Navigation – Plan du site
Articles
Les médiévistes et l'histoire du genre en Europe

Histoire du genre dans les pays de langue allemande

Geneviève Bührer-Thierry

Entrées d’index

Mots-clés :

Historiographie
Haut de page

Texte intégral

Histoire des femmes et histoire du genre

1Qui veut être informé de l’état de la recherche en Histoire des femmes peut trouver toutes les informations dans l’article qu’a donné Hedwig Röckelein dans Les tendances actuelles de l’hsitoire du Moyen Age en France et en Allemagne, «Entre société et religion : l’histoire des genres au Moyen Age en Allemagne », paru en 2002, dont je vais ici résumer le propos à grands traits pour commencer : elle montre que la recherche historique s’est articulée essentiellement autour de deux pôles, l’histoire sociale et l’histoire de l’Eglise et de la spiritualité au sens large.

2L’histoire sociale a certainement joué un rôle moteur dans l’introduction de l’histoire des femmes dans l’historiographie médiévale, notamment à travers les nombreuses études d’histoire urbaine, soutenue par l’extraordinaire masse archivistique conservée pour les villes de l’Empire à la fin du Moyen Age. On peut noter d’ailleurs que cette tendance était également représentée en RDA notamment par les travaux d’Erika Uitz, Die Frau in der mittelalterlichen Stadt, (1988) tandis qu’en RFA, le livre fondateur a certainement été celui d’Edith Ennen, Frauen im Mittelalter (1984), poursuivi notamment par les travaux de Claudia Opitz, Frauenalltag im Mittelalter publié en 1985, et je rappelle simplement que c’est cette même Claudia Opitz qui a rédigé le chapitre 9 de l’Histoire des femmes au Moyen Age dirigé par Christiane Klapisch-Zuber intitulé « Contraintes et libertés » et consacré au statut et à la vie quotidienne des femmes à la fin du Moyen Age (1250-1500).

3L’histoire religieuse a développé plusieurs aspects de l’histoire des femmes,

  • d’une part un aspect presque insitutionnel à travers l’histoire des nombreux couvents féminins et de leurs activités à toutes les époques, et ici la bibliographie est vraiment immense.

  • d’autre part un aspect plus « biographique » avec les très nombreuses études portant sur les femmes célèbres de l’Eglise du monde germanique, notamment Hildegarde de Bingen, mais aussi toutes les mystiques, plus ou moins connues, (Mechthild de Magdebourg, Gertude de Helfta, etc…), enfin les femmes de pouvoir versées dans la spiritualité mendiante comme Elizabeth de Thuringe par exemple, à laquelle de nombreux travaux ont été consacrés, notamment à l’occasion de la grande exposition qui s’est tenue à la Wartbourg d’Eisenach en 2007 (année sainte Elizabeth dans toute la Thuringe).

4Dans ce champ, ce sont probablement les études sur la transmission écrite des mystiques qui fournissent les études les plus novatrices sur le genre, grâce à des projets interdisciplinaires où on trouve des historiens, des philologues du latin médiéval et des spécialistes de littérature germanique. Mais si la recherche sur les mystiques peut paraître comme un des domaines les plus avancé en matière de recherche sur le genre, elle comporte néanmoins un immense problème qui reste celui de la réelle qualité d’auteures de ces femmes qui ont rarement consigné elles-mêmes leurs écrits.

5Enfin, j’ajouterai que, contrairement à beaucoup d’autres espaces, les chercheurs de langue allemande se sont intéressés très tôt et très massivement à l’histoire des femmes de l’Antiquité tardive et du haut Moyen Age comme le montrent :

  • d’une part l’un des premiers grands colloques internationaux tenus en Allemagne à la Freie Universität de Berlin par Werner Affeld et son équipe en février 1987 : Frauen in Spätantike und Frühmittelalter. Lebensbedingungen –Lebensnormen – Lebensformen, publié en 1990, assorti d’une bibliographie compilée par les mêmes (Werner Affeld avec Cordula Nolte, Sabine Reiter et Ursula Vorwerk) sous le titre Frauen im Frühmittelalter. Eine ausgewählte, kommentierte Bibliographie, et qui regroupe presque 1600 titres (pas tous en allemand bien entendu)

  • d’autre part le livre programmatique de Hans-Werner Goetz, Frauen im frühen Mittelalter. Frauenbild und Frauenleben im Frankenreich, Weimar/Cologne/Vienne, 1995, qui est à la fois une mise au point sur les connaissances et un recueil des questions qu’on doit se poser, et qui appelle de ses vœux (p. 17 de l’introduction) le développement d’une histoire du genre qui permettent de prendre en considération non pas seulement « les femmes » comme une partie de l’Histoire générale, mais les relations entre les hommes et les femmes comme une partie intégrante de l’Histoire totale.

et je soulignerai que dans les deux cas, ce sont des hommes qui ont impulsé cette recherche, ce qui n’est pas si fréquent.

6Hedwig Röckelein terminait son article de 2002 par la constatation suivante : « La recherche médiévale allemande est encore loin de percevoir et plus encore d’accomplir le changement de perspective qui s’esquisse pour les Temps Modernes avec le passage d’une histoire des femmes à une histoire du genre et à une histoire (critique) des hommes. » (p.589) Doit-on toujours faire le même constat aujourd’hui ?

Un développement réel depuis la fin des années 90 en provenance d’autres horizons

7On observe depuis le début des années 2000, un vaste mouvement de réflexion sur le genre lui-même, qui s’est traduit notamment par la publication de plusieurs dictionnaires et ouvrages théoriques dans lesquels je suis allée voir ce qu’on disait de l’histoire des femmes et du genre chez les médiévistes. J’ai d’abord trouvé des ouvrages coordonnés par des spécialistes de sciences sociales et de la Kulturwissenschaft, dans lesquels il n’y avait pas beaucoup de réflexion historique et pas du tout de Moyen Age, par ex. Ruth Becker et Beate Kortendieck (hrsg), Handbuch Frauen-und Geschlechterforschung. Theorie, Methoden, Empirie, (coll Geschlecht und Gesellschaft, Bd 35), VSVerlag für Sozialwissenschaften) Wiesbaden 2004, ou encore, Christina von Braun et Inge Stephan (hrsg), Gender@Wissen. Ein Handbuch der Gender-Theorie, Böhlau, UTB, 2005.

8On trouve davantage dans le Metzler Lexikon, publié par les soins de Renate Kroll sous le titre: Gender Studies, Geschlechterforschung, Ansätze – Personen – Grundbegriff, Stuttgart-Weimar, 2002.

9C’est le premier dictionnaire de ce genre en langue allemande et il se donne pour but d’éclairer l’état actuel de la recherche et les relations entre gender et « Kulturwissenschaft » (étude des sociétés, tant anciennes que contemporaines). Je suis donc allé regarder l’article « Mittelalter » qui m’a renvoyé à « Mediävistik » et « Höfische Liebe » = amour courtois donc, auquel est consacré le plus long article.

10Mais même l’article « Mediävistik » est écrit par Ursula Liebertz-Grün, qui est professeur de Littérature médiévale à l’université de Mannheim, et de ce fait, l’approche demeure quasi exclusivement littéraire, mettant en vedette les femmes – auteures Hugeburc, Dhuoda, Hrosvitha, Hildegarde de Bingen (championne toute catégorie) mais aussi les mystiques de Helfta et les troubadours du midi de la France, ainsi que Marie de France et Christine de Pisan et ne laisse qu’une toute petite place à « la recherche orientée plutôt vers l’histoire sociale qui s’efforce de rendre compte de l’activité des hommes et des femmes ( ??), des souveraines, princesses, nonnes, beghines, citadines, commerçantes, artisanes, sage-femmes, paysannes, servantes, journalières, etc. » (sic)

11L’article renvoie à « Mystique », « Trobairitz » et « Masculinité », mais évidemment, on ne trouve guère d’études sur le Moyen Age dans l’article « masculinité », si ce n’est des articles portant sur la cosntruction des genres dans la littérature médiévale.

12Malheureusement pour nous autres, historiens, cette synthèse n’est pas erronée : une recherche dans les bases bibliographiques de l’International Medieval Bibiliography et dans les Regesta Imperii corroborent tout à fait cette conclusion. Dans les pays de langue allemande ce sont très majoritairement les littéraires qui occupent le terrain des études sur le genre à travers plusieurs approches : l’étude des genres dans les grands monuements de la littérature médiévale et en particulier dans les Niebelungen et les Minnesänger qui occupent une place de choix ; l’étude des grandes figures de la littérature féminine, mystiques, troubadoures, femmes de lettres de la fin du Moyen Age, etc ; mais aussi, l’étude de la construction des genres et le « gender trouble », transsexualité, traverstissement, etc… avec notamment la publication d’un colloque tenu en 1997 à Xanten et publié en 1999 par Ingrid Bennewitz et Helmut Tervooren (ed), Manlîchiu wîp, wîplîch man. Zur Konstrucktion der Kategorien « Körper“ und „Geschlecht“ in der deutschen Literatur des Mittelalters, (Colloque 1997), Berlin, 1999. Enfin, l’étude de la „masculinité“ ne semble pas avoir débordé pour l’instant le champ des études litéraires : je donnerai pour exemple la recherche faite dans lInternational Medieval Bibliography sous le terme „Masculinity“ où on trouve sept occurences en allemand, soit deux sur les Niebelungen, deux sur Oswald von Wolkenstein qui est un poète du XVe s., une sur le Roman de Renart, une sur la papesse Jeanne et enfin l’artivlr de Birgit Studt, « Helden und Heiligen. Männlichkeitsentwürfe im frühen und hohen MA », Historische Zeitschrift 276/1, 2003, qui est une version développé de la leçon inaugurale qu’elle a donnée à Münster en 2000 et qui reste très général.

13Même les travaux de synthèse sur l’histoire du genre ne font qu’une très faible place à l’histoire médiévale : pourtant, le volume intitulé Um-Ordnungen der Geschlechter. Einführung in die Geschlechtergeschichte, Tübingen, 2005, a été écrit par Claudia Opitz, qui est elle-même médiéviste. Dans cet ouvrage, par ailleurs remaquablement intéressant, un ensemble de chapitres sont consacrés à des études par pays, et dans le chapitre sur l’Allemagne, Claudia Opitz conclut de la manière suivante :

« La catégorie du genre doit encore être justifiée dans une approche historique, elle ne va pas de soi, et le fait qu’on le la prenne pas en considération n’est pas regardé comme un manque dans l’histoire générale mais seulement dans l’histoire des femmes et du genre. Notons aussi que les hommes qui participent à cette recherche sont encore très peu nombreux. Il existe maintenant des chaires d’histoire du genre entre autre à Bochum, Bielefeld, à la Freie Universität et à la Humbold Universität de Berlin, mais cela aboutit au résultat paradoxal que du coup, on n’en parle plus ailleurs ! »

14Aucune de ces chaires par ailleurs n’est occupée par un ou une médiéviste. Même constat dans le chapitre écrit par Martina Kessel et Gabriella Signori (cette dernière étant médiéviste) pour le livre paru en 2000 chez Metzler, Gender-Studien. Eine Einführung : « si l’Allemagne dispose de recherches fortes et innovantes pour les époques moderne et contemporaine, en revanche l’Antiquité et le Moyen Age sont plutôt sous-représentées et restent liés à quelques noms ». Personnellement, voici la liste des noms que je donnerais : Hedwig Röckelein, professeure à l’université de Göttingen ; Gabriela Signori, professeure à Münster puis Constance ; Claudia Opitz, actuellement professeure à Bâle pour l’Histoire moderne mais qui continue de travailler sur l’histoire des femmes à la fin du Moyen Age ; Gisela Muschiol, qui enseigne à la faculté de théologie catholique de l’université de Bonn et qui est présidente de la « Hildegarda-Vereins » ; Bea Lundt, qui a soutenu en 1998 à l’université de Bâle une Habilitation portant sur le concept de masculinité dans les écrits populaires des XIIe-XVIe siècles et qui est depuis professeure à l’université de Flensburg. Amalie Fössel à Bayreuth et Cordula Nolte à Brême, ne semblent pas avoir de postes fixes.

15Martina Kessel et Gabriela Signori précisent aussi qu’à l’intérieur même de l’histoire médiévale, on discerne en fait deux grandes tendances, d’une part celle qui s’intéresse aux femmes de pouvoir, aux « fortes femmes », d’autre part celle qui considère avant toute chose l’exploitation des femmes, ce qu’on peut caractériser comme « l’écriture héroïque » contre « l’écriture tragique », certains thèmes pouvant participer des deux catégories à la fois, comme par exemple les sorcières, à la fois héroïnes et persécutées.

16Globalement, il faut bien dire que l’impact des études sur le genre en histoire médiévale est vraiment très mince, ce qui n’est pas tout à fait étonnant puisqu’on en est encore à publier des synthèses qui ignorent absolument la problématique de l’hsitoire des femmes (les Propyläen Geschichte Deutschlands par exemple). L’histoire des femmes et du genre reste bien souvent une sous-catégorie de l’histoire de la famille et reléguée dans le domaine « privé ».

Revues

17Il existe des revues spécialisées en Histoire des femmes et du genre dans les pays de langue allemande, même si les médiévistes y participent assez peu : les deux revues qu’on trouve citées partout – mais qu’il est extrêmement difficile de se procurer à Paris – sont :

18L’Homme. Zeitschrift für feministische Geschichtswissenschaft, sous l’égide de l’université de Vienne en Autriche (classée B par ERIH) et la METIS. Zeitschrift für historische Frauenforschung und feministische Praxis, revues liées aux universités de Dortmund et Brelin, toutes deux interdisciplinaires et internationales et toutes deux fondées au début des années 1990… mais dont une seule a sruvécu puisque la publication de la METIS est actuellement suspendue.

19A quoi on peut ajouter la revue Die Philosophin. Forum für feministiche Theorie und Philosophie, publiée à Berlin et Tübingen depuis 1989, (également classée B) la seule qu’on trouve à la BnF, mais où on ne trouve guère d’histoire médiévale – à l’exception d’un article d’Hedwig Röckelien en 1993 (vol 7, p. 23-33) sur le thème : « Le Moyen Age st-il une période sombre pour les femmes ? » – pas plus que dans les autres d’ailleurs. Enfin la revue Querelles. Jahrbuch für Frauen und Geschlechterforschung de la Freie Universität de Berlin assez largement diffusée sur le net, qui existe depuis 1996, où on trouve aussi, épisodiquement, quelques articles de médiévistes.

20Compte tenu de ce panorama, il me semble que les approches les plus prometteuses aujourd’hui en matière d’histoire du genre sont les projets interdisciplinaires, qui sont d’ailleurs favorisés par la structure même du Mediävistenverband qui regroupe dans la même société tous les chercheurs qui s’occupent du Moyen Age, historiens, historiens de l’art, littéraires, philologues, etc… C’est dans ce cadre que dès 1996, Hans-Werner Goetz et Hedwig Röckelein ont publié un volume de la Zeitschrift des Mediävistenverbandes qui portait sur les Frauen-Beziehungsgeflechte (« réseaux de relations entre femmes ») qui mettait au centre du propos les relations des femmes entre elles, dans le but de découvrir s’il existe vraiment des « espaces féminins » au Moyen Age, et des distinctions substantielles de comportement masculin/féminin, ce qui était déjà une vraie thématique du genre.

21Ils concluaient qu’il n’existe nulle part d’espace (réeel ou métaphorique) qui soit exclusivement réservé aux femmes. Quelles que soient les sources considérées, ce n’est ni l’espace féminin ni les liens des femmes entre elles qui dominent le discours : la question du genre est toujours dominée par des aspects plus importants comme le rang social, le fait d’être marié ou pas, l’âge ou l’appartenance à une génération, l’intention religieuse, morale ou littéraire de l’auteur. Les considérations de genre se cachent derrière des intérêts plus puissants. On a l’impression que pour les auteurs du Moyen Age, alors qu’une attitude différente est affichée envers chaque genre – on ne juge pas de la même manière les actes d’un homme et d’une femme, etc… - cette différence d’attitude n’est pas problématisée.

22C’était déjà cette approche interdisciplinaire qui guidait une publication de 1991, émanant de l’université de Bochum et coordonnée par Bea Lundt, Auf der Suche nach der Frau im Mittelalter. Fragen, Quellen, Antworten, qui me semble être une des publications où la thématique du genre est vraiment présente dans la mesure où on ne décide pas dès le départ qu’on peut savoir où sont les femmes et comment les circonscrire, mais qu’on se pose la question de la construction de la femme en tant que genre.

Principaux thèmes

23Pour terminer, je donnerai rapidement la liste des thèmes les plus souvent rencontrés dans l’espace germanique en matière d’histoire des femmes (surtout) et du genre (un peu) :

  • Capacité juridique et le droit de propriété des femmes

  • Mariage, famille et maternité

  • Les femmes dans l’Eglise – avec développement sur l’oppositon virgo/matrona, place de Marie

  • Monastères féminins

  • Mouvements religieux féminins : les cathares mais surtout les Béghines

  • Education, formation, production littéraire et artistique – où la littérature mystique joue un grand rôle

  • Souveraines et femmes d’exception (avec jubilée pour certaines reines/impératrices comme Theophano)

24sans doute un peu en recul aujourd’hui :

  • Magie et sorcellerie

  • Travail des femmes

25Pour conclure je dirai qu’on se trouve, là comme ailleurs en Europe, un peu au milieu du gué et qu’avec un petit effort, il ne faut pas désespérer d’atteindre la rive opposée.

Haut de page

Bibliographie

Bibliographie : Histoire des femmes et histoire du genre dans l’espace germanique

Les références sont données dans l’ordre chronologique

Ennen, Edith, Frauen im Mittelalter, Munich, 1984.

Opitz, Claudia, Frauenalltag im Mittelalter, Weinheim, 1985.

Uitz, Erika, Die Frau in der mittelalterlichen Stadt, Leipzig-Stuttgart, 1988.

Affeld,Werner, (dir), Frauen in Spätantike und Frühmittelalter. Lebensbedingungen –Lebensnormen – Lebensformen, Sigmaringen, 1990.

Affeld, Werner, (avec Cordula Nolte, Sabine Reiter et Ursula Vorwerk), Frauen im Frühmittelalter. Eine ausgewählte, kommentierte Bibliographie, Sigmaringen, 1990.

Lundt, Bea, (éd.), Auf der Suche nach der Frau im Mittelalter. Fragen, Quellen, Antworten, Munich, 1991.

Röckelein, Hedwig, „Historische Frauenforschung. Ein Literaturbericht zur Geschichte ds Mittelalters“, Historische Zeitschrift 255/2, 1992, p. 377-409.

Goetz, Hans-Werner, Frauen im frühen Mittelalter. Frauenbild und Frauenleben im Frankenreich, Weimar/Cologne/Vienne, 1995.

Röckelein, Hedwig et Goetz, Hans-Werner, « Frauen-Beziehungsgeflechte – eine Forschungsausgabe », Das Mittelalter. Perspektiven mediävistischer Forschung - Zeitschrift des Mediävistenverbandes Band 1, 1996, Heft 2, p. 3-10.

Bennewitz, Ingrid et Tervooren, Helmut, (éd) Manlîchiu wîp, wîplîch man. Zur Konstrucktion der Kategorien „Körper“ und „Geschlecht“ in der deutschen Literatur des Mittelalters, (Colloque 1997), Berlin, 1999.

Kessel, Martina et Signori, Gabriella, „Geschichtswissenschaft“, in Gender-Studien. Eine Einführung (éd. Christina von Braun et Inge Stephan), Metzler, Stuttgart-Weimar, 2000, p. 119-129.

Röckelein, Hedwig, «Entre société et religion : l’histoire des genres au Moyen Age en Allemagne », in Les tendances actuelles de l’histoire du Moyen Age en France et en Allemagne, Paris, 2002, p. 583-594.

Kroll, Renate, (dir.) Metzler Lexikon, Gender Studies, Geschlechterforschung, Ansätze – Personen – Grundbegriff, Stuttgart-Weimar, 2002.

Lundt, Bea, Weiser und Weib. Weisheit und Geschlecht am Beispiel der Erzähltradition von den ‚Sieben Weisen Meistern‘ 12.-15. Jahrhundert. (Habilitationsschrift Universität Basel) Fink-Verlag München 2002.

Becker, Ruth et Kortendieck, Beate, (éd.) Handbuch Frauen-und Geschlechterforschung. Theorie, Methoden, Empirie, (coll Geschlecht und Gesellschaft, Bd 35), VSVerlag für Sozialwissenschaften, Wiesbaden 2004.

Von Braun, Christina et Stephan, Inge, (éd.) Gender@Wissen. Ein Handbuch der Gender-Theorie, Böhlau, UTB, 2005.

Opitz, Claudia, Um-Ordnungen der Geschlechter. Einführung in die Geschlechtergeschichte, Tübingen, 2005.

Krone und Schleier. Kunst aus mittelalter­lichen Frauen­klöstern, éd. par Kunst- und-Ausstellungshalle der Bun­desrepublik Deutschland, Bonn, und dem Ruhrlandmuseum Essen, Munich, (Hirmer) 2005.

Frauen, Kloster und Kunst. Neue Forschungen zur Kulturge­schichte des Mittelal­ters. Beiträge zum Internationalen Kolloquium vom 13.-16. Mai 2005 anlässlich der Ausstel­lung „Krone und Schleier“, éd. Jeffrey F. Ham­burger, Carola Jäggi, Susan Marti und Hedwig Röckelein in Koope­ration mit dem Ruhrlandmuseum Essen, Turnhout (Brepols) 2007.

Bibliographie : Revues

L’Homme. Zeitschrift für feministische Geschichtswissenschaft, sous l’égide de l’université de Vienne en Autriche : http://www.univie.ac.at/Geschichte/LHOMME/

METIS. Zeitschrift für historische Frauenforschung und feministische Praxis, revues liées aux universités de Dortmund et Berlin.

Die Philosophin. Forum für feministiche Theorie und Philosophie, publiée à Berlin et Tübingen depuis 1989.

Querelles. Jahrbuch für Frauen und Geschlechterforschung de la FU de Berlin: http://www.querelles-net.de/pub/jahrbuch.html

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Geneviève Bührer-Thierry, « Histoire du genre dans les pays de langue allemande », Genre & Histoire [En ligne], 3 | Automne 2008, mis en ligne le 14 décembre 2008, consulté le 27 mars 2017. URL : http://genrehistoire.revues.org/353

Haut de page

Auteur

Geneviève Bührer-Thierry

Université Paris-Est

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Genre & histoire est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page