Navigation – Plan du site
Travaux soutenus
Prix Mnémosyne

La danse au prisme du genre : la revue Danser (1985 - 2008),

Master 2 sous la direction de Christine Bard, Université d’Angers, 2008
Pauline Boivineau

Entrées d’index

Mots-clés :

Art, Artistes, Danse, Revue

Chronologie :

XXe
Haut de page

Texte intégral

1Dans le contexte favorable de la naissance des Centres Chorégraphiques Nationaux et de l’essor de la danse contemporaine, la revue mensuelle Danser voit le jour en 1983 par la volonté du journaliste Jean-Claude Diénis qui partage ses intérêts entre danse classique et ce que l’on appelle la « nouvelle danse française ». Première sur le marché de la presse chorégraphique, la revue Danser s’est imposée rapidement, pour la diversité des rubriques (actualité, biographie, spectacle, histoire de la danse…), la multiplicité des approches. Elle se distingue également par sa longévité puisqu’elle est la seule revue de danse ouverte à un large public à paraître encore aujourd’hui et permet d’avoir, non pas une vision exhaustive de ce qui se fait en danse, mais cependant assez diversifiée.

  • 1  La modern dance est née au début du XXe siècle par l’acte créateur d’artistes telles les Américain (...)

2L’angle d’approche suivi ici, le genre, est central dans le processus de création chorégraphique. En effet, la danse travaille le genre, par son vecteur – objet/sujet – qui est le corps, mais également par son histoire, qui en fait le seul art né des femmes, du moins dans sa forme moderne1, et que l’imaginaire rapproche toujours du féminin.

3Le premier axe d’étude questionne les personnalités en présence, le discours tenu à leur propos, leur récurrence et leur visibilité. S’agissant d’un discours de presse, la dimension « marketing » ne peut être ignorée et témoigne d’un regard particulier sur la danse qui ne peut faire l’économie d’un star system. Le paradoxe de la domination masculine dans un art défini a priori comme féminin est mis à jour. Le star system laisse une place de choix aux hommes : Vaslav Nijinski, Rudolf Noureev, Maurice Béjart ou le médiatique Patrick Dupond. Une analyse photographique genrée montre aussi bien la reconduction des archétypes et les tentatives de transgression.

  • 2  Vérrièle Philippe, La muse de mauvaise réputation, danse et érotisme, Paris, La Musardine, 2006

4Le second axe s’inscrit dans une perspective historique et considère l’évolution de la place des femmes « en danse » depuis l’Ancien Régime. Leur présence et leur pouvoir créateur est en effet inédit. Si le XIXème siècle consacre la ballerine romantique, ce n’est qu’au prix de l’abdication de son existence en tant que femme. Il faut attendre le XXème siècle pour que les femmes investissent le champ de la création en donnant naissance à la danse moderne. Les danseuses-chorégraphes placent leur pratique dès le début du siècle au cœur d’un enjeu primordial lié à l‘émancipation du corps et de ses représentations. Elles refusent de se soumettre aux « normes féminines » et bouleversent les conventions par leur impératif de création, intrinsèquement subversif. Isadora Duncan ou encore Martha Graham créent en fonction de leur être femme tandis que le tournant des années 1970 révèle une danse qui se veut unisexe, inspirée du quotidien. Vierges de tradition académique, les Etats-Unis sont le lieu d’émergence de cette post modern dance engagée(Yvonne Rainer, Trisha Brown…), éloignée du carcan classique, ce qui ne signifie pas pour autant la mort du stéréotype de la ballerine et des fantasmes2 qui l’accompagnent.

  • 3  Fretard Dominique, Danse contemporaine. Danse et non-danse, Paris, éd. du Cercle d’art, 2004
  • 4  Esther Harding, Le mystère de la femme,Paris, Payot, 2001, p.14.
  • 5  Pascal Ory, « Le corps ordinaire », in Corbin A., Courtine J.-J., Vigarello G. (dir.), Histoire du (...)

5Quant à l’identité de genre dans la danse contemporaine et conceptuelle3 elle semble récurrente, c’est donc l’objet du troisième axe de recherche. La scène actuelle, pluridisciplinaire et ouverte nous donne également à voir les enjeux de corps qui se jouent en fonction des sociétés qui en sont le théâtre. Si « Aucun individu n’est entièrement mâle et entièrement femelle »4, une identité sexuée est attribuée à chaque sexe dans un dialogue entre sexe social et biologique. La conformité à ce dernier peut se lire à travers de nombreux stéréotypes utilisés parfois non sans humour et/ou transgression, dans une tentative d’indifférenciation ou bien d’inversion des sexes. Transgression aussi de l’ordre établi avec l’apparition croissante de la nudité sur la scène contemporaine, souvent accompagnée d’une certaine forme de violence, qui revisite l’érotisation des corps. Des corps désarticulés, médicaux, médicalisés apparaissent, tandis que la violence, le spasme, la pulsion et la sexualité sont explorés, sur scène ou dans des lieux plus insolites. Loin du corps glorieux de la ballerine, c’est l’étude d’un « corps ordinaire » qui se fait jour5 au siècle des plus grands bouleversements qu’ait jamais connu le corps. Il est donc légitime d’associer par analogie une configuration politique à cette émancipation des corps qui, sur le plan de la représentation rapproche les sexes alors que les identités se mélangent durablement. Les photographies sont là pour le rappeler.

  • 6  Guerrier Claudine, Presse écrite et danse contemporaine, Paris, Chiron, 1997, p.54

6 Sans avoir le militantisme et l’ouverture d’une revue telle que Mouvement, la revue Danser, « journal de danse attrape tout, qui cherche à satisfaire le plus grand nombre de lecteurs »6 se fait néanmoins porteuse d’un discours qui interroge le genre, entre classicisme et modernité, grâce à des plumes de tendances diverses. Elles mettent en évidence un travail du corps, de construction d’identité, de regards, de représentations qui se joue à travers l’art de la danse sans oublier sa dimension sociale voire politique, transgressive ou subversive, féministe ou misogyne qui se lit en filigrane, et c’est peut-être dans tous ces questionnements que se trouve l’essentiel.

Haut de page

Notes

1  La modern dance est née au début du XXe siècle par l’acte créateur d’artistes telles les Américaines Martha Graham, Doris Humphrey ou l’Allemande Mary Wigman. Elle se manifeste en rupture avec les canons de la danse classique et invente de nouveaux rapports au corps, introduisant les notions de gravité, de chute, loin de l’esthétique éthérée de la ballerine romantique.

2  Vérrièle Philippe, La muse de mauvaise réputation, danse et érotisme, Paris, La Musardine, 2006

3  Fretard Dominique, Danse contemporaine. Danse et non-danse, Paris, éd. du Cercle d’art, 2004

4  Esther Harding, Le mystère de la femme,Paris, Payot, 2001, p.14.

5  Pascal Ory, « Le corps ordinaire », in Corbin A., Courtine J.-J., Vigarello G. (dir.), Histoire du corps, T.3, Paris, Le Seuil, 2006, p.129-161.

6  Guerrier Claudine, Presse écrite et danse contemporaine, Paris, Chiron, 1997, p.54

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Pauline Boivineau, « La danse au prisme du genre : la revue Danser (1985 - 2008), », Genre & Histoire [En ligne], 4 | Printemps 2009, mis en ligne le 21 juin 2009, consulté le 23 octobre 2017. URL : http://genrehistoire.revues.org/557

Haut de page

Auteur

Pauline Boivineau

Pauline Boivineau

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Genre & histoire est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page