Navigation – Plan du site
Travaux soutenus
Prix Mnémosyne

Les femmes Prix de Rome de Peinture et de Sculpture (1911-1968)

Master 2, Université Montpellier III, 2008.
Delphine Sicurani

Texte intégral

1Au lendemain de la révolution sexuelle, l'historienne de l'art Linda Nochlin baptise l'année 1971 par cette perçante et insolite question qui, source de nombreuses polémiques, a pour moindre mérite d'ouvrir un passionné et passionnant débat : «  Pourquoi n'y a-t-il pas eu de grands artistes femmes ? ».  Un bien curieux titre pour un article, dont le maître mot est incontestablement la provocation. Finalement le temps, juge impartial et intransigeant, légitimera l'intérêt de cette interrogation. Trois ans plus tard, L.Nochlin s'impose déjà comme une figure fondatrice d'une toute nouvelle et prometteuse branche de l'histoire de l'art qui se concentre sur une catégorie de protagonistes jusque ici laissés pour compte : les femmes artistes.

2Ce mémoire est le fruit d'un travail de recherche d'une durée de deux ans qui s'appuie – pour mieux s'émanciper – sur deux thèmes d'études reconnus et jusqu'alors développés séparément : l'histoire des femmes artistes, et l'évolution de l'Académie des Beaux-Arts au XXe siècle. Les femmes Prix de Rome de sculpture et de peinture, de 1911 à 1968, sont les premières artistes à accéder à un statut professionnel reconnu et à être consacrées par l'Académie. L'étude de leur histoire ouvre ainsi la porte sur de nombreuses questions : De quelle manière l'image de la femme est-elle conciliée à celle de l'artiste professionnel ? Quelles sont les conditions et les conséquences de la consécration des femmes, par le biais du Prix de Rome, dans le cadre du système académique? Une fois leur séjour à la Villa Médicis achevé, quel statut social, quelle position sur la scène artistique contemporaine et quelle place en histoire de l'art occupent les femmes Prix de Rome de peinture et de sculpture ?

3Les réponses sont à nuancer en fonction du contexte. Nous distinguons trois générations dans  un XXe siècle riche en évènements et mutations. L'histoire des femmes Prix de Rome commence par celle des « demoiselles Médicis », première génération uniquement composée par L. Heuvelmans et O. Pauvert. Bien que ces deux artistes aient suivi un parcours normalisé par l'Académie, elles font encore figures d'exceptions. Dans une société continuant de considérer la femme comme naturellement inférieure et socialement mineure, dans un milieu artistique où domine la certitude de l'existence d'une sensibilité diverse des hommes et innée aux femmes, ces deux femmes artistes parviennent à intégrer l'élite artistique consacrée par l'Académie des Beaux-Arts dont les valeurs artistiques sont paradoxalement fondées sur des critères masculins.

4La fin de la seconde guerre mondiale annonce l'apparition d'une nouvelle génération de femmes Prix de Rome. Le nombre relativement plus élevé de ces dernières suggère la normalisation de leur statut ; une émancipation liée à l'évolution du contexte social, les femmes étant enfin reconnues civilement. Si pour l'ensemble de ces lauréates l'enjeu n'est plus tellement de légitimer leur condition de femmes artistes, mais leur reconnaissance comme artiste Prix de Rome dans un milieu artistique toujours plus dominé par l'art moderne, les années soixante marquent une séparation entre les deux dernières générations de femmes Prix de Rome.

5Séjournant à la Villa Médicis entre les années quarante et cinquante, M. Lavanture (PR 1938), E. Beaupuy-Manciet (PR 1947), F. Boudet (PR 1950) et A. Budy (PR 1959), appartiennent à une génération d'élèves formés dans une École des Beaux-Arts s'ouvrant progressivement à la modernité, mais encore profondément attachée à la conservation d'un enseignement traditionnel.

6Évoluant dans les années soixante, la dernière génération de Prix de Rome, acquière, elle, une indépendance plus sensible face à l'Académie. J.G Deyme (PR 1963), J. Chévry (PR 1966), A. Houllevigue (PR 1967) et M.Voisin (PR 1968), dernières femmes à monter en loge, sont les représentantes d'une génération marquée par une politique culturelle dynamique, mise en place par le charismatique mais controversé Ministre des Affaires Culturelles, A.Malraux.

7Bientôt, et malgré le nouvel esprit indépendant qui s'empare de l'Ecole, la révolution sociale de mai 68, entraîne la suppression brutale du système académique, et, avec lui, du concours du Prix de Rome. Les deux dernières générations de Prix de Rome, doivent alors faire face, à partir des années soixante-dix, aux mêmes nouveaux critères et mécanismes structurant un champ artistique profondément modifié et plus que jamais dépendant de la conjoncture économique.

8Finalement, au-delà de la métamorphose du contexte artistique et social, une même question lie le parcours de ces artistes femmes de 1911 à 1968 : le Prix de Rome leur permit-il de poursuivre une carrière, au même titre que leurs confrères, ou ne fût-il qu'une apparence d'égalité en les confrontant à une autre discrimination une fois leur séjour et leur formation achevés ?

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Delphine Sicurani, « Les femmes Prix de Rome de Peinture et de Sculpture (1911-1968) », Genre & Histoire [En ligne], 4 | Printemps 2009, mis en ligne le 06 juillet 2009, consulté le 23 juin 2017. URL : http://genrehistoire.revues.org/542

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Genre & histoire est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page