa transmission.

16Pour répondre à ma problématique, il me fallait d’abord bien comprendre comment la question de l’immigration était envisagée pendant la période de l’entre-deux-guerres. L’immigration des femmes ou des familles était-elle souhaitée ? Comment parlait-on des hommes et des femmes dans l’immigration ? Les discours portant sur l’immigration (discours de savants, d’hommes politiques, de journalistes et de philanthropes) pendant cette période ont déjà fait l’objet de plusieurs recherches mais il était nécessaire de les analyser en étant particulièrement attentive aux femmes et au genre. J’ai complété cette analyse par une étude portant sur les représentations de l’immigration et leur dimension sexuée à l’échelle de Marseille. Au total, le corpus de textes analysés est composé d’une vingtaine de textes et de la presse locale (420 numéros de journaux ont été dépouillés).

17J’ai aussi mobilisé dans cette thèse des sources quantitatives : principalement les données publiées par la Statistique Générale de la France. J’ai combiné différentes approches à partir de ces sources pour aborder la question de la dimension sexuée des flux d’immigration, le marché du travail et la naturalisation.  D’abord une approche critique des données quantitatives, notamment en raison des falsifications des recensements dans le cas marseillais et de la plasticité des catégories d’étrangers et de naturalisés, en particulier pour les femmes. Ensuite, ces statistiques, malgré leurs limites, permettaient d’approcher la dimension sexuée de l’immigration et de la naturalisation et son évolution dans la durée.

18Les archives de l’administration préfectorale constituent une autre source exploitée pour ce travail. Concernant les politiques liées à la main-d'œuvre étrangère, les archives de l’Office municipal et départemental de placement m’ont, par exemple, permis de développer le thème de la main-d'œuvre étrangère féminine.

19D’autres sources émanant du Service des étrangers de la préfecture des Bouches-du-Rhône ont aussi été analysées :

20* des dossiers acceptés, ajournés et refusés de demandes de naturalisation par décret

21* des dossiers de demandes de naturalisation par mariage

22* des lettres d’appel (étrangers demandant à faire venir des membres de leur famille)

23* et des requêtes d’étrangers relatives au paiement de la carte d’identité

24Ces sources ont été traitées dans une perspective quantitative, notamment pour observer la politique de naturalisation à l’échelle du département, mais aussi dans une perspective qualitative, par exemple par l’analyse des stratégies déclaratives des étrangers et des étrangères.

25Les dossiers d’étrangers contiennent aussi des informations précieuses sur les parcours de vie d’immigrants et d’immigrantes, ce qui m’a permis de développer ce thème en lien avec les contraintes administratives rencontrées. J’ai aussi utilisé quelques récits de vie et des entretiens réalisés par d’autres.

26Afin de mieux comprendre les politiques d’immigration et de naturalisation et dans un souci d’articuler les échelles nationale et locale, j’ai dû consulter les archives du ministère de l’Intérieur et celles de la Direction des affaires civiles et du sceau du ministère de la Justice. Le Journal officiel et le Bulletin officiel du ministère de la justice (qui compile les lois et circulaires) ont aussi été des sources utiles.

Les résultats de la recherche

27Dans la région marseillaise, comme en France, la grande période d’immigration des années 1920 concerne à la fois des hommes et des femmes même si les hommes sont toujours plus nombreux. Les taux d’évolution sont quasiment parallèles : l’augmentation du nombre d’hommes étrangers est accompagnée d’une augmentation du nombre d’étrangères tandis qu’au cours de la période de reflux des années 1930, la baisse du nombre de femmes est presque aussi importante que celle des hommes.

28La surreprésentation masculine dans les mouvements d’émigration et d’immigration s’explique principalement par des rôles sociaux différenciés des hommes et des femmes dans les sociétés de départ mais aussi par les besoins du marché du travail de la région de destination. Le rôle des États joue également sur le genre des flux migratoires. Par exemple, j’ai pu observer que l’Italie veut garder la mainmise sur ses ressortissantes, en particulier sur leur maternité et le lieu de l’accouchement, au moment où le gouvernement fasciste lance une politique démographique.

29Par l’étude des discours d’experts et d’hommes politiques, j’ai observé que l’immigration est avant tout présentée comme répondant aux besoins du marché du travail mais qu’elle est aussi envisagée comme une solution à la faiblesse de la natalité française. Les différents acteurs de la politique d’immigration dans la France des décennies 1920 et 1930 (le patronat et l’État) souhaitent une immigration familiale pour répondre aux besoins économiques et démographiques.

30J’ai aussi analysé le discours du milieu philanthropique et religieux sur le phénomène migratoire, discours qui n’est pas sans influence sur les instances nationales et internationales. Ce milieu, qui œuvre à la protection morale des femmes migrantes, s’est aussi saisi du thème de l’immigration familiale au cours de l’entre-deux-guerres, thème porteur d’un point de vue stratégique puisqu’il se situe à la convergence de plusieurs intérêts : économique, démographique et moral.

31Dans tous les discours analysés, le genre de l’immigration et de l’assimilation est bien marqué, dessinant ainsi les places respectives des hommes (le travail) et des femmes (la reproduction) au sein de l’État-nation et les enjeux de la mobilité selon le sexe des individus.

32L’immigration des familles est donc souhaitée par les différents acteurs des politiques d’immigration et j’ai trouvé la trace de la procédure « d’introduction de familles rejoignantes » (aussi appelée « réunion des familles ») mise en application dès le début des années 1920. Cette procédure, qui vise à faire entrer des membres de la famille d’un immigrant ou d’une immigrante sur le territoire français, est cependant fortement dépendante de la conjoncture économique, comme j’ai pu l’observer dans les archives nationales mais aussi dans le cas marseillais.

33Cette recherche a aussi mis en évidence le fait que la France a besoin d’une main-d'œuvre étrangère féminine dans les décennies 1920 et 1930. Cependant, alors que l’immigration organisée prend forme, la venue de travailleuses étrangères n’est pas envisagée comme celle des hommes. La mobilité des femmes est considérée comme contre-nature et les peurs sociales, déjà exprimées envers les migrations internes de femmes à partir du XIXème siècle, sont encore présentes chez les acteurs des politiques d’immigration. Les femmes sont considérées comme plus vulnérables et leur vertu serait menacée par la mobilité qui les éloigne du contrôle familial. S’il est difficile de dire dans quelle mesure cet encadrement des femmes préconisé par le ministère du Travail est appliqué, je pense que ces préoccupations morales ont freiné l’immigration organisée d’une main-d'œuvre étrangère féminine dont le marché du travail avait pourtant besoin, notamment dans la domesticité tout au long de la période étudiée. Je n’ai pas trouvé de traces de cet encadrement spécifique dans la région marseillaise, mais peut-être en trouverait-on dans d’autres régions qui ont davantage connu l’immigration organisée de main-d'œuvre.

34Dans les Bouches-du-Rhône, les immigrantes sont cependant nombreuses à travailler et dans les familles d’immigrants, bien souvent les femmes et les enfants travaillent. D’après les données de la Statistique Générale de la France et les archives de l’Office de placement marseillais, on constate que tout comme les immigrants, les immigrantes occupent des emplois délaissés par les nationaux, en particulier des emplois féminins mais aussi des emplois masculins. Dans le secteur agricole, l’interchangeabilité de main-d’œuvre est pratiquée : des étrangères sont embauchées à la place d’étrangers pour faire baisser le coût du travail, les femmes étant moins payées que les hommes.

35Au cours de l’entre-deux-guerres, se développe la catégorisation de la main-d'œuvre étrangère et je me suis demandée si les hommes et les femmes rencontrent les mêmes contraintes administratives en raison de leur statut d’étranger. L’analyse de dossiers relatifs au paiement de la carte d’identité montre que les étrangères semblent davantage échapper à la contrainte des papiers que les étrangers. En raison d’activités professionnelles plus marginales, il semble plus facile pour les femmes de contourner les dispositifs imposés.

36Les papiers semblent davantage considérés comme une affaire d’hommes et, dans des lettres adressées au préfet, des étrangères utilisent l’argument d’être une femme pour justifier le fait qu’elles n’ont jamais eu de carte d’identité. Le poids du genre dans les représentations faisant de l’homme un travailleur et de la femme une épouse au foyer ressort dans les arguments mis en avant par les étrangères. Pour mettre toutes les chances de leur côté, les étrangers et les étrangères utilisent des arguments qu’ils pensent être dans la logique de l’État. J’ai observé ce même phénomène concernant les demandes de naturalisation.

37J’ai consacré la troisième partie de cette thèse au genre de la naturalisation. L’État lance une politique de naturalisation sans précédent au cours de la deuxième partie des années 1920 dans un contexte où la lutte contre la « dépopulation française » est devenue centrale. La législation relative à l’acquisition de la nationalité française par décret n’est pas genrée (sauf dans le cas des demandes en couple) mais l’analyse des pratiques administratives a mis en évidence que le sexe des postulants (et combinés au sexe, leur situation matrimoniale et leur âge) joue un rôle fondamental dans la sélection des  « naturalisables ».

38Le traitement quantitatif réalisé à partir de dossiers de demandes de naturalisation a montré que les principaux bénéficiaires de la naturalisation par décret sont des hommes (environ 65 % des naturalisés sans compter les enfants). En effet, l’État souhaite grossir les rangs de l’armée par ce biais, le principal critère de sélection des hommes étant leur aptitude au service militaire. Du côté des femmes, celles qui sont naturalisées sont avant tout des épouses et des mères.

39J’ai aussi montré, par l’étude de l’acquisition de la nationalité par mariage, que le mariage, a priori considéré comme relevant de la sphère privée, est fortement lié à la politique nationale (comme Nancy Cott l’a déjà démontré dans son histoire du mariage aux États-Unis) : on peut le constater dans les modifications de la loi concernant la naturalisation par mariage. Cette évolution législative s’inscrit dans la nouvelle conception de la nationalité qui se dessine dans les années 1920. Celle-ci  devient clairement une question d’intérêt national et on retrouve ici le phénomène de « nationalisation des femmes » dans la France de l’entre-deux-guerres mis en évidence par Françoise Thébaud.

40Au cours de cette recherche, je me suis également interrogée sur les conséquences de la crise des années 1930 sur l’immigration d’un point de vue genré. Concernant la pratique administrative relative aux cartes d’identité d’étrangers, j’ai trouvé quelques éléments de réponse. Malheureusement les dossiers de cartes d’identité n’ayant pas été conservés aux archives départementales des Bouches-du-Rhône, ces réponses ne peuvent rester que partielles. J’ai, par exemple, constaté qu’en période de crise, les épouses de travailleurs étrangers constituent une réserve de main-d'œuvre dans laquelle on peut puiser pour combler le manque de bras dans le secteur agricole. Cependant, au même moment, selon des instructions ministérielles, les femmes étrangères épouses d’étrangers ne doivent pas être autorisées à travailler (par le biais de la régularisation) dans un contexte plus général de remise en cause du travail des femmes.

41Concernant la période de crise des années 1930, je me suis également demandé si la xénophobie touche autant les hommes que les femmes. Si les immigrantes ont globalement une image plus positive et rassurante que les hommes, la xénophobie vise aussi les femmes en temps de crise. Par exemple, les naturalisées par mariage suscitent la suspicion de la part des hauts fonctionnaires des ministères de l’Intérieur et de la Justice dans un contexte où le processus de différenciation et d’exclusion des naturalisés est à l’œuvre. La figure de l’étrangère entrant dans le corps de la nation par le mariage devient indésirable et la naturalisation par mariage cesse d’être automatique par un décret-loi en 1938. L’analyse de la pratique administrative de cette procédure dans les Bouches-du-Rhône montre cependant que peu de déclarantes se voient refuser la nationalité française et que les femmes ont plus de chance de devenir françaises par le mariage que par la voie de la naturalisation par décret.

42Cette recherche a montré, je l’espère, que le genre peut être une catégorie d’analyse pertinente pour mieux comprendre l’histoire de l’immigration et de la naturalisation dans la France de l’entre-deux-guerres. Comment poursuivre les pistes ouvertes par ce travail ? La recherche dans le cas français peut, par exemple, être approfondie : d’autres régions d’immigration pourraient être analysées mais aussi d’autres périodes. La question du genre de l’immigration et de la naturalisation pourrait aussi être étudiée dans d’autres espaces nationaux afin de mieux comprendre, par la comparaison, la construction des États-nations et des citoyennetés dans une perspective sexuée.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Linda Guerry, « (S') exclure et (s') intégrer. Le genre de l'immigration et de la naturalisation. L'exemple de Marseille (1918-1940) », Genre & Histoire [En ligne], 4 | Printemps 2009, mis en ligne le 06 juillet 2009, consulté le 23 octobre 2017. URL : http://genrehistoire.revues.org/610

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Genre & histoire est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page