Navigation – Plan du site
Comptes-rendus
Parutions

Jean-Clément Martin, La Révolte brisée. Femmes dans la Révolution française et l’Empire

Paris, Armand Colin, 2008, 250 pages
Louis-Pascal Jacquemond
Référence(s) :

Jean-Clément Martin, La Révolte brisée. Femmes dans la Révolution française et l’Empire, Paris, Armand Colin, 2008, 250 pages

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

1Jean-Clément Martin dresse en 250 pages, un remarquable tableau de la question des Femmes dans la Révolution française et l’Empire,dont le sous-titre La Révolte brisée est judicieux.

2Le parcours s’ordonne en quatre épisodes : en premier « Une société en quête d’elle-même », en second « Les limites de l’espérance », puis en trois « La famille révolutionnaire » et en dernier lieu « L’empire des femmes ? ». A chaque fois, l’auteur grave un portrait de femme(s) en taille douce : la comtesse du Barry en introduction, la reine Marie-Antoinette, les émeutières d’octobre 1789, dames de la Halle ou faubouriennes de Saint-Antoine ; les soldates, Thérèse Figueur ou Elisabeth Dubois, les trois impératrices Marie-Louise, Joséphine ou Laetitia Buonaparte, et en conclusion la duchesse de Berry. Jean-Clément Martin élargit ensuite progressivement au contexte politique, social et culturel avant d’embrasser par touches successives les avancées féministes, les achoppements implicitement anti-féministes, les renoncements ou les incertitudes.

3La place faite aux hommes, qu’ils soient acteurs ou spectateurs, qu’ils soient hostiles ou adeptes, est assez ramassée mais étayée d’un sens rigoureux de la démonstration qui, au-delà de la nuance et de la litote, semble confirmer l’ébranlement culturel : il souligne la construction d’une mémoire emblématique, et justifie les limites de l’univers masculin qui marginalise les femmes au nom de ses propres insuffisances et de ses anxiétés. Le règne de Louis XVI est marqué d’une transgression par l’élite féminine, la Révolution naissante reconnaît une spécificité aux femmes, en particulier politique, mais ne la confirme pas, la République guerrière brouille leur image et radicalise les attentes, le bonapartisme consulaire et impérial impose le contrôle étatique et la contrainte masculine même s’il échoue à asservir les corps. Voilà dans ses grandes étapes le parcours original qu’affirme Jean-Clément Martin.

4Avec un sens aigu du titre comme examen de conscience, l’historien rythme chacun des épisodes d’interpellations roboratives. Quelques exemples l’illustrent : « la mécanique des femmes », « le "pouvoir nocturne" des femmes », « la révolte brimée », « paroles entravées », « femmes fantasmées, femmes victimes », « la maman et la déesse », « la nouvelle querelle des femmes ? », « la fin des sans-jupons ? », « la nation virile », « sans l’hymen, point de mœurs publiques », « l’œil du maître » …. Aucun domaine n’est laissé de côté et la cohésion du propos s’appuie sans difficulté sur l’archéologie du langage, la puissance des structures, la prégnance des mentalités et des représentations. L’indéniable misogynie des hommes du temps explique en grande partie cette relégation des femmes dans la sphère du privé ou du mineur. Aussi l’auteur a-t-il réussi à explorer ces différents visages mais sa mise en perspective ne s’aventure pas à la remise en question conceptuelle. Ainsi sur démocratie et droits politiques, la place faite aux femmes est-elle intégrée comme une préhistoire de la citoyenneté et une étape du processus de reconnaissance politique des femmes…alors que Jean-Clément Martin, historien de la minorité vendéenne, n’a pas hésité à traquer et bousculer par ses travaux le concept de contre-révolution.

5Néanmoins cet ouvrage, au-delà de sa belle écriture et de sa contribution très pertinente à l’histoire des femmes, s’expose à quelques impatiences. Sans conteste le titre n’ouvre ni sur les mots « genre » ou « sexe » et l’auteur s’en explique dès l’introduction sans que le lecteur sache réellement s’il s’agit d’une feinte modestie ou d’une précautionneuse restriction intellectuelle. Tout son propos cadre un certain rapport entre hommes et femmes et le définit tant culturellement que politiquement. La longue analyse de la famille révolutionnaire mobilise habilement tous ces domaines et articule la rupture de 1793 comme un moment majeur de reconstruction du modèle familial pour ne pas dire familialiste. Mais l’auteur le fait implicitement et du point de vue des hommes. Les tentatives des femmes sont ensuite perçues comme des soubresauts marginaux voués à l’échec et non comme l’occurrence d’une même réalité.

6Pourquoi le titre général de l’ouvrage s’est-il arrêté à l’expression « révolte brisée » ? Il n’est d’ailleurs jamais repris dans le texte sauf en conclusion et c’est l’expression « révolte brimée » qui lui fait écho dans le corps du second chapitre. Il n’est pas clairement statué sur le refus politique d’une société égalitaire : l’étude du rejet des droits politiques des femmes obéit davantage à la logique sémantique et idéologique d’expression du pouvoir des hommes (sans le déconstruire), à la démonstration d’un rapport de forces implicitement corroboré par une conception asexuée des droits et de la citoyenneté,  … en quelque sorte en épousant la posture culturelle de ces hommes et en légitimant leurs récusations comme erreur de parcours ou prématurité même s’il en précise la nécessité idéologique.

7En inscrivant cet épisode révolutionnaire dans une plus longue durée et la définition de la démocratie politique dans sa pleine acception, l’auteur aurait certainement considéré qu’il s’agissait là d’une « révolution inachevée » ou du triomphe de l’idéal masculin de démocratie (« le triomphe des droits des hommes » et non « de l’Homme »). Dans le même ordre d’idée, il est patent que les révolutionnaires ont construit la marginalisation politique des femmes alors que la question de la mixité et de l’intégration des femmes était clairement et pleinement posée dans des termes et des réalités proches de celles du XIXème et du XXème siècles. Ils ont réussi en sus à assimiler le personnage femme à la contre-révolution pour mieux l’éliminer. C’est là une des violences idéologiques de la Révolution française et de son prolongement impérial et bonapartiste.

8Au-delà de ces brèves remarques sur la conception de l’ouvrage et sur la posture intellectuelle de son auteur, il est patent que ce livre est un moment historiographique important d’écriture d’histoire mixte. On aurait aimé y retrouver l’idée d’une « révolution refusée » comme le précise la quatrième de couverture sans que l’ouvrage l’ait véritablement abordée. L’auteur fait principalement un récit des rapports entre hommes et femmes, autour des thèmes de la famille, de l’ordre social, des hiérarchies, des violences et du désir. Et c’est là son interprétation du « genre » qui reste aux franges de l’idéologique et du politique.

9L’ouvrage est écrit dans un style élégant nourri de références nombreuses trop rarement rapprochées ou corrélées jusqu’à ce jour. Une importante bibliographie sélective termine l’ouvrage. Ce livre est tantôt une synthèse didactique qui éclaire quelques orientations nouvelles de la recherche historienne (la place des femmes dans la société thermidorienne, le poids des mentalités sous l’Empire, l’apport des  sources féministes du temps,…) tantôt une mise au point universitaire qui balaie à grands traits des épisodes majeurs et y inscrit la question de la place des femmes. On saura gré à Jean-Clément Martin d’avoir ainsi mis à notre disposition un travail roboratif sur le sujet. Mais entre le concept de construction culturelle et de construction des pratiques de citoyenneté de  Dominique Godineau, le questionnement plus politique de Martine Lapied, ou les travaux plus incisifs sur l’historicité genrée de la détermination de droits de l’homme (Homme) de Lynn Hunt, Jean-Clément Martin semble prudent au risque de privilégier une histoire des femmes ou une histoire mixte plutôt qu’une histoire du genre.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Louis-Pascal Jacquemond, « Jean-Clément Martin, La Révolte brisée. Femmes dans la Révolution française et l’Empire », Genre & Histoire [En ligne], 3 | Automne 2008, mis en ligne le 23 décembre 2008, consulté le 24 août 2017. URL : http://genrehistoire.revues.org/401

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Genre & histoire est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page