Navigation – Plan du site
Travaux soutenus
Masters

Sabrina Cauchy, Les bouquetières-chapelières en fleurs à Paris sous l’Ancien Régime

Master 1 - Université Paris XII, 2007
Sabrina Cauchy

Texte intégral

  • 1  HURTAUT et MAGNY, Dictionnaire historique de la ville de Paris, 1779, article « Bouquetières ».
  • 2  Statuts et ordonnances des maîtresses bouquetières chapelières en fleurs de cette ville et faubour (...)

1Une bouquetière est une femme qui « fait ou agence des bouquets de fleurs naturelles », telle est la définition donnée par Hurtaut et Magny dans le Dictionnaire historique de la ville de Paris1au XVIIIe siècle. Profession existant dès le Moyen Age sous une autre forme, les chapelières de fleurs, c’est un métier entièrement féminin déjà ancien, bien que peu connu. Travaillant probablement pour les jardiniers, les bouquetières se sont constituées progressivement d’elles-mêmes en communauté distincte, prenant ainsi leur indépendance au XVe siècle. Leur communauté est officiellement reconnue par l’obtention de Statuts édictés par la Royauté au XVIIe siècle2. Faisant partie des petites professions de la vie parisienne, elles sont présentes au quotidien et deviennent ainsi des figures marquantes du peuple.

  • 3  Il n’existe pas de date « officielle » de regroupement des deux professions. Il s’agit d’une hypot (...)

2Profession relativement modeste en effectif en comparaison des autres communautés féminines, les bouquetières-chapelières (les deux professions ayant été regroupées en une seule dès le XVIe siècle3) n’en sont pas moins présentes dans le monde du travail et sont très impliquées dans la vie quotidienne du peuple de la capitale.

3Les sources mentionnant ces femmes sont certes très minces, mais sont relativement variées. Toutefois, cette quasi « absence » de sources exploitables pousse à mener une étude sur une longue période, les XVIIe et XVIIIe siècles : ainsi il est possible de mener à la fois une étude générale sur la profession en dégageant les moments clefs, positifs ou négatifs  pour les marchandes, tout en s’appuyant sur des exemples concrets. Cette étude est donc menée sur une période très vaste mais sur une ville en particulier : Paris.

4Les comportements et stratégies des communautés d’arts et métiers féminines sont comparables à ceux des  professions masculines. Les maîtresses marchandes savent tenir leur communauté, participent à la défense des intérêts communs et à la sauvegarde du métier.

5Aussi, notre objectif pour ce mémoire peut se décliner en plusieurs points : saisir avant toute chose ce qu’était le métier de bouquetière-chapelière en fleurs sous l’Ancien Régime.

6Quelles réalités des femmes à l’époque moderne la communauté des bouquetières-chapelières en fleurs dépeint-elle ?

7La réponse à cette question sera simple et se fera en deux temps : montrer l’existence, l’émergence et le fonctionnement d’une communauté féminine se revendiquant comme telle à travers l’étude du métier, de la vente et des caractéristiques globales de la profession.

8Le second temps sera consacré à la bouquetière en tant que personne : pourtant maîtresse d’une profession et dirigeante, elle reste avant tout une femme. Nous étudierons l’implication de ces femmes dans la vie quotidienne pour en arriver à évoquer la vision des contemporains, vision tiraillée entre la perception de la jolie jeune femme et la marchande des Halles, vision déformée par les illustrateurs qui se placent à la frontière entre réalité et allégorie.

I. Le métier de bouquetière-chapelière en fleurs

1. L’organisation et l’apprentissage du métier

9La société d’Ancien Régime est composée de nombreux métiers qui disposent chacun d’un statut propre et de privilèges. Souvent présentées par le terme anglais de « corporation », ces organisations sont qualifiées à l’époque moderne de « communautés d’arts et métiers », regroupements de membres d’une même profession. La société moderne distingue deux types de professions : les métiers dits « réglés » dont le statut peut varier d’une ville à l’autre et qui sont placés sous l’autorité et la garantie municipale ou seigneuriale, et les métiers dits « jurés » qui sont érigés par lettres patentes du Roi et dont les bouquetières-chapelières sont un exemple.

10Appartenir à un métier implique une certaine conduite à tenir : il faut ainsi respecter les règles imposées par les statuts. En tant que métier juré, la communauté des bouquetières-chapelières a une organisation fortement hiérarchisée, de type pyramidale : au sommet se trouvent les maîtresses jurées de la profession (elles disposent de pouvoirs sur les autres maîtresses, sur la marchandise ainsi que sur l’organisation du métier), les maîtresses bouquetières (elles dirigent le métier ; sont habilitées à l’exercer et ont pour but de sauvegarder les intérêts corporatistes de ce dernier), les compagnons (femmes qui ont déjà reçu un apprentissage et qui sont toujours nourries et logées par leurs maîtresses chez lesquelles elles perfectionnent leur formation), et enfin les apprenties (ce sont des jeunes filles qui viennent vivre chez une maîtresse dans le but d’apprendre un métier).

11Un métier juré est dirigé par une assemblée générale qui regroupe les maîtres de la profession. Elle coïncide souvent avec la réunion générale de la confrérie qui se tenait comme elle dans un couvent ou une église : celle de la communauté des bouquetières est celle de Saint Leufroy. Ces assemblées générales sont généralement l’occasion de décisions importantes pour la communauté et c’est au cours de ces dernières que les maîtresses jurées sont élues par vote. Chez les bouquetières, quatre jurées sont élues : cela se fait par groupe de deux tous les deux ans. On élit, en théorie, une « femme » (une femme mariée) et une « fille majeure » (femme ni mariée ni veuve). Une fois élues elles doivent prêter serment devant le procureur du roi.

  • 4  Article XXI, Statuts des Bouquetières chapelières en fleurs de Paris du 21 août 1677.

12Il faut également souligner le fait que la communauté des bouquetières chapelières est entièrement féminine : elle n’est composée que de femmes et de filles. Cet aspect est d’ailleurs précisé dans les statuts officiels de 16774.

13Chez les bouquetières, les fils ne peuvent pas reprendre l’affaire de leur mère de même que le veuf d’une maîtresse ne peut en aucun cas reprendre l’affaire de sa défunte femme. La communauté des bouquetières chapelières se veut donc entièrement féminine, se revendique comme tel et a surtout su faire respecter ce principe de féminisation de la profession durant tout l’Ancien Régime.

  • 5  OLIVIER-MARTIN, François, L’organisation corporative de la France d’Ancien Régime, Paris, Recueil (...)
  • 6  Délibération de la Communauté des Bouquetières et Chapelières en fleurs de Paris, AN, MC ET/XXXIV/ (...)

14L’apprentissage du métier suit un chemin relativement classique : après avoir effectué un temps d’apprentissage, la jeune fille doit composer un chef d’œuvre qui sanctionne la fin de la formation. La maîtresse ne peut engager qu’un nombre limité d’apprenties, c’est d’ailleurs l’une des différences majeures entre les métiers jurés et les métiers dont l’accès est libre. Ceci semble somme toute assez logique puisqu’une maîtresse ne peut former correctement qu’un petit nombre d’apprenties à la fois. Mais on peut voir une autre raison dans le fait de n’avoir qu’une ou deux apprenties : ne former qu’un petit nombre de personnes permet d’éviter « l’envahissement de la profession » (François Olivier-Martin5). Il semblerait que c’est bien ce que les bouquetières-chapelières ont cherché à faire, c’est-à-dire rester une petite communauté en n’acceptant que peu d’apprenties sur un temps d’apprentissage relativement long. Cette idée est d’ailleurs confirmée par la Délibération de la communauté du 18 septembre 17516.

15La plupart du temps, les apprenties sont conduites chez la maîtresse par leurs parents qui traitent directement cette dernière. Un contrat écrit est dressé, dans la majorité des cas devant notaires, et doit être enregistré auprès de la Communauté en question. Malheureusement il ne semble pas que la communauté des bouquetières-chapelières en fleurs ait tenu un registre de cette nature : dans aucun fonds d’archives il n’est fait mention d’une telle liste.

16Dans la majorité des cas, le contrat d’apprentissage est passé pour une durée de six années. Les conditions a tenir d’une part et d’autres sont somme toutes assez classiques : respect des règles et de la profession, honorer ses engagements pour l’apprentie et nourrir, loger et former audit métier la jeune femme en ce qui concerne la maîtresse bouquetière.

17Une fois la formation achevée, l’apprentie doit composer un chef d’œuvre, ce que l’on, pourrait assimiler à un examen de fin de parcours. Le chef-d’œuvre est une création personnelle qui doit être effectuée par l’apprentie en fin de formation. Dans notre cas il s’agit de composer un bouquet, une composition florale. Il est probable que les apprenties devaient également composer une couronne ou une guirlande de fleurs. L’aspirante bouquetière-chapelière est examinée durant la confection du chef d’œuvre par les jurées de la profession ainsi que par quatre anciennes bachelières. Le fait d’exiger la composition d’un chef d’œuvre est une garantie de savoir-faire et de capacité professionnelle. Une fois la composition achevée, elle est examinée par le bureau de la corporation qui procède à la réception du chef d’œuvre. S’il est jugé insuffisant en qualité, l’apprentie sera renvoyée chez sa maîtresse afin de parfaire son apprentissage. Si le chef d’œuvre correspond aux attentes, la jeune femme va pouvoir accéder au statut de maîtresse en payant en contrepartie des droits de maîtrise dont le montant est fixé par les statuts (chez les bouquetières il est de trois livres). Ces droits que les nouvelles maîtresses doivent payer représentent la participation aux dépenses communes.

18Il existe plusieurs façons d’exercer le métier de bouquetière-chapelière, ou pourrait-on dire différents statuts. Les plus nombreuses sont les maîtresses marchandes officielles, c’est-à-dire celles qui ont suivi l’apprentissage. Mais il existe aussi des bouquetières-chapelières qui n’ont pas le titre de maîtresse et qui n’ont pas effectué l’apprentissage. Ce sont de petites marchandes, officieuses, qui proposent des fleurs dans la rue. Elles n’ont aucun droit et ne font pas partie de la communauté. Elles font concurrence aux maîtresses officielles en envahissant la profession et en portant préjudice au métier.

2. La vente des fleurs

19Les bouquetières chapelières sont chargées de confectionner leurs bouquets, couronnes et guirlandes de fleurs. Néanmoins il semble peu probable qu’elles aillent se fournir elles-mêmes en marchandise et ont donc recours à des intermédiaires.

20Le premier point stratégique pour se fournir en matière première est le marché des Halles et plus précisément le marché aux fleurs. Ce commerce est tenu par les jardiniers-fleuristes qui, eux, vont s’approvisionner directement dans les jardins de la capitale et de la banlieue.

21Une fois les provisions de fleurs achetées, les maîtresses bouquetières disposent de plusieurs techniques pour les stocker. Les fleurs amenées par ces hommes (ou peut-être ces femmes) peuvent être disposées de plusieurs façons : simplement cueillies ou alors déjà placées dans des pots ou des caisses.

  • 7  MOREAU LE JEUNE, Une fête au village, gravure, BN (ce) : Ef, 59d, Boite III.

22Les gravures fournissent de plus amples renseignements. Celle de Moreau le Jeune, Une fête de village-chanteurs publics-bouquetières 7montre l’étal d’une marchande de fleurs. On y voit la jeune bouquetière assise à une table sur laquelle est posée une corbeille remplie de fleurs et à ses pieds d’autres gerbes.

23Les statuts précisent également que les bouquetières ont l’interdiction d’utiliser des fleurs vieilles ou flétries et doivent employer de la cannetille (fil de métal très fin et tortillé) dans la composition de leurs bouquets.

24Dernier point à préciser en ce qui concerne le stockage : les méthodes employées peuvent paraître assez simple ou même sommaires mais étant donné que les fleurs sont une denrée qui dépérit facilement, peu de techniques à l’époque auraient pu satisfaire les maîtresses dans un commerce où en réalité le stock ne peut et ne doit pas exister.

25Les bouquetières chapelières en fleurs exercent leur profession en de multiples endroits de la capitale. Elles sont tout d’abord présentes dans les rues de Paris puisqu’elles font partie des « métiers de rues » qui sont représentés par les Cris de Paris, série de gravures détaillant les petits métiers parisiens. Elles ont aussi la possibilité de s’établir sur les halles et marchés et au cœur des rues et grands boulevards, c’est-à-dire là ou il y a le plus possible de clients potentiels. Elles sont enfin la possibilité d’établir leur commerce aux portes des lieux publics et des lieux de promenades ou de spectacle à la mode.

26Les maîtresses ne possèdent pas de boutiques proprement dites mais sont en revanche présentes sur le marché des Halles et plus précisément au cœur du marché aux poirées.

27Il existe deux figures type de la bouquetière : celles qui possèdent un étal et qui sont fixée à un endroit déterminé et celles qui déambulent à travers les rues.

28Les bouquetières « mobiles » portent un large panier en osier, nommé éventaire, qu’elles accrochent autour de leur taille et où elles disposent leurs bouquets et autres compositions, et peuvent avoir également une hotte dans le dos. Les bouquetières « fixes » sont la plupart du temps assises sur une chaise derrière une table sur laquelle sont posées des paniers remplis de fleurs.

  • 8  Gravure anonyme populaire, BNF Oa 135c t-1, 68-c 3709
  • 9  Nouveaux cris de Paris, Oa 135c E1 (78c 86578)

29Afin d’attirer les acheteurs potentiels les bouquetières chapelières ont des « slogans », c’est-à-dire des phrases qu’elles crient de par les rues. Avant le XVIIe siècle, ces cris ressemblaient plus à de petits poèmes mais perdent cette caractéristique pour devenir des petites phrases courtes et concises telles : « voilà des bouquets »8 ou  « mes beaux bouquais de roses » 9.

30Le commerce des fleurs est prospère et les clients sont nombreux. Ce sont tout d’abord les gens de la rue, les passants qui sont les principales cibles des petits commerces de rue. L’Eglise est aussi un important client des marchandes bouquetières. En effet, les fleurs ont un rôle capital dans de nombreuses cérémonies tels les baptêmes, les mariages et les enterrements (surtout des jeunes enfants) mais aussi lors des grandes fêtes comme la Fête-Dieu ou la Saint Jean. Mais les bouquetières ont aussi comme client la royauté. En effet, grâce aux recherches effectuées, nous avons retrouvé la trace d’une bouquetière au service de la régente Anne d’Autriche, du roi Louis XIV et du duc d’Anjou. La royauté a aussi recours aux bouquetières pour la mise en place des compositions florales lors des évènements exceptionnels tels les entrées royales ou la naissance d’un Dauphin.

31Les occasions d’offrir des fleurs sont très nombreuses. Il semble assez fréquent que les hommes achètent des bouquets à leurs femmes ou à celles qu’ils aimeraient séduire. Souvent le bouquet offert est accompagné d’un billet doux. En effet, le bouquet peut être le symbole direct de cet amour et du sentiment avoué ou bien il permet de faire porter un message caché à une dame que l’on ne peut aborder aisément.

32Il est fréquent, à l’époque moderne, que les femmes portent des fleurs sur leurs costumes ou dans leurs coiffures. Les gravures et tableaux de l’époque nous montrent souvent des coiffures serrées complétées par l’ajout de petites fleurs qui peuvent être des roses miniatures, du lilas… Les fleurs sont aussi utilisées en petits bouquets pour orner les bustes des robes : les bouquetières utilisent pour les confectionner des roses, des jonquilles, des bleuets, des fleurs d’oranger entre autres.

3. Evolution du métier et relation avec les autres professions.

33Le métier de bouquetière existait déjà au Moyen Age. En effet de tout temps on a vendu des bouquets. L’usage des chapeaux et des couronnes de fleurs était très répandu et assez conséquent pour avoir donné naissance à la corporation des chapeliers de fleurs (le terme de bouquetière était très peu usité, on parlait plus de « florières »).

34Au Moyen Age la confection des bouquets appartenait aux chapeliers de fleurs et aux jardiniers-fleuristes avant que n’apparaissent les bouquetières chapelières, probablement, au XVe siècle.

35Elles s’organisent en communauté mais leurs statuts ont été perdus, c’est pourquoi les maîtresses de la profession demandent au roi de leur en accorder de nouveaux, ce qui fut fait en 1677. Ces statuts sont renouvelés en 1736 suite à une délibération qui a jugé nécessaire de faire renouveler le fonctionnement de la profession et les a registré en parlement en 1748.

36Le métier de bouquetière chapelière est rendu libre par les édits de Turgot en 1776, ce qui bouleverse profondément la profession. En effet, ces édits portent un coup fatal à la profession qui devait de surcroît faire face à la concurrence nouvelle des marchandes de mode : très peu d’apprenties bouquetières seront reçues à la maîtrise après 1776.

37Après la Révolution française, les bouquetières « officielles » se font discrètes et exercent leur profession conjointement avec les marchandes des halles.

  • 10  Voir Christine VELUT, La rose et l’orchidée, les usages sociaux et symboliques des fleurs à Paris (...)

38Dans la vie commerciale, les diverses corporations devaient nécessairement se trouver en contact les unes avec les autres : dans l’ensemble les jardiniers-fleuristes ont eu de bonnes relations avec les bouquetières-chapelières. En effet, il semble évident que les deux professions aient contracté dès le Moyen Age des liens d’aide, de fournisseur/client mais aussi de concurrence. La corporation des maîtres jardiniers est toutefois beaucoup plus importante que celle des bouquetières. Remarquons avant toute chose une similitude entre les deux métiers : les termes de « jardiniers-fleuristes » et de « bouquetières-chapelières ». Il serait aisé de penser qu’il y a une certaine redondance dans ces expressions mais ce sont en réalité les termes utilisés à l’époque. Ceci montre surtout une évolution des deux professions : en effet, en des temps reculés (et nous pouvons remonter au Moyen Age), les jardiniers ne devaient s’occuper que des jardins, la fonction de fleuriste ayant été ajoutée au fil du temps. Cela signifie donc que les jardiniers ont une fonction pluridisciplinaire et que leurs compétences dans le domaine floral a dû trouver une clientèle10. C’est donc un exemple très parlant du cumul des professions qui s’effectue dès l’époque moderne.

39Dans la pratique, le jardinier-fleuriste s’occupe de la culture des arbres, des fleurs et plantes potagères. Ils peuvent également s’occuper des cultures maraîchères. Leurs incombent aussi la sélection des fleurs susceptibles de plaire aux clients. Une des autres grandes activités des jardiniers, en plus de la culture et l’amélioration des plantes et fleurs et arbustes, consiste à entretenir les jardins, si nombreux dans la capitale.

40Il existe des professions qui sont proches des bouquetières-chapelières en fleurs, comme les jardiniers-Fleuristes dont nous avons vu les liens avec ces femmes mais il existe aussi d’autres professions qui peuvent être liées aux fleurs de près ou de loin.

41Tout d’abord, étudions le cas des gantiers-parfumeurs, profession qui regroupe à la fois les fabricants de gants en cuir et les parfumeurs qui composent diverses recettes à base de fleurs.

42Les parfumeurs avaient recours à d’autres types de fleurs telles les violettes, jacinthes, jonquilles, muscade, tubéreuse, jasmin et l’acacia dont l’usage était en revanche interdit aux Bouquetières-chapelières. Nous remarquons que dans l’ensemble, les parfumeurs avaient recours à toutes les fleurs que vendaient nos maîtresses marchandes.

43 De très nombreuses recettes semblent exister pour parfaire la beauté des dames de l’époque. Une autre profession liée à la beauté semble alors s’imposer : les marchandes de mode. Les marchandes de mode constituent tout de même un cas part. En effet, cette profession ne voit vraiment le jour qu’après les réformes de Turgot en 1776, qui visaient à supprimer les jurandes et corporations, tout en supplantant comme nous l’avons vu la profession de bouquetière-chapelière dès le dernier tiers du XVIIIe siècle. Elles sont donc plus que de simples concurrentes, ce sont des rivales qui en quelque sorte ont empiété sur leur profession.  Les marchandes de mode sont des femmes qui déterminent les tendances, ce qu’il convient de porter ou non. Ces marchandes ont donc recours à toutes sortes de subterfuges pour que la mode soir sans cesse renouvelée : plumes, soie, dentelle et aussi fleurs alors quelques années auparavant les bouquetières-chapelières en fleurs avaient seules le droit de faire le commerce de fleurs naturelles.

44Bien que faisant partie d’une petite communauté, les bouquetières n’en sont pas moins présentes dans la littérature et dans  les représentations iconographiques : en effet en tant que femmes elles ont fortement marqué leur époque.

II. Les bouquetières entre imaginaire et réalité

1. Des femmes de chair

45La communauté des bouquetières-chapelières nous livre de nombreux renseignements sur les femmes salariés à l’époque moderne.

46Les archives nous fournissent tout d’abord des renseignements quant à la situation matrimoniale des maîtresses de la profession. En effet, dans la mesure où la femme reste subordonnée à son mari, les contrats d’apprentissage donnent des renseignements sur les époux. Même une fois maîtresse de la profession une femme reste « la femme de quelqu’un » et reste bien dépendante de son mari.

47Le cas d’une maîtresse marchande veuve pourrait s’avérer différent de celui d’une femme mariée. En effet, le mari étant décédé, il serait aisé de penser qu’au sein d’une corporation de femmes, le nom du défunt mari n’a pas lieu d’être mentionné. Or, il s’avère que c’est loin d’être le cas. Pourtant le veuvage est censé donner de nombreux droits à la femme : il lui redonne une capacité juridique totale et lui permet entre autre de pouvoir accéder et gérer des richesses. Elle récupère son douaire et peut disposer de ses propres biens ainsi que ceux de son mari. Elle semble donc beaucoup plus libre mais nous remarquons que le mari reste toujours présent puisque même mort il est encore mentionné.

48Cela nous permet de souligner le fait que la femme, même veuve, reste toujours définie par rapport à son mari.

49Lorsqu’une femme n’est ni mariée ni veuve, elle est considérée comme fille majeure. Est appelée « fille majeure » une femme seule mais qui n’est cependant pas veuve. L’âge n’a pas d’importance dans la dénomination. Une fille majeure bénéficie des mêmes droits et statuts qu’un homme adulte.

50Dans la profession qui nous occupe, on rencontre également des filles majeures. Elles sont en petit nombre comparé aux femmes mariées ou veuves mais elles sont tout de même présentes. Ceci est dû au fait que les statuts de la corporation prévoyaient que la moitié des jurées en charge devait être des filles majeures (en l’occurrence deux femmes et deux filles). Une question se pose alors : certaines maîtresses ne seraient-elles pas contraintes par les autres ou par leur entourage familial de rester seules et d’être considérées comme filles majeures ?

51La grande majorité des bouquetières-chapelières sont mariées ou l’ont été : les femmes mariées et veuves représentent 88% des femmes recensées. En ce cas nous pouvons penser que la profession de bouquetière est principalement exercée dans une optique de complément au salaire du mari. De plus, il est fort probable que ce métier devait rapporter une somme suffisamment conséquente puisque des veuves et des filles majeures, donc des femmes seules et donc sans autres revenus, l’exercent.

52La plupart des maîtresses bouquetières sont mariées et pour la majorité d’entres elles avec des marchands ou des maîtres d’une profession. La Communauté des bouquetières-chapelières est donc composée de femmes ayant un niveau de fortune, au sein de leurs ménages, relativement différent. Ainsi on peut très bien rencontrer des couples relativement pauvres maîtresses bouquetière/gagne-denier, des couples homogènes (la grande majorité) maîtresse bouquetière/maître d’une profession masculine ou des couples aisés maîtresse bouquetière/bourgeois de Paris.

53La femme reste inférieure et subordonnée à son mari. Elle est toujours définie par rapport à lui qu’elle lui soit de niveau professionnel égal ou supérieur.

54Outre les renseignements sur la situation maritale des bouquetières, les actes notariés nous donnent des renseignements sur le lieu d’habitation des maîtresses. Certains noms de rues reviennent très souvent comme la rue Montmartre, la rue Saint-Denis, la rue saint-Honoré, le faubourg Saint-Jacques ou la rue Montorgueil en sont quelques exemples.

55Nous remarquons dès lors que les rues sont situées dans les mêmes quartiers et surtout qu’elles convergent toutes vers les mêmes endroits : les Halles, le Pont-Neuf, le quai de la Mégisserie, le Palais-Royal. Ce sont les lieux stratégiques de vente des bouquetières-chapelières.

56Les marchandes parisiennes revoient une certaine image à la population. En effet les femmes faisant partie d’un petit métier de rue sont des cibles récurrentes pour les accusations de mauvaises mœurs et de prostitution.  C’est malheureusement pour elles une association qui se fait presque de facto et dont elles ont dû mal à se détacher.

  • 11  TRUANT, Cynthia, « La maîtrise d’une identité ? Corporations féminines à Paris aux XVIIe et  XVIII(...)

57En effet, le problème, qui se révèle même être une véritable difficulté, réside dans le fait que même ouvrière ou travailleuse la femme reste prisonnière de sa condition naturelle « d’être essentialisé » 11 prompt à la passion.

58Au XVIIIe siècle, la femme qui fait partie d’une corporation féminine doit, malgré elle, être confrontée à de nombreuses questions, notamment celle de la femme « masculinisée » à cause de sa participation à la vie publique au même titre qu’un homme. Mais une seconde image peut venir s’y greffer : celle de la corporation féminine qui cacherait en réalité une forme de prostitution et qui même pour certaines d’entre elles, l’encouragerait.

59Il est vrai que pour l’homme des XVIIe-XVIIIe siècles, une femme qui travaille dérange. Une femme qui travaille dans une corporation féminine indépendante dérange d’autant plus et inspire de la méfiance. Dès lors, la généralisation de cette situation semble facile pour les gens de l’époque : une femme qui travaille et qui rapporte un peu d’argent à son ménage est presque à coup sûr une prostituée.

60Cependant on ne peut nier le fait que la prostitution en complément du travail ait existé. Elle est liée à l’insuffisance du salaire et a du être plus conséquente dans les moments de crise économique. Pour beaucoup de gens, une travailleuse honnête ne peut être que pauvre : des ressources trop importantes ne peuvent être que le résultat d’un commerce illicite, malhonnête ou honteux.

  • 12  RESTIF DE LA BRETONNE, Nicolas Edmée, Les nuits de Paris, 1787, Londres, S.E, réédition in Paris l (...)

61Les bouquetières-chapelières ont également inspiré les auteurs contemporains qui ont pour vocation de témoigner sur leur époque en décrivant la vie quotidienne. C’est le cas de Restif de la Bretonne, auteur certes classique mais néanmoins non conventionnel. Dans son ouvrage Les nuits de Paris12, il relate la vie nocturne parisienne de son regard aiguisé et acerbe sous forme de petits chapitres qui décrivent chacun un point précis. Dans cet ouvrage il consacre l’un d’eux aux bouquetières, après en avoir rencontré plusieurs au cours d’une promenade et porte un jugement extrêmement négatif sur elles.

62Des archives viennent corroborer les dires de Restif puisque certaines bouquetières ont en effet eu recours à la prostitution. Durant l’année 1770, vingt bouquetières ont été arrêtées comme « filles du monde », ce qui semble démesuré comme chiffre sur une seule année dans la mesure où nous savons que la Communauté commence à être fortement réduite.

63La Communauté des bouquetières-chapelières fait preuve d’une volonté affichée de se détacher de cette image négative associée aux femmes travailleuses. Ainsi par exemple, la réédition des Statuts de leur Communauté en 1736 précise bien la différence qui existe entre les maîtresses marchandes bouquetières officielles et les regrattières ou colporteuses qui cherchent à empiéter sur leur commerce en faisant un commerce parallèle mais beaucoup moins honnête et moral.

64Notons aussi que cela montre une envie de reconnaissance du métier : elles exercent un métier à part entière, réglementé, officiel et reconnu par la royauté, un métier de rue difficile au même titre que les professions masculines et elles veulent montrer surtout que leur activité ne dissimule pas un commerce illégal. C’est une volonté de reconnaissance qui s’exprime ici : elles veulent une reconnaissance en tant qu’artisanes et marchandes mais aussi en tant que commerçantes honnêtes et respectables.

65Ce sont donc en réalité les revendeuses à la sauvette qui forgent cette mauvaise image de la femme travailleuse. En effet, n’ayant pas de formation solide et de titre de maîtresse, ces femmes n’ont pas de commerce fixe et établi et ne peuvent alors subvenir aux besoins nécessaires à leur  survie. C’est pourquoi la prostitution devient l’une des « facettes » de leur activité.

66Les bouquetières-chapelières en fleurs sont des femmes du peuple parisien auquel elles appartiennent en tant que marchandes et revendeuses mais aussi en tant que personnes. Les bouquetières-chapelières sont partie intégrante du peuple de Paris et sont donc directement concernées par tous les évènements qui touchent cette catégorie de la population urbaine.

67Des femmes issues d’une corporation entièrement féminine (et qui se revendique officiellement comme telle) et qui travaillent dans un quartier aussi à part que les Halles de Paris ne pouvaient que jouer un rôle important dans les émeutes révolutionnaires. Il n’est guère surprenant que les bouquetières-chapelières en fleurs fassent entendre leurs voix.

68Les marchandes prirent amplement part aux revendications quand les évènements commencèrent à s’accélérer dès la fin des années 1780 et surtout durant l’année 1789, notamment dans les révoltes concernant le ravitaillement du pain mais aussi contre l’enregistrement d’édits. Leurs actions furent nombreuses et variées, nous retiendrons le plus célèbre d’entre eux, à savoir leur application à étaler leur patriotisme flamboyant aux yeux de tous. Ainsi les bouquetières-chapelières en fleurs ont fait envoyer à l’occasion des funérailles de Mirabeau en 1791 des couronnes de fleurs gigantesques. Elles firent de même pour l’apothéose de Voltaire. Cet acte n’est guère surprenant : femmes du peuple, révoltées, au premier plan pour suivre les évènements, elles pratiquent l’ironie en envoyant ainsi des couronnes de fleurs. En effet, elles prennent le contre-pied de leur propre profession : elles avaient habitué le pouvoir à offrir de tels cadeaux lors d’évènements importants et solennels pour la royauté, comme la naissance d’un enfant au sein du couple royal. Sous couvert d’occasion importante, comme les funérailles d’un homme célèbre, les bouquetières-chapelières prennent très clairement parti.

  • 13  Cité par Victor FOURNEL, Les rues du vieux Paris, galerie populaire et pittoresque, chap. III, « L (...)

69Leurs actions sont donc restées célèbres et ont même alimenté les rumeurs les plus folles : quelques temps après on soupçonna même les marchandes de fleurs d’être devenues les espionnes de la Terreur13.

70Une bouquetière est restée célèbre dans la Révolution française. Louise Marguerite dite Louison Chabry est une jeune bouquetière de dix-sept ans qui exerce son métier au Palais-Royal. Elle est l’une des femmes qui prient part aux fameuses journées d’octobre 1789 connues sous le nom de « marche pour le pain ». Louison Chabry, connue pour ses talents d’oratrice est désignée pour présenter les doléances des parisiens au roi avant de s’évanouir de fatigue et d’émotion.

2. Des femmes dans l’imaginaire : une place ambivalente

71Les bouquetières chapelières sont présentes à la fois dans la littérature et dans l’iconographie. Elles véhiculent cependant une image ambivalente d’une siècle à l’autre, entre réalité et allégorie.

  • 14  Les Cris de Paris par François GUERARD, vers 1700.
  • 15  Nicolas DE LARMESSIN, Habit de bouquetière, BN OA-60-PET fol 80 et OA-60-PET fol 81

72Il est certain que les représentations iconographiques ou littéraires permettent de mettre en lumière une ethnographie parisienne. Les images du XVIIe siècle insistent surtout sur le côté professionnel. Ainsi, les « Cris de Paris »14 représentent les bouquetières vêtues d’une robe, d’un tablier et d’une coiffe. Elles portent souvent un éventaire ou une hotte qui sont les caractéristiques d’une marchande ambulante. Il existe aussi certaines représentations allégoriques : ce sont les gravures de Nicolas de Larmessin15.Ce dernier a représenté les bouquetières avec des robes faites de fleurs, des éventaires disproportionnés. Ces gravures de grotesques par leur auteur ne sont toutefois pas si éloignées de la réalité : Nicolas de Larmessin a dessiné les bouquetières avec tous les attributs qui leurs sont dévolus mais en amplifiant tout à l’extrême ce qui rend les représentations d’autant plus comiques. Les costumes grotesques poussent à son paroxysme la logique de l’identification de l’être social à son costume. Les marchandes apparaissent vêtues de leurs outils de travail transformés pour l’occasion en partie de leur costume : ainsi les fleurs deviennent des boucles d’oreille et décorent les robes.

73Bouquetière-chapelière est l’une des professions féminines que l’on retrouve le plus souvent dans la représentation des petits métiers parisiens. Le costume est dans l’ensemble sensiblement le même : une robe longue, un tablier et une coiffe mais la représentation même de la travailleuse diffère. C’est pourquoi la bouquetière est souvent mieux vêtue et plus avenante que d’autres professions comme les ravaudeuses par exemple.

74D’ordinaire la femme travailleuse perd les caractéristiques féminines mais pas la bouquetière. Il existe donc une idéalisation de la bouquetière chapelière comme une jolie personne jeune, avenante et charmante créant ainsi en quelque sorte une assimilation de la femme à la marchandise qu’elle vend.

75Mais il faut nuancer ce propos : les gravures présentent des marchandes jeunes et jolies mais la réalité des documents d’archives montre le contraire. Beaucoup de femmes exercent cette profession jusqu’à un âge « avancé » (plus de 50 ans pour certaines). De surcroît beaucoup de maîtresses bouquetières travaillent aux halles, lieu populaire de la capitale et sont ce que l’on appelle des « harengères ».

76Au XVIIIe siècle, la représentation de la bouquetière-chapelière change à nouveau. Elle est toujours représentée comme une belle fille toujours bien arrangée et apprêtée. Ceci est dû au changement de style qui touche l’art : en effet, le genre pictural qui s’impose et se diffuse dans toute l’Europe est le style « rococo ».

  • 16  BOUCHER François, La Bouquetière.

77François Boucher est l’un des principaux « acteurs » du mouvement rococo.  Il peint de nombreuses scènes pastorales ou mythologiques mais aussi des scènes d’amour et des scènes de plaisirs qui traduisent les mœurs relâchées de l’époque. Par conséquent les représentations des bouquetières évoluent donc avec les nouvelles tendances picturales, le meilleur exemple de ce changement étant la gravure intitulée La Bouquetière16. La marchande porte une très jolie robe avec des superpositions de jupons et de dentelles. Elle porte des accessoires que l’on ne voyait jamais auparavant comme un collier et des boucles d’oreilles. Elle ne porte pas en revanche d’éventaire et n’a seulement dans sa main que quelques bouquets.

78Toutes ces gravures montrent un très net travestissement de la réalité : la bouquetière est à chaque fois jeune, gaie et les tenues et attitudes rappellent à la fois l’iconographie galante et champêtre. Ainsi le langage et les postures de la femme de la rue trouvent une nouvelle interprétation grâce à Boucher ou à Watteau.

79Au XVIIIe siècle, les auteurs jouent à l’extrême sur le côté jolie jeune femme lié à l’usage de la fleur : dans la réalité les marchandes ne devaient pas être ainsi.  Le problème soulevé est le suivant : doit-on considérer que les gravures du XVIIIe siècle sont un bon outils pour décrire un métier ? En effet, il semble que les graveurs aient plutôt cherché à montrer le côté champêtre apporté par l’association de la marchande et de sa marchandise.

80L’image de la bouquetière chapelière évolue entre le XVIIe et le XVIIIe siècle. Cette évolution est liée aux changements du métier en lui-même mais surtout au changement de style pictural qui s’effectue entre les deux siècles : la bouquetière représentée dans son environnement professionnel devient un personnage de pastorale mis en scène galamment.

3. Le XIXe siècle, la bouquetière retrouvée ?

81A la fin du XVIIIe siècle, la communauté des bouquetières-chapelières en fleurs est en fort déclin, concurrencée par les marchandes de modes. Après avoir régné sur le monde des ornements floraux des costumes féminins, elles doivent se contenter de la vente pure et simple des bouquets.

82Elles doivent faire face à la spécialisation des métiers, phénomène dont elles avaient profité pour émerger en tant que corporation au XVe siècle. Elles sont finalement subi elles-mêmes ce qu’elles avaient infligé aux jardiniers et ne sont désormais plus que bouquetières, délaissant de force la confection des coiffures et chapeaux aux marchandes de mode.

  • 17  De très nombreux auteurs ont choisi comme personnage principal une bouquetière : Anicet BOURGEOIS, (...)

83Si elles ont tendance à disparaître dans la période post-révolutionnaire jusqu’au milieu du XIXe siècle, elles ne laissent pas indifférents les esprits littéraires et les graveurs et de nombreux romans ont pour héroïne une bouquetière17. La littérature du XIXè siècle a tendance à idéaliser la bouquetière comme une très jolie femme mais ayant une mauvaise réputation. Néanmoins leur présence dans les ouvrages montre que la profession n’est pas oubliée et qu’elle est justement en pleine mutation après le fort déclin qu’elle a connu à la fin du siècle précédent.

84Les marchandes fixes existent toujours et sont très présentes sur le marché aux fleurs (situé au cœur des halles et qui existe toujours aujourd’hui), les petites marchandes des rues également mais nous pouvons voir l’évolution vers une profession bien définie, celle que nous connaissons : les fleuristes.

Conclusion

85Cette étude permet de mettre en avant  plusieurs points essentiels : Tout d’abord montrer le fonctionnement d’une communauté féminine, capable de se gérer  seule au quotidien et sur le long terme. Grâce à cela elles ont pu acquérir une sociabilité et une crédibilité aux yeux des hommes et prendre place dans l’espace public.

86Les édits de Turgot ont laissé de grandes cicatrices sur la communauté : rendu libre, le métier de bouquetière va perdre de nombreuses maîtresses potentielles au profit des marchandes de mode, profession en pleine expansion. Le métier devient alors marginal et les femmes qui l’exercent sont de moins en moins nombreuses. Les maîtresses bouquetières n’auraient-elles pas alors contribué, indirectement, à leur propre disparition en diminuant leur effectif qui, par conséquent, ne permettait pas de faire face aux autres professions nouvelles ?

87Puis nous avons étudié la vie des femmes qui exerçaient cette profession et montré qu’elles sont avant tout des femmes de chair : femmes, veuves ou filles majeures, nous avons pu constater qu’elles sont regroupées dans les mêmes quartiers, autour de leurs points de vente, créant ainsi une sorte d’agrégat.

88Elles doivent faire face à une réputation relativement mauvaise que beaucoup de marchandes des rues ont dû supporter : les bouquetières sont assimilées à des prostituées. Elles furent très nombreuses à prendre part aux évènements révolutionnaires  en participant de près aux émeutes et revendications, voire même en les déclenchant.

89Tous ces faits nous ont conduit à analyser l’image renvoyée par les maîtresses bouquetières par le biais de l’iconographie et de la littérature. Image ambiguë, d’un côté jolie jeune femme charmante et séductrice et de l’autre harengère des Halles et vulgaire. L’étude croisée des deux modes d’expression de leurs contemporains permet de mettre en lumière le fait que c’est une profession hétéroclite.

90Cette étude permet de faire connaître un métier que peu de gens connaissent sous sa forme et dénomination de l’Ancien Régime mais que beaucoup côtoient encore : c’est la profession qui perdure dans nos contemporaines « fleuristes ».

Haut de page

Notes

1  HURTAUT et MAGNY, Dictionnaire historique de la ville de Paris, 1779, article « Bouquetières ».

2  Statuts et ordonnances des maîtresses bouquetières chapelières en fleurs de cette ville et faubourgs de Paris, et Lettres Patentes qui les confirment, acte royal du 21 août 1677 fait à Versailles, publié le 21 janvier 1678 à Paris, Imprimerie de la veuve H. LANBLIN, 1698, 12 pages.

3  Il n’existe pas de date « officielle » de regroupement des deux professions. Il s’agit d’une hypothèse formulée d’après mes recherches.

4  Article XXI, Statuts des Bouquetières chapelières en fleurs de Paris du 21 août 1677.

5  OLIVIER-MARTIN, François, L’organisation corporative de la France d’Ancien Régime, Paris, Recueil Sirey, 1938, p. 122.

6  Délibération de la Communauté des Bouquetières et Chapelières en fleurs de Paris, AN, MC ET/XXXIV/583, folio 39778.

7  MOREAU LE JEUNE, Une fête au village, gravure, BN (ce) : Ef, 59d, Boite III.

8  Gravure anonyme populaire, BNF Oa 135c t-1, 68-c 3709

9  Nouveaux cris de Paris, Oa 135c E1 (78c 86578)

10  Voir Christine VELUT, La rose et l’orchidée, les usages sociaux et symboliques des fleurs à Paris au XVIIIe siècle, Paris, Larousse, 1993, p. 59-60

11  TRUANT, Cynthia, « La maîtrise d’une identité ? Corporations féminines à Paris aux XVIIe et  XVIIIe siècles », CLIO, HFS, n°3-1996, http://clio.revues.org/document462.html.

12  RESTIF DE LA BRETONNE, Nicolas Edmée, Les nuits de Paris, 1787, Londres, S.E, réédition in Paris le Jour, Paris la nuit, R. Laffont, col. Bouquins, 1993, 1371 p., article « Bouquetières ».

13  Cité par Victor FOURNEL, Les rues du vieux Paris, galerie populaire et pittoresque, chap. III, « Les figures célèbres », Paris, F. Didot, 1879.

14  Les Cris de Paris par François GUERARD, vers 1700.

15  Nicolas DE LARMESSIN, Habit de bouquetière, BN OA-60-PET fol 80 et OA-60-PET fol 81

16  BOUCHER François, La Bouquetière.

17  De très nombreux auteurs ont choisi comme personnage principal une bouquetière : Anicet BOURGEOIS, Paul de KOCK, Pierre-Henri MARTIN dit LUBIZE, PONSON du TERAIL, Eugène SCRIBE etc. D’autres mentionnent les bouquetières comme personnage secondaires tel Alexandre DUMAS.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sabrina Cauchy, « Sabrina Cauchy, Les bouquetières-chapelières en fleurs à Paris sous l’Ancien Régime », Genre & Histoire [En ligne], 2 | Printemps 2008, mis en ligne le 15 juillet 2008, consulté le 28 juin 2017. URL : http://genrehistoire.revues.org/335

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Genre & histoire est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page