Navigation – Plan du site
Comptes-rendus

Annika Wilmers, Pazifismus in der internationalen Frauenbewegung 1914-1920

Klartext Verlag, Essen, 2008, 348 pages
Alice Primi

Texte intégral

1La première guerre mondiale divisa durablement les mouvements de femmes actifs dans les différents pays belligérants : tandis qu’une majorité soutenait les arguments et les efforts de guerre de leurs gouvernements respectifs, une minorité s’évertua à revendiquer des positions pacifistes et internationalistes. D’un côté comme de l’autre, les protagonistes pensaient faire progresser la cause des femmes, leurs interventions publiques étant censées témoigner de leurs capacités civiques. Malgré cet objectif commun, de nombreux désaccords politiques et stratégiques surgirent au sein des courants « bellicistes » comme parmi les « pacifistes », aggravés par les difficultés de communication et de discussion inhérentes à la guerre.

2Souvent minorée, voire occultée dans l’historiographie du féminisme et du pacifisme, cette dimension conflictuelle est au cœur de la thèse que l’historienne allemande Annika Wilmers a consacrée au pacifisme dans le mouvement international des femmes entre 1914 et 1920. Loin de présenter une version consensuelle, qui serait influencée par le bilan final des événements et par la vision des courants majoritaires, son travail restitue et analyse toute la complexité d’une mouvance pacifiste en pleine recomposition : confrontées à la réalité d’une guerre mondiale et adhérant à des priorités variables selon leur pays, leur situation et leurs convictions, les pacifistes s’exprimèrent très diversement dans les organisations féministes contemporaines.

3Annika Wilmers présente là une étude d’une ampleur impressionnante, examinant simultanément les cas de l’Allemagne, de l’Autriche, de la France et de la Belgique. Ceci lui permet d’envisager un large spectre de situations puisqu’il s’agit de pays entrés en guerre dans des circonstances très différentes, entretenant des rapports soit d’alliés soit d’adversaires, et qui sortent du conflit en tant que vaincus ou vainqueurs. Si depuis une dizaine d’années, l’histoire du féminisme est de plus en plus souvent abordée dans une perspective internationale, il est rare que les auteur-e-s engagent une réelle démarche comparatiste qui recherche et analyse systématiquement différences et points communs. Annika Wilmers se distingue par cet effort méthodologique qui l’amène notamment à dépister les transferts culturels à l’œuvre et à multiplier les angles d’approche de son sujet. Elle cherche ainsi à mettre à distance toutes les soi-disant évidences, à éviter toutes les tentations essentialisantes et naturalisantes, des précautions d’autant plus nécessaires lorsque les identités genrées et nationales sont en jeu. Un aspect récurrent des discours étudiés porte en effet sur ce qu’est ou doit être « la Femme » allemande/française/belge/autrichienne… ou bien « l’éternel féminin », et il importe de se servir des sources contemporaines pour démontrer que ces identités doivent être abordées comme des constructions sociales et politiques en permanente évolution.

4L’auteure applique sa démarche comparatiste à trois problématiques successives, qui structurent son ouvrage. La première partie, consacrée à l’aile pacifiste du mouvement international des femmes, s’interroge sur les conditions dans lesquelles émergent des courants et des réseaux pacifistes au sein d’organisations telles que l’International Council of Women (ICW) et l’International Women Suffrage Alliance (IWSA). Elle analyse les prises de positions pacifistes formulées et débattues par et entre les groupes belges, français, autrichiens et allemands membres de ces fédérations internationales, elle retrace les échanges, contacts et coopérations mais aussi les incompréhensions, les désaccords et les manifestations hostiles qui se produisent, et met ainsi en lumière la naissance d’une culture pacifiste propre à ce milieu du « féminisme bourgeois » – pour reprendre ici une dénomination allemande. Organisée chronologiquement, cette partie débute avec le premier congrès international pacifiste de femmes, qui rassemble à La Haye, au printemps 1915, 1136 femmes venues de 12 pays. Cet événement phare concentre l’essentiel des débats conceptuels, politiques et stratégiques suscités par la situation et permet la création de liens personnels et de réseaux qui perdurent au cours des années suivantes. C’est d’ailleurs à cette occasion que se forme le Comité international de femmes pour une paix permanente, qui siège à Amsterdam durant la guerre. Ses fondatrices dénoncent le manque de soutien de l’ICW et de l’IWSA aux idées pacifistes et estiment donc nécessaire l’existence d’une nouvelle association spécialement dédiée à cet objectif. Si elles se veulent plus radicales, les membres de ce Comité ne forment pas pour autant un groupe homogène et défendent souvent des positions liées à l’expérience de guerre et aux intérêts de leur propre pays. Enfin, le moment fort de l’après-guerre est le deuxième congrès international, qui se tient au printemps 1919 à Zurich, et lors duquel l’ICW et l’IWSA cherchent à reprendre un rôle de premier plan. Là encore, Annika Wilmers poursuit son analyse minutieuse des archives et des publications des organisations féministes – périodiques, bulletins, comptes-rendus de congrès, brochures et essais, ainsi que des écrits de diverses pacifistes – ouvrages, autobiographies et mémoires, mais aussi correspondances et archives privées. Ces sources personnelles s’avèrent d’autant plus précieuses qu’elles contiennent de nombreuses informations qui n’ont pu être rendues publiques durant la guerre – en raison soit de la censure, soit des stratégies de communication choisies par les instances des mouvements de femmes : leur étude projette ainsi de nouveaux éclairages sur certains faits, sur certains silences ou prises de position.

5La trame chronologique et thématique étant clairement exposée, l’ouvrage aborde dans une deuxième partie les controverses qui éclatent au sujet du pacifisme et de l’internationalisme au sein du mouvement international des femmes, et qui opposent d’une part les pacifistes – dans toute leur diversité – et d’autre part les féministes revendiquant leur soutien à la guerre par conviction nationaliste. Les mêmes sources que celles utilisées dans la partie précédente servent là à analyser les argumentations adverses, à interroger l’évolution idéologique des unes et des autres au fil de la guerre et après l’armistice, et à comprendre pourquoi les pacifistes adoptent alternativement des postures défensives, persuasives, agressives, afin de réagir aux critiques qui leur sont adressées à l’échelle internationale comme dans leur propre pays.

6Enfin, la troisième partie se penche sur la réception par l’opinion publique des débats menés lors des rassemblements de La Haye et de Zurich. A travers l’analyse de nombreux quotidiens allemands, autrichiens, belges et français parus au moment de ces congrès, Annika Wilmers s’intéresse à la manière dont les féministes pacifistes ont pu se faire entendre dans la sphère publique et influencer la formation de l’opinion. Elle interroge aussi le rôle joué par la presse pour relayer, taire ou dénigrer leurs idées, en comparant des publications de diverses tendances politiques, notamment la « presse bourgeoise » et la « presse socialiste ». La perspective genrée prend ici une importance particulière, les articles sur les femmes pacifistes étant essentiellement dus à des plumes masculines ; l’auteure analyse d’ailleurs les diverses représentations de « la Femme » véhiculées par les journaux à l’occasion de leurs comptes-rendus des congrès en question. A ces trois parties s’ajoute une étude de cas consacrée à la postérité intellectuelle et symbolique des congrès de 1915 et 1919 à travers l’histoire et les écrits de la Ligue Internationale des femmes pour la paix et la liberté, fondée à l’issue du congrès de Zurich pour succéder au Comité international pour une paix permanente.

7Cet ouvrage universitaire vient donc enrichir considérablement une historiographie du pacifisme souvent très événementielle et assez peu ouverte aux problématiques concernant le rôle des femmes et le genre. Il apporte de nombreux éclairages sur certains pans de la société civile durant la guerre et dans l’immédiat après-guerre, et nous renseigne sur la façon dont les enjeux et le déroulement du conflit – depuis l’occupation de la Belgique jusqu’à la question des réparations et du blocus de l’Allemagne – étaient perçus par des femmes aux convictions diverses mais partageant un même statut de non-citoyennes. Le travail d’Annika Wilmers permet également de mieux mesurer la réception et l’impact dans l’opinion publique des féministes, concernant des sujets autres que les débats bien connus sur le droit de vote ou le droit au travail : si ces thèmes fondamentaux réapparaissent bien sûr constamment au cours des années 1914-1920, ils sont ici mis en relation avec l’idée de Nation, les théories pacifistes, les engagements internationalistes. Ce livre approfondit enfin notre connaissance de la presse des mouvements de femmes présents en Allemagne, Autriche, France et Belgique, et, par la comparaison, amène à mieux cerner les différentes tendances et appartenances par lesquelles toutes ces publications se distinguent. Sa lecture démontre l’intérêt du comparatisme, notamment dans une étude menée avec une perspective genrée, et encourage à multiplier les recherches de ce type

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Alice Primi, « Annika Wilmers, Pazifismus in der internationalen Frauenbewegung 1914-1920 », Genre & Histoire [En ligne], 4 | Printemps 2009, mis en ligne le 06 juillet 2009, consulté le 29 avril 2017. URL : http://genrehistoire.revues.org/565

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Genre & histoire est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page