Navigation – Plan du site
Comptes-rendus
Prix Mnemosyne

Cédric Weis, Jeanne Alexandre (1890-1980). Une pacifiste intégrale

Angers, Presses Universitaires d’Angers, 2005, 291 pages
Isabelle Vahé
Référence(s) :

Cédric Weis, Jeanne Alexandre (1890-1980). Une pacifiste intégrale, Angers, Presses Universitaires d’Angers, 2005, 291 pages

Entrées d’index

Mots-clés :

Pacifisme
Haut de page

Texte intégral

1Jeanne Alexandre est une intellectuelle, une figure importante des mouvements féministes et pacifistes français. « Plus pacifiste que féministe », elle cherche à « construire la paix sur la justice et l’égalité entre les hommes » comme l’écrit en préface Françoise Thébaud (p.8). Ce livre tiré de la maîtrise de Cédric Weis, soutenue à l’université Paris 1 en 2003 sous la direction de Pascal Ory et de Michel Dreyfus, Prix Mnemosyne 2004, Prix Maitron 2004, nous plonge dans la vie de cette intellectuelle, proche du philosophe Alain. Cédric Weis cherche à démontrer comment le pacifisme naturaliste de Jeanne Alexandre se confronte au ralliement à l’Union Sacrée de la majorité des féministes françaises.

2Il cherche aussi à montrer comment le pacifisme intégral naît dans les années qui suivent la Grande Guerre et prend de l’ampleur dans la deuxième moitié des années 30.Le travail archivistique est fouillé, précis. Cédric Weis a notamment consulté les archives personnelles de Jeanne Alexandre conservées à la BDIC, à la Bibliothèque Municipale de Nîmes.Ces archives concernent essentiellement la Grande Guerre et la période 1919-1939, ce qui correspond à la quintessence de son engagement militant.

3Dans une première partie, Cédric Weis  nous présente la jeunesse puis les débuts de l’engagement pacifiste de Jeanne Alexandre de 1890 à 1918. Pendant la Grande Guerre, elle refuse l’Union Sacrée, fréquente les féministes radicales, à l’origine de la section française de la Ligue Internationale des Femmes pour la Paix et la Liberté, rédige des articles dans Le Populaire du Centre où elle dévoile un pacifisme « radical » qui évolue vers l’intégral dans le milieu des années trente. La deuxième partie évoque l’entre-deux-guerres où Jeanne Alexandre participe à la revue d’Alain, Les Libres propos. Sa vie suit un fil conducteur: « l’importance qu’elle accorde à la question sociale, la permanence de son humanisme » (p.21). Cédric Weis tente d «  montrer dans quelle mesure il est à rapprocher de la conduite radicale de son combat pour la paix » (p. 21).

4Née en 1880 à Paris dans une famille d’intellectuels alsaciens, elle fait ses études au lycée Fénelon puis au Collège Sévigné où elle prépare l’agrégation de lettres. Elle y rencontre Alain qui est son professeur de philosophie. En 1913, elle décroche la première place de l’agrégation de lettres et enseigne ensuite au cours Fénelon en 1914 et 1915. Elle devient féministe pour promouvoir la paix. Elle est persuadée que le vote des femmes en est un vecteur puissant : pour cette raison, elle adhère à la SFIO et à la Ligue des Femmes pour le Droit des Femmes (LFDF).

5Jeanne Alexandre se désillusionne très vite : la Grande Guerre la voit passer dans le camp des pacifistes minoritaire. Travaillant au service contentieux de la Ligue des Droits de l’Homme, elle s’oppose, dans des débats, à la ligne de conduite officielle de celle-ci qui soutient l’Union Sacrée. Elle en témoigne dans ses lettres à Michel Alexandre, un jeune professeur de philosophie, qu’elle finit par épouser en 1916.

6Jeanne Alexandre fait du service contentieux de la Ligue des Droits de l’Homme le repère des pacifistes minoritaires « opposants à la censure et à la guerre » (p.43). Elle y rencontre Mathias Morhardt, journaliste, secrétaire général de la LDH de 1898 à 1913 qui crée quelques années plus tard la Société d’Etudes Documentaires et Critiques sur la Guerre.

  • 1  Jeanne Mélin est une féministe pacifiste. Issue d’une famille ardennaise d’industriels, c’est une (...)

7Comme une autre pacifiste refusant la guerre, Jeanne Mélin (1877-1964)1, Jeanne Alexandre « oppose au choc de la guerre une résistance qui commence par l’isoler » (p.45). Elle n’accepte pas que les socialistes cautionnent « la Guerre du Droit ». Elle refuse la résignation et dans un premier temps, elle milite dans un « bureau de placement » créé par l’Association des Etudiantes qui aide les réfugiés, les chômeurs, qui fait des vêtements pour les soldats. Jeanne Mélin suit le même chemin, travaillant dans un hôpital militaire dans le Cher en 1915 puis créant en 1916 une coopérative Les Cuisines Coopératives à Paris pour les réfugiés, cherchant à développer parmi eux l’esprit de solidarité.

8Jeanne Alexandre souhaite refuser la guerre mais se sent isolée.Cedric Weis repère trois « actes fondateurs » de la révolte pacifiste de Jeanne Alexandre : la lecture d’ « Au dessus de la mêlée » de Romain Rolland en 1915 à qui elle écrit : « Votre parole est la seule qui entretienne en ce moment l’espoir et qui force à affirmer que le passé n’est pas mort ». .(citation p.54). Deuxième moment : la découverte de l’existence du Congrès International  des Femmes qui se tient en avril 1915 et qui est organisé à La Haye par Jane Adams, des féministes hollandaises et américaines.

9L’idée de débattre avec les Allemandes de la « responsabilité relative des nations dans l’origine et la conduite de la guerre » n’est pas admis par la direction de la LFDF (p.45). Gabrielle Duchêne et Jeanne Alexandre signent une lettre soutenant le congrès de la Haye. Jeane Alexandre, dans sa Lettre aux femmes de La Haye, écrit : « Il ne faudrait pas que le silence des féministes parût comme un reniement. Les femmes veulent la paix pour l’affranchissement ». Jeanne Mélin entreprend la même démarche mais, isolée dans le Cher, pense être la seule Française à avoir adhéré au Congrès de La Haye. Jeanne Alexandre et Gabrielle Duchêne créent la section française du Comité International des Femmes pour la Paix Permanente  (CIFFP), avec le soutien de Romain Rolland et d’Alain qui ne pardonne « aucune de ces morts jeunes » (citation p.57). Le groupe, rejoint par Michel Alexandre, encouragé par Alain, édite une brochure réclamant la paix immédiate en novembre 1915. Le gouvernement réagit vivement : une perquisition est menée au siège du CIFFP à Paris qui arrête ses activités à la fin de 1915.

10Jeanne et Michel Alexandre sont mutés au Puy en octobre 1916. Elle écrit des articles en 1916 et 1917 dans Le Populaire du Centre. Elle y forge son pacifisme de l’entre-deux-guerres. Des thématiques reviennent dans ses articles : le rôle des industriels dans le déclenchement de la guerre, des espoirs de paix non utilisés, la dénonciation de la Guerre par le Droit. Elle consacre aussi des articles à un phénomène qu’elle ne comprend pas : l’adhésion des femmes, notamment des dirigeantes féministes, à la guerre, à l’Union Sacrée. .

11Pour Jeanne Alexandre, la paix est la priorité. Le droit de vote des femmes n’est efficace que s’il permet d’aboutir à la paix .Elle n’admet pas non plus que des femmes fabriquent des obus. Elle dénonce la diabolisation des Allemands qui sont présentés par la presse comme des « barbares » envoyant des femmes de Lille au travail forcé dans les champs ; exécutant à Bruxelles le 8 octobre 1915 Edith Cavell, accusée d’avoir fait échapper des soldats anglais vers les Pays-Bas. Jeanne Alexandre estime que l’atrocité suprême pour les femmes est de faire, de soutenir et de cautionner la guerre. Elle refuse toute « résistance ». Elle ne peut pas accepter que l’éternel féminin est un mythe, que les femmes peuvent combattre.Elle réitére cette théorie en 1927 dans une critique du livre de Fernand Corcos, Les Femmes en guerre, dans les Libres Propos.

12En 1917, elle est mutée avec son mari au lycée de Lons-le-Saulnier qu’elle quitte en 1919 pour Nîmes. Elle quitte la SFIO et la ligue des Droits de l’Homme. De 1921 à 1936, elle est la cheville ouvrière avec son époux de la revue d’Alain, les Libres Propos. Elle en dirige la rubrique culturelle de la revue tandis que Michel Alexandre se charge de la partie politique. « Ses  choix sont résolument tournés vers la question sociale, partie intégrante d’un pacifisme qui se place bel et bien dans le prolongement de son humanisme, de sa foi dans en l’homme et sa connaissance » (p.210).

13Jeanne Alexandre cherche dans ses chroniques à faire partager à ses lecteurs l’horreur de la Grande Guerre, à médiatiser le rapprochement franco-allemand, à développer l’éducation à la paix, à « promouvoir l’action pour la paix » (p.221).

14Autre fait important souligné par Cédric Weis : après la Grande Guerre, l’action pacifiste permet de faire renaître l’unité du féminisme international. Les féministes ayant obtenu le droit de vote dans de nombreux pays doivent trouver un nouvel objectif de lutte : le pacifisme leur permet de « recouvrer l’unité du féminisme international » (p.229). Jeanne Alexandre se démarque des autres féministes en luttant pour le suffrage des femmes uniquement pour la paix : elle la « perçoit comme le fruit de l’égalité et de la justice.» Elle croit plus « au devenir d’un genre humain qui saura reconnaître et admettre sa part féminine » qu’ à la « nature féminine » (p232).

15Pour conclure son livre, Cédric Weis montre avec beaucoup de finesse comment le pacifisme intégral « frappe autant par sa lucidité depuis le traité de Versailles que par sa mauvaise appréciation des périls » (p.238). Dans leur souci de réconciliation entre la France et l’Allemagne, les pacifistes intégraux refusent la guerre à Hitler. Pendant la Deuxième Guerre mondiale, Jeanne Alexandre ne milite plus. Elle est secrétaire de l’association des Amis d’Alain après la guerre et meurt près de Fontainebleau en 1980. Cette biographie très fouillée est très utile pour tous ceux qui veulent connaître l’histoire du féminisme et du pacifisme en France, sujet jusqu’à présent pas assez étudié.

Haut de page

Notes

1  Jeanne Mélin est une féministe pacifiste. Issue d’une famille ardennaise d’industriels, c’est une autodidacte auteure deromans, voyageant en France et en Europe pour la paix et le suffrage des femmes, soutenant le vote intégral en 1915 . Voir Isabelle Vahé, Jeanne Mélin ( 1877-1964). Un parcours singulier dans la mouvance féministe et pacifiste en France, doctorat d’histoire contemporaine sous la direction de Yannick Ripa, Université Paris 8, 2004, 754 p.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Isabelle Vahé, « Cédric Weis, Jeanne Alexandre (1890-1980). Une pacifiste intégrale », Genre & Histoire [En ligne], 3 | Automne 2008, mis en ligne le 18 décembre 2008, consulté le 23 juin 2017. URL : http://genrehistoire.revues.org/376

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Genre & histoire est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page