Navigation – Plan du site
Comptes-rendus

Dominique Loiseau, Marre d'être sages!

Nantes, Éditions du centre d'histoire du travail, 2008, 112 pages.
Rebecca Rogers

Texte intégral

1Voici un livre qui donne envie de lire, de regarder et de partager, un livre qui redonne corps et sens aux engagements féministes, qu’ils soient intellectuels ou  sociaux. Dominique Loiseau, spécialiste du militantisme féminin et des rapports sociaux de sexe, nous livre ici un regard poétique sur la façon dont les hommes et les femmes « tentent de prendre leur vie en main. Debout. » A travers des photographies de syndicalistes comme de professionel-le-s – dont beaucoup proviennent des Fonds du Centre d'histoire du travail de Nantes–, l'historienne présente la vie des classes ouvrières au travail et à la maison, pendant la grève et pendant les moments de loisirs. Chaque petit chapitre se déroule de la même manière : deux ou trois clichés « d'époque », en noir et blanc, introduisent un chapitre, suivis d'une analyse en prose, associée à des zoom sur certains aspects des photos, présentées souvent en bande juxtaposée et porteuse de sens nouveau. Cette façon originale d'associer « science et rêve », comme l'explique Dominique Loiseau dans son introduction, est très réussie. En abordant ainsi un certain nombre de thématiques dont elle est spécialiste, l'auteure nous fait entrer dans un paysage et dans un imaginaire à la fois éloigné et étonnamment présent car il est avant tout question de la condition humaine. Si le parcours suivi privilégie les arrêts d'image sur les groupes –manifestations, moments de grève et rassemblements –, le regard de l'historienne est sensible aux individus qui font corps ensemble avec leurs regards, leurs habits et leurs rêves que nous devinons.

2Neuf séries d'images aux titres évocateurs structurent l'ensemble : corps en jeu ; lingerie fine et luttes de classes ; coude à coude ; Anne-Claude Godeau : l'ombre et la lumière ; le bleu ; guerre des sexes ; la grève, le désir, le deuil ; marre d'être sages ; sortie(s). Comme l'album de famille, image avec laquelle commence l'auteure, l'ensemble privilégie les moments forts quand les membres de la famille se réunissent ; contrairement à celui-ci, c'est l'œil de l'historienne qui isole les individus au sein de ces rassemblements et son savoir qui permet de les situer comme homme ou comme femme au sein d'une classe ouvrière entre les années du Front Populaire et les années 1980. Le titre du livre – Marre d'être sages ! – s'inspire d'un T-shirt porté par une jeune femme lors d'une manifestation des infirmières et sages femmes en 1988, image tirée de l'Union départementale cégétiste de Loire-Atlantique. La juxtaposition de cette photo et l'analyse de leur mouvement au slogan « ni bonne, ni nonne, ni conne », avec celle d'une manifestation contre la vie chère à Nantes en 1946 ou 1947 illustre l'un des arguments qui traverse le livre : les femmes font bien partie intégrante d'un mouvement ouvrier fort masculin dans ses cadres. Quand celui-ci entre en protestation, on trouve les femmes dans la rue, souvent dans des cortèges séparés, avec des symboles qui leur sont propres. D. Loiseau nous pousse à voir ensemble, cette manifestation des femmes avec leurs poussettes et celle de leurs maris grévistes à Nantes en 1955. Pour ces femmes et leurs enfants, l'occupation de la rue n'est pas anodine, étant donné l'assignation forte des femmes aux espaces familiaux et aux occupations ménagères.

3Le livre et les images sont traversés par les tensions que génèrent l'engagement féminin et les normes de genre. C'est le cas par exemple du très beau portrait d'Anne-Claude Godeau, « au regard doux », dont la destinée fut tragique. Syndicaliste CGT aux PTT elle meurt étouffée par la foule le 8 février 1962 à la station de métro Charonne à Paris. En face de son portait, Dominique Loiseau positionne une photographie de ses obsèques, les tons sombres des hommes recueillis, une seule femme dans l'objectif et un homme qui prend la parole pour évoquer la douleur et la colère. L'auteure nous rappelle qu'en 1975 encore, les femmes ne constituent qu'environ un quart des membres de la CGT. Si les images des femmes représentées portent souvent l'empreinte de la « sagesse » féminine, certaines nous montrent des femmes qui transgressent, refusant la soumission et la docilité, comme cette ménagère en manteau et chaussures de ville avec petit talon en couverture du livre, qui jette un pavé en 1970 lors d'une manifestation de soutien aux ouvriers de Brissonneau et Lotz Marine à Nantes. Son corps en mouvement détonne devant l'assemblée masculine qui observe. L'attention que porte Dominique Loiseau au positionnement des corps, aux vêtements, aux visages, aussi bien masculins que féminins, nous apprend aussi beaucoup sur la culture matérielle et corporelle d'un monde ouvrier qu'elle connaît bien et qu'elle décrit avec une empathie évocatrice. C'est certainement cette empathie, enracinée dans sa vie personnelle, qui explique aussi le caractère poétique du récit, qui glisse facilement de la description des images aux souvenirs qu'ils évoquent : souvenirs de lectures fort variées (Le Bruit et la fureur de Faulkner ou Liberté grande de Gracq), de films (Reprise de Hervé Le Roux, L'Atalante de Jean Vigo ou Une Chambre en ville de Jacques Demy), voire de lectures plus historiennes.

4Cette façon de créer un ensemble d'émotions et d'images autour des thématiques abordées fait incontestablement la richesse de Marre d'être sages! qui n'a aucune prétention universitaire. Malgré tout, la finesse de l'observation et sa façon de faire passer notre regard des hommes jouant au ballon dans l'usine Citroën photographiés par Willy Ronis, aux ouvrières en lingerie chez Chantelle, ou encore aux agricultrices recevant une machine à laver dans une ferme de la région nantaise en 1961, à la femme en foulard blanc qui pêche, nous apprend beaucoup de choses sur l'histoire des femmes, l'histoire du monde ouvrier et tout simplement l'histoire de la deuxième moitié du XXe siècle. L'association de ces images, patrimoine d'un passé révolu, a certes une pointe de mélancolie, mais le texte ne comporte guère de nostalgie « d'un mythique âge d'or individuel ou collectif » (p.7). Au contraire, si Dominique Loiseau présente des moments où hommes et femmes sont effectivement « coudes à coudes» dans la protestation, la guerre des sexes est aussi une réalité dans ce monde ouvrier souvent machiste. En nous encourageant à exploiter les « patrimoines malmenés des mémoires ouvrières et populaires » (p.7), en étant attentive à ce qu'une lecture sexuée peut apporter comme regard nouveau, Dominique Loiseau fait ressentir les acquis de trente ans d'histoire des femmes et propose des lectures et sources à exploiter pour l'avenir. Elle nous propose aussi une belle leçon d'écriture engagée où le regard de militante décrit avec rigueur mais aussi beaucoup de légèreté la vie, les espoirs et les déceptions des hommes et des femmes qui travaillent.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Rebecca Rogers, « Dominique Loiseau, Marre d'être sages! », Genre & Histoire [En ligne], 4 | Printemps 2009, mis en ligne le 03 septembre 2009, consulté le 24 juin 2017. URL : http://genrehistoire.revues.org/536

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Genre & histoire est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page