Navigation – Plan du site
Comptes-rendus
Parutions

Florence Rochefort (dir), Le pouvoir du genre, Laïcités et religions, 1905-2005

Presses Universitaires du Mirail, coll. Le Temps du Genre, 2007, 275 pages
Rebecca Rogers
Référence(s) :

Florence Rochefort (dir), Le pouvoir du genre, Laïcités et religions, 1905-2005, Presses Universitaires du Mirail, coll. Le Temps du Genre, 2007, 275 pages

Entrées d’index

Mots-clés :

Laïcité
Haut de page

Texte intégral

1Dans l’importante production universitaire autour du centenaire de la loi de séparation de l’Eglise et de l’Etat en France, ce volume contient la plupart des communications du seul colloque consacré au genre. Saluons d’emblée le résultat, dirigé par Florence Rochefort, qui inaugure la nouvelle collection des Presses universitaires du Mirail, « Le temps du genre ». En pointant l’intrication complexe entre politique, religion et genre dans les débats sur la laïcité en France, et ailleurs à l’époque contemporaine, les auteur-e-s des différents articles montrent clairement à quel point la dimension du genre éclaire les champs du politique et du religieux trop souvent appréhendés sous l’angle d’un masculin universel. Chemin faisant, les analyses révèlent non seulement l’instrumentalisation des femmes dans les processus de laïcisation mais aussi leur activisme. Divisé en deux parties, le livre aborde en premier lieu la dimension proprement historique du « moment 1905 » en France métropolitaine et coloniale et emmène ensuite le lecteur hors de France pour éclairer la centralité du genre dans les recompositions politico-religieuses du XXe siècle. Le croisement des regards dans ce volume pluridisciplinaire ne vise pas une interprétation définitive, mais ouvre plutôt des pistes pour de nouvelles recherches en montrant le caractère fructueux des questionnements dans ce domaine.

2Bien cadrés par l’introduction analytique de Florence Rochefort, les sept articles de la première partie traitent de la dimension genrée de la laïcisation, à la fois sous l’angle des acteurs sur le terrain et à travers l’analyse de ses fondements politico-philosophiques. Cette variété d’approches permet de saisir « le double mouvement de laïcisation comme transfert de pouvoir et de compétences du religieux au séculier [...] et comme création d’un espace public englobant et d’une nouvelle pensée humaniste où se remodèle l’intervention religieuse sur les questions de genre, notamment » (p.22). Dans tous les cas, les auteurs abordent la laïcisation comme un processus dans lequel l’année 1905 ne constitue ni l’aboutissement ni le point de départ mais un moment révélateur de tensions. Ceci est particulièrement clair dans les études qui traitent de l’éducation et qui abordent les activités des personnes sur le terrain : les inspecteurs d’Académie en région lyonnaise, le comité des dames de la Ligue de l’enseignement, les institutrices syndicalistes, ou encore les enseignantes missionnaires ou laïques en Tunisie et en Algérie. Le contexte local paraît, en effet, essentiel pour comprendre la complexité d’un processus qui a des effets contrastés sur les rapports de genre. L’argument républicain en faveur d’une laïcisation émancipatrice pour les femmes, position adoptée par le pédagogue et suffragiste Ferdinand Buisson, par exemple, occulte souvent les inégalités flagrantes induites par cette même doctrine républicaine. Et de manière paradoxale, la mobilisation contre la laïcisation menée par les élites féminines de la Ligue des Femmes Françaises lyonnaises constitue une entrée en politique pour des femmes exclues du pouvoir politique. En montrant la complexité des engagements et des attitudes, bien exposée dans l’analyse des cours d’éducation sexuelle et de morale laïque d’Emile Durkheim, les contributions de cette partie, en intégrant la variable du genre, nuancent considérablement une histoire de la laïcisation souvent présentée comme un bloc contre un autre.  

3Les six contributions suivantes prolongent ces premières analyses et montrent à quel point les rapports de genre au sein des religions se conjuguent différemment en fonction de facteurs historiques, juridiques, économiques, culturelles et politiques, malgré l’existence de la Convention sur l’élimination de toutes les formes de discrimination à l’égard des femmes (CEDEF) qui, en 2005, a été ratifiée par 80 États sur les 91 représentés à l’ONU. Il est beaucoup question dans cette partie de la législation sur la religion, la famille et les femmes, au niveau international, dans l’Inde coloniale et post-coloniale, dans l’Iran avant et après la révolution islamique, dans les états américains d’aujourd’hui, dans la Pologne et l’Allemagne post-communiste. Inévitablement la diversité des aires géographiques et religieuses rend illusoire toute conclusion sur le lien entre genre et laïcisation ; cette même diversité souligne la difficulté à associer laïcisation ou sécularisation avec émancipation féminine. Comme le conclut Françoise Gaspard, la sécularisation du droit ne constitue qu’une étape dans le processus d’éradication de pratiques discriminatoires à l’égard des femmes. Et ces avancées sont souvent fragiles, notamment quand il s’agit de droits touchant à la sexualité, ce que montre l’exemple de la Pologne catholique et sa loi « anti-avortement » de 1993 ; cette même conclusion peut se lire en filigrane dans l’article sur le traitement juridique du mariage homosexuel aux Etats-Unis. Sans sous-estimer l’importance des études sur le droit, les enquêtes sur le terrain, comme celle menée en Iran par Azadeh Kian-Thiébaut, montrent l’importance de comprendre en quoi les lois modifient et rendent plus ou moins égalitaires les rapports entre les sexes.

  • 1  Joan Scott, The Politics of the Veil. Princeton et Oxford, Princeton University Press, 2007. Noton (...)

4Le regard analytique posé sur « laïcités et religions », comme le précise le sous-titre de ce volume, incite à mener plus de travaux dans ce domaine, hautement médiatisé, mais finalement peu étudiée sous l’angle du genre. Parmi les pistes les plus prometteuses, notons surtout celles qui recourent aux analyses de terrain pour étudier les effets des engagements sur les rapports de genre. De même, le décentrage hors de la France métropolitaine devrait permettre d’aborder plus souvent la situation coloniale ou post-coloniale, avec la volonté de saisir les spécificités des contextes locaux, et de proposer des comparaisons. La lecture du volume donne donc envie d’en savoir plus. Sans doute les historiens auront-ils l’impression d’une première partie plus cohérente et mieux ciblée, mais l’ouverture proposée dans la deuxième partie vient renforcer l’idée de l’importance du genre dans les débats contemporains, révélant à quel point les questions de laïcités et de religions ne sont pas des affaires du passé. Souhaitons au passage que dans la discussion inaugurée par ce volume se développe une analyse historico-sociologique de « nos » affaires de voile pour le moment abordées surtout par l’historienne américaine Joan Scott1.

Plan de l’ouvrage

F. Rochefort

Introduction

(9-29)

1re partie : Le moment 1905 en France Métropolitaine et coloniale

Michelle Zancarini-Fournel

Genre et laïcisation, jeux d’échelles du national au local

(33-46)

Jean-Paul Martin

Entre philanthropie et féminisme ; Le comité des dames de la Ligue de l’enseignement (1901-1914)

(47-63)

Bruno Dumons

Résistances des Ligues féminines Catholiques à l’idée Laïque

(83-97)

Frédéric Molé

Culture scolaire, idéal laïque et différences filles/garçons

(99-109)

Jean Elisabeth Pedersen

Education sexuelle et morale laïque chez Durkheim

(111-125)

Julia Clancy-Smith

L’éducation des jeunes filles musulmanes en Tunisie : missionnaires religieux et laïques

(127-143)

Joëlle Allouche-Benayoun

La sécularisation par l’école : filles et garçons juifs d’Algérie

(145-159)

2e partie : Le genre, un révélateur des relations Etat, religions et sociétés

Françoise Gaspard

Sécularisation du droit, laïcité et droits des femmes au plan international

(163-181)

Stéphanie Tawa Lama-Rewal

Les droits des femmes, otages de la laïcité à l’indienne

(183-200)

Azadeh Kian-Thiébaut

Modernité, genre et religion en Iran

(201-215)

Baptiste Coulmont

Mariage Homosexuel, religion et Etat aux Etats-Unis

(217-228)

Jacqueline Heinen

Droit à l’avortement et identité catholique polonaise

(229-247)

Jean-Paul Willaime

Le poids des églises en Allemagne sur la question de l’avortement

(249-266)

Haut de page

Notes

1  Joan Scott, The Politics of the Veil. Princeton et Oxford, Princeton University Press, 2007. Notons la frilosité des éditeurs français à traduire ce livre qui sera finalement disponible en français grâce à un éditeur tunisien.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Rebecca Rogers, « Florence Rochefort (dir), Le pouvoir du genre, Laïcités et religions, 1905-2005 », Genre & Histoire [En ligne], 3 | Automne 2008, mis en ligne le 14 décembre 2008, consulté le 28 avril 2017. URL : http://genrehistoire.revues.org/379

Haut de page

Auteur

Rebecca Rogers

Professeure - Université Paris 5 - René Descartes

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Genre & histoire est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page