Navigation – Plan du site
Articles
Les médiévistes et l'histoire du genre en Europe

Approches sur l’historiographie du genre à Byzance

Georges Sidéris

Résumés

Les études de genre occupent une place importante dans les études byzantines. Le rôle des femmes, des eunuques, des hommes en tant que mâles, mais aussi de la domination masculine dans la société byzantine est maintenant bien reconnu. Ces études reflètent la diversité et la spécificité de la société byzantine.

Haut de page

Entrées d’index

Mots-clés :

Historiographie
Haut de page

Texte intégral

Introduction

1L’histoire des rapports de sexe, de la construction des genres, et l’étude de l’élaboration d’un système spécifique de genres à Byzance, ont connu un remarquable développement ces dernières années. Cet intérêt s’inscrit évidemment dans le courant historiographique plus large de l’histoire des femmes et du genre, aspect essentiel et qui d’une part dépasse de loin le champ proprement dit de Byzance. Ce contexte est traité dans des ouvrages approfondis comme par exemple celui de Françoise Thébaud (THEBAUD Françoise, 2007). Nous essaierons dans cet article de donner un aperçu des problématiques et des principaux champs de recherche des historiennes et historiens de Byzance dans le domaine du genre. Nous ne viserons pas à une quelconque exhaustivité, ce qui exigerait, vu le foisonnement des études touchant au genre, un ouvrage complet et ce qui excède de loin le cadre limité de cet article. De même, la bibliographie proposée est nécessairement partielle, et nous renvoyons lectrice et lecteur pour une liste plus détaillée sur l’histoire des femmes à Byzance à celle disponible sur le site de Dumbarton Oaks intitulée Bibliography on Women in Byzantium (adresse : http://www.doaks.org/​research/​byzantine/​women_in_byzantium.html). La simple lecture des titres de cette abondante bibliographie donne une idée de la richesse des recherches et publications touchant aujourd’hui à l’histoire des femmes à Byzance.

2Un autre point est important pour comprendre les spécificités de l’historiographie byzantine dans le domaine du genre. Il tient à la nature même de l’histoire byzantine. Celle-ci  commençant au début du IVe siècle et s’achevant en 1453, dans le découpage traditionnel des ères historiques si l’histoire de Byzance se situe dans sa grande majorité au Moyen Âge, elle débute avec deux siècles considérés comme relevant de l’Antiquité - même si ces catégorisations ont été l’objet de reconsidérations (Smith 2004) - d’où l’attention portée par les byzantinistes aux recherches et réflexions dans le domaine qu’il est convenu d’appeler aujourd’hui « l’Antiquité tardive ». En effet, couper l’histoire de Byzance à la fin du Ve siècle a peu de sens pour la Byzantinologie qui considère l’histoire de Byzance dans son unité. La grande coupure interne se situant en 1204 avec la prise de Constantinople par les Latins.

Quelques points sur les apports de l’historiographie byzantine dans le domaine du genre, des sexes et des sexualités, du XXe siècle jusqu’au début des années 1980

3Les genres et sexualités, la vie matérielle et privée, la famille, la place des femmes et des eunuques sont particulièrement présents dans la byzantinologie en général et dans la byzantinologie française. Cette présence est due en premier lieu à l’importance des impératrices et des eunuques dans le fonctionnement de la cour et du pouvoir byzantins, mais il y a d’autres causes. Ainsi, avec Charles Diehl (1859-1944), la byzantinologie française dispose d’une oeuvre majeure qui a profondément marqué l’historiographie de Byzance. La première chaire d’histoire byzantine à Paris est créée en 1899 et Charles Diehl en est le titulaire, précédée de celle de Munich en 1892 (Karl Krumbacher). Son Justinien et la civilisation  byzantine au VIe siècle (1901) est un ouvrage qui comme son titre l’indique a pour ambition de décrire la civilisation byzantine sous Justinien. Il présente non seulement le déroulé des événements, mais décrit les sources, le personnel du gouvernement, le palais impérial et la cour. Des photos et dessins offrent une illustration abondante et variée, reproduisant tout aussi bien des sceaux que des tissus, un diptyque ou des miniatures. Le lecteur peut ainsi avoir un accès direct aux objets de  la vie et de l’art byzantins. Ses Figures byzantines (1906-1908) sont particulièrement célèbres. Diehl adopte une lecture critique de Procope, et présente par exemple un portrait plutôt nuancé de Théodora qu’il décrit ainsi « si intelligente, si énergique, si vraiment homme d’ État » ou d’Antonine, l’épouse de Bélisaire. Il se dessine une volonté de comprendre les véritables ressorts de la société byzantine à travers des « personnages caractéristiques » présentés au sein d’une « galerie de portraits » et d’adopter un regard critique sur les sources byzantines qui rompt avec les habitudes historiographiques passées (Diehl, 1901). Toutefois, son approche qui relèverait selon Silvia Ronchey d’une « byzantinologie austère » fondée sur une conception prude de Byzance est soumise aujourd’hui à une analyse critique (Ronchey, 2003). Il reste que l’étude des impératrices, du rôle des femmes et des eunuques dans les institutions et à la cour byzantines sont des domaines alors acquis dans la byzantinologie. Ainsi, aux États-Unis, James E. Dunlap, de l’université du Michigan, publie en 1924 une étude approfondie sur le « Grand Chamberlain », à savoir le grand chambellan eunuque ou préposite à Byzance, où il ne se cantonne pas au rôle institutionnel du préposite mais explore aussi la vie et l’action de grands préposites de Byzance, comme l’eunuque Narsès sous Justinien Ier (Dunlap, 1924).

4Autre point important, l’hagiographie. La publication des Vies de saints et saintes occupe une place essentielle dans la Byzantinologie, il suffit d’évoquer les Acta Sanctorum. Ces publications sont aussi parfois l’occasion d’études sur la vie des saintes, leur action et leur milieu. Citons comme illustration deux exemples parmi ce vaste champ d’études. L’établissement du texte grec de la Vie de Philarète, ainsi que sa traduction en français, permettent de faire largement connaître la pratique des concours de beauté à Byzance (Fourmy et Leroy, 1934. Delouis, 2003). En 1958 Marie Delcourt publie une importante étude sur les Vies de saintes travesties en moines, thème qui génère dans les années suivantes, et ce jusqu’à nos jours, de nombreuses recherches.

5Evoquons maintenant d’autres aspects. Dans la période qui va des années 1940 aux années 1960, Rodolphe Guilland mène une entreprise considérable. Il publie une série d’articles qui constituent une étude systématique des fonctions de la cour impériale, des diverses dignités, charges civiles, militaires et d’Église à Byzance. Comme cette ambitieuse entreprise d’analyse se fonde sur des recherches de prosopographie, Guilland fournit à la byzantinologie un matériau fondamental pour mieux comprendre la place et le rôle des femmes, des eunuques et des hommes barbus à Byzance.

6Mais, il y a d’autres raisons que le rôle des institutions et du pouvoir dans ce goût précoce des byzantinistes pour la place des différents sexes. En Grèce, Phédon Koukoulès publie à partir de 1948 à 1957 à Athènes, dans la « collection de l’institut français d’Athènes », bien que l’œuvre soit en grec, les volumes de sa monumentale histoire de la « Vie et civilisation byzantines » (en grec). Dans cette entreprise, fourmillant d’informations précises, Koukoulès décrit la société byzantine et la vie privée des Byzantins, accordant une place à la vie des « Byzantines », et aux eunuques, ainsi qu’aux enfants. En particulier, deux chapitres, constituant une large partie du fascicule 2 du tome II, publié en 1948, ont pour thèmes, « les femmes de mœurs libres » et « la vie des femmes à Byzance ». De ce fait, les byzantinistes grecs ou familiers de l’œuvre de Koukoulès ont pu disposer d’un ouvrage dans lequel ils pouvaient scientifiquement engager leurs pas. Cette démarche est formidablement renforcée par la publication par Louis Bréhier, dans la collection « L’Évolution de l’humanité », du troisième volume de son étude complète de l’histoire de Byzance dans tous ses aspects. Si le premier et le deuxième volume sont consacrés respectivement à la politique avec « Vie et mort de Byzance » puis aux « Institutions de l’empire byzantin », le troisième volume qui étudie « La civilisation byzantine », paru en 1950, aborde différents aspects de la « vie privée » et de la « vie de société ». Bréhier suit sa propre démarche, mais n’hésite pas à se référer aussi aux nombreux articles de Koukoulès en ce domaine. Par conséquent, les années d’après-guerre fournissent aux byzantinistes une abondante moisson dans un domaine qu’on appelle alors « la vie quotidienne » (Hussey, 1958) et l’on comprend aisément la présence dans l’Histoire mondiale de la femme, en 4 volumes, publiée sous la direction de Pierre Grimal, de « La femme dans l’empire byzantin », écrit par le byzantiniste José Grosdidier de Matons dans le volume 3 (Grimal, 1965-1967). Il faut aussi noter que dès les années 1930, la byzantinologie compte dans ses rangs une grande historienne, la britannique Joan Hussey. Bien que très majoritairement peuplée d’hommes depuis ses origines, la byzantinologie s’ouvre alors de plus en plus largement aux historiennes, comme mesdames Hélène Ahrweiler, Cécile Morrisson, Judith Herrin, Angeliki Laiou, Évelyne Patlagean, Averil Cameron. Dans ce contexte, les idées féministes progressent et l’intérêt pour la place et le rôle des femmes à Byzance se développe rapidement.

7Dès les années 1960, Évelyne Patlagean mène des recherches où sont présents l’enfant, la famille, la parenté, les femmes. Dans son ouvrage issu de sa thèse de doctorat d’État sur la pauvreté à Byzance, elle met en relief la profonde inégalité entre sexes qui joue en défaveur des femmes (Patlagean, 1977). Elle publie en 1976 un article intitulé « L’histoire de la femme déguisée en moine et l’évolution de la sainteté féminine à Byzance », ce qui l’amène à questionner les distinctions de sexe entre hommes et femmes à Byzance et leur « abolition » dans le cas du « travestissement ascétique » (p. 607) à travers l’eunuque - ces saintes femmes travesties passant souvent pour des eunuques- car « sans être assujetti à une catégorie sexuelle, il transcende la distinction des sexes, dont il est libéré » (p. 606). Évelyne Patlagean pointe déjà dans cet article des éléments qui seront parmi les lignes de force des futures gender studies. Elle met en valeur le fait que les récits sur les femmes expriment d’abord les représentations des hommes qui ont écrit sur ces femmes et leur conception culturelle de l’altérité sexuelle, d’où cette phrase forte qui aura une influence marquée sur les études ultérieures (p. 623) : « Nous savons bien que l’ordonnance des sexes, élaborée sur la base limitée et monotone de quelques données naturelles, est une des constructions les plus sophistiquées et les plus significatives à la fois de toute culture. » Évelyne Patlagean émet le souhait que des recherches pionnières en ce domaine attirent à l’avenir des « explorateurs » (Patlagean, 1976). Toutefois, une telle approche, dans ces années là, ne saurait surprendre au pays et dans le cadre intellectuel de la ville - Paris - de Simone de Beauvoir. De plus, il faut garder à l’esprit que la distinction entre sexe et genre est déjà établie depuis la parution en 1968 de l’ouvrage du psychanalyste Robert J. Stoller intitulé Sex and Gender qui se fonde sur le transsexualisme et celui de la sociologue Ann Oakley intitulé Sex, Gender and Society, paru en 1972 (Stoller 1968 ; Oakley, 1972 ; Thébaud, 2007, p. 121).

8C’est dans les années 1970 que Joëlle Beaucamp entame ses publications sur le statut juridique des femmes à Byzance, à travers ses différents aspects,famille, morale, Église et autre (Beaucamp, 1976 et 1977). Ces recherches conduisent à la publication en 1990 de deux volumes sur ce thème (Beaucamp, 1990) puis à d’autres publications sur les femmes à Byzance (Beaucamp, 1999, 2000, 2004). Ces recherches s’inscrivent aussi dans un contexte historiographique général et d’études médiévales plus favorable en ce domaine. Le développement de l’anthropologie historique, que ce soit chez les historiens de l’Antiquité ou les médiévistes, du rôle de la culture et des « mentalités » au sein de la « Nouvelle histoire », avec la parution dans les Annales de numéros consacrés à la famille ou à la sexualité, ont largement favorisé les recherches sur les femmes et la famille à Byzance (Delacroix, Dosse, Garcia 2007, p. 392-448)). C’est dans la revue des Annales. Economies, Sociétés, Civilisations qu’Evelyne Patlagean publie ses articles sur « Ancienne hagiographie byzantine et histoire sociale » où elle parle de « l’analyse structurale », des « catégories mentales de l’ancienne hagiographie byzantine » et cite Claude Levi-Strauss (1968, p. 110-111), puis « Sur la limitation de la fécondité dans la haute époque byzantine » (1969) et sur « Christianisation et parentés rituelles : le domaine de Byzance » (1968).

9Les années 1980 voient la floraison de nombreuses études sur l’histoire des femmes. Ces années sont aussi celles de la théorisation des gender studies. Toutefois, nous espérons avoir montré que dans le domaine de l’étude des femmes et de la construction culturelle des catégories de sexe, si les Byzantinistes participent pleinement dans leur réflexion des débats historiographiques - qu’ils soient généraux, spécifiques à l’Antiquité tardive ou à la médiévale - la byzantinologie suit aussi ses propres questionnements et méthodes d’investigation liés à sa propre histoire et à son champ d’études spécifique.

Des années 1980 à la fin du XXe siècle : une floraison des études sur les femmes

10Les années 1980-1990 sont celles de la prolifération des recherches et publications sur les femmes. Cette situation est, d’une part, l’effet de l’investissement croissant d’historiennes de Byzance, de plus en plus en plus nombreuses à l’université et dans les organismes de recherche, dans les nouveaux champs de recherches sur les femmes lancés dans les années 1970. Mais, d’autre part, il est aussi le résultat de nouvelles réflexions liées à l’émergence puis l’affirmation dans le monde anglo-saxon des gender studies.

11Rappelons quelques points de repère importants pour l’histoire du genre, en dehors de l’histoire des femmes proprement dite. Michel Foucault édite en 1976 le premier de ses trois tomes parus de son « Histoire de la sexualité » -le quatrième tome en préparation n’étant pas paru - intitulé La volonté de savoir (Foucault, 1976). Kenneth J. Dover publie en 1978 son ouvrage sur l’homosexualité grecque, puis John Boswell publie en 1980 Christianity, Social Tolerance, and Homosexuality, qui aborde la question de l’existence d’une « sexualité gaie » et de communautés gaies en Europe occidentale dans la Rome impériale et au Moyen Âge. Ces deux derniers ouvrages ainsi que les travaux de l’historien de l’Antiquité tardive Peter Brown, sont importants dans la réflexion de Michel Foucault (Eribon, 1999, p. 451-455). Peter Brown mène des recherches sur les hommes, les femmes, le corps et la renonciation à la sexualité qui aboutiront dans l’édition en 1988 de « The Body and Society » qui embrasse une période allant des débuts du christianisme jusqu’au monde protobyzantin. En 1983, Aline Rousselle publie « Porneia » sur la maîtrise du corps, avec des chapitres traitant de l’homme, de la femme, de l’enfant, abordant la question de la castration, ouvrage qui va du IIe jusqu’au IVe siècle et là aussi s’intéresse au monde protobyzantin. Michel Foucault publie en 1984 le deuxième et le troisième tome de l’« Histoire de la sexualité ». Le cadre du troisième tome, intitulé Le souci de soi, est l’empire romain des deux premiers siècles, avec des chapitres ayant pour sujet : « Le corps », « La femme », « Les garçons ».

12En 1982 paraît l’ouvrage d’Alexander Kazhdan et Gilles Constable People and Power in Byzantium au sous-titre explicite, « An Introduction to Modern Byzantine Studies ». Alexander Kazhdan vient de Moscou et vit alors aux États-Unis. Il s’agit de mettre à profit de nouvelles perspectives, de nouvelles questions, afin de mettre en lumière les spécificités des Byzantins - notamment par rapport à l’Occident médiéval -, en mettant en avant la notion d’homo byzantinus, qui essaie d’appréhender le comportement des Byzantins en société, y compris dans les aspects psychologiques, la vie religieuse, la littérature et les arts. La sexualité, le rôle des femmes sont abordés dans ce cadre. L’époque est donc propice à l’ouverture de nouveaux champs d’études dans le domaine de la Byzantinologie.

13L’année 1983 voit la publication d’un article fondamental de Judith Herrin dans lequel elle définit trois « avenues of approch » pour l’étude des positions, de l’activité et de l’autorité des femmes à Byzance, dans le but de mettre en lumière, plus que ce qu’énonce un idéal légal, une réalité pratique  : relever les références sur les occupations des femmes dans des sources écrites par des hommes, documenter l’ingéniosité avec laquelle les femmes ont exercé leurs droits légaux limités et enfin exposer les grandes lignes de l’influence du Christianisme sur les Byzantines. Ces recherches prenant en compte le fait que l’environnement des Byzantines est de nature militaire et que les femmes sont dans une situation de subordination dans une société dominée par les hommes. Dans cet article, Judith Herrin questionne les rôles de sexe à Byzance, à travers notamment la conception de la sainteté et de la pureté à Byzance, la présence des femmes dans les monastères, les impératrices comme femmes de pouvoir, l’activité économique, le mariage, le contrôle des femmes sur la propriété et le rôle de la dot,l a situation des veuves, mais aussi les relations entre femmes et eunuques. En 1985 Catia Galatariotou publie un article sur des aspects des conceptions byzantines du « genre ». Elle se réfère au travail pionnier de la sociologue Ann Oakley sur le sexe, le genre et la société, définissant le sexe comme un fait biologique et le genre un phénomène culturel. Elle reconnaît l’importance du travail d’Evelyne Patlagean dans son approche, reproduisant en français dans le texte le passage que j’ai cité précédemment sur « l’ordonnance des sexes », ainsi que celui de Judith Herrin. Catia Galatariotou définit la société byzantine comme un patriarcat (« patriarchy »), un ordre social dans lequel les hommes se sont appropriés le pouvoir et les moyens (économiques, politiques, idéologiques) pour l’acquérir et le perpétuer (Galatariotou, 1984/85).

14Les grandes lignes des recherches sur les femmes, les rôles de sexe et de genre à Byzance sont donc déjà posés et lancés lorsque Joan Scott publie en 1986 son article sur le genre qui diffuse l’expression parmi les historiens (Scott, 1986).

15En 1985, l’histoire de la vie privée sous la direction de Philippe Ariès et Georges Duby, dans son premier volume dirigé par Paul Veyne, consacre une partie à Byzance confiée à Evelyne Patlagean. Pourtant, la grande fresque sur l’histoire des femmes, publiée en 1991-1992, ne concerne que l’Occident (Duby et Perrot 1991-1992).

16On peut mesurer le chemin parcouru en relevant qu’en 1996 se tient un colloque, édité en 1999, avec pour thème Femmes et pouvoirs de femmes à Byzance et en Occident (VIe-XIe siècles), dont le but affiché est de « mettre en parallèle » et « étudier sur un pied d’égalité Byzance et l’Occident » (Lebecq et al., 1999, p. 6).

17De nombreuses études ont mis en évidence l’importance du rôle des impératrices à Byzance, la façon dont elles étaient représentées dans les sources byzantines et les différents enjeux liés à ces représentations. On peut citer en particulier les travaux de Lynda Garland et Judith Herrin. Si la Théodora du VIe siècle et Irène demeurent très étudiées, d’autres impératrices ont été l’objet de recherches, couvrant un large spectre de l’histoire byzantine, les impératrices théodosiennes, Sophie (565-601), Martine au VIIe siècle, Théodora au IXe siècle, les épouses de Léon VI, les impératrices du XIe siècle et de l’époque des Comnènes, Théodora Palaiologina au XIIIe siècle (Holum, 1982 : Lilie, 1996 ; Garland, 1999 ; Hill, 1999 ; Malamut 1999 ; Herrin 2001 ; Talbot 1992). La personnalité et l’œuvre de la princesse et historienne Anne Comnène ont tout particulièrement suscité l’intérêt. En 2000 est publié un ouvrage collectif entièrement consacré à l’auteur de l’Alexiade dans ses différentes identités et à son époque (Gouma-Peterson, 2000).

18De même les femmes de l’aristocratie sont mieux connues. En 1984, l’ouvrage publié sous la direction de Michael Angold sur l’aristocratie accorde une véritable place aux femmes, puisqu’il s’ouvre sur un article de Sir Steven Runciman consacré aux femmes dans la société aristocratique byzantine (Angold, 1984). Les articles parus en 1999 (Lebecq et al., 1999) de Michel Kaplan sur la fortune des femmes de l’aristocratie, d’Isabelle Brousselle sur les stratégies matrimoniales de l’aristocratie, de Rosemary Morris sur les descriptions des femmes de l’aristocratie permettent de mieux mesurer l’implication de ces femmes dans les stratégies de pouvoir économiques et sociales, en dépit du pouvoir masculin dominant. Marie-France Auzépy a mis en relief l’importance des femmes dans les stratégies de Philarète et de sa famille (1994). Jean-Claude Cheynet a montré à la lumière des sceaux l’importance sociale des femmes de l’aristocratie et la nette amélioration de leur place au sommet de la société entre l’époque iconoclaste et les Comnènes (2000 et 2004).

19Angeliki Laiou a mené une enquête approfondie sur les liens de parenté à Byzance, le mariage et le divorce, la famille mais aussi l’amour et le comportement sexuel des Byzantins et le contrôle de ce comportement par le système légal byzantin, les relations hors mariage ou l’homosexualité ainsi que sur le rôle économique des femmes (Laiou, 1985,1992a,b et c, 1993, 2001). Alexander Kazhdan a traité de la sexualité dans ses différentes manifestations à travers les récits hagiographiques, pour montrer que sexualité et amour ne vont jamais ensemble jusqu’au XIe siècle où le thème de l’amour humain est réintroduit et se retrouve dans les romances érotiques du XIIe  siècle (Kazhdan, 1990). Claudine Dauphin a étudié la prostitution et ses conséquences sur la vie des femmes (recrutement, condition économique, niveau de vie, maladies, avortements) en Palestine byzantine, en utilisant sources écrites et données archéologiques (Dauphin, 1998). L’éducation des enfants a été étudiée dans ses différents aspects (Nikolaos Kalogeras 2000 et Judith Herrin 1999).

20Les recherches sur les femmes et l’Église byzantine, les monastères féminins et les moniales, ont été l’objet de nombreuses recherches et publications. Elles ont aussi pu bénéficier de l’édition de sources comme l’édition-traduction française par Paul Gautier (1985) du typikon, la charte de fondation, de la Théotokos Kécharitôménè, monastère de moniales fondé au début du XIIe siècle par l’impératrice Irène Doukaina. Mais à l’inverse, l’intérêt pour l’histoire des femmes a eu aussi pour effet un effort mené dans le domaine des sources avec l’édition ou la traduction de nombreuses vies de saintes byzantines . Nous citerons pour exemples parmi les nombreux ouvrages parus, celui d’Alice-Mary Talbot (1996) rassemblant les traductions de dix vies de saintes, l’édition-traduction de la vie d’Irène de Chrysobalanton par Jan Olof Rosenqvist (1986) ou celui de Sebastian Brock et Susan Harvey (1987) sur des saintes de l’Orient syrien. En dehors de ces aspects, Judith Herrin a abordé la législation canonique concernant les femmes (Herrin, 1992) et nous avons déjà mentionné les travaux de Joëlle Beaucamp. Alice-Mary Talbot a publié de nombreux articles sur les femmes et l’iconoclasme, les femmes et l’Athos, la sainteté féminine à Byzance, les femmes et le monastère, les nonnes, articles rassemblés dans un recueil publié en 2001. Marie-France Auzépy s’est aussi intéressée aux femmes, à la sainteté et au couvent (Auzépy, 1999). Judith Herrin (1983) puis Robin Cormack (1997) se sont intéressés au rôle des femmes dans la promotion des icônes, dont les icônes de la Vierge. On observe aussi l’introduction de nouvelles méthodes d’approche dans ce domaine. Pour étudier la sainteté à travers la question du genre, Paul Halsall (1999) a eu notamment recours à l’établissement de tableaux statistiques afin de quantifier la proportion respective de saints ou de saintes par siècle.

21On peut donc dire que les grandes lignes de recherche annoncées par Judith Herrin ont été effectivement largement explorées.

22En revanche les études sur les hommes et la construction du masculin à Byzance demeurent souvent en contrepoint des recherches sur les femmes, en tant que norme dominante par rapport au féminin. Si les hommes sont omniprésents dans les études, il n’y a en revanche que peu de publications qui leur soient véritablement entièrement consacrées. On peut noter que dans le sillage d’Alexander Kazhdan, Jakov N. Ljubarskij, alors à l’université de Saint-Petersbourg, publie en 1992 une étude sur les qualités et les caractères des hommes dans la littérature byzantine. En 1993, Konstantinos Pitsakès publie un article approfondi (en grec) sur l’homosexualité à Byzance et nous avons abordé la question de l’homophobie à Byzance à travers deux notices (Sidéris 2003c). Dion C. Smythe publie un article questionnant les termes utilisés pour parler de l’homosexualité à Byzance (1999). En 1997, Charles Barber publie un article sur les hommes et l’identité masculine à Byzance s’inscrivant dans le sillage méthodologique des études historiques féministes. L’ouvrage de Boswell (1994) a poussé à revisiter la question de la « fraternité spirituelle » à Byzance. Ruth Macrides (1990) puis Claudia Rapp (1997 et 2004) montrent que si la cérémonie de fraternité spirituelle n’est pas un mariage entre hommes, elle a constitué un lien social important et développé à Byzance et Macrides indique que la cérémonie a pu abusivement être utilisée par des couples homosexuels ou hétérosexuels pour établir un lien rituel.

Au tournant des XXe et XXIe siècles : Nouvelles perspectives pour les études de genre et déconstruction critique de l’héritage historiographique et littéraire

Des recherches sur les eunuques à une approche globale du genre

23Les années 1990 et le début des années 2000 voient la réémergence des recherches sur les eunuques. Depuis les travaux de Rodolphe Guilland (1967) et de Keith Hopkins (1963 et 1978), les eunuques ne sont plus présents en tant que tels mais traités lorsqu’ils se présentent dans leur action, en particulier lorsqu’il s’agit d’évoquer Constantinople et l’entourage impérial, où ils sont omniprésents (Dagron, 1984). L’édition-traduction des sources joue un rôle fondamental. Avec l’édition des listes de préséances par Oikonomidès (1972) la place des eunuques apparaît comme constitutive de l’ordre byzantin même. La publication de la « vision du moine cosmas » par Christine Angelidi (1983) suggère que l’association entre anges et eunuques est profondément ancrée à Byzance. Mais il faut attendre les années 1990 pour que les eunuques soient désormais pleinement pris en compte dans les problématiques de genre. Cette reconsidération à la fois accompagne, s’inscrit dans et participe à la réflexion critique sur les catégories de perception des historiens et historiennes de l’Occident. Kathryn M. Ringrose publie en 1994 un article qui ouvre des pistes pour l’étude des eunuques à Byzance en tant que genre socialement construit à Byzance. Elle étudie la façon dont cette construction évolue au cours des siècles à travers les discours tenus dans les sources, d’une part en présentant les eunuques en termes de troisième sexe ou de troisième genre et d’autre part en faisant apparaître la façon dont l’eunuque remet en question les représentations de la masculinité, en particulier dans le discours de l’Église. Ses travaux aboutissent à la publication d’un livre où l’eunuque est traité à travers la figure du « serviteur parfait » (Ringrose 2003). Entre-temps les recherches sur les eunuques commencent à se renforcer. En 1997 sort sous la direction de Liz James un recueil d’articles sur les femmes, les hommes et les eunuques comprenant un article de Shaun Tougher présentant un tour d’horizon des eunuques de Byzance. Shaun Tougher apporte son propre regard sur les eunuques de Byzance et la problématique du genre, mettant l’accent sur l’existence d’une multiplicité de lectures de l’identité de genre des eunuques (Tougher, 2004). En juillet 1999 se tient à Cardiff pour la première fois un colloque visant à appréhender la réalité des eunuques dans l’histoire mondiale depuis l’Antiquité. Les actes de ce colloque comptent plusieurs articles sur les eunuques de Byzance à travers toute son histoire (Tougher, 2002). Ce colloque a mis en évidence la large diffusion des eunuques à travers le monde et les époques mais aussi les spécificités de chaque société. Margaret Mullet met l’accent à travers une analyse d’un œuvre majeure, la défense des eunuques faite par l’archevêque Théophylacte d’Achrida au tournant des XIe et XIIe siècles, sur la spécificité de ce texte écrit pour un eunuque et dont la préoccupation est davantage tournée vers la question des eunuques et de l’ascétisme que du genre ou de la masculinité (Mullett, 2002). Nous avons soutenu notre thèse sur « Eunuques et pouvoir à Byzance » en 2001, montrant la construction à Byzance d’un « eunucat d’ État » et l’élaboration d’une correspondance entre anges et eunuques étroitement liée aux évolutions de la cour impériale byzantine ainsi qu’à l’apparition d’une esthétique eunuque (Sidéris, 2002, 2003a et 2006). Ces recherches nous ont amené depuis à travailler sur ce que nous appelons la « trisexuation » de la société byzantine.

24Il apparaît que depuis la fin des années 1990 l’approche du genre chez les Byzantinistes se fait désormais en prenant en compte les discours sur les femmes, les hommes et les eunuques comme l’illustre l’article de Martha P. Vinson (1998), mais aussi par exemple le recueil d’articles édité par Leslie Brubaker et Julia M. H. Smith (2004) ou l’ouvrage de Lynda Garland (1999). Paul Magdalino a mis en évidence l’existence d’un milieu paphlagonien parmi la cour et en particulier parmi les eunuques (1998). Placées à la croisée des trois identités de genre, les saintes travesties continuent de générer de nombreux articles (Delierneux 1997 et 2002 ; Sidéris, 2003b ; Papaconstantinou, 2004). Alexander P. Kazhdan et Michael MCCormick ont analysé la société que constitue la cour impériale en tenant compte des sous-groupes que constituent les eunuques et les femmes (1997). L’étude des costumes, portés par les différents sexes et participant, en particulier à la cour, d’un langage visuel s’est développée (Kalamara, 1995 ; Piltz, 1997 et Ball, 2005).

Un regard critique

25L’écriture de l’histoire du genre à Byzance doit prendre en considération en ce domaine un héritage historiographique qui a longtemps pesé et qui aujourd’hui est un objet d’études en lui-même pour les Byzantinistes. De fait, il est important d’avoir à l’esprit que la Byzantinologie est née au XVIIe siècle dans le royaume de France (Auzépy, Grélois, 2001) et que l’approche du système de genres byzantin a été pendant longtemps, le fait d’historiens formés dans les cadres de pensée occidentaux (Cameron, 2003), habitués à considérer la société comme fondée sur une division entre deux sexes opposés - le sexe masculin étant jusqu’au début du XXe siècle considéré comme supérieur, en particulier intellectuellement - ces différences de sexes s’inscrivant dans la biologie (Laqueur, 1992 ; Sidéris 2003b). Le rôle considérable des eunuques et des impératrices a été perçu comme une différence par rapport à l’histoire de l’Occident, cette différence participant de la conviction que Byzance était « l’autre ». De plus, cette altérité fut analysée à travers une grille moralisatrice, comme un des signes évidents des faiblesses - et de l’infériorité - d’une société orientale (Delouis, 2003 ; Cameron, 2003). Comme l’a montré Paul Lemerle jusque dans les années 1950, en dépit de la floraison des études byzantines, Byzance est encore associée de façon générale à la notion de décadence. Pour comprendre ce tropisme tenace il faut remonter (au moins) jusqu’aux philosophes des Lumières aux yeux desquels l’empire byzantin souffrait de vices à l’action délétère. Byzance avait pour défauts fondamentaux d’être, en tant qu’empire chrétien en proie à la « bigotterie » et en tant que société orientale, un des lieux du « despotisme » (Lemerle, 1948 et 1957).

26Le grand historien Edward Gibbon a eu aussi une influence importante et durable dans la vision péjorative des femmes et des eunuques à Byzance. Edward Gibbon (1737-1794), écrit The History of the Decline and Fall of the Roman Empire, devenu un grand ouvrage d’histoire, dans le sillage de cette pensée. Le premier volume parut en 1776 et rencontra un immense succès en Angleterre. Gibbon parvint au bout de son entreprise en 1787 et le dernier des six volumes de son oeuvre parut en 1788. En 1812 Guizot publia une traduction française annotée et préfacée de l’ouvrage. Byzance y est traitée comme un empire affaibli par le despotisme et la perte de réalité due en particulier aux spéculations de la religion chrétienne, à ce que Gibbon appelle la superstition des Grecs et à l’action des moines (Brown, 1985 ; Cameron, 2003). Pour ce courant de pensée, le pouvoir des impératrices et plus généralement des femmes ainsi que celui des eunuques à la cour impériale comptaient parmi les signes évidents de la décadence morale de l’empire chrétien oriental et de sa corruption. Pour Gibbon, les femmes à Byzance - comme l’impératrice Irène qui a ses yeux eut un comportement « despotique » - soutenaient les moines, c’est à dire la superstition et la folie, contre la raison. La puissance des eunuques, produit même du « despotisme oriental » était la conséquence de la faiblesse d’empereurs « dégénérés », juste capables de s’entourer d’esclaves. Il est vrai aussi que cette vision péjorative pouvait s’appuyer sur des écrits mêmes d’auteurs byzantins. Par exemple, Procope dans son Histoire secrète fait un portrait ravageur de l’impératrice Théodora et la critique des eunuques était une arme politique à Byzance (Brubaker, 2004).

27Ces toutes dernières années des byzantinistes ont donc commencé à revisiter la mise en scène de Byzance dans la littérature occidentale à partir du XIXe siècle et de la place que les femmes et les eunuques tenaient dans ces représentations, ouvrant un champ d’études et de réflexions. Ont été mises en évidence dans ces fictions sur Byzance, l’influence d’historiens comme Gibbon, de ce que l’on appelle « l’orientalisme » et des conceptions occidentales sur l’Orient au XIXe siècle ainsi que les rôles, les comportements assignés aux sexes dans ces constructions (Cameron, 2003 ; Ronchey, 2003 ; Delouis, 2003). De l’ouvrage collectif publié par Marie-France Auzépy en 2003 émerge une vision cohérente de la perception des femmes et des eunuques à Byzance dans la littérature française à travers deux études, celles de Silvia Ronchey et d’Olivier Delouis. Il est utile d’évoquer ici quelques points importants de ces articles. L’engouement littéraire et artistique pour Byzance s’inscrit dans un contexte, celui pour l’Orient synonyme de voyage exotique, la guerre de Crimée sous Napoléon III, la question balkanique. Ce goût littéraire pour l’Orient se manifeste par exemple dans les œuvres de Flaubert, comme Salammbô ou la Tentation de saint Antoine. Mais l’intérêt littéraire qui se manifeste pour Byzance se nourrit aussi de la vogue de la littérature décadente.1884 est une année charnière pour Byzance sur la scène littéraire et artistique française. À Rebours de Joris-Karl Huysmans qui paraît alors, et apparaît comme un manifeste de la littérature décadente, est qualifiée d’œuvre byzantine. Verlaine publie le poème Langueur, évoquant « l’empire à la fin de la décadence ». Le 26 décembre de la même année est jouée au théâtre de la porte Saint-Martin la Théodora de Victorien Sardou, féru d’histoire byzantine, dont l’ambition est de mettre en scène la cour de Justinien en 532 avec une Théodora dont la vie s’inspire librement de l’Histoire secrète (Anekdota)de l’historien byzantin Procope.La pièce est une production grandiose. La grande actrice Sarah Bernhardt interprète le rôle d’une Théodora « femme fatale », le compositeur Jules Massenet a écrit la musique, les décors sont somptueux, ils reprennent des motifs byzantins et coptes mis au jour par des fouilles archéologiques récentes, et l’on rassemble quelque deux cents figurants sur scène. Il s’ensuit une floraison de romans ayant pour cadre une Byzance à la fois raffinée, luxueuse, cosmopolite, violente, corrompue et décadente où règne la figure de la « femme fatale » personnage à la fois sensuel et mystique, courtisane et amazone cruelle, entourée de ses eunuques soumis. Mais l’image stéréotypée, négative d’une cour byzantine dominée par les intrigues des femmes et des eunuques est aussi le produit d’une « byzantinologie austère », écrite par des historiens du début du XXe siècle, nourris d’une culture bourgeoise empreinte de pruderie (Delouis, 2003 et Ronchey, 2003).

28Averil Cameron a exposé comment l’approche de l’histoire byzantine aujourd’hui se réinscrivait dans une histoire européenne sans pour autant rejeter l’Orient. Des Byzantinistes insistant sur l’universalité de la civilisation byzantine (Cameron 2003). On peut dire que ces remarques s’appliquent aux études de genre. Déjà en 1996, un colloque sur les femmes confrontait Byzance et Occident médiéval (Lebecq, 1999). Signe des évolutions en cours, en 2004 est édité « Gender in the Early Medieval World » (Brubaker et Smith 2004), ce recueil rassemblant des articles à la fois sur l’Occident, Byzance et le monde islamique.

29Nous avons essayé de décrire la grande diversité des études dans le domaine du genre à Byzance et comment ces études dessinent un visage spécifique du monde byzantin. A peu près tous les domaines sont investis aujourd’hui par les approches de genre, nourrissant ainsi les réflexions théoriques et les résultats sont maintenant de plus en plus intégrés dans des recherches plus globales. On peut donc penser que les études « catégorielles » sont appelées à se poursuivre (femmes, eunuques, hommes et autres aspects) et se développer. Le monde des eunuques est loin d’être complètement défriché, le rôle des femmes par exemple dans l’économie, la vie religieuse ou politique et dans beaucoup d’autres domaines attend certainement bien de nouveaux développements ainsi que l’expression des masculinités.

Haut de page

Bibliographie

Angelidi Christine, “La version longue de la vision du moine Cosmas”, Analecta Bollandiana, t. 101, 1983, p. 73-99.

ANGOLD Michael, The Byzantine Aristocracy IX to XII Centuries, Oxford, 1984.

ARIES Philippe et DUBY Georges (direction), Histoire de la vie privée, t. 1, de l’empire romain à l’an mil, Paris, 1 ère éd. 1985, éd. revue et complétée 1999.

Auzépy Marie-France, « De Philarète, de sa famille et de certains monastères de Constantinople », dans C. Jolivet-Lévi, M. Kaplan, J.-P. Sodini (éd.), Les saints et leur sanctuaire à Byzance : textes, images et monuments, Paris, 1994, p. 113-132.

Auzépy Marie-France, « La sainteté et le couvent : libération ou normalisation des femmes ? », dans Stéphane Lebecqet al., Femmes et pouvoirs de femmes à Byzance et en Occident (VIe-XIe siècles), Lille, 1999, p. 175-188.

Auzépy Marie-France (éd.), Byzance en Europe, Saint-Denis, Presses Universitaires de Vincennes, 2003.

Auzépy Marie-France et Grélois Jean-Pierre (réalisé sous la direction de), Paris, Byzance retrouvée. Érudits et voyageurs français (XVIe-XVIIIe siècles), catalogue de l’exposition à la Chapelle de la Sorbonne 13 août-2 septembre 2001 lors du XXe congrés Byzantin, Paris, 2001.

BALL Jennifer L., Byzantine Dress, New York, 2005.

BARBER Charles, « homo byzantinus ? », dans Liz James, Women, Men and Eunuchs. Gender in Byzantium, Londres, 1997, p. 185-199.

BEAUCAMP Joëlle, « Le vocabulaire de la faiblesse féminine dans les textes juridiques romains du IIIe au VIe siècle », dans Revue historique de droit français et étranger, 54, 1976, pp. 485-508.

BEAUCAMP Joëlle, « La situation juridique de la femme à Byzance », dans Cahiers de civilisation médiévale, 20, 1977, p. 145-176.

BEAUCAMP Joëlle, Le statut de la femme à Byzance (4e-7e siècle), t. 1 : Le droit impérial ; t. 2 : Les pratiques sociales, Travaux et Mémoires du Centre de Recherche d’Histoire et Civilisation de Byzance, Collège de France, Monographies 5 et 6, Paris, De Boccard, 1990 et 1992.

BEAUCAMP Joëlle, « Incapacité féminine et rôle public à Byzance », dans Stéphane Lebecqet al., Femmes et pouvoirs des femmes à Byzance et en Occident (VIe-XIe siècle), Lille, 1999, pp. 23-36.

BEAUCAMP Joëlle, « Exclues et aliénées : les femmes dans la tradition canonique byzantine », dans Dion C. Smythe éd., Strangers to Themselves: The Byzantine Outsider, Papers from the Thirty-second Spring Symposium of Byzantine Studies, University of Sussex, Brighton, March 1998, Aldershot, 2000, pp. 87- 103.

Beaucamp Joëlle, « Les femmes et l'espace public à Byzance: Le cas des tribunaux », Dumbarton Oaks Papers 52, 1998, 129-145.

Beaucamp Joëlle,  « La christianisation du droit à Byzance: l’exemple du statut des femmes », dans Cristianità d'Occidente e Christianità d'Oriente (secoli VI-XI), Spolète 2004, pp. 917-955.

Beaucamp Joëlle et Dagron Gilbert (éd.), La transmission du patrimoine : Byzance et l’aire méditerranéenne, Travaux et Mémoires du centre de recherche d’histoire et civilisation de Byzance, Monographies 11, Paris, 1998.

BOSWELL John, Christianity, Social Tolerance, and Homosexuality. Gay People in Western Europe from the Beginning of the Christian Era to the Fourteenth Century, The University of Chicago Press, Chicago, 1980.

Boswell John, Same-Sex Unions in Premodern Europe, New York, 1994.

BROCK Sebastian P. et HARVEY Susan Ashbrook, Holy Women of the Syrian Orient, University of California Press, Berkeley, 1987.

BROUSSELLE Isabelle, « Les stratégies matrimoniales de l’aristocratie byzantine aux IXe et Xe siècles », dans Stéphane Lebecqet al., Femmes et pouvoirs de femmes à Byzance et en Occident (VIe-XIe siècles), Lille, 1999, p. 51-64.

BROWN Peter, La société et le sacré dans l’Antiquité tardive, trad. fr. par Aline Rousselle, Paris, Seuil, 1985.

BROWN Peter, The Body and Society. Men, Women and Sexual Renunciation in Early Christianity, New York, Columbia University Press, 1988 ; éd. fr. : Le renoncement à la chair. Virginité, célibat et continence dans le christianisme primitif, trad. fr. par Pierre-Emmanuel Dauzat et Christian Jacob, Paris, Gallimard, 1995.

BRUBAKER Leslie, « Sex, lies and textuality : the Secret History of Prokopios and the rhetoric of gender in sixth-century Byzantium », dans Leslie Brubaker et Julia M. H. Smith, Gender in the Early Medieval World, East and West 300-900, Cambridge, 2004, p. 83- 101.

BRUBAKER Leslie et SMITH Julia M. H., Gender in the Early Medieval World, East and West 300-900, Cambridge, 2004.

CAMERON Averil et KUHRT Amélie, Images of Women in Antiquity, Londres, 1983.

CAMERON Averil, « Byzance dans le débat sur l’orientalisme », dans Marie-France Auzépy (éd.), Byzance en Europe, Saint-Denis, 2003, p. 235-250.

Cheynet Jean-Claude, « La patricienne à ceinture  une femme de qualité », dans Au cloître et dans le monde. Femmes, hommes et sociétés (IXe- XVe siècle), Mélanges en l’honneur de PauletteL'Hermite-Leclercq, éd. par P. Henriet et A.-M. Legras, Paris 2000, p. 179-187.

Cheynet Jean-Claude, « Le rôle des femmes de l'aristocratie d'après les sceaux », Mélanges V. Sandrovskaja, Saint-Pétersbourg, 2004, p. 30-49.

CORMACK Robin, « Women and Icons, and Women in Icons », dans Liz James, Women, Men and Eunuchs. Gender in Byzantium, Londres, 1997, p. 24-51.

Dagron Gilbert, Constantinople imaginaire. Etudes sur le recueil des « Patria », Paris, 1984.

DAUPHIN Claudine, « Bordels et filles de joie : la prostitution en Palestine byzantine », dans Eupsychia. Mélanges offerts à Hélène Ahrweiler, t. 1, Paris, Publications de la Sorbonne, 1998, p. 177-194.

Delacroix Christian, DOSSE François, GARCIA Patrick, Les courants historiques en France XIXe-XXe siècle, éd. revue et augmentée, Paris, Gallimard - folio histoire, 2007.

DELCOURT Marie, « Le complexe de Diane dans l’hagiographie chrétienne », Revue de l’histoire des religions 153, 1958, p. 1-33.

Delierneux Nathalie, « Virilité physique et sainteté féminine dans l’hagiographie orientale du IVe au VIIe siècle », Byzantion 67, 1997, p. 179-243.

Delierneux Nathalie, « Anne-Euphémianos, l’épouse devenue eunuque : continuité et évolution d’un modèle hagiographique », Byzantion, 72, 2002, p. 105-140.

Delouis Olivier, « Byzance sur la scène littéraire française (1870-1920) », dans Marie-France Auzépy (éd.), Byzance en Europe, Saint-Denis, 2003, p. 101-151.

Diehl Charles, "Les Études byzantines en France", Byzantinische Zeitschrift 9, 1900, p. 1-13.

DIEHL Charles, Figures byzantines, 2 vol., Paris, 1906-1908.

DIEHL Charles, Justinien et la civilisation byzantine au VIe siècle, Paris, Ernest Leroux éditeur, 1901.

DIEHL Charles, Théodora, impératrice de Byzance, Paris, 1904.

DOVER Kenneth J., Greek Homosexuality, Londres, 1978.

DUBY Georges et PERROT Michelle éd., Histoire des femmes en Occident, 5 vol., 1991-1992.

Dunlap James E., « The Office of the Grand Chamberlain in the Later Roman and Byzantine Empires », dans A. E. Boak et J. E. Dunlap, Two studies in Later Roman and Byzantine Administration, New-York, 1924, p. 161-324.

Eribon Didier, Réflexions sur la question gay, Paris, Fayard, 1999.

FOUCAULT Michel, La volonté de savoir, Paris, Gallimard, 1976.

FOUCAULT Michel,  L’usage des plaisirs, Paris, Gallimard, 1984.

FOUCAULT Michel, Le souci de soi, Paris, Gallimard, 1984.

FOURMY M. H. et LEROY M., « La vie de saint philarète », Byzantion 9, 1934, p. 85-170.

Galatariotou Catia, « Holy Women and Witches : Aspects of Byzantine Conceptions of Gender », Byzantine and Modern Greek Studies, 9, 1984-85, p. 55-94.

Galatariotou Catia, « Eros and thanatos : A byzantine hermit’s conception of sexuality », Byzantine and Modern Greek Studies, 13, 1989, p. 95-137.

Garland Lynda, Byzantine Empresses : Women and Power in Byzantium, A. D. 527-1204, New York, 1999.

Gautier Paul, « Le typikon de la Théotokos Kécharitôménè », Revue des Etudes Byzantines, 43, 1985, p. 5-165.

Gibbon Edward, Histoire du déclin et de la chute de l’empire romain, traduit de l’anglais par M. F. Guizot, présentation de Michel Baridon, 2 vols., Robert Laffont, coll. « Bouquins », Paris, 1983.

GOUMA-PETERSON Thalia (éd.), Anna Komnene and her Times, New York et Londres, 2000.

GRIMAL Pierre, Histoire mondiale de la femme, 4 vol., Paris, Nouvelle Librairie de France, 1965-1967.

GROSDIDIER DE MATONS José, « La femme dans l’empire byzantin », dans Pierre Grimal, Histoire mondiale de la femme, 1965-1967, vol. 3, p. 11-43.

Guilland Rodolphe, « Les eunuques dans l’Empire Byzantin. Etude de titulature et de prosopographie byzantines », Études Byzantines, 1, 1943, p. 197-238.

Guilland Rodolphe, Recherches sur les institutions byzantines. Avec trois index par M. Nauenberg, t. I, Berliner Byzantinische Arbeiten 35, Berlin, Amsterdam, 1967.

HALSALL Paul, Women’s Bodies, Men’s Souls : Sanctity and Gender in Byzantium, New York, 1999.

Herrin Judith, « In Search of Byzantine Women : Three Avenues of Approach », dans Averil Cameron et Amélie Kuhrt, Images of Women in Antiquity, Londres, 1983, p. 167- 189.

Herrin Judith, « Femina Byzantina : The council in Trullo on Women, Dumbarton Oaks Papers, 46, 1992, p. 97-105.

Herrin Judith, « L’enseignement maternel à Byzance », dans Stéphane Lebecqet al., Femmes et pouvoirs de femmes à Byzance et en Occident (VIe-XIe siècles), Lille, 1999, p. 91-102.

Herrin Judith, Women in Purple. Rulers of Medieval Byzantium, Londres, 2001.

Hill Barbara, « The ideal imperial Komnenian woman », Byzantinische Forschungen 23, 1996, p. 7-17.

HILL Barbara, Imperial Women in Byzantium 1025-1204: Power, Patronage and Ideology. Londres, Longman, 1999.

HOLUM Kenneth G., Theodosian Empresses. Women and Imperial Dominion in Late Antiquity, Berkeley, 1982.

HOPKINS Keith, Conquerors and slaves, Cambridge, 1978.

HOPKINS Keith, « Eunuchs in Politics in the Later Roman Empire », Proceedings of the Cambridge Philological Society 189 (=new series 9), 1963, p. 62-80.

HUSSEY Joan M., Le monde de Byzance, trad. fr. par François Vaudou, Paris, Payot, 1958.

James Liz, Women, Men and Eunuchs. Gender in Byzantium, Londres, 1997.

KalamaRa Paraskévé, Le système vestimentaire à Byzance du IVe jusqu’à la fin du XIe siècle, thèse du nouveau doctorat Histoire et Civilisations, sous la direction d’A. Guillou, École des Hautes Études en Sciences Sociales, 2 tomes, Lille, 1995.

Kalavrezou I., Byzantine Women and Their World, Cambridge Ma., 2003.

KALOGERAS Nikolaos Michael, Byzantine Childhood and its Social role from the Sixth century until the End of Iconoclasm, Chicago, 2000.

KAPLAN Michel, « L’aristocratie byzantine et sa fortune », dans Stéphane Lebecqet al., Femmes et pouvoirs de femmes à Byzance et en Occident (VIe-XIe siècles), Lille, 1999, p. 205-226.

Karlin-Hayter P., « Further Notes on Byzantine Marriage », Dumbarton Oaks Papers, 46, 1992, p. 133-154.

Kazhdan Alexandre, Constable Giles, People and Power in Byzantium. An Introduction to Modern Byzantine Studies, Washington D. C., 1982.

Kazhdan A., « Byzantine Hagiography and Sex in the Fifth to Twelfth Centuries », Dumbarton Oaks Papers, 44, 1990, p. 131-143.

Kazhdan Alexander P., et MCCORMICK Michael, « The Social World of the Byzantine Court » dans Henri Maguire, Byzantine court culture from 829 to 1204, Washington D. C., 1997, p. 167-197.

KOUKOULES Phédon, Byzantinôn bios kai politismos, 6 tomes (8 volumes), Athènes, 1948-1957.

Laiou A. E., « Observations on the Life and Ideology of Byzantine Women », Byzantinische Forschungen 9, 1985, 59-102.

Laiou A. E., Gender, Society and Economic Life in Byzantium, Variorum, Collected Studies Series 370, Brookfield, Great Yarmouth Norfolk, 1992a.

Laiou A. E., « Imperial Marriages and Their Critics in the Eleventh Century : The Case of Skylitzes », Dumbarton Oaks Papers, 46, 1992b, p. 165-176.

Laiou Angeliki E., Mariage, amour et parenté à Byzance aux XIe-XIIIe siècles, Paris, Travaux et Mémoires du centre de recherche d’histoire et civilisation de Byzance. Monographies 7, Paris, 1992c.

Laiou Angeliki E, « Sex, Consent and Coercion in Byzantium », dans Laiou Angeliki E, Consent and Coercion to Sex and Marriage in Ancient and Medieval Societies, Washington D. C., 1993, p. 109-221.

Laiou Angeliki E, « Women in the Market Place of Constantinople (10th-14th centuries) », dans Byzantine Constantinople: monuments, topography and everyday life, éd. N. Necipoglu (The Medieval Mediterranean 33), Leyde – Boston - Berlin, 2001, p. 261-273.

LAQUEUR Thomas, La fabrique du sexe. Essai sur le corps et le genre en Occident, trad. fr. par Michel Gautier, Paris, Gallimard, 1992.

Lebecq Stéphane, Dierkens Alain, Le Jan Régine, SansterreJean-Marie. (éd.), Femmes et pouvoirs de femmes à Byzance et en Occident (VIe-XIe siècles), Colloque international organisé les 28, 29, 30 mars 1996, à Bruxelles et Villeneuve d'Ascq, Lille, 1999.

Lemerle Paul, « Montesquieu et Byzance », Le flambeau, 31° année, n° 4, 1948, p. 386-394.

Lemerle Paul, « La notion de décadence à propos de l’empire byzantin », dans Classicisme et déclin culturel dans l’histoire de l’Islam ; actes du symposium international d’histoire de la civilisation musulmane Bordeaux 25-29 juin 1956, Robert Brunschvig (éd.), Paris, 1957, p. 263-277.

Lilie Ralph-Johannes, Byzanz unter Eirene und Konstantin VI. (780-802). Mit einem Kapitel über Leon IV. (775-780) von Ilse Rochow, Berliner Byzantinische Studien 2, Peter Lang, Francfort-sur-le-Main,1996.

Ljubarskij Jakov N., « Man in Byzantine Historiography from John Malalas to Michael Psellos », Dumbarton Oaks Papers, 46, 1992, p. 177-186.

Macrides Ruth J., « Kinship by Arrangement : The Case of Adoption », Dumbarton Oaks Papers 44, 1990, p. 109-118.

Magdalino Paul, « Eros the King and the King of Amours : Some observations on Hysmine and Hysminias », Dumbarton Oaks Papers, 46, 1992, p. 197-204.

Magdalino Paul, « Paphlagonians in Byzantine High Society », dans Byzantine Asia Minor (6th-12th cent.), National Hellenic Research Foundation : Institute for Byzantine Research, International Symposium 6, Athènes, 1998, p. 141-150.

MAGUIRE Henry, Byzantine court culture from 829 to 1204, Washington D. C., 1997.

Malamut Elisabeth, Une femme politique d’exception à la fin du XIe siècle: Anne Dalassène », dans Stéphane Lebecqet al., Femmes et pouvoirs de femmes à Byzance et en Occident (VIe-XIe siècles), Lille, 1999, p. 103-120.

Moran N., « Byzantine castrati », Plainsong and Medieval Music 11, 2, 2002, p.  99-112.

MORRIS Rosemary, « Idéaux et préjugés : la femme dans l’imagination culturelle byzantine des Xe-XIe siècles », dans Stéphane Lebecqet al., Femmes et pouvoirs de femmes à Byzance et en Occident (VIe-XIe siècles), Lille, 1999, p. 133-148.

MULLETT Margaret, « Theophylact of Ochrid’s In Defence of Eunuchs », dans Shaun Tougher éd., Eunuchs in Antiquity and Beyond, Londres et Swansea, 2002, p. 177- 198.

OAKLEY Ann, Sex, Gender and Society, Londres, 1972.

Oikonomidès Nicolas, Les listes de préséance byzantines des IX e et X e siècles, Introduction, texte, traduction et commentaire, Paris, 1972.

PAPACONSTANTINOU Arietta, « Je suis noire, mais belle : le double langage de la Vie de Théodora d’Alexandrie, alias abba Théodore », Lalies 24, 2004, p. 63-73.

Patlagean Evelyne, « Ancienne hagiographie byzantine et histoire sociale »,Annales. Economies, Sociétés, Civilisation 1, 1968, p. 106-126.

Patlagean Evelyne, « Sur la limitation de la fécondité dans la haute époque byzantine »,Annales. Economies, Sociétés, Civilisation 6, 1969, p. 1353-1969.

Patlagean Evelyne, « L’histoire de la femme déguisée en moine et l’évolution de la sainteté féminine à Byzance », Studi Medievali 3e ser. XVII (Spolète), 1976, p. 597-623.

Patlagean Evelyne, « Christianisation et parentés rituelles : le domaine de Byzance »,Annales. Economies, Sociétés, Civilisation 3, 1978, p. 625-636.

Patlagean Evelyne, Structure sociale, famille, chrétienté à Byzance, IVe-XIe siècles, Variorum Reprints, Londres, Great Yarmouth Norfolk, 1981.

Patlagean Evelyne, Un Moyen Âge grec. Byzance, IXe-XVe siècle, Paris, Albin Michel, 2007.

Peers Glenn, Subtle Bodies. Representing Angels in Byzantium, Berkeley, Los Angeles, Londres, 2001.

PILTZ Elisabeth, « Middle Byzantine Court Costume », dans Henri Maguire, Byzantine court culture from 829 to 1204, Washington D. C., 1997, p. 39-51.

Pitsakes Konstantinos, "È thésè tôn homophylophilôn stè Byzantinè Koinônia" dans Chrysa A. Maltezou (éd.), Oi Perithoriakoi sto Byzantio, Athènes, 1993, p. 171-269.

Rapp Claudia, « Ritual Brotherhood  in Byzantium», Traditio 52, 1997, p. 285-326.

Rapp Claudia, « All in the family : John the Almsgiver, Nicetas and Heraclius, Néa Rômè, 1, 2004, p. 121-134.

Ringrose Kathryn M., « Living in the Shadows : Eunuchs and Gender in Byzantium », dans Gabriel Herdt ,Third Sex, Third Gender, New York, Zone Books, 1994, p. 85-109 et notes p. 507-518.

Ringrose Kathryn M., The Perfect Servant. Eunuchs and the Social Construction of Gender in Byzantium, Chicago et Londres, 2003.

Ronchey Sylvia, « La femme fatale, source d’une byzantinologie austère », dans Marie-FranceAuzépy (éd.), Byzance en Europe, Saint-Denis, 2003, p. 153-175.

ROSENQVIST Jan Olof, The Life of St Irene  Abbess of Chrysobalanton, Uppsala, 1986.

Rousselle Aline, Porneia. De la maîtrise du corps à la privation sensorielle IIe-IVe siècles de l’ère chrétienne, Paris, PUF,1983.

RUNCIMAN Steven (Sir), « Women in Byzantine Aristocratic Society », dans Michael Angold, The Byzantine Aristocracy IX to XII Centuries, Oxford, 1984, p. 10-22.

SCOTT Joan Wallach, « Gender : A Useful Category of Historical Analysis », American Historical Review 91, N° 5, 1986, p. 1053-1075.

Sidéris Georges, « La comédie des castrats. Ammien Marcellin et les eunuques, entre eunucophobie et admiration », Revue belge de philologie et d’histoire 78, 2000, p. 681-717.

Sidéris Georges, Eunuques et pouvoir à Byzance IVe-VIIe siècle, Thèse de doctorat de l’université Paris I Panthéon Sorbonne, Paris, 2001.

Sidéris Georges, « Eunuchs of Light. Power, imperial ceremonial and positive representations of eunuchs in Byzantium (4th-12th centuries) », dans Shaun Tougher (éd.), Eunuchs in Antiquity and Beyond, Londres et Swansea, 2002, p. 161-175.

Sidéris Georges, « Eunuques, chambre impériale et palais à Byzance », dans Marie-France Auzépy et Joël Cornette (sous la direction de), Palais et pouvoir de Constantinople à Versailles, Saint-Denis, 2003a, p. 163-181.

Sidéris Georges, « Le sexe des anges : la byzantinologie et les questions de genre », dans Marie-France Auzépy (éd.), Byzance en Europe, Saint-Denis, 2003b, p. 217-233.

Sidéris Georges, notices « Justinien » et « « Théodose Ier » dans Louis-Georges Tin (éd.), Dictionnaire de l’homophobie, Paris, PUF, 2003c, p. 258-259 et p. 397.

Sidéris Georges, "Une société de ville capitale: les eunuques dans la Constantinople byzantine (IVe-XIIe siècle)", dans Les villes capitales au Moyen Âge, XXXVIe congrès de la SHMES (Istanbul, 1er - 6 juin 2005), Paris, Publications de la Sorbonne, 2006, p. 243-269.

SMITH Julia M. H., « Introduction : gendering the early medieval world », dans Leslie Brubaker et Julia M. H.Smith, Gender in the Early Medieval World, East and West 300-900, Cambridge, 2004, p. 1-19.

Smythe Dion C., « In denial : same-sex desire in Byzantium », dans L. James éd., Desire and denial in Byzantium, Aldershot, 1999, p. 146-148.

Smythe Dion C., « Gender », dans Jonathan Harris, Palgrave Advances in Byzantine History, New York, 2005, p. 157-165.

STOLLER Robert J., Sex and Gender : On the developpement of Masculinity and feminity, New York, 1968.

« Symposium on the Byzantine Family and Household », Dumbarton Oaks Papers, 44, 1990, p. 97-226.

Talbot A.-M., « The Byzantine Family and the monastery », Dumbarton Oaks Papers, 44, 1990, p. 119-129.

Talbot A.-M., « Empress Theodora Palaiologina, Wife of Michael VIII », Dumbarton Oaks Papers 46, 1992, p. 295-303.

TALBOT A.-M., Holy Women of Byzantium : Ten Saints’ Lives in English Translation, Washington D. C., 1996.

Talbot A.-M., Women and Religious Life in Byzantium, Aldershot, Ashgate, 2001.

THEBAUD Françoise, Écrire l’histoire des femmes et du genre, 2e éd. revue et augmentée de Écrire l ‘histoire des femmes, Paris, ENS éditions, 2007.

Tougher Shaun, « Byzantine Eunuchs : An Overview, with Special Reference to their Creation and Origin », dans Liz James, Women, Men and Eunuchs. Gender in Byzantium, Londres, 1997, p. 168-184.

TOUGHER Shaun (éd.), Eunuchs in Antiquity and Beyond, Londres et Swansea, 2002.

Tougher Shaun, « Social transformation, gender transformation ? The court eunuch, 300-900 », dans Leslie Brubaker et Julia M. H. Smith, Gender in the Early Medieval World, East and West 300-900, Cambridge, 2004, p. 70-82.

Vinson Martha P., « Gender and Politics in the Post-Iconoclastic Period : The Lives of Antony the Younger, the Empress Theodora, and the Patriarch Ignatios », Byzantion, 68, 1998, p. 469-515.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Georges Sidéris, « Approches sur l’historiographie du genre à Byzance », Genre & Histoire [En ligne], 3 | Automne 2008, mis en ligne le 14 décembre 2008, consulté le 27 avril 2017. URL : http://genrehistoire.revues.org/358

Haut de page

Auteur

Georges Sidéris

Maître de conférence - Université Paris 4 Sorbonne (IUFM)

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Genre & histoire est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page