Navigation – Plan du site
Travaux soutenus

Travaux soutenus en Histoire médiévale

Texte intégral

1Nous publions ci-dessous, une liste (très partielle), accompagnée, dans la majorité des cas, d’un résumé succinct, de masters ou de doctorats soutenus récemment ou en préparation dont le thème principal est l’histoire des femmes et du genre au Moyen Âge, principalement dans les universités françaises.

Master 1

Adeline Choserot, « Les différents types de femmes selon la Chronique et Les Cent Nouvelles Nouvelles de Philippe de Vigneulles » (Université Marc Bloch de Strasbourg, Laurence Buchholzer-Rémy dir., soutenu le 2 juin 2008)

2Les Cent Nouvelles nouvelles de Philippe de Vigneulles sont une parodie de la vie ardue décrite dans l’ouvrage historique de la Chronique.

3Ce sont des femmes exceptionnelles qui se démarquent de la Chronique. L’auteur fait l’éloge d’une sainte messine dont il est fier: sainte Glossinde. Il donne des renseignements sur les entrées féminines dans les villes. Jeanne d’Arc a su attirer son attention. Son témoignage permet d’avoir une autre approche de la vie de cette femme hors du commun. Les marginales suscitent de nouvelles questions : faut-il ou non les accepter ou les rejeter ?

4L’auteur messin donne différents termes pour qualifier les femmes les plus aptes au mariage. Il parle des canons de beauté de l’époque. Certaines femmes sont aussi belles que des déesses. Mais l’auteur utilise tout un vocabulaire pour critiquer. La laideur d’une femme est son premier handicap.

5La femme est bien mal traitée sous la plume du conteur, mais elle se place au centre de cette comédie humaine. Le trait de la naïveté ressort le plus. Sans homme pour la surveiller, elle est incapable de se débrouiller. Certaines sont rusées et volontaires. Leurs paroles sont essentielles parce qu’elles dénouent une intrigue ou participent d’avantage au rire. Exceptionnellement, les femmes sont loyales et amoureuses. Certains types de femmes sont communs aux deux œuvres : les épouses, les infidèles, les femmes violentées.

6La confrontation des deux œuvres offre un palmarès de différents types de femmes. Philippe de Vigneulles, en décrivant ces femmes sous deux aspects, celui du burlesque et celui de la réalité historique, apporte à l’historien un trésor d’informations : il révèle sa propre vision des choses, et cette vision n’est certainement pas très éloignée de la pensée de l’époque. Il hésite entre les différents types de femmes qu’il propose : il montre deux aspects opposés des femmes qu’il décrit, qu’elles soient saintes ou maléfiques, loyales ou infidèles, ambitieuses ou sages, fortes ou faibles. Il lègue donc un témoignage sur ce qu’était une femme au Moyen Age, sur la manière dont elle était perçue par les contemporains.

Valérie Deplaigne, « Patrimoine, héritage et transmission des biens de Marie de la Roche-Guyon : une femme au cœur d’un conflit entre deux lignages nobles normands à la fin du Moyen Âge » (Claude Gauvard et Valérie Toureille dir., Université de Paris 1 et de Cergy-Pontoise, soutenu en septembre 2006)

7Parmi les archives privées du château de la Roche-Guyon (Val d’Oise), un document rare est mis en aparté : une enquête judiciaire datée de 1502, et quasi-intégralement conservée, apporte le témoignage de cent trente-quatre hommes et femmes, interrogés dans le cadre des suites d’un procès entre une héritière, Marie de la Roche, mariée en secondes noces à Bertin de Silly, et ses fils nés d’une première union, Jacques et Guy d’Estouteville.

8S’intéresser à cette femme, et à l’objet du conflit - des biens non restitués - relève de l’étude de cas, revisitée ici à la lumière de l’histoire du droit et de l’histoire des femmes. Au-delà de la succession des événements marquant l’histoire familiale, intimement liée à celle du château et déjà bien connue grâce aux ouvrages d’un érudit du XIXe siècle, il s’agit de suivre le cheminement en justice de cette femme de la noblesse aux lendemains de la guerre de Cent ans. Après avoir dressé un portrait des parties en présence et évalué leur puissance respective, on cerne mieux les enjeux en termes de transmission du patrimoine familial, qui se formalisent à deux moments de la vie : le mariage et la mort, le tout étant régi par les Coutumes. La figure centrale de ce procès est celle de Marie de la Roche, qui apparaît tour à tour fragile dans sa condition de femme, en tant qu’épouse spoliée ou mère bafouée, ou forte dans sa condition nobiliaire, en tant qu’héritière de lignées prestigieuses ou alliée à d’influentes familles nobles. Est-elle alors une victime, reflet de la difficile condition féminine au Moyen Âge, ou est-elle une manipulatrice, qui a su utiliser à dessein le droit et son second mari? La question mérite d’être posée et analysée à travers les stratégies mises en œuvre par chacune des parties. De même, par-delà l’opposition classique entre les hommes et les femmes, ce qui imprègne la société et conditionne la nature des rapports sociaux n’est-il pas le respect de la hiérarchisation sociale ? La durée de ce procès souligne la haute position sociale des protagonistes, qui peuvent user de toutes les voies de recours et faire appel des décisions.

9D’autres enjeux transparaissent donc derrière ces questions relatives à la transmission du patrimoine : ceux liés au contrôle des territoires par les familles nobles, qui dépend des alliances et de celles qui en sont au cœur, à savoir les femmes.

Marie-Lise Fieyre, « Bâtards et bâtardes des ducs de Bourbonnais, XIVe-XVIe siècle » (Université Blaise Pascal, Clermont-Ferrand II, Josiane Teyssot dir., soutenu le 24 juin 2008)

10Cette étude sur les bâtards des ducs de Bourbonnais de 1327 à 1527 repose sur des données bibliographiques et archivistiques très dispersées.

11Les bâtards des ducs de Bourbonnais sont nombreux. L’étude est volontairement réduite aux seuls enfants ducaux de la première génération. Ainsi, on dénombre 27 enfants naturels certains ou potentiels, soit 16 garçons et 11 filles. Ils sont bien intégrés dans leur famille qui leur confère une position sociale. En retour, ces enfants se revendiquent de la maison ducale et cherchent à lui faire honneur : les garçons par la guerre ou l’Eglise, les filles par le mariage.

12Pour les bâtards qui deviennent ecclésiastiques, cet appui politique et social leur permet d’être nommés à des bénéfices élitistes ou prestigieux. Ceci quel que soit le sexe de l’enfant, bien que les bâtardes entrées dans les ordres demeurent très minoritaires. En retour, l’élection d’un bâtard de haut lignage confère au chapitre ou au monastère une protection et un soutien financier.

13Les bâtards masculins qui restent laïcs reçoivent une éducation militaire similaire aux enfants légitimes. Ils se mettent ensuite au service du duc ou du roi de France selon les circonstances. Ils restent néanmoins attachés à leur famille paternelle même si certains mènent en complément une carrière politique et diplomatique de plus grande ampleur.

14Les filles bâtardes sont aussi d’une grande utilité sociale. Principalement vouées au mariage, elles permettent d’allier des nobles locaux de moindre importance à la famille ducale ; soit par stratégie politique (elles sont dirigées dans les zones frontalières du duché), soit en récompense des services rendus au duc par la famille de l’époux ou l’époux lui-même. Ces alliances sont irréalisables avec des filles légitimes. Moins connues que les garçons, ces bâtardes laïques n’apparaissent qu’à travers leurs maris.

15De même, les maîtresses ducales restent généralement inconnues. Cela limite l’étude sur l’influence de la famille maternelle dans la vie des enfants naturels.

16La fin du Moyen-Âge représente un « âge d’or » de la bâtardise dans la haute noblesse. Le terme de bâtard n’est pas une insulte mais un état social revendiqué, tant pour les filles que pour les garçons. La situation du bâtard demeure complexe et ambiguë. Elle oppose les principes moraux aux réalités pratiques des lignages princiers. Ainsi, un tel sujet par l’exemple d’une famille embrasse des domaines plus variés (sociologie, anthropologie, droit) qu’une simple étude généalogique.

Mélanie Lerebours, « Agnès de Navarre : une princesse entre Foix-Béarn et Navarre », (maîtrise d'histoire Université de Pau et des Pays de l’Adour, sous la direction de V. Lamazou-Duplan, 2002)

17Ce mémoire s’appuie sur des documents conservés aux Archives Départementales des Pyrénées-Atlantiques (Pau) et à l'Archivo General de Navarra (Pampelune).

18Ce travail suit le destin très particulier d'Agnès de Navarre : soeur de Charles II de Navarre, épouse de Gaston Fébus, elle est chassée d'Orthez sur l’ordre de son mari en 1362, se réfugie à la cour de Navarre auprès de son frère, puis de son neveu Charles III, jusqu’à sa mort en 1397.

19Peu connue, hormis par les allusions que l’on fait d’elle à propos du Drame d’Orthez (cf. J. Froissart, livre III des Chroniques et les pages de P. Tucoo-Chala sur cet épisode), les documents d’archives permettent de suivre Agnès de Navarre depuis son mariage jusqu’au règlement de sa succession, en restituant ses réseaux familiaux et affectifs, son train de vie au cours d’une existence aux multiples tournants.

20La documentation inédite tirée des Comptos est particulièrement fournie sur son long séjour en Navarre, d’abord vécu comme un exil temporaire puis comme une installation définitive. Les liens privilégiés entre Agnès et son frère Charles II se mesurent à l’aulne du confort du train de vie (pension, Hôtel) et de l’influence que lui assure le roi de Navarre à sa cour. Après l’avènement de Charles III en 1387, tante du roi et des infantes, elle n’a plus son propre hôtel et mène une existence plus effacée ; seule la mort de son mari en 1391 la sort un temps de l’ombre.

Master 2

Laurence Alessandria, « Les relations frères-sœurs : étude de la transmission et de la construction des identités sexuées » (Université de Paris 1 Panthéon-Sorbonne, D. Lett dir.; soutenu en octobre 2008)

21Que se transmettent les frères et sœurs au XVème siècle ? Cette question interroge le champ des travaux menés par les médiévistes en anthropologie de la parenté. L’étude de la transmission des biens matériels et symboliques renseigne l’historien sur les « systèmes de parenté » façonnés en partie par la gestion du patrimoine et sa transmission. Elle a donc été abordée pour montrer comment les stratégies familiales ou lignagères se structurent autour de la terre ou du nom, comment les femmes accèdent parfois à cette gestion ou encore comment l’accès aux biens constitue un élément déterminant dans l’assignation des rôles et fonctions « genrés ».

22La transmission est ainsi perçue comme « descendante », de parents à enfants. C’est peut-être une des raisons pour lesquelles l’histoire de la famille et de la parenté a jusqu’à présent délaissé les relations frères/sœurs.

23Ces « parents pauvres de la parenté » sont pourtant ceux qui accompagnent l’individu de son enfance à la fin de sa vie, le temps d’une « génération ». Issus d’une même matrice (adelphos en grec), ils partagent dans l’enfance un quotidien, une expérience, un lieu de vie communs. A l’âge adulte, frères et sœurs n’entretiennent pas les mêmes liens selon qu’ils soient célibataires, marié(e)s ou veufs(ves), selon qu’ils vivent dans un lieu proche ou lointain, selon qu’ils(elles) aient ou non une descendance, un patrimoine à transmettre, selon qu’ils(elles) soient un homme ou une femme. Leurs relations sont donc façonnées par des sentiments liés à cette expérience commune mais aussi par les structures de la parenté, les règles de dévolution patrimoniale et les identités sexuées.

24C’est dans une perspective d’histoire du genre et de la parenté pratique que s’inscrit ce mémoire de Master 2-Recherche sur les relations adelphiques. Ces dernières sont appréhendées à travers la lecture d’actes notariés rédigés par Gabriel Bolet, notaire d’Elne dans la plaine du Roussillon, de 1430 à 1447. Le choix d’un espace (la « zone géographique » du notaire) et d’un temps (la carrière du notaire) permettent de privilégier l’expérience des acteurs et une démarche de micro-analyse. Il s’agit, par une lecture exhaustive des actes produits par le notaire, de reconstruire des réseaux de parenté et d’y analyser les relations adelphiques. A l’échelle d’un testament, les legs indiquent une parenté « choisie », motivée par les règles successorales, les stratégies familiales mais aussi l’affect du testateur. A l’échelle de l’œuvre du notaire, les actes permettent de « suivre » des familles et de saisir partiellement les liens tissés à travers la gestion du patrimoine. Enfin, la compréhension des relations adelphiques à l’aune des actes notariés doit, dans une perspective d’histoire sociale, préciser davantage la connaissance des liens familiaux du XVe siècle.

Valérie Deplaigne, « Les femmes nobles dans les conflits de transmission de biens aux lendemains de la bataille d’Azincourt, en pays de droit coutumier français » (Université de Paris 1, Claude Gauvard dir., soutenu le 27 juin 2007)

Ce Master a obtenu le Prix Mnémosyne 2008

25Faisant suite à un premier travail de recherche portant sur le patrimoine, l’héritage et la transmission des biens d’une héritière noble à la fin du XVe siècle, ce mémoire de deuxième année de Master a pour ambition de sortir de l’aspect monographique alors embrassé pour tenter une approche comparatiste à partir de l’étude de différents cas. Le cadre chronologique choisi est celui de « l’après-Azincourt », moment propice à la plus grande participation des femmes nobles à la vie publique et à la gestion des domaines en l’absence de maris, de pères ou de fils faits prisonniers ou morts au combat.

26Les fonds d’archives judiciaires du Parlement de Paris, et notamment les plaidoiries au civil, livrent des moments de procès où des femmes nobles connaissent des démêlés avec la justice en raison de conflits de transmission de biens. Demandeuses ou non, elles font face à des situations diverses : spoliation de biens, demande de restitution de douaire ou de biens confisqués, garde et tutelles d’enfants mineurs… Derrière ces actions en justice se pose la question du degré d’autonomie de la femme, tant dans la sphère familiale que dans le cadre des actions menées en justice. Dans la lignée de cette réflexion, il s’agit d’interroger la répartition genrée des taches au sein de la famille comme au sein de la société, et une éventuelle organisation sociale fondée sur la complémentarité des sexes ; il s’agit également d’aborder et de dépasser la fameuse question de la domination masculine. Le statut juridique de la femme peut être appréhendé plus précisément à travers les actes de la pratique, ainsi que le rôle des femmes dans les alliances matrimoniales et dans les transferts patrimoniaux. La matière même des procès renvoie quant à elle aux problématiques ayant trait à la mobilité, à la connaissance du droit et à la maîtrise du système judiciaire par les nobles, ainsi qu’aux enjeux liés à leur puissance.

27Autant de pistes de réflexion qui montrent combien la question du genre est prégnante en matière de transmission de biens et mériterait d’être approfondie. C’est pourquoi ce travail se veut à la croisée des réflexions historiographiques autour de l’étude de la noblesse et de l’histoire du droit, ainsi que d’un nécessaire positionnement en histoire des femmes et en histoire du genre.

Carole Faucher, « Décliner son identité à Paris du XIIIe au XVe siècle » (Université de Paris 1 Panthéon Sorbonne, Claude Gauvard, dir., soutenu le 16 Juin 2008)

28L'identification et les normes qui l'entourent sont autant de discours sur une société et sur sa manière d'intégrer chacun en son sein. Or les derniers siècles du Moyen Âge présentent deux intérêts majeurs: l'anthroponymie telle que nous l'observons à l'époque moderne est en train de se construire et l'usage des papiers d'identité s'élabore petit à petit, suite aux élargissements des échanges commerciaux longue distance. Enfin le parlement de Paris et la juridiction du Châtelet, n'ont de cesse de créer de nouveaux documents compilant une masse d'identités individuelles.

29Dans des sources normatives, comme dans la littérature bourgeoise, nous retrouvons des manières de présenter les individus dans des contextes variés avec les mêmes critères identifiants. Nous avons donc accès à une source d'information sur ce qui constitue l'identité collective et de ce qui fait l'identité usuelle d'un individu. Nous avons comparé ici, le contexte d'apparition de chacun avec son genre et sa fonction sociale. Les déclinaisons d'identités présentées ne sont pas orientées selon que l'on soit homme ou femme mais par les rôles sociaux de chacun. L'anthroponymie, la renommée, le corps et son action sont exprimés de manière comparable au sein d'un même rang social. Tous les milieux utilisent les mêmes outils pour s'identifier, le nom, la fonction, la renommée, mais chacun en use avec leurs propres champs lexicaux.

30Cette impression va au-delà des cases mentales dans lesquelles on a inscrit l'identité, ces usages se retrouvent également dans les textes officiels comme littéraires. Les nuances que nous observons sont d'ordre purement rhétorique, un individu présenté usera des informations et valeurs de son rang en appuyant plus ou moins sur certains critères en fonction de la situation dans laquelle il se trouve. Les personnes qui cherchent à usurper une identité usent de ces mécanismes et de ces critères.

31En somme, les sources indiquent que la hiérarchie de la famille, du travail et des milieux sociaux prévalent sur le sexe et l'âge des personnes à Paris. Bien sûr nous observons souvent des stéréotypes de la femme en retrait ou comme mise à la voix passive dans les textes, en fait, cela dépend des prérogatives de son rang. Puisque de nombreux hommes, quelque soit leur importance sociale et leur âge sont désignés comme passifs tant qu'il y a un père ou un aîné avant eux.

Jessica Hermand, « Sainte Olga dans le corpus hagiographique orthodoxe » (Recherche d’études slaves, Pierre Gonneau dir.)

32Ce mémoire propose d’aborder l’étude de la construction de la sainteté féminine orthodoxe de Russie à l’époque médiévale, à travers l’exemple de la vie de la sainte princesse Olga de Kiev († 969). Le travail est mené à partir de ces différentes sources :

  • La chronique des temps passés, ou de Nestor, écrite vers 1113.

  • La chronique Laurentienne, rédigée en 1377.

  • La chronique de Radziwiłł, datant du XVe siècle. Cette chronique a l’avantage d’être illustrée de miniatures.

  • Le livre des degrés de la généalogie impériale, élaboré dans les années 1560.

33Il s’agit de rendre compte des modifications apportées à l’image de la sainte princesse par la comparaison des différentes sources, en particulier la Chronique des Temps Passés et le Livre des Degrés.

34La Chronique des Temps Passés n’offre pas, à proprement parler, l’exemple d’une vie de sainte, mais plutôt un récit consignant chronologiquement les faits marquants de l’histoire de la dynastie fondée par Igor, le mari d’Olga. Olga y est surtout mentionnée à partir du moment où elle devient veuve, en 945, quand son époux est assassiné par les Drevlianes, un peuple tributaire.

35Le Livre des Degrés est une compilation composée pendant le règne d’Ivan IV (1533-1584), à la demande du tsar, et sous la direction du métropolite Macaire, dans l’idée de décrire l’évolution de l’histoire russe selon un plan généalogique, en utilisant les métaphores religieuses de l’arbre de Jessé et de l’échelle sainte. On se trouve dans un contexte de construction de l’idée du souverain, une situation où l’on tente d’établir une légitimité du pouvoir. L’histoire d’Olga, qui se trouve être la souche de l’arbre, prend alors un tout autre sens, se trouve développée, complétée, et apparaît alors comme une véritable vie de saint.

36Cependant, l’étude ne saurait se faire sans être reliée à l’Occident et à Byzance. L’idée est aussi d’établir une comparaison, lorsque celle-ci est possible, avec les images et le culte des saintes reines d’Occident. Une mise en relation de la sainteté byzantine et de la sainteté dans la principauté de Kiev, puis dans le royaume de Russie est également effectuée afin d’en dégager les emprunts et les originalités.

37En se fondant sur ces éléments, l’étude se donne pour but de dégager les différents enjeux et les limites de cette construction.

38Parmi les thèmes abordés, on retient en particulier trois pistes, celle de la Sagesse divine, celle du culte de la Mère de Dieu (ou culte marial, selon la terminologie occidentale), celle du saint (ou de la sainte) « égal aux apôtres ». Olga est décrite d’emblée comme une femme dotée de discernement, même alors qu’elle est païenne, mais sa conversion, individuelle, au christianisme, lui permet d’acquérir la Sagesse et de devenir une nouvelle reine de Saba. D’autre part, elle est à la fois mère du prince Sviatoslav et surtout grand-mère de Vladimir, qui ordonnera la conversion de son peuple (988), mais aussi veuve chaste qui refuse d’appartenir à quiconque après la mort de son premier époux. Elle peut donc offrir un exemple de mère chaste, d’épouse immaculée et, après sa mort, devenir l’intercesseur par excellence de la dynastie et du peuple auquel elle a montré le chemin de la vraie foi. Avec son petit-fils, Vladimir, elle peut aussi être comparée à d’autres paires royales qui ont joué un rôle égal à celui des apôtres. La plus proche est Ludmila de Prague (†921) et son petit-fils Václav (†929 ou 935), mais la plus porteuse de sens pour l’idée impériale et l’orthodoxie russes est Hélène et Constantin, le fondateur de Constantinople.

Lucie Laumonier, « Au miroir de l’amour : médecine, philosophie et représentations dans l’œuvre d’Évrart de Conty » (Université de Pau et des Pays de l’Adour, Jean-Pierre Barraqué dir., soutenu le 27 juin 2008)

39Évrart de Conty (mort en 1405) était médecin et maître régent à la faculté de médecine de Paris. Traducteur et commentateur des Problèmes d’Aristote, il a composé un poème en vers et le commentaire de ce poème sous la forme d’un art d’aimer, Le Livre des eschez amoureux moralisés. Ses représentations du genre sont celles d’un médecin, d’un amateur de philosophie aristotélicienne et d’un homme de lettres fin connaisseur de la culture courtoise de la fin du Moyen Âge. Ce mémoire analyse les représentations du genre et du couple de l’auteur en les mettant en perspective avec, d’une part les discours normatifs de la fin du Moyen Âge : médecine et théologie, et d’autre part avec les réalités pratiques : place du mariage, distribution des rôles sociaux de chaque genre, stratégies matrimoniales des élites sociales. Il apparaît que les représentations du genre de l’auteur ne sont pas exemptes de jugements communément véhiculés par la médecine et la théologie (infériorité féminine, perfection masculine, importance de la procréation), bien que les relations hommes-femmes sont montrées avec un grand souci de rationalité. L’auteur n’hésite pas à remettre en question la valeur de la chasteté et de la virginité, à affirmer l’importance du mariage et de l’amitié conjugale, le tout au nom de la Raison aristotélicienne. Évrart de Conty offre alors une place de choix à l’amour, au respect et à l’égalité au sein du couple, de tels sentiments trouvant leur accomplissement dans le mariage.

40Ce mémoire est également disponible à l’Université de Sherbrooke (QC, Canada), sous la direction de Geneviève Dumas, soutenu fin août 2008.

Ana Relvas Pires, « Les femmes dans la conversion de la Scandinavie (VIIIe - début XIIe siècle », Université de Caen Basse-Normandie, Pierre Bauduin dir., date de soutenance : septembre / octobre 2008)

41L’étude proposée examine les rapports entre la Scandinavie et l’Europe au Haut Moyen Âge sous un nouvel angle, à savoir le rôle et la place des femmes dans la conversion des peuples scandinaves et la christianisation de leurs territoires respectifs (Danemark, Norvège et Suède, ainsi que les zones de peuplement scandinave de Normandie, Angleterre, Shetland, Orcades, Hébrides, Féroé, Irlande et Islande). Les travaux, entre autres, de A.-S. Gräslund et de B. Sawyer sur les femmes scandinaves et le christianisme pendant la période viking offrent une base pour notre étude qui regroupe l’exploitation de plusieurs sources archéologiques (sépultures, pierres runiques…) et écrites (chroniques : Adam de Brême, Snorri Sturluson… ; hagiographies : Vita Anskarii… ; sagas et récits islandais…).

42Les femmes dans le processus de conversion du peuple scandinave ont un rôle non négligeable. Comprendre les effets du passage d’une religion à une autre dans la mentalité des femmes scandinaves est une chose difficile à cerner mais quelques indices permettent de deviner quels aspects du christianisme (culte, valeurs) les ont attirées — ou pas, car il faut garder à l’esprit que les réactions païennes sont visibles aussi chez les femmes. Leur importance dans le culte païen les place en bonne position pour accueillir la foi chrétienne, qu’elles diffusent dans leurs familles respectives par l’éducation de leurs enfants, la discussion avec leurs époux, et qu’elles affirment par des actes symboliques (constructions de ponts, patronage…). Les alliances matrimoniales de certains rois scandinaves avec des chrétiennes ont parfois contribué à la conversion de ces derniers et de leurs pays « par le haut » et par la force. Cependant, il faut noter qu’il y avait de grandes disparités (temporelles, politiques) entre les zones géographiques scandinaves où les femmes n’avaient pas toutes le même statut, ce qui a pu influer sur leur rôle, plus ou moins visible, concernant le processus de conversion au christianisme. Pendant les premiers temps du changement religieux, les femmes ont aidé l’Église à s’installer durablement dans ces contrées et à forger un christianisme scandinave.

Céline Tintet, « L’état des reines à la fin du Moyen Âge : entre royauté et univers féminin. L’exemple d’Isabeau de Bavière à travers un compte de son Argenterie (A.N. KK42,f.1 –f.60v° : 1er février 1401 au 31 janvier 1402) (l’Université de Pau, Véronique Lamazou-Duplan dir., soutenu en juin 2008)

43Ce mémoire a été réalisé à partir de l’étude et de la transcription d’un compte de l’Argenterie d’Isabeau de Bavière (reine de France, épouse de Charles VI). Ce compte comprenant 60 f. couvre l’année 1401 avec une partie recettes de 5 f. et une partie dépenses pour le reste du compte.

44Après la transcription, et la recherche de vocabulaire, mon souhait à été, à travers ce mémoire, de montrer si ce compte avait une spécificité, ou si c’était un compte royal parmi tant d’autres comparable à celui des autres reines ou même des rois de l’époque. Je voulais démontrer l’éventuelle spécificité féminine du compte. En outre, le manque de comparaisons avec d’autres comptes de reines du Moyen Âge, faute de temps et d’écrits disponibles, m’a empêché de réaliser une lecture genrée de ce compte. Il demeure toutefois que ce compte est un témoignage prégnant des pratiques d’une reine, d’une femme puissante dans la France de l’époque, mais aussi d’une mère, ses enfants étant en effet très présents dans le compte.

45Ce compte est en réalité très riche en ce qui concerne la vie quotidienne d’une reine, mais aussi en ce qui concerne le personnage très controversé d’Isabeau de Bavière. C’est donc à travers ce compte le visage d’Isabeau de Bavière qui s’offre à nous : que ce soit en tant que reine, ou à des moments plus intimes celui de la femme et de la mère.

46La spécificité féminine ne constitue donc pas la caractéristique première de ce compte, mais il permet tout de même de rentrer au cœur d’une période très riche et mouvementée et d’en apprendre plus sur le personnage d’Isabeau de Bavière longtemps critiquée.

Autres masters

  • Virginie Boisson, « Les témoignages des jeunes hommes et des jeunes femmes dans le procès de canonisation de saint Yves de Treguier », (Université de Paris 1, Didier Lett dir., soutenu en 2005)

  • Emilie Trochet, « Genre et dépositions face à l’Inquisition au XIVe siècle en Languedoc », (Université de Versailles-Saint-Quentin-en-Yvelines, Pierre Chastang et Bruno Laurioux dir., soutenu en juin 2008)

  • Agnès Unguraturu, « Les recluses entre exclusion et inclusion du XIe au XVIe siècle en Europe », (Université de Pau et des Pays de l’Adour, Jean Pierre Barraqué dir., soutenu en 2007)

Thèse de doctorat

Thèses soutenues

Anne-Hélène Allirot, « Filiae regis Francorum : princesses royales, mémoire de saint Louis et conscience dynastique (De 1270 à la fin du XIVe siècle) », C. Beaune dir., Université Paris X-Nanterre, soutenue le 16 juin 2007)

47L’étude propose une histoire du sang royal au féminin. De 1270 à la fin du XIVe siècle, le statut des princesses royales en France est en cours de normalisation. Les filles du roi sont progressivement exclues du trône, des apanages et de la pairie. Mais la canonisation de Louis IX et la valorisation du lignage royal renforcent leur prestige. Elles obtiennent, sinon un patrimoine, du moins un rang spécifique et la reconnaissance d’une qualité. Les « Filiae regis Francorum » sont ainsi le résultat d’une construction qui s’élabore entre 1270 et 1380. L’évolution de l’État royal génère la naissance d’une élite féminine, titulaire d’une fonction d’auxiliaire et de représentation auprès d’un gouvernement par la grâce. Intercesseur du sacré, médiatrice en faveur de la paix, la princesse participe de la gloire du lignage de France. Elle se doit de faire rayonner cette gloire dans l’ensemble de l’Occident en réalisant un beau mariage. La princesse descendante de saint Louis est celle qui rapproche de la « noble souche » par son sang et qui sacralise le lignage par la transmission d’une memoria d’exception.

48Les dernières princesses capétiennes ont un rôle important dans la construction de la mémoire de saint Louis et dans la diffusion de son culte. Au cours de cette période, la conscience dynastique passe par une célébration des rois défunts, mais aussi de leurs parents, hommes et femmes. C’est un domaine dans lequel la présence féminine est acceptée aux côtés de celle des princes, du fait des liens étroits entre les parentes du roi et le sacré. Enfin, ces princesses ont encouragé une production littéraire et iconographique visant à conforter l’idée de la continuité dynastique des Capétiens aux Valois, et contribuant à l’exaltation du lignage royal et à sa sacralisation.

Gwendoline Hancke, « Les femmes nobles languedociennes à l’époque du catharisme », (Université de Poitiers, Martin Aurell dir., soutenue le 18 octobre 2005)

49Le sujet de notre thèse résulte de deux points de départs complémentaires : le premier est lié aux caractéristiques des sources, les registres d’Inquisition, qui, particulièrement riches concernant la vie quotidienne en général, donnent aussi la parole aux femmes, sensiblement absentes d’une grande partie des sources contemporaines ; le deuxième procède d’une approche de l’existence religieuse des femmes cathares cherchant à l’insérer dans le contexte de son époque et de sa société et notamment de la mettre en relation avec les autres formes et expressions de la religiosité féminine.  

50La première partie est consacrée au statut légal et la situation économique. Elle met notamment en évidence la détérioration de ce statut, due à la renaissance du droit romain et la mise en place du lignage qui tendent à exclure successivement les femmes de la participation aux biens immobiliers.

51La deuxième partie évoque tous les aspects de la vie quotidienne qu’il nous est permis de saisir à travers les sources inquisitoriales – l’existence physique, les cadres sociaux, les rapports affectifs, la culture et l’éducation. Par ailleurs, ce sont les structures familiales et sociales de l’existence féminine qui ressortent le plus clairement de l’étude des sources inquisitoriales, mettant en lumière une sociabilité de femmes qui marque toute l’existence féminine.

52La troisième partie traite de la vie religieuse catholique, au quotidien et dans les institutions religieuses, des structures et monacales et des formes de vie consacrée. L’accent y est mis sur la pénurie en institutions religieuses catholiques dans la région touchée par le catharisme d’un côté, et, de l’autre côté, sur une forme « alternative » de vie consacrée féminine, celle des religieuses vivant aux portes des abbayes d’hommes – dont l’existence rappelle davantage les communautés de femmes cathares que celle des monastères.

53Dans une quatrième et dernière partie, la vie des femmes catholiques est confrontée à celle des femmes cathares, dont on étudie la vie en tant que simples croyantes, en tant que religieuses cathares, menant une vie quasi-monastique (dans des petites communautés, ouvertes vers le monde, servant de lieu de culte, d’atelier, de pensionnat, d’école, d’auberge ou d’hôpital) et faisant également partie du clergé séculier, bien que leur modeste participation se limite à la prédication et la célébration du consolament, seul sacrement des cathares.

Autres thèses

  • Nathalie Delierneux, « Saintes de corps et d’esprit. La sainteté féminine dans l’hagiographie mesobyzantine (début VIIIe-début XIIe siècle), (Université libre de Bruxelles, Jean-Marie Sansterre, M. Kaplan dir.; soutenue en 2004)

  • Cynthia J. Johnson «  La face cachée du modèle : dévolutions et disputes dans les familles de la France méridionale (XIIe) » (Université Toulouse-Le Mirail (Toulouse 2), dir. : Benoît Cursente, soutenue en 2006)

  • Nicole Dufournaud, « Rôles et pouvoirs des femmes au XVIe siècle dans la France de l’Ouest », EHESS, dir. André Burguière, soutenue en 2007)

  • Séverine Lepape, « Représenter la parenté du Christ et de la Vierge : l’iconographie de l’Arbre de Jessé en France du Nord et en Angleterre, du XIIIe siècle au XVIe siècle », EHESS, Jean-Claude Schmitt dir., soutenue en 2007)

  • Elodie Lequain , « L’éducation des femmes de la noblesse en France au Moyen Âge (XIIIe-XVe siècles), (Université de Paris X-Nanterre, Colette Beaune dir., soutenue en 2004)

  • Claire Ponsich, « La correspondance d'une femme de pouvoir. L'exemple de Yolande de Bar à travers ses registres de chancellerie (1380-1431) », (Université de Paris I-Sorbonne, Cl. Gauvard dir.)

Thèses en cours

Sylvie Duval, « Observance religieuse, confinement social et culture féminine. L’insertion des nouveaux monastères de dominicaines de stricte clôture dans les sociétés urbaines italiennes, 1380-1430 » (Université Lumière Lyon-2 ; Nicole Bériou et Gabriella Zarri (Dipartimento di Studi sul Medioevo e il Rinascimento, Università degli Studi di Firenze) dir.; en cours)

54Le cœur de cette recherche est constitué par l’étude de trois monastères de moniales dominicaines constitués en « réseau » dans trois villes importantes, et qui sont à l’origine du mouvement de l’observance dominicaine en Italie : Pise (Saint-Dominique, 1385), Venise (le Corpus-Christi, 1394), Florence (Saint-Pierre-Martyr, 1417). La fondation de ces monastères s’inscrit très largement dans le mouvement des « caterinati » ou disciples de Catherine de Sienne (Raymond de Capoue, Jean Dominici et Chiara Gambacorta, à laquelle j’ai consacré ma maîtrise). La réforme principale qu’ils proposent est le respect (voire l’exagération) de la clôture et une spiritualité renouvelée par l’influence de Catherine de Sienne et Brigitte de Suède.

55En comparant les trois sociétés urbaines très différentes que sont Pise, Venise et Florence au début du XVe siècle, il s’agit d’une part de déterminer la place de tels établissements, par définition strictement clos, dans la ville et ses structures. Les monastères développent en effet plusieurs réseaux, par l’intermédiaire des frères prêcheurs, des tertiaires, des oblats et de nombreux procureurs, qui leur permettent d’être à la fois des « îlots » clos abritant les moniales mais aussi des centres d’influence religieuse, culturelle et sociale importants. D’autre part, il s’agit, grâce à une étude poussée de la composition des communautés sur une quarantaine d’année, de mieux connaître ces femmes qui semblent pour la plupart être entrées volontairement dans ces nouveaux monastères : leur position sociale, matrimoniale, mais aussi politique au sein de ces sociétés urbaines retiennent mon attention.

56Cette étude comparatiste doit être inscrite dans le contexte « européen » de la réforme observante, en particulier en comparaison avec le mouvement identique qui se met en place dans les pays rhénans (monastères de la province de Teutonie, particulièrement en Alsace).

57Principales sources consultées: avant tout les actes de la pratiques – actes notariés, testaments, legs, oblations, procédures judiciaires ; nombreuses bulles ; sources littéraires : vies de beate, chroniques, correspondances diverses ; œuvres artistiques connues de ces monastères…

Caroline Jeanne, « Les veuves à Paris à la fin du Moyen Âge » (Université de Paris 1 Panthéon Sorbonne, Claude Gauvard, dir., en cours)

58Dans le cadre de cette thèse portant sur les veuves à Paris à la fin du Moyen Âge, il s’agit d’appréhender la réalité du veuvage féminin dans une société urbaine particulière, et plus précisément de caractériser socialement, juridiquement et culturellement un groupe donné. Le sujet invite à une interrogation sur les identités, la condition sociale et juridique, les pouvoirs et les stratégies des veuves parisiennes à la fin du Moyen Âge, notamment dans le cadre des structures familiales. En nous limitant aux veuves, nous choisissons tout d’abord un groupe de femmes qui s’expriment davantage en leur propre nom et apparaissent mieux dans la documentation que les femmes mariées. Ensuite, les veuves constituent un groupe particulier, se distinguant par un certain statut tant juridique que social ou économique, intéressant à aborder dans sa spécificité. L’étude doit cependant prendre en compte, une fois ce groupe défini, la diversité des situations : parvenir à cerner les veuves parisiennes, c’est aussi saisir les degrés et nuances à l’intérieur de cette catégorie de femmes. Car si les problèmes principaux qu’elles rencontrent sont toujours les mêmes : trouver une subsistance, gérer seule une famille, les solutions sont différentes selon l’âge, la situation sociale, ou encore l’existence d’enfants à charge et leur nombre. L’approche mêle en premier lieu histoire sociale et histoire du droit, elle s’appuie également sur les apports et les méthodes du concept de genre, qui apparaît comme un outil pertinent, générant un regard neuf sur un sujet de recherche portant sur une catégorie spécifique de femmes. Le genre, défini comme l’étude historique des rapports entre le masculin et le féminin, invite ainsi à une approche relationnelle visant à dégager la spécificité des veuves par rapport aux veufs, et non seulement par rapport aux autres femmes. Les sources qui nous permettent de conduire cette étude sont de nature variée : judiciaires, notariées, fiscales ou encore narratives. L’accent est mis sur un fondement juridique solide, appréhendé par la coutume et par les sources judiciaires, en particulier celles du Châtelet de Paris et celles du Parlement Il s’agit ainsi de répondre aux perspectives ouvertes par l’histoire urbaine, et plus particulièrement l’histoire encore peu étudiée de la population parisienne médiévale, tout en contribuant aux recherches encore balbutiantes sur l’histoire des femmes dans le royaume de France à la fin du Moyen Âge.

Chloé Maillet, « Structures de parenté, hagiographie et images chez Jacques de Voragine (c.1260-c.1485) » (EHESS, Jean-Claude Schmitt dir., soutenance prévue en 2009

59L’enjeu de cette thèse consiste en la confrontation de trois thèmes : l’étude des structures de parenté et de leurs représentations, celle de l’écriture des vies de saints, et l’étude des images, en l’occurrence des enluminures de manuscrits, dans l’Occident Chrétien. Elle pose la question de la manière dont le parcours vers la sainteté fait jouer dans les images ou les textes, dans les vies de saints ou de saintes le schème complexe des liens de parentés médiévaux – au sens biologique, quotidien ou fictif.

60La méthode se nourrit des apports de l’anthropologie et de l’histoire de l’art pour mettre en valeur la complexité des rapports qui se tissent entre ces thèmes dans une littérature qui tend à euphémiser, voire à nier l’importance de la parenté biologique, au profit de la parenté spirituelle, et dans des images qui exaltent souvent la suprématie du modèle paradoxal de parenté divine.

61Le corpus de sources – choisi par souci d’ intertextualité – sont les œuvres de Jacques de Voragine, dominicain italien devenu archevêque de la ville de Gênes, mort en 1298, la Légende Dorée (Legenda Aurea), compilation de textes hagiographiques et liturgiques rédigée vers 1260, ses recueils de sermons, la Chronique de la Cité de Gênes, et surtout les nombreux manuscrits enluminés de sa compilation hagiographique, diffusés en latin et en langues vernaculaires, de la fin du treizième siècle à la fin du quinzième siècle.

62Après une mise au point théorique et historiographique nécessaire, la thèse envisage dans un premier temps les textes et les manuscrits dans leur sérialité au sein de chaque source, en développant plusieurs études monographiques, et en étudiant l’évolution historique de la perception de ces textes, compilations originales de textes antérieurs, et dont la réception s’est modelée entre la fin du treizième siècle et la fin du quinzième siècle en écho avec l’évolution de l’histoire sociale. Dans un second temps, des études sérielles – sur le rôle des représentations architecturales dans le passage d’une parenté à une autre ou sur les immixtions entre le lien matrimonial et adelphiques induites par les images par exemple- confrontent dans les thématiques parentales développées dans les manuscrits de la legenda aurea avec un choix d’images qui en révèlent la diffusion ou la singularité.

Diane Pasquier-Chambolle « La femme aristocrate à Byzance du XIIe au milieu du XVe siècle au miroir du monachisme » (Université Paris I Panthéon-Sorbonne, Michel Kaplan dir., date de soutenance prévue, fin 2009)

63Longtemps les byzantinistes n’ont pas jugé intéressant d’étudier le sort des femmes dans l’Empire. Si ce phénomène résulte en partie de l’état des sources disponibles en la matière, certains ont voulu motiver un tel choix en avançant que la femme n’aurait qu’un rôle de peu d’importance dans un monde où tous les pouvoirs et les principales fonctions reviennent naturellement aux hommes. Le caractère patriarcal -plus postulé que démontré- de la société byzantine a ainsi longtemps servi à justifier l’absence d’étude sérieuse et générale concernant les femmes. À la faveur du développement des mouvements féministes et de l’histoire sociale, des études entendant combler ces lacunes apparaissent progressivement au milieu des années 1970, sans pour autant y parvenir complètement.

64Le caractère tardif de cette entreprise et les critiques, notamment d’ordre méthodologique, que l’on peut formuler à l’égard des travaux menés, sont à l’origine du choix de ces recherches visant à étudier la situation de la femme dans l’Empire des XIIe/XVe siècles, période la mieux documentée en ce domaine. Mais les sources, peu nombreuses, et ne traitant presque exclusivement que du sort des femmes les plus exceptionnelles contraignent à aborder la question sous un angle particulier. Parmi les figures féminines hors du commun, les moniales constituent un cas moins original que les autres : si leur carrière reste singulière, toutes celles qui le souhaitent peuvent le devenir, quelle que soit leur origine sociale. En l’absence de matériaux renseignant sur les femmes du siècle, le cas de celles qui sont entrées au monastère se révèle le meilleur angle d’attaque, indirect mais pertinent, pour essayer de définir les contours de la situation de la femme de l’Empire.

65L’objectif de ces travaux consiste à caractériser socialement, juridiquement et culturellement cette catégorie donnée de femmes. Ainsi les recherches visent à déterminer leur place, leur condition sociale et juridique, tout autant que leur rôle, leurs pouvoirs voire leurs stratégies entre les XIIe et XVe siècles, en envisageant la société qui est à l’origine de cette distribution des rôles. Tributaires de sources renseignant essentiellement sur les aristocrates, les recherches consistent également à s’interroger sur la place de la moniale dans ce cadre spécifique, en pleine mutation depuis le début du XIe s.

66Si ce sujet de recherche s’inscrit d’emblée dans la catégorie « histoire des femmes », puisqu’elle s’effectue par définition sur un échantillon de la population exclusivement féminine, la démarche adoptée par les historiens du genre permet d’éviter de l’enfermer dans une approche trop fémino-centrée. En prenant en compte le « sexe social » des acteurs, l’utilisation du concept de genre révèle les relations entre les hommes et les femmes, les formes de domination et les hiérarchies.

Federica Voci, « La condition des femmes à Rome entre le XIe siècle et le XIVe siècle » (Dottorato “Cultura e Territorio”, Tor Vergata, Roma, Marco Vendittelli dir., date de soutenance prévue : printemps 2010)

67La thèse porte sur la condition des femmes à Rome entre le XIe siècle et le XIVe siècle. Les actes notariés du XIVe siècle qui sont édités (1344/1398), ont été répertoriés et mis en fiche, ad personam. Ont été également mis en fiches des actes (édités ou non) d’archives ecclésiastiques (S. Prassede, Fondo Liberiano, S. Alessio, S. Cecilia, S. Pietro in Vaticano, S. Silvestro de Capite, S. Maria Nova; XIe, XIIe et XIII siècles). Le travail actuel porte sur la mise en fiches de 2500 parchemins qui se trouvent à l’Archivio di Stato de Rome (XIe-XIIe-XIIIe siècles). Le travail a débuté en août 2007 et nous comptons aujourd’hui 3500 fiches.

68Le point de vue adopté est celui de l’histoire du genre considéré comme une variable avec l’age, le lieu et le niveau social.

69Dans l’état actuel de la recherche, le travail porte sur trois thèmes :

  • Le consensum entre mariés dans les actés notariés et sa confrontation avec la communauté légale des biens entre mariés, afin d’étudier la relation entre les femmes et les patrimoines familiaux.

  • Le matrimonium qui se présente comme un rituel laïque jusqu’à la fin du XIVe siècle. A Rome, le rapport entre donatio propter nuptias et dos paraît stable pendant la période considérée : la donatio propter nuptias (donnée par le mari) équivaut à la moitié de la dote (donnée par la famille de l'épouse). On peut sans doute mettre en relation la croissance démographique et la diminution des dos. 

  • L’étude est centrée également sur le rôle social des femmes après le mariage, sur les veuves, qui possèdent un status différent des autres femmes parce qu’elles ne correspondent pas à un équivalent identifié dans le symbolique masculin. A Rome pour cette raison elles peuvent agir plus librement : vendre, acheter, louer et choisir les legati testamenti. Le changement de comportements des veuves est du surtout à la présence ou non d’enfants, au niveau social, à la pression familiale surtout lorsque la femme possède un patrimoine important.

Autres thèses en cours

  • Aude-Marie Certin, « La paternité dans l'imaginaire social à la fin du Moyen Âge »,(EHESS, Pierre Monnet dir., en cours)

  • Marion Chaigne, « Les réseaux de parenté ace à la mort à Paris au début du XVe siècle: les testaments enregistrés au Parlement de Paris (1400-1421) », (Université de Paris 1, Claude Gauvard dir., en cours).

  • Nicolas Ghersi, « La culpabilité des femmes au Parlement de Toulouse, 1444-1483 », (Université de Paris 1, Claude Gauvard dir., en cours)

  • Mme Méril ép. Bellini, « Caritas et familiaritas à l'ombre du seigneur: les relations des femmes mystiques du diocèse de Liège et de la région de Colmar au XIIIe siècle avec leur entourage », (Université de Toulouse-Le Mirail, Sophie Cassagnes-Brouquet dir., en cours)

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

« Travaux soutenus en Histoire médiévale », Genre & Histoire [En ligne], 3 | Automne 2008, mis en ligne le 14 décembre 2008, consulté le 28 mars 2017. URL : http://genrehistoire.revues.org/362

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Genre & histoire est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page