Navigation – Plan du site
Articles
Les médiévistes et l'histoire du genre en Europe

L'histoire des femmes en Espagne

Cristina Segura Graino

Résumés

La contribution s’intéresse à l’Histoire des femmes en Espagne des années 1980 à aujourd’hui. Elle indique les principaux bilans qui sont réalisés et les publications, en insistant sur les grandes lignes d’investigation et les débats, en portant aussi une réflexion sur l’utilisation du mot « genre ».

Haut de page

Entrées d’index

Mots-clés :

Espagne, Historiographie

Chronologie :

Moyen Âge
Haut de page

Texte intégral

Introduction

1La recherche en histoire des femmes en Espagne a un passé très court, car elle commença à la fin des années soixante-dix du XXe siècle. Les grands changements politiques de l´Espagne à ces dates (fin du franquisme et début de la démocratie) sont aussi le détonateur de profonds changements sociaux et d’innovations dans toutes les formes du savoir. En histoire, on a cherché alors de nouvelles méthodologies, de nouveaux sujets et de nouvelles voies de recherche afin de transformer des idées et des connaissances déjà obsolètes. Une des ces nouvelles lignes de recherche a été l´histoire des femmes, développée au même temps que le reste des études sur les femmes (women’s studies).

2Les travaux de philosophie ont été les premiers à se développer, car il était nécessaire d’analyser et de procéder à une mise en valeur des doctrines féministes et construire des nouvelles théories. Après  les travaux de sociologie et d’économie, où on a analysé la réalité sociale présente, très tôt, on a commencé à développer les recherches en histoire (Liberación…, 1982).

3Beaucoup d’historiennes ont voulu reconstruire leur passé. Avant ce moment, on pouvait trouver des travaux et des recherches sur les femmes exceptionnelles, mais nous voulions connaître le passé de toutes les femmes, leurs vies et leurs activités quotidiennes, leurs possibilités sociales, leurs implications politiques et, aussi, leur intervention dans les faits historiques importants, autant d’aspects qui n’avaient jamais été traités. Les historiennes qui se sont impliquées dans ces recherches ont travaillé avec un tel intérêt que, peut-être, l´histoire a été le domaine scientifique qui a connu le plus grand développement scientifique dans les études sur les femmes en Espagne.

Les débuts de l´histoire des femmes en Espagne

4L´histoire des femmes trouve ses origines dans une rencontre : « Journées de Recherche Interdisciplinaire » organisée a Madrid par le Séminaire d´Études de la Femme de l´université Autonome de Madrid au printemps de 1981 ; c’est le premier centre d’études des femmes en Espagne. Dans ce premier congrès, où se sont rencontrées presque toutes les personnes qui entretenaient un lien avec les études sur les femmes, on a organisé une session d´histoire où a été décidé de mettre en commun toutes les recherches faites jusqu´à ce moment-là. Toutes les historiennes préoccupées par le passé féminin ont participé à cette session : Carmen García Nieto, Rosa Mª Capel, Joan Connelly, Pilar Folguera, Mary Nash, Mª Isabel Pérez de Tudela, Geraldine Scanlon, Paloma de Villota et moi-même.

5Après ce premier congrès, dont les compte-rendus ont été publiées l´année suivante (Actas I Jornadas…, 1982), et ont été épuisés tout de suite, nous avons établi un programme pour avancer dans les recherches, et avons décidé d´exposer nos recherches annuellement lors de congrès successifs. On a décidé de faire différentes sessions de travail par période historique. L´année suivante on a organisé les «II  Journées de Recherche Interdisciplinaire » (Las mujeres medievales…, 1983). On a présenté différentes recherches, réalisées spécialement pour cette réunion et on a discuté du traitement que la norme juridique, les Fueros, donnait aux femmes. Une des principales conclusions a été qu´il fallait faire attention à la documentation car les Fueros offrent un cadre juridique émanant du législateur masculin. On a constaté aussi que la vie des femmes (et des autres acteurs sociaux), au Moyen Âge, ne suivait pas toujours cette norme ou ce cadre juridique.

6Il faut connaître la manière dont le droit est appliqué. Pour cette raison, le sujet de la rencontre de l´année suivante, la troisième, a été le « Cadre Juridique et Réalité Sociale ». Les lois municipales ont été les principales sources utilisées et elles ont montré que les femmes avaient un rôle important dans le travail en ville. Le titre de la quatrième rencontre était, donc : « Le travail des femmes » (El trabajo…, 1988). Au cours de ce colloque, les historiennes des différentes universités d´Espagne se sont rencontrées pour échanger sur ce thème.

7Il faut rappeler aussi que dans d´autres universités il y avait également des professeures qui ont analysé le passé féminin, telles le Centre de Recherche Historique de la Femme, fondé en 1982, appelé aujourd’hui le Centre Duoda de Recherche Historique de l´université de Barcelone. Sa première réunion scientifique s’est déroulée en 1986 et avait pour thème : “Du foyer à l´usine: la femme comme élément de transformation sociale (du Ve siècle au XXe siècle)”. Cette réunion a aussi fait date, mais ses résultats n’ont pas été publiés. Les autres centres où l´histoire des femmes tient une place importante sont : L´Institut des Études de la Femme de l´université de Grenade, l´Institut de Recherches Féministes de l´université Complutense de Madrid (1985), auquel j’appartiens, les deux groupes de l´université de Málaga (Association d´Études Historiques sur la Femme et le Séminaire d´Etudes Interdisciplinaires de la Femme) et l´Institut Universitaire d’Etudes de la Femme de l´université de Valencia. Actuellement dans presque toutes les universités espagnoles il existe un centre de recherche d’histoire des femmes.

8L´importance des recherches sur l´histoire des femmes et le nombre de professeures qui se consacrent à cette recherche a provoqué la création de l’Association Espagnole de Recherche sur l´histoire des femmes (AEHIM) en 1991. Cette création a permis de nombreux congrès internationaux sur des sujets très importants comme : femmes citoyennes, religiosité, le pouvoir, la paix, la guerre, l´éducation ou la vie des femmes. Tous les résultats de ces congrès ont été publiés. Dans le congrès de 2003, organisée par l’université de Valladolid, on a dressé un bilan de tous les travaux réalisés (La Historia de las Mujeres. Una revisión…, 2004).

9Le travail réalisé a donc été très important. Il a permis de nouer des relations étroites entre les historiennes. Nous avons eu la perception et la conscience que nous étions en train de construire un projet très important : notre histoire. Et nous étions conscientes que c´était la première fois. Nous étions unies pour accomplir une avancée scientifique, dans une bataille pour la défense de notre espace dans la société, pour nous permettre de participer à la promotion du savoir, dans le développement de notre science et aussi pour améliorer l´enseignement. De cette façon, nous allions intervenir dans la construction d´une société qui allait en finir avec la subordination des femmes. On a marché le long d’une route difficile mais bien signalée et programmée, on a monté une échelle semée d’embûches, non seulement scientifiques mais aussi personnelles. Tandis que dans les premiers temps nous étions unies, progressivement des divergences de points de vue sont apparues.

Critiques à l’égard de l´histoire des femmes

10Depuis les débuts, nous avons essuyé des critiques. L´histoire plus conventionnelle considérait qu’il ne fallait pas une histoire des femmes car « l´histoire était déjà faite », disait-on. Pour cette histoire conventionnelle, il suffisait seulement de relever quelques femmes exceptionnelles. Pour ses défenseurs, l´histoire des femmes était une histoire incomplète car elle était réduite seulement à une partie de l´humanité et c´était par conséquent une histoire partielle et hors de contexte. L´histoire marxiste était également opposée à ce type d’histoire car elle postulait que le sujet historique est la classe sociale en général.

11Pour contrer toutes ces critiques, il a fallu construire une théorie et des concepts propres.  Il a été nécessaire d’affirmer que les femmes sont un sujet historique et que, en faisant l´histoire des femmes, on prenait en compte toutes les relations sociales. Nous avons argumenté que l´histoire des femmes n´était pas encore faite et que, pour sa construction, il fallait une histoire avec un sujet historique féminin. Il fallait reconnaître aussi que les femmes avaient collaboré aux avancés sociales. Il fallait éviter de tomber dans le piège qui consistait à considérer la femme comme objet et non comme sujet participant des faits historiques, sujet qui apparaît en situation d´infériorité et de subordination par rapport aux hommes.

12L´utilisation du singulier « femme » au lieu du pluriel « femmes » est aussi un problème conceptuel. La forme singulière « femme » peut se comprendre comme une affirmation de l´existence d´un modèle unique, le féminin qui, en relation avec le système patriarcal, devait se comporter d´une certaine façon. Cela constitue l´affirmation de ce système. L´utilisation de la forme plurielle « femmes » affirme précisément que la société est plurielle et que les personnes appartiennent à des groupes ordonnés en fonction de la classe sociale, la religion, la race et, seulement pour les femmes, l´état civil.

13Il y avait aussi d´autres critiques qui affirmaient que dans les documents historiques on ne pouvait pas trouver les femmes, qu´il n´y avait ni bases théoriques ni méthodes de travail. De fait, nous avons montré que le problème des sources était un faux problème car la majeure partie des documents apporte de nombreuses informations très utiles pour l´histoire des femmes, si on est capable d’en faire une approche correcte. On peut utiliser beaucoup de sources : iconographiques, musicales ou archéologiques. Même les sources littéraires sont un important support pour approfondir l´histoire des femmes (Feminismo …, 2001). Il est important aussi de remarquer que très tôt, on a élaboré des méthodes de travail et des méthodologies en constante révision, en utilisant l’apport d´autres sciences sociales.

14Pour finir avec les critiques adressées à l´histoire des femmes, on a dit aussi que cette histoire était très conditionnée par des idées politiques. Il est clair que l´histoire des femmes commence avec une conception de la société qui dénonce une situation de subordination des femmes aux hommes tout au cours de l’histoire. Quand on fait l´histoire avec cette idée de base, on dénonce certes une situation injuste, mais on ne peut pas, pour cette raison, accuser ceux qui construisent cette histoire d´un manque de rigueur scientifique. Tous les sujets du passé sont analysés selon une conception idéologique qui n´ invalide pas les résultats si on fait une correcte utilisation des sources, une analyse adéquate et avec des conclusions qui permettent une avancée des connaissances.

Les principales tendances en histoire des femmes

15Les différentes tendances présentes dans le féminisme (Rivera Garretas, 1994) se retrouvent comme base théorique pour la construction de l´histoire des femmes.

16Le féminisme de l´égalité a prédominé dans les premiers temps. Il constitue une histoire qui vise à dénoncer tout ce que les femmes ne pouvaient pas faire, mais sans trop l’analyser. Ce courant est majoritaire. Il a souvent utilisé le « genre » d´une façon impropre, en utilisant parfois la dénomination d’histoire du genre comme un substitut d´histoire des femmes. Il a identifié genre avec femmes, par une utilisation erronée du mot anglais « gender », dont la traduction la plus appropriée n´est pas « genre », car il n´a pas la même signification et le même contenu. Le mot anglais « gender » est une construction sociale et culturelle qui établit des relations de hiérarchie selon le sexe des personnes. Cela ne se correspond pas au signifié du mot genre en castillan et a donné lieu à quelques erreurs. Le mot genre en espagnol est un accident grammatical seulement, ce qui a entraîné un fort débat. Je considère que le « gender » est une catégorie d´analyse pour le processus historique similaire à la classe sociale et qui doit donc être présente dans toute analyse historique, non seulement quand on fait histoire des femmes. Le « gender » est antérieur aux énoncés féministes du XVIIIe siècle, bien qu’il fut énoncée posterieurment.

17Le féminisme de l´égalité a eu un grand succès dans les dernières années du XXe siècle et participa à l´étude de la construction de la réalité sociale où la vie et les activités féminines s´étaient développés, mais, selon moi, seulement par rapport aux questions matérielles et extérieures aux femmes. Pour tout cela, peut être, il a déjà atteint ses objectifs, mais il faut à nouveau mettre en débat théorique les relations de genre et étudier aussi les aspects non matériels dans la vie des femmes.   

18Cependant, le féminisme, ou plutôt la pensée de la différence sexuelle, étudie les relations dans les espaces assignés aux femmes et tout ce que les femmes ont construit, non seulement pour accomplir leurs activités quotidiennes, mais aussi la création d´une pensée différente de la pensée dominante. L´histoire doit se construire en étudiant la relation que les femmes développent en commun et avec les différentes réalités sociales, et jamais en relation avec le groupe masculin. La pensée de la différence sexuelle offre de nouvelles possibilités pour l´histoire des femmes et va contribuer à augmenter nos connaissances. Il est aussi nécessaire de connaître la pensée des femmes, leurs sentiments, leurs désirs, préoccupations, joies et tristesses et, surtout, leur perception de la réalité sociale. Pour cela, il est nécessaire d’utiliser des sources émanant des femmes elles-mêmes. Très souvent ces sources directes ont été oubliées et dévalorisées. Mais ce n’est qu’en travaillant sur ce type de documentation que l’on peut reconstruire d´une façon complète l´histoire des femmes (Segura Graiño, 1992).

19Le féminisme de l´égalité et la pensée de la différence sexuelle sont les deux tendances les plus fortes. Il y en a d´autres, non majoritaires, actuellement émergeantes encore. Je pense aux mouvements des lesbiennes et à la théorie « queer ». L´histoire des femmes n´a pas traité suffisamment ces groupes et, dans ces mouvements, la recherche  historique n´est pas un sujet prioritaire. Les relations entre les genres n´ont pas d´importance, ce qui compte est la construction du sexe et des identités.

20Parmi les autres tendances minoritaires, on trouve le féminisme marxiste et l´éco-féminisme. Le premier, le féminisme marxiste, défend l´existence de la famille comme une unité de reproduction et de production. Le second, l’éco-féminisme, est une tendance nouvelle qui prétend que la relation que les femmes entretiennent à l´espace et aux lieux d’habitation est différente de celle des hommes. Tandis que ces derniers sont agresseurs et prédateurs de l´environnement, les femmes ont des positions plus proches de la nature et elles sont moins agresseurs que les hommes. Les femmes ont cherché seulement à être approvisionnées grâce à la nature. Les hommes ont cherché au contraire à faire des plus-values. L´éco-féminisme a une importance croissante de nos jours.

21L´histoire des femmes ne peut pas être confondue avec l´histoire de la famille (Historia de la Familia…, 1997). Il y a cependant entre ces deux types d’histoire beaucoup de connexions. Selon le féminisme marxiste, il est très difficile de construire l´histoire des femmes sans partir de l´unité familiale. L´organisation familiale est un agent social et économique d´une grande transcendance pour le développement de l´humanité. Dans la famille, il y a des individus des deux sexes qui ont des fonctions différentes. Il n’existe pas de relations d´égalité entre les membres qui constituent une famille, mais des relations de dépendance et de subordination. Les femmes, dépendent des hommes auxquels elles sont subordonnées. Dans la famille, les femmes accomplissent une série de travaux domestiques considérés comme des obligations, selon le système patriarcal. Si ces travaux domestiques sont faits par une autre personne hors de l´unité familiale, ils s´agit des travaux rémunérés. La femme qui reste á la maison a toujours quelque chose à faire : garder les enfants, les plus âgés ou les malades, s’occuper des travaux domestiques (Segura Graiño, 2001b). Pour les femmes, le temps n´est pas une valeur économique, comme pour les hommes. Elles doivent contribuer au bien être familial sans recevoir une compensation économique (Segura Graiño, 2001b). Elles font aussi, en plus de ces travaux considérés comme des travaux domestiques, d’autres besognes en association et en relation avec la profession du « chef de famille ». Cela est très important pour analyser et valoriser la réalité sociale des femmes et leur présence comme sujets dans la société.

Conclusion

22Actuellement, l´histoire des femmes en Espagne est fortement installée et a désormais une importante production bibliographique, mais elle n’a pas la reconnaissance institutionnelle qu’elle devrait avoir à l’université, comme en rend compte, par exemple, la publication de deux manuels sur l’histoire des femmes en Espagne (Historia de las Mujeres …, 1997 et 2005-06). Dans les deux ouvrages, on peut trouver une ample bibliographie très utile offrant un panorama de la situation actuelle.  Nous sommes peut-être témoins de la fin d´une période, les premières vingt-cinq années de l´histoire des femmes en Espagne. Désormais, il faut emprunter de nouvelles routes, des chemins peu utilisés encore et apporter de nouvelles idées dans des domaines non encore travaillés. Ces nouveaux domaines sont par exemple, tout ce qui est en relation avec les aspects personnels des femmes, leur propre mentalité, la consolidation des identités, leur perception du monde, les relations entre les personnes, la sexualité, les sentiments, les relations avec ce qui est transcendant.

23Il y a aussi un autre aspect intéressant  à étudier : les relations des femmes à leur environnement : leurs lieux d’habitation, leurs relations avec les espaces domestiques où leurs vies se développent et avec les espaces en général, soit naturels soit modifiés (Segura Graiño, 2004). L´histoire écologique est une ligne de recherche émergeante et nécessaire car la relation des femmes à leur espace de vie a été toujours étroitement liée à leur préoccupation familiale. On voit donc encore que la vie et les activités des femmes sont intimement liées à la famille qu´elles doivent approvisionner. Cette réalité quotidienne donne lieu á une forte conscience féminine de la dépendance à l’égard des moyens naturels.

24Actuellement, il y a peu de débats théoriques. Le féminisme de l´égalité est dominant et défend l’histoire du genre comme unique possibilité scientifique. Le Centre de Recherche Duoda de Barcelone, qui vient de publier un Manuel d´histoire des femmes au Moyen Âge (Jornet, 2006) et quelques autres recherches continuent cependant à suivre les principes de la pensée de la différence sexuelle. Ils refusent le genre et considèrent  que l’histoire des femmes doit être faite seulement du point de vue des femmes. Les tendances récentes sont peu présente au sein de l’université. Mais il ne faut pas oublier que l’histoire des femmes dans les universités espagnoles est encore un ghetto et que le genre et les études féministes demeurent très minoritaires.

25L’eco-féminisme et le féminisme marxiste restent également très minoritaires, tandis que les mouvements des lesbiennes et « queers » ont davantage d’impact dans la vie publique et politique. Mais je pense que ce sont ces tendances minoritaires qui offriront de nouvelles lignes de recherche et qui vont venir enrichir l´histoire des femmes et marquer une nouvelle étape. Le genre doit occuper une place centrale dans la recherche historique en général.

Haut de page

Bibliographie

Bibliographie : histoire des femmes en Espagne

1. Les travaux de caractère général

Actas de las I Jornadas de Investigación Interdisciplinaria. Nuevas perspectivas sobre la Mujer, Madrid, Universidad Autónoma, 1982.

Los estudios de las Mujeres en las Universidades españolas (1975-1991). Libro blanco, Madrid, Instituto de la Mujer, 1995.

Feminismo y misoginia en la literatura española. Fuentes literarias para la Historia de las mujeres, Madrid, Narcea, 2001.

Historia de la familia: Una perspectiva sobre la sociedad europea, Murcia, Universidad de Murcia, 1997. Il y a un volume, Historia de la mujer e Historia del matrimonio, dédié a l’histoire des femmes.

Liberación y utopía. La mujer ante la ciencia, Madrid, Akal, 1982

Las mujeres medievales y su ámbito jurídico, Madrid, Universidad Autónoma, 1983.

Las mujeres en las ciudades medievales, Madrid, Universidad Autónoma, 1984.

Rivera Garretas, Mª Milagros, Nombrar el mundo en femenino, Barcelona, Icaria, 1994.

El trabajo de las mujeres en la Edad Media Hispana, Madrid, A.C. Almudayna, 1988.

Universidad y feminismo en España, Granada, Universidad de Granada, 1998-1999, 2 vols.

La voz del silencio I (ss. VIII-XVIII). Fuentes directas para la Historia de las mujeres, Madrid, A. C. Almudayna, 1992.

2. Les manuels d´histoire des femmes

Historia de las mujeres en España, Madrid, Síntesis, 1997.

Historia de las mujeres en España y América Latina, Madrid, Cátedra, 2005-2006, 4 vols.

Nuria Jornet, Teresa Vinyoles, Mª Milagros Rivera (coord.), Blanca Gari, Mª Carmen García Herrera y Mª Elisa Varela, Las relaciones en la Historia de la Europa Medieval, Valencia, Tirant lo Blanc, 2006.

3. Deux états de la question

Deux états de la question sur l’histoire des femmes au Moyen Âge où j´ai rassemblé la production bibliographique antérieure à 1992 :

Cristina SEGURA GRAIÑO, Cuadernos de Investigación Medieval 2. Las mujeres en el Medievo Hispano,  Madrid, A. C. Almudayna, 1984.

- “Valoración historiográfica sobre la Historia de las mujeres en el Medioevo Hispano”, Estudis Balearics, 43, 1992, 139-151.

4. Les Congrès de l´Asociación Española de Investigación en Historia de las Mujeres (AEHIM)

Ils ont un caractère général important et ils offrent une très bonne information bibliographique :

En premier lieu, pour son caractère historiographique, le Congrès du 2003 de l´Université de Valladolid : La Historia de las Mujeres: Una revisión historiográfica, Valladolid, Universidad de Valladolid, 2004. Ce congrès est une excellente réflexion actuelle, à mettre en relation avec le suivant.

Le Congrès qui eu lieu à  Bilbao : I Coloquio Internacional de la AEIHM: La Historia de las Mujeres en Europa. Revisión teórica y metodológica non publié, a été de départ pour les suivants :

“Mujeres y Ciudadanía. La relación de las mujeres con los ámbitos públicos”, Arenal, II/1, 1995.

Pautas históricas de sociabilidad femenina. Rituales y modelos de representación, Cádiz, Universidad de Cádiz, 1999.

Mujeres, regulación de conflictos sociales y cultura de la paz, Valencia, Universitat de Valencia.

Las mujeres y el poder. Representaciones y prácticas de vida, Madrid, A. C. Almudayna, 2000.

Las mujeres y las guerras, Barcelona, Icaria, 2003.

Las edades de  las Mujeres, Madrid, Universidad Autónoma, 2002

Representación, construcción e interpretación de la imagen visual de las mujeres, Madrid, Instituto de Cultura y Tecnología Miguel de Unamuno, 2003.

Mujeres y Educación. Saberes, práctica y discursos en la Historia, Sevilla, Diputación Provincial, 2005.

5. Les travaux de caractère méthodologique et historiographique

La Historia de las mujeres en el nuevo paradigma de la Historia, Madrid, A. C. Almudayna, 1997.

“En torno a una mesa redonda: La Historia de las Mujeres ¿es Historia Social?”, Actas del III Congreso de la Asociación de Historia Social. Estado, protesta y movimientos sociales, Vitoria,  1998.

Mª Milagros RIVERA GARRETAS, “La vida de las mujeres: entre la Historia Social y la Historia Humana”, Medievalismo. Novas perspectivas, Lleida, Universitat de Lleida, 2003, 109-120.

6. Mes propres travaux

“El lugar de las mujeres en la historia”, La otra Historia. Sociedad, cultura y mentalidades,  Vitoria,  Universidad de Vitoria, 1993, 57-64.

 “Fuentes directas para la Historia de las mujeres”, La voz del silencio I (ss. VIII-XVIII). Fuentes directas para la Historia de las mujeres, Madrid, A. C. Almudayna, 1992, 7-16.

“Algunos temas a debatir sobre la Historia de las mujeres”, Historia a debate, Santiago de Compostela, 1995, II, 299-304.

“Tiempo de Hombres. Tiempo de mujeres”, Entre la marginación y el desarrollo: Mujeres y hombres en la Historia, Madrid, Ediciones del Orto, 1996, 27-42.

“La docencia de la Historia de las Mujeres en la Universidad española”, Actas del II Congreso Internacional Historia a Debate, Santiago de Compostela, 2000, III, 181-188.

“Las mujeres ¿son un grupo marginado?”,Jornadas los marginados en el mundo medieval y moderno, Almería, Instituto de Estudios Almerienses, 2000, 107-118.

“La tela de Penélope. El tiempo para las mujeres en la Edad Media”, Arenal, 8, 1, enero-junio, 2001a, 39-54.

“Actividades remuneradas y no remuneradas de las mujeres en la España Medieval”, Rentas, producción y consumo en España en la Baja Edad Media, Zaragoza, Universidad de Zaragoza, 2001b, 109-120.

“Las mujeres en la organización familiar”, La familia en la Edad Media, Logroño, Universidad de la Rioja, 2001, 209-219.

“Definición/indefinición de espacios femeninos atendiendo al tiempo y a los tiempos de las mujeres”, Actas del III Congreso de Historia de Andalucía. “La Mujer”, Córdoba, 2002, 199-215

“Mujeres, Trabajo y Familia en las sociedades preindustriales”, La Historia de las mujeres una revisión historiográfica, Universidad de Valladolid, 2004, 229-248.

“Historia ecofeminista”, Mujeres y Ecología. Historia, Pensamiento y Sociedad, Madrid, A. C. Almudayna, 2004, 35-50.

“Historia ecofeminista”, Observatorio Medioambiental, 2006, 9, 45-60.

“La construcción de la Historia de las Mujeres”, Revista de Historiografía, 2, II, 01/2005, 10-14.

“Veinticinco años de historia de las mujeres en España”, Memoria y Civilización (M y C), 9, 2006, 85-107.

“Recepción y evolución de la historia de las mujeres. Introducción y desarrollo en relación con la Historia de España”, Vasconia. Cuadernos de Historia y Geografía, 35, 2006, 13-30.

“Problemas y retos de la Historia de las mujeres”, Vasconia. Cuadernos de Historia y Geografía, 35, 2006, 505-513.

Studies, 10, 2008, 274-29 “La Historia sobre las Mujeres en España”, “eHumanista”. Journal of Iberian.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Cristina Segura Graino, « L'histoire des femmes en Espagne », Genre & Histoire [En ligne], 3 | Automne 2008, mis en ligne le 14 décembre 2008, consulté le 23 juin 2017. URL : http://genrehistoire.revues.org/355

Haut de page

Auteur

Cristina Segura Graino

Professeure d’Histoire Médiévale et Vicedecana de Recherche - Faculté de Géographie et Histoire de l’Université Complutense de Madrid

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Genre & histoire est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page