Navigation – Plan du site
Travaux soutenus
Masters

Dimitris Kataiftsis, Les révoltes de femmes lors de la collectivisation de l’agriculture en URSS. Le cas des régions nationales

Master 2 - Université Paris IV Sorbonne
Dimitris Kataiftsis

Texte intégral

1Un fait indiscutable pour quelques historiens qui voient dans le 20e, le siècle du communisme : Octobre 1917 est une date déterminante dans l’évolution historique des sociétés. En Russie, la date marque le début de la déstructuration des relations sociales et des comportements ancestraux par l’instauration d’une législation totalement neuve constituant une rupture de fond avec le passé tsariste.

2Pourtant, cette rupture de 1917 n’a pas produit les résultats espérés par les protagonistes. La NEP (Nouvelle Politique Economique), période de stabilité pour la jeune URSS, met certes fin au chaos du Communisme de Guerre mais elle est suivie par les réformes introduites dans le cadre du Premier Plan Quinquennal dont la plus importante est la collectivisation de l’agriculture soviétique qui inaugure une politique de répression dont le point culminant se situe dans les années 1936-1938. La collectivisation (1928-1933) qui a contribué à détruire les infrastructures sociales traditionnelles du monde rural a provoqué une résistance paysanne, souvent violente.

3Nous nous sommes intéressé aux milliers de manifestations de mécontentement des femmes dont un nombre considérable a abouti à un conflit ouvert avec les autorités locales. Le phénomène ne représente en aucune façon une réaction massive de toutes les femmes, mais concerne surtout la résistance de paysannes russes et ukrainiennes à la collectivisation. Une comparaison entre les révoltes prérévolutionnaires et celles de l’ère soviétique montre que le phénomène n’était toutefois pas nouveau : à la fin des années 20, il existait déjà dans la Russie tsariste.

4Les révoltes partagent des caractéristiques communes : souvent, les femmes prennent avec elles leurs enfants ; il y a des cris « hystériques », d’irascibilité. Un nombre considérable de révoltes féminines sont organisées par les hommes - afin d’échapper à l’arrestation, ils envoient les femmes en avant.

5L’attitude des femmes face aux nécessité des nouvelles reformes n’était pas unanime. Dans leur majorité, les femmes aisées et les femmes appartenant à la classe moyenne ont réagi avec hostilité envers les politiques collectivistes dont l’axe central était la socialisation des biens. En revanche, les pauvres qui n’avaient rien à perdre se sont plutôt rangées du côté bolchevique.

6Evidemment, le tableau n’est pas homogène. Les raisons qui ont conduit les femmes à s’organiser afin de conserver le mode de vie traditionnelle sont, entre autres : le mouvement antireligieux, la dékoulakisation (la solidarité envers leurs co-villageois, les « koulaks » - paysans aisés - liquidés en tant que classe, ou physiquement), la confiscation de la vache laitière qui garantissait le lait nécessaire pour l’alimentation des enfants, etc.

7Les archives soviétiques montrent un nombre assez considérable de révoltes féminines où les femmes constituent une « arme » entre les mains de la résistance paysanne, résistance dans laquelle le « koulak » soviétique joue un rôle de premier plan. Un grand nombre de documents soviétiques indiquent que la responsabilité tombait sur les épaules des « koulaks » ou des popes, un fait qui permet de penser que ces derniers étaient des victimes expiatoires, toujours accusées. Il est difficile de distinguer alors si les femmes agissent de leur propre initiative ou si elles exécutent un projet, dont les hommes sont responsables de la formation.

8Lynne Viola, historienne, a étudié en détail le phénomène de la protestation féminine lors de la collectivisation en URSS, connu sous le terme babii bount. Elle souligne qu’il n’existe pas de protestation féminine hors de la RSFS de Russie et de la RSS d’Ukraine, accentuant aussi l’impossibilité de la manifestation de telles protestations dans les villages non- slaves. Il est vrai qu’il n’y a pas de vagues de protestation féminine en milieu rural des minorités nationales de l’URSS, pourtant les documents témoignent de cas isolés où les femmes manifestent leurs réactions négatives, soit seules soit dans le cadre de la résistance organisée de leur village.

9Il est également surprenant de voir des femmes des villages musulmans au premier rang ce que ne laisserait pas penser, au premier abord, les règles musulmanes en vigueur. On ne peut encore répondre à la question de l’existence d’un mouvement de protestation dans les villages minoritaires. Il faut poursuivre les recherches dans les archives nationales de la Fédération de la Russie.

10Tout en restant dans le cadre d’étude des minorités, nous avons conduit notre recherche autour de la réaction des femmes à la réforme agricole (collectivisation), radicale et sévère destinée à supprimer les structures traditionnelles de la société rurale. Nous avons choisi la population grecque, chrétienne et orthodoxe, dont les installations les plus compactes se trouvent au sud de l’Ukraine (Donbass), dans le Nord du Caucase, dans la péninsule de Crimée, en Abkhazie et en Géorgie.

11Après une présentation générale des communautés grecques de la région de la Mer Noire, l’étude a été centrée sur le sujet des femmes grecques et de leur place sociale dans les villages. La conservation des traditions orientales – restes d’un long voisinage entre Grecs et Turcs sur le territoire de l’Empire Ottoman que les Grecs ont commencé à abandonner durant les 19e et 20e siècles pour s’installer en Russie, dans le Caucase etc. – avait des effets négatifs sur la vie des femmes.

12Malgré cela, les grecques soit participaient à la « construction socialiste », soit elles étaient un bouclier contre la « vie nouvelle ». La majorité des réactions féminines contre la collectivisation concerne des questions religieuses – les femmes faisaient de leur mieux pour la conservation des coutumes locales et des fêtes religieuses. L’influence sur les femmes des popes, des « koulaks » grecs et de l’intelligentsia nationale est ici présente, comme on l’a vu dans les villages russes et ukrainiens.

13En guise de conclusion, il faut noter que la recherche effectuée autour des Grecques reste incomplète puisque nous n’avons pas eu accès à toutes les collections des archives soviétiques. Le sujet reste donc encore ouvert.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Dimitris Kataiftsis, « Dimitris Kataiftsis, Les révoltes de femmes lors de la collectivisation de l’agriculture en URSS. Le cas des régions nationales », Genre & Histoire [En ligne], 2 | Printemps 2008, mis en ligne le 15 juillet 2008, consulté le 19 octobre 2017. URL : http://genrehistoire.revues.org/337

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Genre & histoire est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page