Navigation – Plan du site
Comptes-rendus
Parutions

Patronnes et mécènes en France à la Renaissance. Études réunies et présentées par Kathleen Wilson-Chevalier avec la collaboration d'Eugénie Pascal

Saint-Etienne, Publications de l'Université de Saint-Etienne, 2007, 681 pages
Nicole Dufournaud
Référence(s) :

Patronnes et mécènes en France à la Renaissance. Études réunies et présentées par Kathleen Wilson-Chevalier avec la collaboration d'Eugénie Pascal, Saint-Etienne, Publications de l'Université de Saint-Etienne, 2007, 681 pages

Texte intégral

1« L'histoire traîne parfois derrière elle de très lourds boulets. » Kathleen Wilson-Chevalier introduit ainsi ce recueil de 24 articles sur les femmes commanditaires et collectionneuses du XVIe siècle, oubliées par les études historiques. Elle présente une nouvelle vision de l'art de la Renaissance française avec 24 auteurs de trois disciplines différentes : histoire de l'art, littérature et histoire. Il faut saluer une autre originalité : le travail des auteurs sur des sources plus difficiles que les sources littéraires imprimées, souvent utilisées pour l'étude de cette époque. Ici, il n'en est rien : inventaires après décès, correspondances, livres de comptes sont les sources privilégiées pour renouveler ce champ d'étude. L’ensemble est richement illustré, ce qui ajoute au plaisir de la lecture.

2Trois articles forment la première partie du recueil. Le premier étudie le mécénat des femmes dans le domaine des manuscrits et des livres imprimés, le second, l'influence des puissantes dames sur le théâtre et, le dernier, leur rôle, grâce à leur correspondance. La seconde partie se compose d'études de cas qui, par l’accumulation d'exemples présentés, bousculent les idées reçues. Parmi les figures étudiées, citons les plus célèbres : Anne de France, Anne de Bretagne, Marguerite d'Autriche, Louise de Savoie, Marguerite d'Angoulême, Eléonore d'Autriche, Diane de Poitiers, Jeanne d'Albret, Antoinette de Bourbon, Anne d'Este, Catherine de Médicis et Catherine de Lorraine.

3Enfin, cet ouvrage, véritable outil de travail, présente à la fin un résumé de chaque article, une présentation de chaque auteur, une bibliographie, riche et originale, et un index.

4Des notes et des références qui complètent la lecture, permettent un travail de généalogie, facilitant une identification des réseaux sociaux, les liens de parenté, d'alliance et d'affinités de ces femmes issues de lignages puissants : Bourbon, Lorraine, Savoie, Navarre, Autriche, Auvergne, etc.

5Soulignons la qualité des articles qui renouvellent l'histoire de l'architecture de la Renaissance française en démontrant le rôle fondamental des femmes de l'aristocratie. Parmi ceux-ci choisissons-en cinq : celui sur le théâtre qui devient un instrument de propagande utilisé à des fins politiques par Catherine de Médicis mais également par Jeanne d'Albret à des fins religieuses ; un article sur Catherine de Médicis et sa petite-fille préférée, Christine de Lorraine ; un autre rédigé à deux voix, consacré à Eléonore d'Autriche qui remet à sa véritable place cette reine que beaucoup d'historiens croyaient très effacée ;  un dernier, sur Diane de Poitiers, qui participa avec Eléonore d'Autriche à la construction de l'image moderne de la veuve éternelle et chaste, au travers des peintures et sculptures et dans l'art funéraire. Un article exceptionnel traite de deux femmes : Anne d'Este et sa fille Catherine de Lorraine. L'auteure y démontre le rôle capital de ces deux femmes dans l'anéantissement d'Henri III qui ont orchestré la destruction des images favorables au roi à la mort de leurs fils ou frères. L'auteure n'hésite pas à conclure son article en apportant un document manuscrit, un fac-similé et sa transcription qui ajoutent à la qualité scientifique de ce recueil.

6Ces femmes ont souvent des liens de parentés : quand elles ne sont pas élevées ensemble comme  Marguerite d'Autriche avec Louise de Savoie auprès d'Anne de France, elles sont mères et filles, cousines, ou tantes et nièces, comme chez les abbesses. Elles forment des réseaux « et c'est par ces relations entre réseaux que s'exercent les influences et que s'échangent les idées et les innovations ». Certains articles démêlent avec bonheur le rôle de ces femmes. L'article sur le patronage humaniste de Marguerite de Navarre reprend la théorie intéressante de  Marc Granovetter sur la force des liens faibles : cette théorie permettrait de reconnaître les activités des femmes exclues de l'exercice explicite du pouvoir au XVIe siècle. Même si nous ne suivons pas l'auteure sur cette interprétation, elle a le mérite de faire réfléchir sur la fameuse théorie de Marc Granovetter. Un autre article attire l'attention, celui sur Catherine de Médicis et Christine de Lorraine ; l'auteure y rappelle les origines maternelles auvergnates de la Reine et avance l'expression heureuse de « dualité dynastique » : italienne et française.

7A la lecture de ces 24 articles dus à des auteurs venus d'horizons divers, constatons la richesse que la réflexion peut tirer de la diversité des études de cas. Parmi les grands traits dégagés, les auteures montrent que ces femmes savent utiliser, à leurs fins, les arts et les lettres souvent aux mains des hommes : certains d’entre eux comme jean Bourdichon fabriquent des images ambiguës pour élaborer un discours idéologique qui vise à mettre au pas les femmes de pouvoir ; d'autres comme Rémy Belleau recherchent leur protection. Ce ne sont pas les différents types de mécénats qui interpellent mais, plutôt, comment elles utilisent et outrepassent leur rôle, que certains hommes auraient préféré limiter. Comme les hommes de leur rang, elles assoient leur position sociale et économique dans une société dominée par la préséance, la représentation et l'ostentation. Ce passionnant ouvrage érudit ne laisse pas indifférents les lecteurs avertis.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Nicole Dufournaud, « Patronnes et mécènes en France à la Renaissance. Études réunies et présentées par Kathleen Wilson-Chevalier avec la collaboration d'Eugénie Pascal », Genre & Histoire [En ligne], 3 | Automne 2008, mis en ligne le 17 décembre 2008, consulté le 28 avril 2017. URL : http://genrehistoire.revues.org/384

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Genre & histoire est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page