Navigation – Plan du site
Travaux soutenus
Prix Mnémosyne

Una donna de Sibilla Aleramo: le premier grand roman féministe italien ?

Master 2, Ecole normale supérieure, 2008
Alison Carton-Vincent

Texte intégral

1A travers l’étude du roman considéré comme le manifeste du féminisme italien, Una donna, il s’agit de caractériser la pensée féministe de l’auteure, Sibilla Aleramo, et de voir en quoi celle-ci reflète les débats du premier XXe siècle sur « la questione muliebre » (notamment au sujet de la maternité, des normes de genre, et plus généralement de l’émancipation féminine).

2En 1906, Sibilla Aleramo publie son premier ouvrage, Una donna. Ce roman à la première personne retrace la vie d’une jeune femme dont le nom n’est jamais mentionné mais qui semble être l’auteure, si l’on en croit l’adéquation presque totale entre les faits narrés dans le récit et la biographie réelle de Sibilla Aleramo.

3De son véritable nom Rina Faccio, Sibilla naît en 1876 à Alexandrie, dans le Piémont. Elle passe son enfance à Milan dans une famille bourgeoise et reçoit une éducation originale, athée et positiviste, sous la tutelle de son père Ambrogio. Lorsque ce dernier devient directeur d’une verrerie dans les Marches, toute la famille part s’installer à Portocivitanova. Rina a alors quatorze ans et devient la comptable de son père. C’est dans l’entreprise familiale que la jeune fille vit en 1892 une expérience traumatisante qui réapparaîtra à plusieurs reprises dans son œuvre : elle est violée par un employé, avec lequel elle se marie l’année suivante. Elle devient mère à dix-neuf ans et noue avec son fils un lien fusionnel. Le mariage s’avère voué à l’échec : Rina décide de quitter le domicile conjugal, mais également son fils dont elle ne parvient pas à obtenir la garde.

4C’est cette première partie de la vie de Sibilla Aleramo qui constitue la matière de Una donna, rédigé quelques mois après la séparation. Ce récit de soi est également l’occasion d’un double discours sur la société contemporaine : sur la condition féminine italienne du début du XXe siècle d’une part, sur les normes de genre en vigueur à l’époque d’autre part.

5Dès l’année de sa parution (1906), Una donna a toujours été considéré comme le premier grand roman féministe italien. Notre étude propose de voir si cette définition traditionnelle résiste à une analyse du texte et du contexte.

6En effet, au début du XXe siècle, nombreux sont les romans italiens traitant de l’émancipation féminine. Mais avec Una donna, le récit d’un parcours féminin émancipé se conclut pour la première fois par une issue positive : la possibilité d’une vie libre et le début de l’activité d’écriture pour la protagoniste.

7D’autre part, la nature romanesque indiquée par le sous-titre du livre (« romanzo ») est remise en cause par la dimension autobiographique du récit. Le texte semble emprunter aux deux genres romanesque et autobiographique, tendant ainsi vers une réécriture orientée des faits biographiques grâce à laquelle Sibilla Aleramo construit son propre mythe.

8Enfin, si l’engagement féministe de Una donna ne fait aucun doute (notamment dans sa remise en question des normes de genres et dans sa réflexion sur la maternité), il est nécessaire de bien cerner les caractéristiques de cette pensée féministe pour ne pas glisser dans l’illusion rétrospective d’une Aleramo féministe révolutionnaire : son féminisme reste modéré et teinté parfois de réflexions très conservatrices.  

9Reste que ce texte constitue un héritage fondamental pour la littérature féminine du XXe siècle, notamment pour la littérature néo-féministe des années 70 : ces romans dans lesquels l’histoire de l’émancipation des femmes apparaît à travers le récit de parcours individuels utiliseront massivement la narration à la première personne comme instrument de diffusion du féminisme, sur le modèle de Una donna.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Alison Carton-Vincent, « Una donna de Sibilla Aleramo: le premier grand roman féministe italien ? », Genre & Histoire [En ligne], 4 | Printemps 2009, mis en ligne le 21 juin 2009, consulté le 22 octobre 2017. URL : http://genrehistoire.revues.org/553

Haut de page

Auteur

Alison Carton-Vincent

Alison Carton-Vincent

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Genre & histoire est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page