Navigation – Plan du site
Articles
Les médiévistes et l'histoire du genre en Europe

L’Angleterre et la Scandinavie : de l’histoire des femmes à l’histoire du genre

Sari Katajala-Peltomaa

Résumés

L’évolution de l’historiographie de l’histoire du genre á été plus ou moins similaire en Scandinavie et en Angleterre. On a suivi les concepts et les théories historiens des États Unis. Pour une grand part, en Angleterre, l’histoire des femmes recule face à l’histoire du genre. En Finlande et en Scandinavie, on continue davantage à s’intéresser aux deux. La plus grande différence entre ces deux pays, est surtout la quantité des étudiants et des sujets en Angleterre au regard de la Scandinavie. En Angleterre, une tendance forte est la recherche sur l’articulation entre masculinité, féminité et sexualité menée surtout par des spécialistes de la littérature et de l’histoire littéraire. Cette tendance est peu développée en Scandinavie sauf dans les études sur les sagas. En Scandinavie et en Finlande la recherche sur les sujets politiques et économiques sont les plus nombreux. Le manque de sources médiévales en Scandinavie et surtout en Finlande a aussi guidé les choix des études.

Haut de page

Entrées d’index

Mots-clés :

Historiographie
Haut de page

Texte intégral

La multiplicité des études en l’Angleterre

1L’Angleterre est un pays central dans les études médiévales en général et également dans les études sur le genre au Moyen Âge. Aujourd'hui il existe en Angleterre de très nombreux médiévistes spécialistes des femmes ou du genre. On ne pourra donc pas hélas tous les mentionner ici. On se contentera donc de mettre en relief les principales tendances. Il existe ainsi aujourd’hui de très nombreuses études, très variées, sur l’Angleterre anglo-saxonne, la période d’avant la Conquête. Mais j’ai fait le choix de centrer mon propos sur le Moyen Âge tardif (sur la période postérieure à la conquête). Nous n’avons pas pris en compte ici, les études portant sur les femmes ou le genre des médiévistes anglaises portant sur des régions extérieures à l’Angleterre.

2On notera, pour terminer ce préambule, qu’il est parfois très difficile de séparer les historiens anglo-saxons des historiens des États Unis car on peut étudier, travailler et publier en Angleterre et dans d’autres pays anglo-saxons en même temps. J’ai donc fait le choix de centrer mon propos sur les historiens anglais qui travaillent et publient en Angleterre.

3On peut résumer l’historiographie des études anglaises, schématiquement, en trois groupes :

  1. « l’histoire des femmes »

  2. « l’histoire du genre orientée vers l’histoire sociale »

  3. « L’histoire du genre inspirée par les théories post-modernes des littéraires »

L’histoire des femmes

4Les historiens anglais ont été parmi les premiers à travailler sur les femmes médiévales dans les années 1970. On peut mentionner des études capitales, par exemple la rédaction par Derek Baker de Medieval Women en 1978, et la collection d’essais de Eileen Power, dont le titre est aussi Medieval Women, publiée longtemps après le décès de Eileen Power (survenu en 1940), auteure d’avant-garde puisque la totalité de ces travaux datent d’avant la Seconde Guerre Mondiale. Cet ouvrage a été réimprimé à plusieurs reprises.

5Généralement les premières recherches sur l’histoire des femmes ont mis en évidence et ont insisté sur le silence des sources. On a essayé de mettre au jour les expériences des femmes, leurs places et leurs rôles dans la société. Un thème très étudié a été les femmes et le pouvoir : les reines ou les femmes saintes par exemple. Les thèmes étudiés ont changé au cours des années mais le rôle des femmes a continué á intéresser les historiens anglais. En 1995 Henrietta Lyeser a publié encore un livre avec le même titre : Medieval Women.

6Il y a encore des historiens, comme en Scandinavie d’ailleurs, qui étudient les femmes et font l’histoire des femmes. Parmi les recherches contemporaines, on peut mentionner par exemple les études sur les sources administratives ou sur les femmes aristocratiques et religieuses. (par exemple Ward, 1992; Kerr, 1999; Wilkinson, 2007)

L’histoire du genre orientée vers l’histoire sociale

7La deuxième catégorie, on peut l’appeler « l’histoire du genre orientée vers l’histoire sociale ». Dans ces travaux, on n’essaie pas seulement de trouver de nouvelles informations sur les femmes du temps passé, mais on focalise sur les différents éléments des masculinités et de féminités.

8On n’a pas seulement classifié les statuts des hommes et des femmes, mais on a aussi problématisé ces statuts. Le genre apparaît alors comme une matrice dans laquelle existent beaucoup d’éléments.Dans cette approche, les autres catégories (âges, statut social, position économique, parfois aussi ethnicité) sont aussi très importantes. (pour les aspects théorétiques, voir Lees (dir.) 1994 ; Fenster & Less (dir.), 2002 ; Van Houts (dir.) 2001, pour la Scandinavie voir Damsholt, 1989, 1996))

9Il s’agit d’une manière différente de faire de l’histoire sociale en mettant l’accent sur le lien et l’articulation entre le genre et les autres variables dans le statut social d’un individu. Naturellement, la différence entre le premier et le second groupe n’est pas toujours évidente et parfois cette division ne fonctionne pas.

10Mais pour quelques historiens, cette classification entre l’histoire des femmes et l’histoire du genre est aussi une question d’identité. Il y a des historiens qui se réclament fortement de l’histoire des femmes et qui refusent de s’identifier à l’histoire du genre. Ils (ou plutôt elles) pensent que faire de l’histoire des femmes, c’est relever les inégalités passées.

11Judith Bennet vient des États Unis mais a travaillé sur l’Angleterre médiévale, c’est pourquoi je me permets de l’utiliser à titre d’exemple. Judith Bennet a écrit en 1996 puis en 2006 qu’on doit mener des recherches sur le système patriachal médiéval pour comprendre comment il fonctionne dans le monde contemporain. Elle a introduit la notion de terme patriarchal equilibrium (équilibre patriachal) pour expliquer le statuts changeant mais toujours subordonnés des femmes. (Bennet 1996, 2006)

12On trouve aussi ce type d’exemples, cette manière de penser en Scandinavie. Mais assez souvent ces historiens scandinaves ne sont pas médiévistes. Je peux mentionner, par exemple, les historiens suédois travaillant sur le début de l’époque moderne. Dans ce groupe, on trouve parfois l’idée que les femmes sont un groupe homogène subordonné. Le lien entre le sujet étudié et la politique contemporaine est ici très forte. Selon cette conception, l’histoire du genre ne suffit pas. Elle a trahi l’histoire des femmes. (Par example Taussi-Sjöberg, 1996)

13Une autre différence entre les historiens des femmes et des historiens du genre reside dans leur attitude aux theories. En effet, si les historiens des femmes médiévales n’utilisent pas visiblement et activement diverses théories féministes, sociologiques ou littéraires, pour les historiens du genre, le cadre théorique est très important. Cette tendance dans les études médiévales sur le genre a été inspirée par des historiennes féministes des États Unis, surtout les spécialistes des études « post coloniales » qui se sont focalisés sur les différences entre les femmes noires et les femmes blanches. Etant donné que ces historiens étaient majoritairement des femmes, elles ont souligné l’importance de considérer les autres aspects du statut social en même temps que le genre. Les femmes ne sont donc pas une catégorie homogène…pas plus que les hommes.

14Quelques historiens spécialistes d’histoire sociale conceptualisent le genre comme une matrice dans laquelle existe beaucoup d’éléments. Ces derniers peuvent éventuellement ou occasionnellement, dans cette matrice, jouer un rôle plus important pour expliquer le comportement de l’individu.

15Il faut souligner que les choix de méthodologie ou le choix de tel ou tel aspect thématique, n’est pas un choix politique pour tous les médiévistes. En faisant ces remarques, je ne veux pas valoriser l’histoire du genre et la placer « au dessus » de l’histoire des femmes. Car je pense qu’il y a encore beaucoup à faire dans les deux domaines. Mais, il est certain que les deux approches sont différentes.

16Dans la seconde catégorie (historiens qui définissent le genre comme un processus social, produit et reproduit dans la vie quotidienne), on signalera encore, en Angleterre, Cordelia Beattie, qui a étudié les sources juridiques et a focalisé surtout sur les femmes célibataires (Beattie, 2007, 2006, 2005, 2003.) ou Katherine J. Lewis qui a étudié les sources hagiographique, mettant en lumière le culte rendu aux femmes saintes et l’utilisation des sources hagiographique dans le contexte social de l’Angleterre médiévale. (Lewis, 2000, 1999). Katherine J. Lewis a également mené des recherches sur la masculinité médiévale. (Lewis, 2004) On mentionnera enfin Elisabeth van Houts qui a étudié les mémoires médiévales et leur lien avec le genre. (Van Houts 2001, 1999)

L’histoire du genre inspirée par les théories post-modernes des littéraires

17Dans la troisième catégorie de l’histoire médiévale du genre en Angleterre, on trouve des historiens de la littérature et de l’histoire littéraire. Ils se sont beaucoup inspirés des théories de la recherche en littérature. La majorité d’entre eux ne sont pas des historiens mais des littéraires ou des spécialistes de la langue anglaise. Cette 3e catégorie est celle qui aujourd’hui en Angleterre s’identifie le plus fortement avec la recherche sur le genre. Dans les titres on trouve des mots comme féminité, masculinité, sexualité, corps. Ils utilisent parfois les théories ‘queer’ ou les théories de Judith Butler ou encore les théories post modernes de la recherche en littérature.

18Cette catégorie est aujourd’hui très présente dans le champ des études médiévales sur le genre en Angleterre, et aussi aux États Unis. En Angleterre, pour une grande part, on a focalisé sur la littérature anglaise, sur les textes mystiques comme ancrene wisse, qui est un ensemble de règles pour les femmes anachorètes du XIIIe siècle. (Watt 2002, Wogan-Browne, 1996, 2001, Lewis 2000, Salih, 1999, 2002, Gunn, 2008) On a aussi beaucoup étudié les textes sur Margery Kempe et Julienne de Norwich (Salih 2004, McAvoy, 2004, Davis, 2004) et naturellement les textes de Chaucer (Blamires, 2006, 2005)

19On peut mentionner encore les études de Alcuin Blamires qui a étudié le discours clérical et les écrits laïques. Diane Watt a étudié et publié sur les femmes, la féminité et la culture littéraire. Anke Bernau a étudié la virginité et la sexualité. Sarah Salih a surtout étudié les divers aspects de la sexualité.

20Je voudrais faire remarquer que cette tendance (3e groupe) n’est pas très représentée en Finlande et, plus généralement, en Scandinavie. La raison essentielle tient dans le fait que nous n’avons pas beaucoup de littérature médiévale propre, à l’exception des sagas islandaises et norvégiennes. La recherche sur ces sources est très active et quelque étudiants ont centré leur attention sur les femmes et le genre dans les sagas et les eddas ( Sävborg, 2007, Magnusdottir, 2001, Bagerius, 2001). En Finalnde, on doit mentionner Marko Lamberg qui a analysé dans une perspective du genre les textes de Jöns Budde, un moine de l’ordre de sainte Brigitte (Lamberg, 2007). Mais ils représentent des exceptions en Scandinavie.

21Aujourd’hui, une bonne partie des universités anglaises possède un centre pour les études médiévales où l’on rencontre régulièrement quelques historiens de l’histoire du genre. Les chercheurs anglais spécialistes du genre possèdent aussi une organisation collective : Gender and Medieval Studies Group qui organise une conférence annuelle chaque année en janvier. Le titre de la conférence de 2008 était Gender and difference. Cette tendance, la plus forte aujourd’hui dans les études du genre en Moyen Âge en Angleterre, a fait accepté l’idée que faire l’histoire du genre ce n’est pas la même chose que faire l’histoire des femmes. Ce n’est plus seulement catégoriser les activités des hommes et des femmes. On doit problématiser les concepts et on doit classifier les différents éléments qui composent le statut de l’individu. Et on doit articuler ces autres aspects avec le genre de l’individu. Mais la tendance la plus neuve c’est celle qui permet d’être très sensible aux différences à l’intérieur des statuts et aux différentes formes de féminité et de masculinité.

La Scandinavie

22Il est temps désormais d’introduire quelques aspects de l’histoire médiévale du genre en Finlande et en Scandinavie. Là encore, nous nous conterons de donner les principales études et nous privilégierons les études récentes et celles rédigées en langue anglaise. Dans la bibliographie, les noms des articles et des ouvrages parus en finlandais ou dans une langue scandinave ont été traduits.

23Mais avant de parler de l’histoire médiévale du genre en Finlande on doit expliquer quelques aspects de l’histoire et des recherches médiévales finlandaises. La Finlande a été christianisée tardivement, au douzième siècle. En Finlande, nous n’avons pas de sources littéraires provenant de l’âge pré-chrétien. La période qu’on appelle Moyen Âge, en Finlande, est donc très différente du reste de l’Europe – sauf la Suède et la Norvège. C’est une période qui va de 1150 à 1527. Le Moyen Âge en Finlande et en Suède est donc l’âge catholique. La première date en Finlande correspond à la première croisade que les Suédois ont mené probablement au cours de cette année 1150. La seconde date correspond, à la décision officielle de la Réforme. Durant cette période, la Finlande était une partie du royaume de Suède.

24Les premières sources littéraires viennent de la fin du douzième siècle et deviennent plus nombreuses pendant les treizième et quatorzième siècles. Toutefois il n’y a pas beaucoup de sources médiévales en Finlande. La majorité d’entre-elle est de nature administrative. Nous n’avons pas par exemple de procès de canonisation ou d’inquisition, peu de sources judicaires médiévales. Nous n’avons pas non plus, à proprement parlé, de littérature et très peu de récits hagiographiques.

25L’indigence des sources explique les intérêts des médiévistes. Les sujets politiques, administratifs et économiques ont intéressé le plus. Par conséquent, il est très difficile d’étudier les différents aspects du genre en Finlande médiévale à cause de la nature de la documentation. La situation est á peu près la même dans toute la Scandinavie. Mais en Suède, Norvège, Danemark et Islande, il y a davantage de sources et la variété de la documentation est bien plus grande qu’en Finlande.

26Comme en Finlande, dans toute la Scandinavie, la division entre le Moyen Âge et le début de l’époque moderne n’est pas évidente dans la recherche. La majorité des études sur les femmes et sur le genre en Finlande, comme en Suède, est une combinaison des études médiévales et des études portant sur l’époque moderne. Dans le reste de l’Europe peut-être, les historiens placeraient davantage ces recherches comme faisant partie de l’époque moderne que de l’histoire médiévale.

27En Finlande, l’histoire médiévale en général a commencé á intéresser les historiens, seulement à partir des années 1980. Mais, l’histoire des femmes médiévales ne s’est pas développée avant les années 1990. Dans les dernières années, ces courants historiques, l’histoire des femmes comme l’histoire du genre, ont pris une ampleur considérable.

28Dans toute la Scandinavie, les études sur les femmes de l’aristocratie et les sujets économiques sont les plus représentés. Les sources existantes ont guidé ces choix. Les femmes aristocratiques ont été étudiées par Anu Lahtinen et Tuula Hockman. Elles ont centré ses études sur une famille. Anu Lahtinen a étudié la famille de Fleming et ses femmes aux XVe et XVIe siècles. Tuula Hockan a concentré sur Ingebor Aakentytär Tott, une femme aristocratique et son pouvoir politique. (Lahtinen, 2007, 2004, Hockman, 2006). Des thèmes similaires sont été étudiés en Danemark par Grethe Jacobsen (Jacobsen, 2007). La vie religieuse des femmes aristocratique a été étudiée par Louise Berglund. (Berglund, 2000). Les aspects économiques sont nombreux dans la recherche suédoise. (Larsson, 2003, Sjöberg, 2001)

29On ne peut pas utiliser la même classification en Scandinavie qu’en Angleterre. Mais on peut peut-être ranger ces études davantage dans la catégorie « histoire des femmes » plutôt que dans celle de «histoire du genre ». On a donc produit de nouvelles informations sur la vie des femmes. Mais on n’a pas sérieusement analysé par exemple comment a été produite la féminité aristocratique.

30En Finlande, les études faites à partir de sources judicaires ont aussi été parmi les premières. Mia Korpiola et Anu Pylkkänen se sont intéressées aux statuts juridiques des hommes et des femmes dans la Finlande médiévale et pré-moderne. Elles ont focalisé leur attention sur le mariage et sexualité dans le droit civil et dans le droit canon (Pylkkänen 2005, Korpiola, 2006, 2008).

31Néanmoins les historiens finlandais ont également centré leur attention sur le genre, par exemple Raisa Toivo qui a fait un livre sur genre, statut et pouvoir des sorcières en Finlande au début de l’époque moderne (Toivo, 2008). Mais, la grande majorité des historiens finlandais travaillant sur le genre ont mené des recherches sur d’autres régions que la Finlande. Ainsi, on a étudié des sources hagiographiques, des vitae de femmes pénitentes dans Italie du Moyen Âge tardif, comme Maiju Lehmijoki-Gardner (Lehmijjoki-Gardner, 1999, 2004, 2006) ou les concepts féminins et masculins dans le mysticisme allemand avec les travaux de Meri Heinonen (Heinonen, 2005, 2007). Les femmes saintes exceptionnelles, comme Sainte Brigitte ou Hildegard de Bingen ont été étudié par Päivi Salmesvuori. (Salmesvuori, 2003, 2006)

32Ont été également étudiés les procès de canonisation de divers pays et la manière dont se construit le genre au cours du processus miraculeux. (Katajala-Peltomaa, 2004, 2005, 2009). On a également étudié les rôles, les vertus et l’influence du trobairitz – des femmes troubadours dans le Languedoc : je renvoie aux travaux de Susanna Niiranen. (Niiranen, 2009).

33Les études médiévales sur le genre dans toute la Scandinavie sont assez récentes. Mais, il y une exception de valeur á mentionner. Une théologienne et philosophe norvégienne, Kari Elisabet Borresen, qui a étudié les femmes médiévales dès les années 1960. Sa thèse de doctorat s’intitule Subordination et Équivalence. Nature et rôle de la femme d’après Augustin et Thomas d’Aquin. Elle l’a soutenu en 1968. Ella a publié beaucoup sur les femmes et sur le genre également en français. (Borresen, 1968, 1994, 2000, 2001)

34Pour une présentation générale de toutes ces nouvelles recherches sur le genre au Moyen Âge en Scandinavie on peut se reporter aux résumés qui se trouvent dans le colloque : Nordic Women's and Gender History Conference : Conférence Nordique sur l’histoire des femmes et du genre. Le titre pour la session de l’histoire médiévale est Gendered relations in Medieval Institutions. La moitié des papiers est centrée sur les femmes aristocratiques et les questions économiques. (Gestamóttakan - IX Nordic Women's and Gender History Conference: http://www.yourhost.is/​9th-nordic-women-and-gender-historians-conference/​sessioner-och-abstracts.html)

35Il existe également d’autres approches : on peut mentionner, par exemple, Christine Ekholst qui est en train de faire sa thèse de doctorat (doctoral dissertation) sur la construction du genre dans le droit médiéval en Suède et dans le reste de la Scandinavie et Henric Bagerius qui est en train de faire sa thèse du doctorat sur la construction de la sexualité au Moyen âge tardif. Il s’intéresse également à la construction de la masculinité. (Ekholst, 2007, Bagerius, 1998, 2001) En Finlande, la sexualité médiévale a été étudiés par Tom Linkinen (Linkinen, 2004). Les recherches sur la masculinité médiévale se développent aussi chez les médiévistes scandinaves. On organise un workshop à Göteborg en Octobre 2008 et on prévoit de faire un livre sur les masculinités nordiques en Moyen Âge.

Conclusion

36Comme on a donc pu le constater, les sujets et les approches sont divers aussi bien en Angleterre qu’en Scandinavie. Il y a des méthodes multiples et différentes pour faire l’histoire du genre au Moyen Âge. La construction du genre est un sujet de préoccupation important dans tout ces pays spécialement parmi les plus jeunes historiens. Mais ces sujets n’intéressent pas seulement les chercheurs jeunes. Ils sont acceptés par l’ensemble des institutions universitaires dans tous ces pays. Ce ne sont certes pas les sujets les plus traités parmi les historiens médiévistes, mais on peut dire qu’ils n’ont pas été négligés ou dédaignés.

37L’évolution de l’historiographie de l’histoire du genre a été plus ou moins similaire en Scandinavie et en Angleterre. On a suivi les concepts et les théories des historiens des États-Unis. Dans le plupart des cas, mais pas toujours, l’histoire des femmes s’est transformée en histoire du genre. Mais, à titre de comparaison, on peut mentionner, le colloque d’histoire médiévale de Kalamazoo aux États-Unis. Cette année, on organise une session pour Susan Mosher Stuard. On s’interrogera sur Becoming visible in Medieval History and Historiography : Can you see the women yet ?, titre qui renvoie explicitement à l’un des premiers livres de l’histoire des femmes médiévales : Becoming visible, paru en 1977. On s’interrogera aussi sur l’articulation histoire du genre-histoire des femmes (Women versus Gender : A Fashion Statement ?). On le voit, il s’agit bien, à la fois de de rechercher les femmes dans les sources et de montrer la différence entre l’histoire des femmes et l’histoire du genre, preuve que la partition « histoire des femmes »/ « histoire du genre » n’est pas toujours évidente et nette.

38Enfin, la comparaison Angleterre-pays scandinaves permet de pointer des différences. En Angleterre, il existe d’éminents professeurs et des directeurs de département (des gens bien établis donc) qui font l’histoire du genre au Moyen Âge. En revanche, en Finlande et en Scandinavie, les médiévistes spécialistes du genre sont souvent de jeunes chercheurs et ils n’occupent pas, pour le moment, les positions établies de leurs homologues anglais.

Haut de page

Bibliographie

BAGERIUS, Henric, ’Vita vikingar och svarta sköldmör: Föreställningar om sexualitet i Snorre Sturlussons kungasagor’, Scripta Islandica. Isländska sällskapets årsbok 48 (1998), pages 13-38. [Representations de sexualité en saga de Snorre Sturlusson]’

BAGERIUS, Henric, I genusstrukturens spänningsfält: Om kön, genus och sexualitet i saga och samhälle’, Arkiv för nordisk filologi 116 (2001), p. 21-63. [Le sexe, le genre et la sexualité en sagas et en société]

BAKER, Baker (dir.), Medieval Women, Oxford, Basil Blackwell, 1978.

BEATTIE, Cordelia, ‘Gender and Femininity in Medieval England’, dans Writing Medieval History: Theory and Practice for the Post-Traditional Middle Ages, dir. par PARTNER,Nancy, Oxford, Oxford University Press, 2005, pages. 153-70.

BEATTIE, Cordelia, Medieval Single Women. The Politics of Social Classification in Late Medieval England, Oxford, Oxford University Press 2007.

BEATTIE, Cordelia, 'Single Women, Work and Family: The Chancery Dispute of Jane Wynde and Margaret Clerk', dans Voices from the Bench: the Narrative of Lesser Folk in Medieval Trials, dir. par. GOODICH, Michael, New York, Palgrave Macmillan, 2006, pages 177-202.

BEATTIE; Cordelia, 'Governing Bodies: Local Courts, Male Householders and Single Women in Late Medieval England', dans The Medieval Household in Christian Europe, c.850-1550: Managing Power, Wealth and the Body, dir. par. BEATTIE, Cordelia, MASLAKOVIC, Anna and REES JONES, Sarah, Turnhout, Brepols, 2003, pages 199-220.

BENNET, Judith M., Ale, Beer and Brewsters in England: Women’s Work in a Changing World, 1300-1600, New York, Oxford University Press, 1996.

BENNET, Judith M., History Matters. Patriarchy and the Challenge of Feminism, Philadelphia, University of Pennsylvania Press, 2006.

BERGLUND, Louise, "Abbedissorna i Vadstena - en dynamisk elithistoria", dans Renässansens eliter. Maktmänniskor i Italien och Norden, dir. par DAHL, Gunnar och ÖSTERBERG, Eva, Lund, Nordic Academic Press, 2000. [Les abbesses dans le couvent de Vadstena - une histoire dynamique d’élite]

BLAMIRES, Alcuin, ‘Caput a femina, membra a viris. Gender Polemic in Abelard’s Letter “On the Authority and Dignity of the Nun’s Profession”’, dans The Tongue of the Fathers. Gender and Ideology in Twelfth-Century Latin, dir. par. TOWNSEND, David and TAYLOR, Andrew, Philadephia, University of Pennsylvania Press, 1998, pages 55–79.

BLAMIRES, Alcuin, Chaucer, Ethics, and Gender, New York,Oxford University Press, 2006.

BLAMIRES, Alcuin, 'Sexuality', dans Chaucer: An Oxford Guide, dir. par. ELLIS, Steve, Oxford, Oxford University Press, 2005, pages 208-23.

BLAMIRES, Alcuin, 'Women and Creative Intelligence in Medieval Thought', dans Voices in Dialogue: Reading Women in the Middle Ages, dir. par. OLSON, Linda and KERBY-FULTON, Kathryn, Notre Dame, University of Notre Dame Press, 2005, pages 213-30.

BØRRESEN, Kari Elisabeth(dir.) Image of God and Gender Models in Judaeo-Christian Tradition, Minneapolis, Fortress 1991.

BØRRESEN, Kari Elisabeth, ‘Julian of Norwich: a Model of Feminist theology’, dans Women's Studies of the Christian and Islamic Traditions. Ancient, Medieval and Renaissance Foremothers, BØRRESEN, Kari Elisabeth and VOGT, Kari, Dordrech, Springer, 1993, pages 295-314.

BØRRESEN, Kari Elisabeth, ‘Matristics: Ancient and Medieval Church Mothers’, dans Gender and Religion, dir. par BØRRESEN, Kari Elisabeth, CABIBBO, Sara and SPECHT, Edith, Roma, Carocci, 2001, pages 203-218.

BØRRESEN, Kari Elisabeth, ‘Religious Feminism and Female Godlanguage: From Hildegard von Bingen to Thérèse de Lisieux’, dans Ab Aquilone. Nordic Studies in Honour and Memory of Leonard E. Boyle, O.P, dir. par RODÉN, Marie-Louise, Stockholm, Paul Forlag Astroms, 2000, pages 197-222.

BØRRESEN, Kari Elisabeth, Religious Feminism in the Middle Ages: Birgitta of Sweden, dans Maistresse of My Wit: Medieval Women, Modern Scholars. Making the Middle Age, dir. par d’ARCENS, Louise og RUYS, Juanita Feros, Turnhout, Brepols, 2004, pages 295-312.

BØRRESEN, Kari Elisabeth, Subordination et Équivalence. Nature et rôle de la femme d'après Augustin et Thomas d'Aquin.Oslo, Paris, 1968.

BRIDETHAL, Renate, STUARD, Susan Mosher, and WIESNER, Merry E. (dir.), Becoming visible. Women in European History, Houghton, Mifflin, 1977.

CARTWRIGHT, Jane, ' Buchedd Catrin : a preliminary study of the Middle Welsh Life of Katherine of Alexandria and her cult in medieval Wales' dans Saint Katherine of Alexandria: Texts and Contexts in Western Medieval Europe, dir. par JENKINS, Jacqueline and LEWIS, Katherine J., Brussels, Brepols, 2003, pages 53-86.

CARTWRIGHT, Jane, ‘Dead virgins: feminine sanctity in medieval Wales ', Medium Ævum 71 (2002), pages 1-28.

CARTWRIGHT, Jane, Feminine Sanctity and Spirituality in Medieval Wales, Cardiff, University of Wales Press, 2007.

CARTWRIGHT, Jane, 'St Non: rape, sanctity and motherhood in Welsh and Breton hagiography', dans St David: Cult, Church and Nation, dir. par WOODING, Jonathan and EVANS, J. Wyn, Woodbridge, Boydell and Brewer, 2007.

CARTWRIGHT, Jane, 'The desire to corrupt: convent and community in medieval Wales ', dans Medieval Women in Their Communities, dir. par WATT, Diane, Cardiff, University of Wales Press, 1997, pages 20-48.

CARTWRIGHT, Jane, 'The harlot and the hostess: a preliminary study of the Middle Welsh Lives of Mary Magdalene and her sister Martha' dans Celtic Hagiography and Saints' Cults, dir. par CARTWRIGHT, Jane, Cardiff, University of Wales Press, 2003, pages 77-101.

CARTWRIGHT, Jane, 'Virginity and chastity tests in medieval Welsh literature', dans Medieval Virginities, dir. par BERNAU, Anke, EVANS, Ruth and SALIH, Sarah, Cardiff, University of Wales Press, 2003, pages 56-79.

DAMSHOLT, Nanna, ‘Medieval Women’s Identity in a Postmodern Light’, dans The Birth of Identities. Denmark and Europe in the Middle Ages, dir. par McGUIRE, Brian Patrick, Copenhagen, Copenhagen University, 1996.

DAMSHOLT, Nanna, Læs ofte og lær så meget du kan! Om kvinders læse- og skrivefærdighed i middelalderen. Dans Kirkehistorier.Rapport fra et middelaldersymposium, dir. par HOLMQVIST-LARSEN, Niels Henrik, DAMSHOLT, Nanna & JACOBSEN, Grethe, Copenhagen, Kobenhavn Universitet 1996. [ Of women’s reading and writing abilities in the Middle Ages]

DAMSHOLT, Nanna, ’Theories of Patriarchy and Women’s History’, dans Female Power in the Middle Ages: Proceedings from the 2. St. Gertrud Symposium 1986, Copenhagen,C.A. Reitzel, 1989.

DAVIS, Isabel (dir. avec MÜLLER, Miriam and REES JONES, Sarah), Love, Marriage and Family Ties in the Later Middle Ages, Turnhout, Brepols, 2003.

DAVIS, Isabel, ‘Consuming the Body of the Working Man in the Later Middle Ages’, dans Consuming Narratives: Gender and Monstrous Appetite in the Middle Ages and the Renaissance, dir. par. MCAVOY, Liz Herbert and WATERS, Teresa, Cardiff, University of Wales Press, 2002, pages 42-53.

DAVIS, Isabel, ‘John Gower’s Fear of Flying: Transitional Masculinities in the Confessio Amantis’, dans Rites of Passage: Cultures of Transition in the Fourteenth Century, dir. par MCDONALD, R. and ORMROD, W.M., York, York Medieval Press, 2004, pages 131-52.

DAVIS, Isabel, ‘Men and Margery: Negotiating Medieval Patriarchy’, dans A Companion to the ‘Book of Margery Kempe’, dir. par LEWIS, Katherine J. and ARNOLD, John H., Cambridge, D.S. Brewer 2004, pages 35-54.

DAVIS, Isabel, ‘On the Sadness of not being a Bird: The Representation of Abraham and Late Medieval Marriage Ideologies in William Langland’s Piers Plowman’, dans Medieval Domesticity. Home, Housing and Household in Medieval England, dir. par GOLDBERG, P.J.P. and KOWALESKI, Maryanne, Cambridge, Cambridge University Press, 2008.

DAVIS, Isabel, Writing Masculinity in the Later Middle Ages, Cambridge, Cambridge University Press, 2007.

EKHOLST, Christine, En olydig sodomit: Om Magnus Eriksson och det heteronormativa regentskapet.Scandia: Tidskrift för historisk forskning. 73:2(2007). [Magnus Eriksson et régent hétéronormative]

GUNN, Cate, Ancrene Wisse and Vernacular Spirituality in the Middle Ages, Cardiff, University of Wales Press, 2008. HEINONEN, Meri, ‘Henry Suso and the Divine Knighthood’, dans Holiness and Masculinity in the Middle Age, dir. parCULLUM, P. H. and LEWIS, Katherine J., Cardiff, University of Wales Press, 2005.

HEINONEN, Meri, Brides and Knights of Christ – Gender and Body in Later Medieval German Mysticism, Turku, University of Turku, 2007.

HOCKMAN, Tuula, Kolmen polven perilliset. Ingeborg Aakentytär (Tott) ja hänen sukunsa (n. 1460-1507), Helsinki, SKS, 2006. [Ingeborg Tott et sa famille]

INTTJORE, Hilde, “Nonneseter – et middelalderkloster i Norge” Forskningsserien nr. 24. Høgskolen i Agder, Kristiansand 2000. [Nonneseter, couvent medieval en Norwège]

Jacobsen, Grethe, ‘Adelskvinder og politik i renæssancens Danmark’, dans Kvinnor och politik i det tidigmoderna Norden. Rapport til 26:e Nordiska historikermötet i Reykjavík den 8-12 augusti, 2007. Dir. par KARLSSON SJÖGREN, Åsa. Reykjavík, Háskólaútgáfan; Islands universitets förlag 2007. [women of nobility and politics in renaissance Danmark]

Jacobsen, Grethe, ’Køn og magt i Danmarks senmiddelalder", i "Konge, kirke og samfund: De to øvrighedsmagter i dansk middelalder", dir. par ARNÓSDÓTTIR, Agnes S., INGESMAN, Per og POULSEN, Bjørn, Århus, Aarhus Universitetsforlag, 2007. [Gender and Power in Danish late Middle Ages]

Jacobsen, Grethe, ‘Telling the story of women in medieval Scandinavia’ dans Gendering Scottish History: An International Approach, Cruithne Press, Glasgow, 1999.

KATAJALA-PELTOMAA, Sari, ‘Parental Roles in the Canonisation Processes of Saint Nicola of Tolentino and Saint Thomas Cantilupe’, dans Hoping for Continuity. Childhood, education and Death in Antiquity and the Middle Ages, dir. par MUSTAKALLIO, Katariina, HANSKA, Jussi, SAINIO, Hanna-Leena & VUOLANTO, Ville, Rome, Institutum Romanum Finlandiae, 2005, pages 145-155.

KATAJALA-PELTOMAA, Sari, Gender, Miracles, and Daily Life. Evidence of the Thirteenth-Canonisation Processes. Brepols, 2009.

KATAJALA-PELTOMAA, Sari, Naiset rooliodotusten marginaalissa? Askeettiset pyhiinvaellukset votiivilahjoina. Teologinen aikakauskirja 1/2006, pages 95-104. [Liminality in Gender Roles? Ascetic Pilgrimages as Votive Offerings]

KERR, Bernice M., Religious Life for Women, C.1100-C.1350: Fontevraud in England, Oxford, Clarendon Press, 1999.

KORPIOLA, Mia, 'Mariage and Concubinage in Scandinavia', dans Women and gender in Medieval Europe, An Encyclopedia, dir. par SCHAUS, Margaret, New York, London, Routledge, 2006, pages 523-524.

KORPIOLA, Mia, Between Betrothal and Bedding: the Making of Marriage in Sweden, ca. 1200-1610, Helsinki, Gummerus,2004.

LAHTINEN, Anu , '"There's No Friend like a Sister": Sisterly Relations and the Rhetoric of Sisterhood in the Correspondence of the Aristocratic Stenbock Sisters’, dans The Trouble with Ribs: Women, Men and Gender in Early Modern Europe, dir. par KORHONEN, Anu & LOWE, Kate, Helsinki, Helsinki Collegium for Advanced Studies, 2007.

LAHTINEN, Anu , ‘So the Respectable Widow Sold Her Land to Him. Gender, Marriage and Landed Property Transitions in the Medieval Finland’, dans Family, Marriage and Property Devolution in the Middle Ages, dir. par. HANSEN, Lars Ivar, Tromsø 2000.

LAHTINEN, Anu, ‘Gender and Continuity. Women, Men and Landed Property in Medieval Finland’, History and Chang, dir. par. LAHTINEN, Anu & VAINIO-KORHONEN, Kirsi,Helsinki, Finnish Literature Society, 2004.

LAHTINEN, Anu, Sopeutuvat, neuvottelevat, kapinalliset. Naiset toimijoina Flemingin sukupiirissä 1470-1620. SKS, Helsinki 2007. [ Conciliatory, Negotiating, Insubordinate Women. Female Agency in the Fleming Family, 1470-1620]

LAMBERG, Marko, Jöns Budde: Birgittalaisveli ja hänen teoksensa, Helsinki, SKS, 2007. [Le moine Jöns Budde et ses oeuvres littéraires]

LARSSON, Gabriela Bjarne: ‘Kvinnor, manlighet och hushåll 1350-1500’. HANS & HENNES. Genus och egendom i Sverige från vikingatid till nutid , dir. par ÅGREN, Maria, Uppsala, Swedish Science Press, 2003. [‘Femmes, masculinité et ménage 1350-1500’. Dans Le genre et propriété dans le Suède de l’âge des Vikings á l’éta modern]

LEES, Clare A. (dir. avec FENSTER, thelm S.), Gender in Debate from the Early Middle Ages to the Renaissance, London, Palgrave, 2002.

LEES, Clare A. (dir.), Medieval Masculinities: Regarding Men in the Middle Ages, Minneapolis, University of Minnesota Press, 1994.

LEES, Clare A., ‘Gender and Exchange in Piers Plowman’, dans Class and Gender in Early English Literature, dir. par HARWOOD, Britton and OVERING, Gillian R., Bloomington, Indiana University Press, 1994, pages 112-130.

LEHMIJOKI-GARDNER, Maiju,‘Writing Religious Rules as an Interactive Process – Dominican Penitent Women and the Making of Their Regula’,Speculum 79 (July 2004), pages 660-687.

LEHMIJOKI-GARDNER, Maiju, ‘Spiritual Care’, ‘Dominican Women’, ‘Laywomen, religious’, ‘Tertiaries’, and ‘Frances of Rome’, dans Women and Gender in Medieval Europ. An Encyclopedia,dir. parSCHAUS, Margaret C., London, Routledge, 2006.

LEHMIJOKI-GARDNER, Maiju, ‘The Women Behind Their Saints: Dominican Women’s Institutional Uses of the Cults of their Fellow Religious’, dans Images of Medieval Sanctity. Essays in Honor of Gary Dickson, dir. par STICKLAND HIGGS, Debre, Leiden, Brill, 2006.

LEHMIJOKI-GARDNER, Maiju, (dir.) Dominican Penitent Women, Mahwah,Paulist Press, 2005.

LEHMIJOKI-GARDNER, Maiju, Worldly Saints. Social Interaction of Dominican Penitent Women in Italy, 1200-1500. HelsinkiSHS 1999.

LEWIS, Katherine J., (dir. avec MENUGE, Noel James and PHILIPS Kim M.) Young Medieval Women, Stroud and New York, Sutton and St Martin's Press, 1999.

LEWIS, Katherine J., (dir. avec CULLUM, P.H.), Holiness and Masculinity in the Middle Ages. Cardiff, University of Wales Press, 2004.

LEWIS, Katherine J., ‘The life of St Margaret of Antioch in Late Medieval England: a Gendered Reading’, Studies in Church History, 34 (1998), pages 129-142

LEWIS, Katherine J., The Cult of St Katherine of Alexandria in Late Medieval England, Woodbridge, Boydell and Brewer, 2000.

LEYSER, Henrietta avec FANOUS, Samuel & TALBOT, C. H., Christina of Markyate ; A Twelfth Century Holy Woman, London & New York, Routledge, 2006.

LEYSER, Henrietta, Medieval Women: A Social History of Women in England 450-1500, London, Weidenfeld and Nicolson, 1995.

LINKINEN, Toim, ’Geoffrey Chaucerin Canterburyn tarinoiden anekauppias. Pervo myöhäiskeskiajan sukupuolittuneessa todellisuudessa’ Pervot pidot. Homo-, lesbo- ja queer-näkökulmia kirjallisuudentutkimukseen, dir. par KEKKI, Lasse ja ILONEN, Kaisa, Jyväskylä, Like, 2004, pages 49-67. [Queer in late medieval gendered reality, example of the Pardoner in Canterbury Tales]

LINKINEN, Tom, ’Sukupuolinen vieras John "Eleanor" Rykener - naisena esiintynyt miesprostituoitu 1300-luvun Lontoossa’, Historiallinen aikakauskirja 3/2004, pages 326-334. [John ’Eleanor’ Rykener, a male prostitute in the 14th century London]

LOSMAN, Beata, “Barnafödsel och kvinnosexualitet i mirakelberättelser” dans Kvinnors rosengård. Medeltidskvinnors liv och hälsa, lust och barnafödande. Föredrag från nordiska tvärvetenskapliga symposier I Århus aug. 1985 ocj Visby 1987, dir. par GUNNENG, Hedda et al, Stockholm, Stockholm’s Universitet, 1989, pages 142-156. [Childbirth and Women’s Sexual Life in Miracle Stories]

LOSMAN, Beata, ’Några senmedeltida auktoriteters syn på kvinnan i samhälle och kyrka.’ Dans Kirkehistorier.Rapport fra et middelaldersymposium, dir. par HOLMQVIST-LARSEN, Niels Henrik; DAMSHOLT, Nanna & JACOBSEN, Grethe, Copenhagen, Kobenhavn Universitet, 1996. [Some late medieval authors’ thoughts of woman in society and church]

MAGNUSDOTTIR, Audur, ’Kvinnor i fejd. Ära, kön och konflikt i det nordiska medeltidssamhället’, dans Feider og fred i nordisk middelalder, dir. par OPSHAL, Erik, Oslo, Unipub. 2007, pages 73-84.

MAGNUSDOTTIR, Audur, Frillor och fruar: politik och samlevnad på Island 1120-1400. Göteborg, Göteborgs Universitet, 2001.

MCAVOY, Elizabeth Herbert (dir.), Anchorites Wombs and Tombs Intersections of Gender and Enclosure in the Middle Ages, Cardiff, University of Wales Press, 2005.

MCAVOY, Elizabeth Herbert (dir.),Consuming Narratives: Gender and Monstrous Appetite in the Middle Ages and the Renaissance, Cardiff, University of Wales Press, 2002.

MCAVOY, Elizabeth Herbert, Authority and the Female Body in the Writings of Julian of Norwich and Margery Kempe, Cambridge, D.S. Brewer, 2004.

NIIRANEN, Susanna, ‘Ensenhamen. Educational Ideal and Elite Women in Twelfth and Thirteenth Century Occitania’, dans Hoping for Continuity. Childhood, education and Death in Antiquity and the Middle Ages. dir. par MUSTAKALLIO, Katariina, HANSKA, Jussi, SAINIO, Hanna-Leena & VUOLANTO, Ville, Rome, Institutum Romanum Finlandiae, 2005, pages 167-178.

NIIRANEN, Susanna, Les valeurs sociales dans les textes trobairitz du douzième et treizième siècle. (Forthcoming 2009)

POWER, Eileen, Medieval Women, Cambridge, Cambridge University Press, 1975.

PYLKKÄNEN, Anu, 'Forming the Marital Economy in the early Modern Finnish Countryside', dans The marital economy in Scandinavia and Britain, 1400-1900, dir. par ÅGREN, Maria and ERICKSON, Amy Louise, Aldershot, Ashgate, 2005, pages 75-88.

SALIH, Sarah (dir. avec BERNAU, Anke and EVANS, Ruth), Medieval Virginities, Cardiff, University of Wales Press, 2003.

SALIH, Sarah (dir. avec RICHES, Samanthe J.E.), Gender and Holiness: Men, Women and Saints in Late Medieval Europe, London, Routledge, 2002.

SALIH, Sarah, ‘Performing Virginity: Sex and Violence in the Katherine Group’ dans Constructions of Widowhood and Virginity in the Middle Ages, dir. par CARLSON, Cindy and WEISL, Angela Jane, New York, St Martin’s Press, 1999, pages 95–112.

SALIH, Sarah, ‘Margery’s Bodies: Piety, Work and Penance’, dans A Companion to Margery Kempe, dir. par ARNOLD, John and LEWIS, Katherine, Cambridge, Brewer 2004, pages 161–76.

SALIH, Sarah, ‘Queer Medievalism: Why and Whither?’ Medieval Feminist Forum, 2004.

SALIH, Sarah, ‘Queering Sponsalia Christi: Virginity, Gender and Desire in the Early Middle English Anchoritic Texts’ dans New Medieval Literatures 5., dir. par COPELAND, Rita; LAWTON, David and SCASE, Wendy, Oxford, Oxford University Press, 2002, pages 155–76. SALIH, Sarah, ‘Monstrous Virginity: St Aelred Writes the Nuns of Watton’, Mediaevalia 20, 2001, pp. 49–72.

SALIH, Sarah, ‘Sexual Identities: A Medieval Perspective’ dans Sodomy in Early Modern Europe, dir. par BETTERIDGE,Tom, Manchester, Manchester University Press, 2002, pages 112–30.

SALIH, Sarah, ‘Transvestism in the Anchorhold’, dans The Milieu and Context of the Wohunge Group, dir. Par CHEWNING, Susannah, Cardiff, University of Wales Press, 2007.

SALMESVUORI, Päivi, ’Birgitta - aatelisneidosta kosmopoliitiksi’, dans Pyhä Birgitta – Euroopan suojeluspyhimys, dir. par SETÄLÄ, Päivi and AHL, Eva, Helsinki, Otava 2003, pages 9-54. [’Bridget, de la mademoiselle aristocratique á la cosmopolitenne’, dans Sainte Bridget – une sainte patron d’Europe.]

SALMESVUORI, Päivi,Pyhät, rippi ja mystiikka - kolme näkökulmaa seksuaalisuuteen keskiajalla’. Taivaallista seksiä. Helsinki, Tammi 2006, pages 97-116. [’Les saintes, confession et mysticisme. Trois perspectives á la sexualité dans Moyen Âge’, dans Le sexe céleste.]

SJÖBERG, Maria, Kvinnors jord, manlig rätt. Äktenskap, egendom och Makt i äldre tid, Gidlund, Hedemora, 2001. [Property and power in older times]

SÄVBORG, Daniel, ”Kjartan och Guðrún—en kärlekssaga?” Tidskrift för litteraturvetenskap 31 (2):(2002), pages 41–68.

SÄVBORG, Daniel, Kärleken i Laxdoela saga—höviskt och sagatypiskt. Alvíssmál 11 (2004): 75–104.

SÄVBORG, Daniel, Sagan om kärleken: erotik, känslor och berättarkonst i norrön litteratur. Uppsala, Uppsala Universitet, 2007. [Saga of love: erotics, emotions and narrative art in nordic medieval litterature]

TAUSSI-SJÖBERG, Marja, Rätten och Kvinnorna. Från släktmakt till statsmakt i Sverige på 1500- och 1600-talet, Stockholm, Atlantis, 1996. [women and justice. From the power of family to the power of state]

TOIVO, Raisa, Witchcraft and Gender in Early Modern Society. Finland and the Wider European Experience, Aldershot, Ashgate, 2008.

VAN HOUTS, Elisabeth(dir.) Medieval Memories. Men, Women and the Past 700-1300, Women and Men in History, New York, Logman, 2001.

VAN HOUTS, Elisabeth, History and Family Traditions in England and the Continent 1000-1200, Aldershot, Ashgate, 1999.

VAN HOUTS, Elisabeth, Memory and Gender in Medieval Europe 900-1200, London, MacMillan Pres, 1999.

WARD, Jennifer, English Noblewomen in the Later Middle Ages, New York, Longman, 1992.

WATT, Diane, ‘Gender and Sexuality’, in A Companion to Middle English Hagiography, dir. par. SALIH, Sarah, Woodbridge, Boydell and Brewer, 2006, pages. 104-21.

WATT, Diane, ‘Saint, witch, man, maid or whore? Joan of Arc and Writing History’, dans Medieval Virginities, dir. par. BERNAU, Anke, EVANS, Ruth and SALIH, Sarah, Cardiff, University of Wales Press, 2003, pages 213-233.

WATT, Diane, ‘Virginal Effects: Text and Identity in Ancrene Wisse’, dans Gender and Holiness, dir. par. RICHES, Samantha J. E. and SALIH, Sarah, London, Routledge, 2002, pages 36-48.

WATT, Diane, Amoral Gower: Language, Sex, and Politics in Confessio Amantis, Minneapolis, University of Minnesota Press, 2003.

WATT, Diane, Medieval Women's Writing: Writing By and For Women,Cambridge, Polity Press, 2007.

WATT, Diane, Secretaries of God: Women Prophets in Late Medieval and Early Modern England, Cambridge, D.S. Brewer, 1997.

WILKINSON, Louise J., 'Joan, wife of Llywelyn the Great', dans Thirteenth Century England X, dir. par PRESTWICH, M., BRITNELL, R. H. and FRAME, R., Woodbridge, Boydell, 2005, pages 81-94 .

WILKINSON, Louise J., 'The rules of Robert Grosseteste reconsidered: the lady as estate and household manager in thirteenth-century England', in The medieval household in Christian Europe, c. 850-c. 1550: managing power, wealth, and the body, dir. par BEATTIE, C., MASLAKOVIC, A. and REES JONES S., Turnhout, Brepols, 2003, pages 294-306.

WILKINSON, Louise J., Women in Thirteenth-Century Lincolnshire, Woodbridge, Boydell Press, 2007.
WILKINSON, Louise J., ‘Women as Sheriffs in Early Thirteenth Century England’, dans English Government in the Thirteenth Century, dir. par JOBSON, Adrian, Woodbridge, Boydell Press, 2004.

WOGAN-BROWNE, Jocelyn with BURGESS Glyn S., Virgin Lives and Holy Deaths: Two Exemplary Biographies for Anglo-Norman Women, London, Dent, 1996.

WOGAN-BROWNE, Jocelyn, Guidance for Women: Letters to Women in Twelfth Century Convents in England and France, Cambridge, D.S. Brewer, 2003.

WOGAN-BROWNE, Jocelyn, Saints' Lives and the Literary Culture of Women, c. 1150-c. 1300: Virginity and its Authorization, Oxford, Oxford University Press, 2001.

Information sur Internet

UK Gender and Medieval Studies Group:
http://www.medievalgender.co.uk

Gestamóttakan - IX Nordic Women's and Gender History Conference:
http://www.yourhost.is/9th-nordic-women-and-gender-historians-conference/sessioner-och-abstracts.html

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sari Katajala-Peltomaa, « L’Angleterre et la Scandinavie : de l’histoire des femmes à l’histoire du genre », Genre & Histoire [En ligne], 3 | Automne 2008, mis en ligne le 14 décembre 2008, consulté le 23 octobre 2017. URL : http://genrehistoire.revues.org/351

Haut de page

Auteur

Sari Katajala-Peltomaa

Chercheuse - Département d’histoire et de philosophie - Université de Tampere (Finlande)

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Genre & histoire est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page