Navigation – Plan du site
Articles
Les médiévistes et l'histoire du genre en Europe

La France : une délicate appropriation du genre

Caroline Jeanne

Résumés

Les médiévistes français font depuis quelques années une place au genre dans leur production historiographique. L’émergence de ce nouvel outil s’inscrit dans une continuité avec l’histoire des femmes telle qu’elle s’est constituée depuis les années 1970, sous l’influence par exemple de George Duby et de Christiane Klapisch-Zuber. Cependant, en France, les réticences demeurent nombreuses, en raison d’une difficile appropriation du mot « genre », mais également d’une réflexion théorique encore balbutiante sur le concept, dont il ressort pour l’instant le souci de faire du genre un outil d’investigation historique parmi d’autres. Dès lors, les analyses de genre proposent un renouvellement certain de certains thèmes, parmi lesquels la famille, la parenté, le pouvoir ou les conflits, et l’apparition de nouveaux questionnements, par exemple sur la masculinité.

Haut de page

Entrées d’index

Mots-clés :

Historiographie
Haut de page

Texte intégral

  • 1  J.Cl. Schmitt, O. G. Oexle (dir.), Les tendances actuelles de l’histoire du Moyen Âge en France et (...)
  • 2  Op. cit., p. 577.

1En 2002, Jacques Dalarun, Danielle Bohler et Christiane Klapisch-Zuber dressaient un bilan instructif des recherches sur les femmes et le genre dans l’ouvrage collectif intitulé Les tendances actuelles de l’histoire du Moyen Âge en France et en Allemagne1. Les auteurs pointaient un intérêt certain des médiévistes français pour l’histoire des femmes, mais regrettaient que le concept de genre demeure peu utilisé, et peu débattu au regard des discussions passionnées qu’il engendrait à la même époque dans d’autres pays, et notamment aux Etats-Unis. Quelques explications furent avancées : la timidité des historiens français, leur gêne devant les enjeux d’une histoire du genre, la crainte de l’isolement, mais les auteurs invitaient à persévérer dans la voie du genre, présentant celui-ci comme « une des terres les plus excitantes à explorer »2.

2Qu’en est-il six ans plus tard ? Si l’on relève, comme cela avait été fait en 2006, les apparitions du mot genre ou gender dans les titres de la bibliographie de la Société des Historiens Médiévistes de l’Enseignement Supérieur Public, on constate que les progrès sont minces : à l’article de Michel Lauwers, le seul signalé en 2002 (Lauwers, 1995), ne s’ajoutent que deux références supplémentaires (Offenstadt, 2001, Lett, 2003). L’emploi du mot « genre » dans les titres des publications, s’il ne reflète pas à lui seul la vitalité du concept en histoire médiévale, est un bon indicateur de son utilisation et de sa visibilité. Un dépouillement des champs de recherche indiqués dans ce même annuaire donne des résultats tout aussi éloquents : dix médiévistes français y font figurer le mot « femmes », qui apparaît aussi dans d’autres formulations (« mystique féminine », « femmes de pouvoir », « histoire des femmes », une occurrence pour chaque expression). En revanche, le mot « genre » n’est indiqué comme champ de recherche que dans trois cas.

  • 3  http://shmesp.ish-lyon.cnrs.fr/

3On peut cependant souligner que la bibliographie en ligne de la Société des Historiens Médiévistes de l’Enseignement Supérieur Public3 contient désormais une sous-catégorie distincte de la catégorie « histoire des femmes », et intitulée « histoire des genres ». Cette sous-catégorie rassemble 41 références. C’est très peu au regard de la catégorie « histoire des femmes » qui compte 271 références, mais l’existence d’une rubrique consacrée spécifiquement au genre manifeste à elle seule la reconnaissance d’un champ de recherche qui émerge dans la production historiographique française. Et la Société des Historiens Médiévistes n’est pas la seule à faire désormais une place au genre. Quelques laboratoires de recherche, certes peu nombreux encore, intègrent depuis quelques années une réflexion sur le genre : parmi eux, le sous-axe « Genre et société » du Laboratoire de Médiévistique Occidentale de Paris, dont les travaux s’intègrent dans une étude des comportements et du lien social au Moyen Âge, ou encore – mais il ne s’agit pas spécifiquement d’un laboratoire d’histoire médiévale – , le laboratoire d’histoire de l’Université Rennes 2 qui a réuni de 2002 à 2004 un colloque et plusieurs journées d’études transpériodiques mettant sans ambiguïté le genre au centre de la réflexion. Ce travail a donné lieu à deux publications : Le genre face aux mutations, et Genre et événement, auxquelles des médiévistes ont apporté leur contribution (Capdevila, 2004 et 2006).

4Si le mot « genre » est donc devenu, très récemment, plus familier aux médiévistes français, reste à savoir quel usage ils en font, et si cet usage va de pair avec la construction d’une histoire du genre à la française considérant qu’au-delà d’un mot, le genre est également un  concept opératoire.

Genèse du genre en histoire médiévale. Histoire des femmes, histoire du genre : une certaine continuité

5Revenons d’abord sur la genèse du mot et du concept. L’émergence d’une histoire du genre, en France, s’appuie sur des travaux d’historiennes et d’historiens qui ont ouvert des pistes fécondes dans le champ de l’histoire des femmes ou des catégories sociales. Nous l’avons vu, au sein de la Société des Historiens médiévistes, ceux qui inscrivent leurs travaux dans le champ de l’histoire des femmes sont beaucoup plus nombreux que ceux qui se placent dans la perspective du genre. De fait, l’histoire des femmes au Moyen Âge constitue depuis les années 1970 un chantier fondamental, qui a donné lieu à des publications nombreuses et très stimulantes. Les travaux de G. Duby, de J.-L Flandrin, de C.‹ Gauvard, de C. Klapisch-Zuber ou de R. Le Jan, pour ne citer qu’eux, ont ouvert une réflexion sur le rôle et la place des femmes dans la société médiévale, sur les pratiques féminines, sur les rapports entre masculin et féminin, à une époque où le concept de genre n’avait pas encore traversé l’Atlantique. L’ouverture du Dimanche de Bouvines, qui présente la mise en scène des rôles masculins et féminins lors de la bataille, est à cet égard exemplaire (Duby, 1973). Georges Duby n’a eu de cesse d’explorer ce terrain en s’intéressant au mariage (Duby, 1981), à l’amour (Duby, 1987), aux femmes (Duby, 1995-1996). Si le travail de Georges Duby est parti d’une réflexion sur la domination masculine, il a progressivement réévalué la place, le rôle et les pouvoirs des femmes, allant ainsi à l’encontre d’une vision figée des rapports de sexe au Moyen Âge. Dans cette perspective, les travaux de Claude Gauvard sur la criminalité ont engagé une réflexion sur la construction socioculturelle du masculin et du féminin, dans des chapitres qui loin d’isoler le cas féminin, prenaient soin de traiter du couple ou conjointement des homme et des femmes (Gauvard, 1991).

  • 4  Histoire des femmes en Occident, G. Duby et M. Perrot (dir.), Paris, Plon, t. 2 : Le Moyen Âge, Ch (...)

6Au moment où il apparaît explicitement dans l’histoire médiévale française, le genre s’inscrit dans un lien de continuité, plutôt que de rupture, avec l’histoire des femmes. De fait, cette histoire des femmes, qui s’élabore à partir de sources produites essentiellement par des hommes, a d’emblée entretenu un lien étroit avec l’histoire des représentations. Or, le concept de genre met précisément au centre la question des représentations du masculin et du féminin. Deux textes montrent bien cette filiation : l’introduction à la collection Histoire des femmes en Occident et l’article Masculin/Feminin du Dictionnaire raisonné de l’Occident médiéval (Klapisch-Zuber, 1999). Georges Duby et Christiane Klapisch-Zuber se sont tous deux montrés attentifs aux perspectives de l’histoire des femmes, avant d’être parmi les premiers à s’intéresser au genre, à la signification de ce concept et à ce qu’il pourrait apporter à la médiévistique française. Ainsi, dès 1990, le texte introductif à la monumentale Histoire des femmes en Occident, rédigé par Georges Duby et Michelle Perrot, invite, malgré le titre de l’ouvrage, à faire une « histoire résolument relationnelle qui interroge la société toute entière et qui est, tout autant, histoire des hommes »4. Un fondement essentiel de l’histoire du genre était posé : récuser une histoire androcentrée tout en prenant ses distances avec une histoire strictement féminine. L’analyse des modes de relation entre hommes et femmes s’impose dès lors comme problématique essentielle du genre. Parallèlement, cette introduction propose une acceptation du genre en lien avec d’autres variables, telles que la classe, la race, la nationalité ou l’orientation sexuelle. De cette manière, la problématique du genre vise également à rendre compte des identités multiples des individus et des groupes.

7Dans l’introduction au volume sur le Moyen Âge, Christiane Klapisch-Zuber veille à prendre en compte les problématiques liées au genre, et propose précocement une définition de ce concept :

  • 5  Op. Cit., p. 14.

« Ce qu’il est convenu d’appeler « genre » est le produit d’une réélaboration culturelle que la société opère sur cette prétendue nature [féminine] : elle définit, considère – ou déconsidère -, se représente, contrôle les sexes biologiquement qualifiés et leur assigne des rôles déterminés. Ainsi, toute société définit culturellement le genre et subit en retour un biais sexuel. Répétons ce qu’a très bien dit une anthropologue américaine : « le genre est une division des sexes socialement imposée […], un produit des rapports sociaux de sexualité » qui « transforme mâles et femelles en « hommes » et « femmes » »5.

8Ainsi, avec l’Histoire des Femmes en Occident, le travail de déconstruction des différences entre hommes et femmes, ou entre masculin et féminin, était lancé.

  • 6  Ch. Klapisch-Zuber, « Masculin/Féminin », dans J. Le Goff et J.-Cl. Schmitt (dir.), Dictionnaire r (...)

9Quelques années plus tard, en 1999, Christiane Klapisch-Zuber introduit l’article masculin/féminin du Dictionnaire raisonné de l’Occident médiéval en insistant sur l’articulation du masculin avec le féminin au Moyen Âge, et s’inscrit dans la perspective relationnelle du genre en soulignant que « l’ambition de beaucoup, aujourd’hui, est de saisir la part que les rapports entre les sexes occupent dans l’ensemble des rapports sociaux. »6 Il s’agit d’analyser les définitions du masculin et du féminin élaborées à l’époque médiévale pour poser un regard neuf sur le déséquilibre marquant les rapports de sexe dans le jeu social.

Les réticences des médiévistes français

10Malgré ces invitations enthousiastes à investir l’histoire du genre et à appliquer ses problématiques à l’étude de l’époque médiévale, le concept reste très peu utilisé chez les médiévistes français avant les années 2000. Deux raisons peuvent être avancées, l’une concerne la difficile appropriation du mot « genre » et l’autre une réflexion théorique encore balbutiante sur le concept.

11Tout d’abord, on constate en France d’évidentes difficultés à s’approprier et à utiliser le mot « genre ». Les expressions « rapports de sexe » ou « rapports sociaux de sexe » ont longtemps été préférées à la notion de genre, jugée trop floue. Ce vocabulaire est en adéquation avec l’approche matérialiste féministe qui caractérise la recherche en sciences humaines des années 1970, par exemple la sociologue Christine Delphy. Par ailleurs, l’utilisation telle quelle du terme anglo-saxon gender rappelle le legs tout autant que la méfiance vis-à-vis des travaux américains et montre que l’appropriation est difficile. Cette utilisation correspond parfois à une certaine mise à distance, quand il s’agit de se démarquer publiquement et de critiquer la « gender history anglo-saxonne », à laquelle les médiévistes français adressent des reproches variés : plaquer des problématiques contemporaines sur la société médiévale, ou masquer le rapport de domination homme/femme, comme le déplore la médiéviste américaine Judith Benett, qui met l’accent sur la continuité qui caractériserait la position dévalorisée des femmes au Moyen Âge.

  • 7  Voir le texte complet en ligne : http://www.education.gouv.fr/bo/2005/34/CTNX0508542X.htm
  • 8  Frédérique Villemur a consacré sa thèse soutenue à l’Université de Paris VII en 1991 aux Figures d (...)

12Force est de constater que les médiévistes français manipulent toujours de façon assez maladroite ce terme de genre. La bibliographie de la Société des Historiens Médiévistes hésite dans ses rubriques entre le pluriel (« histoire des genres ») et le singulier (Genre et pouvoir/sexualité/sacré), et les publications des médiévistes oscillent entre les mots anglais (gender, gender history), le vocable francisé (genre, histoire genrée), sans oublier l’utilisation aléatoire de guillemets ou autres italiques qui sont autant de marqueurs d’un concept mal maîtrisé. La recommandation récente (22 juillet 2005) de la commission de terminologie d’abandonner l’utilisation du mot « genre » pour traduire gender ne simplifie pas les choses. Elle propose comme équivalent le mot « sexe », qui « s’avère parfaitement adapté dans la plupart des cas pour exprimer la différence entre hommes et femmes, y compris dans sa dimension culturelle, avec les implications économiques, sociales et politiques que cela suppose. »7. Or, tout un pan de la réflexion sur le genre consiste précisément à le distinguer du sexe : quand le premier fait référence à la classification sociale en masculin et en féminin, le second renvoie aux différences biologiques entre homme et femme. On pense par exemple aux travaux sur le travestissement, la thèse inédite de Frédérique de Villemur sur les figures de l’androgynie à la Renaissance8 ou l’article de Didier Lett sur un fabliau de Rutebeuf (Lett, 2005). Dans ce récit, quand l’héroïne - une jeune fille - se travestit en moine franciscain, elle adopte un genre dévolu au sexe masculin sans pour autant modifier son identité sexuée.

13Aux difficultés d’utilisation du mot « genre » s’ajoute la faiblesse de la réflexion théorique sur le concept et son utilisation en histoire médiévale. Depuis les bases méthodologiques posées par Georges Duby et Christiane Klapisch-Zuber dans les années 1990, peu de médiévistes se sont penchés sur l’outil genre pour en percevoir nettement les apports pour le Moyen Âge, pour circonscrire son utilisation ou pointer ses limites. Dès lors, il manque manifestement aux historiens de cette période une armature théorique leur permettant de manipuler le concept, de clarifier son usage et d’éviter que le terme « genre » se diffuse en histoire médiévale par simple effet de mode, comme cela se constate dans d’autres disciplines ou dans d’autres pays. Aux Etats-Unis particulièrement, on reproche parfois au genre, Joan Scott en tête, de se transformer en mot creux, en simple label. Parmi les tentatives de clarification du concept, on retiendra l’article paru dans Hypothèses 2004, dans lequel I. Brian, D. Lett,V. Sebillotte-CuchetetG. Verdo voient dans le genre une « démarche », davantage qu’un contenu (Brian, 2004). Le genre y est présenté comme une méthode permettant le réexamen d’anciennes grilles de lecture à travers la remise en cause du caractère stable et historiquement construit de certaines catégories (homme, femme, masculin, féminin). Les auteurs insistent également sur son statut de critère de différenciation parmi d’autres, et l’importance de le mettre en lien avec d’autres variables opératoires, telles que l’âge, la richesse, le milieu social, le statut juridique, l’appartenance urbaine ou rurale, ou encore la position dans la parenté. Le genre est perçu comme un outil d’investigation historique parmi d’autres, ne pouvant à lui seul fournir une analyse complète. On  observe de fait en France le souci de ne pas faire du genre une théorie globalisante, mais de lui ménager une place aux côtés d’autres outils. C’est ce qu’il ressort également du numéro récent (paru en 2007) de la revue Sociétés & Représentations, qui interroge les pratiques de chercheurs (historiens, politologues, sociologues) et fait une place à la période médiévale : Christiane Klapisch-Zuber y revient sur son appropriation empirique du genre, défini comme une démarche de déplacement du regard et de changement de point de vue, influencé par les travaux de l’anthropologie. On remarque cependant que les réflexions autour du genre donnent souvent lieu à des travaux transpériodiques ou pluridisciplinaires dans lesquels les médiévistes sont encore très nettement en retrait ou totalement absents, par exemple dans les ouvrages collectifs Le genre comme catégorie d’analyse. Sociologie, histoire, littérature (Fougeyrollas-Schwebel, 2003) ou Quand les femmes s’en mêlent. Genre et pouvoir (Bard, 2004).

Tableau d’une histoire du genre « en construction » en France

14Si la médiévistique française semble peu réceptive aux problématiques et aux méthodes du genre, qu’elle utilise rarement de façon explicite, on peut néanmoins lire une influence du concept de genre dans les renouvellements considérables que connaissent certains thèmes, et dans l’émergence de certains questionnements.

15Tout d’abord, l’histoire du genre s’est établie en histoire médiévale à partir de quelques postes d’observations privilégiés, qui se sont plus précocement ouverts aux analyses de genre, par exemple le thème de la famille et de la parenté, déjà très investi par l’histoire des femmes et considérablement renouvelé depuis lors. Des études récentes centrent leur réflexion sur la construction ou la déconstruction du masculin et du féminin, sur les relations entre hommes et femmes au sein des familles, des couples ou des fratries. Ainsi, l’ouvrage d’Emmanuelle Santinelli sur le veuvage féminin au Haut Moyen Âge n’omet pas de mettre en rapport la situation des veuves et celle des veufs (sur la question du remariage, de la gestion du patrimoine…) pour dégager finement les spécificités de cette catégorie de femmes par rapport à leurs homologues masculins (Santinelli, 2003). Dans son article sur les fratries médiévales, telles qu’elles apparaissent dans la littérature exemplaire, Didier Lett analyse la relation adelphique comme une relation de genre, ce qui permet d’établir que les qualités, les vices et les vertus, sont répartis en fonction du rang de naissance mais aussi en fonction du sexe des membres de la fratrie ou de la sororie (Lett, 2003).

16Depuis quelques années les analyses de genre sont appliquées timidement mais avec profit à d’autres thématiques, parmi lesquelles la question du pouvoir et celle des conflits.

17En ce qui concerne la question du pouvoir, l’introduction du numéro de Médiévales consacré en 2005 aux princes et princesses à la fin du Moyen Âge regrette que l’historiographie française soit dans ce domaine à la fois très dynamique mais encore peu ancrée dans les problématiques du genre. Le dynamisme est patent, comme l’illustrent les deux colloques récents tenus en 2006 à Lille-Bruxelles (« Femmes de pouvoir et femmes politiques », février 2006) et de Valenciennes (« Femmes de pouvoir et pouvoir des femmes », avril 2006), dont les actes sont à paraître. L’étude des femmes par le prisme du pouvoir permet d’éclairer ces périodes pendant lesquelles la domination masculine passe au second plan, et perd son statut d’invariant historique. Cependant, les questionnements de genre peinent à percer : quelle est la part du masculin et du féminin dans l’art de régner ? En quoi les pratiques du pouvoir féminin diffèrent-elles de celles du pouvoir masculin au Moyen Âge ? L’accès au pouvoir durcit-il les oppositions de genre ? Autant de questions qui sont pour l’instant peu considérées. Parallèlement, l’étude des conflits comme source de renouvellement ou de perturbation des assignations de genre apparaît dans l’historiographie française comme un champ encore discret mais prometteur. Des travaux, portant surtout sur le bas Moyen Âge, montrent par exemple comment la guerre de Cent ans a donné lieu à certains ajustements dans les rapports de genre : les articles de Sophie Cassagnes-Brouquet sur le thème iconographique des Neuf Preuses(Cassagnes-Brouquet, 2004), de Nicolas Offenstadt sur le rôle des femmes dans le règlement de la paix(Offenstadt, 2001), ou de Mireille Vincent-Cassy sur le viol des jeunes filles comme thème de propagande politique (Vincent-Cassy, 2001) exposent ces inflexions du rôle et des représentations dévolus aux femmes et aux hommes en temps de crise.

18On peut souligner enfin, dans cette histoire médiévale du genre « à la française », un approfondissement de la question de la partition entre masculin et féminin. Loin de conforter l’idée d’une dichotomie indépassable entre hommes et femmes, les analyses de genre, pour d’autres périodes ou d’autres disciplines, partent de l’idée selon laquelle il existe une pluralité de masculins et de féminins, et de fortes hiérarchies entre eux, qui diffèrent selon les époques ou les aires géographiques. Les travaux de Judith Butler, de ce point de vue, ont influencé les historiens, surtout contemporanéistes pour l’instant. Dans son ouvrage Gender Trouble, elle s’oppose aux féministes qui décrivent les femmes comme un groupe aux caractéristiques communes, renforçant ainsi le modèle binaire. Elle s’intéresse au contraire aux phénomènes de confusion et de profusion des identités (Butler, 1990). Depuis peu, l’historiographie médiévale s’engage avec profit dans cette voie, qui met en avant la fluidité des identités. Les travaux sur le pouvoir interrogent par exemple la virilité des femmes qui parviennent à y accéder et creusent cette question de la virago abordée par Georges Duby dans ses Dames du XIIe siècle. Dans le volume de textes offerts à Christiane Klapisch-Zuber, Karen Meyer-Roux propose une analyse des représentations picturales de la prophétesse Anne en Toscane, et souligne que les qualités viriles qui lui sont attribuées contribuent à atténuer son caractère inquiétant de vetula (Meyer-Roux, 2006).

19Si le genre a suscité nombre de travaux sur la place des femmes dans la société médiévale, les perspectives relationnelles de ce concept ouvrent également la voie à des recherches sur l’histoire du masculin et de la masculinité. Le genre ne peut éluder l’étude des hommes en tant qu’êtres sexués, tel est le postulat de départ des Men’s Studies américaines. Des recherches récentes s’attachent à historiciser les procédures de construction de la masculinité, de la virilité ou de la paternité. L’histoire des pères et de la paternité (Delumeau, 1990), a ouvert une voie féconde qu’ont approfondie Jérôme Baschet (Baschet, 2000), Didier Lett (Lett, 1997) ou plus récemment Paul Payan qui relit la question de la paternité médiévale à travers la figure de Joseph (Payan, 2006). Dans les mélanges offerts à Christiane Klapisch-Zuber, la gent masculine tient une place importante, à travers des portraits de saint (Redon, 2006) ou de marchand (Greisalmmer, 2006). Le colloque international et transpériodique « Histoire des hommes et des masculinités », qui se tiendra à Lyon en juin 2009, s’inscrit pleinement dans ces perspectives.

20Au terme de ce bilan, à l’heure où le concept de genre, utilisé à outrance aux Etats-Unis, semble avoir perdu de sa force de provocation et sa valeur heuristique, l’histoire médiévale du genre, en France, n’en est qu’au stade de la construction et de l’élaboration. Ce n’est pas le cas pour toutes les périodes historiques : les médiévistes accusent par exemple un retard conséquent par rapport aux contemporanéistes, investis plus précocement et plus dynamiquement dans les analyses de genre qui ont désormais toute légitimité intellectuelle. C’est ce qui ressort nettement du chapitre supplémentaire de la nouvelle édition de l’ouvrage de Françoise Thébaud, Écrire l’histoire des femmes, intitulé « le temps du genre et de la reconnaissance » (Thébaud, 2007) ou des tables des matières de la revue Clio. Histoire, Femmes et Sociétés.

21Par ailleurs, les médiévistes apparaissent peu investis dans le dynamisme institutionnel et associatif autour du genre en France, dont on ne peut que se réjouir. Citons entre autres l’association Mnémosyne pour le développement de l’histoire des femmes et du genre, et sa revue électronique Genre et Histoire dont le premier numéro fut mis en ligne à l’automne 2007 ; l’association Efigies réunissant de jeunes chercheuses et chercheurs de toutes disciplines en études sur le genre et le féminisme ; le RING (réseau universitaire et interdisciplinaire national sur le genre, né à Paris VII) ; l’Institut Émilie du Châtelet pour le développement et la diffusion des recherches sur les femmes, le sexe et le genre, créé en 2006 ; ou encore Musea, projet original de l’université d’Angers pour mettre en valeur les recherches qui intègrent la dimension du genre en lettres, langues et sciences humaines (on y trouve une exposition virtuelle sur les genres de Jeanne d’Arc, une autre sur l’amour courtois). Autant d’initiatives où pour l’instant, les médiévistes français se font assez rares, mais au sein desquelles ils sont invités à se faire une place.

Haut de page

Bibliographie

Au cloître et dans le monde. Femmes, hommes et sociétés (IXe-XVe siècles). Mélanges en l’honneur de Paulette L’Hermite-Leclercq, textes réunis par P. Henriet et A.-M. Legras, Paris, Presses de l’Université de Paris-Sorbonne, 2000.

Autour de Marguerite d’Écosse. Reines, princesses et dames du XVe siècle, P. et G. Contamine éd., Paris, Champion, 1999.

Baschet, Jérôme, Le sein du père. Abraham et la paternité dans l’Occident médiéval, Paris, Gallimard, 2000.

Bard, Christine, Baudelot, Christian, Mossuz-Lavau, Janine (dir.), Quand les femmes s’en mêlent. Genre et pouvoir, Paris, La Martinière, 2004.

Bougard, François, Feller, Laurent, Le Jan, Régine (dir.), Dots et douaires dans le haut Moyen Âge, Rome, EFR, 2002.

Brian, Isabelle, Lett,Didier, Sebillotte-Cuchet, Violaine, Verdo, Geneviève, « Le genre comme démarche », Hypothèses 2004, Publications de la Sorbonne, p. 277-295.

Bührer-Thierry, Geneviève, « La reine adultère », Cahiers de Civilisation médiévale, 35, 1992, p. 299-312.

Bührer-Thierry, Geneviève, « Femmes et patrimoines dans le haut Moyen Âge occidental. Nouvelles approches », Hypothèses 2004, Publications de la Sorbonne, p. 323-331.

Bührer-Thierry, Geneviève, Lett, Didier, Moulinier-Brogi, Laurence, « Histoire des femmes et histoire du genre dans l’Occident médiéval », Historiens et Géographes, 392, octobre 2005, p. 135-146.

Butler, Judith, Gender Trouble: Feminism and the Subversion of Identity, New York, Routledge, 1990. Trad. fr. Trouble dans le genre. Le féminisme et la subversion de l’identité, Paris, La Découverte, 2005.

Capdevila, Luc, Cassagnes, Sophie, et alii, Le genre face aux mutations. Masculin et féminin, du Moyen Âge à nos jours, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2004.

Capdevila, Luc, Bergere, Marc (dir.), Genre et événement. Du masculin au féminin en histoire des crises et des conflits, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2006.

Cassagnes-Brouquet, Sophie, « Les Neuf Preuses, l’invention d’un nouveau thème iconographique dans le contexte de la Guerre de Cent ans », dans L. Capdevila et alii, Le genre face aux mutations. Masculin et féminin, du Moyen Âge à nos jours, Rennes, PUR, 2004, p. 279-289.

Cassagnes-Brouquet, Sophie, « L’intervention du genre dans l’événement. Les massacres parisiens de 1418 et le meurtre d’une femme », dans L. Capdevila, M. Bergère (dir.), Genre et événement. Du masculin au féminin en histoire des crises et des conflits, Rennes, PUR, 2006, p. 55-67.

Courtemanche, Andrée, La richesse des femmes. Patrimoines et gestion à Manosque au XIVe siècle, Paris-Montréal, Vrin-Bellarmin, 1993.

Dalarun, Jacques, Bohler, Danielle, Klapisch-Zuber, Christiane, « La différence des sexes », dans J.-Cl. Schmitt et O. G. Oexle (dir.), Les tendances actuelles de l’histoire du Moyen Âge en France et en Allemagne, Paris, Presses Universitaires de la Sorbonne, 2002, p. 561-582.

Delumeau, Jean, Roche, Daniel, Histoire des pères et de la paternité, Paris, Larousse, 1990, réed. 2000.

Duby, Georges, Le dimanche de Bouvines, Paris, Gallimard, 1973.

Duby, Georges, Le chevalier, la femme et le prêtre. Le mariage dans la France féodale, Paris, Hachette, 1981.

Duby, Georges, Mâle Moyen Âge. De l’amour et autres essais, Paris, Flammarion, 1987, réed. 1990.

Duby, Georges, Dames du XIIe siècle, Paris, Gallimard, 1995-1996.

(En)quêtes de genre, L. Bargel, M. della Sudda, F. Matonti (dir.), Sociétés & Représentations, 24, 2007.

Être père à la fin du Moyen Âge, D. Lett (dir.), Cahiers de Recherches Médiévales (XIIIe-XVe siècles), 4, 1997.

La famille, les femmes et le quotidien (XIVe-XVIIIe siècle), textes offerts à Ch. Klapisch-Zuber et rassemblés par I. Chabot, J. Hayez, D. Lett, Paris, Publications de la Sorbonne, 2006.

Fougeyrollas-Schwebel, Dominique, Plante, Christine, Riot-Sarcey, Michèle, Zaidman, Claude (dir.), Le genre comme catégorie d’analyse. Sociologie, histoire, littérature, Paris, L’Harmattan, 2003.

Gauvard, Claude, « De grace especial ». Crime, État et société en France à la fin du Moyen Âge, Paris, Publications de la Sorbonne, 1991, chap. 7 : « Homme et Femme », et 13 : « Le couple ».

Flandrin, Jean-Louis, L’Église et le contrôle des naissances, Paris, Flammarion, 1970, réed. 2006.

Flandrin, Jean-Louis, Un temps pour embrasser, Paris, Seuil, 1983.

Greisalmmer, Myriam, « Le syndrome de Cepparello ou le fabuleux destin du manuel d’éducation d’un marchand piémontais en pays flamand au XVIe siècle », dans La famille, les femmes et le quotidien (XIVe-XVIIIe siècle), textes offerts à Ch. Klapisch-Zuber et rassemblés par I. Chabot, J. Hayez, D. Lett, Paris, Publications de la Sorbonne, 2006, p. 127-159.

Histoire des femmes en Occident, G. Duby et M. Perrot (dir.), Paris, Plon, t. 2 : Le Moyen Âge, Ch. Klapisch-Zuber (dir.), Paris, Plon, 1991.

Jacquart, Danièle, Thomasset, Claude, Sexualité et savoir médical au Moyen Âge, Paris, Presses Universitaires de France, 1985.

Klapisch-Zuber, Christiane, La maison et le nom. Stratégies et rituels dans l’Italie de la Renaissance, Paris, Éditions de l’École des Hautes Études en Sciences Sociales, 1990.

Klapisch-Zuber, Christiane, « Masculin/Féminin », dans J. Le Goff et J.-Cl. Schmitt (dir.), Dictionnaire raisonné de l’Occident médiéval, Paris, Fayard, 1999, p. 655-668.

Lauwers, Michel, « L’institution et le genre. À propos de l’accès des femmes au sacré dans l’Occident médiéval », Clio. Histoire, femmes et sociétés, 2, 1995, p. 279-317.

Le Jan, Régine, Femmes, pouvoir et société dans le haut Moyen Âge, Paris, Picard, 2001.

Lett, Didier, Famille et parenté dans l’Occident médiéval (Ve-XVe siècle), Paris, Hachette, 2000.

Lett, Didier, « Genre et rang dans la fratrie dans les exempla de la fin du Moyen Âge (XIIIe-XVe siècles)", dans F. Godeau et W. Troubetzkoy (dir.), Fratries. Frères et sœurs dans la littérature et les arts de l'Antiquité à nos jours, Paris, Éditions Kimé, 2003, p. 151-157 

Lett, Didier, « L’habit ne fait pas le genre. Frère Denise (1262) de Rutebeuf : une jeune fille dans un couvent masculin », dans O. Redon et alii (dir.), Le désir et le goût. Une autre histoire (XIIIe-XVIIIe siècle), Saint-Denis, Presses Universitaires de Vincennes, 2005, p. 267-290.

Meyer-Roux, Karen, « Quella virile vedova : la prophétesse Anne comme veuve modèle dans la Toscane des XIVe et XVe siècles », dans La famille, les femmes et le quotidien (XIVe-XVIIIe siècle), textes offerts à Ch. Klapisch-Zuber et rassemblés par I. Chabot, J. Hayez, D. Lett, Paris, Publications de la Sorbonne, 2006, p. 215-237.

Offenstadt, Nicolas, « Les femmes et la paix à la fin du Moyen Âge : genre, discours, rites », dans Le règlement des conflits au Moyen Âge, Paris, Presses Universitaires de la Sorbonne, 2001, p. 317-333.

Parisse, Michel (dir.), Veuves et veuvage dans le haut Moyen Âge, Paris, Picard, 1993.

Princes et princesses à la fin du Moyen Âge, Médiévales, 48, 2005.

Payan, Paul, Joseph, une image de la paternité dans l’Occident médiéval, Paris, Aubier, 2006.

Pomata, Gianna, « Histoire des femmes, histoire du genre. Observations sur le Moyen Âge et l’Époque moderne dans l’Histoire des femmes en Occident », dans G. Duby et M. Perrot (dir.), Femmes et Histoire, Paris, Plon, 1993, p. 25-37.

Real, Isabelle, Vies de saints, vie de famille. Représentation et système de la parenté dans le royaume mérovingien (481-751) d’après les sources hagiographiques, Turnhout, Brepols, 2001.

Redon, Odile, « Le bienheureux qui aimait les femmes. Ambrogio Sansedoni (1220-1287) », dans La famille, les femmes et le quotidien (XIVe-XVIIIe siècle), textes offerts à Ch. Klapisch-Zuber et rassemblés par I. Chabot, J. Hayez, D. Lett, Paris, Publications de la Sorbonne, 2006, p. 238-250.

Santinelli, Emmanuelle, Des femmes éplorées ? Les veuves dans la société aristocratique du haut Moyen Âge, Villeneuve d’Ascq, Presses Universitaires du Septentrion, 2003.

Thebaud, Françoise, Écrire l’histoire des femmes et du genre, Lyon, ENS éditions, 2007.

Thiellet, Claire, Femmes, reines et saintes (Ve-XIe siècle), Paris, Presses de l’Université de Paris-Sorbonne, 2004.

Vincent-Cassy, Mireille, « Viol des jeunes filles et propagande politique en France à la fin du Moyen Âge », dans L. Bruit Zaidman, G. Houbre, Ch. Klapisch-Zuber, P. Schmitt-Pantel (dir.), Le corps des jeunes filles de l’Antiquité à nos jours, Paris, Perrin, 2001, p. 117-140.

Haut de page

Notes

1  J.Cl. Schmitt, O. G. Oexle (dir.), Les tendances actuelles de l’histoire du Moyen Âge en France et en Allemagne, Paris, Publications de la Sorbonne, 2002, p. 561-582.

2  Op. cit., p. 577.

3  http://shmesp.ish-lyon.cnrs.fr/

4  Histoire des femmes en Occident, G. Duby et M. Perrot (dir.), Paris, Plon, t. 2 : Le Moyen Âge, Ch. Klapisch-Zuber (dir.), Paris, Plon, 1991, p. 9.

5  Op. Cit., p. 14.

6  Ch. Klapisch-Zuber, « Masculin/Féminin », dans J. Le Goff et J.-Cl. Schmitt (dir.), Dictionnaire raisonné de l’Occident médiéval, Paris, Fayard, 1999, p. 656.

7  Voir le texte complet en ligne : http://www.education.gouv.fr/bo/2005/34/CTNX0508542X.htm

8  Frédérique Villemur a consacré sa thèse soutenue à l’Université de Paris VII en 1991 aux Figures de l’androgyne (dir. M. Perrot).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Caroline Jeanne, « La France : une délicate appropriation du genre », Genre & Histoire [En ligne], 3 | Automne 2008, mis en ligne le 14 décembre 2008, consulté le 27 avril 2017. URL : http://genrehistoire.revues.org/349

Haut de page

Auteur

Caroline Jeanne

Doctorante - Laboratoire de médiévistique occidentale de Paris (LAMOP) - Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Genre & histoire est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page