Navigation – Plan du site
Comptes-rendus

Françoise Flamant, À tire d’elles. Itinéraires de féministes radicales des années 1970

Presses Universitaires de Rennes, 2009
Anne-Claire Rebreyend

Texte intégral

1Sociologue et économiste, militante du MLF, co-fondatrice de Musidora et animatrice de la journée « Grève des femmes » en 1974, Françoise Flamant présente le parcours d’une génération de femmes féministes dans les années 1970 – parcours qui est également le sien. Nées dans les années 1940, ces femmes françaises, américaines, anglaises, danoises, italiennes ont beaucoup voyagé en Europe occidentale et en Amérique du Nord et se qualifient de féministes « radicales ».

  • 1  Christine BARD, « Le lesbianisme comme construction politique »,  in Éliane Gubin, Catherine Jacqu (...)

2« Radicales » car elles rompent totalement avec le mode de vie hétérosexuel traditionnel : conjugalité, famille, vie sédentaire. Certaines vivent entre femmes dans des communautés lesbiennes ou des maisons ouvertes à toutes, d’autres s’installent en couples lesbiens. Elles s’expriment à travers la création artistique, la musique, le théâtre, la chanson. Elles se réunissent et militent dans des mouvements féministes. Parmi elles, on retrouve les pionnières qui ont tenté de déposer une gerbe de fleurs destinée à la femme du soldat inconnu le 26 août 1970 sous l’Arc de Triomphe. D’autres expérimentent des actions restées méconnues aujourd’hui. Quelques-unes exercent des métiers dits masculins (charpentières, réalisatrices de cinéma). Toutes inventent le lesbianisme comme position politique selon l’expression de Christine Bard1.

3Dans ce livre, Françoise Flamant a voulu rapporter le vécu des principaux événements qui changèrent la vie des femmes dans les années 1970. Prenant acte de la faiblesse des récits de vie de féministes, en particulier de féministes lesbiennes, l’auteure restitue les propos de onze femmes qui relatent leur parcours militant et amoureux. Ces récits mettent en valeur les multiples structures autonomes gérées par des femmes au sein des mouvements de libération et rapportent les difficultés à assumer leur sexualité lesbienne, leur volonté de rejeter les normes du genre. L’auteure assume pleinement sa double position de témoin et d’intervieweuse. En co-construisant ses archives orales, elle raconte également son propre parcours. Les onze récits oraux, qui ont été recueillis entre 2000 et 2003, s’articulent autour du  fil conducteur de  « l’ailleurs », qui permet d’évoquer les raisons qui ont provoqué le désir de partir, de rompre avec ses racines, sa famille, son éducation, sa culture ; de fuir un « destin de femme ». Des photographies ainsi que des documents inédits et des références bibliographiques complètent et éclairent ces entretiens.

4En tant que membre des Archives du féminisme, Françoise Flamant a voulu produire de nouvelles archives. Et c’est bien ainsi qu’il faut lire ce livre : non comme une somme ou une analyse historique sur le féminisme des années 1970, mais comme une source sur l’une des multiples tendances du féminisme des années 1970, celle des « féministes radicales ». L’ouvrage suscite donc des questions et ouvre des pistes de recherches sur un sujet encore largement méconnu. Il donne par exemple de précieux renseignements sur différents groupes français comme les Féministes révolutionnaires, Libération des femmes tendance lutte des classe, les Gouines Rouges, le FHAR (Front homosexuel d’action révolutionnaire), permettant de mieux comprendre leur mode de fonctionnement (non centralisé et non hiérarchisé), qui faisait à la fois leur originalité et leur faiblesse (p. 27, p. 56-57). L’ouvrage rappelle aussi le bouillonnement de la création artistique féminine et féministe autour du festival de films de femmes Musidora en 1974, où gravitent des réalisatrices, des actrices, des écrivaines aujourd’hui oubliées comme Alice Guy Blaché qui réalisa plus de 700 films en France et aux États-Unis (p. 42-44) ou la romancière Nicole Lise Bernheim interviewée par Françoise Flamant. On peut aussi dénicher une foule de renseignements sur les petites maisons d’édition féministes lesbiennes italiennes, anglaises ou américaines (par exemple Diana Press p. 143-144).

5Les pistes de recherches les plus fécondes ouvertes par Françoise Flamant concernent le vécu lesbien dans les années 1970. Écoutons Évelyne : « à cette époque, l’homosexualité des filles était vécue comme honteuse : la société en faisait un problème mineur qui serait vite résolu à l’âge adulte par la rencontre du sexe… masculin. Je ne l’entendais pas ainsi ; pour moi le problème était majeur. Je trouvais la fréquentation des garçons fastidieuse et le flirt dégradant » (p. 51). Françoise Flamant, quant à elle, revient sur le fonctionnement des communautés de lesbiennes californiennes des années 1970 : « les charpentières travaillaient entre elles ; nous mangions dans des restaurants tenues par des lesbiennes ; la plombière, la mécanicienne auto, la jardinière étaient lesbiennes ; la musique que nous écoutions était écrite et jouée par des lesbiennes. C’était le monde à l’envers. Le marginal était devenu la norme » (p. 35). Évelyne mentionne des expériences communautaires françaises qui contestent la notion de couple et revendiquent des relations sexuelles « politiques » sans tenir compte du désir et du plaisir. Charlotte décrit les échanges parfois conflictuels dans le camp féministe international de Femoe au Danemark (les Françaises rejetaient le style très « mecs » des grandes Scandinaves musclées et aux cheveux courts, tandis que des reproches leur étaient adressés à cause de leur « féminité ») (p. 74). Mais au delà des divergences et des conflits d’intérêt, tous les témoignages insistent sur la richesse des échanges entre féministes de tous les pays, inaugurant une véritable libération de la parole féminine.

6C’est bien là l’intérêt du recueil de Françoise Flamant : restituer les mots des féministes radicales. En cela, elle devient « productrice de mémoire » (Michelle Perrot, préface, p. 11).

Haut de page

Notes

1  Christine BARD, « Le lesbianisme comme construction politique »,  in Éliane Gubin, Catherine Jacques, Florence Rochefort, Brigitte Studer, Françoise Thébaud, Michelle Zancarini-Fournel (dir.), Le siècle des féminismes, Paris, Les éditions de l’atelier, 2004, p. 111-126.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Anne-Claire Rebreyend, « Françoise Flamant, À tire d’elles. Itinéraires de féministes radicales des années 1970 », Genre & Histoire [En ligne], 4 | Printemps 2009, mis en ligne le 06 juillet 2009, consulté le 23 septembre 2017. URL : http://genrehistoire.revues.org/569

Haut de page

Auteur

Anne-Claire Rebreyend

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Genre & histoire est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page